Navigation – Plan du site

AccueilNuméros94/2-4Notices brèvesCassiodore, De l’âme

Notices brèves

Cassiodore, De l’âme

Texte émendé de l’édition J. W. Halporn, introd., trad. et notes [par] A. Galonnier (Sources chrétiennes 585), Paris, Cerf, 2017, 425 p.
Isabelle Moulin
p. 422-423
Référence(s) :

Cassiodore, De l’âme, texte émendé de l’édition J. W. Halporn, introd., trad. et notes [par] A. Galonnier (Sources chrétiennes 585), Paris, Cerf, 2017, 425 p.

Texte intégral

1La collection des « Sources chrétiennes » s’enrichit d’un nouveau volume (n° 585) avec la traduction, précédée d’une introduction et des notes, du traité de l’âme de Cassiodore. Le texte qui a servi de support à la traduction est celui du volume 96 de la collection du Corpus Christianorum Series Latina (Magni Aurelii Cassiodori De anima, éd. J. W. Halporn [CCSL 96], Turnhout, Brepols, 1973). Le traducteur, A. Galonnier, a cependant revu l’édition du CCSL et procédé à quelques modifications (listées p. 196-197). La traduction française de ce texte fondamental de Cassiodore était non seulement rendue nécessaire par l’absence de traduction récente mais également par le caractère incomplet de celle dont on disposait jusqu’ici (celle de S. de Rouville, effectuée sur un texte non critique, datait de 1874 et ne comportait pas les chapitres 12 et 18).

2Outre la traduction, l’intérêt de ce volume réside dans la longue introduction (197 pages) qui fait le point sur la vie et les écrits de Cassiodore, une analyse du traité et un chapitre sur la réception et l’influence de ce texte.

3Ce fondateur du monastère de Vivarium au vie siècle, mort presque centenaire selon la tradition, présente une œuvre multiforme, faite de textes historiques (chroniques, historiae), exégétiques, rhétoriques, épistolaires, etc. Auteur, compilateur et traducteur, il se présente surtout comme un chaînon indispensable entre la culture païenne et la culture chrétienne, ou, comme le dit l’A. dans son introduction, « il matérialise la transition entre une culture séculière s’autocélébrant et la même entrant au service de l’exploration de la révélation primordiale de Dieu » (p. 43). La structuration même de l’ouvrage du De anima en témoigne, puisqu’il s’élève de la définition et de l’exposé de la nature de l’âme cognitive (en passant par sa substantialité, ses vertus morales et naturelles, son origine et son rapport au corps) à la description de l’âme contemplative pour s’achever dans la louange à Dieu. Dans la lignée de la transmission latine de l’héritage antique, Apulée, Marius Victorinus, Calcidius, Macrobe et Boèce, Cassiodore présente une conception de l’âme parfois en rapport avec celle d’Augustin, parfois en rupture avec elle. Il convient surtout de noter sa distinction particulière de l’animus, mens, spiritus qui lui permet de différencier soigneusement l’anima de ses manifestations ainsi que du spiritus. Il s’écarte également du schéma de la trinité psychologique d’Augustin. La fortune médiévale de ce traité mérite qu’on lui prête une attention soutenue, rendant ce nouveau volume des « Sources chrétiennes » indispensable au médiéviste.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Moulin, « Cassiodore, De l’âme »Revue des sciences religieuses, 94/2-4 | 2020, 422-423.

Référence électronique

Isabelle Moulin, « Cassiodore, De l’âme »Revue des sciences religieuses [En ligne], 94/2-4 | 2020, mis en ligne le 31 décembre 2020, consulté le 15 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/rsr/9874 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rsr.9874

Haut de page

Auteur

Isabelle Moulin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page
  • Logo Université de Strasbourg
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search