Navigation – Plan du site

AccueilNuméros59Les lignes directrices d'un parcoursEmmanuel Grison. Une vie

Les lignes directrices d'un parcours

Emmanuel Grison. Une vie

Christian Marbach
p. 15-23

Texte intégral

 

Directeur de l'Enseignement et de la Recherche (album de la promotion 1978)

Directeur de l'Enseignement et de la Recherche (album de la promotion 1978)

© Collection École polytechnique

1Emmanuel Grison est né il y a presque cent ans. Parler de sa vie et de ses travaux n’est, a priori, pas trop difficile : de nombreux documents ont été rassemblés par Emmanuel lui-même dans des archives bien classées et accessibles, que tout chercheur peut consulter à la bibliothèque de l’X : je l’ai fait, et surtout Olivier Azzola, archiviste à cette bibliothèque, l’a fait pour moi avec une disponibilité dont je lui sais vraiment gré. De nombreux témoins ont écrit des textes relatifs à des périodes où il a joué un rôle, ou sont encore prêts à apporter témoignages ou précisions : nous avons invité certains à collaborer à ce bulletin, et je les remercie vivement de leurs contributions écrites ou orales. De cet ensemble, à la fois foisonnant et ordonné, on pourrait tirer une biographie abondante qui dépasserait le cadre de notre étude.

2Par ailleurs, la Sabix ayant déjà publié le récit des évènements de 1968 à Polytechnique en mai 2010, il me paraissait évidemment inutile de reprendre en détail tout le récit précis et fidèle qu’en fit Grison. J’ai préféré choisir la formule d’un ensemble de textes plus courts, mettant tantôt l’accent sur certaines périodes, et tantôt fournissant un cadre pour des témoignages. J’ai d’ailleurs moi-même tenté, dans d’autres articles de ce bulletin, d’éclairer certains traits d’Emmanuel, par exemple pour esquisser une réflexion sur sa relation à Polytechnique qui imprègne évidemment presque tous les chapitres de sa vie, ou commenter les biographies qu’il fit de Jean-Henri Hassenfratz (« le cahier perdu et retrouvé ») ou de son frère Michel Grison (« Un frère »). Vers la fin de ce bulletin, nous présenterons aussi l’évolution de la Sabix, qu’il créa en 1986, pour rappeler tout ce qu’elle doit à Emmanuel.

3Enfin, je ne veux pas cacher, au début de ce texte, que je me suis trouvé en l’écrivant dans la position du narrateur qui eut, avec le personnage qu’il raconte, des relations continuellement amicales. Tous les biographes, et leurs lecteurs, savent que raconter la vie d’un ami, donc contemporain, comporte bien des avantages, comme certains inconvénients. Je pourrai illustrer cette banalité dans les articles où je traite des biographies rédigées par Grison lui-même. Je compte sur mon lecteur, conduit à la même analyse, pour faire la part des choses.

Une vie. Chronologie

Voici une chronologie très résumée, à laquelle le lecteur pourra se référer pour la lecture des différents textes du « dossier Grison ».

1919-1937 L’enfance
1937-1939 Élève à Polytechnique
1939-1940 Affecté aux Poudreries Nationales de Sorgues et Saint-Chamas,
1940-1944 Rattaché à la Direction des Industries Chimiques, formation à l’École polytechnique de Zurich (1941-1942),
1944-1949 Affecté au Laboratoire Central des Poudres, thèse de doctorat (1948),
1950-1951 Recherches au MIT,
1951-1953 : Affecté à la Poudrerie Nationale de Bergerac,
1953-1954 Affecté au Laboratoire Central des Poudres,
1954 Détaché au CEA (Emmanuel Grison restera dans cette position administrative pendant ses années de professeur à l’X),
1964-1968 Professeur de Chimie à l’X, membre du conseil de perfectionnement,
1968-1975 Responsabilités scientifiques au CEA,
1975-1978 Responsabilité organisationnelle du Centre de Saclay,
1978-1984 Retour à l’X comme directeur de l'enseignement et de la recherche,
1984-2015 Travaux de recherche historique. Exploration de divers sujets, publication de livres et articles mais aussi fondation de la Sabix.

Une vie. Mots-clés

4Un scientifique novateur (Voici une expression qui est, ou devrait être une tautologie). Chercheur à la vocation précoce, passionné de chimie, ouvert à l’étude de lois fondamentales comme d’utilisations technologiques variées (métallurgie, nucléaire), attentif aux progrès constants de sa discipline comme à ses interactions avec d’autres disciplines.

5Un enseignant d’une grande conscience professionnelle (encore une tautologie ?). Enseignant dès les premières années de sa vie professionnelle, dans toutes les positions que permet cette mission : examinateur, conférencier, responsable de petites classes, professeur en grand amphi, accompagnateur de professeurs qui l’ont précédé, évaluateur et sélectionneur de professeurs qui l’ont suivi. Préoccupé en permanence par la remise à niveau des cours dispensés aux élèves. Enfin, toujours attentif aux tenants et aboutissants d’un enseignement et d’une école, réfléchissant à de possibles réformes, les mettant en œuvre.

6Un historien amateur devenu un professionnel. Intéressé par l’histoire de sa discipline, de son école, de sa famille, se plongeant sans difficultés dans les vieux papiers, faisant de ses propres documents des archives utiles, organisant des colloques, créant une société savante (la Sabix), écrivant ou faisant écrire et éditer des livres historiques et des articles sur ses périodes de prédilection.

7Un polytechnicien de qualité. Une tautologie de plus ? En tout cas, l’expression s’impose pour Emmanuel car il accompagne et résume toute sa carrière et tous les vocables qui précèdent. Polytechnicien par sa famille, ses études, sa carrière d’enseignant et d’éducateur, ses relations professionnelles, ses sujets d’intérêt comme historien et écrivain.

Où l’on commence l’histoire d’une vie par celle des ancêtres

8Rien de plus classique que cette démarche : nous imitons ici la grande majorité des biographes, qui présentent d’abord le milieu et la famille de leur héros. Faisons rapidement de même, en commençant par la consultation des pages publiques du registre de Polytechnique relatives à Emmanuel et à son père.

9Grand-père Grison (Achille Édouard) était greffier-chef du tribunal civil de Versailles en 1887. C’est l’année où le père d’Emmanuel est reçu à Polytechnique. Le registre de l’École le présente : Grison, Marie Ferdinand Édouard (X1887 ; 1866-1950). Ce Grison rejoignit l’artillerie après l’École, et quittera l’armée en 1923 pour devenir chef du personnel d’une grosse usine des environs de Nevers.

Édouard Grison X1887

Édouard Grison X1887

© Collection École polytechnique

10Les tenants du déterminisme généalogique pourront retrouver chez Emmanuel, évidemment, le goût de la chimie et des relations personnelles inscrit dans les fonctions occupées par le père mais aussi, pourquoi pas, l’attention respectueuse portée aux vieux documents héritée du grand-père !

11Emmanuel naît en 1919 à Bourges où ses parents habitent depuis une dizaine d’années après diverses affectations du chef de famille. Une famille nombreuse. Dans la fratrie d’Emmanuel, un des frères occupe une place singulière : Michel, polytechnicien comme Emmanuel. État civil : Grison, Michel Marie Ernest (X1921 ; 1903-1996). Emmanuel en écrira la vie de « prêtre de Saint-Sulpice ». Un article spécifique reviendra dans ce bulletin sur les relations entre Emmanuel et Michel.

12Alors, les Grison, une dynastie polytechnicienne ? On s’en rapproche encore plus quand Emmanuel épousera, en avril 1944, Germaine Leclerc du Sablon, fille et sœur d’X ; et si Germaine rencontra Emmanuel, c’est évidemment d’abord comme un ami de son grand frère, de la même promotion, portant le même uniforme. La famille peut raconter plein de charmantes anecdotes sur ces rencontres pendant l’occupation, et le mariage en 1944 qui bénéficia d’une pause des alertes aériennes.

13Germaine est donc sœur et fille de polytechniciens. Un de ses grands-pères, Dellon, l’est aussi, de la promo 1882. Et si on consulte la banque de données de l’École polytechnique en posant la question des relations familiales, on trouvera plusieurs Grison, deux Leclerc du Sablon, plusieurs Dellon, plusieurs Gervais, un Mion. Il y eut parmi les polytechniciens des groupes plus nombreux liés par des relations familiales, mais pas tellement.

14Lorsqu’il commença à se passionner pour des pages d’histoire, Emmanuel chercha à mieux connaître certains de ces personnages. Nous y reviendrons vers la fin de ce bulletin. Mais nous pouvons tout de suite signaler qu’en remontant dans la famille de Germaine, on peut aussi trouver le nom d’Olinde Rodrigues (1795-1851) : les connaisseurs du saint-simonisme savent qu’Olinde, qui faillit devenir polytechnicien, en fut une des grandes figures, à côté notamment des X : Prosper Enfantin (X1813) qui fut un de ses condisciples au Lycée Napoléon et Michel Chevalier (X1823).

André Marie Mathieu Leclerc du Sablon (X1937)

André Marie Mathieu Leclerc du Sablon (X1937)

© Collection École polytechnique

L’X en 1937, vue par deux élèves, Grison et Seurat

15Entrant à l’X, Grison ne se trouvera donc pas en territoire inconnu. Il en a entendu parler, il ne se doute pas encore qu’il en parlera toute sa vie désormais, ou presque.

  • 1 in 50e anniversaire de la promo X37, mai 1987, p. 83-97

16Mais avant de revenir sur ce point, jetons un coup d’œil sur ce qu’il dit de son passage à l’École polytechnique. Comme me l’a signalé Olivier Azzola, Emmanuel Grison l’évoque dans un tiré-à-part d’un texte rédigé en 1987 à la demande de ses camarades de la promotion 1937 intitulé : « Le double centenaire : 1837-1937, 1887-19871 » : l’occasion pour lui de glisser quelques mots sur sa scolarité même s’il écrit ici en historien plutôt qu’en ancien élève : « En 1937, dans ses habitudes, ses règlements, son apparence, l’École est toujours celle de Mercadier, reconduite d’année en année sans changement, ou presque (…) Cependant, depuis 1930, les élèves sont mieux logés, on a construit deux amphis (…) On enseigne maintenant l’anglais en plus de l’allemand et la science économique a fait, depuis 1904, une timide apparition (…). Le corps enseignant, pendant les cinquante années écoulées, a accueilli des professeurs réputés. Mais Hadamard, Fabry, Jouguet, d’Ocagne, viennent de le quitter brusquement, atteints par un décret qui a modifié en 1936 l’âge de la retraite et a écarté d’un seul coup six professeurs sur dix. (…) Si je me laisse aller à des impressions ou souvenirs personnels, l’un comme l’autre de ces cours [ici celui de Mécanique de Platrier, comparé au cours de Résal de 1887] me paraissent aussi rébarbatifs par leurs pages indéfiniment revêtues d’équations et de petits calculs. »

  • 2 « Mes années dans la recherche scientifique, puis la recherche historique », op. cit.

17Dans un autre texte, Emmanuel Grison rapporte que la chimie n’était pas mieux lotie : « j’étais tombé sur un malheureux professeur de chimie, Dubrisay, qui fut l’objet d’une appréciation aussi unanime que négative de la part de ses collègues comme de ses élèves. J’essayai cependant d’aller dans son laboratoire, comme 2 ou 3 de mes camarades2 ».

18Il est toujours bon de croiser les points de vue. J’ai trouvé, dans un numéro des Annales des Mines de 2000, un entretien avec Silvère Seurat. Cet X1937, après une carrière militaire active pour la France libre, deviendra un entrepreneur atypique, vite passionné par les questions de gestion des ressources humaines. Il passera sa vie à conseiller une foule de sociétés via Eurequip dont il fut le fondateur. Interrogé en 2000 sur ses souvenirs de l’École de 1937, il attaque sans nuances. Venu d’un Alger ensoleillé, il n’a pas aimé la grisaille parisienne, et pas non plus apprécié certains des professeurs !

Emmanuel Grison élève à l'École polytechnique

Emmanuel Grison élève à l'École polytechnique

© Collection École polytechnique

« Je n’ai pas du tout aimé Polytechnique ! J’ai trouvé que c’était une école ascientifique. On vous donnait des cours imprimés sans aucune référence bibliographique, lus par des professeurs, parfois en redingote, parfois brillants, mais inapprochables à moins de trente pas. J’ai apprécié Gaston Julia, l’un des rares capables de vous dire : “En venant, dans le métro, j’ai eu une autre idée de démonstration, elle n’est pas dans votre cours, mais la voici” » Et Seurat continue en fustigeant le maître de conférences qui refuse de lui parler des neutrinos et des travaux de Fermi qui vient d’avoir le prix Nobel parce que « ce ne faisait pas partie du cours »…

Comment poursuivre ses études aux Poudres pendant la guerre

19Emmanuel, entré à l’X 60e en 1937, en sort 25e dans le corps des Poudres. Sa vie professionnelle va immédiatement se dérouler dans les Poudres. D’abord dans une poudrerie, à Sorgues. Puis à Paris. Cinquante années plus tard, il raconte avec un plaisir encore vivace, la chance qu’on lui donna alors de faire de la recherche et travailler sur « l’alchimie des transformations », comme il le souhaitait, et de pouvoir bénéficier d’un séjour à l’École polytechnique fédérale de Zurich (41-42), avant de poursuivre des études à la Sorbonne (42-43) et soutenir sa thèse de doctorat.

20Nous reviendrons plus loin, dans le texte consacré à la carrière scientifique d’Emmanuel Grison, sur ses débuts dans la recherche : des débuts assez réussis et assez prometteurs pour qu’il s’en souvienne toute sa vie avec plaisir, malgré les difficultés de l’époque.

21Il est évident qu’Emmanuel vécut notamment son année en Suisse comme une chance, qui l’éloignait aussi d’un Paris occupé. Une fois revenu en France, et tout en poursuivant ses recherches, il s’efforça de fournir un soutien constant au scoutisme français dont, plus jeune, il avait été membre et animateur : il sera à cette occasion en contact avec Bloch-Lainé, actif dans le même mouvement Scout de France devenu semi-clandestin et plus tard restera en liaison avec lui. À cette époque, le mouvement scout essaie de survivre malgré les interdictions allemandes en zone occupée et les contrôles de Vichy. Si certains milieux catholiques tentent de le maintenir en vie malgré les difficultés, parfois encouragés par des dignitaires de l’Église de France, c’est qu’ils sont peu désireux de voir la jeunesse française embrigadée dans des mouvements fascisants, à l’image de la Hitlerjugend en Allemagne ou des Jeunesses fascistes italiennes organisées en groupements paramilitaires dès leur plus jeune âge comme « fils de la Louve ».

Comment réussir son entrée dans un milieu scientifique en en adoptant les rites

22Emmanuel Grison soutient sa thèse. Son titre : Structure cristalline des variétés polymorphiques de la N-picryl-iodaniline. Il sait que cette présentation est indispensable pour être admis dans le milieu scientifique de l’époque, du moins en ce qui concerne la discipline à laquelle il compte se consacrer. Le polytechnicien sait composer avec les règlements universitaires ! Ses travaux sont alors assez innovants pour qu’il soit choisi pour assister à un congrès à Boston, puis, « de fil en aiguille », que le MIT l’invite pour quelques mois : il en profitera pour prendre la mesure des grands espaces (géographiques et intellectuels) des États-Unis. Et passer une année heureuse près de Boston, en famille, avec de très jeunes enfants, dans une ambiance accueillante (les Grison avaient loué pendant quelques mois la maison du futur prix Nobel d’économie Wassily Leontief, alors en séjour en Europe !). À son retour, il rejoint le Laboratoire central des Poudres. Mais son corps a besoin de cadres d’exploitation : il effectuera un séjour de deux ans à la Poudrerie de Bergerac pour la fabrication des nitrocelluloses. Une pause dans une carrière de chercheur menée avec succès pendant plus d’une trentaine d’années.

23Dans la carrière de chercheur, sur laquelle nous reviendrons donc dans un autre texte, il me semble utile de mettre l’accent dès maintenant sur l’attention qu’Emmanuel a portée aux sociétés savantes, lieux de contacts et de partage. Cette attitude ne reflète pas ici une ambition carriériste, mais l’attention aux avancées d’une discipline comme aux progrès qu’elle peut apporter à l’industrie.

24Voici des exemples de cette activité. Grison participe à la création d’une Association française de cristallographie. Il assistera au premier Congrès international de cristallographie en 1948 à Harvard, il sera parmi les fondateurs de l’Union internationale de cristallographie et de la revue Acta crystallographica.

25Plus tard, il sera très actif au sein de la Société française de métallurgie qu’il présidera de 75 à 76. Quand Emmanuel présente la carrière de Paul Lacombe, son prédécesseur à ce poste, lors de la remise de son épée d’académicien, en 1983, il en profite pour parler de CEA, recherche, industrie… et Pyrénées !

« J'imagine qu'en décidant de vous attaquer à ces problèmes (il s’agit évidemment d’une recherche sur je ne sais quoi), vous avez été tenté par l'importance de l'enjeu, mais surtout par le défi. Vous aimez – et j'aime comme vous – la montagne pyrénéenne ; vos préférences vont au massif calcaire de Gavarnie, à ses passages verticaux fort bien nommés “échelles”, aux corniches aériennes des “fajas” qui ourlent les murs des canons. Gavarnie n'est pas un massif pour les besogneux de la pierraille ; je connais peu d'architectures aussi nobles que celle de la Brèche de Roland, haute porte d'accès aux grands sommets du cirque. Derrière s'étend le grand plateau espagnol fissuré de canons dont le plus admirable, le plus secret, est celui de Niscle. Je crois que c'est d'ailleurs dans son voisinage qu'on dut aller vous cueillir en hélicoptère à la suite d'une fracture qu'on ne pouvait décidément pas soigner dans une cabane de bergers, fussent-ils espagnols ».

26La reproduction de ce texte me permet évidemment de rappeler aussi qu’Emmanuel, comme son épouse Germaine, aimait les courses, même difficiles, en montagne. Emmanuel décrit cette passion (raisonnable) comme une découverte tardive, et la rapproche de sa propension scientifique vers la géologie et à la cristallographie.

De 1954 à 68 : entre le CEA et l’X

27À partir de 1954, la carrière d’Emmanuel Grison va se dérouler entre le CEA et l’École polytechnique, deux institutions auxquelles il est désormais « attaché » dans tous les sens du terme. Sa carrière se déroulera en alternance, en termes de fonction principale occupée, entre elles. Par exemple au CEA, de 51 à 61 puis de 68 à 78. Et à Polytechnique, de 61 à 68 pas tout à fait à temps plein, du moins au début, puis de 78 à 84. On peut aussi caractériser cette alternance comme un va-et-vient entre des tâches de recherche et des fonctions d’enseignement.

28Du point de vue administratif, le CEA, où il est « détaché » par le Service des Poudres, deviendra son pôle de rattachement. Mais, assez souvent, le Commissariat le mettra, de son côté, à la disposition de Polytechnique. Il n’y a rien de mystérieux dans ces arrangements, parfaitement cohérents avec les règlementations et la jurisprudence de l’époque, d’autant qu’aucune des trois parties prenantes (Poudres, CEA, École) ne pouvait se sentir lésée dans des mouvements se déroulant entre trois établissements publics suivis de près par le ministère de la Défense. On ne peut d’ailleurs qu’admirer comment, en parfaite harmonie, les changements de poste d’Emmanuel correspondaient chaque fois à la fin d’une mission chez un utilisateur et à la demande argumentée d’un autre.

29S’il est entré au CEA, c’est que cet organisme avait besoin de sa compétence scientifique, alors évidente et reconnue. Et s’il y est revenu, c’est chaque fois parce qu’on avait besoin de lui.

30Mais s’il est entré et revenu dans le monde de Polytechnique, c’est par passion de l’enseignement. Il l’exprimera clairement : chez lui, comme chez bien de ses confrères, « l’appétit de savoir accompagnait souvent celui d’enseigner ». Nous retrouverons plus loin les diverses étapes de son parcours d’enseignant. Il se terminera en 1984 : à son pot de retraite, le Directeur de l'enseignement et de la Recherche de Polytechnique qu’il était devenu à l’X y fut entouré, notamment, du général Guillon, alors Directeur général de l’X et de Pierre Guillaumat, ancien patron du CEA mais aussi suiveur très attentif de la carrière d’Emmanuel : une illustration vivante de la manière dont se déroula effectivement sa carrière entre la recherche et l’enseignement, entre le CEA et l’X.

31Un graphique représentant la répartition du temps « professionnel » de Grison laisserait apparaître la partie « enseignement » d’abord à dose limitée (des conférences sur la physique du solide aux élèves-ingénieurs des Poudres, un rôle d’examinateur en chimie à l’École des Ponts), puis une part plus marquante avec, à partir de 1956, la responsabilité d’un cours de chimie à l’École des PTT surtout orienté vers l’étude de l’état solide et des propriétés électroniques. Enfin, une montée en charge à partir de l’entrée dans le corps enseignant de l’X, à divers échelons, jusqu’au poste de professeur en 1964. Même si Emmanuel Grison sut, comme bien d’autres confrontés à ce type de sollicitations, étendre la durée de sa semaine de travail en passant des soirées et des week-ends à préparer et renouveler ses cours, une telle situation fit bientôt apparaître la nécessité de choix. C’est le CEA qui détenait alors la clé de la carrière d’Emmanuel, lui assurant continûment des conditions financières qui lui convenaient, tout en acceptant parfois de le placer dans des tâches d’état-major avec autorisation de disposer de temps pour l’enseignement, notamment à partir de 1964. Mais il lui arriva aussi de le rappeler pour lui confier la responsabilité effective de services au CEA, et ce fut le cas en 1968-69 pour la recherche en métallurgie et les études de combustibles nucléaires.

32La période 1964-1968, surtout consacrée à l’X, l’avait cependant laissé en mesure de suivre l’activité du CEA. Il avait ainsi pu constater que les remous antérieurs et postérieurs à mai 1968 y étaient bien plus importants que ceux de Polytechnique, et donc nettement plus dommageables pour la nation. Quand il fallut trouver quelqu’un capable de remettre de l’ordre dans des services éparpillés dans des lieux géographiques divers et travaillés par des conflits, fondamentaux ou subalternes, l’administrateur général du CEA, Robert Hirsch (X1932), qui avait succédé en 1964 à Pierre Couture (X1928), sut penser à Grison, qui s’imposait pour ce poste par sa connaissance des lieux, sa compétence et son caractère. Il accepta, tout en étant conscient que cela le conduirait à quitter son poste à l’X : il lui était impossible de cumuler deux postes qui exigeaient l’un et l’autre un plein-temps. Inutile de préciser ici qu’il n’aurait pas envisagé un court instant de les cumuler, en papillonnant avec légèreté… À partir de 1969, il se consacrera donc à temps plein à la nouvelle Direction de la métallurgie créée au CEA.

33Celle-ci comprenait des services dispersés sur les quatre centres d’études nucléaires en France, et il en assuma la direction pendant six ans, de 1969 à 1975. Si la période fut, de son propre aveu, « riche en turbulences et marquée par la crise des programmes du CEA » compte tenu des choix électronucléaires d’EDF, elle connut aussi des succès dont il crédite Giraud (X1944) et sa « vive reprise en main de l’organisme », et qui se traduisirent notamment par le succès technique des surgénérateurs : avec quelques collègues, Grison fut ainsi lauréat du grand prix de l’énergie que la Société Générale attribuait chaque année à une équipe ayant réalisé des progrès marquants dans ce domaine. Ces remarques montrent bien le contenu scientifique élevé du poste occupé : on ne dirige bien des équipes que si on connaît le travail qu’elles doivent effectuer. Mais tous les experts n’ont pas forcément les qualités nécessaires à un poste de management : il est parfois bien regrettable de voir d’excellents spécialistes, scientifiques notamment, promus à des postes de direction qu’ils occupent sans forcément y trouver du plaisir, ce qui les pousse à abandonner leur domaine d’excellence tout en échouant trop souvent dans leurs positions managériales.

Emmanuel Grison au CEA

Emmanuel Grison au CEA

© Archives familiales

34À la tête de la Direction de la métallurgie du CEA, Grison sut à la fois rester l’expert incontesté, même s’il avoue avoir abandonné la recherche personnelle et organiser le travail de ses collaborateurs et de ses services.

35Et à la tête du Centre de Saclay, dans un poste à dimension scientifique moins évidente mais à responsabilité managériale supérieure, il fit de même.

36Avec cette chronologie sommaire, nous voici donc armés pour replacer le parcours professionnel d’Emmanuel entre les deux pôles de la recherche et de l’enseignement, du CEA et de Polytechnique. Mais je m’aperçois qu’il faut aussi insister sur un aspect essentiel de sa contribution à Polytechnique, à savoir sa présence, son appui, son engagement dans la réflexion sur la réforme de l’X engagée par Louis Armand à partir de 1958, peu à peu mise en place avant de se trouver coïncider avec les évènements de 1968, reprise avec difficultés jusqu’au déménagement à Palaiseau, et qu’Emmanuel s’efforcera de consolider autant que possible pendant son passage comme DER. Nous le redirons et pourrons le vérifier plus loin : si Emmanuel a été un DER apprécié, intelligemment actif dans le domaine des études, c’est certes qu’il avait été un excellent professeur (excellent voulant dire compétent, attentif aux progrès de sa discipline autant qu’au programme officiel, engagé, présent aux élèves) mais aussi parce qu’il avait eu tout le temps nécessaire pour participer à des réflexions longues mais passionnantes avec des bons esprits sur ce que devait être l’École, puis suivre l’évolution des choses de l’extérieur, et approfondir consciencieusement les multiples aspects du problème. J’ai retrouvé, dans un texte de Grison, l’expression de « rumination » qu’il appliqua au roman de « la Modification » quand certains voulurent proposer ce roman de Michel Butor comme texte à étudier pour le concours d’entrée aux grandes écoles, j’y reviendrai. Quand Grison s’installe comme DER en 1978, il est clair qu’il a « ruminé » pendant bien plus de jours que le voyageur de Butor roulant de Paris à Rome.

Comment réfléchir à l’École dans une dimension historique

37Les observateurs de l’École, mais aussi trop souvent ses autorités, ses responsables, ses professeurs et ses élèves oublient sa dimension historique quand ils en parlent ou prennent des décisions qui la concernent. Par exemple, ils vont parfois jusqu’à manifester un étonnement sincère quand on leur rappelle que l’École envoyait plus de la moitié de ses élèves dans l’armée, pendant tout le 19e siècle. Ou alors, les anciens élèves n’arrivent pas à comprendre que l’École n’est plus celle de leur année de concours et on voit ainsi des polytechniciens des promotions 1950 à 60, qui n’avaient pas apprécié leur passage dans les caserts critiquer la vie d’un établissement qui, en 2000 ou 2010, est devenu bien différent de l’École de leurs souvenirs.

38Emmanuel Grison était à la fois trop cultivé et trop pondéré pour trébucher sur ces écueils. C’est précisément cette culture historique qui le poussa, à sa retraite, à afficher sa curiosité pour certaines époques et certains acteurs de l’École, comme à développer des outils destinés à permettre la multiplication des travaux qui la concernaient. La création et l’animation de la Sabix correspondaient clairement à cet objectif : en plein accord avec Maurice Bernard qui le remplaça comme DER avant de le remplacer à la tête de la Sabix, il se lança dans cette aventure. Mais il sut aussi repérer les circonstances favorables à la « mise en valeur » de l’École. Ainsi joua-t-il un rôle dans la préparation de cérémonies relatives au bicentenaire de la naissance d’Arago ou des colloques sur Berthollet et autres, des éditions d’ouvrages sur la fondation de l’X. Et surtout, désireux de prolonger dans un public plus large les réflexions qu’il avait entendues, animées, vécues pendant des années d’enseignement et de « réformes », il chercha la bonne méthode de célébrer le bicentenaire de l’École en 1994. Dès 1990, il sut ainsi, grâce à son autorité et à sa maîtrise du sujet, rassembler l’École, l’AX et la Fondation de l’X dans une coopération étroite pour cette commémoration. M’ayant convaincu d’assumer la responsabilité de l’ensemble des opérations, il accepta de m’aider sans relâche et de soutenir mes propositions. Nous avons ainsi pu décliner des thèmes qui nous étaient communs. D’une part, affirmer à cette occasion pour l’X un rôle majeur au bénéfice des services publics, des entreprises, des organismes de recherche et le faire dans un cadre géographique étendu, en France comme à l’étranger. D’autre part, assumer sans omission les questions que posèrent parfois les attitudes de certains X en encourageant une analyse historique sans préjugés, de manière à peser dans la vérité leur rôle dans l’histoire de la France.

39Si Grison adhéra sans difficultés à cette approche, c’est évidemment qu’elle était aussi la sienne. La fierté et l’honnêteté peuvent très bien coexister. Le questionnement, puis le discernement sont indispensables pour se forger une opinion, mais l’affirmation de celle-ci, et des conséquences qu’elle doit avoir pour l’action est pleinement justifiée. Sans orgueil inutile. Mais avec clarté. Il me semble que la vie d’Emmanuel Grison fut un bon exemple de ces évidences.

Haut de page

Notes

1 in 50e anniversaire de la promo X37, mai 1987, p. 83-97

2 « Mes années dans la recherche scientifique, puis la recherche historique », op. cit.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Directeur de l'Enseignement et de la Recherche (album de la promotion 1978)
Crédits © Collection École polytechnique
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/1653/img-1.png
Fichier image/png, 49k
Titre Édouard Grison X1887
Crédits © Collection École polytechnique
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/1653/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre André Marie Mathieu Leclerc du Sablon (X1937)
Crédits © Collection École polytechnique
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/1653/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Emmanuel Grison élève à l'École polytechnique
Crédits © Collection École polytechnique
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/1653/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/1653/img-5.png
Fichier image/png, 33k
Titre Emmanuel Grison au CEA
Crédits © Archives familiales
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/1653/img-6.png
Fichier image/png, 136k
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/1653/img-7.png
Fichier image/png, 18k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Marbach, « Emmanuel Grison. Une vie  »Bulletin de la Sabix, 59 | 2016, 15-23.

Référence électronique

Christian Marbach, « Emmanuel Grison. Une vie  »Bulletin de la Sabix [En ligne], 59 | 2016, mis en ligne le 13 juillet 2018, consulté le 28 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/sabix/1653 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sabix.1653

Haut de page

Auteur

Christian Marbach

Christian Marbach, polytechnicien (1956), ingénieur général des mines honoraire, membre de l’Académie des technologies a été président de l’Association pour la célébration du bicentenaire de l’École polytechnique (1994), président de la Sabix de 1999 à 2007 et président du comité de rédaction de la Jaune et la Rouge pendant une dizaine d’années. La Sabix a édité en 2015 son dernier ouvrage, « Portraits de polytechniciens » illustré par Claude Gondard.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© SABIX

Haut de page
  • Logo SABIX
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search