Navigation – Sitemap

HauptseiteNuméros94/2-4RecensionsNasrallah†, Joseph (aut.) – Hadda...

Recensions

Nasrallah†, Joseph (aut.) – Haddad, Rachid (collab.), Histoire du mouvement littéraire dans l’Église Melchite du ve au xixe siècle. Contribution à l’étude de la littérature arabe chrétienne, vol. 1 : Période byzantine 451-634

Beyrouth, Presses de l’IFPO, 2016, 256 p.
Marc Aoun
p. 403-405
Version(en):

Nasrallah†, Joseph (aut.) – Haddad, Rachid (collab.), Histoire du mouvement littéraire dans l’Église Melchite du ve au xixe siècle. Contribution à l’étude de la littérature arabe chrétienne, vol. 1 : Période byzantine 451-634, Beyrouth, Presses de l’IFPO, 2016, 256 p.

Volltext

1Les spécialistes de l’Église melkite (orthographe plus courante) et de son patrimoine littéraire pluriséculaire connaissent bien l’œuvre monumentale de Mgr J. Nasrallah (1911-1993), Histoire du mouvement littéraire de l’Église melchite, qui, dans un ordre inhabituel de parution — que rappelle et justifie ici l’avant-propos (p. 9-20) —, s’est étendue sur plusieurs années (de 1979 à 1996), avait couvert, en remontant le temps, une longue période de la vie littéraire de l’Église melkite, allant de l’empire ottoman à la dynastie omeyyade, en passant par la domination mamelouke, la reconquête byzantine et l’empire abbasside. Le présent volume, publié à titre posthume, le dernier de la série qui soit demeuré inédit, en constitue donc la suite chronologique, en couvrant la période antérieure à la fondation de l’empire omeyyade, allant du concile de Chalcédoine (451) au début des conquêtes arabo-musulmanes (634), ce concile étant tenu généralement pour l’acte fondateur de l’Église qualifiée par ses détracteurs monophysites de melkite (du syriaque malkoyo, « royaliste », et par extension « impérial »), en raison justement de la fidélité qu’elle ne cessera de vouer à ses conclusions, et à l’empereur romain — Marcien — qui en fut l’instigateur.

2Outre l’avant-propos de l’auteur, revu par R. Haddad, éditeur de l’ouvrage, l’introduction de la plume de ce dernier, une liste des abréviations et une bibliographie (qui aurait bien mérité une mise à jour), l’ouvrage comporte 13 chapitres de longueur très inégale, qui se caractérisent par leur extrême brièveté, entre 5 et 25 pages si l’on excepte le chapitre viii sur le monachisme et la spiritualité, qui représente à lui seul une soixantaine de pages.

3Les trois premiers chapitres forment un ensemble s’intéressant au contexte ecclésial général propre à l’aire géographique et à la période étudiée (patriarcats d’Antioche, d’Alexandrie et de Jérusalem, situation de l’Église, langues en usage et écoles en activité). Les chapitres iv à xii sont consacrés aux « productions littéraires » d’auteurs melkites de langue grecque qui se sont distingués dans diverses disciplines (théologiens, exégètes, orateurs sacrés, hagiographes, spécialistes du monachisme et de spiritualité, hymnographes, historiens et chroniqueurs, canonistes, liturgistes). Le dernier chapitre énumère enfin les auteurs melkites de langue syriaque et leurs œuvres (chapitre xiii).

4L’ouvrage fournit de ce fait des informations très utiles relatives à l’ensemble des auteurs recensés et à leurs œuvres, non seulement d’ailleurs dans leur langue d’origine (grec ou syriaque), mais aussi dans leur traduction tardive, notamment en arabe.

5Toutefois, comme le laisse d’ailleurs entrevoir l’éditeur dans son introduction, aborder l’histoire de l’Église melkite, en l’occurrence au prisme de son patrimoine littéraire, avant les conquêtes arabo-musulmanes, demeure problématique. Doit-on admettre en effet le critère, que semble privilégier l’auteur, selon lequel il est possible de définir cette Église chalcédonienne à cette époque par opposition à celles qui regroupaient les partisans du monophysisme, principalement dans le cadre des patriarcats d’Antioche et d’Alexandrie ? Et comment trancher dès lors la question de l’appartenance de tel ou tel auteur à cette Église en particulier alors que celle-ci, le critère géographique mis à part, se confond, jusqu’aux conquêtes du viie siècle, avec le vaste monde byzantin ?

6Ces questionnements, tout légitimes qu’ils soient, n’enlèvent cependant rien à l’intérêt certain que revêt ce volume, qui vient parachever une œuvre qui demeure, bien qu’elle commence à dater, une véritable mine pour la connaissance du patrimoine religieux, spirituel, littéraire et canonique de cette Église.

Seitenanfang

Zitierempfehlung

Papierversionen:

Marc Aoun, Nasrallah†, Joseph (aut.) – Haddad, Rachid (collab.), Histoire du mouvement littéraire dans l’Église Melchite du ve au xixe siècle. Contribution à l’étude de la littérature arabe chrétienne, vol. 1 : Période byzantine 451-634Revue des sciences religieuses, 94/2-4 | 2020, 403-405.

Online-Version

Marc Aoun, Nasrallah†, Joseph (aut.) – Haddad, Rachid (collab.), Histoire du mouvement littéraire dans l’Église Melchite du ve au xixe siècle. Contribution à l’étude de la littérature arabe chrétienne, vol. 1 : Période byzantine 451-634Revue des sciences religieuses [Online], 94/2-4 | 2020, Online erschienen am: 31 Dezember 2020, abgerufen am 22 Juni 2021. URL: http://journals.openedition.org/rsr/9751; DOI: https://doi.org/10.4000/rsr.9751

Seitenanfang

Autor

Marc Aoun

Weitere Artikel des Autors

Seitenanfang

Urheberrechte

© RSR

Seitenanfang
  • Logo Université de Strasbourg
  • OpenEdition Journals
Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search