Navigation – Plan du site
Les lignes directrices d'un parcours

Pour les sciences

Christian Marbach
p. 25-36

Texte intégral

1Si Emmanuel Grison a choisi les Poudres à la sortie de l’École, en juillet 1939, c’est à cause d’une vocation affirmée pour la chimie. Avec d’abord « le désir de savoir plus que celui de faire ». Avec cette distinction, que je retire de ses propres textes, il ne se contentait pas de reprendre une opposition trop utilisée, et trop facile, en apparence, entre recherche fondamentale et recherche appliquée. Car si l’objectif premier de la recherche fondamentale est d’abord d’augmenter la connaissance, on n’y arrive pas seulement par la lecture et la réflexion. On a aussi besoin de gestes qui se rapprochent parfois de l’artisanat, pour manipuler, vérifier, expérimenter. Cela demande du matériel avec la maîtrise des modes d’emploi et l’adresse des tours de mains : la réponse aux questions qu’elle pose, et souvent même leur formulation supposent bien autre chose que la lecture d’encyclopédies et de « chemical abstracts ».

2Grison en témoigne d’une manière paradoxale qui démontre la force de sa vocation :

Le désir de savoir plus, plutôt que le goût de faire, m’entraîna, dès que je fus sorti de l’X, vers la recherche. Faire des expériences de chimie, pour voir, c’est ce qui m’avait déjà attiré dans le déplorable laboratoire de mon professeur de chimie de l’X, Dubrisay, pour quelques après-midis de manipulations aussi mal conçues qu’exécutées. Mais j’eus la chance, en entrant dans le Corps des Poudres (et c’est pour cela que j’y entrai) d’y trouver une remarquable conjonction de savants (Desmaroux, Marcel Mathieu, Goldsztaub) toute prête à m’accueillir au Laboratoire Central, et une équipe de patrons compréhensifs et éclairés (Maurice Jean, Rougier, puis Fleury et Fauveau) qui ménagea les affectations administratives adéquates.

Un Service des Poudres clairvoyant

3Quand Grison le rejoignit, le Service des Poudres n’était pas en mesure de donner tout seul une formation scientifique forte à ses agents qui la souhaitaient. Il en était empêché par ses autres missions (pendant la drôle de guerre les établissements de fabrication d’armes, matériel, poudres, avaient besoin de main d’œuvre et d’encadrement). Comme par le nombre réduit de spécialistes de la recherche en son sein. Et évidemment par les circonstances exceptionnelles liées à la guerre puis à l’occupation. Un candidat au perfectionnement de ses connaissances se voyait donc d’abord obligé – logiquement – d’effectuer des tâches nécessaires au service, et parfois autorisé à approfondir sa formation scientifique dans des organismes extérieurs.

4À sa sortie de l’X, Emmanuel fut tout de suite envoyé à la poudrerie de Sorgues – près d’Avignon – assez loin donc de la ligne de front pour être épargné par les combats comme par la débâcle qui suivit l’offensive allemande.

5Les stipulations de l’armistice conduisirent ensuite le Service des Poudres, rattaché à la Direction des industries chimiques, à inviter certains jeunes à suivre un enseignement dans des universités étrangères : grâce à cette possibilité d’une étonnante modernité, finement utilisée par la hiérarchie du service attachée au long terme, Emmanuel put être envoyé pendant l’année 1940-1941 à l’École Polytechnique Fédérale de Zurich « pour y apprendre, enfin, la chimie », dit-il assez joliment.

Au retour, « en septembre 1942, je fus affecté à l’ex-Laboratoire central des Poudres à Paris, pour y faire ma thèse. On me confia à Marcel Mathieu, un normalien, spécialiste de radiocristallographie, qu’il avait appliquée à l’étude de la cellulose. Le directeur était l’ingénieur général Desmaroux, qui avait inauguré, dès avant la guerre, une remarquable politique de formation des jeunes ingénieurs par la recherche, en les confiant à un maître de valeur, puis en leur laissant la plus grande liberté ».

Jean André Gilbert Desmaroux (X1901)

Jean André Gilbert Desmaroux (X1901)

© Collection École polytechnique

6La banque de données de la bibliothèque de l’X nous renseigne sur Desmaroux, fils et petit-fils de polytechniciens. « Desmaroux, Jean André Gilbert (X1901 ; 1881-1968) occupa les fonctions de directeur de la Poudrerie de Pont de Buis jusqu’en 1919, puis de Sevran (1919-1926) et termina sa carrière en 1940 comme directeur du Laboratoire Central des Poudres. Il fut un grand chimiste (stabilisation et gélatinisation des nitrocelluloses) en dépit de la médiocrité des moyens mis à sa disposition ; il sut établir la liaison avec l’Université et plus tard avec la poudrerie du Bouchet, créant le Laboratoire central des services chimiques de l’État, poste qu’il occupa jusqu’en 1950. C’était aussi un humaniste qui lisait Platon dans le texte, ou Kant. »

7Ces mots de Grison témoignent de nouveau de la qualité des liens développés avec ses proches. Après le milieu familial, voici les « maîtres ». Emmanuel sait reconnaître, parmi eux, ceux dont il convient de s’inspirer : nous verrons plus tard la sévérité dont il sait faire montre quand il parlera des autres. Nous verrons surtout qu’il saura aussi devenir un « maître » à son tour.

8Desmaroux n’est pas seulement un patron qui confie ses jeunes à de bons coaches. Il s’efforce d’organiser au mieux leur vie, pas seulement intellectuelle, malgré l’occupation, les limites à la circulation des personnes et à l’information scientifique, la fermeture des frontières. Il sait aussi attribuer à des élèves juifs des postes en zone non occupée et leur donner du travail.

Un cursus de type universitaire

9Emmanuel Grison est décidé à aborder le milieu scientifique en en acceptant les obligations et les algorithmes. À cette époque, même si les X pouvaient témoigner par leur formation et leur sélection d’une certaine capacité intellectuelle, l’Université exigeait d’eux, pour les reconnaître vraiment dignes d’y être accueillis, qu’ils passent en tout état de cause une licence et un doctorat en son sein. Il n’était alors de bonne peau d’âne que celle attribuée par le système propre à l’écurie de l’université. Emmanuel passe donc la licence en 1942-43 à la Sorbonne et prépare son doctorat. Il s’initie à la physique du solide (« un terme qui n’existait pas à l’époque, du moins en français »), et tire profit de l’enseignement de Mauguin et Wyart, cristallographes français connus de l’époque. Il fréquente aussi Edmond Friedel (X1914) alors directeur de l’École des mines et son fils Jacques (X1942) qui le poussera également à soutenir sa thèse. Ses premières expériences de diffraction des rayons X par les réseaux cristallins portent sur la connaissance de divers composés organiques, notamment, N-picryl-iodaniline, anhydride azotique. Il poursuivra ces travaux en Angleterre après la Libération, auprès de chimistes avec lesquels Marcel Mathieu avait gardé des contacts. Emmanuel se passionne pour les rapports entre les lois de symétrie et les arrangements des atomes et des molécules dans les structures cristallines.

Marcel Mathieu au laboratoire du Quai Henri IV vers 1945

Marcel Mathieu au laboratoire du Quai Henri IV vers 1945

© Collection École polytechnique, Fonds Emmanuel Grison

10Maurice Bernard (X1948), qui succédera à Emmanuel à la Direction de l’enseignement et de la recherche à l’X en 1984, et connut comme lui une carrière partagée entre la recherche et l’enseignement, a su reconnaître des traits communs parmi leurs domaines de recherche. Je suis ici heureux de m’appuyer sur les indications qu’il m’a fournies, comme par exemple celles-ci, écrites en 2015 :

« Très récemment, j’ai découvert qu’il y avait entre GRISON et moi un intérêt commun sur ces questions essentielles entre symétries et liaisons chimiques. Et il n’y avait rien d’étonnant à ce que nous ayons eu en commun ce goût pour rapprocher PHYSIQUE et CHIMIE, lui en tant que chimiste sachant bien ce que la Chimie doit à la Physique, moi en tant que physicien de la matière condensée, totalement convaincu de l’importance de la Chimie. Cette proximité entre nous, nous n’avions pas eu l’occasion de l’expliciter. Elle revient aujourd’hui à mon esprit, alors que les protagonistes ont presque tous disparu : juste un arrêt sur image sur le mouvement inexorable de la roue du Temps ».

Maurice Bernard

Maurice Bernard

© Collection École polytechnique

11Si la Direction des poudres fut recréée au ministère de la guerre après la Libération, certains poudriers, dont Desmaroux et Grison furent détachés au ministère de l’industrie : c’est dans cette position administrative que Grison soutint sa thèse, en 1948. Elle portait sur la première application, en France, des méthodes de détermination précise de la forme et des dimensions d’une molécule organique un peu compliquée à partir des spectres de diffraction X.

12Emmanuel Grison est alors en mesure de tracer sa route selon des us et coutumes universitaires. Il va profiter des possibilités que lui laisse sa nouvelle et reconnue position scientifique pour développer ses contacts à l’étranger : après l’Angleterre, ce sont les USA qui vont l’accueillir et plus précisément le MIT où, invité par le professeur Von Hippel, il passera une année heureuse en 1950-51. Le développement de ses réseaux professionnels, donc scientifiques, passera aussi par la participation à des sociétés savantes : je l’ai déjà signalé.

L’ancrage au CEA

13En 1951, Grison est devenu un scientifique reconnu, en France et ailleurs, dans sa spécialité par l’originalité de ses approches, comme par son attention à respecter les codes universitaires et pas seulement à assumer son étiquette polytechnicienne.

14Il a trente-deux ans ; la situation politique et économique offre désormais de multiples possibilités et le lancement de quelques projets scientifiques nationaux va lui permettre d’envisager une carrière aussi bien industrielle que de recherche, aussi bien dans le secteur privé que dans le domaine public. D’abord, ce sont les circonstances qui lui imposent une affectation : les Poudres ont effectivement besoin de lui, comme d’autres ingénieurs aux capacités scientifiques renouvelées, pour faire face aux besoins de production générés par des commandes américaines : rentré des USA, Grison va s’installer pour dix-huit mois à Bergerac pour mettre en place et encadrer la fabrication des nitrocelluloses (notons que c’est la seconde fois qu’il est comme réquisitionné par les tâches de production, et on ne lit de lui aucun commentaire critique sur ce devoir de service). Mais très vite, il va quitter la position d’ingénieur de production pour celle de chercheur du secteur nucléaire : il est détaché au CEA.

Départ de M. Grison (sans lieu, 6 novembre 1978). [Michel Pecqueur], Emmanuel Grison

Départ de M. Grison (sans lieu, 6 novembre 1978). [Michel Pecqueur], Emmanuel Grison

Archives historiques CEA © CEA – FAR_SA_N_07179

15Il y entre pour être confronté à des objectifs scientifiques. Pour les autorités, donc la Défense et ses services comme les Poudres, le secteur nucléaire est devenu une priorité, militaire mais aussi, bientôt, civile. Le profil scientifique et humain de Grison correspond aux besoins : quand Maurice Bernard parle de Grison, il n’oublie pas de qualifier ce « scientifique de talent » de « bon organisateur et homme de dialogue ». Le Commissariat saura avec intelligence utiliser ce mélange de qualités scientifiques et humaines en lui confiant des postes correspondant à son profil ; quand il raconte des pans de sa carrière, Grison n’oublie pas de rappeler que les propositions que lui a faites le CEA, ou les autorisations de « sortie partielle » vers l’X dont il a bénéficié, ont toujours été décidées par l’administrateur général. Guillaumat, Couture, Hirsch, Giraud, Pecqueur ont tous compris comment « utiliser » ses talents. Ils sauront lui accorder du temps pour remplir des fonctions d’enseignant, faire ses cours et évidemment les préparer avec soin en restant attentif aux progrès de la discipline enseignée et de celles qui en sont proches… comme aux travaux du CEA ; ils sauront accepter que, pendant certaines périodes, il n’occupe au CEA que des fonctions d’état-major réclamant du discernement mais avec un cahier des charges aménagé ; ils sauront aussi le rappeler quand ses compétences seront indispensables pour créer et animer de nouvelles structures ou remettre en ordre un ensemble de services ou de départements s’éparpillant en recherches trop autonomes et en querelles sans profit. Ou, pire encore, égarées sur des voies condamnables.

Commençons donc par le commencement

16En 1952, le CEA a besoin de développer ses connaissances dans la physique du solide. Quels sont les effets de l’irradiation sur des combustibles nucléaires comme l’uranium métallique ? Comment s’élabore le plutonium métallique ? Emmanuel est chargé d’un nouveau « service de radio métallurgie » puis d’un « département du plutonium ». Aventure qu’il commente très bien en reconnaissant sa chance : « Projection dans l’inconnu, avec très peu d’information, mais toute liberté d’imaginer, de construire, de recruter ». Il fut ainsi en mesure de développer, par exemple, la recherche fondamentale sur l’impact des particules de haute énergie sur les solides, mais aussi de travailler sur la fabrication de combustibles à base de plutonium pour les réacteurs à neutrons rapides, Rapsodie et Phénix. Enfin, son département a contribué fortement aux travaux amenant la France à réaliser la première explosion atomique de 1960 : c’est le 13 février 1960 qu’explosa à Reggane la première bombe atomique française, voulue par le général de Gaulle mais en réalité préparée et définie bien avant son retour au pouvoir. Emmanuel Grison a toujours été discret sur ses sentiments relatifs à l’arme atomique et à sa maîtrise par la France. Je suis prêt à parier qu’il adhérait à une approche gaulliste de ce dossier, comme d’ailleurs la très grande majorité des officiers français (et Grison était fils d’officier et officier) et comme la grande majorité des chercheurs du CEA. Même s’il n’appartenait pas à la DAM, la Direction des applications militaires du Commissariat (il arriva à Giraud de le lui proposer), Grison travaillait en étroite relation avec ses responsables. Cette contribution connut d’ailleurs une consécration officielle puisque Emmanuel fit partie de la promotion « exceptionnelle » de la Légion d’Honneur qui suivit l’expérience de février 1960 : Grison était présenté comme « l’inventeur » en France de la préparation du plutonium et de l’étude de ses propriétés ».

L’attrait de l’X

17C’est un peu paradoxal : au moment où les talents scientifiques de Grison connaissent la vérification des découvertes et de leurs applications, il va peu à peu s’éloigner de la science « faite » pour passer à la science « enseignée ». Je peux, comme lui, écrire foule de paragraphes bien tournés pour expliquer la cohérence de ces deux occupations, et rappeler la progressivité de ce changement d’orientation. Mais je peux aussi justifier ce glissement par un simple facteur humain : Emmanuel trouvera de plus en plus de plaisir à enseigner ; il se fixera un objectif qu’il estime essentiel, la remise à niveau du cours de chimie de l’X. Et il sera fasciné par la contemplation du maelstrom réformiste qui touche l’X, sous la férule de Louis Armand, et sera heureux d’y participer. La période 1964-1968 sera donc surtout consacrée à l’X.

18Mais elle avait cependant laissé Grison en mesure de suivre l’activité du CEA. Il avait ainsi pu constater que les remous antérieurs et postérieurs à mai 1968 y étaient bien plus importants que ceux vécus par Polytechnique, et donc nettement plus dommageables pour la nation. Quand il fallut trouver quelqu’un capable de remettre de l’ordre dans des services éparpillés entre des lieux géographiques divers et travaillés par des conflits, fondamentaux ou subalternes, l’administrateur général du CEA [il s’agissait alors de Robert Hirsch (X1932), qui avait succédé en 1964 à Pierre Couture (X1928)] sut penser à lui, qui s’imposait pour ce poste par sa compétence comme son caractère. Grison accepta, tout en étant conscient que cela le conduirait à quitter son poste à l’X : il savait qu’il lui serait impossible de remplir simultanément deux fonctions exigeant l’un et l’autre un plein temps. Inutile de préciser ici qu’il n’aurait pas envisagé un court instant de jouer les cumulards, en papillonnant avec légèreté. À partir de 1969, il se consacrera donc à temps plein à la nouvelle Direction de la métallurgie créée au CEA.

Retour au CEA et à la métallurgie

Départ de M. Grison (sans lieu, 6 novembre 1978).

Départ de M. Grison (sans lieu, 6 novembre 1978).

Georges Vendryès, Emmanuel Grison

Archives historiques CEA © CEA – FAR_SA_N_07177

Départ de M. Grison (sans lieu, 6 novembre 1978).

Départ de M. Grison (sans lieu, 6 novembre 1978).

Bertrand Goldschmidt, Emmanuel Grison

Archives historiques CEA © CEA – FAR_SA_N_07181

19Celle-ci comprenait des services dispersés sur les quatre centres d’études nucléaires en France, et Grison en assuma la direction pendant six ans, de 1969 à 1975. La période fut, de son propre aveu, « riche en turbulences et marquée par la crise des programmes du CEA » compte tenu des choix électronucléaires d’EDF. Mais elle connut aussi des succès dont il crédite Giraud et sa « vive reprise en main de l’organisme » ; ceux-ci se traduisirent notamment par le succès technique des surgénérateurs : avec quelques collègues, Grison fut ainsi lauréat du grand prix de l’énergie que la Société Générale attribuait chaque année à une équipe ayant réalisé des progrès marquants dans ce domaine. Ces remarques montrent bien le contenu scientifique élevé du poste occupé : on ne dirige bien des équipes que si on connaît le travail qu’elles doivent effectuer.

20Tous les experts n’ont pas forcément les qualités nécessaires à un poste de management : il est parfois bien regrettable de voir d’excellents spécialistes, scientifiques notamment, être promus à des postes de direction qu’ils occupent sans forcément y trouver du plaisir, ou en y trouvant la seule satisfaction de la primauté apparente « inter pares » sans avoir pour autant des qualités de management qui leur permettraient d’y être, en plus, utiles. Marché de dupes, donc, pour l’établissement comme pour la personne ainsi promue : elle abandonne son domaine d’excellence et l’organisme perd sur les deux tableaux de la connaissance comme de la gestion. À la tête de la Direction de la métallurgie du CEA, Grison sut à la fois rester l’expert incontesté, et organiser le travail de ses collaborateurs et de ses services.

21Sa compétence scientifique, toujours vive, a évidemment compté dans son élection à la présidence de la Société française de métallurgie, de 1975 à 1976. Emmanuel renouait là avec son goût de partager l’effervescence scientifique et industrielle d’un domaine qu’il connaissait, parmi des collègues dont beaucoup étaient devenus des amis : il succèdera dans cette fonction à Paul Lacombe. Quand, en 1983, il aura à participer à la réunion de remise de l’épée d’académicien à son ami, aux côtés notamment de Charles Crussard (1935) il saura trouver les mots justes pour parler recherche, innovation, industrie… et autres plaisirs.

André Giraud lors de la présentation au drapeau de la promotion 1985 le 6 novembre 1986

André Giraud lors de la présentation au drapeau de la promotion 1985 le 6 novembre 1986

© Collection École polytechnique

22Grison commence ainsi cet hommage à Lacombe :

Vous avez consacré au Commissariat à l'Énergie Atomique, à ses recherches comme à l'enseignement auquel il était associé, une part importante de votre activité de savant et de professeur. Dans la mémoire de tous les métallurgistes du C.E.A., comme dans leur cœur, votre nom revient souvent amicalement, familièrement. Vous avez été en quelque sorte omniprésent dans les divers services de métallurgie, que ce soit dans le secteur des recherches générales, de la technologie, de l'expérimentation sur les matériaux irradiés, que ce soit aussi dans les casemates du vieux fort de Châtillon où nous avons vécu la première aventure du plutonium, que ce soit finalement à l'I.N.S.T.N. où vous avez imprimé profondément votre marque. Partout on peut trouver de vos anciens élèves, partout des programmes de recherche auxquels vous avez pris part. Vous avez été très présent pendant des années auprès de tous, et présent d'une manière si entraînante, si coopérante, si amicale que c'est un réel plaisir pour moi d'apporter ici le témoignage de la reconnaissance affectueuse des métallurgistes du C.E.A.

23Ce paragraphe qui pourrait s’appliquer, sans modifications, à Grison lui-même ! Comme d’ailleurs beaucoup d’autres paragraphes de cette allocution. J’en extrais encore ceux-ci, sur la recherche et la montagne :

Je crois que c'est une des grandes leçons que vous avez données tout au long de votre carrière et qu'on peut résumer d'une image : « peupler la bande interdite entre les niveaux fondamentaux et la bande de conductibilité ». En d'autres termes, faire comprendre aux responsables de grands projets industriels qu'il faut encourager la recherche fondamentale, base de tout progrès, qu'il faut soutenir et polariser l'intérêt des chercheurs en leur expliquant les problèmes des ingénieurs. Faire comprendre aux savants qu'on a besoin d'eux pour éclairer l'avance technique et pour ordonner avec rigueur les connaissances. L'outil du traceur radioactif, que vous avez manié avec tant de succès pour accomplir une large part de votre œuvre scientifique, illustre de manière exemplaire ce message. La méthode consiste en effet, pour débrouiller des phénomènes complexes et techniquement très importants comme la corrosion ou la fragilisation des joints de grain, à utiliser ce qui est la sonde rêvée du physicien : le marquage d'un atome en vue de le suivre dans ses déplacements ou ses combinaisons. Démarche rigoureuse qui procède de l'élémentaire au macroscopique, du fondamental à l'application. J'imagine qu'en décidant de vous attaquer à ces problèmes vous avez été tenté par l'importance de l'enjeu, mais surtout par le défi ». Et Emmanuel de comparer les progrès du chercheur à celui de l’alpiniste face à des passages verticaux ou des corniches aériennes…

24En 1975, Emmanuel Grison est appelé par Giraud à prendre la responsabilité du centre de Saclay : de nouveau, il fallait trouver pour ce poste quelqu’un d’une honnêteté incontestable et ayant assez d’autorité pour remplacer une direction qui avait été secouée par quelques « affaires ». Dans l’organisation de l’époque, une telle direction ne comporte pas de responsabilité scientifique apparente ; son premier objectif est de permettre aux scientifiques de travailler dans les meilleures conditions, ce qui signifie bien autre chose que simplement assurer le gîte et le couvert. Dans le cahier des charges, on trouve aussi des discussions avec les syndicats (occupation certes utile mais parfois pesante et toujours chronophage), des accueils de VIP, ministres français ou chefs d’État étrangers, des discussions de voisinage avec les élus locaux, des responsabilités financières, le suivi de chantiers de travaux publics, des travaux de police notamment liés à la sécurité des installations. Bref, le responsable connaît des sollicitations continues et des surgissements imprévisibles de problèmes pour lesquels il joue le rôle de recours, de pompier, d’intermittent du spectacle ou de bedeau de cérémonies liturgiques, de psy, très souvent, et de femme de ménage parfois. Oui, vous passez en un instant de l’inspection d’un chantier à l’écoute confidentielle d’un lanceur d’alerte.

25Il arrive souvent qu’une carrière se termine dans ce type de position : vous êtes devenu un sage, dont on apprécie encore le bon sens même si on ne suit pas vos conseils. Vous êtes devenu un médiateur qu’on appelle pour régler un conflit ou, mieux, pour l’éviter. Vous êtes devenu la mémoire d’une institution, capable d’éclairer les chefs qui se succèdent comme de rappeler aux cadres de la maison pourquoi ont été mis en place tels systèmes ou telles procédures. Vous pourriez évidemment vous satisfaire de cette fonction, qui a ses bons côtés ou ses bons à-côtés. Mais vous vous sentez frustré, car vous estimez pouvoir être encore plus utile à votre institution, ou aux sciences, ou à la patrie. Alors, vous laissez entendre que, certes, vous remplissez votre rôle sans faiblesse car votre loyauté est totale, mais que vous êtes aussi prêt à une autre aventure.

26Et précisément, on vient vous en proposer une, dans une autre institution qui vous connaît et a su vous jauger dans des circonstances difficiles. Pour Grison, en 1978, ce sera de nouveau Polytechnique.

Directeur de l’enseignement et de la recherche à Polytechnique

27Pendant les six années suivantes, Emmanuel Grison sera DER, « Directeur de l’enseignement et de la recherche » à l’École polytechnique.

28Dans ce présent chapitre surtout consacré à la carrière scientifique de Grison, il me semble logique de ne pas passer sous silence, sans pour autant en exagérer l’importance, l’influence que Grison eut alors sur le développement du volet « recherche » de l’X. L’École s’était installée trois ans auparavant sur le plateau de Palaiseau ; on sait que le projet des partisans de ce déménagement était de développer les laboratoires de l’École, et de les ouvrir davantage aux élèves. L’article que Jean-Louis Basdevant a écrit pour ce bulletin décrit avec précision et humour les difficiles premières traductions de cette ambition. D’une part, tous les professeurs de l’X, ou les chargés de cours, ne tenaient pas à y prendre aussi la direction effective de laboratoires, car ils contribuaient souvent à des équipes prestigieuses installées à Paris même. D’autre part, les labos de Palaiseau affichaient plus souvent un rattachement au CNRS, dont d’ailleurs étaient venus la plupart des agents du « râteau » de laboratoires de l’X : tropisme facile à comprendre dans la mesure où le choix des sujets de recherches comme la progression des carrières de chercheurs dépendaient bien plus du CNRS que de l’École. Il n’est pas question, ici, d’analyser ce dossier, ni de rappeler comment, en une trentaine d’années, les choses ont peu à peu changé.

  • 1 La Jaune et la Rouge a publié en octobre 2015 une notice « in memoriam » décrivant la vie et la car (...)

29Mais en 1978, Grison estima que, pour lui, la priorité consistait plutôt à introduire discipline et harmonie dans l’École et son enseignement qu’à se muer en superdirecteur des laboratoires. Au demeurant, il avait de l’estime pour Vasseur1 qui avait été nommé à ce poste avant sa propre nomination.

30Pierre Vasseur (1950) était entré dans le corps des Transmissions après Polytechnique et avait complété sa formation à Supélec. Ayant la vocation de la recherche, il intégra la Direction des recherches et moyens d’essais (DRME) du ministère de la Défense, puis fut détaché en 1963 à la Direction scientifique et technique du CNES comme chef de la division « Études techniques avancées ». Il a consacré l’essentiel de ses travaux scientifiques aux lasers, aux matériaux semi-conducteurs et à la physique des plasmas.

31Il commença à jouer un rôle essentiel pour l’École polytechnique en 1965, lorsqu’il fut nommé responsable scientifique de la section physique des milieux ionisés du laboratoire de physique du professeur Jean Vignal (1916), à l’X à Paris, devenue en 1967 le laboratoire de physique des milieux ionisés dont il est le premier directeur.

Emmanuel Grison, le général Saunier et Pierre Vasseur lors des journées « portes ouvertes » des laboratoires en septembre 1981

Emmanuel Grison, le général Saunier et Pierre Vasseur lors des journées « portes ouvertes » des laboratoires en septembre 1981

© Collection École polytechnique

32Suite aux réformes de 1972, l’École polytechnique, dont le déménagement à Palaiseau fut alors décidé, se vit doté d’une politique de recherche soutenue par son Conseil d’administration, présidé alors par Pierre Guillaumat (1928). Vasseur fut alors nommé secrétaire général puis directeur des laboratoires de l’École polytechnique de 1972 à 1994 – sous la direction du directeur de l’Enseignement et de la Recherche à partir de 1978 –. Il a fortement contribué à la création du Centre de recherche de l’X en lien avec l’implantation à Palaiseau, et à la création du Centre de calcul vectoriel pour la recherche.

33Il a notamment soutenu la pluridisciplinarité de la recherche de l’X en favorisant la création de deux nouveaux laboratoires en 1974 : le laboratoire de gestion et le laboratoire de mathématiques appliquées.

  • 2 Je remercie Olivier Azzola pour avoir trouvé ces informations dans les archives de Grison et m’avoi (...)

34Toute cette action se déroula évidemment avec l’appui d’Emmanuel Grison ; mais les commentateurs de cette époque, comme Maurice Bernard ou Jean-Louis Basdevant soulignent parfois qu’il appliquait en ce domaine le principe de subsidiarité. Il faisait largement confiance à un Vasseur qui avait déjà joué un grand rôle dans le transfert à Palaiseau et l’agrandissement des laboratoires. En fait, Emmanuel était alors bien plus préoccupé par le volet « enseignement » de l’École. Le même transfert avait en effet eu des effets plus que difficiles sur son organisation et son ambiance. Les directeurs généraux que connut Grison, Saunier et Guillon, eurent bien du mal à redresser la barque après le passage de leur prédécesseur et c’est dans ce domaine que l’action de Grison fut surtout déterminante.2

  • 3 Direction de la recherche et des études techniques du Ministère de la Défense

35Cela ne l’empêcha pas de suivre avec attention la recherche. La création de la « Commission de la Recherche » en 1980 en est un témoignage. Ce groupe de réflexion, composé de Laurent Schwartz, Directeur du Centre de Mathématiques, Patrick Fleury, Directeur du Laboratoire de Physique Nucléaire des Hautes Énergies, de l’Ingénieur Général Bongrain, Directeur Adjoint de la DRET3, et de Michel Sindzingre, PDG d’IMétal. La première réunion s’est tenue le 17/12/1980. Emmanuel Grison présente le résultat des travaux de la Commission lors du CA du 23 avril 1981 :

« La Commission de la Recherche devrait néanmoins encourager le dialogue avec la recherche que pratiquent de grands centres de recherche publics ou privés à vocation appliquée. C’est assurément une tâche difficile, mais elle est nécessaire car si les laboratoires de l’École ont un rôle à jouer dans la formation des élèves, comme nous le rappelions, ils ont aussi un rôle spécifique à jouer dans la recherche française, conforme à la vocation de l’École où se recrutent les cadres « de responsabilité à caractère scientifique, technique ou économique » des « corps civils et militaires de l’État, des services publics et de manière générale de la Nation (loi du 15.7.1970) ».

« C’est ici qu’il faut regretter que l’opération conçue initialement par Louis Armand n’ait pas abouti, et qu’aucune école d’ingénieurs, sauf l’ESE, n’ait accompagné l’X à Palaiseau. La proximité de l’ENSTA, en particulier, aurait été un atout très important dans ce jeu de collaboration, de confrontation, entre recherche fondamentale et application ».

36On sait que l’ENSTA rejoignit les terrains de l’École à Palaiseau en 2012 et d’autres établissements le suivront, comme des centres de recherche d’entreprises. Les historiens du « campus » de Palaiseau peuvent facilement trouver une belle continuité entre des visions utopiques du milieu des années 60 et les réalités promises par les chantiers actuels. Ils pourront aussi estimer que cette réalisation aurait pu être achevée en moins d’un demi-siècle.

Un enseignement « scientifique »

  • 4 On trouvera en annexe une courte note sur Baranger. J’ai été son élève, et fis partie de ceux, inno (...)

37Plus que par le suivi des labos, c’est par d’autres voies que Grison œuvrera « pour les sciences », à l’X. En modifiant la structure générale de l’enseignement de l’École. Et, davantage encore, en rénovant le corps enseignant avec obstination et jugement. Ce sujet était vite devenu l’item principal des discussions sur la « réforme de l’École » que Grison avait vécue dans les années 60 et racontera bien plus tard. Pour changer, ou choisir des professeurs, l’opinion des anciens, ou des élèves, n’était pas le seul critère. Il fallait aussi tenir compte de la visibilité de certains candidats. Du processus de sélection. Et de la jurisprudence qui, dans le choix des enseignants, favorisait les hommes déjà en place et leurs écuries (une réalité que certains dénonçaient dans tout l’enseignement supérieur). Grison était devenu un excellent chimiste malgré la « pauvreté » de l’enseignement de cette discipline quand il était à l’École ; nommé maître de conférences aux côtés de Baranger, il n’eut pas l’impression que des progrès y avaient été accomplis au service des élèves.4 Promu professeur, d’abord aux côtés de Jacqué, puis seul, il rebâtit avec passion tout le cours de chimie.

38Et, dès son retour comme DER, il s’empressa de refaire le point sur l’enseignement de cette discipline. Écoutons Maurice Bernard : « C’est pourquoi GRISON, dès qu’il fut nommé DER, avait pris l’excellente initiative de susciter un audit de la Chimie à l’École. La commission, présidée par Guy OURISSON (1928-2008) avait achevé son rapport ; il n’y avait plus qu’à mettre en place des recommandations pleines de réalisme et de bon sens. Ce à quoi je m’employai, dès mon arrivée. »

39Et c’est aussi dans cette catégorie que l’on peut placer son action pour faire venir des enseignants nouveaux dans la plupart des disciplines, car il tira profit de toutes les opportunités, changements de statut du corps enseignant ou départ de personnages en place pour augmenter encore et toujours le niveau des enseignants. Il n’est donc pas illogique d’affirmer que ce travail, lourd, de modernisation et de mise en perspective entrepris par Grison, fut pendant ces années une de ses actions « scientifiques » essentielles.

  • 5 Le lecteur trouvera l’ensemble de cette note de Grison à Esambert dans le texte « Grison et son Éco (...)

40Et en voici une autre, tout aussi fondamentale, et relative à l’orientation des élèves, qui à juste titre préoccupera aussi Esambert devenu président du Conseil d’administration de l’École. Lorsque celui-ci fit, dans ses propositions pour l’École, la remarque suivante : « Les Polytechniciens ne devraient pas grossir les rangs des pseudo-professionnels ou des technocrates au mépris affiché pour les techniques », Grison l’approuvera sans hésitation5.

41Grison ne fut pas le dernier, et de loin, à afficher aussi clairement l’importance de la formation par la recherche.

L’histoire aussi est une science

42Parmi les disciplines dont Grison suivait la présentation à Polytechnique avec le plus d’intérêt figuraient les « Humanités et sciences sociales », les H2S. Cette volonté ne relevait pas du paradoxe. Persuadé que l’une des singularités de l’X devait être et rester l’attention à la culture historique, économique, sociale et artistique, et peut-être reconnaissant à Tuffrau de ce qu’il avait appris autrefois en histoire et à Umbdenstock en architecture lors de sa propre scolarité, il s’attacha à permettre aux élèves une large compréhension d’un monde dont le bouleversement ne se limitait pas aux jeux d’équations des « sciences dures ».

43Le soutien de Grison aux enseignants Thierry de Montbrial (1963) dans le domaine de l’économie, ou Domenach dans celui de la réflexion humaniste de cette époque témoigne de cette attention à des secteurs de « culture générale ».

44Quand, une fois en retraite, Grison se lança avec plaisir et curiosité dans les recherches historiques et le soutien à la bibliothèque de l’École, ce n’était donc pas simplement pour trouver une occupation intellectuelle pour ses heures d’un retraité qui avait conservé toute sa vigueur intellectuelle. Ce n’était pas seulement pour trouver dans le passé des thèmes de compréhension de la singularité polytechnicienne ou replacer les évolutions de la chimie dans un cadre historique. C’était aussi pour goûter à une science différente, l’histoire, avec ses contraintes propres : recherche de sources, mise en perspective d’évènements ou d’évolutions, analyse de la vie de personnages et de groupes humains, et à leur analyse. Il connut alors le plaisir d’autres types de découvertes, celles de périodes anciennes et de prédécesseurs singuliers trouvés dans sa famille biologique, mais surtout la tribu polytechnicienne. La fréquentation d’Arago, Crozet ou Hassenfratz remplaça celle des cristaux et des atomes. Les réflexions sur le déterminisme historique ou les conséquences des évènements fortuits succédant à celles sur les résultats de jeux d’équations ou les caprices d’un catalyseur.

45Oui, la vie vous offrait toujours d’autres satisfactions et d’autres surprises avec profusion.

Pierre Maurice Baranger (X1919N)

Pierre Maurice Baranger (X1919N)

© Collection École polytechnique

Quelques mots sur Pierre Baranger (X 1919)

Il peut sembler paradoxal de profiter d’un bulletin consacré à l’excellent professeur de chimie que fut Grison pour proposer quelques phrases sur Pierre Baranger, qui le précéda dans cette chaire, mais dont peu d’élèves apprécièrent le cours. Grison lui-même, pourtant peu « méchant », ne peut que rappeler cette évidence : Baranger n’était pas un bon professeur.

Mais il ne faut jamais définir un personnage par une seule phrase trop lapidaire, car il peut avoir de multiples facettes. Et ce fut bien le cas de Baranger.

Quand le jeune polytechnicien et « poudrier » Pierre Baranger est nommé répétiteur de chimie à l’X, en 1936, il a déjà derrière lui une carrière de chercheur passionné par les maladies tropicales, par exemple en liaison avec l’Institut Pasteur, une activité de type « humanitaire » au sein des Équipes sociales fondées par le Père Garnier et Robert Garric, et une volonté de diffusion de la culture artistique dans le cadre d’une association « Art et Louange » créée avec sa sœur Marie, artiste de talent surtout orientée vers la fresque et l’art sacré.

En 1940, au lieu de poursuivre ses travaux en France, il décide de rejoindre Londres et le général de Gaulle. À la demande de ce dernier, il créera en Angleterre un centre de rééducation pour soldats blessés.

Après la Libération, il revint à l’X où il fut nommé professeur de chimie, tout en continuant à se passionner pour la lutte contre les maladies tropicales et pour l’effet médical de certaines plantes ; il fera, par exemple, de nombreux séjours à Madagascar, étudiant l’efficacité du quinquina contre le paludisme.

Comme on le voit, une telle vie mérite davantage de considération que les commentaires pleins de commisération proférés sur son cours de chimie à l’X car il eut effectivement le grand tort de ne pas le renouveler pendant les dernières années de son professorat. Et à la fin de sa carrière il s’égara encore plus, avec un rare acharnement, pour prétendre, mesurer et démontrer que certaines plantes pouvaient transmuer le potassium en calcium, ou l’inverse…

Haut de page

Notes

1 La Jaune et la Rouge a publié en octobre 2015 une notice « in memoriam » décrivant la vie et la carrière de Pierre Vasseur, décédé le 25 juin 2015 ; cette note a été utilisée pour notre article.

2 Je remercie Olivier Azzola pour avoir trouvé ces informations dans les archives de Grison et m’avoir proposé les paragraphes qui suivent

3 Direction de la recherche et des études techniques du Ministère de la Défense

4 On trouvera en annexe une courte note sur Baranger. J’ai été son élève, et fis partie de ceux, innombrables, qui n’étaient guère enchantés de son cours. J’ai donc voulu en savoir un peu plus sur lui, et pourquoi pas en étudiant Grison ?

5 Le lecteur trouvera l’ensemble de cette note de Grison à Esambert dans le texte « Grison et son École polytechnique »

Haut de page

Table des illustrations

Titre Jean André Gilbert Desmaroux (X1901)
Crédits © Collection École polytechnique
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/1660/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Marcel Mathieu au laboratoire du Quai Henri IV vers 1945
Crédits © Collection École polytechnique, Fonds Emmanuel Grison
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/1660/img-2.png
Fichier image/png, 239k
Titre Maurice Bernard
Crédits © Collection École polytechnique
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/1660/img-3.png
Fichier image/png, 303k
Titre Départ de M. Grison (sans lieu, 6 novembre 1978). [Michel Pecqueur], Emmanuel Grison
Crédits Archives historiques CEA © CEA – FAR_SA_N_07179
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/1660/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Départ de M. Grison (sans lieu, 6 novembre 1978).
Légende Georges Vendryès, Emmanuel Grison
Crédits Archives historiques CEA © CEA – FAR_SA_N_07177
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/1660/img-5.png
Fichier image/png, 158k
Titre Départ de M. Grison (sans lieu, 6 novembre 1978).
Légende Bertrand Goldschmidt, Emmanuel Grison
Crédits Archives historiques CEA © CEA – FAR_SA_N_07181
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/1660/img-6.png
Fichier image/png, 98k
Titre André Giraud lors de la présentation au drapeau de la promotion 1985 le 6 novembre 1986
Crédits © Collection École polytechnique
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/1660/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Emmanuel Grison, le général Saunier et Pierre Vasseur lors des journées « portes ouvertes » des laboratoires en septembre 1981
Crédits © Collection École polytechnique
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/1660/img-8.png
Fichier image/png, 125k
Titre Pierre Maurice Baranger (X1919N)
Crédits © Collection École polytechnique
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/1660/img-9.png
Fichier image/png, 80k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Marbach, « Pour les sciences », Bulletin de la Sabix, 59 | 2016, 25-36.

Référence électronique

Christian Marbach, « Pour les sciences », Bulletin de la Sabix [En ligne], 59 | 2016, mis en ligne le 13 juillet 2018, consulté le 21 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/sabix/1660

Haut de page

Auteur

Christian Marbach

Christian Marbach, polytechnicien (1956), ingénieur général des mines honoraire, membre de l’Académie des technologies a été président de l’Association pour la célébration du bicentenaire de l’École polytechnique (1994), président de la Sabix de 1999 à 2007 et président du comité de rédaction de la Jaune et la Rouge pendant une dizaine d’années. La Sabix a édité en 2015 son dernier ouvrage, « Portraits de polytechniciens » illustré par Claude Gondard.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© SABIX

Haut de page
  • Logo SABIX
  • OpenEdition Journals