Navigation – Plan du site
Témoignage

Emmanuel Grison, directeur de l’Enseignement et de la Recherche à l’École polytechnique

Jean-Louis Basdevant
p. 61-73

Notes de la rédaction

Note : La Sabix a publié un remarquable exposé de l’histoire de l’X dans la période 1956-1968 : il a été rédigé par Emmanuel Grison sous le titre « Souvenirs d’un témoin actif à l’École Polytechnique en mai 1968 », à partir d’un important ensemble de documents authentiques des divers acteurs. On y trouvera l’implication étroite de Grison dans la vie et l’évolution de l’École à cette époque que je n’ai pas connue. Cette lecture m’a révélé beaucoup de choses quant au comportement et à la réussite de Grison dans son rôle ultérieur de Directeur de l’Enseignement et de la Recherche.

Texte intégral

© Collection École polytechnique

La décision du transfert à Palaiseau

1La décision du déménagement de l’École à Palaiseau fut prise dans un enthousiasme manifeste, pour des raisons diverses, parfois antagonistes, en 1964. La première promotion d’élèves, X 1975, inaugura le campus de Palaiseau en 1976, dans de vastes locaux, conçus avec minutie. Les laboratoires avaient anticipé cette date et le « peigne » (ou « râteau ») situé à l’ouest était déjà notablement occupé à l’arrivée des élèves. Le renouveau de la recherche à l’École, initié par la création en 1936 du laboratoire Leprince-Ringuet, s’était poursuivi sous l’impulsion de Laurent Schwartz par le centre de Mathématiques, puis par d’autres : Laboratoire de Physique de la Matière Condensée en 1956 lors de la nomination de Bernard Grégory comme professeur de physique, et bien d’autres (Physique théorique, Mathématiques appliquées, Chimie, Physique des milieux ionisés etc.) à Palaiseau. En 1961, une commission avait étudié le passage à 400 élèves par promotion au lieu de 300 jusque-là, et avait conclu que le déménagement de l’École était nécessaire. Cela comblait les scientifiques, pour qui un enseignement supérieur ne pouvait être dissocié d’un centre de recherche. Un véritable processus de réforme des enseignements était vivement réclamé.

2Plusieurs professeurs, dont Louis Leprince-Ringuet et Laurent Schwartz, faisaient depuis longtemps le constat des carences de l’École. Ils critiquaient un enseignement « resté encyclopédique », « profondément sclérosé » tant dans le fond que dans la forme. De fait, depuis la création de l’X, l’enseignement s’était voulu « pluridisciplinaire », voire « omnidisciplinaire », mathématiques-sciences physique, mais l’avancement des sciences modernes rendaient ce défi utopique. Les professeurs réclamaient l’instauration d’options. Les élèves les suivaient volontiers.

Louis Leprince-Ringuet et Bernard Grégory réunis sur les toits des laboratoires de l'École pour la nomination de ce dernier à la direction du CERN

Louis Leprince-Ringuet et Bernard Grégory réunis sur les toits des laboratoires de l'École pour la nomination de ce dernier à la direction du CERN

© Collection École polytechnique

3La création de Départements d’enseignement, l’instauration de travaux dirigés, les « petites classes », en remplacement de certains cours magistraux, figuraient parmi ces recommandations.

4« L’ouragan 1968 », comme le nomme Grison dans son livre, se manifesta évidemment par une accumulation de commissions, de réunions interminables, de propositions. Tout cela portait tant sur l’enseignement, le statut des élèves, que sur la structure même de l’École. Ce qui est étonnant est que cet ouragan déboucha presque naturellement sur une période de six années de calme et de bien-être sans que véritablement on ne puisse mettre un nom sur l’auteur de cet apaisement. J’ai bien connu cette période (et toute la suite) ayant été élu comme maître de conférences de physique en 1969, et ayant débuté un enseignement qui dura au total 35 ans. J’ai ainsi vécu la vie paisible et heureuse des promotions 1969 à 1974 sur la Montagne Sainte Geneviève. J’apprenais à enseigner à cette « élite » (n’ayant pas connu les tourments précédents car je n’étais pas issu de ce monument, mais d’un autre sur la même Montagne) tout en apprenant, par bribes, les étapes de son histoire. Je faisais partie d’un ensemble nombreux d’enseignants nouveaux qui provenait d’une réorganisation du corps enseignant. Pour nous, tout allait de soi, du moins au début.

5Les recommandations des diverses commissions avaient débouché sur la loi du 15 juillet 1970. Polytechnique reçut alors un statut civil (tout en restant rattachée au ministère de la Défense) et l’admission des femmes fut autorisée à partir de 1972. Le statut des enseignants fut révisé. Plus important : les Départements d’enseignement furent instaurés et officialisés dans l’organigramme de l’École.

6Par ailleurs, et cela jouera un rôle dans la suite de mon propos, la structure de la Direction de l’École fut considérablement modifiée par l’institution d’un Directeur Scientifique, dans une directive ministérielle du 20 mars 1968. Les attributions et prérogatives de cet « être nouveau » n’étaient, au début, pas précisées. Son existence apparaissait pour beaucoup d’enseignants comme cohérente et sage dans un organisme qui, certes, avait été consacré par Napoléon sous le bel adage révolutionnaire « Pour la Patrie, les Sciences et la Gloire », et fondé par d’éminents scientifiques, mais qui avait été rapidement placé sous un statut militaire, la militarisation se doublant d’une spécialisation de l’enseignement vers les mathématiques. C’était parfaitement logique, voire visionnaire, en 1804.

7Mais il existait déjà, à l’X, quelques directeurs de conscience, bien vus tant des enseignants que des élèves. Ce poste apparut au début comme étrange dans ce qu’on nomme maintenant la « gouvernance » de l’École. Il échut d’abord à « l’amiral » Ferrandon, personnage légendaire, puis, en 1968, à Philippe Olmer, prestigieux directeur général des enseignements supérieurs, (hélas normalien) à qui échut le titre de DGA (directeur général adjoint). Olmer, déçu, s’aperçut que le poste était relativement subalterne, et les moyens limités. Il ne resta qu’un an et fut remplacé par Henri Piatier (X1938) ingénieur général de l’Armement, soutenu par son camarade de promotion Bernard Grégory.

Piatier, Schwartz, Grégory

Piatier, Schwartz, Grégory

8Plus directement perceptible pour les « nouveaux » enseignants : une organisation de la direction des études, avec un directeur de l’enseignement scientifique ; des départements d’enseignement pour chaque matière, dans lesquels on se sentait immédiatement reconnu, pris en charge. Un enseignement articulé en un tronc commun durant un an et reprenant environ le tiers du total des cours scientifiques, suivi par des « voies d’approfondissement » s’étendant sur un semestre, dans lesquelles figureraient les deux tiers des cours actuels offerts en approfondissement au choix des élèves, plus l’astrophysique, l’informatique, la biologie, le tout suivi par des « stages d’option » effectués dans des laboratoires de la région parisienne et conclus par « micro thèses ». Des programmes, assortis chacun d’un nombre donné d’amphis, avaient été préparés et avaient recueilli un large accord parmi les professeurs. Les élèves, de leur côté, abondaient dans la direction de Schwartz et Leprince-Ringuet. Il y avait accord également pour accentuer la réforme pédagogique déjà commencée : petites classes plus nombreuses à effectif plus réduit, meilleure concertation dans le corps enseignant entre les différentes disciplines, développement des travaux personnels. Du côté du commandement militaire, cette évolution était bien perçue. Le général Mahieux, à qui succéda le général Buttner, et les officiers d’encadrement et d’instruction militaire étaient favorables à l’évolution.

L’installation à Palaiseau

9En 1976 le nouveau campus de Palaiseau fut inauguré par les élèves.

1. Palaiseau, morne plaine

10Les bâtiments étaient imposants, les installations sportives rutilantes, nombreuses. Mais une foule de détails, pour la plupart voulus ou tout simplement imprévus malgré leur évidence, ont rapidement terni l’atmosphère générale des principaux intéressés : les élèves.

11Le plateau de Palaiseau apparaissait en fait comme une immense étendue plate et balayée par un vent froid. Les arbres, aujourd’hui majestueux, ne faisaient guère que 1,20 m de haut. La tristesse du site était évidente.

12Dans la simple vie quotidienne : comment s’orienter ? À la Montagne Sainte Geneviève, une fois franchie la boîte à claques, on se retrouvait dans le quartier latin, on pouvait marcher jusqu’à la Seine, en quelques jours on avait assimilé un espace civilisé reconnaissable. Mais que faire à Palaiseau ? Bien sûr, les élèves parisiens, notamment ceux pourvus d’une voiture, s’échappaient facilement. Mais les autres ? Trouver, dans les herbes, le chemin qui conduisait à un sentier pentu, menant lui-même à la gare de Lozère (en se souvenant que le chemin de retour était plus ardu) savoir quel train prendre, puis où s’arrêter, et que faire après ? Il faut savoir admettre qu’au début de leur séjour beaucoup d’élèves non-parisiens ont été désarçonnés, avec un sentiment de claustration. Un jour, Laurent Schwartz m’avait interrogé sur l’attitude de certains élèves à son cours, le lundi matin (mon cours était traditionnellement le mardi). Après un bref échange, nous avions compris que, tout simplement, ces élèves, après les cours du vendredi, se rendaient au mess des sous-officiers et n’avaient d’autre distraction jusqu’au lundi matin que de boire jusqu’à plus soif ! Une enquête simple auprès des moniteurs de sports confirma cette idée.

13Les laboratoires étaient là, installés depuis deux ou trois ans. Mais, détail significatif, on les avait situés de façon pratiquement impossible à atteindre par les élèves. Depuis le grand hall, il fallait deviner, tout au bout de l’angle sud-ouest, une ouverture anonyme, donnant sur un escalier d’un demi-étage puis sur un couloir, pour accéder au fameux « peigne ». Beaucoup d’élèves ignoraient l’existence même de ces laboratoires, la plupart ne savaient pas les localiser. Il a fallu plus de dix ans d’efforts aux enseignants pour faire connaître ces endroits aux élèves et les y attirer. C’est évidemment le développement d’options scientifiques, puis de l’école doctorale, qui ont réussi à débloquer cette barricade. Car elle était voulue de la part des concepteurs (une commission du transfert était censée assister la direction du génie, maître d’œuvre). Tout devait être fait pour éviter le « risque 68 » et la contamination des jeunes cerveaux par des idées et propagandes subversives, bolcheviques, trotskystes, ou, pire, soixante-huitardes. D’où cette dissimulation des points d’accès et, monument d’ingéniosité, cette différence de niveau d’un demi-étage entre le grand hall et les laboratoires ! (Doit-on ajouter qu’il a fallu rapidement doubler l’escalier d’une dizaine de marches avec un ascenseur, pour le transit d’objets lourds et le déplacement de personnes handicapées.)

14Ces quelques anecdotes, rudes dans la vie quotidienne, font comprendre que cette première promotion 1975, qui n’avait pas d’« anciens », car les X1974 avaient terminé leur scolarité à Paris sans conscrits, a eu une vie difficile. Nous avons eu à déplorer des cas délicats, voire graves, de dépressions.

2. La révolte des élèves

15Le Directeur général était le général Jean-Noël Augier (X 1942), méridional pittoresque dont, semblait-il, le plus grand exploit militaire avait été son séjour à l’X. Il cultivait un humour particulier : « Vous savez me disait-il, j’aime parfois envoyer une grenade et regarder son effet ». Il aimait exercer l’autorité que lui conférait son poste et n’était guère apprécié des élèves. Ceux-ci ont, par exemple, mené une grève pendant une semaine pour protester contre des sanctions prises à l’encontre de certains d’entre eux pour raisons « vestimentaires » : 30 jours d’arrêt pour bouton de col mal fermé sur un grand-U, 15 jours d’arrêt infligés par le brillant chef de corps, le colonel Perret, à une jeune fille portant une chemise non-réglementaire sous un pull à col roulé réglementaire (comment l’avait-il vu ?).

16On vit poindre un conflit potentiel entre la direction et l’enseignement. Le général était assisté par un Secrétaire général pour les études, Ingénieur de l’armement, qui avait mené une entreprise d’inquisition, un tantinet perfide, afin de classer le corps enseignant en deux catégories : chercheurs et ingénieurs, les seconds étant manifestement davantage dans la vocation de l’X que les autres. Ainsi, un grand spécialiste des semi- conducteurs, Directeur de recherche au CNRS (après être sorti dans le corps des mines) qui déposait plusieurs brevets chaque mois, était-il classé « chercheur », alors qu’un de ses collègues (du corps des mines, mais travaillant au CEA) était classé « ingénieur » alors qu’il travaillait sur les théories quantiques des champs dans des espaces à 3,99 dimensions, d’une application pratique certaine. Mais ce qui aurait pu n’être qu’un « canular » fut ressenti comme une attaque de la Direction générale contre l’enseignement et les enseignants.

17De fait, une des clés de ce type de problème tenait sa source dans un conflit prévisible à la tête de la direction de l’École. Il régnait un climat délétère entre le Directeur général et le DGA, Henri Piatier. C’était prévisible : on avait mal choisi les personnalités (de fait la tutelle avait, volontairement ou non, choisi un général d’une personnalité opposée à ce que l’on aurait dû attendre, dans un poste aussi délicat humainement et intellectuellement). En quoi doit consister l’autorité d’un directeur général adjoint dans les domaines qui lui sont dévolus ? Le général Augier avait, à l’égard d’Henri Piatier, un ressentiment que ce dernier traitait par de la courtoisie.

18Pourtant, au vu du planning des enseignements, nous ne pouvions voir, au début, qu’une continuité avec la période dorée 69-74 ; Il y avait des départements, des petites classes, une répartition des tâches.

19Le cycle de formation des élèves avait la structure suivante, proche de la précédente :

  • 1re année : service militaire d’un an à partir de la fin août ;

  • 2e année : trois trimestres de « tronc commun », puis stage ouvrier en septembre ;

  • 3e année : un semestre de tronc commun suivi d’un semestre d’options scientifiques, avec stage de recherche.

20Mais Piatier avait commis une erreur. Pour assurer la prédominance des enseignements scientifiques dans la formation des polytechniciens, il en avait largement augmenté le volume ! Les voies d’approfondissement avaient disparu, mais les options étaient toujours là, confortées. Il y avait des cours de tronc commun, répartis en modules de 16 « blocs » ou journées scientifiques, dans 12 matières. Trois modules de mathématiques pures, trois de physique, deux de mathématiques appliquées, deux de mécanique, un d’économie et un de chimie. À cela s’ajoutaient des travaux expérimentaux où les élèves choisissaient entre la physique, la chimie et la mécanique, des travaux pratiques d’informatique (au début, principalement de la programmation). S’ajoutaient également deux cours hebdomadaires de langues, et les cours d’Humanités et sciences sociales, HSS (dont la structure a évolué rapidement).

21Or la semaine ne comptait que quatre journées utilisables ! Le jeudi après-midi était traditionnellement consacré aux sports (compétitions ou entraînement), le jeudi matin aux conférences de formation générale, et aux conférences HSS. Restait à caser tout ce programme scientifique, augmenté de séances d’entraînement de sport (il y avait 8 heures de sport par semaine), et aux activités militaires, dans le lundi, le mardi, le mercredi et le vendredi ! Une petite arithmétique montre pourquoi on en arriva à ce que les élèves appelaient la semaine des quatre journées scientifiques. Un bloc scientifique comportait, pour un élève, 1 h 30 d’amphi et 2 heures de petites classes, soit largement une demi-journée pleine. Le reste était complété par les activités annexes ; différentes d’un élève à l’autre (pour simplifier la gestion des effectifs, les élèves étaient regroupés en fonction de leur choix d’activités sportives). Par exemple, au premier trimestre, on dispensait trois cours, Analyse Hilbertienne, Mécanique quantique et Théorie des probabilités, mais pour chacun d’entre eux il y avait deux séances dans la semaine toutes les trois semaines.

22Dans cette courte énumération, nous ne mentionnons pas le nécessaire temps de travail habituel pour un étudiant : relire son cours, faire quelques exercices, converser avec ses camarades. Hélas les statistiques nous montrèrent que ce temps était réduit à une heure par élève et par semaine pour une matière donnée.

23L’inévitable explosion se produisit rapidement. Je me souviens d’avoir été convoqué, à l’automne, à une réunion impressionnante par le nombre de galons, étoiles et décorations, où trois représentants des élèves avaient expliqué très clairement et avec grande dignité, l’engorgement et la saturation de la quasi-totalité de leurs camarades. Dans ces cas-là, la conclusion est toujours « il faut faire quelque chose », mais quoi ? Je n’étonnerai pas le lecteur en disant que le général Augier et son secrétaire général des études s’empressèrent de monter les élèves contre le corps enseignant, en faisant savoir (ouvertement) que tout cela était la faute des enseignants et de leur directeur Henri Piatier, qui en voulaient trop !

24Comme exemple de résultat de cette attitude j’ai souvenir d’un incident pénible. En physique, les maîtres de conférences avaient coutume d’assister au cours du professeur avant de faire leurs petites classes. Un jour, Bernard Grégory faisant son cours, vit un téléphone se pendre devant lui. Un « gag » traditionnel, se dit-il. Mais quelques instants plus tard un seau d’eau, placé dans les combles de l’amphi Arago se déversait sur un de mes amis. J’ai cru, à sa blancheur, que Grégory allait s’effondrer (de fait, il est mort peu de temps après). Le cours a été interrompu. Nous sommes montés, avec notre collègue dégoulinant, au Boncourt où le général Augier a refusé de nous recevoir et nous a confiés au colonel Perret qui… A éclaté de rire.

25Peu de temps après nous apprîmes la mise à l’écart de l’Ingénieur Général Piatier, directeur général adjoint. Le général Augier ayant appris que l’âge de la retraite dans le corps d’origine de Piatier, l’Armement, venait d’être atteint par celui-ci, avait décidé que cela s’appliquait au DGA (dont rien ne précisait l’âge de la retraite). Ce fut un choc énorme, quarante et un enseignants protestèrent contre cette décision ; plusieurs journaux se firent l’écho de la « crise de l’École polytechnique ». L’administration française offre ainsi gratuitement de puissantes armes stratégiques.

26Bernard Grégory était bouleversé en l’apprenant. J’appris son décès, dû à une grave crise cardiaque, le jour de Noël suivant. Louis Leprince-Ringuet, termina un très bel éloge par ces mots : « Avec la mort brusque de Bernard Grégory, nous perdons un grand Seigneur de la Science. »

3. La révolte de Laurent Schwartz

27Les réactions des enseignants furent sévères, en premier plan celles de Laurent Schwartz. (Ce qui suit, et qui s’est déroulé pour l’essentiel durant l’année 1977, est extrait du texte remarquablement développé par Alain Guichardet dans « Laurent Schwartz et l’École polytechnique » bulletin numéro 39 de la SABIX, janvier 2004.)

Laurent Schwartz et Louis Leprince-Ringuet

Laurent Schwartz et Louis Leprince-Ringuet

© Collection École polytechnique fonds Leprince-Ringuet

28Laurent Schwartz avait fait, dans les années 1960, des critiques très précises, reprochant à l’École d’attirer les meilleurs cerveaux scientifiques de chaque génération pour, à leur sortie, les détourner massivement vers des fonctions d’administration et de gestion. Mais c’est en 1977 qu’il lança sa première attaque sérieuse : il envoya le 18 mars à André Giraud, président du Conseil d’Administration, une lettre intitulée « Contre le gaspillage des cerveaux », destinée à « attirer solennellement l’attention de toute l’opinion publique française sur le grave détournement actuel des finalités de certaines grandes écoles, et avant tout de l’École polytechnique ». Il y préconisait notamment que les élèves deviennent à leur sortie, dans leur grande majorité, des « ingénieurs et chercheurs scientifiques et techniques ». Peu après il donna à « La Jaune et la Rouge » une interview qui allait dans le même sens et lui attira de nombreuses réactions, à vrai dire plus souvent favorables, y compris celle de Giraud, que le contraire. Là-dessus se produisit une violente critique de Schwartz dénonçant le laxisme dont avait fait preuve le jury de passage du 3-10-1977 : aucun redoublement sur les 320 élèves que comptait la promotion 1975. Il obtint le soutien de plusieurs membres du Conseil d’Administration, mais s’attira les foudres du général Augier, directeur général, qui construisit un dossier demandant sa radiation. Giraud, quant à lui, adopta une attitude réservée et prudente. Le 18 novembre paraissait dans « Le Monde » un article intitulé « L’X et son image » dans lequel Schwartz exposait ouvertement tous les griefs qu’il avait envers l’École. Il s’ensuivit de nouvelles critiques et - beaucoup plus souvent – de chaleureuses approbations.

La commission Pasquet, nouvelle réforme de l’X

29À la suite de tout cela, André Giraud décida de « calmer le jeu ». Il organisa, dans les locaux de l’Administrateur général du CEA, un déjeuner avec les représentants des enseignants, présidents et vice-présidents de départements, et comme hôte d’honneur Laurent Schwartz. Giraud était à l’écoute. Tout était cordial et se passa dans la meilleure atmosphère.

30À la séance suivante du Conseil d’Administration, au début janvier 1978, Giraud annonçait la création d’une Commission de trois experts, L’I.G. Pasquet, Jules Horowitz et l’I.G. Carpentier. Dans leur rapport remis en juin 1978, ceux-ci proposèrent de créer un poste de Directeur de l’Enseignement et de la Recherche (DER), joignant aux anciennes fonctions du directeur des études d’avant 1968, la supervision des laboratoires, aussi bien laboratoires propres des professeurs que laboratoires détachés du CNRS ou d’ailleurs, ce qui était en soi une initiative importante. Et remplaçant le GA fauteur de trouble par un ER si pacifiant. La Commission Pasquet recommanda aussi que la meilleure entente règne dans le triumvirat responsable de l’École : président, général, DER ! Un décret vint créer bientôt le poste de DER, et lui adjoignit un « Conseil d’Enseignement » qu’il devait diriger.

31Ayant été élu, fin 1977, membre du conseil d’administration représentant les enseignants avec mon grand ami Michel Métivier que la maladie faucha dix ans plus tard, j’ai pu être personnellement au premier plan de tous ces événements.

Nomination de Grison et « son équipe »

32Au fond, mettre un terme à ce tohu-bohu était très simple. Il suffisait de trouver un homme, en fait des hommes, courtois, intelligents, familiers tant avec l’enseignement qu’avec la recherche, et capables d’écouter l’avis d’un conseil d’experts.

33Nous nous sommes longtemps posé la question de savoir si la commission Pasquet avait cherché une réforme en mesure de fonctionner, ou bien si, connaissant très bien les grandes qualités d’Emmanuel Grison, ancien professeur à l’X, ancien membre du conseil de perfectionnement, directeur de services importants à Saclay, et connu pour sa courtoisie, elle avait construit une réforme pour lui.

34En tout cas, le choix était fait : en juillet 1978, Emmanuel Grison était nommé DER. Entre temps, beaucoup d’autres choses avaient changé. André Giraud, nommé Ministre de l’Industrie le 3 avril 1978 avait été remplacé comme président du Conseil d’administration par Alexis Déjou, Délégué général d’Électricité de France, un homme d’une courtoisie d’une ouverture et d’une intelligence rares, qui savait être ferme et ne pas faire de concessions inutiles. De surcroît, le mandat du général Augier arrivant à terme, le poste de Directeur général fut confié à un homme hors du commun sur tous les plans, le général Jacques Saunier.

Le général Jacques Saunier

Le général Jacques Saunier

© Collection École polytechnique

35Né en août 1924 en Haute-Marne, il se destinait à être instituteur. À l’âge de dix-neuf ans, pendant la seconde guerre mondiale, Jacques Saunier avait été déporté, en 1944, lors d’une rafle alors qu’il allait chercher une boule de pain à Belfort. Il s’évada par la Suisse en 1945, et revint au sein de sa famille avec une boule de pain en s’excusant d’avoir été si long ! Il s’engagea. Après avoir été canonnier, il choisit la carrière d’officier et fut reçu premier à Saint-Cyr en 1946. Il franchit les différents échelons de la hiérarchie et devint général de brigade. Capitaine en 1953, il partit en Indochine et à son retour en 1955 il fut commandant de compagnie à… l’École polytechnique. Il en profita pour obtenir une licence de physique et faire Sup Elec. Il commanda l’École jusqu’en 1982. Général de division, il fut promu général de corps d’armée en janvier 1982. Contrairement à son prédécesseur, il avait connu la guerre et combattu1.

36À ce trio miraculeux, qui s’entendait à merveille et avait entendu les recommandations de la commission Pasquet, s’adjoignait l’Ingénieur Général Raymond Servières (X1939), qui avait repris en quelque sorte le rôle de secrétaire général pour les études, était un collaborateur proche et dévoué de Grison, connaissait sur le bout des doigts tous les textes s’appliquant à l’École, et allait jusqu’à former les jeunes personnes recrutées à la scolarité (et ailleurs) avec une gentillesse et un humour dont on parle encore aujourd’hui.

37En bref, l’École était pourvue d’un quatuor de direction de choc, soudé, efficace, ouvert, grâce auquel la paix et la sérénité revinrent en quelques semaines.

38Rien ne vaut que de reprendre les dernières phrases de Grison lui-même, dans son texte de la Sabix.

Apprenant, lors d’une conversation avec Pecqueur, le nouvel administrateur général du CEA qui avait succédé à Giraud, qu’on cherchait un titulaire à ce poste de DER, j’y fus candidat et fus nommé en juillet, en même temps qu’un nouveau général, Saunier. Je quittai donc la direction de Saclay et m’installai à l’X où je trouvai l’accueil le plus chaleureux et le plus amical de la part de ceux que j’y avais connus autrefois : Ferrandon, bien sûr, Schwartz et Solomon – les membres du fameux Comité paritaire – et Thierry de Montbrial qui avait bâti un remarquable département d’économie, à la suite d’Ullmo. Je devais y passer dans une ambiance sympathique des années qui me laissent un merveilleux souvenir, en charge de problèmes que je pouvais traiter dans la concertation la plus ouverte. L’atmosphère entre Déjou, le président du Conseil d’Administration qui avait succédé à Giraud, le général Saunier et moi, était parfaite, chacun pratiquant fort bien le principe de subsidiarité, c’est-à-dire laissant les deux autres prendre les décisions de leur niveau. C’était facilité par le fait que Déjou était un homme de dialogue aimable et compréhensif, avec qui les rapports étaient sûrement plus faciles qu’ils n’eussent été avec un Giraud. Et parce que Saunier, qui n’était pas ancien élève de l’X, n’interférait jamais, contrairement à son prédécesseur, avec les problèmes d’enseignement. Cette bonne entente, qui se poursuivit avec le général Guillon, successeur de Saunier, n’allait pas, hélas, de soi et ne survécut guère : elle a résulté, de 1978 à 1984, d’une conjonction exceptionnelle à laquelle je n’ai aucun mérite mais dont j’ai largement profité. Elle a fait que ces dernières années de ma vie professionnelle ont été pour moi les plus gratifiantes.

Le général Guillon lors du pot de départ en retraite d'Emmanuel Grison

Le général Guillon lors du pot de départ en retraite d'Emmanuel Grison

© Collection École polytechnique

L’œuvre d’Emmanuel Grison comme DER

39Pendant ces six années passées à la Direction de l’Enseignement et de la Recherche, l’œuvre de Grison a été considérable. Il a beaucoup agi pour la renommée et le prestige de l’École polytechnique, ce qui s’est manifesté de façon plus évidente après son départ à la retraite : fondation de la SABIX, travail d’historien. Il était passionné par son École. Mais on trouvera quantité d’ouvrages portant sur tel ou tel aspect de son action et je voudrais me restreindre à trois d’entre eux : son action vis-à-vis des élèves, celle vis-à-vis des enseignements et du corps enseignant, et enfin la grande entreprise qu’il sut initier pour introduire une diversification dans l’enseignement sans déroger à la mission de l’École. Une raison est que ces sujets étaient doublement proches de nos activités, à Michel Métivier et moi, tant comme enseignants que comme représentant nos collègues au Conseil d’administration.

40Bien entendu, il accomplit une œuvre considérable avec le Conseil d’enseignement, organisme consultatif hautement compétent au plan scientifique, avec lequel il élabora quantité de projets et de réalisations que l’on pourra lire par ailleurs.

1. Grison et les élèves

41Bien entendu sa première préoccupation fut de ramener le calme chez les élèves au sujet de la densité trop lourde de l’enseignement. Il avait coutume de beaucoup parler avec les élèves, tant individuellement qu’en petits groupes ou avec les délégués de matières. Tous ont noté son extrême courtoisie, son écoute attentive des élèves. Il notait et méditait tout ce qu’il entendait. En cela, plusieurs personnes ont pu dire, très amicalement, qu’il était plus offensif et débatteur avec les enseignants qu’avec les élèves.

42Le problème de l’engorgement de l’emploi du temps fut, évidemment, réglé temporairement en raccourcissant de 15 à 20 % le nombre de blocs attribué à chaque module, étant bien entendu qu’une solution permanente serait mise en place par le conseil d’enseignement en temps opportun.

Michel Métivier (album de la promotion 1978)

Michel Métivier (album de la promotion 1978)

© Collection École polytechnique

43Il avait instauré un lieu et un horaire de rencontre, libre, dans le bâtiment des commandants de promotions, entre le grand hall et les logements des élèves. Dans un bureau simple mais personnel, il recevait les élèves librement et sans contrainte, à des heures données, pour des conversations dont le sujet était ouvert. Il a certes fallu un certain temps pour que ce système démarre, et j’ai moi-même parfois profité de ces moments pour m’entretenir avec lui en m’assurant que je ne privais personne.

44Peut-être plus intéressant, mais évidemment un peu confidentiel, est ce qui concerne les problèmes personnels d’élèves en difficulté, pour quelque raison que ce soit. Il savait écouter et conseiller avec une patience et une gentillesse infinie ; orienter les élèves dans les cas médicaux ; mais surtout réfléchir à des solutions de transition dans des moments de crise aigus où une décision toute faite risquait de compromettre l’existence et la carrière de l’élève à plus long terme. Grison m’a, par exemple, demandé soit de m’entretenir moi-même avec tel ou tel élève, et de lui en rendre compte ou d’intervenir dans un sens favorable lors de jurys de passage lorsque la cause de défaillance dépassait largement un simple problème de paresse, mais des questionnements personnels profonds de ces jeunes gens.

45Grison, sur ces plans a connu une réussite dont on ne mesure pas l’importance. Certes elle ne nous a pas épargné quelques drames douloureux, mais, sur ce plan, son action et celle de son successeur ont été opposées.

2. Grison et le corps enseignant

46Deux questions principales se posaient sur le corps enseignant.

Enseignants à plein temps

47La première est celle du petit nombre d’enseignants à plein temps. En effet, enseigner à plein temps, dans un département scientifique (la question est différente dans le département des langues) signifie faire son travail de recherche dans un laboratoire de l’X. À Paris, la question se posait complètement différemment. À Palaiseau, les temps de déplacement, ne serait-ce qu’à Orsay ou Saclay, ne sont pas compatibles avec une vie d’enseignant – chercheur. Sur ce plan Grison fit beaucoup de tentatives, j’en ai été témoin. Certaines consistaient à donner un statut un peu plus intéressant aux enseignants à plein temps qu’aux mi-temps. Mais ces derniers cumulaient, ce qui était un avantage considérable dont l’administration n’a jamais trouvé la solution (pas d’arme stratégique miracle !). Là se trouvait le véritable problème qui, à ma connaissance n’a jamais été résolu de façon globale satisfaisante et pérenne ; sur cette question, on ne doit pas se cacher les yeux. Ce problème s’est posé différemment d’une discipline à l’autre. En Mathématiques, le centre Laurent Schwartz représente un pôle d’attraction scientifique de haute valeur, de nombreux chercheurs sont attirés pas ce centre, la répartition des enseignants externes-internes est certainement plus équilibrée qu’ailleurs. En physique, dans beaucoup de cas l’équation est insoluble. Certes on trouve de bons enseignants parmi les chercheurs d’un laboratoire de l’École, mais le fait de faire venir à Palaiseau un chercheur expérimental avec tout son équipement et ses collaborateurs est souvent utopique. Or le vivier des enseignants à temps partiel non-résidents est quantitativement et donc, en moyenne, qualitativement, très supérieur à celui des enseignants résidents.

48Grison imagina, cependant, une règle qui permettait de faire face partiellement à ce problème et à un autre : le « vieillissement » des enseignants trop anciens (problème difficile à régler à l’intérieur d’un département). Grison imagina ce qu’on appelle la « règle des douze ans ». Il s’agissait de restreindre la durée totale d’exercice d’un maître de conférences (maintenant appelé professeur chargé de cours) à temps partiel, à douze années : un premier contrat probatoire de deux ans, suivi par deux contrats de cinq ans. Cette règle ne s’appliquait pas aux professeurs ni aux chefs de travaux pratiques. On imagine que la mise en œuvre de cette règle suscita bien des discussions parmi les enseignants. Je me souviens d’ailleurs de la conversation que nous eûmes, Métivier et moi, avec Grison et Déjou, pour préparer le conseil d’administration où cette mesure devait être adoptée. La mesure était bonne, lui trouver trop d’exception écrites la vidait de son sens, mais fallait-il encore que nous, représentants de nos collègues, leur fassions un compte rendu qui ne nous fasse pas lyncher. Dans l’atmosphère franche et compréhensive qui régnait, une poignée de « sauf cas exceptionnel », distribués çà et là dans le texte, permit d’aboutir à une solution que maintenant tous acceptent (ou presque : bien entendu, un système de tricheries a été trouvé çà et là, mais qu’y peut-on sinon retrouver une Direction désagréable ?)

Nombre d’enseignants par matière

49La question du nombre total d’enseignants d’un département posa et pose toujours un problème. Simple au début, à cause de la simplicité relative de la répartition des enseignements en modules et enseignements expérimentaux, elle se compliqua lorsque la diversification des enseignements s’accrut notablement et que de nouvelles disciplines firent leur apparition (biologie et informatique notamment). Le désordre provoqué par la diversification ne fut heureusement pas à l’ordre du jour pendant les six années de direction de Grison, en grande partie grâce à sa prudence. Par la suite, il est arrivé que cela prenne des proportions comiques, mais ce n’est pas là mon propos.

3. L ’évolution de l’enseignement : la diversification

50Sur le plan du contenu de l’enseignement, Grison était assez traditionaliste pro-tronc commun, et, tout en comprenant la nécessité d’une évolution vers des enseignements plus diversifiés et l’introduction de disciplines nouvelles, il était prudent.

Physique III et l’entrée de la biologie

51Un coup de chance nous permit de faire un premier exploit. Le troisième module de physique, physique III ; enseigné en début de troisième année était consacré à l’électromagnétisme, et enseigné par un collègue de bonne réputation scientifique mais de mauvais caractère. Après une altercation en réunion de département de physique, il décida brutalement de mettre un terme à son contrat de professeur (à plein temps !). Pour le remplacer, et étant donné le côté peu attractif du sujet, deux collègues proposèrent de faire deux cours différents, l’un sur l’électromagnétisme axé sur les plasmas, l’autre sur la physique des matériaux, science très à la mode. Grison accepta, à condition, bien entendu, que le correcteur soit le même, pour ne pas prêter le flanc à une quelconque injustice sur le classement. Cela ne posait pas de problème. Mais un ou deux ans plus tard, ces collègues eurent l’idée de diversifier cet enseignement un peu plus en y introduisant une option de… Biologie ! Le professeur de biologie était plus que ravi de cette proposition ! Mais Grison fit la moue à cause du sacro-saint classement. Or, l’un de nos collègues, et des plus brillants, Maurice Guéron (X1954), avait commencé sa carrière chez Ionel Solomon en travaillant sur la physique du solide, puis avait fait une reconversion spectaculaire et réussie en biologie ! La proposition fut que Maurice Guéron devienne l’unique correcteur d’une composition à triple choix : électromagnétisme, matériaux, biologie. Et Grison fut satisfait, tout en ajoutant, comme à son habitude : vous en prenez le risque, je ne veux pas de réclamation sur le classement.

52Et bien, tout se passa bien, je ne sais pas combien d’années Maurice Guéron a corrigé cette triple épreuve, mais à la fois la diversification et la biologie venaient d’être introduites !

53À l’heure actuelle, avec la diversification quasi-totale de la réforme X-2000 (que le rédacteur de ce texte eut l’honneur de rédiger et de faire approuver par la commission qu’il présidait sur le sujet) ce genre de question ne se pose plus : on fait appel aux statisticiens pour établir si les résultats sont vraisemblables, et on rectifie dans un sens ou dans l’autre, ceux qui semblent ne pas l’être (le Conseil d’État n’a jamais été saisi de ce problème).

Les enseignements de synthèse ou d’approfondissement

54Là-dessus, Michel Métivier eût une idée de génie. Il me propose en 1982 de raccourcir d’une semaine nos enseignements de tronc commun de première année, de dégager une période de quatre semaines au mois de juin, et d’en faire une période d’enseignement libre où chaque élève choisirait l’enseignement d’un « cas scientifique », c’est-à-dire d’un thème où plusieurs des disciplines enseignées aux élèves interviendraient simultanément. Il proposait le nom d’« enseignement de synthèse ». Les élèves seraient en groupes (volontaires) d’une quinzaine, et les enseignants intéressés par l’aventure proposeraient ainsi une vingtaine de thèmes. Pour ma part, je choisis de faire un enseignement sur la résonance magnétique nucléaire, de la physique donc, de la mécanique et de la physique statistique, avec une importante contribution des mathématiques, de l’informatique et de la chimie, et d’innombrables applications tant industrielles, qu’en physique, en chimie, en biologie, et en médecine (IRM). Je faisais quelques cours d’explications, j’étais disponible en permanence, nous avions des discussions de groupe. Les élèves choisissaient chacun (en binômes) un sujet de leur choix, ils sont ainsi allés dans les laboratoires de l’X, à l’Onera, mais aussi à Gif-sur-Yvette, à Saclay, à l’Institut Pasteur. Et l’examen était simple : ils devaient m’expliquer, avec un rapport écrit et oral, ce qu’ils avaient fait, ce qui les avait intéressés, ce qu’ils ne comprenaient pas… Je n’ai peut-être jamais appris autant de choses sur un sujet (et j’ai continué pendant des années sur d’autres sujets). Grison, enthousiaste, avait posé que les notes ne compteraient pas pour le classement, tout en répétant que nous prenions nos risques. Tout se passa dans l’enchantement.

55Ce fut la première véritable opération d’un enseignement pluridisciplinaire diversifié. Les élèves s’appropriaient ces connaissances. Ils étaient contents. Ces enseignements ont perduré : ils se sont transformés en « enseignements d’approfondissement », et ont engendré les « majeures », puis les véritables enseignements diversifiés de la réforme X-2000. Encore une fois, cette merveilleuse symbiose entre nos idées et la clarté de la pensée de Grison avait engendré de belles choses.

Quelques remarques finales

56Emmanuel Grison m’a laissé un souvenir heureux. Nous nous parlions franchement et toujours avec une extrême courtoisie. Il m’a, sur ce point comme sur tant d’autres, beaucoup appris et rempli de la joie d’apprendre. Nous avons toujours été en accord, même dans les moments où mes fonctions m’imposaient d’expliquer, par ailleurs, pourquoi le corps enseignant pouvait être surpris par ses décisions. Parallèlement, il nous faisait confiance pour les innovations pédagogiques dont nous pensions qu’elles pouvaient faire progresser l’École. Ce fut un merveilleux moment. Je le savoure encore comme un très beau passage de ma vie. Emmanuel Grison était un grand humaniste. J’ai été témoin que son attitude résolue et courageuse, avec l’appui et l’amitié du Président Alexis Déjou, l’aide constante et méticuleuse de Raymond Servières, et, bien entendu, la complicité si belle et intelligente du Général Saunier, a sauvé l’École polytechnique d’un naufrage. Il a été l’âme de cette résurrection.

57Comme il l’a écrit lui-même : « Cette bonne entente, qui se poursuivit avec le général Guillon, successeur de Saunier, n’allait pas, hélas, de soi et ne survécut guère : elle a résulté, de 1978 à 1984, d’une conjonction exceptionnelle (…) dont j’ai largement profité. Elle a fait que ces dernières années de ma vie professionnelle ont été pour moi les plus gratifiantes. » Il est vrai que les changements de personnalités après son départ n’ont pas toujours mené à l’harmonie réclamée par la commission Pasquet. Rapidement, le poste de DER, qui avait bel et bien été créé pour Grison, disparut lors de tourbillons ultérieurs.

58Certes l’École a connu des hauts et des bas avec les successeurs de ce quatuor. Mais je tiens à mentionner, pour conclure, l’action fondamentale d’une personnalité qui a su comprendre et déterminer ce que devaient être les destinées de l’École polytechnique, il s’agit de Bernard Esambert, qui a succédé à Alexis Déjou en 1985 comme président du Conseil d’Administration. Celui-ci, un homme d’exception sur tous les plans, un véritable humaniste du monde contemporain, d’une prodigieuse intelligence, a véritablement pensé l’École polytechnique, il a su définir et instaurer quantité d’autres améliorations. Il a su placer l’X sur une orbite du xxie siècle. Je souhaite profondément que tout ce qu’il a fait, après le « sauvetage » fait par Grison, persiste le plus longtemps et le plus authentiquement possible. Sous sa présidence, ce sont les années de ma vie professionnelle personnelle à l’X qui ont été pour moi les plus gratifiantes, je l’en remercie.

Bernard Esambert, Pierre Vasseur, Jean-Louis Basdevant

Bernard Esambert, Pierre Vasseur, Jean-Louis Basdevant
Haut de page

Notes

1 On peut trouver une très belle interview du général Saunier sur http://www.dailymotion.com/video/xovjk3

Haut de page

Table des illustrations

Crédits © Collection École polytechnique
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/1705/img-1.png
Fichier image/png, 229k
Titre Louis Leprince-Ringuet et Bernard Grégory réunis sur les toits des laboratoires de l'École pour la nomination de ce dernier à la direction du CERN
Crédits © Collection École polytechnique
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/1705/img-2.png
Fichier image/png, 267k
Titre Piatier, Schwartz, Grégory
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/1705/img-3.png
Fichier image/png, 49k
Titre Laurent Schwartz et Louis Leprince-Ringuet
Crédits © Collection École polytechnique fonds Leprince-Ringuet
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/1705/img-4.png
Fichier image/png, 235k
Titre Le général Jacques Saunier
Crédits © Collection École polytechnique
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/1705/img-5.png
Fichier image/png, 272k
Titre Le général Guillon lors du pot de départ en retraite d'Emmanuel Grison
Crédits © Collection École polytechnique
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/1705/img-6.png
Fichier image/png, 174k
Titre Michel Métivier (album de la promotion 1978)
Crédits © Collection École polytechnique
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/1705/img-7.png
Fichier image/png, 112k
Titre Bernard Esambert, Pierre Vasseur, Jean-Louis Basdevant
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/1705/img-8.png
Fichier image/png, 176k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Louis Basdevant, « Emmanuel Grison, directeur de l’Enseignement et de la Recherche à l’École polytechnique », Bulletin de la Sabix, 59 | 2016, 61-73.

Référence électronique

Jean-Louis Basdevant, « Emmanuel Grison, directeur de l’Enseignement et de la Recherche à l’École polytechnique », Bulletin de la Sabix [En ligne], 59 | 2016, mis en ligne le 23 juillet 2018, consulté le 22 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/sabix/1705

Haut de page

Auteur

Jean-Louis Basdevant

Professeur honoraire à l’École polytechnique, Jean-Louis Basdevant est ancien élève de l’École normale supérieure (1958). Directeur de recherche au CNRS, Il a été nommé Maître de conférences à l’X en 1969, puis Professeur en 1979. Il a notamment enseigné le cours de Tronc commun de Mécanique quantique de 1977 à 2004. Il a présidé le Département de physique de 1992 à 2004, et a été membre du Conseil d’administration pendant 20 ans entre 1977 et 2002. Passionné d’histoire des sciences, il a notamment écrit des textes remarqués sur les savants polytechniciens Henri Becquerel et Augustin Fresnel.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© SABIX

Haut de page
  • Logo SABIX
  • OpenEdition Journals