Navigation – Plan du site

AccueilNuméros4ArticlesÀ la recherche des catégories ich...

Articles

À la recherche des catégories ichtyologiques médiévales : les séries de poissons dans les livres alphabétiques latins du xiiie siècle1

In Search of Medieval Ichthyological Categories: Fish Series in 13th-century Latin Alphabetical Lists
Cécile Rochelois Le Cornec

Résumés

Les sources les plus prolixes sur les poissons au Moyen Âge sont les livres alphabétiques consacrés aux animaux aquatiques par les dominicains Thomas de Cantimpré, Vincent de Beauvais et Albert le Grand au milieu du XIIIe siècle. Le choix par les trois savants de l'ordre alphabétique pour présenter leurs longues listes d’espèces peut sembler surprenant, voire décevant, car il soumet l'ordre de l'exposé à une logique des noms, apparemment indifférente aux modèles taxinomiques qu’offraient les diverses autorités citées. Nous cherchons à montrer qu’il est possible de discerner à travers l’ordre des notices et le jeu des comparaisons des séries d’espèces. Les fragments d’un ordre rationnel se font alors jour malgré l’ordre alphabétique, et parfois grâce à lui, et une observation minutieuse de l’art de compiler propre à chacun des trois auteurs permet d’accéder aux bribes d’un savoir ichtyologique proprement médiéval.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nous tenons à remercier Isabelle Draelants et Marie-Agnès Lucas-Avenel pour leurs suggestions et le (...)
  • 2 La première rédaction des livres VI et VII du Liber de natura rerum de Thomas de Cantimpré, élaboré (...)

1Pour accéder au savoir disponible sur les espèces de poissons au Moyen Âge, les sources les plus prolixes sont les livres encyclopédiques consacrés aux animaux aquatiques qui se trouvent dans les sommes latines des dominicains Thomas de Cantimpré, Vincent de Beauvais et Albert le Grand au milieu du xiiie siècle. Les trois savants présentent les créatures des eaux en dressant de longues listes d'espèces, dont le nombre avoisine les 144 poissons annoncés par Pline, et en fournissant au sujet de chacune d'entre elles des informations variées, compilant toutes les sources antiques et médiévales dont ils disposent. Ces trois textes entretiennent des relations étroites les uns avec les autres, ceux de Vincent de Beauvais et d'Albert le Grand citant largement le catalogue de leur confrère Thomas de Cantimpré2.

  • 3 Sur l’encyclopédisme de Pline et la structure de l’inventaire plinien, voir les travaux de Valérie (...)

2Leurs listes d’espèces sont organisées dans l’ordre alphabétique, ce qui pourrait à première vue sembler décevant, dans des œuvres nourries de la redécouverte d'Aristote. Les connaissances aristotéliciennes sur les poissons, connues par l’intermédiaire de la traduction arabo-latine par Michel Scot des traités zoologiques d’Aristote et fidèlement compilées, ne fournissaient-elles pas aux savants dominicains des principes de classement susceptibles d'organiser leurs connaissances ou du moins d'influencer le déroulement de l'exposé ? Ce paradoxe est illustré par le contraste saisissant entre le livre XXIV du De Animalibus d'Albert le Grand, qui obéit à la logique de la compilation alphabétique, et les dix-neuf premiers livres de l'ouvrage, qui offrent un commentaire du corpus zoologique arabo-latin dans la traduction de Michel Scot. En effet, le choix de l’ordre alphabétique par les zoologues dominicains impliquait une réorganisation de la matière dans la mesure où il n’était pas pratiqué par les autorités citées par les compilateurs. Il conduisait à rompre, dans les catalogues classés par noms, l’ordre systématique ou rationnel qui prévalait dans les chapitres consacrés par Vincent de Beauvais ou Albert le Grand aux poissons en général, ainsi que dans les courtes séries d’espèces données comme exemples par Aristote ou par Pline3. Or ces séquences se prêtaient davantage à une lecture suivie des œuvres entières, ainsi qu’à une mémorisation aisée.

3Le classement alphabétique des espèces soumet au contraire l'ordre de l'exposé à une logique des noms, apparemment indifférente non seulement à l'apport théorique d'Aristote – par ailleurs bien présent dans d’autres passages de ces œuvres – mais aussi aux catégories qu'auraient pu inspirer des autorités aussi influentes que Pline ou encore aux distinctions d'ordre diététique fournies depuis l'Antiquité par les médecins, largement cités eux aussi. Il est vrai que toute volonté taxinomique était vouée à se heurter à l'ambition d'exhaustivité manifeste dans ces sommes, qui compilent des savoirs d'une diversité vertigineuse, tant sur les plans chronologique et géographique que par les domaines scientifiques concernés. Comment appliquer aux poissons des mers du Nord ou aux poissons d'eau douce consommés en France au Moyen Âge des critères de classement empruntés à des penseurs méditerranéens de l'Antiquité (Rochelois, 2008) ? Le recours à l'ordre alphabétique présentait, entre autres avantages, celui de ne laisser aucune espèce échapper aux mailles du filet et, de fait, il n'existe dans la littérature contemporaine aucune liste d’espèces aussi développée que ces répertoires alphabétiques dominicains. À titre de comparaison, le chapitre consacré aux poissons par Barthélémy l’Anglais dans le livre XIII du Liber de proprietatibus rerum (XIII, 26), dont l’organisation se rapproche de ce point de vue de celle des textes d’Aristote ou Pline, énumère seulement quelques espèces pour évoquer telle ou telle propriété, si bien qu’il nomme à peine trente espèces. En privilégiant l’ordre alphabétique dans les catalogues fournis consacrés aux plantes, aux animaux ou aux pierres, les savants dominicains se rapprochaient des Cisterciens de leur temps dont les pratiques d’indexation et d’organisation des livres se répandaient alors rapidement (Rouse M. et R., 1991).

4Au début ou à la fin de ces livres consacrés aux pierres, aux plantes et aux animaux, Vincent de Beauvais signale le choix de l’ordre alphabétique pour organiser ses catalogues et utilise à deux reprises l’expression « more nostro » (Vincent de Beauvais, Speculum naturale, 1624 : IX, 20 ; X, 11 ; XI, 57 et 112 ; XVIII, 2 ; XX, 17) : l’actor endosse la responsabilité de ce choix. Cet ordre alphabétique était au XIIIe siècle un parti-pris innovant, que Jacques Le Goff présente comme « un très grand progrès dans la pratique matérielle intellectuelle » et « une des conditions d’un bon encyclopédisme » (Le Goff, 1994 : 36). Une compilation de frère prêcheur étant avant tout un outil d’enseignement et de prédication, il facilitait une consultation partielle et une recherche rapide d’information. Et surtout, il ne signifiait ni une incapacité à classer selon un ordre logique, ni l’abandon de toute volonté taxinomique, comme l’a souligné Monique Paulmier-Foucart (Paumier-Foucart, 1991 : 218) :

L’analyse de la constitution des livres, du traitement des espèces, l’effort de classification, où intervient aussi un système de renvois, tout cela oblige à reconnaître à l’intérieur de l’ordre alphabétique autant d’éléments méthodiques qui compensent l’apparent manque de systématisation des livres de botanique et de zoologie. En fait, Vincent de Beauvais gère assez savamment l’ordre alphabétique « more nostro », au temps où se fabrique chez les Dominicains de Paris le superbe outil alphabétique de la grande concordance biblique.

5Cette remarque sur la « gestion » savante de l’ordre alphabétique par Vincent de Beauvais trouve un écho dans les répertoires d’espèces des trois encyclopédistes. Ils pratiquent un ordre alphabétique non pas strict, mais souple et variable qui n’est pas un carcan, mais apparaît au contraire comme un lieu de variation et  ̶ telle est du moins notre hypothèse  ̶ d’appropriation du savoir. Si les compilations de Thomas de Cantimpré, Vincent de Beauvais et Albert le Grand privilégient bien l’ordre alphabétique pour présenter les différentes espèces de poissons, celui-ci n’est que partiellement respecté puisque seule la première lettre est prise en compte. C’est là une pratique conforme aux premiers emplois de l’ordre alphabétique. Dans les dictionnaires médiévaux, « le classement alphabétique se limitait d’abord à la première lettre des mots, puis aux trois premières, pour arriver seulement au XIIIe siècle à l’ensemble des lettres d’un mot » (Weijers, 1996 : 169). Cette relative souplesse permettait de croiser critères alphabétiques et rationnels. D’après nos observations, c’est souvent ainsi que l’utilisent les savants dominicains : les poissons dont les noms commencent par une même lettre apparaissent bien à la suite les uns des autres, mais une autre logique semble souvent régir leur succession à l’intérieur de l’ensemble ainsi formé.

6De plus, malgré les liens étroits entre les trois catalogues compilés, on observe des différences dans l’application de l’ordre alphabétique. Par la dispositio des notices, chaque encyclopédiste arrange sa matière selon des choix révélateurs de ses propres catégories ichtyologiques. Un cas évident de cette appropriation de l’ordre des matières par laquelle l’encyclopédiste imprime sa marque au savoir transmis et se singularise par rapport à ses collègues est la catégorie des monstres marins étudiée par Marie-Agnès Lucas Avenel (Lucas-Avenel, 2017) : la partitio entre monstra marina et pisces mise en œuvre par Thomas de Cantimpré dans les livres VI et VII de son Liber de natura rerum est reprise par Vincent de Beauvais à l’intérieur de son livre XVII, même si Vincent propose par ailleurs une organisation des notices bien distinctes de celle que l’on trouve chez Thomas, en particulier parce qu’il regroupe certains poissons dans une même notice. Chez Albert le Grand, cette partition est pour ainsi dire gommée, alors même que le catalogue du De Animalibus suit avec une grande fidélité celui du Liber de natura rerum : Albert insère alternativement tantôt les monstres à la suite des poissons tantôt les poissons à la suite des monstres, en supprimant l’appellation monstrum, sauf pour la sirène et la scilla. Il s’agit là d’une catégorie difficile à cerner, employée sans que son extension ait été définie, mais qui informe la matière et introduit un principe de classement proprement médiéval.

7En examinant la succession des notices lettre après lettre, nous situerons notre analyse à une échelle plus réduite. Notre hypothèse de départ est que la distribution choisie à l’intérieur de chaque lettre n’est pas aléatoire et que la contigüité de deux notices peut être l’indice d’une association intentionnelle et révéler par la même occasion l’importance prééminente accordée aux points communs retenus, qu’ils soient soulignés ou demeurent implicites. Nous nous efforcerons de distinguer, entre les lignes de ces trois répertoires ichtyologiques représentatifs de la culture du Moyen Âge occidental sur le sujet, en les comparant, en prêtant attention aux variations propres à chaque auteur et en examinant certains détails de leur agencement et de leur écriture, sinon des catégories ichtyologiques, du moins des regroupements significatifs qui ne reposent pas seulement sur le modèle de leurs sources. Peut-être sera-t-il alors possible de dégager quelques séries d'espèces liées entre elles par l'organisation du discours, avec l’ambition d’accéder, par l'intermédiaire de ces œuvres à première vue entièrement tributaires des différentes traditions recueillies au fil des siècles, à quelques bribes d'une appréhension proprement médiévale de la diversité des créatures aquatiques.

I. La logique des noms

  • 4 L’édition multimédia (papier et numérique) de l’Hortus sanitatis réalisée par Catherine Jacquemard, (...)

8En dignes successeurs d’Isidore de Séville dont ils citent abondamment les Etymologies, les encyclopédistes ne considèrent pas l’ordre alphabétique comme arbitraire. Le nom dit quelque chose de l’essence de la chose ; la succession des noms reflète par conséquent l’ordre du monde. Mettre en évidence le lien entre ces espèces dont le nom commence par la même lettre, c’est montrer au lecteur la cohérence du monde créé. L’ordre divin se manifeste aussi bien à travers la logique des noms que par l’harmonie de la nature, car les deux vont de pair. Les compilateurs font œuvre d’enseignement dans leurs livres sur la nature lorsqu’ils montrent à leurs lecteurs des séries de noms regroupés dans l’ordre alphabétique et qui présentent néanmoins une évidente unité de nature. Leurs répertoires participent à la démonstration à l’œuvre dans ces cosmologies en dévoilant l’ordre des choses à travers la cohérence de l’ordre alphabétique, et ce pour des siècles, puisque jusqu’au xvie siècle ces séquences alphabétiques vont marquer les yeux et les esprits grâce au spectaculaire relais fourni par les enluminures et gravures. Nous renvoyons à titre d’exemple à l’un des derniers témoins de cette tradition iconographique : les illustrations de l’édition Vérard du Jardin de santé, la traduction française de l’Hortus sanitatis, qui date des environs de 15014.

  • 5 L’ensemble de l’encyclopédie de Vincent de Beauvais est disponible en ligne avec une utile arboresc (...)

9Parmi les séries nichées sous l’ordre alphabétique qui vont donner lieu à des regroupements iconographiques dans les manuscrits et les incunables, on trouve par exemple des groupes d’animaux portant des noms d’animaux terrestres opportunément regroupés au sein d’un même chapitre chez Vincent de Beauvais, dans le strict respect de l’ordre alphabétique. Noms et images se conjuguent ainsi pour ancrer dans les représentations la nature hybride des chevaux aquatiques réunis au chapitre 115 du livre sur les monstres marins du Speculum naturale (De equo marino et equonilo et equo fluminis) ou des vaches de mer rassemblées au chapitre 135 du même livre (De vacca et vitulo marino) (notices traduites et illustrées dans le Jardin de santé, éd. Vérard, Paris, Bibl. nationale de France, Res. TE1 38, f. 106v et f. 125v). Le texte des notices du XIIIe siècle souligne parfois la cohérence des regroupements en relevant juste après le nom de l’animal une nature commune aux différentes espèces regroupées, ainsi au chapitre 35 du livre XVII du Speculum naturale5 :

Borbothe sunt pisces quidam fluviales, aliquatenus anguillis similes, lubrice namque sunt et excoriantur, sicut anguille. […]
Bothe sunt pisces fluviales, qui non natant, nisi per amplitudinem corporis. Tenuissimi namque sunt, et lati valde. […]
Brenna est piscis fluvialis qui, cum videt sibi lucium imminere, declinat ad caenosa, aquarum limpiditatem a tergo perturbans.
(Vincentius Bellovacensis, Speculum naturale, éd. Douai, 1624, XVII, 35 : 1271)

  • 6 Nous citons la traduction en français moderne proposée par les éditrices du livre sur les poissons (...)

Les lottes sont des poissons de rivière assez semblables aux anguilles, car ils sont visqueux et s’écorchent comme les anguilles. […]
Les flets sont des poissons de rivière qui nagent grâce à leur seule ampleur, car ils sont très plats et très larges. […]
La brenna est un poisson de rivière ; quand il voit que le brochet le menace, il s’esquive et gagne les fonds bourbeux en troublant l’eau claire derrière lui. […]
(Hortus Sanitatis : Livre IV, Les Poissons, 20136 : 154)

10La mention initiale du point commun de ces trois poissons d’eau douce (pisces fluviales), par ailleurs consécutifs selon l’ordre alphabétique, suggère l’heureuse unité thématique du chapitre, alors même qu’il s’agit, si l’on en croit la tradition iconographique, d’espèces fort diverses (Jardin de santé, f. 100v).

  • 7 La présence du h initial n’est pas prise en compte dans l’ordre alphabétique de ces répertoires, co (...)

11Les compilateurs prennent parfois soin de guider le lecteur par des enchaînements explicites qui peuvent l’aider à saisir la cohérence de l’exposé. On l’observe par exemple chez Thomas de Cantimpré lorsqu’il compare l’amius (peut-être la bonite, selon l’identification proposée par Hortus Sanitatis : Livre IV, Les Poissons, 2013 : 146) au poisson nommé haniger (l’orphie selon la même source), qui lui succède7 :

De amio. Amius piscis est marinus. Saxatilis est, ut dicit Ysidorus, id est lapidem gerit interius. Hic admodum speciosus est. Nam in utroque latere habet quasi virgulas perpetuo colore Puniceas. Corpore autem reliquo diversis quidem ac gratis coloribus totus in modum panni serici variatur.
De hanigero. Haniger piscis est marinus colore prope consimilis amio ; sed forma differt. Formam enim prope modum sicut anguilla tenet, sed brevior est. […]
(Thomas Cantimpratensis, Liber de natura rerum, éd. Helmut Boese, Berlin-New York, Walter de Gruyter, 1973, VII, 10-11 : 255)

De l’amius [la bonite ?]. L’amius est un poisson marin. C’est un poisson saxatile, selon Isidore, c’est-à-dire qu’il contient une pierre. Il est très beau. Il a en effet sur les deux flancs comme des bandes d’une couleur pourpre permanente. De plus, tout le reste du corps chatoie de couleurs vives et variées, à la manière d’une étoffe de soie.
De l’orphie. L’orphie est un poisson marin qui ressemble beaucoup par sa couleur à l’amius [la bonite ?] ; mais sa forme est différente : elle se rapproche de la forme de l’anguille, en plus court. […]
(traduction personnelle inspirée, en particulier pour les identifications d’espèces, de Hortus sanitatis, 2013 : 146)

12L’aide à la lecture peut être encore plus appuyée, par exemple lorsque Thomas recourt au syntagme simili modo ou à l’adverbe similiter pour relier entre elles deux notices du livre VII de son Liber de natura rerum :

De ostreis. Ostree, ut dicit Plinius, species sunt concharum sive coclearum, quarum carnibus cancri miro ingenio vivunt.
De purpuris. Purpure similiter conche marine sunt, ut dicit Plinius, que vivunt annis plurime septenis.
De pina. Pina similiter de genere concharum est, ut Plinius dicit.
(Thomas de Cantimpré, LDNR, VII, 59-61 : 268)

  • 8 Nous traduisons ici coclea par « coquille » car le terme est employé comme équivalent de concha ave (...)

Des huîtres. Les huîtres, à ce que dit Pline, sont des espèces de coquillages ou coquilles8. Les crabes se nourrissent de leurs chairs, en faisant preuve d’une ruse étonnante.
Des pourpres. Les pourpres sont également des coquillages marins, comme le dit Pline, qui vivent généralement sept ans.
De la pinne. La pinne appartient également au genre des coquillages, comme le dit Pline.
(traduction personnelle)

13La transition entre les lettres O et P se trouve ainsi balisée avec fermeté : à la fois par la référence à l’autorité de Pline et par l’appartenance commune des trois espèces au genre des conchae. La répétition du nom pluriel conchae, renforcée par le connecteur similiter, fait émerger de l’ordre alphabétique une opportune série de coquillages pliniens.

14La répétition en début de notice de certains mots6clés suffit parfois à mettre en évidence le lien entre des notices successives, sans connecteur explicite. Un autre bouquet de coquillages se trouve ainsi construit autour de l’entrée conchae, non chez Thomas de Cantimpré, qui isole cette notice entre celle du congre et celle de la carpe, mais dans le livre XVII du Speculum naturale de Vincent de Beauvais, où le chapitre 44 consacré aux conchae est suivi immédiatement du chapitre des cochlae, et de manière plus nette et explicite encore dans le De animalibus d’Albert le Grand où l’on observe la succession suivante :

Cocleae tam aquaticae quam etiam terrestres dictae sunt limaces et [ei Stadler] testudines a giratione testae quam inhabitant […] Haec animalia aliquando relinquunt cocleas, et haec et omnia alia genera testarum et cancrorum augentur crescente luna et diminuuntur ea decrescente, quia luna movet humidum.
Concha a qua conchilia dicuntur, sunt durae testae habentia concas ad modum navium formatas puppi retro rotunda et prora rostrata et carina in ventre et rate in lateribus distensis et ampliatis. […]
Cancri aquatica sunt animalia in genere mollis testae contenta […]
(Albertus Magnus, De Animalibus, éd. H. Stadler, Münster, II, 1920, XXIV, 29-31)

  • 9 Nous préférons ici la traduction « escargot » pour coclea car Albert le Grand semble bien employer (...)

On appelle escargots9, qu’ils soient aquatiques ou terrestres, des limaces et des tortues nommées ainsi en raison de la spirale formée par la coque qu’ils habitent. […] Ces animaux abandonnent parfois leurs coquilles et, comme tous les autres qui appartiennent au genre des animaux à coque et à celui des crabes, ils grossissent quand la lune croît et rétrécissent quand elle décroît, parce que la lune influence le milieu humide.
Les coquilles, qui donnent leur nom aux coquillages, sont munies de coques dures, formées à la manière des navires, d’une poupe ronde à l’arrière, d’une proue pointue, d’une carène au niveau du ventre et d’une barque pour les flancs, larges et étirés.
Les crabes sont des animaux aquatiques qui appartiennent au genre des animaux à coque molle.
(traduction personnelle)

15Le nom testa, récurrent d’une notice à l’autre, justifie cette série d’animaux à coquille, que celle-ci soit dure ou molle, qui regroupe les animaux que l’on nommera plus tard testacés et crustacés. La formulation des notices sur les cocleae et le cancer met en jeu des considérations taxinomiques, par l’emploi du terme genus (pour cocleae et cancri) et par la distinction entre durae testae (conchae) et mollis testae (cancri). Le commentateur d’Aristote semble bien avoir aménagé l’ordre alphabétique de manière à former une séquence finale consacrée aux « poissons » à coque. Cet exemple est d’autant plus remarquable que c’est l’un des rares cas où Albert change l’ordre reçu de Thomas et que cette modification a été accompagnée d’un ajout d’information dans la description.

  • 10 Voir en particulier la note 1 du chapitre 7 dans la version en ligne : « Les matériaux réunis par A (...)

16La paire formée par l’alforaz et l’astaraz ne respecte pas non plus à la lettre l’ordre alphabétique. Leur succession n’a pourtant rien d’étonnant : il s’agit chez Aristote d’un seul et même poisson, ce qui explique la proximité morphologique évidente de ces deux noms, translittérations issues de la traduction arabo-latine du De animalibus par Michel Scot. L’erreur de lecture d’un passage d’Aristote sur la génération spontanée (Hortus Sanitatis : Livre IV, Les Poissons, 2013 : 140-14310) conduit Thomas de Cantimpré à distinguer deux espèces, toutes deux placées, sans surprise, sous l’autorité d’Aristote :

Alphoraz piscis est, ut dicit Aristotiles. Non gignitur, sed creatur ex calido et humido, et hoc in loco lutoso, qui aliquando aqua caret. Crescit ergo ex putredine luti illius, quando lacus non habet aquas, et creatur in modum vermiculi, et postea cum ascenderit aqua, crescit vermis ille in piscem. […]
Astaraz piscis est, ut dicit Aristotiles, qui tempore autumpnali et in initio veris generatur. Videntur enim in spuma pluvie iuxta ripas, quando condensata est, ebullire pisces huiusmodi, sicut ebulliunt vermes scarabei in stercore equi tempore estatis. […]
(LDNR, VII, 3-4 : 253-254)

Alphoraz [le poisson-écume : le lançon équille ?] est un poisson, comme le dit Aristote. Il n’est pas engendré, mais il est créé à partir de la chaleur et de l’humidité dans un lieu boueux, au moment où il n’y a plus d’eau. Il croît ensuite de la décomposition de cette même boue, tant que le lac est asséché, et il est ainsi généré à la manière d’un vermisseau, puis, quand l’eau monte, ce ver grandit pour devenir un poisson. […]
Astaraz [le poisson-écume : le lançon équille ?] est un poisson, comme le dit Aristote, qui naît à l’automne et au début du printemps. On voit en effet ces poissons grouiller près des rives dans l’écume des eaux de pluie, lorsque celle-ci devient dense, de même que les vers de scarabée grouillent dans le fumier de cheval en été.
(traduction personnelle inspirée, en particulier pour les identifications d’espèces, de Hortus sanitatis, 2013 : 124 et 142)

  • 11 Sur le critère du milieu en décomposition pour identifier les vers, voir Draelants, 2015 et 2019.

17La comparaison avec les vers, commune aux deux notices, met en lumière le point commun susceptible de justifier un rapprochement fondé sur un critère taxinomique : les deux poissons naissent par génération spontanée, l’un de la boue chaude et humide, l’autre de l’écume produite par la pluie sur les rives11. Mais c’est encore chez Albert le Grand que cette fausse paire aristotélicienne est cimentée de la manière la plus nette, par la répétition du verbe generatur, qui renforce la continuité entre les deux notices, en plus de la comparaison avec les vers :

Alforaz piscis est qui ex putredine luti generatur et in luto sine aqua procreatur ad modum vermiculi qui vermis aqua ascendente concrescit in piscem. […]
Astaraz piscis est qui tempore veris et autumni in spumis pluvialibus generatur et in eis ebullit sicut vermes ex stercoribus animalium. […]
(De animalibus, XXIV, 4-5 : 1519)

L’[alforaz] est produit par la décomposition de la vase : il apparaît dans la vase asséchée comme un vermisseau ; quand l’eau monte, ce vermisseau grandit et se transforme en poisson.
L’[astaraz] est un poisson qui naît, au printemps et à l’automne, dans l’écume des eaux de pluie, et ces poissons y grouillent comme les vers qui sortent des excréments d’animaux.
(Hortus sanitatis, 2013 : 124 et 142 ; qui compile ici Albert le Grand)

18Cet exemple est caractéristique de la manière dont Albert a retravaillé le texte de Thomas : il reçoit l’erreur de compréhension commise par Thomas sans la critiquer, mais il réécrit son discours en s’efforçant en quelque sorte de le rendre plus scientifique.

19Les compilateurs usent de moyens variés pour rendre intelligibles les enchaînements rencontrés au sein de leurs listes alphabétiques. Si l’on se fonde sur le texte des notices et en particulier sur le début de ces notices, des critères de regroupement très divers peuvent relier les espèces placées dans la succession l’une de l’autre. Le procédé de formation auquel ils doivent leur nom permet ainsi à Thomas de mettre en relation la carpe et le chabot (capito) :

De carpera. Carpo vel carpera, ut dicit Liber rerum, a re nomen habere dicitur. Dici enim potest carpera quasi que carpens parit. […]
De capitone. Capito piscis est, ut dicit Liber rerum, parvus admodum, raro tam magnus, ut semipedalis excrescat. Et hic quidem a re nomen habet : caput enim magnum habet prope ad magnitudinem reliqui corporis.
(
LDNR, VII, 23-24 : 258-259)

De la carpe. D’après le Liber rerum, la carpe ou carpera, est nommée ainsi parce qu’elle se reproduit par ingestion. […]
Du chabot. D’après le Liber rerum, le chabot est un poisson très petit, qui dépasse rarement un demi pied de long. Il doit son nom à sa tête qui est presque aussi grosse que le reste du corps.
(traduction personnelle inspirée de Hortus sanitatis, 2013 : 176)

20Ces deux poissons ont pour point commun d’être bien nommés, c’est-à-dire de porter un nom évocateur, transparent, un nom « qui vient de la chose » : la carpe (carpo ou carpera, d’après carpens (quasi quae carpens parit : « car elle se reproduit par ingestion » ; la femelle prend dans sa bouche la semence répandue par le mâle) ; capito d’après caput (car la tête du chabot paraît grosse par rapport à son corps). Thomas puise ces deux explications étymologiques dans le Liber rerum, une encyclopédie naturelle sous forme de recueil de propriétés, qui reprend des étymologies d’Isidore de Séville et en ajoute d’autres sur le même modèle (Cipriani, 2017). Si Albert le Grand conserve la succession de ces deux notices, il ne signale pas la particularité étymologique des deux noms. Cette omission est révélatrice à la fois de son rapport aux sources, plus libre que celui des deux autres dominicains, et de son relatif désintérêt pour les étymologies.

21Les catalogues compilés soulignent volontiers l’heureuse logique des noms par le texte des notices. Pour la mettre en lumière, il peut être utile aussi de bousculer l’ordre alphabétique strict, et la volonté d’établir des liens rationnels entre les espèces énumérées a pu influencer la disposition des notices.

II. De l’art d’aménager l’ordre alphabétique

22Il est tentant d’essayer de deviner les logiques qui ont pu présider aux aménagements alphabétiques effectués par chaque savant, même si elles demeurent implicites. Nous proposons de voir dans quelques propriétés remarquables l’origine de certains assemblages. Une famille de « poissons volants » niche ainsi sous la lettre M du Speculum naturale (XVII, 66-67 : 1285) : elle regroupe le milago, qui vole au-dessus des eaux, le miluus (le milan) au nom d’oiseau et le mugilis (le mulet), qui bondit par-dessus les filets « de sorte que l’on a l’impression de voir voler un poisson » (ut volare piscem videas). N’y a-t-il pas lieu de repérer dans les inventaires de Thomas et d’Albert une famille de poissons « guerriers » : l’albirez (ou albyroz) dont la peau est si résistante qu’elle sert à fabriquer des casques, l’aries marinus qui attaque les navires et les nageurs et l’aureum vellus, sorte d’éponge dorée qui aurait déclenché la guerre de Troie (LDNR, VII, 6-8 : 254-255 ; De animalibus, XXIV, 6-8 : 1520) ? Le sème commun est ici plus vague et général : tous ces poissons ont un rapport avec la guerre. Après l’aureum vellus viennent l’abarenon, l’accipender, l’amius, etc : l’ordre alphabétique n’est pas strict et l’on peut supposer que l’albirez, l’aries et l’aureum vellum ont été volontairement rapprochés. La logique de l’association d’idées commanderait alors le regroupement.

23Les natures saillantes, les propriétés extraordinaires, qui jouent un rôle fondamental dans la construction médiévale du savoir sur les animaux, se prêtent aussi à des jeux de contraste qui pourraient donner les clés de quelques enchaînements curieux. Comment comprendre par exemple la succession du congre, du corem et du corbeau de mer (corvus marinus) (Speculum naturale, XVII, 46 : 1277) ? Le premier, comparé à la murène et à l’anguille, ce qui n’est pas de très bon augure, est d’une exceptionnelle agressivité : ennemi de tous les autres poissons, il déchire de ses dents le poulpe, ronge ses tentacules, ainsi que la queue de la murène, qui lui rend volontiers la pareille. Les sources de Vincent sont ici Thomas de Cantimpré et Pline. Le poisson nommé corem (le mulet selon Hortus Sanitatis : Livre IV, Les Poissons, 2013 : 200), qui suit le congre, court selon Esculape un grand danger : il doit veiller à se cacher dans des trous quand il pleut, car si la pluie tombe sur lui et qu’il l’avale, il devient aveugle, avant de mourir. Quant au corbeau de mer, selon Isidore et Jorath, il est connu pour être une proie facile en raison du grognement qu’il émet, en particulier lorsqu’il pond ses œufs. Quel rapport entre ces créatures issues de sources diverses, mais unies à travers les siècles au sein des mêmes vignettes (Jardin de santé, f. 104r) ? Deux poissons très vulnérables se trouvent ainsi associés à un poisson particulièrement menaçant : l’idée de danger sert alors de fil conducteur.

24On remarque une opposition comparable chez Thomas de Catimpré et Albert le Grand entre le foca et le fastaleon, juxtaposés dans les compilations (LDNR, VI, 23-24 : 235 ; De animalibus, XVII, 53-55 : 1534). Le foca, réputé comme l’animal le plus agressif qui soit, capable de massacrer jusqu’à ses femelles et ses petits, voisine avec le plus inoffensif de tous, le fastaleon, strictement végétarien. Chez Albert le Grand, la série prend encore une ampleur supplémentaire, puisque le premier nom de poisson en G n’est autre que gonger (à nouveau le congre, dont la notice est dédoublée sous les lettres C et G), ennemi déclaré de tous les poissons, qui suit par conséquent le fastaleon.

Foca bos est marinus et est fortissimum animal in genere suo oppugnans omnia suae speciei animalia ita quod etiam feminam suam interfecit et alii se coniungens iterum illam interficit et sic successive coniungitur multis donec moritur per se vel interficitur ab aliqua feminarum : filios etiam interficit nisi seipsos defendant. Vivit enim praeda, et ideo oppugnat compraedatores.
Fastaleon animal est marinum non impugnans aliquod animal eo quod carnes non comedit, sed tantum herbis vescitur.
Gonger ut dicit Plinius est piscis magnus atque robustus qui inimicitias et bella habet cum muraena et polipo et aliis piscibus et in tantum fortis est quod polipum durum laceret dentibus suis.
(
De animalibus, XXIV, 53-55 : 1534)

Le phoque, un bœuf marin, est le plus violent des animaux de son genre : il combat tous les autres animaux de son espèce au point qu’il tue même sa femelle, puis, après s’être uni à une autre femelle, tue cette dernière à son tour, et ainsi de suite. Il s’unit à de nombreuses femelles jusqu’à ce qu’il finisse par mourir de lui-même ou jusqu’à ce que l’une de ses femelles lui donne la mort. Il tue même ses petits s’ils ne se défendent pas. C’est parce qu’il vit de ses proies qu’il s’attaque aux autres prédateurs.
Le muge est un animal marin qui ne s’attaque à aucun animal car il ne mange pas de viande, se nourrissant exclusivement de plantes.
À ce que dit Pline, le congre est un poisson grand et vigoureux qui déteste la murène et se bat avec elle ainsi qu’avec le poulpe et d’autres poissons, et qui est assez fort pour mettre en pièces le robuste poulpe de ses dents.
(traduction personnelle inspirée de Hortus sanitatis, 2013 : 246, 248, 256)

25Est-ce un hasard si le fastaleon « non impugnans » est si mal entouré ? On est plutôt tenté d’y voir une intention délibérée de la part du savant compilateur, qui a choisi de placer gonger en tête de liste (devant gobio, granum, galalea, garcanez et gladius) et de conserver, en doublon de conger, la variante gonger, plus proche du grec gongros que la forme latine plus courante conger.

26Au passage d’une première lettre du répertoire à la suivante, on repère d’autres effets de transition du même ordre, qui donnent à la succession alphabétique une consistance rationnelle. La juxtaposition discontinue des noms d’espèces se mue alors, quoique de manière toujours ponctuelle, en articulation logique. L’exemple des listes de poissons dont les noms commencent par les lettres O, P et R nous permettra d’observer de près la manière dont les paires ou séries se mettent en place, ainsi que les différentes manières de composer des trois compilateurs. Le Liber de natura rerum de Thomas de Cantimpré énumère dix espèces de poissons, scrupuleusement reprises, dans le même ordre, par son maître Albert le Grand. Les monstres marins, qui font l’objet d’un livre à part chez Thomas, sont intercalés par Albert au début ou à la fin de chaque lettre et viennent ainsi compléter l’inventaire des pisces. Vincent de Beauvais, qui reporte l’inventaire des monstres marins à la fin de son livre XVII, ajoute aux dix espèces nommées par ses confrères cinq noms de poissons supplémentaires (de orbe, de pagro, de perca, de plaice, de raha).

Thomas de Cantimpré (éd. Boese)

Albert le Grand (éd. Stadler)

Vincent de Beauvais, Speculum naturale (éd. Douai – trifaria)

C. 89 Orcha

C. 76-77 De orbe

C. 59 De ostreis

C. 90 Ostreae

et ostrea

C. 60 De purpuris

C. 91 Purpurae

C. 78 De pagro

C. 61 De pina

C. 92 Pyna

Pavo

C. 62 De pungitivo

C. 93 Pungicius

Pectine

C. 63 De pectine

C. 94 Pecten

et perca

C. 64 De porco marino

C. 95 Porcus marinus

C. 79 De pinna

C. 65 De pavone maris

C. 96 Pavo maris

Et plaice

C. 97 Perna

C. 80 De porco marino

C. 98 Pistris

C. 81 De pungitivo

C. 99 Platanistae

C. 82-83 De purpura

C. 100 Polipus

C. 84 De raithe

C. 66 De rana maris

C. 101 Rana

et raha

C. 67 De rumbo

C. 102 Rumbus

C. 85 De rana marina

C. 68 De Raithe

C. 103 Raythae

C. 86 De rhombo

Listes des Pisces (et Monstra marina) dont les noms commencent par O, P et R (LDNR, VII, 59-68 : 268-270 ; De animalibus, XXIV, 89-103 : 1540-1543 ; Speculum naturale, XVII, 76-86 : 1289-1294).

27Une lecture attentive aux effets de transition laisse penser que Thomas de Cantimpré organise avec art la contiguïté entre les lettres O, P et R dans son livre VII (LDNR, VII, 59-68 : 268-270) :

Nom du poisson (titre du chapitre)

Points communs

c. 59 De ostreis

Coquillages (conchae) pliniens

c. 60 De purpuris

c. 61 De pina

c. 62 De pungitivo

Poissons extraordinaires ( ?)

c. 63 De pectine

c. 64 De porco marino

Homonymes d’animaux terrestres

c. 65 De pavone maris

c. 66 De rana maris

Poissons pêcheurs

c. 67 De rumbo

Poissons ronds de la même espèce que le pecten (De animalibus XXIV, 102-103 : 1543)

c. 68 De raithe

Paires et séries parmi les poissons en O, P et R chez Thomas de Cantimpré et Albert le Grand.

28Parmi les dix espèces dont les noms commencent par O, P ou R répertoriées par l’auteur du Liber de natura rerum, les trois premières, comme nous l’avons déjà vu, sont explicitement reliées entre elles par la référence à Pline et au genre des conchae. Une comparaison rassemble aussi la rana maris (« grenouille de mer » ou baudroie) et le rumbus (turbot) qui partagent le même mode de prédation, décrit en détail en début de notice :

c. 66 De rana maris
Rana maris, que piscatrix vocatur a Plinio, pisces et ipsa persequitur hoc modo : eminentia cornua habet sub oculis, quibus turbato limo ea exerit ad depredandum. Tunc incauti pisciculi turbato limo assultantes nec raptorem in eo latitantem videntes concurrunt, donec tam prope accedentes ab inimico subito discerpuntur. […]

c. 67 De rumbo
Rumbus simili modo pisces depredatur. Est autem rumbus piscis magnus et fortis. Qui etiam in limo turbato absconditus pinnas exertas movet, nec mora ubi pisces approximari viderit, corripit illos ac devorat. […]
(
LDNR, VII, 66-67 : 269-270)

c. 66 De la grenouille de mer [baudroie]
La grenouille de mer [baudroie], qui est appelée pêcheuse par Pline, poursuit les poissons de la manière suivante : elle a des cornes proéminentes sous ses yeux, qu’elle élève au-dessus de la vase, après l’avoir troublée, afin de chasser. Les petits poissons imprudents s’approchent alors en bondissant de la vase troublée sans voir le prédateur caché à l’intérieur, jusqu'à ce qu'ils soient assez près pour que leur ennemi puisse soudain les déchiqueter.
(traduction personnelle)

c. 67 Du turbot
Le turbot chasse les poissons de la même manière. C’est un poisson grand et vigoureux. Après avoir remué la vase, il s’y cache lui aussi, agite ses nageoires hors du sable et lorsqu’il voit des poissons s’approcher, il s’en saisit sur-le-champ et les dévore.
(traduction personnelle inspirée de Hortus sanitatis, 2013 : 372)

29La comparaison et la succession des deux espèces se trouvaient déjà dans le livre IX de l’Histoire naturelle de Pline (Pline, 1955 : IX, 67.143). Chez Vincent de Beauvais, rana marina et rumbus se suivent aussi mais leur similitude est brouillée par l’accumulation des citations de différentes autorités dans des notices plus longues, qui ne mettent pas en avant de manière aussi nette la technique de pêche comme nature prééminente. Le texte explicite alors le lien qui serait sans cela passé inaperçu, lorsque Vincent de Beauvais, à la fin de sa notice sur le rumbus, cite l’ouvrage de son contemporain Thomas de Cantimpré :

Hic quoque piscis, ut rana marina simili modo depraedatur. Nam in limo turbato absconditus, pennas exertas movet et ubi pisces approximare viderit, mox eos corripit et devorat.
(
Speculum naturale, XVII, 86 : 1293)

Ce poisson chasse de la même manière que la grenouille de mer. En effet, après avoir remué la vase, il s’y cache lui aussi, agite ses nageoires hors du sable et, lorsqu’il voit des poissons s’approcher, il s’en saisit aussitôt et les dévore.
(traduction personnelle inspirée de Hortus sanitatis, 2013 : 372)

30La transition ménagée par le premier encyclopédiste, à savoir Pline, reprise par Thomas à la faveur de l’ordre alphabétique, est ainsi préservée et soulignée par le compilateur postérieur qu’est Vincent de Beauvais au moyen d’une comparaison explicite.

31Les autres points communs que nous avons choisi de retenir ne sont pas formulés aussi explicitement. Dans le cas des homonymes d’animaux terrestres (De porco marino, De pavone maris, De rana maris), le lien est souligné en raison des noms portés par les trois poissons, ainsi que par le texte des deux premières notices.

c. 66 De porco marino
Porcus marinus est piscis esibilis. Porci terrestris in magna parte speciem tenet. Caput quidem simillimum habet, membra in corpore et costas dispositas in modum porci. Tota fere caro eius in pinguedinem et crassitudinem transit. Lingua eius absoluta ut porci est, sed voce differunt. […]

c. 67 De pavone maris
Pavus piscis marinus est, ut dicit Ysidorus, a pavone ave sic dictus, eo quod illi similis sit in coloribus. Ut enim dicit Ysidorus : Dorso et collo diversis coloribus picti sunt. […]
(LDNR, VII, 64-65 : 269)

c. 66 Du porc marin
Le porc marin est un poisson comestible. Il ressemble pour l’essentiel au porc terrestre. En effet, il a exactement la même tête, et ses membres et côtes sont disposés de la même manière sur son corps. Presque toute sa chair se transforme en graisse et en lard. Sa langue est tout à fait semblable à celle du porc, mais les deux animaux n’ont pas la même voix.
(d’après Hortus sanitatis, 2013 : 354)

c. 67 Du paon de mer [la girelle-paon ?]
Le paon de mer est un poisson, d’après Isidore, qui a reçu son nom de l’oiseau « paon », en raison de la ressemblance de leurs couleurs. En effet, comme le dit Isidore, sur le dos et sur le cou, il se pare de couleurs variées.
(traduction personnelle inspirée de Hortus sanitatis, 2013 : 342)

32Ces poissons font partie des innombrables contreparties d’animaux terrestres qui peuplent les eaux des lettrés médiévaux (Leclercq-Marx, 2006) et seront d’ailleurs représentés dans la tradition iconographique des manuscrits et incunables comme des hybrides (ex : Jardin de santé, f. 117ra, 117vb et 119rb). Le rapport que nous proposons d’établir entre le pungitivus et le pecten est le plus contestable : aucun jeu d’écho entre les deux notices ne se laisse déceler dans les textes, ni chez Thomas, ni chez Albert. Toutefois, ces deux espèces présentent des propriétés « merveilleuses » au sens médiéval, c’est-à-dire propres à susciter l’étonnement des observateurs : le pungitivus parce qu’il est l’un des plus petits poissons qui soient, mais surtout parce que l’on raconte qu’il est capable de se reproduire sans semence et que sa semence peut donner naissance à toutes les autres espèces de poissons, d’où son surnom de « mère des poissons ». Quant au pecten, il possède une spectaculaire caractéristique : des ongles qui brillent dans les ténèbres comme du feu. Leur statut de créature exceptionnelle ne justifie-t-il pas leur rapprochement, parmi d’autres séries plus explicitement signalées ? Quant au dernier poisson de la liste, nommé raythe, il peut sembler isolé des précédents si l’on s’en tient au texte de Thomas de Cantimpré. En revanche, les notices d’Albert le Grand tissent un lien taxinomique entre le rumbus et la raythe, rattachés en début de notices au genre du pecten et reconnaissables comme lui à leur forme ronde. Le lien entre la rana marina et le rumbus, s’il ne disparaît pas, car les techniques de pêche comparables de ces deux espèces sont bien décrites, passe alors au second plan : le maître dominicain transmet d’abord les connaissances sur la forme et l’aspect du poisson, puis seulement dans un second temps, les informations sur la pêche. Une nature éclipse l’autre au profit de la transition du rumbus à la raythe. Les fils du discours encyclopédique se nouent ainsi selon des modalités diverses d’un compilateur à l’autre.

33La même méthode d’analyse appliquée à la succession des noms commençant par la lettre S révèle une ébauche de catégorie ichtyologique médiévale qui ne doit rien à la tradition antique. Il s’agit de l’association récurrente entre le saumon et l’esturgeon.

LDNR, VII (éd. Boese)

De animalibus XXIV (éd. Stadler)

Speculum naturale, XVII (éd. Douai – trifaria)

c. 69 De salmonibus

c. 104 Salmo

c. 87 De salmone

c. 70 De sturione

c. 105 Sturio

c. 88 De scolopendra

c. 71 De spongiis

c. 106 Spongia

et scorpione

c. 72 De scolopendris

c. 107 Scolopendra

c. 89-90 De sepia

c. 73 De stella pisce

c. 108 Stella

c. 91-92 De spongia

c. 74 De siluro

c. 109 Sunus

c. 93 De solari

c. 75 De solari

c. 110 Solaris

et solea

c. 76 De scuatina

c. 111 Scuatina

c. 94 De spinachia

c. 77 De salpa

c. 112 Salpa

et squatina

c. 78 De sepia

c. 113 Sepia

c. 95 De stella

c. 79 De scorpione maris

c. 114 Sparus piscis

et sturione

c. 80 De sparo

c. 115 Scorpio maris

c. 81 De scauro

c. 116 Scaurus piscis

Les Pisces dont le nom commence par la lettre S.

34Dans le strict respect de l’ordre alphabétique, Vincent de Beauvais ouvre le registre des poissons en S par le salmo et le clôt avec le sturio. Au contraire, chez Thomas de Cantimpré et Albert le Grand, les deux espèces se succèdent immédiatement en tête de liste. Les deux savants exploitent ainsi la liberté que leur laisse le classement alphabétique partiel pour mettre en évidence une paire de poissons apparentés. La relation taxinomique peut sembler évidente de notre point de vue : il s’agit de deux grands migrateurs anadromes. Pourtant, ces textes encyclopédiques ne mentionnent jamais les migrations de l’esturgeon. D’autres analogies sont en revanche mises en évidence au début des deux notices : l’adjectif magnus signale la taille des deux poissons ; le nom « barbare », c’est-à-dire l’appellation germanique (lastas et storam), est mentionnée d’emblée à la suite du nom latin ; enfin les deux espèces, accoutumées aux forts courants des grands fleuves, ne tolèrent pas longtemps les eaux stagnantes. La circulation des saines eaux fluviales est indispensable au sturio comme au salmo.

35Outre cette première place significative en tête de la liste des poissons en S, le saumon prend une valeur prototypique dans la mesure où il fait office de comparant dans plusieurs notices qui concernent d’autres espèces. Pour évoquer la truite, Thomas et Albert passent par exemple par la référence au saumon : mêmes écailles et mêmes chairs, avec un avantage net donné aux qualités gustatives de la truite (LDNR, VII, 84 : 273 ; De animalibus, XXIV, 129 : 1548). La comparaison qui chez Albert le Grand rapproche le saumon du poisson nommé esox porte sur l’aspect et la couleur du poisson, ainsi que sur la couleur et la saveur de sa chair, en faveur cette fois du saumon. L’intérêt de ce passage pour notre propos est surtout qu’une double comparaison avec salmo et sturio structure la présentation des deux espèces réunies sous la notice esox dans le livre XXIV du De animalibus. Chez Albert le Grand, le lasz [saumon, si l’on fait le lien avec l’ichtyonyme allemand actuel, Lachs] et le huso [esturgeon ?] sont présentés comme deux variétés de l’ezox, de sorte que deux exposés distincts se trouvent réunis sous l’entrée ezox. Le premier décrit un poisson ressemblant au saumon (figuram et colorem habet salmonis), qui n’est autre vraisemblablement que le saumon en période de frai :

Ezox piscis est quem quidam lahsen vocant. Quidam autem magnum piscem Danubii et quarumdam aquarum Danubium influentium quem Ungari et Alamanni husonem vocant, dicunt esocem […]. Ille igitur qui lahse vocatur, figuram et colorem habet salmonis nisi quod inferiorem mandibulam ad superius habet recurvam sicut rostrum aquilae curvatur ad inferius, et tamen non est longior quam superior, sed superiore foramine ad hoc parato in se recipit inferiorem. Carnem autem habet non adeo rubeam neque ita delectabilem sicut salmo.
(De animalibus, XXIV, 49 : 1533)

« L’ezox est le poisson que certains nomment lahsen. D’autres utilisent aussi le nom d’ezox pour désigner le poisson que l’on trouve dans le Danube et les cours d’eau qui se jettent dans le Danube et que les Hongrois et les Allemands appellent huso. […] Celui qui est appelé lahse a la forme et la couleur du saumon à l’exception de sa mâchoire inférieure qui est recourbée vers la mâchoire supérieure, exactement de la même manière que la partie supérieure du bec de l’aigle est recourbée vers la partie inférieure. Pourtant la partie inférieure n’est pas plus longue ; la partie supérieure comporte un trou dans lequel s’encastre la partie inférieure. De plus, sa chair n’est pas aussi rouge et aussi délicieuse que celle du saumon. »
(traduction personnelle)

36Le second temps de la notice dresse le portrait d’un cousin de l’esturgeon (in figura sturionis) :

Huso autem est piscis non squamosus in figura sturionis sed est pellis albae et lenis absque omni squama et spina et invenitur in longitudine XXIIII pedum quando perfectus est, et minor invenitur secundum quod aetate deficit : nullum os penitus habet nisi in capite loco spinae dorsi kartillago est quae foramen habet magnum vacuum sicut terebello sit foratum a capite usque ad caudam, et non sunt spinae in corpore eius aliquae, sed pinnae eius coniunguntur cartillagini. Caro eius est in sapore carnis vituli in dorso, in ventre est in sapore carnis porcinae et habet adipem intermixtum pinguedini sicut porcus. Hunc piscem sturio confricando se ad eum agitat, ita quod saepe simul capiuntur: nec in aliis aquis invenitur nisi in hiis quae dictae sunt.
(De animalibus, XXIV, 49 : 1533)

« Le huso est un poisson sans écailles qui a la forme de l’esturgeon mais avec une peau blanche et douce, dépourvue d’écailles et d’épines. Lorsqu’il arrive à maturité, il atteint vingt-quatre pieds de long et en avançant en âge il devient plus petit. Il n’a pas d’os à l’intérieur sauf dans la tête. À la place de la colonne vertébrale, il a un cartilage avec une large ouverture, comme si elle avait été creusée par une vrille de la tête à la queue. Il n’a absolument aucune arête dans son corps, et ses nageoires sont reliées par du cartilage. La chair de son dos a le goût de la chair de veau, celle de son ventre a le goût de la chair de porc et il a du lard mêlé de graisse comme le porc. L’esturgeon persécute ce poisson en se frottant à lui, si bien qu’ils sont souvent pris ensemble. On n’en prend pas dans d’autres eaux que celles qui ont été indiquées auparavant. »

37Ces comparaisons explicites dessinent un jeu de symétrie entre la paire salmo/sturio et la paire esox/huso. Dans la notice De esoce de Thomas de Cantimpré (LDNR VII, 32), le comportement de l’esturgeon importun qui poursuit l’ezox, même quand ce dernier se réfugie dans des cachettes à proximité du rivage, est nettement plus développé. Les mouvements de ces deux grands poissons qui se cherchent attirent pour leur malheur l’attention des pêcheurs qui les capturent. Aucune comparaison en revanche entre cet ezox, identifié par Mattia Cipriani au cachalot (Cipriani, 2017 : notes 183‑185), et l’esturgeon. Là où Thomas de Cantimpré se limite au récit d’une anecdote, qui présente le huso et l’esturgeon comme des espèces qui coexistent en mauvais termes, le rapprochement prend dans le De Animalibus un autre sens. Albert le Grand dresse une comparaison à valeur épistémologique et didactique qui construit un réseau formé de deux paires d’espèces parallèles (saumon et lahsen d’un côté, esturgeon et huso de l’autre). Il met ainsi en relation des espèces du Danube (huso et esox) avec des espèces plus courantes dans la tradition savante et les cours d’eau du nord de la France. Sans donner lieu à un principe de classement, la série formée par le saumon, l’esturgeon, la truite et l’esox, qu’il soit huso ou lahsen, permet au compilateur d’organiser sa présentation des poissons et de la rendre plus lisible. Elle nous laisse ainsi deviner les contours d’une catégorie proprement médiévale, dont le critère pourrait être la grande taille de ces espèces et la qualité exceptionnelle de leurs chairs (plutôt que leurs migrations, qui ne sont guère mises en avant dans les notices).

Bilan

38Au terme de ce parcours, il est possible de décrire plus précisément ce que nous avons appelé des « séries » de poissons et de comprendre leur place dans la transmission du savoir ichtyologique médiéval. Nous avons distingué deux occasions où ces séries se manifestent de manière privilégiée. Tout d’abord, à travers des regroupements alphabétiques dans les limites de l’ordre imposé par la première lettre des noms, en fonction de caractéristiques communes souvent mises en évidence en début de notice. Les fragments d’un ordre rationnel se font alors jour malgré l’ordre alphabétique, et parfois grâce à lui. Les associations qui forment des séries d’espèces se lisent également à travers le réseau établi par le jeu des comparaisons, qui vient consolider l’intuition qu’il existe, dans l’esprit des clercs, des familles de poissons souvent organisées autour d’une espèce prototypique comme l’anguille ou le saumon. Ces groupements récurrents ne correspondent à aucune grille taxinomique appliquée avec régularité. Les répertoires alphabétiques médiévaux d’espèces fonctionnent plutôt à la manière d’une mosaïque : ils donnent à lire des parcelles de savoir mises bout à bout selon un ordre qui ne cherche pas à faire système.

39Ces textes nous paraissent pourtant utiles pour accéder aux bribes d’un savoir ichtyologique médiéval. Ils nous montrent des savants du XIIIe siècle à l’œuvre, confrontés au défi d’établir un catalogue foisonnant à partir d’un héritage scientifique souvent difficile à interpréter, les poissons constituant pour plusieurs raisons un objet de connaissance particulièrement ardu. Parce qu’ils procèdent à tâtons, en accommodant à leur manière un ordre alphabétique encore balbutiant, leurs efforts sont visibles et significatifs. Nous avons constaté que les natures saillantes retenues, de manière explicite ou implicite, comme critères de regroupement des espèces étaient fort diverses : leur aspect, l’absence d’écailles, la couleur et la saveur de la chair, l’appartenance au genre des coquillages, la formation de leur nom, leurs mœurs douces ou agressives, la logique d’une association d’idée… Les modèles qui guident la formation des séries sont d’une étourdissante variété. À la profusion des connaissances transmises par ces encyclopédies répond une profusion de propriétés-clés, de natures saillantes qui donnent à la notice consacrée à chaque créature sa propre cohérence.

  • 12 Elle écrit par exemple au sujet de l’invention par Thomas de Cantimpré de cette catégorie : « Mais (...)

40Les catégories mobilisées par les séries de poissons ont un caractère incertain et instable, à l’instar de la catégorie des monstres marins étudiée par Marie-Agnès Lucas Avenel12. Elles sont encore de l’ordre de l’intuition ou obéissent à des jeux de correspondances tacites dont le sens n’est pas évident pour nous. Il n’est pas étonnant dès lors d’observer des variations dans leur emploi d’un compilateur à l’autre car elles font l’objet d’une appropriation personnelle. On peut ainsi deviner des sensibilités taxinomiques différentes selon les encyclopédistes. Certaines références de Thomas de Cantimpré à l’étymologie des noms de poissons se trouvent par exemple gommées par Albert le Grand, qui, même dans ce catalogue calqué sur la compilation de Thomas, adopte une démarche de philosophe-commentateur, en préférant la logique des comparaisons aux étymologies d’Isidore ainsi qu’aux anecdotes transmises sous le nom de Pline dont il se méfie. Alors que Thomas reconstitue une série de coquillages pliniens, Albert injecte dans son répertoire alphabétique une catégorie de conchae qui lui permet de rassembler tout en les distinguant nos testacés et crustacés. L’étude des aménagements alphabétiques paraît moins pertinente dans l’œuvre de Vincent de Beauvais dans la mesure où elle se présente comme un recueil exhaustif des connaissances de l’époque et livre par conséquent des notices plus longues et plus nombreuses. En raison de ce volume plus important de données, l’ouvrage se prête moins à une lecture linéaire. En témoignent les index qui se trouvent à la fin du Speculum dès le XIIIe siècle, ainsi que les renvois d’une notice à l’autre, qui complètent opportunément le jeu des comparaisons, et permettent de tisser entre les espèces des liens repérables à l’occasion d’une lecture partielle ou d’une simple consultation (Paulmier-Foucart, 1994).

41Quelles catégories ichtyologiques médiévales cette approche des répertoires alphabétiques met-elle au jour ? Les conclusions auxquelles on peut espérer parvenir en observant ces associations ponctuelles sont nécessairement minuscules puisqu’il ne s’agit que d’ébauches de classement, susceptibles de varier d’un auteur à l’autre. Quelques poissons vedettes émergent néanmoins, qui peuvent être plus éloignés de l’héritage antique que ne l’est l’anguille, prototype des poissons serpentins : le saumon et l’esturgeon servent en particulier de points de repère pour évoquer des grands poissons savoureux qui circulent dans les eaux des fleuves. Anguille, saumon, esturgeon : des espèces de choix, privilégiées également par les conteurs des XIIe et XIIIe siècles. Mais c’est là une autre histoire. Reste à vérifier l’opportunité de cette lecture par séries continues dans d’autres catalogues encyclopédiques. Les poissons, moins bien connus que les autres animaux, se prêtent peut-être davantage à ces regroupements d’espèces, qui jalonnent la lecture et permettent au lecteur (au Moyen Âge comme aujourd’hui) de se repérer dans ces listes abondantes qui comportent nombre de noms inconnus. Mais une étude portant sur les livres consacrés aux plantes et aux animaux pourrait mettre en lumière d’autres séries révélatrices du travail de dispositio des encyclopédistes et de leur manière de penser la diversité des objets naturels.

Haut de page

Bibliographie

Éditions de textes

Albertus Magnus, De Animalibus, éd. Herman Stadler, Münster, II, 1920, XXIV.

Albertus Magnus, On Animals: A Medieval Summa Zoologica, éd. K. F. Kitchell, I. M. Resnick, Baltimore, 1999.

Aristote, De animalibus. Part two, books XI-XIV: Parts of animals: Michael Scot's Arabic-Latin translation, éd. Aafke M.I. van Oppenraaij, Leiden, 1998.

Aristote, De animalibus. Michael Scot's Arabic-Latin translation. Part One, Books I-III, History of animals: A critical edition with an introduction, notes and indices, éd. Aafke M.I. van Oppenraaij, Leiden, 2020.

Bartholomaeus Anglicus, De proprietatibus rerum. Bartholomaei Anglici de genuinis rerum caelestium, terrestrium et inferarum proprietatibus libri XVIII, Frankfurt, 1601.

Hortus Sanitatis : Livre IV, Les Poissons, éd. Catherine Jacquemard, Brigitte Gauvin, Marie-Agnès Lucas-Avenel, Caen, 2013 (Fontes & Paginae). URL :
http://www.unicaen.fr/puc/sources/depiscibus/

Jardin de santé. Ortus sanitatis, translate de Latin en Francois, c. 1501, Paris, Antoine Vérard, 2 vol. Exemplaire cité : Paris, Bibliothèque nationale de France, Res. TE1 38 24 (voir notice BnF), Gallica (Traité sur les poissons : f. 97v - f. 127r). Consultation de l’exemplaire numérisé :
https://gallica.bnf.fr/ark :/12148/bpt6k15201980

Pline l’Ancien, Histoire naturelle, livre IX, éd. Eugène de Saint-Denis, Paris, Les Belles Lettres, 1955 (Coll. Universités de France).

Thomas Cantimpratensis, Liber de natura rerum, éd. Helmut Boese, Berlin-New York, 1973, livres VI et VII.

Thomas Cantimpratensis, Liber de natura rerum, versions I-II, éd. Mattia Cipriani en cours, 2017. En ligne :
http://sourcencyme.irht.cnrs.fr/encyclopedie/liber_de_natura_rerum_versions_i_ii_ed_cipriani_en_cours_2017

Vincentius Bellovacensis, Speculum naturale, Bibliotheca Mundi Vincentii Burgundi… Speculum quadruplex, éd. Douai 1624 (repr. anastatique Graz, 1965), Speculum naturale, livre XVII. En ligne :
http://sourcencyme.irht.cnrs.fr/encyclopedie/speculum_naturale_version_sm_trifaria_ed_douai_1624

Travaux

Cipriani Mattia, « In dorso colorem habet inter viridem et ceruleumLiber rerum e osservazione zoologica diretta nell’enciclopedia di Tommaso di Cantimpré », Reinardus, 29, 2017, p. 16-98.

Draelants Isabelle, « Poux, puces et punaises chez les naturalistes du 13e siècle : de simples vermes ou des parasites nuisibles ? », dans Poux, puces et punaises : la vermine de l’homme. Découverte, description et thérapeutique. Antiquité, Moyen âge, Temps Modernes, Franck Collard et Evelyne Samama (dir.), Paris, 2015, p. 195-225.

Draelants Isabelle, « Ego sum vermis : De l’insecte né de la pourriture, à la conception du Christ sans accouplement. Un exemple de naturalisme exégétique médiéval », dans Inter litteras et scientias. Recueil d’études en l’honneur de Catherine Jacquemard, Brigitte Gauvin et Marie-Agnès Lucas-Avenel (dir.), Caen, 2019 (Miscellanea), p. 151-184.

Leclercq-Marx Jacqueline, « L’idée d’un monde marin symétrique du monde terrestre. Émergence et développements », dans Mondes marins du Moyen Âge (Actes du 30e Colloque du CUERMA), Chantal Connochie-Bourgne (dir.), Aix-en-Provence, 2006 (Senefiance, 52), p. 259-271.

Le Goff Jacques, « Pourquoi le xiiie siècle a-t-il été plus particulièrement un siècle d’encyclopédisme ? », dans L’Enciclopedismo medievale (Actes du colloque de San Giminiano, 1992), Michelangelo Picone (dir.), Ravenne, 1994, p. 23-40.

Lucas-Avenel Marie-Agnès, « Les ‘monstres marins’ sont-ils des ‘poissons’ ? Le livre VI du Liber de natura rerum de Thomas de Cantimpré », Rursus [En ligne], 11, 2017, mis en ligne le 22 décembre 2017, consulté le 10 février 2022. URL :
http://rursus.revues.org/1320. DOI : 10.4000/rursus.1320

Naas Valérie, Le projet encyclopédique de Pline l'Ancien, Roma, École française de Rome 2002 (Collection de l’école française de Rome, 303).

Paulmier-Foucart Monique, « Ordre encyclopédique et organisation de la matière dans le Speculum maius de Vincent de Beauvais », dans L’Encyclopédisme. Actes du colloque de Caen 12-16 janvier 1987, Annie Becq (dir.), Paris, 1991.

Paulmier-Foucart Monique, « Une des tâches de l’encyclopédiste : intituler, les titres des chapitres du ‘Speculum naturale’ de Vincent de Beauvais », dans L’Enciclopedismo medievale, Michelangelo Picone (dir.), Ravenne, 1994 (Memoria del tempo), p. 147-162.

Rochelois Cécile, « La transmission du savoir ichtyologique au xiiie siècle », dans Transfert des savoirs au Moyen Âge-Wissenstransfer im Mittelalter, Actes de l’Atelier franco-allemand, Heidelberg, 15-18 janvier 2008, Stephen Dörr et Raymund Wilhelm (dir.), Heidelberg, 2008, (Studia Romanica, 144), p. 139-148.

Rouse Mary A., Rouse Richard H., Authentic Witnesses. Approaches to Medieval Texts and Manuscripts, Notre Dame, 1991.

Weijers Olga, Le maniement du savoir. Pratiques intellectuelles à l’époque des premières universités (XIIe-XIVe siècles), Turnhout, 1996 (Studia Aristarum, Subsidia).

Haut de page

Notes

1 Nous tenons à remercier Isabelle Draelants et Marie-Agnès Lucas-Avenel pour leurs suggestions et les précieux conseils dont cet article a bénéficié.

2 La première rédaction des livres VI et VII du Liber de natura rerum de Thomas de Cantimpré, élaborée entre 1241 et 1245 selon Mattia Cipriani et utilisée comme source par Vincent de Beauvais et Albert le Grand, regroupe précisément 144 noms de créatures aquatiques différentes (56 monstres marins dans le livre VI et 88 poissons dans le livre VII). Nous en comptons 149 dans le livre XVII du Speculum naturale de Vincent de Beauvais (103 poissons puis 46 monstres marins) et 139 dans le livre XXIV du De Animalibus d’Albert le Grand (qui abandonne la partition entre poissons et monstres marins).

3 Sur l’encyclopédisme de Pline et la structure de l’inventaire plinien, voir les travaux de Valérie Naas.

4 L’édition multimédia (papier et numérique) de l’Hortus sanitatis réalisée par Catherine Jacquemard, Brigitte Gauvin et Marie-Agnès Lucas-Avenel donne accès non seulement au livre des poissons en latin et à une traduction en français moderne, mais aussi à un remarquable travail d’identification des sources ainsi qu’à des commentaires sur les images. https://www.unicaen.fr/puc/sources/depiscibus/tdm.html On retrouvera d’ailleurs dans cette édition les illustrations évoquées dans la suite de l’article, même si nous avons fait le choix de renvoyer à la version française, plus tardive, le Jardin de santé, en raison de la qualité de ses gravures rehaussées de couleur, consultables sur Gallica, et parce qu’elle est l’un des derniers maillons de cette tradition iconographique. https://gallica.bnf.fr/ark :/12148/bpt6k15201980

5 L’ensemble de l’encyclopédie de Vincent de Beauvais est disponible en ligne avec une utile arborescence citation par citation sur le site Sourcencyme.irht.cnrs.fr (Sources des encyclopédies médiévales) créé par Isabelle Draelants.

6 Nous citons la traduction en français moderne proposée par les éditrices du livre sur les poissons de l’Hortus sanitatis pour des passages qui compilent à la lettre le Speculum naturale de Vincent de Beauvais.

7 La présence du h initial n’est pas prise en compte dans l’ordre alphabétique de ces répertoires, composés à une époque où, en français, cet h initial fait figure dans la majorité des cas de variante graphique adiaphore.

8 Nous traduisons ici coclea par « coquille » car le terme est employé comme équivalent de concha avec une valeur générique.

9 Nous préférons ici la traduction « escargot » pour coclea car Albert le Grand semble bien employer ce nom avec une valeur restreinte, et non au sens générique de « coquillage », que l’on rencontre aussi par ailleurs dans son œuvre. Sur ce problème de traduction et sur la correction de ei (éd. Stadler) en et, voir Albertus Magnus, On Animals, 1999 : 1672, note 102.

10 Voir en particulier la note 1 du chapitre 7 dans la version en ligne : « Les matériaux réunis par Aristote sur le seul poisson-écume, l’ἀφρός, en Arist. HA 569a26-b23 et 569b28-570a3, ont été compris par Thomas de Cantimpré (TC 7, 4) et Albert le Grand (AM 24, 5 (9)) comme concernant deux espèces distinctes : l’asforam et l’astaram / asturam. Kitchell & Resnick 1999, 1661, n. 41, à la suite de Stadler 1920, 476, supposent à l’origine de cette confusion un contresens sur le nom de la constellation Arcturos, mentionné en Arist. HA 569b3, et compris à tort comme désignant un poisson. »

11 Sur le critère du milieu en décomposition pour identifier les vers, voir Draelants, 2015 et 2019.

12 Elle écrit par exemple au sujet de l’invention par Thomas de Cantimpré de cette catégorie : « Mais il semble qu'il ait été sensible à certaines caractéristiques morphologiques ou comportementales convergentes, déjà repérées par les anciens – par exemple les animaux qui allaitent ou les animaux à carapace dure – et qu'il ait voulu ainsi rassembler ces animaux marqués, identifiés ou non, dans une même sous-catégorie de pisces qu'il a nommée monstra marina, quand bien même certains habitaient les eaux douces. » (Lucas Avenel, 2017 : 45)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Rochelois Le Cornec, « À la recherche des catégories ichtyologiques médiévales : les séries de poissons dans les livres alphabétiques latins du xiiie siècle »RursuSpicae [En ligne], 4 | 2022, mis en ligne le 12 décembre 2022, consulté le 22 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/rursuspicae/2413 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rursuspicae.2413

Haut de page

Auteur

Cécile Rochelois Le Cornec

Cécile Rochelois est maître de conférences à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour. Elle est spécialiste de langue et littérature françaises du Moyen Âge. Elle a soutenu en 2008 une thèse sur la représentation du poisson, animal et aliment, dans la littérature médiévale. Elle travaille depuis plus particulièrement sur les encyclopédies médiévales en latin et en français et sur l’histoire du lexique scientifique.

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search