Navigation – Plan du site

AccueilNuméros94/2-4RecensionsHusserl, Edmund, Idées directrice...

Recensions

Husserl, Edmund, Idées directrices pour une phénoménologie pure et une philosophie phénoménologique

Trad. nouv. par Jean-François Lavigne (Bibliothèque de philosophie), Paris, Gallimard, 2018, XXXII, 716 p.
Philippe Capelle-Dumont
p. 418-420
Référence(s) :

Husserl, Edmund, Idées directrices pour une phénoménologie pure et une philosophie phénoménologique, trad. nouv. par Jean-François Lavigne (Bibliothèque de philosophie), Paris, Gallimard, 2018, XXXII, 716 p.

Texte intégral

1C’est un événement éditorial de premier ordre. Du maître livre de Husserl, initiateur de la phénoménologie contemporaine, le lecteur francophone disposait jusqu’à présent de l’édition de 1950 comportant la traduction de Paul Ricœur réalisée au temps des confinements de la captivité dans le Stalag allemand de Poméranie. J.-F. Lavigne, auteur de cette nouvelle traduction, professeur de philosophie contemporaine et d’histoire de la phénoménologie à l’université de Montpellier, ne manque certes pas de rendre hommage à celui dont la traduction « historique » a profondément marqué plusieurs générations françaises de phénoménologues, d’historiens des idées, mais aussi quelques théologiens, leur fournissant dès cette époque, sous une forme élégante et pédagogiquement indicée, l’accès au nouveau paradigme philosophique qu’avaient initialement éprouvé dans l’orbite de Husserl les Reinach, Conrad, Pfänder, Geiger, Ingarden, Schütz et Edith Stein.

2Toutefois, près de soixante-dix années après sa première version française, alors même qu’il est devenu l’un des livres des plus commentés de l’histoire des idées philosophiques, plusieurs motifs — dont rend compte J.‑F. Lavigne — justifiaient la nouvelle entreprise de traduction. En premier lieu, Ricœur n’avait pu se confronter, pour des raisons que lui-même avait invoquées, aux dizaines de milliers de pages d’inédits husserliens que le Père van Breda avait fait secrètement transférer à Louvain dans la période nazie. Progressivement exhumés et publiés sous les auspices des Archives Husserl de Louvain avec les quarante-cinq volumes des Œuvres complètes, ils ont suscité maints travaux et apporté des lumières nouvelles sur le contexte et le processus d’élaboration de l’ouvrage du maître — qu’il fallait intégrer.

3Aussi convenait-il, en deuxième lieu, de corriger les quelques erreurs émaillant la traduction française de 1950, certaines n’étant pas mineures, voire ayant la charge du contresens. Exemples : – l’indistinction entre les vocables reell, real, wirklich unilatéralement et indûment rendus par « réel » ; – un faux sens avec Wesenhalt traduit par « statut d’essence », au lieu de « teneur d’essence » ; – la traduction étrange, de Sensuell, par « sensuelle », est ici abandonnée au profit de « sensorielle », donnant au § 85 rendu célèbre par Michel Henry, la bonne vection compréhensive. Deux autres exemples, aux conséquences plus lourdes : – au § 58 consacré à la « transcendance de Dieu », la traduction ricœurienne s’était assortie d’un propos certes à dessein pédagogique qui non seulement ne figurait pas dans le texte allemand — une « surtraduction » (p. XVII) — mais qui détournait de l’intention de Husserl moins enclin à dénigrer la « conscience religieuse » qu’à tenir l’affirmation religieuse hors de la considération philosophique (voir à cet égard la mise au point de J.-F. Lavigne, p. XXVII, n. 2) ; – dernier exemple parmi d’autres : au § 59 c’est le sens même de l’ « épokhé » phénoménologique qui s’y trouve en jeu alors que, loin de porter sur les seules thèses du domaine des sciences, elle concernait l’ensemble du savoir comme tel.

4En troisième lieu, une nouvelle édition allemande avait vu le jour en 1976 à la demande des Archives Husserl, assurée par Karl Schumann qui l’avait distribuée en deux tomes distincts : l’un revenant au texte original publié en 1913 dans le Jahrbuch für Philosophie und phänomenologische Forschung (vol. 1, Halle, M. Niemeyer), puis réédité en 1922 et en 1928 du vivant de Husserl ; l’autre réunissant les additions manuscrites de l’auteur. En suivant cette édition de Schumann — qui s’écartait de celle de Walter Biemel publiée en 1950 et qui avait procédé à des remaniements sur le texte original en tenant compte de notes additionnelles de Husserl —, la présente édition Lavigne donne enfin accès, en un seul volume et de façon ordonnée, à tout ce corpus connu du lectorat germanophone. Précisément, au nombre des bénéfices recueillis dans l’opération, figure en bonne place le choix conséquent d’accompagner le texte original de Husserl de ses multiples observations latérales (« Manuscrits en vue de la rédaction », « Textes provenant du manuscrit au crayon », « Textes provenant des planches d’impression », « Feuillets provenant du ‟Dossier Gibson” ») ainsi que de ses remarques ponctuelles, ici spécialement placées, au fur et à mesure, en notes de bas de page. Ainsi se trouve mis à la disposition du lecteur francophone, outre les précieux glossaires et index établis en fin de volume (p. 658-703), tous les instruments permettant de se repérer dans le paysage inévitablement sinueux et les déplacements théoriques (sur l’« intentionnalité », la « réduction transcendantale », la « constitution » etc.) qu’impliquait une recherche aussi novatrice que complexe et dont des pans entiers de la philosophie contemporaine sont redevables.

5En tout cela, la précision technique et la rigueur sémantique impeccables dont fait continûment preuve J.-F. Lavigne n’obèrent pas l’élégance et la fluidité stylistiques de son texte, ne donnant rien à envier à celles de Ricœur lui-même. Non moins, on lui sera reconnaissant pour le joyau pédagogique que représente l’« Avant-propos du traducteur », restituant dans une expression ciselée les différentes étapes des investigations husserliennes, allant des Recherches Logiques de 1901 jusqu’à la rédaction terminale des Idées directrices de 1913 — ce dont chercheurs et étudiants sauront tirer largement profit.

6Cette livraison éditoriale s’inscrira noblement dans la déjà longue mémoire de la tradition phénoménologique ; elle donnera à comprendre mieux ce que fut le projet « scientifique » de la phénoménologie transcendantale : en se déclinant principalement comme une critique de la raison (logico-scientifique, éthico-pratique et esthétique), elle s’est placée, à même sa radicalité, sur l’horizon de l’universalité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Capelle-Dumont, « Husserl, Edmund, Idées directrices pour une phénoménologie pure et une philosophie phénoménologique »Revue des sciences religieuses, 94/2-4 | 2020, 418-420.

Référence électronique

Philippe Capelle-Dumont, « Husserl, Edmund, Idées directrices pour une phénoménologie pure et une philosophie phénoménologique »Revue des sciences religieuses [En ligne], 94/2-4 | 2020, mis en ligne le 31 décembre 2020, consulté le 15 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/rsr/9840 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rsr.9840

Haut de page

Auteur

Philippe Capelle-Dumont

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page
  • Logo Université de Strasbourg
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search