Navigation – Sitemap

HauptseiteNuméros94/2-4RecensionsMétivier, Sophie, Aristocratie et...

Recensions

Métivier, Sophie, Aristocratie et sainteté à Byzance (viiie-xie siècle)

(Subsidia hagiographica 97), Bruxelles, Société des Bollandistes, 2019, 311 p.
Ioannis Kalousios
p. 405-406
Version(en):

Métivier, Sophie, Aristocratie et sainteté à Byzance (viiie-xie siècle), (Subsidia hagiographica 97), Bruxelles, Société des Bollandistes, 2019, 311 p.

Volltext

1S. Métivier, professeur d’histoire médiévale, est bien connue des byzantinistes, par diverses études, et notamment sa thèse concernant la Cappadoce byzantine (La Cappadoce (ive-vie siècle). Une histoire provinciale de l’Empire romain d’Orient, Paris, Publications de la Sorbonne [Byzantina Sorbonensia 22], 2005). L’ouvrage présenté ici, qui est la version remaniée et mise à jour de son habilitation à diriger des recherches, couvre une période historique plus large.

2L’A. s’occupe d’un sujet très délicat de l’histoire byzantine et elle sépare dès le début les divers groupes dont elle traitera. De cette manière, elle explique les deux pôles à Byzance, l’État et l’Église, à travers respectivement l’empereur et les moines. L’enjeu est de démontrer comment ces deux pôles ont été confrontés à la question de la sainteté en comparaison avec un autre groupe distinct qui est toujours présent même dans le Palais et les monastères et joue aussi un rôle très important à l’époque mésobyzantine : l’aristocratie.

3Dans l’Introduction (p. 3-26), l’A. explique la terminologie désignant les aristocrates et les saints et elle parcourt la bibliographie précédente, en présentant les différentes interprétations qui ont été proposées pour l’usage de ces deux termes. Elle fournit aussi, à titre de comparaison, quelques aspects de cette question dans l’Occident latin. Elle fait également un point méthodologique, signalant par exemple qu’elle ne distingue pas l’aristocratie de la capitale et celle de la province. Le chapitre i (p. 27-81) présente une sainteté du milieu aristocratique qui est écrite par des moines (Vies et Passions). Les quatre saints présentés ont un dénominateur commun : tous sont des laïcs. L’attachement des aristocrates à la sainteté pour assurer leur puissance dans des périodes d’instabilité politique et sociale, par exemple lors de la crise iconoclaste, est décrit au chapitre ii (p. 83-123). Au chapitre iii (p. 125-170), on voit, d’un autre point de vue, comment les aristocrates eux-mêmes rédigent leurs Vies et Éloges. Le chapitre iv (p. 171-218) essaye de démontrer que la sainteté aristocratique est différente de la sainteté impériale, un signe des tensions avec la dynastie macédonienne. Il faut noter que sous l’empereur Constantin VII a été écrit le Synaxaire de Constantinople et que Basile II était l’inspirateur de la rédaction du Ménologe.

4Le ve et dernier chapitre (p. 219-258) explique comment des récits hagiographiques écrits par les aristocrates ont été acceptés par l’Église et introduits dans le Synaxaire de Constantinople. Pourtant, il ne faut pas ignorer le fait qu’un grand nombre de ces récits ont été écrits dans des milieux monastiques et que plusieurs moines étaient issus des familles aristocratiques ou avaient des relations étroites avec elles. C’est à cet endroit du livre, et non dans l’introduction, que l’A. a choisi de présenter la question importante du culte des saints en remarquant que jusqu’à cette époque il n’y avait pas de procédure officielle de canonisation (p. 220-222). Les conclusions (p. 259‑264) viennent confirmer l’idée centrale de l’étude : les aristocrates et leurs familles cherchent, entre autres à travers la sainteté, à légitimer leur pouvoir dans la société byzantine. Dans l’Appendice (p. 265-271), l’auteur a choisi de présenter un cas du xe siècle pour démontrer comment un récit hagiographique sert les ambitions politiques.

5L’argumentation du livre se base notamment sur les Vies des saints et les sceaux (p. 273-281), et sur une très riche bibliographie (p. 281-295). L’Index des noms de personnes (p. 297-303) et celui des auteurs modernes (p. 305-308) sont un outil méthodologique très utile.

6L’étude des sources et de la bibliographie est approfondie. Son argumentation est bien fondée, par exemple l’utilisation de sa recherche basée sur les diverses éditions conservées du Synaxaire de Constantinople (p. 223‑229) et sa comparaison des Vies entre les deux grandes sources hagiographiques de l’époque, le Synaxaire et le Ménologe (p. 234-252). Plusieurs fois, l’A. s’interroge sur la traduction correcte (p. 160, n. 692), elle met en valeur des articles et des informations oubliées par la recherche (p. 222).

7Si on voulait trouver quelques défauts et erreurs de détail, on pourrait noter que le travail aurait peut-être bénéficié d’une meilleure mise à jour de la bibliographie. On peut regretter aussi le manque d’uniformisation des passages traduits du grec. Une autre lacune est l’absence de cartes et de tableaux, généalogiques en particulier, qui montreraient bien les divers liens entre les personnages, plusieurs fois issus de la même famille (parenté de consanguinité et d’affinité), et présenteraient de manière claire les nombreux dates et lieux que l’on trouve dans le texte ; de même, on relève l’absence d’un index toponymique.

8Pour conclure, et en espérant qu’une future étude complétera les siècles suivants (xiie-xve), ce livre mérite d’être lu en priorité pour comprendre les relations étroites entre l’aristocratie, le Palais, l’Église et la sainteté dans le monde byzantin.

Seitenanfang

Zitierempfehlung

Papierversionen:

Ioannis Kalousios, Métivier, Sophie, Aristocratie et sainteté à Byzance (viiie-xie siècle)Revue des sciences religieuses, 94/2-4 | 2020, 405-406.

Online-Version

Ioannis Kalousios, Métivier, Sophie, Aristocratie et sainteté à Byzance (viiie-xie siècle)Revue des sciences religieuses [Online], 94/2-4 | 2020, Online erschienen am: 31 Dezember 2020, abgerufen am 24 Juni 2021. URL: http://journals.openedition.org/rsr/9770; DOI: https://doi.org/10.4000/rsr.9770

Seitenanfang

Urheberrechte

© RSR

Seitenanfang
  • Logo Université de Strasbourg
  • OpenEdition Journals
Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search