Navigation – Plan du site

AccueilNuméros94/2-4RecensionsKarol Wojtyla / Jean-Paul II, Par...

Recensions

Karol Wojtyla / Jean-Paul II, Paroles pour un monde qui ne croit plus. Catéchèses inédites sur le discours à l’Aréopage

Trad. par M. de La Roncière, Perpignan – Paris, Artège, 2020, 157 p.
Agnès Bastit
p. 409-411
Référence(s) :

Karol Wojtyla / Jean-Paul II, Paroles pour un monde qui ne croit plus. Catéchèses inédites sur le discours à l’Aréopage, trad. par M. de La Roncière, Perpignan – Paris, Artège, 2020, 157 p.

Texte intégral

1À une date indéterminée, quelque part entre un voyage à Athènes et Jérusalem en 1963, qui l’avait beaucoup marqué, et son élection au siège romain en 1978, K. Wojtyla a préparé une série de treize méditations, apparemment destinées à être prononcées devant un auditoire qui nous reste inconnu. Le thème de cette sorte de « retraite théologique » était le Discours sur l’Aréopage d’Athènes, inséré par Luc au cœur du récit de la prédication missionnaire de Paul (Ac 17, 22-31). Cette série d’enseignements a été récemment découverte, sous forme de manuscrit inédit et publié à Cracovie en 2018 (Kazanie na Areopagu. 13 katechez, aux éditions Wydawnictwo literackie ; voir ma présentation dans RevSR 93/1-2, 2019, p. 171-177). Disons d’emblée que la traduction est très fidèle et très attentive, et permet vraiment d’accéder à la pensée, et même à la parole de l’auteur. En revanche, on regrettera la relégation du titre en sous-titre, et le choix par l’éditeur d’une formule longue et inappropriée comme titre : Paroles pour un monde qui ne croit plus. Outre le caractère un peu désabusé d’une telle expression, elle est particulièrement inadaptée au contenu de l’ouvrage. K. Wojtyla en effet, dans sa méditation sur le Nouveau Testament, s’insère en quelque sorte dans la perspective de Paul, prêt à gagner au Christ tout le monde habité de son temps. D’ailleurs, la onzième catéchèse du cycle est animée par le même élan missionnaire.

2Le cycle se subdivise nettement en trois parties d’inégale longueur : Dieu et l’homme ; le Christ ; l’Église et le monde. Même si l’A. ne perd jamais complètement de vue par la suite le discours de Paul qui lui sert de thème ou de « texte », les cinq premières catéchèses forment un bloc qui lui est presque exclusivement consacré, en une lecture verset par verset de la proclamation apostolique allant d’Ac 17, 22 à 31. Il lit cette adresse aux grecs cultivés d’Athènes sur le fond de sa culture philosophique : c’est ainsi qu’il fait une large place à la recherche de Dieu par l’homme « comme à tâtons » (Ac 17, 27) et à la reconnaissance d’une source de la vie et d’un créateur de toutes choses, présente dans la philosophie grecque classique (Platon, Aristote), et même entrée dans la conscience diffuse des grecs cultivés (cat. 1 et 2). Dans cette première partie, il consacre deux catéchèses (cat. 3 et 4) au rapport de l’homme à la vérité et à l’action, par ses capacités de connaissance et d’autodétermination, selon une éthique d’inspiration aristotélicienne. Au cours des années qui ont précédé le Concile, en effet, K. Wojtyla enseignait la philosophie morale à l’université catholique de Lublin, et lisait entre autres en séminaire avec ses étudiants l’Éthique à Nicomaque, où la dignité de l’acte humain libre et autodéterminé, éclairé par la connaissance du réel, se trouve mise en valeur. Cette vision aboutit à une présentation de l’homme « à l’image et à la ressemblance de Dieu » (Gn 1, 26) similaire à celle qu’ont mise en avant les Pères de l’Église — qui partageaient la même culture grecque classique et voyaient dans la liberté et la faculté rationnelle les principales formes de l’image de Dieu.

3Après cette première séquence marquée par la théologie naturelle et l’éthique, vient un second bloc centré sur le Christ (cat. 6 à 9), qui associe les théologies de Jean et du Paul des épîtres. K. Wojtyla emprunte en particulier à Jn 3 (dialogue avec Nicodème) et à Jn 1 (prologue général de l’évangile) pour considérer d’abord le « don » fait par le Père de son « Fils unique », « Verbe fait chair », « né de la femme », et tenter de comprendre la nature de l’action de salut qu’il accomplit. Pour cela, après Jean il se tourne vers Paul, qui écrit aux Corinthiens : « Celui qui n’a pas connu le péché, [Dieu] l’a pour nous fait péché, afin qu’en lui nous devenions justice de Dieu » (2 Co 5, 21). Conformément à la conviction que la miséricorde divine est la limite imposée au mal (développée par Jean-Paul II dans son encyclique Dives in misericordia, et rappelée dans son ouvrage Mémoire et identité), la démesure de ce don l’emporte sur l’accumulation du mal humain. S’arrêtant ensuite sur la venue de Jésus ressuscité au Cénacle en Jn 20, où à la fois il montre les marques de sa passion et leur communique l’Esprit, K. Wojtyla voit ce don de l’Esprit comme communiqué, en quelque sorte, par les plaies glorieuses, et y lit le lien entre la passion de Jésus et la régénération des hommes par l’Esprit. Suivant une ligne complémentaire, qui remonte à la théologie des Pères grecs, il pose aussi, en citant Gaudium et Spes (22, 1), que le « Fils de Dieu s’est en quelque sorte uni lui-même à tout homme » et l’a donc potentiellement revivifié par sa résurrection.

4À partir de la dixième catéchèse s’ouvre une dernière série de méditations orientée surtout vers la diffusion dynamique de l’Esprit Saint, la sanctification de l’Église et l’attente de l’accomplissement final (cat. 10 à 13). C’est dans cette dernière partie que le Nouveau Testament, très présent dans les catéchèses précédentes, cède le pas aux documents conciliaires de Vatican II (surtout Gaudium et Spes et Lumen gentium). C’est à ce stade aussi que le moment de la mission, déjà pris en considération dans le récit de l’épisode du discours de Paul, rejoint l’époque contemporaine du cardinal de Cracovie, pour en renouveler l’élan. L’Église aujourd’hui propose à ceux qui ne la connaissent pas, comme au temps de Pierre et de Paul, de « se convertir », et plus largement aussi aux sociétés de s’orienter vers la justice : « Ce ‟convertissez-vous” (Ac 2, 28), écrit K. Wojtyla, signifie : entrez, pénétrez dans le mystère vivifiant du Christ, puisez à sa vie. En lui, ‟Dieu a tant aimé le monde…” (Jn 3, 16) ». La dernière catéchèse, consacrée à la prière, élargit la perspective à une vision proprement cosmique, qui fait écho à celle des anciens, pour lesquels la création elle-même loue Dieu et tend vers lui. En ce qui concerne l’homme, le prototype de la prière, pour l’auteur, est le Christ avant sa passion, qui dans le même moment prie son Père de le « glorifier » (Jn 17, 5) et de lui épargner « cette coupe » (Mt 26, 39). Ainsi, l’Église et la création portent « l’espérance […] de jouir de la liberté de la gloire des enfants de Dieu » (Rm 8, 21).

5Au cours de cet enchaînement de méditations, K. Wojtyla a ainsi pris en considération et ruminé en profondeur, à partir des textes apostoliques, tous les principaux articles des symboles de foi, depuis la foi au Dieu créateur jusqu’à la résurrection de la chair et au renouvellement de la face du monde, en passant par la venue du Christ, son offrande salvifique, sa glorification et le don de l’Esprit. Chemin faisant, philosophie et Écritures, inspiration ancienne et parole récente de l’Église se sont trouvées convoquées pour illustrer l’adage conciliaire qui sert de fil rouge à tout le cycle, et sans doute à une grande partie de l’œuvre de K. Wojtyla : « Le Christ nouvel Adam […] manifeste pleinement l’homme à lui-même et lui découvre l’extrême grandeur de sa vocation » (Gaudium et Spes 22, 1).

6L’annotation du traducteur est claire et bienvenue, des annexes complètent le volume, précédé d’une bonne introduction du traducteur et d’un avant-propos de l’ancien secrétaire du pape Jean-Paul II, repris à l’édition polonaise. On aurait pu souhaiter un index scripturaire, ainsi qu’un index des textes conciliaires, qui auraient pointé vers les passages privilégiés de l’Écriture et de Vatican II qui ont inspiré l’archevêque de Cracovie. En l’état, on ne peut que se féliciter qu’un texte aussi clair, riche et profond, qui en une centaine de pages donne à pénétrer l’ensemble des mystères de la foi chrétienne, ait été mis à la disposition du public francophone dans une traduction aussi appropriée à une lecture fructueuse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Agnès Bastit, « Karol Wojtyla / Jean-Paul II, Paroles pour un monde qui ne croit plus. Catéchèses inédites sur le discours à l’Aréopage »Revue des sciences religieuses, 94/2-4 | 2020, 409-411.

Référence électronique

Agnès Bastit, « Karol Wojtyla / Jean-Paul II, Paroles pour un monde qui ne croit plus. Catéchèses inédites sur le discours à l’Aréopage »Revue des sciences religieuses [En ligne], 94/2-4 | 2020, mis en ligne le 31 décembre 2020, consulté le 15 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/rsr/9791 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rsr.9791

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page
  • Logo Université de Strasbourg
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search