Navigation – Plan du site

AccueilNuméros94/2-4RecensionsThomas d’Aquin, Commentaires poli...

Recensions

Thomas d’Aquin, Commentaires politiques

Textes prés., trad. et commentés par M. Nodé-Langlois (Philosophie), Paris, Artège Lethielleux, 2018, 805 p.
Françoise Vinel
p. 407-409
Référence(s) :

Thomas d’Aquin, Commentaires politiques, textes prés., trad. et commentés par M. Nodé-Langlois (Philosophie), Paris, Artège Lethielleux, 2018, 805 p.

Texte intégral

1M. Nodé-Langlois avait publié en 2015 un choix de textes intitulé Thomas d’Aquin – Penser le politique (textes traduits, présentés et annotés, Paris, Dalloz) et il nous propose de considérer comme un complément à ce volume les Commentaires politiques que nous présentons ici. S’il fallait d’emblée ajouter une autre référence pour étayer cet ensemble de plus de 1500 pages, M. Nodé-Langlois invite dès la page 17 à lire F. Daguet, Du politique chez Thomas d’Aquin (Paris, Vrin, 2015).

2« Commentaires » : le caractère thématique du recueil ne saurait être dissocié de l’attention à la forme littéraire et/ou philosophique des extraits empruntés à quatre commentaires de Thomas d’Aquin : des Sentences de Pierre Lombard, un passage obligé pour l’enseignement à l’Université, des douze livres de la Métaphysique, des dix livres de l’Éthique à Nicomaque, des huit livres de la Politique, trois œuvres d’Aristote. S’ajoutent quatre passages tirés des Commentaires de l’Écriture (Mt 20, 24-26 ; Mt 22, 15-22 ; Rm 13, 1-7 ; Jn 8, 3-11). En se pliant à une telle approche de la tradition philosophique et chrétienne, Thomas s’inscrit dans la pratique philosophique dominante de l’Antiquité tardive à l’Université médiévale, pratique qu’il garde jusqu’aux dernières années de sa vie, comme le montre le tableau récapitulatif de l’ensemble de son œuvre (p. 18-20).

3Chaque œuvre est présentée (de façon très développée — et passionnante — pour les extraits de La Politique, p. 435-472), et les notes, qui accompagnent ces notices puis les traductions, peuvent aller de la précision lexicale ou de parallèles avec d’autres écrits de Thomas d’Aquin jusqu’à des références dans toute l’histoire de la philosophie (on peut cependant regretter quelques jugements rapides sur des philosophes modernes, particulièrement Kant, qui n’éclairent guère le sens du texte) ; enfin, il faut signaler un très utile index des concepts (p. 759-790). Comme une forme d’accès à l’original latin, beaucoup d’expressions et termes latins sont donnés entre parenthèses et le lecteur perçoit vite ainsi la difficulté du travail du traducteur (il peut se reporter au Corpus Thomisticum en ligne pour prendre connaissance de l’original en entier : www.corpusthomisticum.org).

4On sait toute l’importance des Quatre Livres des Sentences de Pierre Lombard, fortement marqués par la théologie augustinienne, pour la théologie médiévale (trad. française de P. Ozilou, Paris, Cerf, 2012-2015 ; voir la recension du vol. 1 par I. Iribarren, RevSR 86/3, 2012, p. 370-372) ; le commentaire de Thomas d’Aquin, professé et écrit plus de dix ans avant la Prima Pars de la Somme théologique, marque déjà l’élaboration de la « question » scolastique et la forme qui structurera toute la Somme, ce « tournant de la théologie, une réinvention de sa méthode » (p. 32-34). C’est toute la vitalité de la tradition patristique qui passe ainsi des Sentences au Commentaire des Sentences. Et la traduction en latin des œuvres d’Aristote par Guillaume de Moerbeke mais aussi l’enseignement d’Albert le Grand sur Aristote ouvraient aux Commentaires de Thomas d’Aquin.

5L’essentiel reste que M. Nodé-Langlois, en rassemblant tous ces textes sur la base de l’édition léonine et en offrant une traduction très lisible, montre les sources, bibliques, patristiques et philosophiques de la pensée politique de Thomas d’Aquin : mentionner explicitement sa source apparaît comme la base indispensable de ce dialogue entre trois « autorités », et par cela même, le lecteur entre dans un autre monde que la théologie naissante des Pères qui étaient plus soucieux, souvent, d’affirmer la pleine priorité de l’Écriture et de «  christianiser » (ou d’exclure) les philosophes païens. La forme du « commentaire » a ici quelque chose d’admirable : appropriation patiente de la pensée des autorités traditionnelles par une sorte de paraphrase, une forme reconnue dans l’Antiquité, bannie aujourd’hui, les Sommes et autres traités venant ensuite lui donner un développement théologique (voir sur ce point, par exemple F. Daguet, op. cit., sur « les transformations thomasiennes du politique aristotélicien »).

6Les commentaires de l’Éthique à Nicomaque et de La Politique occupent les deux tiers du livre. À lire en parallèle l’analyse de la concorde (ÉthNic IX, 6), des liens entre éthique et politique (ÉthNic X, 10) et leurs commentaires par Thomas d’Aquin, on voit comment, tout en suivant ligne à ligne sa source, reprenant les mêmes comparaisons, sans ajouter aucune autre référence, sinon à l’intérieur du corpus aristotélicien, Thomas met en évidence les progrès de l’argumentation. La Somme, elle, en faisant large place à l’Écriture et au maître Augustin, développe le lien entre concorde et paix, puis associe concorde et charité d’un côté, discorde et péché de l’autre. Concernant la Politique, le commentaire de Thomas d’Aquin est inachevé et s’arrête au livre III. Après avoir insisté comme Aristote sur le lien nécessaire entre éthique et politique, Thomas suit les développements du philosophe sur l’origine des cités, l’esclavage — par nature ou par loi —, les rapports entre mari et femme, les formes de gouvernement, et en cela il reste l’homme d’un monde ancien. Sept « leçons » du livre II reprennent les critiques des conceptions socratiques/platoniciennes de la cité, et principalement de la proposition de la mise en commun des biens et des personnes. En tout cela, la fidélité de Thomas d’Aquin à Aristote est entière, mais à ce stade, le lecteur peut se demander si l’influence majeure d’Augustin et de sa Cité de Dieu n’amènera pas Thomas à réintroduire quelque esprit plus platonicien dans ses conceptions politiques. Enfin, la distinction, elle aussi nécessaire, entre la vertu du citoyen et celle de « l’homme de bien » pourrait bien être une pierre d’attente pour ce que Paul nomme « notre cité dans les cieux » (Ph 3, 20).

7On voit comment cet immense travail de M. Nodé-Langlois constitue un maillon décisif pour une meilleure connaissance de la théologie du xiiie siècle, et plus largement, pour une réflexion, si urgente aujourd’hui, sur le politique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Vinel, « Thomas d’Aquin, Commentaires politiques »Revue des sciences religieuses, 94/2-4 | 2020, 407-409.

Référence électronique

Françoise Vinel, « Thomas d’Aquin, Commentaires politiques »Revue des sciences religieuses [En ligne], 94/2-4 | 2020, mis en ligne le 31 décembre 2020, consulté le 21 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/rsr/9790 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rsr.9790

Haut de page

Auteur

Françoise Vinel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page
  • Logo Université de Strasbourg
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search