Navigation – Plan du site

AccueilNuméros94/2-4RecensionsRognon, Frédéric (dir.), Penser l...

Recensions

Rognon, Frédéric (dir.), Penser le suicide. Actes du colloque international et interdisciplinaire tenu à Strasbourg les 17 et 18 novembre 2016

(Chemins d’éthique), Strasbourg, Presses universitaires, 2018, 251 p.
Frédéric Trautmann
p. 415-416
Référence(s) :

Rognon, Frédéric (dir.), Penser le suicide. Actes du colloque international et interdisciplinaire tenu à Strasbourg les 17 et 18 novembre 2016 (Chemins d’éthique), Strasbourg, Presses universitaires, 2018, 251 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage rassemble les actes du colloque international qui s’est tenu à Strasbourg en novembre 2016 et qui a nourri « l’ambition de tenter de penser le suicide » (p. 7). Face à la complexité de cette question aussi bien universelle dans son ampleur que radicalement subjective du point du vue de celui qui décide de se suicider, les organisateurs ont choisi de retenir quatre axes épistémologiques permettant d’articuler les interventions de manière interdisciplinaire.

2Le premier axe est consacré aux approches disciplinaires et interdisciplinaires partant d’une esquisse anthropologique des significations du suicide (D. Le Breton) et d’une approche psychologique (M.-F. Bacqué). D. Frey aborde les questions philosophiques autour du suicide à partir de l’essai Le Mythe de Sisyphe écrit par Albert Camus. B. Coulmont interroge l’actualité du texte d’Émile Durkheim sur ce sujet. L’approche théologique chrétienne sur le suicide est étudiée par K. Lehmkühler dans un vaste panorama qui va d’Augustin à Dietrich Bonhoeffer en passant par Thomas d’Aquin et Martin Luther. J. Dean traite de la question du suicide dans le corpus coranique et la tradition musulmane.

3Le deuxième axe dresse un état des lieux du suicide de nos jours avec les contributions de V. Berthou sur le thème du suicide des adolescents, qui est un « problème de santé majeur » (p. 105) et dont l’auteur cherche à saisir les raisons qui « sont toujours le signe d’une souffrance individuelle et interpersonnelle » (p. 106). F. Bègue développe sa réflexion à partir du phénomène des suicides en milieu professionnel qui « amènent à reconsidérer notre regard sur le travail, sur l’homme au travail » (p. 121) à partir de ses fragilités et faiblesses. B. George présente la question du suicide en milieu carcéral et notamment des moyens mis en œuvre par l’administration carcérale pour prévenir ce qu’elle appelle la « crise suicidaire » d’un individu (p. 127). D. A. Castelli Dransart développe les enjeux des processus de reconstruction des endeuillés où interviennent aussi bien la question du sens de la vie que la nécessité de préciser la responsabilité quant à leur rôle direct ou indirect.

4Le troisième axe rassemble les contributions se rapportant aux problématiques de fin de vie, d’euthanasie et de suicide assisté, abordées de manière philosophique par F. Galichet : il commente notamment un arrêt de la Cour suprême du Canada au sujet d’une interdiction de l’aide au suicide qui serait opposée au droit à la vie. P. Hintermeyer souligne que l’euthanasie volontaire se réfère de manière paradoxale aux valeurs fondamentales d’autonomie, de liberté et de dignité. M. Zeisser propose une réflexion sur les demandes de mort qui sont formulées dans les unités de soins palliatifs : des réponses humanisantes sont possibles, conjuguant écoute attentive du patient et mise en œuvre d’une prise en charge globale qui lui permette de se réapproprier son corps souffrant, pour « réintégrer ce temps du mourir dans un espace de signification qui est l’entièreté de la vie du patient » (p. 173). M.-J. Thiel propose une réflexion sur le suicide médicalement assisté à partir de la définition de la médecine moderne donnée par Michel Foucault, d’un « faire vivre et laisser mourir » (p. 178) pour aboutir à « accueillir la mort et vivre pleinement » (p. 188). Le suicide médicalement assisté n’est jamais « une affaire purement personnelle » (p. 190) car « le mourir (accueilli ou provoqué) implique aussi autrui [qui peut] utiliser l’autonomie de ses sujets pour mieux les influencer » (p. 190). À l’inverse, « pour accueillir la mort, chacun doit pouvoir s’appuyer sur autrui, mais aussi, si possible, sur des instances proposant du sens et nourrissant le spirituel » (p. 192) car « l’autonomie authentique est d’essence relationnelle » (p. 193).

5Le quatrième axe porte sur les ouvertures éthiques et spirituelles du suicide. J.-D. Causse s’interroge sur l’acte suicidaire en ce qu’il est transgressif et « conduit au-delà d’un simple attachement à sa propre survie et à son bien-être » (p. 199) qui est à comprendre « dans un hors-sens, c’est-à-dire dans ce qui précisément n’appartient pas au couple formé par le sens et le non-sens » (p. 200). Ayant elle-même vécu le suicide d’un fils, L. Basset interroge avec finesse et profondeur le texte biblique (Dt 30, 19b) où « choisir la vie revient en fait à choisir les vivants » (p. 216), non d’une manière abstraite, mais d’inscrire son chemin « à l’intérieur d’une Vie omniprésente » (p. 216). Enfin, G. Vincent donne une synthèse au colloque ouvrant la réflexion sur le suicide sur des images de la vie et de la mort qui sont comme les deux faces de la même médaille : « C’est rien de moins que l’image de la vie et l’évaluation qu’elle véhicule qu’il s’agit probablement d’interroger ou de réinterpréter » (p. 235).

6La diversité des approches et l’orientation transdisciplinaire des interventions permet un croisement des regards particulièrement heureux esquissant un panorama ample et nuancé des questions liées au suicide. Ce n’est pas le moindre des mérites de cet ouvrage qui parvient au final à penser le suicide dans l’épaisseur de la vie jusque dans la mort.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Trautmann, « Rognon, Frédéric (dir.), Penser le suicide. Actes du colloque international et interdisciplinaire tenu à Strasbourg les 17 et 18 novembre 2016  »Revue des sciences religieuses, 94/2-4 | 2020, 415-416.

Référence électronique

Frédéric Trautmann, « Rognon, Frédéric (dir.), Penser le suicide. Actes du colloque international et interdisciplinaire tenu à Strasbourg les 17 et 18 novembre 2016  »Revue des sciences religieuses [En ligne], 94/2-4 | 2020, mis en ligne le 31 décembre 2020, consulté le 15 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/rsr/9830 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rsr.9830

Haut de page

Auteur

Frédéric Trautmann

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page
  • Logo Université de Strasbourg
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search