Navigation – Plan du site

AccueilRevue de l'Association des rurali...07Comptes-rendus de lectureEva VETTER, Plus de breton ? Conf...

Comptes-rendus de lecture

Eva VETTER, Plus de breton ? Conflit linguistique en Bretagne rurale, Le Relecq-Kerhuon, Éditions An Here, 1999, 254 p.

Laurent Le Gall

Entrées d’index

Chronologique :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Diglossie/conflit linguistique, ou comment interpréter les relations, les fractures entre deux langues concurrentes ? Eva Vetter a mené l’enquête. À partir d’un outillage scientifique sur les rapports entre une langue dominée et une langue dominante, grâce à une étude sur le terrain — la commune de Ploumoguer, dans le Finistère en sa partie léonarde —, la sociolinguiste renouvelle la question. Plutôt que de se fonder sur une explication proprement historique du phénomène de substitution du breton par le français, elle préfère se consacrer à l’analyse des facteurs linguistiques qui font que l’on parle ou ne parle plus breton dans la vie quotidienne.

2Plusieurs conclusions apparaissent. D’une part, la rencontre des deux langues est conflictuelle, même si depuis les années 1950, le français l’a définitivement « emporté » sur le breton. D’autre part, l’étude entreprise à travers le prisme des réseaux — la famille, le voisinage, le lieu de travail, la commune — montre de façon significative que plus l’insertion des individus dans ceux-ci est grande et plus le processus de substitution qui a lieu entre les générations est freiné. Les réseaux apparaissent en quelque sorte comme les conservatoires de la langue des générations passées. Enfin, l’individu confronté au choix de l’utilisation d’une des deux langues le fait en fonction de ce qu’il perçoit de la valeur positive accordée à l’une ou à l’autre en fonction du contexte. L’équation breton égale créateur de communauté permet ainsi de saisir pourquoi les personnes fortement engagées dans les réseaux sont aussi celles qui ont l’occasion de parler davantage breton.

3Au-delà du caractère militant de l’étude, malgré l’aridité ponctuelle du propos pour un non-spécialiste, l’étude d’Eva Vetter permet de reconsidérer avec profit les interactions entre la langue et le social.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Le Gall, « Eva VETTER, Plus de breton ? Conflit linguistique en Bretagne rurale, Le Relecq-Kerhuon, Éditions An Here, 1999, 254 p. »Ruralia [En ligne], 07 | 2000, mis en ligne le 22 janvier 2005, consulté le 18 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/ruralia/202

Haut de page

Auteur

Laurent Le Gall

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search