Navigation – Plan du site

AccueilNuméros4ArticlesDe la « fleur marine » au « poiss...

Articles

De la « fleur marine » au « poisson-nuage », transmission et réception des savoirs zoologiques sur les éponges de l’Antiquité à la Renaissance1

From the “Flower of the Sea” to the “Cloudfish”: Transmission and Reception of Zoological Knowledge on Sponges
Morgane Cariou

Résumés

Le présent article s’intéresse à la fortune antique, médiévale et renaissante du savoir des Anciens sur les spongiaires. La première partie montre que la tradition postérieure aux travaux du Lycée s’est fondée, paradoxalement, sur une anecdote rapportée du bout des lèvres par Aristote, celle de l’existence d’une αἴσθησις censément mise en lumière par un mouvement de rétractation à l’approche d’un plongeur. Cette réticence et ce scepticisme ont été balayés par la tradition zoologique antique, qui n’a plus fait mention, à propos des éponges, ni de la continuité des êtres ni même des analogies avec les végétaux, pourtant mises en avant par le naturaliste. Dans le corpus hétéroclite byzantin et dans les encyclopédies et traductions de l’Occident médiéval, on observe, à de rares exceptions près, un phénomène d’érosion épistémologique et d’accentuation du merveilleux. Les traités ichtyologiques produits dans les années 1550 par des médecins naturalistes mettent un terme à ce processus, par un double mouvement de retour aux sources et de confrontation avec la nature : Belon réaffirme la pertinence de la catégorie de zoophyte tandis que Rondelet réfute l’idée d’une quelconque sensation des éponges pour les rapprocher, à l’instar d’Aristote, des végétaux, classement qui fera autorité jusqu’au milieu du XVIIIe siècle.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Mes remerciements vont aux organisateurs du colloque « Transmission des savoirs sur les poissons et (...)
  • 2 Les variantes ici adoptées sont celles d’un des plus anciens témoins manuscrits des Enigmata Tullii(...)

Dissimilem sibi dat mihi mater figuram ;
caro nulla mihi, sed viscera cava latebris.
Sumere nihil possum, si non absorbuero matrem,
et quae me concepit, hanc ego genero postquam.
Manu capta levis, gravis sum manu dimissa,
et quem sumpsi libens, mox cogor reddere sumptum
2.

Ma mère me donne une apparence différente de la sienne ; je n’ai pas de chair mais de creuses entrailles avec des cachettes. Je ne peux rien prendre si je n’ai pas avalé ma mère et après quoi c’est moi qui enfante celle qui m’a conçue. Légère, la main me prend, lourde, elle m’abandonne et je suis bientôt contrainte de rendre le bien que j’avais pris avec empressement.

1C’est en ces termes paradoxaux qu’est formulée la trente-deuxième pièce transmise dans la collection médiévale d’énigmes qui tire son nom de son témoin le plus ancien, le Bernensis, Burgerbibliothek 611 du 8e siècle. Comme on l’aura peut-être deviné, derrière les nombreuses antithèses de ce poème se dissimule l’éponge. En mettant en avant de façon spirituelle les paradoxes de cet être curieux, ce texte plaisant s’inscrit dans une tradition de perplexité qui plonge ses racines dans l’Antiquité, comme l’a suggéré le scribe du Vaticanus Reg. Lat. 1553, du 9e siècle, en copiant à la suite de ce poème médiéval anonyme, au f. 12r, les trois vers de l’énigme 63 du poète tardo-antique Symphosius :

  • 3 Édités par T.J. Leary, Symphosius. The Aenigmata. An Introduction, Text and Commentary, London-New (...)

Ipsa gravis non sum, sed aquae mihi pondus inhaeret.
Viscera tota tument patulis diffusa cavernis.
Intus lympha latet, sed non se sponte profundit
3.

Je ne suis moi-même pas lourde mais le poids de l’eau m’alourdit. Mes entrailles sont toutes entières gonflées et dilatées par des cavités béantes. En moi l’eau se réfugie mais elle ne s’épanche pas d’elle-même.

2Redevable pour partie à une épigramme de Martial qui jouait de l’opposition entre la légèreté de l’éponge sèche et sa pesanteur lorsqu’elle est imbibée,

Haec tibi sorte datur tergendis spongia mensis
Utilis, expresso cum levis imbre tumet
.

  • 4 Épigrammes 14. 144, texte édité et traduit par H.J. Izaac, Martial. Épigrammes, livres VIII-XII, Pa (...)

Le sort t’assigne cette éponge, bonne à essuyer les tables lorsque, légère, elle se gonfle après avoir rendu son eau4.

3le poème de Symphosius – tout comme, plus tard, celui des Énigmes de Berne – s’inscrit dans une tradition de présentation énigmatique des éponges qui trouve ses origines dans le monde grec. En témoignent un court poème de Mésomède de Crète et une épigramme anonyme de l’Anthologie Palatine. Les vers du poète lyrique se présentent comme suit :

  • 5 Nous adoptons ici l’édition de N. Hopkinson (Greek Poetry of the Imperial Period : an Anthology, Ca (...)

Ἄνθος τόδε σοι βυθίων πετρῶν
πολύτρητον ἁλὸς παλάμαις φέρω
σμήνεσσι πανείκελον, Ἀτθίδων
ἅτε κηρὸν Ὑμήττιον ἐκ πετρῶν,
Γλαῦκος ἐν ὕδασι τέρπεται.
Τρίτωνος ὅδἐστὶ χαμεύνα·
τούτῳ παρὰ κύμασι παρθένοι
παίζουσιν, ἀγάλματα Νηρέως·
πώλων ὅδἀφρώδεα θυάδων
Ἐνοσίχθονος ἄσθματα λούει.
Τοῦτον τάμε νηχόμενος δύτας
ἁλὸς ὕδασιν ἄτρομος ἐργάτας,
ἵνα σου κατὰ χιονέων μελῶν
λύσῃ μετὰ νύκτα, γύναι καλά,
κάματον τὸν ἐρωτικὸνὀμμάτων5.

Cette fleur des rochers sous-marins dont les mille trous sont l’œuvre de la mer, je te l’offre. En tout point identique aux ruches, elle est comme le rayon de miel prélevé dans les rocs attiques de l’Hymette et Glaucos se réjouit de sa présence dans les ondes. Elle est la couche de Triton ; au bord des flots, jouent avec elle les jeunes filles qui font la fierté de Nérée. Celle-ci lave les halètements des véloces chevaux écumants de l’Ébranleur de la terre. Le plongeur, s’approchant à la nage, l’a arrachée, travailleur intrépide, dans les ondes marines afin que, à la fin de la nuit, elle débarrasse tes membres à la neigeuse blancheur, ô belle femme, de la fatigue †de l’amour†.

  • 6 Chr. Vendries, Instruments à cordes et musiciens dans l'Empire romain, Paris-Montréal, 1999 : 289.
  • 7 A. Bélis, « Un lirikos de l’époque des Antonins : Mésomède de Crète », dans J. Jouanna, J. Leclant, (...)

4Parce qu’elle ne désigne l’éponge qu’au moyen de périphrases, cette description se donne des allures d’énigme. Sa précision, néanmoins, lève rapidement le voile sur la nature exacte du présent amoureux. Les scribes byzantins ne s’y sont d’ailleurs pas trompés qui ont fait précéder leur copie du titre ἔκφρασις σπόγγου. Cette « description de l’éponge » rassemble plusieurs éléments intéressants : outre la mention de l’usage domestique dans le cadre de la toilette, on relève l’insistance sur la dimension périlleuse du labeur des ramasseurs d’éponge ainsi que le rapprochement, à travers l’image de la « fleur », ἄνθος, avec le règne végétal. Le contexte de performance que l’on peut reconstituer pour cette courte pièce est de surcroît révélateur : on peut envisager avec vraisemblance que le citharède, parfois surnommé le « Lulli d’Hadrien »6, l’avait intégrée dans une des représentations musicales dont il agrémentait les banquets impériaux7. L’énigme ainsi présentée s’en révélait d’autant plus piquante qu’elle renvoyait à un objet familier, présent sous les yeux des banqueteurs.

5C’est à ce même contexte d’utilisation que fait allusion le vingt-sixième poème du livre 14 de l’Anthologie Palatine dédié aux problèmes, oracles et énigmes.

  • 8 Anthologie grecque 14.26.

Ξανθὴ μέν τις ἐγὼν ἤμην πάρος, ἀλλὰ κοπεῖσα
γίνομαι ἀργεννῆς λευκοτέρη χιόνος·
χαίρω δὲ γλυκερῷ τε καὶ ἰχθυόεντι λοετρῷ
πρώτη δαιτυμόνων ἐς χορὸν ἐρχομένη8.

Moi j’étais auparavant jaunâtre mais, une fois coupée, je deviens plus claire que la blanche neige. J’aime me baigner tant dans l’eau douce que dans l’eau poissonneuse, entrant la première dans le chœur des convives.

  • 9 Au f. 140r. Pour une notice récente de ce manuscrit du 14e siècle, voir E. Zingg, « Uno sguardo lid (...)
  • 10 Odyssée 1. 111, 20.151-152. Voir aussi l’épigramme d’Ariston qui range l’éponge parmi les ustensile (...)
  • 11 La très recherchée Spongia officinalis, par exemple, peut avoir des teintes allant du jaunâtre au n (...)
  • 12 Éd. E. Cougny, Epigrammatum anthologia Palatina cum Planudeis et appendice nova, III, Paris, 1890 : (...)

6On comprend habituellement, à la suite d’une indication du scribe du Parisinus gr. 14099, que cette énigme a pour solution « l’essuie-mains en lin », τὸ χειρόμακτρον λινοῦν. Mais il nous paraît plus satisfaisant de rapprocher cette brève description de l’éponge : le deuxième distique rappelle, comme l’a fait Martial après d’autres, au premier rang desquels Homère, qu’elle constitue un accessoire incontournable de la préparation d’une salle de banquet10 tandis que le premier peut correspondre à plusieurs espèces de spongiaires endémiques en Méditerranée qui sont soit blanches naturellement soit blanches après traitement par l’homme en vue de l’usage domestique11. Ce type de description cryptique se retrouve jusque dans la poésie byzantine : dans une épigramme de Jean Géomètre, la persona poétique s’adresse à un destinataire – identifié par le titre de la tradition avec une éponge – pour souligner le paradoxe de sa situation : lui qui a distribué miel et douceurs récolte l’amertume par l’éponge. Cette éponge est manifestement, dans le contexte chrétien qui est celui du poète, celle qui, imbibée de vinaigre, servit à désaltérer le Christ12.

  • 13 Pour être très large, la catégorie antique des zoophytes comprenait notamment l’éponge (cf. frag. 3 (...)

7Le sel de ces prosopopées énigmatiques qui animent et anthropomorphisent les éponges en les dotant d’une voix, d’entrailles ou en évoquant leur génération découle notamment du fait qu’elles reflètent les questionnements et débats des naturalistes de l’Antiquité – et bien au-delà. Les Anciens se sont en effet interrogés sur la nature des éponges, dans lesquelles ils ont vu tantôt une plante, tantôt un animal, tantôt une pierre. Embarrassés par ce cas-limite d’un être hybride et intermédiaire qu’ils finiront par désigner au moyen du mot-valise zoophyte13, ils ont fondé leurs tentatives de classification sur trois critères principaux – la sensation, le mouvement et la reproduction – dont l’étude, selon qu’elle relève de l’observation naturaliste ou du récit de pêcheur, selon le critère auquel elle accorde la prééminence, a nourri des conclusions diverses qui ont elles-mêmes varié au gré de la tradition. Tout en héritant de ces hésitations qui ont parfois été amplifiées par la transmission tardo-antique et médiévale, les auteurs des traités ichtyologiques de la Renaissance ont tenté de démêler les fils particulièrement entremêlés de cette tradition pour reprendre sur de nouveaux frais la question. C’est précisément ce cheminement épistémologique et les mutations méthodologiques qui l’accompagnent que nous souhaiterions étudier aujourd’hui en nous intéressant d’abord au trajet antique des savoirs naturalistes et halieutiques relatifs aux spongiaires. Du trajet de ces savoirs à Byzance et dans l’Occident latin, parallèle à leur diffusion dans les traités syriaques et arabes, nous ne retiendrons que les éléments pertinents pour la compréhension de leurs modalités de réception et de réélaboration au moment où l’ichtyologie moderne prend un premier essor, dans les années 1550.

De la plante à l’animal sanguin sensible : les métamorphoses du savoir aristotélicien dans l’Antiquité

L’éponge dans le corpus biologique d’Aristote

  • 14 Odyssée 1. 111, 22. 439, 22. 453.
  • 15 Pour ce dernier usage, voir Aristote, Histoire des animaux 548 b 2-3, Tite-Live, Histoire romaine 9 (...)
  • 16 Histoire des animaux 548 a 22-549 a 13.
  • 17 Histoire des animaux 523 b 9-12, 527 b 35-20, 535 a 6-25, 546 b 17-18. Sur la « classe fourre-tout  (...)
  • 18 Histoire des animaux 548 a 28-31. L’existence de ces commensaux, qui peuvent être aussi bien des ve (...)
  • 19 Aristote, Du Sommeil et de la veille (τῷ γὰρ αἴσθησιν ἔχειν ὥρισται τὸ ζῷον, « c’est que l’animal e (...)

8Les témoignages littéraires nous enseignent que l’éponge « aux mille trous », πολύτρητος, selon l’épithète homérique reprise par Mésomède14, était, depuis la plus haute Antiquité, un objet du quotidien en usage aussi bien dans l’écriture, la toilette et le nettoyage que dans les soins médicaux ou encore l’armement, où elle servait à amortir les coups15. Elle était aussi, et c’est là ce qui intéresse notre propos, un objet d’étude pour les naturalistes, comme en témoigne le chapitre que lui consacre Aristote dans le livre 5 de son Histoire des animaux16. Dans ce texte qui se situe au fondement de toute la tradition zoologique relative aux éponges, le Stagirite les rattache à la famille des testacés, ὀστρακόδερμα, l’un des quatre groupes des non-sanguins, qu’il définit comme des êtres froids, dénués de reproduction sexuée et dotés d’un principe vital dispersé les rendant aptes à survivre à une division17. Ce chapitre dédié à la génération des éponges est riche en observations et hypothèses. Il s’ouvre sur la mention de commensaux, les pinnothères, qui, dissimulés dans les cavités des éponges, actionneraient une « sorte de toile d’araignée », ἀράχνιον, pour capturer les plus petits poissons18. Il distingue ensuite les éponges des aplysies, variété d’éponge – étymologiquement « non lavable » ou, plus vraisemblablement, « ne lavant pas » – au tissu dense et ressemblant à un poumon. Parmi les éponges à proprement parler, Aristote isole trois variétés : la souple ( μανός), la dense ( πυκνός) – dont le « bouc » constitue une sous-variété ( τράγος) –, et l’éponge d’Achille ( Ἀχίλλειος), qui est à la fois la plus dense et la plus rare. Ces différentes espèces sont elles-mêmes soumises à des variations, poursuit-il, liées à la géographie marine (les éponges au tissu lâche se rencontrant en quantité au large des côtes de Lycie) et au biotope (les éponges les plus douces poussant dans les eaux profondes, tempérées et peu agitées). Tout ce chapitre est traversé par une tension entre deux pôles, celui du végétal et celui de l’animal. À ce dernier appartient le paragraphe, objet de tant de relectures et commentaires dans les traditions antique, médiévale et renaissante, qui évoque avec précaution la possibilité d’une « sensibilité », la présence d’une « sensation », αἴσθησις, des éponges. Or l’on sait que, dans la pensée aristotélicienne, la fonction sensitive est l’apanage de l’animal, à la différence de l’âme nutritive qui caractérise tout être vivant19.

Ἔχει δὲ καὶ αἴσθησιν, ὥς φασιν. Σημεῖον δέ· ἐὰν γὰρ μέλλοντος ἀποσπᾶν αἴσθηται, συνάγει ἑαυτὸν καὶ χαλεπὸν ἀφελεῖν ἐστιν. Ταὐτὸ δὲ τοῦτο ποιεῖ καὶ ὅταν πνεῦμα πολὺ καὶ κλύδων, πρὸς τὸ μὴ ἀποπίπτειν. Εἰσὶ δέ τινες οἳ περὶ τούτου ἀμφισβητοῦσιν, ὥσπερ οἱ ἐν Τορώνῃ

  • 20 Histoire des animaux 548 b 11-15. Toutes les traductions d’Aristote sont empruntées à P. Pellegrin (...)

[L’éponge] a aussi, dit-on, de la sensibilité. En voici la preuve : si elle sent qu’on va l’arracher, elle se contracte et il est difficile de la détacher. Elle fait de même encore lorsqu’il y a un fort vent et de la houle pour ne pas être emportée. Mais il y en qui contestent ce point, comme les gens de Toroné20.

9Aristote retrouve ici la prudence dont il a déjà fait preuve dans le livre i, dans un chapitre consacré aux modes de déplacement des animaux.

  • 21 Histoire des animaux 487 b 10-11.

Δοκεῖ δὲ καὶ ὁ σπόγγος ἔχειν τινὰ αἴσθησιν· σημεῖον δ’ ὅτι χαλεπώτερον ἀποσπᾶται, ἂν μὴ γένηται λαθραίως ἡ κίνησις, ὥς φασιν21.

Et il semble que même l’éponge ait une forme de sensibilité : la preuve en est, à ce que l’on raconte, qu’elle est plus difficile à détacher si l’approche ne se fait pas furtivement.

10La répétition, en incise, de la formule ὥς φασιν, « d’après ce que l’on raconte », permet de comprendre que l’attribution aux spongiaires d’une sensation, quelle qu’elle soit, émane de récits des pêcheurs et non d’observations des naturalistes. Encore ces récits ne s’accordent-ils pas tous entre eux et les réticences des habitants de Toroné, dans la péninsule de Chalcidique, semblent partagées par le Stagirite qui écrit, un peu plus bas, qu’au contraire un consensus se dégage pour attribuer une forme de sensibilité aux aplysies.

  • 22 Histoire des animaux 549 a 7-9.

Ὁμολογεῖται δὲ μάλιστα παρὰ πάντων τοῦτο τὸ γένος αἴσθησιν ἔχειν καὶ πολυχρόνιον εἶναι22.

C’est surtout de cette famille entre toutes que l’on s’accorde à dire qu’elle a de la sensibilité et qu’elle vit longtemps.

  • 23 Histoire des animaux 548 b 17-19. Sur la vie segmentaire des plantes, voir Aristote, Sur la Jeuness (...)
  • 24 Histoire des animaux 548 b 5-8.
  • 25 B. Besnier, « L’âme végétative selon Aristote », Kairos, 9, 1997, p. 33-56 : 38. Sur la faculté nut (...)
  • 26 Histoire des animaux 548 b 26-27.

11Le rapprochement des éponges avec le règne animal, via la notion d’αἴσθησις, bien loin de constituer une hypothèse de travail, n’est en fait que l’enregistrement dubitatif d’un on-dit. Il n’en va pas de même des observations et analyses qui formulent des analogies avec le règne végétal. Aristote relève ainsi que les éponges arrachées se régénèrent complètement à partir de leur pied, capacité propre aux végétaux23. De plus, parce qu’elles sont pleines de vase lorsqu’on les détache, il apparaît qu’elles se nourrissent de vase, comme « les autres êtres qui poussent », τὰ φυόμενα, c’est-à-dire comme les végétaux qui tirent leur nourriture de leur substrat24. Si la faculté sensitive, propre au monde animal, leur fait vraisemblablement défaut, en revanche la faculté nutritive est bel et bien constitutive de leur essence. Commune à tous les êtres vivants, elle se définit par ses deux fonctions, la nutrition et la génération, « exercées à l’état pur dans les plantes », selon les termes de Bernard Besnier25. Une température trop élevée, note enfin Aristote, est défavorable à la croissance des éponges car elles pourrissent alors, « comme les végétaux »26.

  • 27 Sur la classification des êtres chez Aristote, voir A. O. Lovejoy, The Great Chain of Being, Cambri (...)

12Le rapprochement des éponges de la sphère du monde végétal est plus explicite encore dans les textes qui exposent la théorie de la continuité entre tous les règnes de la nature. Le livre 8 de l’Histoire des animaux s’ouvre sur une exposition fameuse de la hiérarchie des vivants, qui, pour provenir de la philosophie platonicienne, se trouve néanmoins appliquée ici pour la première fois à la biologie. Le Stagirite esquisse ici les contours, non pas d’une échelle des êtres, cadre trop rigide et contraignant pour accueillir sa vision du vivant, mais d’une gradation souple et imperceptible qui permet une mise en ordre modulable des êtres27.

  • 28 Histoire des animaux, 588 b 4-6, 17-21.

Οὕτω δ’ ἐκ τῶν ἀψύχων εἰς τὰ ζῷα μεταβαίνει κατὰ μικρὸν ἡ φύσις, ὥστε τῇ συνεχείᾳ λανθάνει τὸ μεθόριον αὐτῶν καὶ τὸ μέσον ποτέρων ἐστίν. […] Ὅλως δὲ πᾶν τὸ γένος τὸ τῶν ὀστρακοδέρμων φυτοῖς ἔοικε πρὸς τὰ πορευτικὰ τῶν ζῴων. Καὶ περὶ αἰσθήσεως, τὰ μὲν αὐτῶν οὐδ’ ἓν σημαίνεται, τὰ δ’ ἀμυδρῶς. δὲ τοῦ σώματος ἐνίων σαρκώδης ἐστὶ φύσις, οἷον τά τε καλούμενα τήθυα καὶ τὸ τῶν ἀκαληφῶν γένος· δὲ σπόγγος παντελῶς ἔοικε τοῖς φυτοῖς28

Ainsi la nature passe petit à petit des êtres inanimés aux animaux, si bien que cette continuité empêche d’apercevoir la frontière entre eux et auquel des deux groupes appartient la forme intermédiaire. […] D’une manière générale, toute la famille des animaux à coquille ressemble aux plantes si on les compare aux animaux qui se déplacent. Et quant à la sensation, certains d’entre eux n’en manifestent absolument aucune, tandis que d’autres en possèdent, mais à un faible degré. La nature du corps de quelques-uns d’entre eux est charnue, par exemple ceux qu’on appelle les ascidies ainsi que la famille des actinies. Quant à l’éponge, elle ressemble complètement aux plantes.

  • 29 Dans les premières pages du livre 5 de l’Histoire des animaux, le naturaliste, qui s’intéresse à la (...)

13Dans ce chapitre, les ὀστρακόδερμα sont présentés comme l’exemple-type d’un genre intermédiaire, situé à l’intersection du règne animal et du règne végétal : parce qu’ils sont privés de mouvement, on peut les rapprocher des plantes, mais parce que certains ont une chair, ils peuvent être classés parmi les animaux29. Sauf l’éponge, précise Aristote, qui est « en tous points semblable aux végétaux ». La lecture de ce texte doit être complétée par celle du passage des Parties des animaux dans lequel les testacés sont de nouveau assignés à une position charnière entre les animaux et les plantes.

  • 30 Les Parties des animaux 681 a 10-19.

Τὰ δὲ τήθυα μικρὸν τῶν φυτῶν διαφέρει τὴν φύσιν, ὅμως δὲ ζωτικώτερα τῶν σπόγγων·οὗτοι γὰρ πάμπαν ἔχουσι φυτοῦ δύναμιν. Ἡ γὰρ φύσις μεταβαίνει συνεχῶς ἀπὸ τῶν ἀψύχων εἰς τὰ ζῷα διὰ τῶν ζώντων μὲν οὐκ ὄντων δὲ ζῴων, οὕτως ὥστε δοκεῖν πάμπαν μικρὸν διαφέρειν θατέρου θάτερον τῷ σύνεγγυς ἀλλήλοις. Ὁ μὲν οὖν σπόγγος, ὥσπερ εἴρηται, καὶ τῷ ζῆν προσπεφυκὼς μόνον, ἀπολυθεὶς δὲ μὴ ζῆν, ὁμοίως ἔχει τοῖς φυτοῖς παντελῶς. Τὰ δὲ καλούμενα ὁλοθούρια καὶ οἱ πλεύμονες, ἔτι δὲ καὶ ἕτερα τοιαῦτ’ ἐν τῇ θαλάττῃ μικρὸν διαφέρει τούτων τῷ ἀπολελύσθαι· αἴσθησιν μὲν γὰρ οὐδεμίαν ἔχει, ζῇ δὲ ὥσπερ ὄντα φυτὰ ἀπολελυμένα30.

Quant aux ascidies, leur nature diffère peu de celle des plantes ; cependant, elles sont plus proches des animaux que les éponges. Ces dernières, en effet, ont tout à fait l’essence d’une plante. La nature, en effet, passe sans discontinuer des inanimés aux animaux en passant par les êtres vivants qui ne sont pas des animaux de sorte que, par leur grande proximité, ils ne semblent que très peu différer entre eux. L’éponge, donc, comme on l’a dit, du fait qu’elle ne vit que quand elle est attachée mais ne vit plus détachée, est complètement semblable aux plantes. Celles que l’on appelle les holothuries, les poumons et encore d’autres animaux marins de nature semblable diffèrent peu de celles-là si ce n’est par le fait qu’ils sont détachés. Ils n’ont en effet aucune sensation et vivent comme s’ils étaient des plantes déracinées.

14De formulation plus assertive, cet extrait du traité étiologique nie avec force l’existence d’αἴσθησις chez les ὀστρακόδερμα tandis qu’il classe l’éponge au bas de l’échelle qui mène de la vie végétale à la vie animale, c’est-à-dire au plus près des plantes.

Le glissement vers l’animal dans l’Histoire naturelle de Pline

  • 31 Sur la taxonomie des éponges dans le monde romain, voir A. Guasparri, « The Roman classification an (...)

15La fortune antique de ces analyses aristotéliciennes tout en nuances est pour le moins tumultueuse puisque, lorsqu’elles refont surface, quelque quatre siècles plus tard, dans l’encyclopédie de Pline, elles se trouvent augmentées et reformulées en des termes fort éloignés voire contradictoires derrière lesquels affleure toute la complexité d’une chaîne de transmission dont les nœuds sont perdus pour nous. Les chapitres 68 à 70 du livre 9 de l’Histoire naturelle dérivent manifestement du long texte du livre V de l’Histoire des animaux. On y retrouve la division en trois espèces des éponges31, la mention d’une nutrition liée à leur substrat et d’une régénération à partir de leur pied, l’anecdote de la rétraction causée par l’approche d’un plongeur, l’énumération, enfin, des variations locales. Le naturaliste romain affirme d’emblée que les éponges relèvent d’une troisième classe, participant à la fois du règne animal et du règne végétal et dotée d’une faculté de sentir, sensus.

Equidem et his inesse sensum arbitror, quae neque animalium neque fruticum, sed tertiam quandam ex utroque naturam habent, urticis dico et spongeis.

  • 32 Pline, Histoire naturelle 9. 68. Toutes les traductions de Pline sont empruntées à S. Schmitt, Plin (...)

Je pense, pour ma part, qu’il y a aussi un sentiment chez les êtres qui n’ont ni la nature des animaux ni celle des plantes mais une troisième nature qui tient des deux précédentes, je veux dire les orties et les éponges32.

16En dépit de cette mention d’une troisième nature, Pline enrichit sa notice de détails résolument zoologiques, trahissant de la sorte une perception des spongiaires qui, à la différence de celle d’Aristote, tire nettement du côté des animaux. L’encyclopédiste rapporte en effet que les éponges se nourrissent, outre de la vase citée dans l’Histoire des animaux, de coquillages et de poissons, ajout qui leur confère une première caractéristique animale. Il franchit un degré supplémentaire lorsqu’il écrit :

  • 33 Histoire naturelle 9. 69.

Intellectum inesse iis apparet, quia, ubi avulsorem sensere, contractae multo difficilius abstrahuntur33.

On voit qu’elles sont dotées d’intelligence au fait que, quand elles sentent que quelqu’un veut les arracher, elles se contractent et sont bien plus difficiles à détacher.

  • 34 Histoire naturelle 9. 149.
  • 35 Histoire naturelle 9. 70 : Ipsi ferunt et nubem quandam crassescere super capita, animali planorum (...)
  • 36 Dioscoride, De materia medica 5. 120. 1. Une particularité du témoignage du médecin est qu’il menti (...)

17L’emploi du substantif intellectus, outre le fait qu’il permet de comprendre que le sensus du paragraphe précédent revêt une acception intellectuelle, induit un glissement majeur par rapport à l’Histoire des animaux. Le mouvement de contraction qui accompagnerait la survenue d’un pêcheur témoignerait non pas d’une sensibilité mais d’une forme d’intelligence, intellectus. À cette faculté propre au règne animal, s’ajoute encore, dans l’Histoire naturelle, une caractéristique entretenant une relation antinomique avec la catégorie aristotélicienne des ὀστρακόδερμα, qui, comme on l’a vu, est constituée de non-sanguins : certaines éponges arrachées laisseraient sur les rochers « une couleur de sang », cruoris colos34. Pline décrit ensuite en des termes très vifs le combat à mort que se livrent les pêcheurs d’éponges et les chiens de mer. Il rapporte en outre, pour mieux le rejeter, un récit de plongeurs selon lequel un poisson plat en forme de nuage, nubes quaedam, tenterait parfois de les empêcher de remonter à la surface : un tel animal-nuage n’a jamais existé et sa légende, écrit-il encore, est « l’œuvre de l’obscurité et de la peur »35. L’ultime chapitre du livre 31 de l’Histoire naturelle poursuit cet infléchissement paradoxographique des connaissances héritées de l’école aristotélicienne en achevant l’animalisation des spongiaires, qui s’y trouvent divisés, comme chez Dioscoride36, en individus mâles et en individus femelles et dotés d’au moins un sens, l’ouïe. La « couleur sanguine » du livre 9 devient ici du sang.

  • 37 Histoire naturelle 31. 47.

Animal esse docuimus, etiam cruore inhaerente. Aliqui narrant et auditu regi eas contrahique ad sonum, exprimentes abundantiam umoris, nec auelli petris posse, ideo abscidi ac saniem remittere37.

Nous avons montré que c'était un animal qui a même du sang qui reste accroché. Quelques-uns racontent aussi qu'elles se gouvernent par l'ouïe et que, si elles entendent un son, elles se contractent en rendant une humeur abondante, qu’elles ne peuvent être arrachées des rochers et que, pour cette raison, on les coupe. Elles rejettent alors une sanie.

Un animal sanguin selon Plutarque et Oppien

  • 38 Histoire des animaux, 548 a 29-30.

18La synthèse de Pline mâtine donc la tradition héritée du Lycée de récits exogènes fabuleux dont les racines sont aussi obscures que leurs ramifications impériales sont illustres. Tout au plus peut-on comprendre, grâce à l’Épitomé d’Aristophane de Byzance, que ce tournant paradoxographique remonte à l’époque hellénistique. Alors qu’Aristote avait écrit que le pinnothère de l’éponge, un petit crabe, actionnait une sorte de « toile d’araignée », ἀράχνιον38, on observe en effet que dans le traité composé à la fin du 3e siècle avant notre ère ce détail a fait l’objet d’une mutation importante.

  • 39 A. 45, éd. S.P. Lambros, Exceptorum Constantini de Natura animalium libri duo : Aristophanis Histor (...)

χει δὲ ὁ σπόγγος πινοφύλακα μεθ’ ἑαυτοῦ ὅμοιον ἀράχνῃ, ὃς αὐτῷ σημαίνει τὰ ἰχθύδια θηρεύειν τὰ εἰσιόντα εἰς τὰς κοιλότητας39.

L’éponge a avec elle un pinnothère semblable à une araignée qui l’informe de la présence de petits poissons à capturer lorsqu’ils s’approchent de ses cavités.

19Cette transformation de la toile d’araignée du pinnothère en animalcule aranéiforme se retrouve chez Plutarque, dans un passage de l’Intelligence des animaux dans lequel il affirme aussi que les éponges sont des êtres animés, sensibles et sanguins.

  • 40 L’Intelligence des animaux 980 B-C. La « mise en garde » et l’« avertissement » sont ceux communiqu (...)

Τὸν δὲ σπόγγον ἡνιοχεῖ θηρίδιον οὐ καρκινῶδες ἀλλ’ ἀράχνῃ παραπλήσιον·οὐ γὰρ ἄψυχον οὐδ’ ἀναίσθητον οὐδ’ ἄναιμον ὁ σπόγγος ἐστὶν ἀλλὰ ταῖς μὲν πέτραις, ὡς ἄλλα πολλά, προσπέφυκεν, ἔχει δὲ κίνησιν ἰδίαν ἐξ ἑαυτοῦ καὶ εἰς ἑαυτόν, οἷον ὑπομνήσεως καὶ παιδαγωγίας δεομένην40·

Un petit animal conduit l’éponge, qui n’a pas la forme d’un crabe mais ressemble à une araignée. L’éponge n’est dénuée ni de vie ni de sensibilité ni de sang mais, si elle est fixée sur des rochers, comme de nombreux autres animaux, elle a toutefois sa propre faculté de mouvement de dilatation et de contraction, faculté qui requiert, pour ainsi dire, une mise en garde et un accompagnement.

  • 41 Élien, Personnalité des animaux 8.15 : Οὐ γὰρ ἄψυχον οὐδὲ αἵματος ἄμοιρον ἡ σπογγιὰ κύημά ἐστι θαλά (...)
  • 42 Oppien, Halieutiques 5. 612-674.
  • 43 E. Kneebone, Oppian's Halieutica. Charting a Didactic Epic, Cambridge-New York, 2020 : 339-340, mon (...)
  • 44 Plutarque, Du froid primitif 950 B. Dans les Problèmes, Aristote étudie la transparence apportée pa (...)
  • 45 Oppien, Halieutiques 5.651 : σφισι καὶ πνοιὴν φάτις ἔμμεναι, « la rumeur rapporte qu’elles ont même (...)

20L’accumulation des négations et des adjectifs composés à partir d’un préfixe négatif – figure qui se retrouve dans le très voisin chapitre d’Élien41 – dit clairement la dimension polémique de cette assertion qui s’oppose frontalement aux analyses d’Aristote tout en s’inscrivant dans la tradition dont relève l’encyclopédie plinienne. C’est à cette dernière tradition que se rattache également l’ultime épisode des Halieutiques d’Oppien qui décrit la « terrible épreuve », la « pénible tâche » et la « grande souffrance » de la périlleuse pêche à l’éponge42. Dans ce texte remarquable à la fois pour ses précisions halieutiques et pour son interprétation agonistique du travail des pêcheurs d’éponge43, le poète de Cilicie décrit la préparation minutieuse des plongeurs et rapporte un détail également présent chez Plutarque, à savoir l’utilisation d’huile pour éclairer les fonds marins44. Tout en mentionnant la « rumeur » selon laquelle les éponges seraient dotées d’un souffle vital45, c’est-à-dire, selon les catégories aristotéliciennes, d’une âme sensitive, il explique que le « sang pernicieux » qui s’échappe des éponges lors de leur récolte est le premier danger qui guette le plongeur, qui court aussi le risque d’être remonté à demi-dévoré par un monstre marin.

  • 46 Halieutiques 5. 653-659.

Αἶψα δ’ ἐπαΐξας δρεπάνῃ τάμε χειρὶ παχείῃ
ὥστε τις ἀμητὴρ σπόγγων δέμας· οὐδέ τι μέλλει
δηθύνων, σχοῖνον δὲ θοῶς κίνησεν, ἑταίροις
σημαίνων κραιπνῶς μιν ἀνελκέμεν· αἷμα γὰρ ἐχθρὸν
αὐτίκἀπὸ σπόγγων ῥαθαμίζεται, ἀμφὶ δἄρἀνδρὶ
εἱλεῖται, πνοιῇ δὲ δυσαέι πολλάκι φῶτα
ἔσβεσε μυκτήρεσσιν ἐνισχόμενος βαρὺς ἰχώρ46.

S’élançant prestement avec une faucille dans sa main forte, il coupe, à la façon d’un moissonneur, le corps des éponges ; il ne demeure ni ne s’attarde davantage mais actionne rapidement la corde, donnant ainsi le signal à ses camarades pour qu’ils le remontent promptement. C’est qu’un sang odieux jaillit immédiatement des éponges et s’enroule autour du plongeur ; souvent cette humeur insupportable s’attache aux narines puis étouffe l’homme.

  • 47 Sur l’organisation et la biologie des spongiaires, voir p. ex. A. Gilli, P. Maillard, Plongée dans (...)
  • 48 J.D. Cowart, T.P. Henkel, S.E. McMurray, J.R. Pawlik, « Sponge orange band (SOB): a pathogenic-like (...)

21De Pline à Oppien, la dangerosité du « sang » des spongiaires est donc documentée dans deux textes qui dérivent manifestement d’une source commune, postérieure à la constitution du corpus zoologique péripatéticien. Peut-on lui trouver, sinon une explication, du moins un fondement biologique ? Pour être pourvus d’un système aquifère à l’origine d’une activité de filtration, les Porifères ne sont pas pour autant en mesure d’émettre un liquide autre que l’eau qui les traverse47. Les spongiologistes ont toutefois observé que, lorsqu’ils sont décimés par des épidémies, les spongiaires présentent une altération de leur couleur qui se manifeste la plupart du temps par un blanchissement mais qui peut aussi prendre la forme d’une bande orange48. Cette manifestation pathologique ne lève toutefois pas l’énigme de l’humeur pernicieuse évoquée par Pline puis Oppien.

22Quoiqu’il en soit, ce parcours des sources zoologiques et halieutiques antiques sur les éponges fait apparaître que la tradition postérieure aux travaux du Lycée s’est fondée, paradoxalement, sur une anecdote rapportée prudemment par le naturaliste, celle de l’existence d’une αἴσθησις censément mise en lumière par un mouvement de rétractation à l’approche d’un plongeur. Cette réticence et ce scepticisme ont été balayés par la tradition zoologique antique, qui n’a plus fait mention, à propos des éponges, ni de la théorie de l’échelle de la nature, ni même des analogies avec les végétaux.

Du toucher au cri, du zoophyte au poisson-nuage : les avatars de l’éponge dans les traditions médiévales

23La transmission médiévale de ces savoirs et récits, riche d’un triple parcours arabe, byzantin et latin, poursuit, à de rares exceptions près, ce double phénomène d’érosion épistémologique et d’accentuation du merveilleux. Au sein de la littérature byzantine, qui comporte peu de mentions des spongiaires, on peut délimiter deux canaux de réception et transmission des savoirs s’y rapportant : l’un est de nature poético-paradoxographique, le second philosophique.

L’éponge dans la tradition poético-paradoxographique byzantine

  • 49 Anthologie Palatine 6. 66. 7. Si le substantif βλάστημα, qui désigne aussi le « rejeton », peut s’a (...)
  • 50 Des datations très divergentes ont été avancées pour ce texte : O. Musso, « Sulla struttura del Cod (...)
  • 51 Aristote, Histoire des animaux 548 b 11-15, cité plus haut.

24Dans la première catégorie – qui ne doit en rien être négligée tant il est vrai qu’à l’époque byzantine le savoir sur les animaux est accueilli dans des genres littéraires non conventionnels –, l’animalité de l’éponge n’est jamais remise en question, à part peut-être, de façon marginale, dans une épigramme de Paul le Silentiaire. Énumérant les outils du scribe, le poète de la cour de l’empereur Justinien évoque « l’éponge, bourgeon de l’onde salée, prairie de la fluide mer », σπόγγον, ἁλὸς βλάστημα, χυτῆς λειμῶνα θαλάσσης49. En dehors de cet hapax, l’éponge est systématiquement présentée par les poètes et paradoxographes comme un animal doué de sensibilité. Le Recueil d’histoires curieuses du pseudo-Antigone de Caryste préservé dans le Palatinus Heidelbergensis gr. 398 du troisième quart du 9e siècle50 ne dit pas autre chose. La courte fable 83 affirme ainsi, reprenant le passage-phare de l’Histoire des animaux51, que le mouvement de rétractation des éponges est une preuve de l’existence de la sensation chez ces êtres.

Ἔχειν δὲ καὶ σπογγίον αἴσθησιν· ἂν γὰρ μέλλοντος ἀποσπᾶν προαίσθηται, συσπᾶσθαι καὶ ἔργον εἶναι ἀφελεῖν· ταὐτὸ δ’, ἂν ἄνεμος ἢ κλύδων ᾖ, γίνεσθαι.

L’éponge aussi possède une sensibilité : car si elle pressent qu’on va l’arracher, elle se referme sur elle-même et c’est tout un travail de la détacher ; et la même chose se produit s’il y a du vent ou de la houle.

  • 52 Sur les modèles des Caractéristiques des animaux, voir A. Caramico, Manuele File. Le Proprietà degl (...)
  • 53 Sur cette légende, invérifiable en l’espèce, qui remonte à une remarque de Joseph-Juste Scaliger, v (...)

25Quatre siècles plus tard, Manuel Philès insèrera dans ses poèmes Sur les caractéristiques des animaux, dont l’hypotexte principal est, comme l’indique de prime abord le titre, le recueil d’Élien52, une composition sur l’éponge qu’il nomme, retrouvant la tradition de la formulation oxymorique des énigmes, « l’enfant à la fois vivant et mort de Poséidon », et dont on peut admirer, dans la planche ci-dessous, le témoin manuscrit le plus prestigieux. Le Parisinus gr. 2737 est un codex remarquable non seulement parce qu’il a été copié pour le roi Henri II par le calligraphe crétois Ange Vergèce mais encore parce qu’il comporte – la chose est rarissime dans la documentation antique et absente de toute la tradition encyclopédique médiévale et renaissante – une représentation d’éponge, illustration que la légende attribue à la fille de Vergèce53. Cette anecdote participe, à sa façon, à épaissir le mystère des éponges, auquel Manuel Philès fait référence dès le premier vers de sa composition par l’expression « rejeton insolite », κύημα ξένον.

Parisinus gr. 2737, f. 101r (détail), copié par Ange Vergèce en 1554, Manuel Philès, Sur les caractéristiques des animaux, © BnF

  • 54 Sur les caractéristiques des animaux 1658-1677.

Κύημά τι, κράτιστε, θαλάττης ξένον,
ὃ σπογγιὰν καλοῦσι παῖδες ναυτίλων.
Οὐκ ἄψυχον δ’ οὖν, οὐδ’ ἄμοιρον αἵματος,
μανὸν δὲ, καὶ ζῶν, καὶ πολύτρητον τέρας,
ἐπηλυγασθὲν εἰς καλινδήθραν λίθου,
πρὸς τὰς ἀγωγὰς καρτερεῖ τῶν ῥευμάτων.
Εἴ που δὲ προσπέσοι τὶ τῶν ἐδωδίμων,
ζῶον τὶ λεπτὸν ἄλλο παρὸν ὡς φύλαξ,
ταύτην προωθεῖ τὴν δυσαίσθητον φύσιν·
ἣ τὸ προσιὸν ἡσυχῆ συλλαμβάνει,
καὶ καθάπερ στόμασι, πυκνοῖς τοῖς πόροις
δειπνεῖ, βασιλεῦ, τὴν βορὰν παραυτίκα.
Ὅταν δέ τις ἄνθρωπος ἐκτέμνειν θέλῃ
τὸ ζῶν τὸ νεκρὸν τοῦ Ποσειδῶνος τέκος,
οἶδε πρὸ θυρῶν συμφορὰς ἀποκρύφους.
Τὸ μὲν γὰρ εὐθὺς τῇ βολῇ συνεστράφη,
καὶ τοὺς πόρους ἔσφιγξε, καὶ κατεστάλη,
τῇ τῆς τελευτῆς τετριγὸς περιστάσει·
ἀλγεῖ δὲ πικρῶς ὁ σφαγεὺς τὴν καρδίαν,
ἕως τὸ λυποῦν τῆς λαβῆς ἀποσπάσῃ
54.

  • 55 Les traducteurs de ce poème ont compris que l’éponge était « rare » mais il convient de restituer i (...)
  • 56 Comme l’ont bien vu, F.S. Lehrs, Fr. Dübner, Poetae bucolici et didactici. Manuelis Philae versus i (...)

Il existe un rejeton insolite de la mer, ô tout-puissant, que les fils des marins nomment éponge. N’étant pas inanimé ni dépourvu de sang mais souple55 et vivant, prodige aux milles trous dissimulé dans une tanière de pierre, il tient bon face aux assauts des flots. Et si d’aventure quelque chose de comestible se présente à lui, quelque autre petit animal qui est présent en lui comme un gardien met en mouvement cette nature peu sensible qui est la sienne. Et cette dernière saisit tranquillement ce qui s’approche et, comme avec sa bouche, avec ses nombreux pores elle déguste aussitôt, ô empereur, cette nourriture. Et à chaque fois qu’un homme souhaite arracher l’enfant vivant et mort de Poséidon, il reconnaît qu’un malheur est dissimulé devant sa porte. Aussitôt en effet, sous l’effet du coup56, il se ramasse sur lui-même, il resserre ses pores et se referme après avoir poussé un cri au moment où la mort l’assaillit. Le meurtrier, quant à lui, souffre cruellement dans son cœur jusqu’à ce qu’il ait arraché la partie qui lui donne de la peine en s’agrippant.

  • 57 Le verbe τρίζω, « pousser un cri aigu », employé par le poète au vers 1675 est intéressant en cela (...)
  • 58 Manuele File, 2006 : 213.

26Le poète byzantin réaffirme ici, en retrouvant les formulations de Plutarque et d’Élien, l’appartenance des éponges au groupe des animés sanguins et, en accord avec l’hypothèse avancée dans le traité impérial sur L’Intelligence des animaux, il explique le mouvement de contraction de l’éponge par les signaux que lui transmettrait l’animalcule qui vit en elle et la pilote. La description du ‘repas’ des éponges constitue quant à elle une amplification de ce que Pline avait écrit au livre 9 de leur nutrition tandis que la mention du « cri » de l’éponge que le plongeur fauche57, lui ôtant ainsi la vie, forme l’acmé tragique du processus d’animalisation à l’œuvre dans le poème. Dans ce contexte d’animalité exacerbée, la mention que fait le poète de la nature δυσαίσθητος de l’éponge peut surprendre. S’il est clair que cet adjectif composé ne revêt pas ici son acception habituelle d’« insensible », il n’en demeure pas moins que son sens doit être précisé. Pour ce faire, c’est du côté de la littérature médicale qu’il faut chercher car, comme l’a écrit Anna Caramico58, les médecins, et en particulier Galien, désignent par ce terme quelque chose de « peu sensible ». L’éponge de Manuel Philès a, plus précisément, une sensibilité « dysfonctionnelle », comme l’indique le premier élément de composition de δυσαίσθητος, au sens où une partie de sa sensibilité est extériorisée, assumée par son commensal.

Les facultés sensitive et locomotrice au cœur de la définition des zoophytes chez Jean Philopon

  • 59 Étienne d’Alexandrie, Commentaire de la Thérapeutique à Glaucon de Galien 328, l. 14-25 : Φασὶ δὲ ο (...)
  • 60 Jean Philopon, Commentaire sur le traité De l’âme d’Aristote 355, l. 2-3, éd. M. Hayduck, Ioannis P (...)
  • 61 Jean Philopon, Commentaire sur le traité De l’âme d’Aristote 7, l. 5 et 262, l. 21-22.
  • 62 Jean Philopon, Commentaire sur le traité De l’âme d’Aristote 600, l. 10 – 603, l. 22. Cette définit (...)
  • 63 Jean Philopon, Commentaire sur le traité De l’âme d’Aristote 600, l. 30-33 : Τὰ ζῳόφυτα τοίνυν ἢ μό (...)

27Les commentateurs d’Aristote constituent le second vecteur par lequel les connaissances biologiques antiques sur les spongiaires se trouvent reçues et réactualisées à Byzance. Au 7e siècle, dans son Commentaire de la Thérapeutique à Glaucon de Galien, le philosophe néoplatonicien Étienne d’Alexandrie écrit ainsi, en se réclamant d’Aristote, qu’est animal tout être qui possède au moins l’un des cinq sens. L’éponge, qui est dotée du seul toucher, est donc un animal59. L’apport majeur réside néanmoins dans le Commentaire sur le traité De l’âme d’Aristote rédigé, au début du 6e siècle, par Jean Philopon. S’interrogeant sur la nature des sons émis par les animaux, ce dernier écrit, n’en déplaise à Manuel Philès, que les éponges n’en émettent aucun60. Surtout, il va plus loin qu’Étienne d’Alexandrie dans l’interprétation de la notion de « toucher », qui incarne et précise manifestement, chez les commentateurs byzantins, l’αἴσθησις aristotélicienne. Dissertant sur la hiérarchie des sens dans le monde animal, il écrit lui aussi que l’éponge possède le toucher – comme en témoigne le fait qu’elle se contracterait quand quelqu’un ou quelque chose la toucherait – tout en précisant qu’il s’agit là de son unique sens61. En outre, il fait du toucher, qu’il place au bas de la pyramide des sens, le critère distinctif entre animaux, plantes et objets célestes. Commentant l’usage aristotélicien de la notion d’αἴσθησις, il écrit en effet que, par opposition aux plantes et aux objets célestes, l’animal est d’une nature animée et sensible, οὐσία ἔμψυχος αἰσθητική62. Cette nature n’est pas simple, ἄπλους, comme celle des plantes et objets célestes mais composée, μικτός. Les animaux, écrit encore Jean Philopon, sont donc des êtres composés disposant au moins du toucher. Il se pose ensuite la question de ce qui différencie les zoophytes, τὰ ζῳόφυτα, selon la terminologie apparue à la fin de l’époque hellénistique, des animaux qui se déplacent, τὰ πορευτικὰ ζῷα – les deux sous-catégories du règne animal. Sa réponse met en avant le fait que les premiers possèdent « soit le seul toucher, comme dans le cas de l’éponge, soit le toucher et une sorte de goût », comme on l’observe chez les testacés. Les seconds, en revanche, possèdent tous les sens63. Le commentateur avait précisé, un peu en amont de ce passage, ce qui valait aux zoophytes, parmi lesquels figurent les éponges, leur nom.

  • 64 Jean Philopon, Commentaire sur le traité De l’âme d’Aristote 235, l. 29-34.

περ ζώφυτα ἐκλήθη, διότι ζῷα μέν ἐστι παρὰ τὸ αἰσθήσεως μετέχειν, φυτῶν δὲ ἔχει τὸ μὴ ἀμείβειν τόπον ἐκ τόπου64.

Et ceux-ci précisément ont été appelés zoophytes parce que, d’un côté, ils sont des animaux, en ce qu’ils ont en partage la sensation, et que, d’un autre côté, ils ont la propriété des plantes de ne pas changer de lieu.

  • 65 Jean Philopon, Commentaire sur le traité De l’âme d’Aristote 184, l. 20-23 : Δόξειε δ’ ἂν τὰ ζῳόφυτ (...)

28Les éponges, note encore Jean Philopon, n’ont en effet pas, en dépit des apparences, de capacité propre de se mouvoir : elles ont simplement la possibilité de se contracter ou, au contraire, de se dilater65. Ce qui est intéressant dans le commentaire du philosophe byzantin, c’est que les spongiaires sont de nouveau situés sur une frontière poreuse du vivant, qui se trouve de surcroît clairement définie, celle des zoophytes.

L’éponge dans les encyclopédies latines

  • 66 Isidore, Étymologies 12. 6. 60 : Animal autem esse docetur cruore inhaerente petris. Vnde et dum ab (...)
  • 67 Thomas de Cantimpré, Liber de natura rerum 7. 71 (7. 73 dans l’édition provisoire en ligne sur sour (...)

29Qu’en est-il, à présent, de la réception du savoir antique sur les spongiaires dans les encyclopédies naturalistes de l’Occident médiéval ? Sans passer ici en revue l’ensemble du corpus, on note sans surprise que la plupart d’entre elles dépendent de Pline et d’Isidore de Séville, la notice de ce dernier ayant elle-même pour hypotexte les éléments principaux des descriptions de l’Histoire naturelle : les éponges, sfungiae, y sont en effet présentées comme des animaux sanguins fixes divisés en individus mâles et en individus femelles et répartis en trois espèces66. Le chapitre de Thomas de Cantimpré rappelle les grandes lignes de la description du livre 9 de l’Histoire naturelle, au premier rang desquels les notions de régénération et d’intellectus des éponges, spongiae67.

  • 68 Vincent de Beauvais, Speculum naturale 5. 79, De spongiis et 17. 91, De spongie, éd. Douai, 1624 (d (...)
  • 69 Pline, Histoire naturelle 32. 17.
  • 70 Vincent de Beauvais, Speculum naturale 5. 79 ; 6. 92 ; 17. 99. Dans ce dernier chapitre, la tertia (...)
  • 71 Vincent de Beauvais, Speculum naturale 5. 78 : Actor. Ex aquis porro non solum pisces, ut ab initio (...)

30Vincent de Beauvais aborde à plusieurs reprises, dans son Speculum maius, la question de la nature des éponges, principalement dans le livre sur les eaux (5) et celui sur les poissons (17) du Speculum naturale. Outre la notice d’Isidore, il cite les chapitres pliniens qui leur attribuent sang et ouïe, reprend à Dioscoride la mention de mâles, de femelles et de pierres internes et cite le Canon d’Avicenne qui rapporte aux éponges la capacité de se contracter68. Si dans le Speculum naturale, le chapitre 91 du livre 17 comporte une bizarrerie – il insère curieusement un passage du livre 32 de l’Histoire naturelle dans lequel Pline relate qu’en Campanie les poissons nommés melanuri, dont il gomme le nom, rapportant de facto ce récit à l’éponge, objet de son lemme, goberaient avidement le pain qu’on leur jetterait69–, on relève néanmoins que Vincent de Beauvais ne reprend pas à son compte l’idée plinienne d’intellectus. Il mentionne un « sensus », une « tertia natura »70 et, dans une intervention personnelle, une génération à partir de l’écume, analogue à celle du sel71.

  • 72 Ce dernier écrit, dans son Tractatus de naturis animalium, que le sang et l’adhérence des éponges p (...)

31À la différence de Vincent de Beauvais, Albert le Grand puis Engelbert d’Admont (qui doit l’essentiel de sa documentation à Isidore) rangent sans équivoque aucune les éponges parmi les animaux marins72. Dans le livre 24 de son De animalibus, Albert le Grand rappelle qu’elles sont capables de se régénérer et qu’elles se nourrissent de vase, de petits poissons et de coquillages. Il écrit en outre qu’elles se subdivisent, non pas en trois mais en de nombreuses espèces – correction qui va dans le sens des données issues de l’observation. Il aborde la question du mouvement de façon surprenante :

  • 73 De animalibus 24. 106. 51.

Et conveniunt cum animalibus in motu contractionis et dilatationis. Quaedam earum immobiles sunt a saxis, et si abrumpantur, a radicibus recrescunt, quaedam autem sunt mobiles de loco ad locum73.

Et elles partagent avec les animaux les mouvements de contraction et de dilatation. Parmi elles, certaines sont immobiles sur leur rocher – et si elles sont arrachées, elles repoussent à partir de leurs racines –, d’autres en revanche sont mobiles et se déplacent de lieu en lieu.

32L’ajout selon lequel les éponges se diviseraient en deux catégories, l’une rassemblant des individus immobiles, l’autre des individus mobiles est singulier, dans tous les sens du terme. On peut toutefois expliquer la chose par les aléas de la transmission manuscrite de la biologie aristotélicienne, d’une part, et la difficulté de transposition des ichtyonymes d’une langue à l’autre, d’autre part. Le chapitre séminal du livre 5 de l’Histoire des animaux consacré aux éponges est en effet immédiatement précédé de la remarque suivante :

  • 74 Aristote, Histoire des animaux 548 a 24-27.

Ἔστι δὲ τῶν κνιδῶν δύο γένη· αἱ μὲν οὖν ἐν τοῖς κοίλοις οὐκ ἀπολύονται τῶν πετρῶν, αἱ δἐπὶ τοῖς λείοις καὶ πλαταμώδεσιν ἀπολυόμεναι μεταχωροῦσιν74.

Il y a deux genres d’anémones de mer : les unes, dans les cavités, ne se détachent pas des rochers ; les autres, sur les surfaces lisses et planes, se détachent et changent de lieu.

  • 75 Parmi lesquelles les biologistes reconnaissent effectivement des espèces sessiles et des espèces va (...)
  • 76 Olaus Magnus, Historia de gentibus septentrionalibus, Roma, 1555 : 765-766. L’auteur reprend cette (...)

33Alors qu’Aristote présente précisément le mouvement comme un caractère différentiel entre les éponges et une partie des anémones de mer75, κνίδαι, on observe que, au fil des siècles et des traductions – du grec vers l’arabe du Kitāb al-hayawān ensuite traduit en latin par Michel Scot –, cette division des actiniaires a fini par être rapportée aux éponges comme dans la description d’Albert le Grand, qui sera d’ailleurs souvent reprise par la suite ; en témoigne encore, au milieu du 16e siècle, l’Historia de gentibus septentrionalibus du suédois Olaus Magnus76. À la traduction latine de Michel Scot à partir de sources arabes remonte également l’apparition curieuse d’une nubes, enregistrée en ces termes dans l’Hortus sanitatis au 15e siècle :

Nubes, secundum Aristotelem, est piscis in aqua vivens, applicatus ad petram, a qua non descendit nec separatur, nisi per attractionem inspirationis concitus.

  • 77 Chap. 63, éd. et trad. C. Jacquemard, B. Gauvin, M.-A. Lucas-Avenel, Hortus sanitatis : Livre IV, L (...)

Le nuage, selon Aristote, est un poisson qui vit dans l’eau, attaché à une pierre, dont il ne se sépare pas ; il ne s’en détache que s’il se trouve emporté par un courant impétueux77.

  • 78 Voir la note au chap. 63. 3 de C. Jacquemard et aliae, Hortus sanitatis, 2013.
  • 79 Oppien, Halieutiques 2.141-142.

34Cité aux côtés de l’éponge, spongia, voire à sa place dans les traductions de Michel Scot78, ce « poisson-nuage » fixé s’explique moins aisément que les éponges mobiles d’Albert le Grand. Il est toutefois une hypothèse que l’on peut avancer pour rendre compte de ce nouvel ichtyonyme : ce mystérieux poisson-nuage n’est en effet pas sans rappeler le récit, rapporté avec scepticisme par Pline, selon lequel un monstre marin de large envergure, « une sorte de nuage », nubes quaedam, ferait obstacle à la remontée du pêcheur d’éponges. Un écho de cette description se rencontre de surcroît au chant II des Halieutiques, dans un passage qui décrit la technique rusée de la « mante mangeuse de chair crue », ὠμοφάγος βοῦς, « le plus large de tous les poissons »79.

  • 80 Oppien, Halieutiques 2.150-155.

Εὖτέ τιν’ ἀθρήσῃ νεάτην ὑπὸ βύσσαν ἰόντα
ἀνθρώπων, ὅσσοισιν ὑποβρύχιος πόνος ἅλμης
μέμβλεται, αὐτὰρ ὁ κοῦφος ὑπὲρ κεφαλῆφιν ἀερθεὶς
νήχεται ἀστεμφής, μεγάρων ὀρόφοισιν ἐοικώς,
ἄτροπος ἀμφιταθείς, σὺν δἔρχεται, κεν ἴῃσι
δειλὸς ἀνήρ, μίμνοντι δἐφίσταται ἠύτε πῶμα80.

Quand elle voit un de ces hommes qu’occupe un labeur sous les flots marins descendre tout au fond de l’abîme, alors s’étant soulevée au-dessus de sa tête avec légèreté, elle nage avec résolution, semblable au toit d’un palais, étendue au-dessus de lui, inflexible. Et quel que soit l’endroit où va le pauvre homme, elle le suit et, s’il s’arrête, se place au-dessus, comme un couvercle.

  • 81 Odyssée 9.314, où πῶμα sert à désigner le bloc de pierre que Polyphème place à l’entrée de son antr (...)
  • 82 Le biologiste écossais D’Arcy Wentworth Thompson a écrit, à propos de ces deux textes, que c’était (...)

35Même si, dans cette scène de prédation inversée entre l’homme et l’animal marin, la « technique de pêche » adoptée par la raie n’est pas explicitement rapprochée d’un nuage, on ne peut ignorer l’image analogique véhiculée par les comparaisons avec un « toit » et un « couvercle », πῶμα. Ce dernier rapprochement, parce qu’il emprunte à la langue homérique un terme rare, fait d’ailleurs de la mante le Polyphème des fonds marins81. Quoi qu’il en soit de cette dimension odysséenne du récit des Halieutiques, on note que cette légende rapportée par Pline puis par Oppien – et dont des occurrences ont été enregistrées jusqu’au début du vingtième siècle82 – a manifestement fait l’objet d’une confusion similaire, dans la tradition médiévale, à celle qui affecte les éponges et les anémones de mer : parce que ces récits surprenants gravitaient autour des descriptions des éponges ou de l’activité des pêcheurs d’éponges, ils ont finalement été intégrés.

36Tous ces processus de glissement, de déformation ou d’amplification observés tant dans le corpus hétéroclite byzantin que dans les encyclopédies et traductions de l’Occident médiéval vont s’estomper voire disparaître à la Renaissance, qui constitue dès lors un point de rupture dans le long processus de transmission des savoirs antiques sur les spongiaires.

La réévaluation de la « douteuse nature » des spongiaires dans les traités ichtyologiques de la Renaissance

L’apport de Pierre Gilles

  • 83 P. Gilles, Ex Æliani historia per Petrum Gyllium latini facti, itemque ex Porphyrio, Heliodoro, Opp (...)
  • 84 Livre XIII, chap. 45 et 46.
  • 85 Chap. 93 : […] Plantanimalia, quae nec animalium, nec fruticum, sed temperatam ex utroque naturam h (...)

37Dans l’histoire de la réception des connaissances antiques sur les spongiaires, les années 1550 marquent un tournant, par ce double mouvement de retour aux sources et de confrontation avec le réel qui caractérise l’histoire de la zoologie de cette époque et favorise l’essor spectaculaire de l’ichtyologie. On peut s’en convaincre en considérant tout d’abord l’opuscule souvent négligé que fit paraître, en 1533, l’helléniste Pierre Gilles, érudit présentant l’originalité d’être à la fois un fervent lecteur d’Élien et un passionné de poissons, qu’il avait étudiés aussi bien sur les côtes atlantique que méditerranéenne. Dans son volume, dont le titre explicite bien la double entreprise de traduction et d’ajouts personnels83, il propose une anthologie de la littérature zoologique antique suivie d’un lexique ichtyologique. Les deux chapitres dédiés aux éponges, dans la première partie de l’ouvrage, affirment que ce sont des animaux sanguins enfantés par la mer sur les rochers et qui projettent une humeur accompagnée d’une « odeur repoussante », taeter odor, lorsqu’un plongeur s’attaque à eux84. Ces pages font en réalité se succéder des paraphrases de La Personnalité des animaux d’Élien puis, sous la manchette Gyllii accessio, d’Oppien. Dans le lexique final, l’auteur apporte un éclairage moderne en rappelant que Théodore Gaza a rangé les éponges parmi les ζῳόφυτα ou plantanimalia, qui ne sont ni des animaux ni des végétaux mais des êtres ayant une nature intermédiaire participant aux deux85. Cette remarque est intéressante car elle montre que l’invention, par Théodore Gaza, du terme plantanimalia, dans ses traductions de l’œuvre biologique d’Aristote, a contribué à exhumer le concept grec de zoophyte et à réanimer la notion aristotélicienne de « forme intermédiaire », τὸ μέσον, entre l’animal et le végétal.

L’anceps natura des éponges chez Belon

  • 86 Belon, La Nature et diversité des poissons 431-432.
  • 87 Belon, De Aquatilibus libri duo 432 : Nam adeo ancipitis sunt naturae, ut neque perfectum in iis an (...)
  • 88 Belon, De Aquatilibus libri duo 435-436, La Nature et diversité des poissons 434-435, L. Lippi, Opp (...)

38Les choses se présentent de façon nettement différente dans les traités de Pierre Belon qui, pour n’avoir fait aucune mention des spongiaires dans son Histoire naturelle des estranges poissons marins, parue en 1551, leur ménage une place dans les De Aquatilibus libri duo, parus à Paris en 1553, et leur traduction française, La Nature et diversité des poissons, parue deux ans plus tard. Dans les deux versions de ce traité d’ichtyologie, le cas des spongiaires est étudié en fin de volume, dans des chapitres qui regroupent sous le nom de zoophytes les ascidies, les pousse-pieds, les holothuries et les éponges. On voit donc ici la catégorie des zoophytes – ou « bêtes-plantes » dans la traduction de Belon86 – être utilisée, pour la première fois, dans un traité d’ichtyologie. La définition qu’il donne des êtres formant cette catégorie est la suivante : les zoophytes sont des non-sanguins qui relèvent d’une anceps natura – à la fois « double » et « douteuse » nature – dans la mesure où ils présentent des caractéristiques tant du règne végétal que du règne animal. Avec les plantes et les champignons, ils partagent l’incapacité de vivre autrement que fixés, avec les animaux, « une certaine forme de chair et une certaine sensibilité »87. Belon rappelle en outre qu’Aristote les rapprochait plus volontiers de la classe des végétaux. La précision est importante car elle a été oblitérée, comme nous l’avons vu, par la tradition antérieure. Ces quelques lignes témoignent donc à elles seules du processus de retour aux sources premières du savoir antique sur les animaux marins. Il s’observe un peu plus dans les deux pages que Belon consacre aux spongiaires, qui sont nourries, mais de façon critique, des écrits du Stagirite et, dans la première version, plus érudite, de ses travaux, du poème d’Oppien qu’il cite dans sa première traduction latine88. Pour étayer l’anceps natura des éponges, qui ressemblent sous l’eau à des « potirons pourris », le naturaliste français multiplie les analogies avec les végétaux et les animaux : il trouve dans l’anatomie de l’éponge des correspondants aux pétioles, aux tiges et aux feuilles tout en proposant une interprétation personnelle du détail de l’humeur nocive – « incit[ant] à vomir » – qui servirait de chair à l’éponge tandis que ses pores seraient, en quelque sorte, ses intestins. Le traité de Belon marque donc une rupture avec la tradition tardo-antique et médiévale dans la mesure où il ramène le curseur taxinomique à mi-chemin entre l’animal et le végétal, grâce à une relecture précise d’Aristote complétée par une réflexion critique s’appuyant sur le raisonnement par analogie, dont on sait qu’il peut être un outil précieux en biologie.

Le recensement du savoir antique dans les Aquatilium animalium historiae de Salviani

  • 89 Salviani, Aquatilium animalium historiae 48-49.

39La démarche du zoologiste italien Ippolito Salviani rejoint en partie celle de Belon en cela que le recensement direct des sources antiques se poursuit dans ses Aquatilium animalium historiae, ouvrage richement illustré et publié à Rome entre 1554 et 1558. L’originalité de cette contribution réside indéniablement dans les tableaux qui occupent les 110 premières pages du volume et présentent, dans l’ordre des colonnes, les noms latin, grec puis italien d’une espèce donnée ainsi que ses caractéristiques principales suivies des références précises de ses mentions dans les œuvres d’Aristote, d’Oppien, de Pline, d’Athénée, d’Élien et d’autres auteurs antiques encore. Très ichtyocentrée, l’enquête de Salviani ne ménage aux spongiaires qu’une entrée dans son tableau mais elle est plutôt riche sur le plan philologique89. Elle synthétise en effet les principales descriptions des Anciens et a le mérite de renvoyer au corpus des médecins grecs – Dioscoride, Galien et Paul d’Égine.

La réfutation de la théorie de la sensibilité des éponges par Rondelet

  • 90 Rondelet, Libri de piscibus marinis 105-109.

40La parution, en 1554 également, des Libri de piscibus marinis de Guillaume Rondelet renouvelle considérablement l’approche des spongiaires : Rondelet s’y détache, à la différence de ses prédécesseurs, de l’étude philologique des savoirs antiques pour ménager une place centrale à l’observation biologique autoptique. Il aborde la question des éponges dans un chapitre consacré à la sensation chez les animaux marins90. Après avoir rappelé ce qu’ont écrit à ce sujet Aristote puis Pline, il y démontre que l’αἴσθησις mentionnée par Aristote a été mal interprétée au regard du reste du corpus biologique qui fait, sans équivoque possible, des éponges des plantes et que Pline se contredit lorsqu’il affirme que les éponges sont des animaux qui sont en mesure de se régénérer à partir de leurs racines car c’est là, poursuit-il, une capacité propre aux plantes. Il réfute ensuite avec force les attributions de sang – le « suc » dont elles se nourriraient – et de sensibilité.

  • 91 Rondelet, Libri de piscibus marinis 109.

Porro quis sensus spongiis inesse posset, cum in his nullum viscerum neque eorum, quae eandem rationem habere possent, nullum nervorum vestigium insit, ut ex dissectione apparet ?91

En outre, quelle sensibilité pourraient avoir les éponges, alors qu’il n’y a en elles aucun intestin ni aucun de ces organes qui pourraient avoir la même fonction, ni aucune trace de nerfs, comme la dissection le fait apparaître ?

41Le médecin montpelliérain utilise ici un argument fondamental du point de vue épistémologique et totalement nouveau dans la tradition ici examinée, à savoir celui de la dissection. Grâce à elle, il formule la conclusion suivante :

  • 92 Ibidem.

Has ob causas Aristotelem sequor, qui plantis omnino similes spongias esse censet et proinde sensu omni vacare92.

Pour ces raisons, je me range à l’avis d’Aristote, qui pense que les éponges sont en tout point semblables aux plantes et que, par conséquent, elles sont exemptes de toute forme de sensibilité.

  • 93 Rondelet, Universae aquatilium historiae 133-136.
  • 94 La notice de la traduction française, L’histoire entière des poissons, composée premièrement en lat (...)

42Rondelet trouve en outre une explication mécanique à la contraction et la dilatation rapportées par les plongeurs : ce sont les animalcules qui peuplent les éponges qui se contractent à l’approche d’un danger pour se détendre après. Abordées sous l’angle de la sensation seulement dans les Libri de piscibus marinis, les éponges font l’objet d’un chapitre plus descriptif dans le second tome du traité, qui parut en 1555 sous le titre Universae aquatilium historiae. Dans la section dédiée aux insectes marins et aux zoophytes, Rondelet insère une longue notice descriptive consacrée à l’identification des éponges citées par les Anciens ainsi qu’à l’énumération des usages médicaux attestés chez les différents auteurs grecs et latins93. Après avoir rappelé que les éponges sont totalement privées de sensation ou de mouvement, comme les plantes, il y résume les observations aristotéliciennes qu’il éclaire par les notes de Théodore Gaza. Il étudie ensuite les différentes espèces isolées par les Anciens et donne leurs noms courants en français. Des deux chapitres de Rondelet94, c’est indéniablement le premier qui est le plus novateur car il dépasse la confrontation des sources antiques entre elles pour les soumettre au crible d’une nouvelle interrogation du vivant et d’un examen critique des principales assertions des naturalistes antiques. Il y a là quelque chose de tout à fait remarquable qui contribuera à rejeter dans l’ombre le travail de Belon et vaudra à Rondelet l’estime des naturalistes des siècles suivants.

Gessner et le gradus naturae

  • 95 Sur les remarquables qualités de philologue de Gessner, voir A. Zucker, « Zoologie et philologie da (...)
  • 96 Gessner, Historiae animalium : liber IIII 1064-1079.
  • 97 Gessner, Historiae animalium: liber IIII 1066.
  • 98 Il écrit par exemple qu’en parlant d’éponges mobiles, Albert le Grand s’est trompé, Historiae anima (...)

43Les notices des deux naturalistes français se trouvent réunies dans le long chapitre – de loin le plus étoffé des traités ichtyologiques de la Renaissance – que le médecin zurichois Conrad Gessner a consacré aux éponges dans le quatrième tome de ses Historiae animalium, le De Piscium & aquatilium animantium natura. Ce volume publié en 1558 recense la faune marine qui se trouve classée, non pas par famille, comme chez Belon et Rondelet, mais par ordre alphabétique, choix qui illustre bien la primauté de la dimension philologique de sa démarche95. Dans les pages dédiées aux éponges, celui que l’on nomme parfois le Pline suisse entreprend de thésauriser tout le savoir antique, médiéval et renaissant sur les spongiaires96. Il commence, comme à son habitude, par citer les De Aquatilibus libri duo de Belon avant de retranscrire les pages de celui qui fut son maître à Montpellier. S’il ne reprend pas totalement la position de Rondelet en faisant des éponges des plantes, il écrit néanmoins qu’elles sont « à peine des zoophytes »97. Après la citation des Universae aquatilium historiae, il ajoute ce qu’il appelle modestement un corollaire et qui constitue la partie la plus personnelle et la plus impressionnante de son travail. Cet appendice obéit, dans chacune des notices, à la même structure déroulée le long de huit sous-parties qui passent en revue les noms latin et vernaculaires de l’espèce étudiée, son biotope, ses modes de reproduction et d’autres données relatives à son comportement, son utilité pour l’homme, sa valeur alimentaire ainsi que son utilisation en remède. L’ultime sous-partie dresse, en rassemblant citations de poètes, philosophes ou encore des proverbes, une histoire culturelle de l’animal qui est une pièce unique dans le paysage ichtyologique de la Renaissance. Dans la notice consacrée à l’éponge, c’est de loin la pénultième partie, celle consacrée à ses usages médicaux, qui est la plus développée. Comme toujours, le savant médecin impressionne par son érudition. Elle réside dans la diversité de ses sources, des auteurs antiques les moins lus à ses nombreux correspondants européens, parmi lesquels son confrère le naturaliste italien Antonio Brasavola, en passant par les traductions du début de la Renaissance et les encyclopédies médiévales, qu’il corrige parfois98. En dépit de la logique compilatoire qui est la sienne, Conrad Gessner ne se contente pas d’accumuler les sources : il les compare entre elles et les confronte avec l’état contemporain des connaissances, en témoigne son schéma qui, malgré ses fausses allures d’essai taxinomique, a pour vocation de clarifier la perception des Anciens – c’est-à-dire, ici, d’Aristote, de Pline et de Dioscoride – de la division en espèces des éponges et aplysies.

Conrad Gessner, Historiae animalium, liber IIII qui est de Piscium & aquatilium animantium natura, Zürich, 1558 : 1070 (détail).

  • 99 Ibidem.
  • 100 Gessner fera réimprimer ces analyses dans le chapitre dédié aux zoophytes de son recueil d’illustra (...)

44Son acribie est tout autant philologique que zoologique. Ainsi, lorsqu’il s’arrête sur le problématique intellectus de Pline pour lui reprocher de mal retranscrire Aristote ou quand, citant le livre 5 de l’Histoire naturelle, il propose d’amender le texte grec qu’il a sous les yeux et qui établit que les aplysies ne sont en rien plus denses que les éponges en remplaçant le « en rien », οὐδέν, de son édition par un « beaucoup », πολύ99. Cette conjecture est non seulement en accord avec les données de l’observation mais elle révèle aussi le génie du philologue qui s’approche ici de la lectio difficilior adoptée par les éditeurs modernes. Ces apports philologiques pointus qui témoignent d’une réception critique de la tradition antique ne sont pas les seuls intérêts de cette notice, même s’ils sont pour beaucoup dans ce qui fait sa valeur. Gessner prend en effet de la hauteur par rapport à son objet d’étude en exposant sa vision du gradus naturae. Les zoophytes illustrent parfaitement, écrit-il, la progression graduée de la nature : ils font partie des êtres qui participent de deux règnes à la fois, ceux qu’Aristote nomme, rappelle-t-il, les ἐπαμφοτερίζοντα. Entre les plantes et les animaux se trouvent les zoophytes, distribués le long d’une échelle continue au début de laquelle il place les éponges, qu’il fait suivre, dans l’ordre, des lièvres de mer, des holothuries, des ascidies et, finalement, des coquillages100. Par ce retour à la théorie aristotélicienne du continuum des êtres, on voit bien que le débat sur la nature des éponges est bien loin d’être refermé, Gessner ne cautionnant pas totalement le choix de Rondelet de les rattacher au règne végétal.

45Ce parcours de la littérature ichtyologique de la Renaissance permet de constater l’importance, pour l’évolution des connaissances sur les spongiaires, du retour à la lettre des écrits biologiques du Stagirite et de la confrontation renouvelée, parfois fondée sur la dissection, avec le vivant.

  • 101 G. Pomata, N.G. Siraisi, Historia: Empiricism and Erudition in Early Modern Europe, Cambridge, 2005

46Ainsi l’étude de la réception du savoir antique sur les spongiaires illustre-t-elle la nature polymorphe de l’érosion épistémologique des connaissances aristotéliciennes, entamée dès l’époque hellénistique. D’accidents de transmission en appétence pour le merveilleux et l’inouï, les savoirs sur les éponges ont connu des mutations parfois spectaculaires, ces êtres qu’Aristote comparait à des végétaux se voyant parfois attribuer, outre le toucher, l’ouïe, la parole et la locomotion. Les travaux des médecins naturalistes du milieu du 16e siècle marquent à cet égard un tournant. L’étude des traités ichtyologiques de la Renaissance permet en effet d’appréhender les modalités de fonctionnement de ce que G. Pomata et N.G. Siraisi ont appelé « l’empirisme érudit » des naturalistes de cette époque101 : dressant un inventaire méthodique et exhaustif des sources antiques, les zoologistes des années 1550 leur ont appliqué le double filtre de la raison et de l’observation naturaliste, ce qui a permis d’opérer une selectio radicale dans la masse des récits accumulés et d’aborder la question avec un regard nouveau.

47Ce nouvel élan pris, à la Renaissance, par le débat sur la nature des éponges n’est lui-même qu’un maillon d’une longue chaîne qui passe encore par l’oblitération – probablement sous l’influence du jugement de Rondelet – des spongiaires dans l’Historia piscium de Francis Willoughby et John Ray et dans l’Ichthyologia de Peter Artedi, publiée par Linné en 1738, par la démonstration, au milieu du 18e siècle, de l’appartenance des spongiaires au monde animal et par la création, au siècle dernier, de l’embranchement basal des métazoaires, destiné à signaler leur singularité et leur positionnement liminaire au sein du règne animal. Ces avancées permises par l’ichtyologie post-linnéenne ne lèvent toutefois pas totalement l’énigme des éponges, comme le prouvent les ajustements taxinomiques auxquels la systématique les a encore récemment soumises.

Haut de page

Bibliographie

I. Éditions

Albert le Grand, De animalibus, Stadler Hermann (éd.), Münster, 1920.

Anthologie grecque. Anthologie Palatine. Livre VI, Waltz Pierre (éd.), Paris, 1931.

Anthologie grecque. Anthologie Palatine. Livres XIII-XV, Buffière Félix (éd.), Paris, 1970.

Aristote, Histoire des animaux, Louis Pierre (éd.), Paris, 1964-1969.

Aristote, Petits traités d’histoire naturelle, Mugnier René (éd.), Paris, 1965.

Aristote, De l’âme, Jannone Antonio, Barbotin Edmond (éd.), Paris, 1966.

Aristote, Parties des animaux, Louis Pierre (éd.), Paris, 1990.

Aristote, Problèmes, Louis Pierre (éd.), Paris, 1993-1994.

Belon Pierre, De Aquatilibus, libri duo, cum iconibus ad vivam ipsorum effigiem, quoad ejus fieri potuit, expressis, Paris, 1553.

Belon Pierre, La Nature et diversité des poissons, avec leurs pourtraicts, représentez au plus près du naturel, Paris, 1555.

Dioscoride, De Materia medica, Wellmann Max (éd.), Berlin, 1907-1914.

Élien, Personnalité des animaux, García Valdés Manuela et alii (éd.), Berlin-New York, 2009.

Epigrammatum anthologia Palatina cum Planudeis et appendice nova, III, Cougny Edme (éd.), Paris, 1890.

Étienne d’Alexandrie, Commentaire de la Thérapeutique à Glaucon de Galien, Dietz Friedrich R. (éd.), Königsberg, 1834.

Exceptorum Constantini de Natura animalium libri duo : Aristophanis Historiae animalium epitome, subiunctis Aeliani Timothei aliorumque eclogis, Lambros Spyridon P., Berlin, 1885.

Gessner Conrad, Historiae animalium liber iiii, qui est de piscium et aquatilium animantium natura, Zürich, 1558.

Gessner Conrad, Nomenclator aquatilium animantium, Zürich, 1565.

Gilles Pierre, Ex Æliani historia per Petrum Gyllium latini facti, itemque ex Porphyrio, Heliodoro, Oppiano, tum eodem Gyllio luculentis accessionibus aucti libri XVI. De ui et natura animalium. Eiusdem Gyllii Liber unus, De Gallicis et Latinis nominibus piscium, Lyon, 1533.

Greek Poetry of the Imperial Period: an Anthology, Hopkinson Neil (éd.), Cambridge-New York-Oakleigh, 1994.

Die griechischen Dichterfragmente der römischen Kaiserzeit, Heitsch Ernst (éd.), Göttingen, 1961.

Histoire d’Apollonius de Tyr, Kortekaas George A. A. (éd.), Leiden-Boston, 2004.

Homère, L’Odyssée, Bérard Victor (éd.), Paris, 1924.

Hortus sanitatis. De piscibus, Jacquemard Catherine, Gauvin Brigitte, Lucas-Avenel Marie-Agnès (éd.), Caen, 2013.

Isidore de Séville, Étymologies, André Jacques (éd.), Paris, 1986.

Jean Philopon, Commentaire sur le traité De l’âme d’Aristote, Hayduck Michael (éd.), Berlin, 1897.

Jean Philopon, Commentaire sur De la génération et de la corruption d'Aristote, Vitelli Girolamo (éd.), Berlin, 1897.

Lippi Lorenzo, Oppiani Halieutica, seu de Piscatu libri III a Laurentio Lippio latinis versibus redita, Colle, 1478.

Magnus Olaus, Historia de gentibus septentrionalibus, Roma, 1555.

Manuel Philès, Personnalité des animaux, Lehrs Franz Siegfried, Dübner Johann Friedrich, Paris, 1846.

Manuel Philès, Personnalité des animaux, Caramico Anna (éd.), Napoli, 2006.

Martial, Épigrammes, livres VIII-XII, Izaac H. J. (éd.), Paris, 1933

Oppien, Halieutiques, Fajen Fritz (éd.), Stuttgart-Leipzig, 1999.

Pline l’Ancien, Histoire naturelle. Livre ix, Saint-Denis Eugène de (éd.), Paris, 1955.

Pline l’Ancien, Histoire naturelle. Livre xxxi, Serbat Guy (éd.), Paris, 1972.

Plutarque, Du froid primitif, Hubert Curt (éd.), Leipzig, 1960.

Plutarque, L’Intelligence des animaux, Bouffartigue Jean (éd.), Paris, 2012.

Posidonios, Fragments, Theiler Willy, (éd.), Berlin, 1982.

Rondelet Guillaume, Libri de piscibus marinis, in quibus veræ piscium effigies expressæ sunt, Lyon, 1554.

Rondelet Guillaume, Universæ aquatilium Historiæ pars altera, cum veris ipsorum Imaginibus, Lyon, 1555.

Rondelet Guillaume, L’histoire entière des poissons, composée premièrement en latin par Maître Guillaume Rondelet, docteur régent en médecine à l’université de Mompelier, maintenant traduite en français sans avoir rien omis étant nécessaire à l’intelligence d’icelle. Avec leurs portraits au naïf, Lyon, 1558.

Salviani Ippolito, Aquatilium animalium historiae, liber primus, cum eorumdem formis, aere excusis, Roma, 1554-1558.

Symphosius, The Aenigmata. An Introduction, Text and Commentary, Leary Timothy John (éd.), London-New Delhi-New York, 2014.

Thomas de Cantimpré, Liber de natura rerum, Boese Helmut (éd.), Berlin - New York, 1973.

Tite-Live, Histoire romaine. Livre ix, Henderson Jeffrey (éd.), Foster Benjamin O. (trad.), Cambridge (Mass.)-London, 1926.

Variae collectiones aenigmatum Merovingicae aetatis, II, Glorie Frater (éd.), Turnhout, 1968.

II. Travaux

Bélis Annie, « Un lirikos de l’époque des Antonins : Mésomède de Crète », dans Jouanna Jacques, Leclant Jean, La poésie grecque antique. Actes du 13ème colloque de la Villa Kérylos à Beaulieu-sur-Mer les 18 & 19 octobre 2002, Paris, 2003, p. 223-235.

Besnier Bernard, « L’âme végétative selon Aristote », Kairos, 9, 1997, p. 33-56.

Campbell Andrew C., Nicholls James, Cuisin Michel, Guide de la faune et de la flore littorales des mers d’Europe, Neuchâtel-Paris, 1979.

Cariou Morgane, « Grec 2737 », Archives et manuscrits de la BnF [en ligne], 2014, consulté le 20 juillet 2022. URL : https://archivesetmanuscrits.bnf.fr.

Cariou Morgane, « Un nouveau manuscrit de la paraphrase aux Ixeutiques de Denys dans les papiers de Conrad Gessner. Avec une note sur le 'scribe de Bruxelles’« , Scriptorium, 71.2, 2017 [2018], p. 239-268.

Cowart Jonathan D. et alii, « Sponge orange band (SOB): a pathogenic-like condition of the giant barrel sponge, Xestospongia muta », Coral Reefs, 25, 2006.

Dain Alphonse, « La fille d’Ange Vergèce », Humanisme et Renaissance, 1, 1934, p. 133-144.

Dorandi Tiziano, Antigone de Caryste. Fragments, Paris, 1999.

Dorandi Tiziano, « Accessioni a Antigono di Caristo », Studi Classici e Orientali, 51, 2005, p. 119-124.

Dorandi Tiziano, « La ricezione del sapere zoologico di Aristotele nella tradizione paradossografica », dans SASSI Maria Michela et alii (éd.), La zoologia di Aristotele e la sua ricezione dall'età ellenistica e romana alle culture medievali : atti della X Settimana di formazione del Centro GrAL, Pisa, 18-20 novembre 2015, Pisa, 2017, p. 59-80.

Eleftheriou Dimitra, Pseudo-Antigonos de Carystos : Collection d’Histoires Curieuses, thèse inédite de l’Université Paris Nanterre, 2018.

Gilli Alain, Maillard Patrick, Plongée dans le monde des spongiaires, FFESSM Commission nationale de Biologie, 2000.

Guasparri Andrea, « The Roman classification and nomenclature of aquatic animals : an annotated checklist (with focus on ethnobiology) », Anthropozoologica [en ligne], 57.2, 2021 [2022], p. 23-24, mis en ligne le 14 février 2022, consulté le 10 octobre 2022,
URL : http://anthropozoologica.com/57/2,
DOI : https://doi.org/10.5252/anthropozoologica2022v57a2.

Hofer Philip, Cottrell G. W. Jr., « Angelos Vergecios and the bestiary of Manuel Phile », Harvard Library Bulletin, 8, 1954, p. 323-339.

Hünemörder Christian, Hurschmann Rolf, « Schwamm », dans Cancik Hubert, Schneider Helmuth (éd.), Der Neue Pauly: Enzyklopädie der Antike, Stuttgart, 11, 2001.

Kneebone Emily, Oppian's Halieutica. Charting a Didactic Epic, Cambridge-New York, 2020.

Leu Urs B., Conrad Gessner (1516-1565). Universalgelehrter und Naturforscher der Renaissance, Zürich, 2016.

Lovejoy Arthur O., The Great Chain of Being, Cambridge (Mass.)-London, 1964.

Müller Clemens, « ‘Conrado Gesnero Philologo’ – Gessners Beiträge zur klassischen Philologie » dans Leu Urs B., Ruoss Mylène (éd.), Facetten eines Universums. Conrad Gessner (1516-2016), Zürich, 2016, p. 85-98.

Musso Olimpio, « Sulla struttura del Cod. Pal. Gr. 398 e deduzioni storico-letterarie », Prometheus, 2, 1976, p. 1-10.

Opstall Émilie M. Van, Jean Géomètre : poèmes en hexamètres et en distiques élégiaques, Leiden-Boston, 2008.

Pellegrin Pierre, La Classification des animaux chez Aristote : statut de la biologie et unité de l'aristotélisme, Paris, 1982.

Pellegrin Pierre (dir.), Aristote. Œuvres complètes, Paris, 2014.

Pellegrin Pierre, Des Animaux dans le monde. Cinq questions sur la biologie d’Aristote, Paris, 2022.

Pomata Gianna, Siraisi Nancy G., Historia: Empiricism and Erudition in Early Modern Europe, Cambridge, 2005.

Repici Luciana, « Le jardin des Parva naturalia : les plantes chez Aristote et après lui », dans Grellard Christophe, Morel Pierre-Marie (dir.), Les Parva Naturalia d’Aristote. Fortune antique et médiévale, Paris, 2010.

Richmond John A., Chapters on Greek Fish-Lore, Wiesbaden, 1973.

Schmitt Stéphane, Pline l’Ancien. Histoire naturelle, Paris, 2013.

Thompson D’Arcy Wentworth, A Glossary of Greek Fishes, London, 1947.

Τωμαδάκη Mαρία, Ιωάννης Γεωμέτρης, ιαμβικά ποιήματα. Κριτική έκδοση, μετάφραση και σχόλια, thèse inédite de luniversité Aristote de Thessalonique, 2014.

Vendries Christophe, Instruments à cordes et musiciens dans l'Empire romain, Paris-Montréal, 1999.

Wellmann Max, « Alexander von Myndos », Hermes, 26, 1891, p. 481-566.

West Martin Litchfield, Greek Meter, Oxford, 1982.

Wilamowitz-Moellendorff Ulrich von, Antigonos von Karystos, Berlin, 1881.

Wilamowitz-Moellendorff Ulrich von, Griechische Verskunst, Berlin, 1921.

Wit Hendrik C. D. de, Histoire du développement de la biologie, III, Lausanne, 1994.

Whitmarsh Tim, « The Cretan lyre paradox: Mesomedes, Hadrian and the poetics of patronage », dans Borg Barbara E. (éd.), Paideia: The World of the Second Sophistic, Berlin-New York, 2004, p. 377-402.

Zingg Emanuel, « Uno sguardo lidiano allo stemma della Synagoge di Massimo Planude », Νέα ̔Ρώμη. Rivista di ricerche bizantinistiche, 17, 2020, p. 189-253.

Zucker Arnaud, Aristote et les classifications zoologiques, Louvain-la-Neuve-Paris-Dudley (Mass.), 2005.

Zucker Arnaud, Les Classes zoologiques en Grèce ancienne d’Homère à Élien (VIIIe av.-IIIe ap. J.-C.), Aix-en-Provence, 2005.

Zucker Arnaud, « Zoologie et philologie dans les grands traités ichtyologiques renaissants », Kentron [en ligne], 29, 2013, p. 135-174, mis en ligne le 22 mars 2017, consulté le 20 juillet 2022.
URL : http://journals.openedition.org/kentron/702, DOI : https://doi.org/10.4000/kentron.702.

Haut de page

Notes

1 Mes remerciements vont aux organisateurs du colloque « Transmission des savoirs sur les poissons et les animaux aquatiques, textes et images (Antiquité, Moyen Âge, XVIe siècle) » (4-6 novembre 2021, Université de Caen Normandie), Thierry Buquet, Brigitte Gauvin et Arnaud Zucker, aux éditeurs et relecteurs anonymes de la revue RursuSpicae ainsi qu’à tous les participants du colloque dont les remarques ont permis d’enrichir cette contribution.

2 Les variantes ici adoptées sont celles d’un des plus anciens témoins manuscrits des Enigmata Tullii, le ms. Bern, Bürgerbibliothek, 611, f. 78r. Pour les variantes présentes dans le reste de la tradition, voir Fr. Glorie, Variae collectiones aenigmatum Merovingicae aetatis, II, Turnhout, 1968 : 578, énigme XXXII. Sauf mention contraire, les traductions de cet article sont personnelles.

3 Édités par T.J. Leary, Symphosius. The Aenigmata. An Introduction, Text and Commentary, London-New Delhi-New York, 2014: 47. On retrouve cette énigme dans l’Histoire d’Apollonius de Tyr, 42.

4 Épigrammes 14. 144, texte édité et traduit par H.J. Izaac, Martial. Épigrammes, livres VIII-XII, Paris, 1933. Sur Symphosius et Martial, voir T.J. Leary, Symphosius. The Aenigmata : 6-8, 177.

5 Nous adoptons ici l’édition de N. Hopkinson (Greek Poetry of the Imperial Period : an Anthology, Cambridge-New York-Oakleigh, 1994 : 19) qui a sensiblement amendé, à partir des conjectures d’U. von Wilamowitz (Griechische Verskunst, Berlin, 1921 : 595-607), ce poème également publié par E. Heitsch (Die griechischen Dichterfragmente der römischen Kaiserzeit, I, Göttingen, 1961 : 30). La traduction ici proposée n’a pas la prétention de résoudre toutes les difficultés de ce texte mal établi à la discussion duquel (voir N. Hopkinson, Greek Poetry : 80-82) nous souhaiterions ajouter les remarques suivantes : on ne voit pas pourquoi l’éponge ne pourrait pas être comparée à une ruche (U. von Wilamowitz, Griechische Verskunst : 602, N. Hopkinson, Greek Poetry : 81) dont les alvéoles et la couleur peuvent précisément évoquer les pores de l’animal marin ; la périphrase par laquelle sont désignées les Néréides, ἀγάλματα Νηρέως, est un emprunt à Euripide (Iphigénie en Tauride 273) ; une façon économique, du point de vue paléographique, de corriger le dernier vers serait de conjecturer, en lieu et place de l’ὀμμάτων transmis par les manuscrits, un σωμάτων qui s’insère dans le schéma métrique principal du poème, l’ἀπόκροτον (sur son usage chez Mésomède, voir M.L. West, Greek Meter, Oxford, 1982 : 172-173) : la femme chantée par le poète se débarrasserait ainsi de « la fatigue des corps causée par l’amour » ou de « la fatigue des corps amoureux », en vertu d’une hypallage similaire à celle qui évoque les « halètements écumants », ἀφρώδεα ἄσθματα, des chevaux de Poséidon. Sur le jeu érotique de cette ekphrasis de portée métapoétique, voir T. Whitmarsh, « The Cretan lyre paradox : Mesomedes, Hadrian and the poetics of patronage », dans B.E. Borg (éd.), Paideia : the World of the Second Sophistic, Berlin-New York, 2004 : 377-402 (en particulier 394-397).

6 Chr. Vendries, Instruments à cordes et musiciens dans l'Empire romain, Paris-Montréal, 1999 : 289.

7 A. Bélis, « Un lirikos de l’époque des Antonins : Mésomède de Crète », dans J. Jouanna, J. Leclant, La poésie grecque antique. Actes du 13ème colloque de la Villa Kérylos à Beaulieu-sur-Mer les 18 & 19 octobre 2002, Paris, 2003 : 223-235 (en particulier 225-226).

8 Anthologie grecque 14.26.

9 Au f. 140r. Pour une notice récente de ce manuscrit du 14e siècle, voir E. Zingg, « Uno sguardo lidiano allo stemma della Synagoge di Massimo Planude », Νέα ̔Ρώμη. Rivista di ricerche bizantinistiche, 17, 2020, p. 189-253 : 212-214.

10 Odyssée 1. 111, 20.151-152. Voir aussi l’épigramme d’Ariston qui range l’éponge parmi les ustensiles incontournables des cuisiniers (Anthologie Palatine 6. 306).

11 La très recherchée Spongia officinalis, par exemple, peut avoir des teintes allant du jaunâtre au noir. De manière générale, les différentes espèces de la classe des Démosponges sont souvent de couleur jaune-orangée (voir A. C. Campbell, J. Nicholls, M. Cuisin, Guide de la faune et de la flore littorales des mers d’Europe, Neuchâtel-Paris, 1979 : 72-75). Sur le blanchissement des éponges, voir Dioscoride, De materia medica 5.120.3, qui présente un processus faisant intervenir le sel et le soleil, et Pline, Histoire naturelle 31.123, qui décrit un procédé d’exposition « à la lune et aux gelées ».

12 Éd. E. Cougny, Epigrammatum anthologia Palatina cum Planudeis et appendice nova, III, Paris, 1890 : 455, n° 70 = n° 125 É. Van Opstall, Jean Géomètre : poèmes en hexamètres et en distiques élégiaques, Leiden-Boston, 2008 (édition partielle de la poésie de Jean Géomètre dans laquelle l’épigramme ne figure pas). Sur cette épigramme, voir le commentaire de M. Τωμαδάκη, Ιωάννης Γεωμέτρης, ιαμβικά ποιήματα. Κριτική έκδοση, μετάφραση και σχόλια, thèse inédite de l’université Aristote de Thessalonique, 2014 : 11-12, 136, 342-344.

13 Pour être très large, la catégorie antique des zoophytes comprenait notamment l’éponge (cf. frag. 309a 42 de Posidonius, attribué au Περὶ κόσμου de Posidonius par W. Theiler, Posidonios. Die Fragmente, Berlin, 1982, dans lequel le philosophe stoïcien se fait notamment l’écho des analyses aristotéliciennes).

14 Odyssée 1. 111, 22. 439, 22. 453.

15 Pour ce dernier usage, voir Aristote, Histoire des animaux 548 b 2-3, Tite-Live, Histoire romaine 9. 40. 3. Plusieurs épigrammes attestent du fait que l’éponge servait aux scribes à effacer l’encre (Anthologie Palatine 6. 65, 66 et 295, 11. 126, où est évoqué un chirurgien maladroit ayant emprunté son éponge à un scribe). Dans le chapitre 31. 47 de son Histoire naturelle, Pline énumère longuement les usages médicaux des éponges (voir aussi Dioscoride, De materia medica 5. 120). Sur les éponges dans l’Antiquité, voir D’A.W. Thompson, A Glossary of Greek Fishes, Londres, 1947 : 249-250, Chr. Hünemörder, R. Hurschmann, « Schwamm », dans H. Cancik, H. Schneider (éd.), Der Neue Pauly : Enzyklopädie der Antike, Stuttgart, 11, 2001 : 272.

16 Histoire des animaux 548 a 22-549 a 13.

17 Histoire des animaux 523 b 9-12, 527 b 35-20, 535 a 6-25, 546 b 17-18. Sur la « classe fourre-tout » des ὀστρακόδερμα qui rassemble « de nombreuses espèces marginales », voir A. Zucker, Les Classes zoologiques en Grèce ancienne d’Homère à Élien (VIIIe av.-IIIe ap. J.-C.), Aix-en-Provence, 2005 : 229-231.

18 Histoire des animaux 548 a 28-31. L’existence de ces commensaux, qui peuvent être aussi bien des vers que des petits crabes ou des bernard-l’ermite, est documentée par l’ichtyologie moderne (voir p. ex. A.C. Campbell, J. Nicholls, M. Cuisin, Guide de la faune, 1979 : 69 et, à propos de la Démosponge nommée subérite-gîte, Suberites domuncula, dont la caractéristique principale est d’être habitée par des pagures, 72-73). La description de cette « toile d’araignée » correspond à ce que l’on sait du byssus, néanmoins sécrété par les bivalves seulement.

19 Aristote, Du Sommeil et de la veille (τῷ γὰρ αἴσθησιν ἔχειν ὥρισται τὸ ζῷον, « c’est que l’animal est défini par la possession de la sensation ») 454 b 24-25, passage dans lequel l’animal est opposé à la plante qui, en tant qu’être dépourvu de sensation, ne connaît ni sommeil ni veille, ni peine ni plaisir (454 b 23-455 a 3). L’idée se trouve également exprimée dans les traités Sur l’âme en 434 a 21-31 (Τὴν μὲν οὖν θρεπτικὴν ψυχὴν ἀνάγκη πᾶν ἔχειν ὅτιπερ ἂν ζῇ καὶ ψυχὴν ἔχει ἀπὸ γενέσεως καὶ μέχρι φθορᾶς·[…] Αἴσθησιν δ’ οὐκ ἀναγκαῖον ἐν ἅπασι τοῖς ζῶσιν·[…] Tὸ δὲ ζῷον ἀναγκαῖον αἴσθησιν ἔχειν, εἰ μηθὲν μάτην ποιεῖ φύσις, « Ainsi l’âme nutritive est nécessairement dévolue à tout être vivant, quel qu’il soit, et il possède effectivement cette âme depuis sa génération jusqu’à sa destruction […]. Par contre la sensation n’est pas nécessairement donnée à tous les vivants […]. Mais l’animal possède nécessairement la sensation, puisque la nature ne fait rien en vain », édité et traduit par A. Jannone, E. Barbotin, Aristote. De l’âme, Paris, 1966) et Sur la jeunesse et la vieillesse et sur la vie et la mort et sur la respiration en 467 b 23-24 (τὰ γὰρ φυτὰ ζῇ μέν, οὐκ ἔχει δ’ αἴσθησιν, « les plantes vivent mais n'ont pas de sensibilité »).

20 Histoire des animaux 548 b 11-15. Toutes les traductions d’Aristote sont empruntées à P. Pellegrin (éd.), Aristote. Œuvres complètes, Paris, 2014. Elles ont parfois été modifiées.

21 Histoire des animaux 487 b 10-11.

22 Histoire des animaux 549 a 7-9.

23 Histoire des animaux 548 b 17-19. Sur la vie segmentaire des plantes, voir Aristote, Sur la Jeunesse et la vieillesse 468 a 29-31.

24 Histoire des animaux 548 b 5-8.

25 B. Besnier, « L’âme végétative selon Aristote », Kairos, 9, 1997, p. 33-56 : 38. Sur la faculté nutritive de l’âme, voir le Sur l’âme 2. 4. Voir en outre L. Repici, « Le jardin des Parva naturalia : les plantes chez Aristote et après lui », dans Chr. Grellard, P.-M. Morel, Les Parva Naturalia d’Aristote. Fortune antique et médiévale, Paris, 2010 : 31-45, et P. Pellegrin, Des Animaux dans le monde. Cinq questions sur la biologie d’Aristote, Paris, 2022 : 124-129.

26 Histoire des animaux 548 b 26-27.

27 Sur la classification des êtres chez Aristote, voir A. O. Lovejoy, The Great Chain of Being, Cambridge (Mass.)-London, 1964 : 55-59, P. Pellegrin, La Classification des animaux chez Aristote : statut de la biologie et unité de l'aristotélisme, Paris, 1982, H.C.D. de Wit, Histoire du développement de la biologie, III, Lausanne, 1994 : 5-11, A. Zucker, Aristote et les classifications zoologiques, Louvain-la-Neuve-Paris-Dudley (Mass.), 2005 : 144-168.

28 Histoire des animaux, 588 b 4-6, 17-21.

29 Dans les premières pages du livre 5 de l’Histoire des animaux, le naturaliste, qui s’intéresse à la génération, classe les ὀστρακόδερμα à l’extrémité inférieure de l’échelle des animaux.

30 Les Parties des animaux 681 a 10-19.

31 Sur la taxonomie des éponges dans le monde romain, voir A. Guasparri, « The Roman classification and nomenclature of aquatic animals : an annotated checklist (with focus on ethnobiology) », Anthropozoologica [en ligne], 57.2, 2021 [2022] : 23-24.

32 Pline, Histoire naturelle 9. 68. Toutes les traductions de Pline sont empruntées à S. Schmitt, Pline l’Ancien. Histoire naturelle, Paris, 2013. Elles ont été légèrement modifiées.

33 Histoire naturelle 9. 69.

34 Histoire naturelle 9. 149.

35 Histoire naturelle 9. 70 : Ipsi ferunt et nubem quandam crassescere super capita, animali planorum piscium similem, prementem eos arcentemque a reciprocando, et ob id stilos praeacutos lineis annexos habere sese, quia nisi perfossae ita non recedant, caliginis et pavoris, ut arbitror, opere. Nubem enim et nebulam, cuius nomine id malum appellant, inter animalia haud ulla conperit quisquam, « Il y a aussi, disent-ils [les plongeurs], une espèce de nuage qui s’épaissit au-dessus de leur tête, semblable à un poisson plat, les écrasant et les empêchant de remonter ; aussi portent-ils un poignard très pointu attaché à des ficelles car à moins d’en être transpercés, les poissons nuages ne s’éloignent pas – tout ceci est, je crois, l’œuvre de l’obscurité et de la peur. Car personne n’a jamais découvert aucun animal nuage ou nuée – tel est le nom qu’ils donnent à ce fléau ».

36 Dioscoride, De materia medica 5. 120. 1. Une particularité du témoignage du médecin est qu’il mentionne « les pierres qui se trouvent dans les éponges » (De materia medica 5. 144).

37 Histoire naturelle 31. 47.

38 Histoire des animaux, 548 a 29-30.

39 A. 45, éd. S.P. Lambros, Exceptorum Constantini de Natura animalium libri duo : Aristophanis Historiae animalium epitome, subiunctis Aeliani Timothei aliorumque eclogis, Berlin, 1885. Il nous est donné de lire des fragments de cet Épitomé grâce à la Syllogé zoologique réalisée pour Constantin VII Porphyrogénète, au 10e siècle, dont le livre A a pour source unique le livre A du compendium de l’érudit alexandrin.

40 L’Intelligence des animaux 980 B-C. La « mise en garde » et l’« avertissement » sont ceux communiqués par l’animalcule qui vit dans l’éponge.

41 Élien, Personnalité des animaux 8.15 : Οὐ γὰρ ἄψυχον οὐδὲ αἵματος ἄμοιρον ἡ σπογγιὰ κύημά ἐστι θαλάττης, καὶ πέφυκεν εἶναι ζῷον, « Car l’éponge n’est pas un rejeton de la mer inanimé et dépourvu de sang et sa nature est celle d’un animal », éd. M. García Valdés, L.A. Llera Fueyo, L. Rodríguez-Noriega Guillén, Claudius Aelianus. De natura animalium, Berlin-New York, 2009. Pour une synthèse et une réévaluation de la question de la proximité entre Plutarque et Élien, voir J.A. Richmond, Chapters on Greek Fish-Lore, Wiesbaden, 1973 : 5-24 (19 pour leur texte respectif sur les éponges) qui conclut, après Max Wellmann (« Alexander von Myndos », Hermes, 26, 1891 : 481-566), à l’existence d’une source commune qui serait un compendium zoologique du premier siècle de notre ère.

42 Oppien, Halieutiques 5. 612-674.

43 E. Kneebone, Oppian's Halieutica. Charting a Didactic Epic, Cambridge-New York, 2020 : 339-340, montre en quoi ces vers fonctionnent comme un contrepoint par rapport à la description de la chasse au κῆτος, en 5.111-351, dont l’homme ressort victorieux, à la différence du plongeur à l’éponge que ses camarades remontent « à moitié dévoré », ἡμιδάϊκτος (5. 669).

44 Plutarque, Du froid primitif 950 B. Dans les Problèmes, Aristote étudie la transparence apportée par l’huile à l’eau (23.38 = 935 b 17-27) et mentionne l’usage des plongeurs de se mettre de l’huile dans les oreilles afin d’éviter les barotraumatismes (32.11 = 961 a 24-30).

45 Oppien, Halieutiques 5.651 : σφισι καὶ πνοιὴν φάτις ἔμμεναι, « la rumeur rapporte qu’elles ont même un souffle ».

46 Halieutiques 5. 653-659.

47 Sur l’organisation et la biologie des spongiaires, voir p. ex. A. Gilli, P. Maillard, Plongée dans le monde des spongiaires, FFESSM Commission nationale de Biologie, 2000 : 9-16, A.C. Campbell, J. Nicholls, M. Cuisin, Guide de la faune, 1979 : 68-69.

48 J.D. Cowart, T.P. Henkel, S.E. McMurray, J.R. Pawlik, « Sponge orange band (SOB): a pathogenic-like condition of the giant barrel sponge, Xestospongia muta », Coral Reefs, 25, 2006: 513.

49 Anthologie Palatine 6. 66. 7. Si le substantif βλάστημα, qui désigne aussi le « rejeton », peut s’appliquer au règne animal, en revanche λειμών relève uniquement du champ lexical de la végétation.

50 Des datations très divergentes ont été avancées pour ce texte : O. Musso, « Sulla struttura del Cod. Pal. Gr. 398 e deduzioni storico-letterarie », Prometheus, 2, 1976 : 1-10, suivi par T. Dorandi, Antigone de Caryste. Fragments, Paris, 1999 : XIV-XVII, l’ont mis en rapport avec la rédaction, au 10e siècle, de l’encyclopédie de Constantin VII Porphyrogénète. Par la suite, T. Dorandi, « La ricezione del sapere zoologico di Aristotele nella tradizione paradossografica », dans M.M. Sassi et alii (éd.), La zoologia di Aristotele e la sua ricezione dall'età ellenistica e romana alle culture medievali : atti della X Settimana di formazione del Centro GrAL, Pisa, 18-20 novembre 2015, Pise, 2017 : 59-80, a proposé de remonter l’auteur anonyme du recueil à l’époque impériale (voir aussi T. Dorandi, « Accessioni a Antigono di Caristo », Studi Classici e Orientali, 51, 2005 : 119-124). Dans sa récente thèse, D. Eleftheriou, Pseudo-Antigonos de Carystos : Collection d’Histoires Curieuses, thèse inédite de l’Université Paris Nanterre, 2018 : 15-16, s’est pour sa part ralliée à la position d’U. von Wilamowitz-Moellendorff, Antigonos von Karystos, Berlin, 1881 : 23, qui avait placé la date de création du recueil vers 240 avant notre ère.

51 Aristote, Histoire des animaux 548 b 11-15, cité plus haut.

52 Sur les modèles des Caractéristiques des animaux, voir A. Caramico, Manuele File. Le Proprietà degli animali II, Napoli, 2006 : 23-35.

53 Sur cette légende, invérifiable en l’espèce, qui remonte à une remarque de Joseph-Juste Scaliger, voir A. Dain, « La fille d’Ange Vergèce », Humanisme et Renaissance, 1, 1934 : 133-144. Sur le Parisinus Gr. 2737, voir P. Hofer, G. W. Jr. Cottrell, « Angelos Vergecios and the bestiary of Manuel Phile », Harvard Library Bulletin, 8, 1954 : 323-339, M. Cariou, « Grec 2737 », Archives et manuscrits de la BnF [en ligne], 2014, https://archivesetmanuscrits.bnf.fr. L’absence d’illustration dans les traités naturalistes du Moyen Âge et de la Renaissance s’explique probablement par la familiarité des auteurs et de leurs lecteurs avec cet objet du quotidien.

54 Sur les caractéristiques des animaux 1658-1677.

55 Les traducteurs de ce poème ont compris que l’éponge était « rare » mais il convient de restituer ici à cet adjectif son sens zoologique : l’éponge est « souple », le terme μανός désignant, comme on l’a vu, l’une des trois espèces citées par Aristote.

56 Comme l’ont bien vu, F.S. Lehrs, Fr. Dübner, Poetae bucolici et didactici. Manuelis Philae versus iambici de proprietate animalium, Paris, 1846 : ad loc., ce coup désigne sûrement le signal que transmet à l’éponge son commensal.

57 Le verbe τρίζω, « pousser un cri aigu », employé par le poète au vers 1675 est intéressant en cela que, habituellement réservé à la description des gazouillis et pépiements des oiseaux, il est néanmoins employé par Aristote pour attribuer à certains animaux marins la capacité d’émettre des sons (Histoire des animaux 535 b 12 – 536 a 4).

58 Manuele File, 2006 : 213.

59 Étienne d’Alexandrie, Commentaire de la Thérapeutique à Glaucon de Galien 328, l. 14-25 : Φασὶ δὲ οὗτοι κατὰ τὸν Ἀριστοτελικὸν λόγον, ὅτι ὅσα ἢ τῶν πέντε αἰσθήσεων ἢ τέσσαρα ἢ τριῶν ἢ δύο καὶ μιᾶς αἰσθήσεως μόνης μετέχει, ταῦτα λέγει εἶναι ζῶα, καὶ ὅσα μὲν τὴν πρώτην αἴσθησιν ἔχει, καὶ ταῦτα καὶ τὰς λοιπὰς ἁπάσας ἐξ ἀνάγκης κέκτηται. […] Σπόγγοι δὲ τὴν ἁπτικὴν ἔχουσι μόνην, « Et ceux-ci affirment, en suivant le propos d’Aristote, que tous les êtres qui ont soit les cinq sens, soit quatre, soit trois, soit deux, soit un seul sens, ceux-là, dit-il, sont des animaux et tous ceux qui ont le premier sens, ceux-là aussi possèdent nécessairement les quatre autres sans exception. […] Et les éponges ont le seul toucher », éd. F.R. Dietz, Apollonii Citienois, Stephani, Palladii, Theophili, Meletii, Damascii, Joannis, aliorum Scholia in Hippocratem et Galenum, Königsberg, 1834, I.

60 Jean Philopon, Commentaire sur le traité De l’âme d’Aristote 355, l. 2-3, éd. M. Hayduck, Ioannis Philoponi in Aristotelis de anima libros commentaria, Berlin, 1897. Il réaffirme la même chose dans son Commentaire sur De la génération et de la corruption d'Aristote 214, l. 3-4, éd. H. Vitelli, Ioannis Philoponi in Aristotelis libros de generatione et corruptione commentaria, Berlin, 1897.

61 Jean Philopon, Commentaire sur le traité De l’âme d’Aristote 7, l. 5 et 262, l. 21-22.

62 Jean Philopon, Commentaire sur le traité De l’âme d’Aristote 600, l. 10 – 603, l. 22. Cette définition est déjà présente chez Posidonios, Sextus Empiricus ou encore Clément d’Alexandrie.

63 Jean Philopon, Commentaire sur le traité De l’âme d’Aristote 600, l. 30-33 : Τὰ ζῳόφυτα τοίνυν ἢ μόνην ἁφὴν ἔχει, ὡς ἐπὶ σπόγγου, ἢ ἁφὴν καὶ γεῦσίν τινα, ὅσα ἔχει ἀνάλογον γαστρὶ καὶ στόματι, οἷον τὰ ὀστρακόδερμα· τὰ δὲ πορευτικὰ πάσας τὰς αἰσθήσεις ἔχει ἢ τὰ ἀναλογοῦντα τῇ αἰσθήσει, « Les zoophytes, quant à eux, possèdent soit le seul toucher, comme l’éponge, soit le toucher et une certaine forme de goût. Elle est présente chez tous ceux qui ont des organes analogues au ventre et à la bouche, comme les animaux à coquille. Mais les animaux qui ont la faculté de se mouvoir ont tous les sens ou les facultés analogues à <chaque> sens ».

64 Jean Philopon, Commentaire sur le traité De l’âme d’Aristote 235, l. 29-34.

65 Jean Philopon, Commentaire sur le traité De l’âme d’Aristote 184, l. 20-23 : Δόξειε δ’ ἂν τὰ ζῳόφυτα κινεῖσθαι, οἷον οἱ σπόγγοι. Οὐκ ἔστι δὲ κίνησις αὕτη τοπική· οὐ γὰρ ἀμείβει τόπον, ἀλλοἷον συστολή τις καὶ διαστολή ἐστι, « Il semblerait que les zoophytes se meuvent, par exemple les éponges. Mais cela ne relève pas d’un mouvement de locomotion car l’éponge ne change pas de lieu mais elle se livre à une sorte de contraction et de dilatation ».

66 Isidore, Étymologies 12. 6. 60 : Animal autem esse docetur cruore inhaerente petris. Vnde et dum absciditur sanguinem remittit, « Le sang qui adhère aux rochers démontre que c’est un animal. Aussi, quand elle est arrachée, elle laisse échapper du sang ».

67 Thomas de Cantimpré, Liber de natura rerum 7. 71 (7. 73 dans l’édition provisoire en ligne sur sourcencyme.irht.cnrs.fr par Mattia Cipriani) : Spongie, ut dicit Plinius, nascuntur in mari in petris et in abruptis scopulorum. Aluntur conchis vel pisce vel limo. Intellectum in hus esse apparet, quia, ubi avelli se senserint, contracte multo difficilius abstrahuntur ; hoc idem in fluxu pulsante faciunt. Avulsas etiam aiunt ex relictis radicibus recrescere. Putrescunt in apricis locis, ideo optime in gurgitibus vivunt.

68 Vincent de Beauvais, Speculum naturale 5. 79, De spongiis et 17. 91, De spongie, éd. Douai, 1624 (dont le texte est disponible sous forme de citations en arborescence dans le corpus des encyclopédies médiévales créé par I. Draelants sur Sourcencyme.irht.cnrs.fr).

69 Pline, Histoire naturelle 32. 17.

70 Vincent de Beauvais, Speculum naturale 5. 79 ; 6. 92 ; 17. 99. Dans ce dernier chapitre, la tertia natura est empruntée à Pline tandis que dans les deux autres chapitres, elle provient de la Summa de anima d’un maître ès arts parisien contemporain (5. 79 : Philosophus : Spongie marine sunt quedam corpora media inter plantas et animalia. Quoniam et radicibus aluntur, ut plante et tactu sentiunt ut animalia.). La citation est présente également dans le Speculum doctrinale, 5. 48, à propos des certains « élémentés intermédiaires » (elementata media).

71 Vincent de Beauvais, Speculum naturale 5. 78 : Actor. Ex aquis porro non solum pisces, ut ab initio procreati leguntur, sed nunc etiam multe ac varie rerum species quotidie generari cernuntur, ut sal, nitrum, alumen, spongia et etiam lana quedam marina et etiam lapides diversi generis : horum quedam ex spuma procreari dicuntur, ut spongia et lana marina et etiam quidam lapides, ut pumex. Spuma quidem ex collisione aquarum generatur, vento intus concepto vel incluso, unde tenuissima est et inanis et modico flatu spargitur.

72 Ce dernier écrit, dans son Tractatus de naturis animalium, que le sang et l’adhérence des éponges prouvent leur nature animale, même si elles n’ont des animaux ni les membres ni la structure (4. 2-7. 3-53 : Est autem animal cruore inherente in petris manifestum, quia dum absciditur spongia de lapide sanguis eius remanet in petra, ubi adherebat et exinde probatur esse quoddam vivens, licet non habeat menbra, nec aliquam figuram viventis). Il rappelle néanmoins, dans cette même section, que certains les situent à mi-chemin entre les végétaux et les animaux.

73 De animalibus 24. 106. 51.

74 Aristote, Histoire des animaux 548 a 24-27.

75 Parmi lesquelles les biologistes reconnaissent effectivement des espèces sessiles et des espèces vagiles.

76 Olaus Magnus, Historia de gentibus septentrionalibus, Roma, 1555 : 765-766. L’auteur reprend cette description sans la commenter.

77 Chap. 63, éd. et trad. C. Jacquemard, B. Gauvin, M.-A. Lucas-Avenel, Hortus sanitatis : Livre IV, Les Poissons, Caen, 2013.

78 Voir la note au chap. 63. 3 de C. Jacquemard et aliae, Hortus sanitatis, 2013.

79 Oppien, Halieutiques 2.141-142.

80 Oppien, Halieutiques 2.150-155.

81 Odyssée 9.314, où πῶμα sert à désigner le bloc de pierre que Polyphème place à l’entrée de son antre pour retenir Ulysse et ses compagnons.

82 Le biologiste écossais D’Arcy Wentworth Thompson a écrit, à propos de ces deux textes, que c’était une histoire qu’il avait lui-même entendue de la bouche de pêcheurs de perles de son époque, A Glossary of Greek Fishes, 1947 : 34-35.

83 P. Gilles, Ex Æliani historia per Petrum Gyllium latini facti, itemque ex Porphyrio, Heliodoro, Oppiano, tum eodem Gyllio luculentis accessionibus aucti libri XVI. De ui et natura animalium. Eiusdem Gyllii Liber unus, De Gallicis et Latinis nominibus piscium, Lyon, 1533. L’ouvrage a été republié, chez le même éditeur lyonnais, en 1535.

84 Livre XIII, chap. 45 et 46.

85 Chap. 93 : […] Plantanimalia, quae nec animalium, nec fruticum, sed temperatam ex utroque naturam habent.

86 Belon, La Nature et diversité des poissons 431-432.

87 Belon, De Aquatilibus libri duo 432 : Nam adeo ancipitis sunt naturae, ut neque perfectum in iis animal contineri asseverare possis, neque tamen plantam esse judices. Hoc etenim cum plantis aut fungis conveniunt, quod non nisi adhaerendo vivunt. Verum quod aliqua carne praedita, ac sensum aliquem habere videri possint, hoc etiam cum animalibus habent commune.

88 Belon, De Aquatilibus libri duo 435-436, La Nature et diversité des poissons 434-435, L. Lippi, Oppiani Halieutica, seu de Piscatu libri III a Laurentio Lippio latinis versibus redita, Colle, 1478.

89 Salviani, Aquatilium animalium historiae 48-49.

90 Rondelet, Libri de piscibus marinis 105-109.

91 Rondelet, Libri de piscibus marinis 109.

92 Ibidem.

93 Rondelet, Universae aquatilium historiae 133-136.

94 La notice de la traduction française, L’histoire entière des poissons, composée premièrement en latin par Maître Guillaume Rondelet, 1558 : 93-94, est un résumé du second volume latin qui fait notamment l’économie des descriptions détaillées des usages médicaux.

95 Sur les remarquables qualités de philologue de Gessner, voir A. Zucker, « Zoologie et philologie dans les grands traités ichtyologiques renaissants », Kentron [en ligne], 29, 2013 : 135-174, C. Müller, « ‘Conrado Gesnero Philologo’ – Gessners Beiträge zur klassischen Philologie » dans U.B. Leu, M. Ruoss (éd.), Facetten eines Universums. Conrad Gessner (1516-2016), Zürich, 2016 : 85-98, U.B. Leu, Conrad Gessner (1516-1565). Universalgelehrter und Naturforscher der Renaissance, Zürich, 2016, M. Cariou, « Un nouveau manuscrit de la paraphrase aux Ixeutiques de Denys dans les papiers de Conrad Gessner. Avec une note sur le 'scribe de Bruxelles’« , Scriptorium, 71.2, 2017 [2018] : 239-268.

96 Gessner, Historiae animalium : liber IIII 1064-1079.

97 Gessner, Historiae animalium: liber IIII 1066.

98 Il écrit par exemple qu’en parlant d’éponges mobiles, Albert le Grand s’est trompé, Historiae animalium : liber IIII 1066.

99 Ibidem.

100 Gessner fera réimprimer ces analyses dans le chapitre dédié aux zoophytes de son recueil d’illustrations intitulé Nomenclator aquatilium animantium, Zürich, 1565 : 271.

101 G. Pomata, N.G. Siraisi, Historia: Empiricism and Erudition in Early Modern Europe, Cambridge, 2005.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Parisinus gr. 2737, f. 101r (détail), copié par Ange Vergèce en 1554, Manuel Philès, Sur les caractéristiques des animaux, © BnF
URL http://journals.openedition.org/rursuspicae/docannexe/image/2067/img-1.png
Fichier image/png, 1,9M
Légende Conrad Gessner, Historiae animalium, liber IIII qui est de Piscium & aquatilium animantium natura, Zürich, 1558 : 1070 (détail).
URL http://journals.openedition.org/rursuspicae/docannexe/image/2067/img-2.png
Fichier image/png, 2,9M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Morgane Cariou, « De la « fleur marine » au « poisson-nuage », transmission et réception des savoirs zoologiques sur les éponges de l’Antiquité à la Renaissance  »RursuSpicae [En ligne], 4 | 2022, mis en ligne le 12 décembre 2022, consulté le 22 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/rursuspicae/2067 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rursuspicae.2067

Haut de page

Auteur

Morgane Cariou

Maître de conférences en langue et littérature grecques à Sorbonne Université. Ses recherches portent sur la zoologie antique, la poésie d’époque impériale et la réception à Byzance puis à la Renaissance des textes et savoirs techniques de l’Antiquité, toutes thématiques qu’elle aborde notamment à travers l’étude des Halieutiques d’Oppien de Cilicie. https://paris-sorbonne.academia.edu/MorganeCariou

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search