Navigation – Plan du site
Travaux d'histoire et archives

Emmanuel Grison, historien

Patrice Bret
p. 77-84

Texte intégral

  • 1 Dans Jean-Paul Charnay (dir.), Lazare Carnot ou le Savant-citoyen, Paris, Presses de l’Université d (...)

1C’est au colloque Lazare Carnot ou le savant-citoyen, organisé par Jean-Paul Charnay à la Sorbonne en janvier 1988, qu’Emmanuel Grison eut son baptême du feu d’historien. Il y présenta sa première communication historique dans un cadre universitaire : « Lazare Carnot, fondateur de l’École polytechnique »1. Ce n’était pas encore un travail de recherche personnelle, mais déjà une analyse et non un énième récit mythique. Plutôt que de se contenter de répéter ce que l’on savait, Grison y confrontait la « version canonique » d’Ambroise Fourcy, sous la Restauration (1827), à la tradition historiographique polytechnicienne forgée jusqu’au centenaire de l’École, en 1894, sous la présidence de Sadi Carnot.

Lazare Carnot

Lazare Carnot

© Collection École polytechnique

2Ce fut l’occasion d’un déjeuner à quatre dans un bistrot parisien, avec notre ami commun, le chercheur canadien Jɑ̄nis Langins, et Jean Dhombres. Chacun à sa manière, Dhombres, Langins et Grison étaient acteurs du renouveau d’une histoire de Polytechnique en pleine effervescence à la veille des commémorations du bicentenaire de la Révolution française et de celui de l’École. Directeur du laboratoire d’histoire des sciences du CNRS (UPR 21) et président de la Société d’histoire des sciences et des techniques, Dhombres avait donné une réédition critique de l’Histoire de l’École polytechnique de Fourcy (Belin, 1987). Auteur d’une thèse de l’université de Toronto sur les origines de l’École, Langins avait laissé un manuscrit inédit sur les « cours révolutionnaires » des premiers mois de l’École. Enfin, à la retraite depuis trois ans, Grison s’en était emparé avec enthousiasme pour en faire préparer l’édition à l’École et le publier sous le titre La République avait besoin de savants (Belin, 1987). En son titre d’ancien directeur de l’enseignement et de la recherche (DER), il y ajouta une préface, qui échappe pourtant à la simple présentation institutionnelle de rigueur pour devenir un manifeste en faveur d’une histoire critique dégagée des seules épopées et grandes figures de polytechniciens et fondée sur les archives inexploitées. Assurément, la lecture du travail de Langins fut un moment fondateur dans le parcours d’historien de Grison.

  • 2 Voir ci-dessus le chapitre « Pour les sciences », par Christian Marbach.

3Emmanuel Grison était-il déjà historien ? Sans doute pas, malgré un goût pour l’histoire profondément ancré dans sa culture d’honnête homme. Etait-il historien des sciences ? Moins encore : sa carrière scientifique était ancrée dans l’histoire immédiate, au Service des poudres puis à Saclay2, et durant sa direction à Polytechnique, il ne concevait guère la recherche que dans les sciences mathématiques et physiques. Mais il apprit tardivement à devenir les deux en allant au-delà de son intérêt double, et pour l’histoire de l’École polytechnique et pour celle de sa discipline.

Un historien polytechnicien face à la singularité polytechnicienne

  • 3 Professions libérales réglementées ayant leurs propres instances de contrôle, à l’instar des métier (...)
  • 4 Bien sûr, non seulement il existe des exceptions dégagées de ce carcan corporatiste, mais lorsque c (...)

4La retraite est propice à un retour réflexif sur le passé. Le plus souvent, il s’agit moins, pour le retraité épris d’un passé qu’il entend familiariser, de faire œuvre d’historien que d’enraciner sa carrière professionnelle dans un temps plus long et de transcender son histoire singulière en l’inscrivant dans l’histoire collective de l’institution. Cette histoire mémorielle, commune à de nombreuses professions corporées3 – en particulier les médecins et les pharmaciens – et spécialement aux grandes écoles et grands corps techniques de l’État, n’est généralement celle des historiens, ni dans sa finalité, ni dans sa méthodologie : il s’agit souvent moins de produire des analyses historiques que de pérenniser des mythes fondateurs et une histoire mémorielle, de rechercher de grands ancêtres et des héros dans une filiation valorisante4.

5En ce domaine, l’École polytechnique ne manque certes ni d’un passé glorieux ni de figures tutélaires, depuis les fondateurs jusqu’aux premiers élèves savants. Ainsi, c’est sur Arago, l’un de ces héros polytechniciens, que Grison se pencha d’abord. Sans faire œuvre d’historien, il entendait alors mieux faire connaître le polytechnicien savant et politique, à l’occasion du bicentenaire de sa naissance, en donnant une réédition révisée et annotée de biographie d’Arago par Maurice Daumas, dans la collection « Un savant, une époque », dirigée par Dhombres, avec une postface de Charles Gillispie (Belin, 1987).

  • 5 Paul Veyne, Comment on écrit l’histoire. Essai d’épistémologie, Paris, Seuil, 1971 (éd. 1978, p. 85

6Esprit curieux et fin, doté d’une grande culture générale, Grison souhaitait ainsi développer l’histoire de l’École et des polytechniciens. Mais de quelle histoire s’agit-il ? « Est historique ce qui n'est pas universel et ce qui n'est pas singulier », écrit Paul Veyne, qui ajoute « L'historien est le naturaliste des événements ; il veut connaître pour connaître, or il n'y a pas de science de la singularité5. » Quid, alors, de la singularité polytechnicienne, que le polytechnicien Grison avait pu vivre et analyser au présent, tour à tour sous l’angle de l’étudiant, du professeur et du DER – comme acteur et comme témoin, donc – et mesurer depuis l’École polytechnique fédérale de Zurich ou MIT ? À bien des égards, elle appartient nécessairement davantage à la mémoire de l’institution qu’à son histoire, et à la subjectivité du vécu plutôt qu’à l’objectivité supposée de l’analyste du passé.

7Au reste, l’histoire est un terme polysémique. Parler de la grande histoire et la petite histoire ne suffit à rendre compte de ce qu’est l’histoire des historiens, si tant est que celle-ci existe. Mouvante et façonnable – voir fashionable, avec des modes de focus et d’écriture – l’histoire réside moins dans l’objet que dans la méthode. La « Nouvelle histoire », la micro storia, l’histoire environnementale, l’histoire globale, celle de la culture matérielle varient les regards, sinon le métier d’historien. Le Roy Ladurie avec son Histoire du climat depuis l’An mil et Montaillou, village occitan ou Daniel Roche avec son Histoire des choses banales ont contribué à brouiller les territoires de l’historien. Car, dit encore Paul Veyne, « les faits n’existent pas isolément » et il revient aux historiens de tisser et de raconter « des intrigues, qui sont comme autant d’itinéraires qu'ils tracent à leur guise à travers le très objectif champ événementiel. » L’histoire est donc une construction sociale et humaine, éminemment subjective, aux prises avec des faits tenaces qui relèvent d’une objectivité illusoire au-delà de la vérification à laquelle il est convenu d’accéder par le croisement des sources, pour l’auteur qui prétend à une scientificité humaine comme pour le lecteur qui entend interroger le degré de véracité et de légitimité de l’intrigue. C’est en acceptant de se plier à cette méthodologie – gymnastique complexe pour un scientifique – au prix d’enquêtes minutieuses pour « inventer » des faits, c’est-à-dire pour leur donner une existence en tissant ses intrigues, que Grison est devenu historien et même, au prix, parfois, de la mise en bandoulière des vérités scientifiques de son temps, historien des sciences. Et l’invention lui devint bientôt naturelle par l’immersion dans les archives et la lecture enthousiaste d’Arlette Farge (Le goût de l’archive, 1989)…

8Le polytechnicien/historien amateur aurait pu s’arrêter là, veillant au salut de l’empire et de la mémoire polytechnicienne. Il lui suffisait de préparer le bicentenaire en créant et dirigeant, à la demande de son successeur Maurice Bernard, la SABIX dont le premier bulletin sortit au mois de juin de cette même année 1987, entre le Langins en janvier, le Fourcy en février et l’Arago en novembre… Il s’efforça de faire vivre la jeune société et son bulletin en contribuant aussi par un grand nombre d’articles.

Arago

Arago

© Collection École polytechnique

  • 6 E. Grison, « François Arago et l’École polytechnique », Bulletin de la Société des amis de la bibli (...)
  • 7 E. Grison, « Monge et Berthollet, pères-fondateurs de l’École polytechnique », SABIX n° 24 (2000), (...)
  • 8 SABIX n° 23 (2000).
  • 9 La bibliothèque de l’École ne possédait même pas la biographie de Guyton par Georges Bouchard (1938 (...)
  • 10 E. Grison, « Les officiers du génie, professeurs de fortification à l’École polytechnique (1794-181 (...)
  • 11 E. Grison, « Les premières attaques contre l’École polytechnique (1796-1799). La défense de l'École (...)
  • 12 E. Grison, « Claude Crozet (1789-1864) ou la carrière d'un polytechnicien aux États-Unis », SABIX, (...)
  • 13 E. Grison, « L’École de Monge et les Arts et Métiers », SABIX, n° 21 (1999), p. 1-19.

9Les uns concernaient encore d’éminents polytechniciens – Arago à nouveau6 – ou à nouveau les pères-fondateurs, soit à l’occasion du colloque commémoratif, comme le 250e anniversaire de la naissance de Berthollet en 19987, soit à propos de la série des portraits officiels commandés en 18628, mais avec un recul critique sur son objet : maintenant Napoléon Ier, que le Second Empire n’avait pas manqué d’associer aux fondateurs de 1794, Grison justifiait le choix par les textes de 1799 et 1804 sur l’articulation avec les écoles d’application et la militarisation ; il ajoutait aussi Guyton de Morveau, qui avait sombré dans les oubliettes de l’histoire de la chimie, de l’École et de la Révolution9. Mais Grison s’attacha aussi à faire surgir des personnages et des épisodes plus obscurs, en proposant tantôt de simples notices biographiques pour compléter des dossiers ou à l’occasion d’acquisitions de la bibliothèque10, tantôt de véritables études fouillées sur des faits signalés par Fourcy mais peu connus11, ou sur des polytechniciens qui avaient joué un rôle dans la diffusion de l’enseignement polytechnique, comme Crozet, le fondateur du Virginia Military Institute12. Parallèlement, il défrichait aussi des champs négligés par la tradition de l’École13. Ainsi, de colloque commémoratif en annonce d’acquisition d’ouvrages et d’archives, Grison a progressivement constitué son Panthéon personnel, essentiellement lié à l’École plus ou moins directement.

  • 14 SABIX, n° 12, 1994.

10Enfin, Grison apprit vite à se méfier des dictionnaires et de la littérature secondaire. Portant bientôt une attention particulière aux sources, comme il l’avait appris de Langins puis dans ses propres recherches, il édita notamment les procès-verbaux des premières séances du conseil de l’École, transcrits par le Colonel E.L. Dooley et révisés par lui-même, maintenant disponibles en ligne14.

11Outre ces divers articles, deux entreprises de plus longue haleine ont marqué l’ultime carrière de Grison et son entrée en histoire (la biographie de Hassenfratz) et en histoire des sciences (l’édition de la correspondance entre Guyton de Morveau et Kirwan).

Une intime relation avec les sources primaires : la correspondance Guyton de Morveau - Kirwan

12La dynamique de la recherche a conduit Grison à arpenter d’autres chemins que ceux de la mémoire et de l’histoire de Polytechnique. Au cours de ses recherches, Grison m’avait demandé quelques conseils pour une visite dans les Archives de Dijon. À son retour, il me signala un lot de lettres échangées entre Guyton de Morveau et le chimiste irlandais Kirwan, tournant autour de la question du phlogistique, principe du feu de la théorie de Georg Stahl que Lavoisier était en train de remplacer par celle de l’oxydo-réduction. Pour avoir déjà épluché tous les fichiers de la Bibliothèque municipale de Dijon relatifs à Guyton de Morveau (c’était avant les inventaires numériques !), comme un chercheur lambda, je ne manquai pas d’être surpris de cette découverte. L’ancien directeur de l’enseignement et de la recherche de Polytechnique avait pris rendez-vous avec le conservateur en chef de la bibliothèque et celui-ci lui avait signalé cet ensemble, légué en 1973, mais non encore inventorié et donc toujours invisible au chercheur.

13Grison avait alors surtout trouvé « amusants » ces échanges épistolaires riches en anecdotes sur le travail de laboratoire à la fin du siècle des Lumières et en discussions, très sérieuses pour les correspondants, mais assez plaisantes pour un chimiste du xxe siècle autour d’une chimie dans laquelle le phlogistique tenait une place centrale. Il avait néanmoins flairé qu’il y avait sans doute matière à un travail de mémoire de maîtrise. Il nous apparut bien vite qu’il s’agissait en fait d’un objet exceptionnel qui méritait une édition critique pour laquelle il proposa à Michelle Goupil, spécialiste de Berthollet et secrétaire générale du Comité Lavoisier de l’Académie des sciences, de se joindre à nous.

Louis-Bernard Guyton de Morveau

Louis-Bernard Guyton de Morveau

© Collection École polytechnique

  • 15 E. Grison, M. Goupil, P. Bret, « La correspondance inédite entre Kirwan et Guyton de Morveau », in (...)

14Tels les membres du groupe de l’Arsenal tenant en 1787 des « conférences » pour examiner la traduction de l’Essai sur le phlogistique de Kirwan par Madame Lavoisier et réfuter le contenu de cette ultime défense d’une théorie désormais obsolète, nous eûmes des réunions régulières chez chacun d’entre nous pour vérifier nos transcriptions et nous répartir le travail d’annotation des lettres – sur le modèle de René Taton pour la Correspondance de Lavoisier – en fonction des disponibilités et spécialités de chacun. Ayant un accès facile à la bibliothèque de l’École polytechnique, Grison pouvait par exemple aisément faire les recherches nécessaires dans les Philosophical Transactions de la Royal Society de Londres. Mais germaniste accompli, il se chargea aussi des nombreuses sources allemandes, en particulier les Chemische Annalen de Crell, qu’il consultait à la bibliothèque centrale du Muséum. Au fur et à mesure de la lecture minutieuse des lettres et de la fréquentation assidue des journaux savants et autres ouvrages de l’époque, il sut mettre de côté ses connaissances chimiques pour n’en conserver que sa propre capacité à mieux appréhender la chimie en mutation des années 1780. Nous rédigeâmes ensemble une communication qu’il présenta au nom des trois auteurs au colloque Lavoisier, ses collaborateurs et la révolution chimique, tenu à l’École polytechnique en décembre 1989 et qu’il fit éditer par la SABIX en 199215.

  • 16 E. Grison, M. Goupil, P. Bret (éd.), A scientific Correspondence during the Chemical Revolution : L (...)
  • 17 Il intégra ensuite les équipes chargées sous ma direction de l’édition des volumes 6 (1997) et 7 (2 (...)

15La correspondance aurait sans doute pu être également éditée par la SABIX, mais, désormais totalement convaincu de son importance et désireux de lui donner la plus large diffusion, Grison souhaita la publier dans le monde anglo-saxon. Par l’intermédiaire de Charles Gillispie, il obtint l’assurance d’une publication de la correspondance, rédigée et annotée en français, dans les Berkeley Papers in History of Science. Le moment venu, il jugea cependant préférable de faire traduire l’introduction en anglais, tâche à laquelle Jɑ̄nis Langins eut l’extrême amabilité de se consacrer avec talent. Par reconnaissance pour le statut d’« inventeur » de la source, il fut décidé que la signature d’Emmanuel Grison précèderait celle de Michelle Goupil, chargée de recherche au CNRS et secrétaire générale du Comité Lavoisier de l’Académie des sciences, et le mien, obscur professeur de lycée associé à l’UPR 21 du CNRS. L’édition fut finalement repoussée – au profit de l’inventaire de la correspondance de Laplace par Roger Hahn – par suite d’un changement de direction de l’OHST de Berkeley. Fâcheux contretemps pour Michelle Goupil, puisque la publication n’intervint finalement qu’à l’automne 199416, un an et demi après son décès précoce, le 19 février 1993, au moment d’achever la publication du volume 5 de la Correspondance de Lavoisier, à laquelle Emmanuel Grison avait apporté un concours ponctuel avant de contribuer très activement aux volumes suivants17.

Lavoisier

Lavoisier

© Collection École polytechnique

L’approche biographique : Hassenfratz, méconnu, inconnu, revisité

  • 18 Dans M. Goupil, avec la collaboration de F. Masson et P. Bret (dir.), Lavoisier et la Révolution ch (...)
  • 19 Voir plus bas « Grison et Hassenfratz. Un cahier perdu et retrouvé », par Olivier Azzola et Christi (...)

16La publication de la correspondance Guyton – Kirwan étant prête depuis trois ans, Grison avait poursuivi ses travaux sur Hassenfratz commencés pour sa communication personnelle sur « Hassenfratz et Lavoisier » au colloque Lavoisier de l’École polytechnique18. À l’instar de Michelet, qu’il citait volontiers, ou d’Alain Decaux, Grison laissait sans doute une place à l’affect dans les relations avec ses interlocuteurs comme avec les personnages qu’il découvrait au fur et à mesure de ses enquêtes. À priori, il n’éprouvait guère d’empathie pour la figure d’Hassenfratz, à la réputation d’ultra-révolutionnaire débraillé, de savant brouillon de seconde zone et de professeur peu apprécié – l’antithèse de sa vision de la recherche et de la pédagogie. L’idée de lui consacrer une biographie est née du désir de comprendre pourquoi un tel personnage avait été nommé premier professeur de physique de l’École et pourquoi la mémoire polytechnicienne l’avait totalement occulté19.

  • 20 Il élargissait ainsi sa galerie de portraits pour esquisser les réseaux de Hassenfratz : E. Grison, (...)

17Longtemps décriée par les historiens – avant un renouveau assez récent – l’approche biographie est toujours utile lorsqu’elle envisage des personnages peu connus en les replaçant dans leurs contextes et en analysant de près les réseaux personnels, si importants avant la professionnalisation de la science, à une époque où il n’existait pas encore de cursus scientifique. Dans l’entreprise d’envergure à laquelle il s’attela dès 1990, Grison comprit vite la nécessité d’un travail de fond, n’utilisant plus les notices de dictionnaires qu’avec la plus grande précaution et surtout comme des pistes de la recherche pour trouver des sources variées qui puissent être croisées, des archives institutionnelles et personnelles, notamment les correspondances qui permettent de définir des réseaux et présentent une richesse inestimable d’informations directes ou indirectes20.

18Dans les premiers temps, Emmanuel Grison tapait ses textes à la machine ou les faisait taper. Lui qui avait toujours bénéficié du soutien d’un secrétariat, il décida, vers 1994, d’utiliser lui-même un ordinateur et un traitement de texte, puis le courrier électronique. Avec patience et modestie, de 1990 à 1996, il envoyait régulièrement ses chapitres et ses articles et sollicitait l’avis des spécialistes de chaque question. Privilégiant toujours les discussions de vive voix, il préparait soigneusement des séries de questions de sa belle écriture régulière.

Couverture de la publication de la correspondance Guyton de Morveau et Richard Kirwan (1994)

Couverture de la publication de la correspondance Guyton de Morveau et Richard Kirwan (1994)
  • 21 E. Grison, « Hassenfratz, Carny et Lavoisier dans la compétition pour la fabrication de la soude ar (...)

19Parallèlement, Grison publia des articles sur des aspects non liés à l’École polytechnique dans des revues historiques internationales21. L’invitation à présenter ses travaux dans un séminaire à l’Institut d’histoire de la Révolution française, le 5 février 1994, fut pour lui une forme de reconnaissance. Il n’était plus simplement préfacier ou éditeur, ni même acteur d’un travail collectif, mais reconnu comme un historien effectuant une recherche originale autonome.

20Malgré une certaine empathie, finalement, pour Hassenfratz, Grison avait peu de considération pour lui, mais tenait à réparer l’injuste oubli dans lequel l’École polytechnique l’avait laissé et à retracer la complexité de l’itinéraire social, scientifique et politique. Loin d’en faire un héros, il a peut-être sous-estimé l’importance de la Sidérotechnie de Hassenfratz (1812, 4 vol. ), et de sa participation à la majeure partie du Dictionnaire de physique de l’Encyclopédie méthodique et des planches relatives à a métallurgie du Dictionnaire de chimie. Publiée par les Presses de l’École des mines en 1997, objet de recensions dans des revues internationales d’histoire des sciences comme Ambix ou Annals of Science, la biographie de Hassenfratz est devenue un texte de référence qui a profondément modifié l’image que l’on pouvait avoir de lui.

  • 22 C’est alors aussi qu’il esquissa les portraits de membres de sa famille (son frère Michel, égalemen (...)
  • 23 E. Grison, « Souvenirs d'un témoin actif à l’École polytechnique en mai 1968 » SABIX, n° 46, 2010.

21Après avoir longtemps résisté à mes sollicitations, l’ancien ingénieur des poudres qu’était Emmanuel Grison accepta de participer à mon séminaire « Armes et armements » à l’École militaire, dans le cadre du Centre d’études d’histoire de la Défense (CEHD) et du Département d’histoire de l’armement attaché au Centre des hautes études de l’armement (CHEAr/DHAr). Il lui parut important de terminer cette ego-histoire pudique – qu’il refusa de publier mais fut heureux d’écrire – par sa carrière en histoire des sciences, comme si elle venait accroître la cohérence et boucler la boucle de son itinéraire d’ingénieur et d’enseignant. Je l’encourageai vivement à écrire ses mémoires, mais, par modestie, il n’entendait laisser de traces que pour sa famille22, hormis la question de Polytechnique en mai 196823, non plus comme historien, mais comme mémorialiste, car les deux approches sont par nature inconciliables. Les historiens peuvent construire et appréhender une vérité qui échappe au singulier et lui conférer une forme de véracité en guise d’objectivité ; mais, par essence, le plus scrupuleux d’entre eux ne peut atteindre avec l’objet qu’il reconstruit le degré d’intimité que l’acteur et témoin entretient avec son passé.

  • 24 C’est ce genre de documents mixtes – qui sont d’une valeur inestimable comme clé et complément des (...)

22Avec la plus grande honnêteté, en revanche, l’acteur et témoin ne peut nécessairement – même au prix d’une exploitation ultérieure des sources primaires à l’instar de l’historien – produire qu’un objet mixte de mémoire et d’histoire, et ne livrer vraiment ni l’une ni l’autre, mais une source intermédiaire précieuse qu’il reviendra aux historiens du futur de revisiter pour « inventer » d’autres faits et tisser d’autres intrigues24.

Haut de page

Notes

1 Dans Jean-Paul Charnay (dir.), Lazare Carnot ou le Savant-citoyen, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 1990, p. 169-183.

2 Voir ci-dessus le chapitre « Pour les sciences », par Christian Marbach.

3 Professions libérales réglementées ayant leurs propres instances de contrôle, à l’instar des métiers corporés ou corporations d’Ancien Régime.

4 Bien sûr, non seulement il existe des exceptions dégagées de ce carcan corporatiste, mais lorsque cette approche est menée avec soin, elle peut aussi faire émerger des faits ou des individus qui peuvent attirer l’attention des historiens.

5 Paul Veyne, Comment on écrit l’histoire. Essai d’épistémologie, Paris, Seuil, 1971 (éd. 1978, p. 85)

6 E. Grison, « François Arago et l’École polytechnique », Bulletin de la Société des amis de la bibliothèque de l’École polytechnique (SABIX), n° 4 (mai 1989), p. 1-28

7 E. Grison, « Monge et Berthollet, pères-fondateurs de l’École polytechnique », SABIX n° 24 (2000), p. 13-20.

8 SABIX n° 23 (2000).

9 La bibliothèque de l’École ne possédait même pas la biographie de Guyton par Georges Bouchard (1938) : Grison avait emprunté mon exemplaire broché pour le faire reproduire (c’était avant internet et Google !) – et avait eu la délicatesse de me le rendre relié par les soins de l’École.

10 E. Grison, « Les officiers du génie, professeurs de fortification à l’École polytechnique (1794-1812) », SABIX n° 6 (juin 1990), p. 22-26 ; « Deux figures de l’ancienne École du Palais-Bourbon : [Raymond-Latour] le préparateur-chimiste de Fourcroy et [Peyrard] le bibliothécaire-philosophe », SABIX n° 20 (1999), p. 1-16.

11 E. Grison, « Les premières attaques contre l’École polytechnique (1796-1799). La défense de l'École par Prieur de la Côte-d'Or et Guyton de Morveau », SABIX, n° 8 (décembre 1991), p. 1-24.

12 E. Grison, « Claude Crozet (1789-1864) ou la carrière d'un polytechnicien aux États-Unis », SABIX, n° 6 (juin 1990), p. 3-9.

13 E. Grison, « L’École de Monge et les Arts et Métiers », SABIX, n° 21 (1999), p. 1-19.

14 SABIX, n° 12, 1994.

15 E. Grison, M. Goupil, P. Bret, « La correspondance inédite entre Kirwan et Guyton de Morveau », in M. Goupil, avec la collaboration de F. Masson et P. Bret (dir.), Lavoisier et la Révolution chimique. Palaiseau, SABIX- École polytechnique, 1992, p. 91-109. Bien qu’il ait également participé à l’édition, Emmanuel Grison ne souhaita pas figurer parmi les éditeurs.

16 E. Grison, M. Goupil, P. Bret (éd.), A scientific Correspondence during the Chemical Revolution : Louis-Bernard Guyton de Morveau and Richard Kirwan (17821802), Berkeley (Californie), Office for History of Science and Technology, University of California (coll. "Berkeley Papers in History of Science", 17), 1994.

17 Il intégra ensuite les équipes chargées sous ma direction de l’édition des volumes 6 (1997) et 7 (2012), contribuant toujours activement notamment sur les questions de chimie, avec Yves Noël.

18 Dans M. Goupil, avec la collaboration de F. Masson et P. Bret (dir.), Lavoisier et la Révolution chimique. Palaiseau, SABIX-École polytechnique, 1992, p. 333-353.

19 Voir plus bas « Grison et Hassenfratz. Un cahier perdu et retrouvé », par Olivier Azzola et Christian Marbach.

20 Il élargissait ainsi sa galerie de portraits pour esquisser les réseaux de Hassenfratz : E. Grison, « Baudin des Ardennes et son beau-frère, le Jacobin Hassenfratz », Le Pays sedanais, nouv. série n° 18 (1991), p. 129-140.

21 E. Grison, « Hassenfratz, Carny et Lavoisier dans la compétition pour la fabrication de la soude artificielle en 1790 », History and Technology, 10 (1993), p. 179-197.

22 C’est alors aussi qu’il esquissa les portraits de membres de sa famille (son frère Michel, également de la famille polytechnicienne) et de celle de sa femme (le saint-simonien Olinde Rodrigues). Voir plus bas, section « Portraits de famille », les textes qu’y consacre Christian Marbach.

23 E. Grison, « Souvenirs d'un témoin actif à l’École polytechnique en mai 1968 » SABIX, n° 46, 2010.

24 C’est ce genre de documents mixtes – qui sont d’une valeur inestimable comme clé et complément des archives pour les études ultérieures – que produisent par exemple les ingénieurs de l’armement réunis au sein du Comité pour l’histoire de l’armement terrestre (COMHArT) et du Comité pour l’histoire de l’aéronautique (COMAERO).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Lazare Carnot
Crédits © Collection École polytechnique
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/1712/img-1.png
Fichier image/png, 197k
Titre Arago
Crédits © Collection École polytechnique
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/1712/img-2.png
Fichier image/png, 275k
Titre Louis-Bernard Guyton de Morveau
Crédits © Collection École polytechnique
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/1712/img-3.png
Fichier image/png, 175k
Titre Lavoisier
Crédits © Collection École polytechnique
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/1712/img-4.png
Fichier image/png, 258k
Titre Couverture de la publication de la correspondance Guyton de Morveau et Richard Kirwan (1994)
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/1712/img-5.png
Fichier image/png, 284k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrice Bret, « Emmanuel Grison, historien », Bulletin de la Sabix, 59 | 2016, 77-84.

Référence électronique

Patrice Bret, « Emmanuel Grison, historien », Bulletin de la Sabix [En ligne], 59 | 2016, mis en ligne le 23 juillet 2018, consulté le 23 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/sabix/1712

Haut de page

Auteur

Patrice Bret

Patrice Bret, historien, chercheur honoraire au Centre Alexandre Koyré/EHESS-CNRSMNHN, secrétaire général du Comité Lavoisier de l’Académie des sciences, a surtout travaillé sur l’évolution des sciences et des techniques, notamment à partir du xviiie siècle et sur certaines communautés scientifiques. Il a ainsi apporté une contribution essentielle sur les vies et les travaux de certains fondateurs de l’École polytechnique (notamment les chimistes), ou sur l’expédition d’Égypte. Il fait partie des excellents connaisseurs des débuts de l’X et a accompagné le parcours de la Sabix depuis sa fondation.Président du Club d’histoire de la chimie (Société chimique de France), membre du comité de rédaction ou de lecture de plusieurs revues françaises et internationale, Patrice Bret a également été Directeur scientifique du Département d’histoire de l’armement au Centre des hautes études de l’armement (CHEAr/DHAr) de la Délégation générale pour l’armement (DGA), et exercé des fonctions exécutives au bureau du Comité national français d’histoire et de philosophie des sciences (CNFHPS), de la Société française d’histoire des sciences et des techniques (SFHST) et de l’International Committee for the History of Technology (ICOHTEC). Éditeur de la correspondance de Lavoisier et de celle de Guyton de Morveau, auteur ou éditeur de plusieurs ouvrages personnels ou collectifs et de plus de 200 articles, il a longuement collaboré avec Emmanuel Grison.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© SABIX

Haut de page
  • Logo SABIX
  • OpenEdition Journals