Navigation – Plan du site

AccueilNuméros59Travaux d'histoire et archivesGrison et Hassenfratz

Travaux d'histoire et archives

Grison et Hassenfratz

Un cahier perdu et retrouvé
Olivier Azzola et Christian Marbach
p. 109-118

Texte intégral

1En 2012, la SABIX a fait l’acquisition à Paris, pour l’offrir à la bibliothèque de l’École polytechnique, d’un manuscrit de Jean-Henri Hassenfratz (1755-1827). Premier professeur de physique de l’École polytechnique, Hassenfratz avait fait l’objet, en 1996, d’une biographie très complète rédigée par Emmanuel Grison, sous le titre : L’étonnant parcours du républicain J.H. Hassenfratz.

De la bibliothèque de M J.H. Hassenfratz. Manuscrit 135 feuillets écrits de sa main.

De la bibliothèque de M J.H. Hassenfratz. Manuscrit 135 feuillets écrits de sa main.

© Collection École polytechnique

2L’article qui suit va décrire le « cahier Hassenfratz », son contenu, sa reliure, son histoire, et évoquer le supplément d’informations que nous procure sa lecture ; il va aussi revenir à cette occasion sur l’étonnante « rencontre » de deux scientifiques français distants d’environ cent cinquante ans. Il propose donc des lectures patientes de vieux et vénérables papiers, une promenade dans des moments d’histoire, des réflexions sur l’art de la biographie. Et une meilleure connaissance d’Emmanuel Grison autant que de Hassenfratz.

Un cahier rempli de notes de voyage

3En 1783, l’administration des Mines organise une mission de trois élèves ingénieurs chargés de recueillir des informations sur la fabrication d’acier d’Allemagne que la France était obligée d’importer pour ses fabrications d’armement. L’acteur principal de cette mission fut le jeune Hassenfratz, alors âgé de 28 ans, qui rédigea des notes et envoya lors de ce voyage de nombreuses lettres notamment à Monge et Lavoisier.

4Ces textes manuscrits étaient réunis dans un volume proposé à la vente à Drouot le 10 février 2012. À l’examen du catalogue, les spécialistes de la bibliothèque de l’École polytechnique et de la Sabix se rendent vite compte que ce « cahier » correspond aux manuscrits perdus d’Hassenfratz, dont Emmanuel Grison avait rappelé l’existence dans la biographie qu’il avait publiée (chapitre « Les premiers pas du métallurgiste : le voyage en Carinthie », p. 44-45) :

« Mais hélas nous ne pourrons pas suivre en direct les premiers pas du métallurgiste [Hassenfratz], car l’information que nous laissait espérer la perspective des abondants rapports prescrits par les Instructions fait défaut : les archives nationales sont muettes et les archives privées de Hassenfratz qui contenaient quelques deux cents “fragments et copies de lettres” du voyage en Autriche furent dispersées lors de la vente de sa bibliothèque ».

Catalogue de la vente de la bibliothèque 'Hassenfratz. « Voyage en Allemagne » se trouve à la page 48, sous le n° 439

Catalogue de la vente de la bibliothèque 'Hassenfratz. « Voyage en Allemagne » se trouve à la page 48, sous le n° 439

Collections École polytechnique
Fonds Emmanuel Grison

Catalogue de la vente de la bibliothèque d'Hassenfratz. « Voyage en Allemagne » se trouve à la page 48, sous le n° 439

Catalogue de la vente de la bibliothèque d'Hassenfratz. « Voyage en Allemagne » se trouve à la page 48, sous le n° 439

© Collections École polytechnique
Fonds Emmanuel Grison

5On comprendra aisément que la Sabix ait alors tenté d’acquérir ce manuscrit quand il revient en salle des ventes, pour le remettre à l’X.

Le cahier perdu et retrouvé

6Les biographes scrupuleux qui accumulent les données en consultant des ouvrages, et notamment des sources primaires, doivent parfois se rendre à l’évidence : une période, un épisode, une décision pourraient être éclairés par un document qui a certainement été écrit, on sait même par qui, et quand, mais ce document a disparu. Tout biographe se pose alors deux questions. La première : comment se lancer avec succès dans une chasse au trésor ? La seconde : comment raconter cette période, cet épisode, cette décision malgré cette lacune dans les archives ou sur les rayonnages, sans ajouter trop d’impuretés dans le récit d’un évènement ou d’une vie ?

7Le cahier Hassenfratz fournit une bonne illustration de ces questionnements.

8Il s’agit donc d’un cahier qui a été rempli par le jeune Hassenfratz quand il fut envoyé en mission en Styrie et en Carinthie avec deux collègues pour y étudier des formations géologiques, et les technologies utilisées pour fabriquer des métaux à partir des minerais qui s’y trouvaient : science, technologie, économie se juxtaposent dans l’objet de la mission. La réussir est donc un bel enjeu pour un jeune homme dégourdi, et curieux de tout avec une sorte de boulimie encyclopédiste que les individus les plus doués pouvaient encore envisager à cette époque. Un jeune ambitieux, aussi : si Hassenfratz a tenu à accomplir cette mission, c’est pour faire reconnaître ses mérites parmi le monde des scientifiques de l’époque. Porteurs de quelques lettres de recommandations, Hassenfratz et ses camarades voyagent, affrontent les difficultés d’un long périple dans des pays étrangers et par un climat parfois très rude, prennent des notes avec application, écrivent de temps en temps une lettre à leurs correspondants, reviennent enfin : oui, leur mission fut un succès. Et les écrits, notes de voyage de Hassenfratz ou copies des lettres qu’il a écrites le prouvaient ; leur auteur les réunit en un cahier.

Extrait d'une lettre à Vandermonde le 2 août 1783 à Ratisbonne.

Extrait d'une lettre à Vandermonde le 2 août 1783 à Ratisbonne.

Description d'une machine de papeterie.

© Collection École polytechnique

9Mais le cahier disparait après sa mort. Ses descendants plus intéressés par quelques revenus qu’attentifs aux regrets d’un futur biographe de leur ancêtre l’avaient vendu, et il passa de mains en mains. Grison fut donc contraint de reconstituer le voyage de mission grâce à d’autres documents, comme des lettres envoyées par Hassenfratz à l’Académie des Sciences, à la Société Royale de médecine ou à des loges maçonniques comme la « loge du bon zèle ». Ou encore quelques textes laissés par un de ses collègues de mission. Mais il lui manquait l’essentiel, qui répondait aux « Instructions » reçues : le « compte-rendu » de Hassenfratz. Le voici donc, retrouvé, acheté, donné à la bibliothèque et ce qu’il révèle est si abondant que le déroulement et les résultats de la mission peuvent désormais être analysés avec une précision toute nouvelle.

Notes de voyage et lettres

10En effet, ce manuscrit se compose de 274 pages au format 14x20 cm.

11Les notes commencent par la description de la fabrication de fusils à Charleville (1783), et le départ de Mézières le 2 juillet 1783, et se termine le 7 août 1784 dans l’actuelle Roumanie. Le voyage tout entier, dont Grison avait reconstitué quelques étapes, est désormais détaillé : Mons, Liège, Cologne, Coblence, Francfort, Nuremberg, Ratisbonne, Linz, Vienne, avant les séjours plus longs en Styrie (autour de Graz) et de Carinthie (autour de Klagenfurth) avec notamment des quartiers d’hiver à Wolfsberg (que de neige !), l’école des mines de Schemnitz, des excursions dans les Tatras et jusqu’aux mines de sel de Vieliczka, près de Cracovie.

12Les correspondants d’Hassenfratz sont nombreux. Nous trouvons en effet dans le « cahier » des lettres à Gaspard Monge, Jean de Champigny, Balthazar Georges Sage, (École des Mines), Douet de la Boullaye, intendant général des Mines, à Vicq d’Azyr, Lavoisier (deux lettres), Vandermonde (une lettre). Ces lettres sont probablement inédites et n’ont a priori pas été repérées par le commissaire-priseur ce qui explique une éventuelle sous-évaluation de la valeur du lot.

Extrait d’une lettre à Gaspard Monge

De Schemnitz le 15 mai à M. Monge

Cher papa
Une singulière observation que je fis ces jours derniers en voyant éprouver des canons a tout à fait renversé dans mon imagination cette superbe théorie de la poudre à canon que vous avez bien voulu avoir la bonté de me communiquer avant notre départ. Malgré des réflexions suivies pour ramener cette observation à cette théorie il m’a été impossible de concilier les deux objets. Ce serait craindre de me donner pour un ignorant ou de ne pas assez bien connaître la bonté de votre caractère que de ne pas vous en faire part.

Votre principe fondamental autant que je me le rappelle est que le bruit du canon est produit par l’entrée subite de l’air dans le tube à cause du vide qu’il se forme intérieurement et le boulet chassé par le feu libre abandonné par la destruction des deux airs, d’où il suit nécessairement que si il sort quelque chose du canon ce ne peut être qu’une portion de feu mais j’ai constamment remarqué qu’après la décharge il sortait une vapeur épaisse et en très grande abondance qui s’éparpillant ensuite forme un espèce de nuage et se dissout peu à peu dans l’air atmosphérique est-ce la matière du feu qui en sortant du canon forme cette vapeur en troublant l’air atmosphérique dans lequel [ils] allèrent s’incorporer ou est-ce réellement un air particulier ? (…) Vous ne vous imaginez peut-être pas cher papa qu’éloigné de 2 à 300 lieues de Mézières que j’ai le plaisir de causer tous les jours avec vous rien n’est cependant plus vrai. Schemnitz peut passer pour être la première ville montagnistique de l’Europe il y a une école des mines dont Mr de Rupprecht est professeur. Je passe ici mon temps le matin à parcourir les mines, quelquefois avec un [hauptmann] (…) l’après-midi je me rend au laboratoire ou je m’amuse à faire des analyses avec M. de Rupprecht ô excellent homme oui cher papa toutes les fois que je travaille avec lui il me semble être près de vous.

13Elles nous aident à préciser le périple de l’auteur, car toutes portent dates et lieux de rédaction. Elles éclairent aussi la nature des relations que Hassenfratz cultivait à cette époque avec certains de ses correspondants, comme par exemple avec Gaspard Monge, qu’il appelait « cher papa ». Emmanuel Grison, excellent connaisseur de Monge comme de Hassenfratz aurait certainement apprécié cette lettre que l’un envoya à l’autre (voir page précédente).

Les fruits d’un voyage

14Comme tous les étudiants qui partent en mission, Hassenfratz et ses deux collègues ont reçu leur cahier des charges, et celui-ci consiste principalement à découvrir les raisons de la supériorité de l’acier d’Allemagne. Mais ils vont tirer d’autres profits du voyage effectué. Les contrées géographiques et les installations techniques visitées correspondant au contenu de leurs études et aux fonctions auxquelles ils se destinaient. Ils purent perfectionner leurs connaissances sur des questions que se posaient leurs maîtres : la documentation géologique y côtoyait l’examen attentif de tours de main techniques, ici l’extraction minière et la métallurgie. À l’occasion, il ne leur était pas interdit de garder les yeux ouverts sur d’autres disciplines : Hassenfratz ne cessera de relever des données météorologiques et à Vienne il participera à des expériences de photosynthèse des végétaux. Il s’intéresse aussi à la géopolitique : les bons esprits français de cette fin de siècle cherchaient à sentir les frémissements que provoquait dans toute l’Europe cette époque des Lumières, et le futur jacobin Hassenfratz dut y être attentif.

Croquis d'un « Valaque » par Hassenfratz

Croquis d'un « Valaque » par Hassenfratz

© Collection École polytechnique

15Ajoutons que nos voyageurs partaient avec une bourse assez remplie pour voyager de manière relativement confortable, et un paquet de recommandations que leur avaient confiées pour leurs pairs étrangers certains des meilleurs savants des disciplines à étudier : cette période permettait des échanges entre scientifiques, et parfois même des saufconduits préparés à l’occasion d’explorations scientifiques et reconnus même par des pays en guerre.

Croquis d'un mineur par Hassenfratz

Croquis d'un mineur par Hassenfratz

© Collection École polytechnique

16En 1783 et 1784, il n’est plus, ou pas encore question de conflits. Nos missionnaires sont généralement bien reçus, parfois hébergés, on leur fait visiter des établissements, on leur explique les technologies utilisées et leurs perfectionnements. Devant tant de prévenances, il serait sans doute discourtois d’accuser les voyageurs d’espionnage industriel ; après tout, ils agissaient à visage découvert mais leur but était, évidemment, de permettre non seulement à des étudiants d’apprendre, mais aussi à des entreprises françaises de se mettre au niveau et de progresser sur la conversion du fer en acier.

Planche de l'Encyclopédie méthodique : Haut fourneau à quatre soufflets et affinerie de la Carinthie

Planche de l'Encyclopédie méthodique : Haut fourneau à quatre soufflets et affinerie de la Carinthie

Hassenfratz

17Il y a plusieurs regards à porter sur le livre de Grison. La première est évidente : en tirer d’abord le portrait de Hassenfratz. Si le cahier peut nous mettre en appétit et nous inciter à savoir ce que deviendra ce garçon, le livre nous l’explique : toujours aussi actif, curieux, ambitieux, mais toutes ces qualités peuvent vous mener aux sommets comme vous causer des difficultés. Et notamment pendant une époque de différends politiques sans merci, de conflits d’idées et de clans, de luttes pour le pouvoir et de danger pour la nation.

18Rentré de mission, Hassenfratz intègre l’administration des mines, puis va travailler avec Lavoisier. À la Révolution, il adopte et affiche vite les idées nouvelles, rejoint Monge et Pache dans un club, devient membre de la Commune de Paris, directeur au ministère de la guerre. Il va plus loin, demande la tête des Girondins (et, en ce temps, « demander la tête de quelqu’un » n’était pas seulement d’une figure de style). Il accumule des ennemis, et quand son clan est à son tour en infériorité il a peur, avant que Thermidor ne le rassure. Se mettant en retrait de la politique, et n’affichant pas de sentiments bonapartistes ou anti bonapartistes, il recommence une carrière d’ingénieur des mines plus paisible et devient professeur de physique, en particulier à l’École polytechnique.

19Oui, la vie de notre héros fut vraiment flamboyante pendant ces années de révolution, comme le jeune Fabrice del Dongo il a côtoyé et vécu de grands évènements, comme le jeune Julien Sorel il a grimpé dans les hiérarchies du Rouge et du Noir, bref on peut écrire des centaines de pages pour une demi-douzaine d’années. On se retrouve donc un peu malheureux, sinon déconfit, quand on voit Fabrice ou Julien, alias Hassenfratz, s’arrêter de vibrionner, s’asseoir devant une paillasse de laboratoire, préparer des cours. Certes, en professeur (peu apprécié en physique, un peu plus en métallurgie), il enseignera. Il écrira un remarquable traité « sur la Sidérotechnie, ou l’art de traiter les minerais de fer » : voilà qui nous ramène à l’heureux voyage en Styrie et Carinthie. Il écrira aussi un « Traité de l’art de calciner la pierre calcaire » qui lui donne l’occasion d’entrer en contact – difficile – avec Vicat (1804) alors occupé à mettre au point son ciment. Mais les dernières années de Hassenfratz sont effectivement plus rapides à raconter, ou moins intéressantes à écrire. Après sa mort, en 1827, il tombe peu à peu dans l’oubli.

20C’est incontestablement Grison qui l’en a sorti. Pourquoi ?

Hassenfratz et Grison : une relation étonnante

21Nous avons des premiers éléments de réponse en lisant avec attention la page de remerciements rédigée par Grison dans sa biographie de Hassenfratz. Elle cite tous ceux qui l’ont accompagné pendant sa longue enquête sur cet étonnant ingénieur des mines : on y trouve, rassemblés, des experts en recherches physiques ou historiques, des scientifiques de plusieurs disciplines, des « amis des livres » (conservateurs, bibliothécaires, archivistes, lecteurs, « curieux » au meilleur sens du terme), des étrangers comme des français. Cette page laisse deviner à la fois la recherche méthodique de l’auteur et sa capacité d’accueil aux informations corollaires qui enrichissent le savoir et son interprétation. Elle rappelle aussi, avec sympathie et parfois émotion, combien toutes ces relations du savoir étaient, pour la plupart, des amis estimés et fidèles de l’auteur comme de l’École polytechnique. La page de remerciements est donc une sorte de carnet d’adresses, et la Sabix y tient une place toute particulière dans la liste des « supporters » de Grison dans cette recherche que l’on pourrait ainsi définir : pourquoi Hassenfratz ?

22Oui : pourquoi Emmanuel Grison a-t-il choisi Hassenfratz comme sujet d’une biographie, au point de lui consacrer au moins l’équivalent d’une année de travail à temps plein ? Cette question pourrait se poser pour tous les biographes, et je vais citer quelques exemples qui ont une résonance polytechnicienne. Pourquoi Philippe Seguin a-t-il consacré un livre à Napoléon III, grand utilisateur d’X saint-simoniens ? Pourquoi Louis de Launay (X1879), s’est-il penché sur Monge et Ampère ? Pourquoi Bruno Gentil (X1955), sur Auguste Comte (X1814) ? Il y a, dans ces choix, des raisons multiples, qui vont de la simple admiration à la piété familiale, à la proximité géographique ou professionnelle, à la communauté de préoccupations. Parfois, c’est le seul hasard qui a poussé un auteur à aller plus loin dans la connaissance d’un personnage croisé au détour d’un itinéraire de vacances ou d’une lecture : mais il ne passera à l’acte que s’il sent alors quelque connivence, génératrice d’empathie et, disons-le, bien des traits de ressemblance.

23Dès la lecture du manuscrit qu’avait rédigé Janis Langins en vue de la publication de La République avait besoin de savants, Grison découvrait le nom d’Hassenfratz : ce nom figurait en tête de la liste des professeurs de physique inscrite sur la plaque commémorative à l’entrée du commandement de l’École, et il était pourtant presque inconnu. Les notes de Langins faisaient référence aux travaux jamais publiés d’Arthur Birembaut, historien des sciences, ancien ingénieur civil des Mines, qui avait eu le projet d’écrire une biographie d’Hassenfratz. Emmanuel Grison eut accès à ces notes de travail, et à bien d’autres bibliothèques et centres d’archives. Au terme de cette plongée dans les sources de la fin de l’Ancien Régime et de la Révolution, auprès de tant de personnages historiques, et sur tant de théâtres différents, est née une « fraternité » avec le « héros » dont il a retracé l’itinéraire.

Hassenfratz

Hassenfratz

© Collection École polytechnique

24Un personnage qu’il qualifie lui-même de « mouton noir bien singulier au milieu de l’illustre cohorte des pères fondateurs de l’X ». C’est en tout cas ce qu’il explique, et que Thierry de Montbrial reprendra avec talent dans sa préface du « Hassenfratz » de Grison. Aussi, pour essayer de comprendre les raisons de l’attachement d’Emmanuel Grison à ce héros improbable, rien de mieux que de lire cette préface : car la lecture faite par Montbrial du parcours de Hassenfratz donne des clés pour répondre à cette question : « qui donc était Grison ? » à propos d’une autre : « qui donc était Hassenfratz ? »

Couverture de la biographie d'Hassenfratz

Couverture de la biographie d'Hassenfratz

25Qui donc était Hassenfratz ? Thierry de Montbrial le décrit ainsi en sa préface : « un aventurier débordant d’énergie et d’activité, à la recherche de voyages et d’exotisme, un esprit fasciné par “l’histoire naturelle”, un ambitieux en quête de patrons susceptibles de le faire monter dans l’échelle sociale ». Et plus loin, à propos de l’Académie des sciences qui ne voulut pas de Hassenfratz même s’il « n’en aurait pas nécessairement été le membre le plus indigne », Montbrial explique que l’une des raisons de cet échec fut qu’il était « trop éclectique, touche à tout, incapable de se concentrer longuement sur l’étude d’une question bien posée, peu doué pour l’abstraction ». On peut ajouter à cette esquisse la volonté de jouer aussi la carte politique en plus de la carte scientifique, et donc d’ajouter la carte d’un parti, ici les Jacobins, à ses brevets universitaires en tous genres.

26Il serait bien facile à un La Bruyère contemporain de citer aujourd’hui des Hassenfratz attentifs à accumuler des parrainages et des certificats pour grimper dans la hiérarchie des savants et, simultanément, dans celle des hommes ou femmes d’influence. Mais je préfère revenir à mon sujet, Grison donc. De lui aussi, Montbrial trace un portrait précis, rappelant le savant, le professeur, l’humaniste intéressé par les rapports entre la science et la politique. Ainsi formulé, ce portrait s’applique aussi à Hassenfratz – comme à Monge ou à Arago, autres figures du panthéon de Grison. Mais cette ressemblance des centres d’intérêt est-elle suffisante pour se lancer dans un exercice de « vies parallèles » ?

27Voici quelques raisons de répondre oui. Emmanuel Grison put retrouver chez Hassenfratz et dans les questions que se posa ce grand « curieux de tout » des thèmes qu’il eut tout le temps d’analyser pendant sa vie professionnelle : l’apprentissage du savoir, pour lui ; l’éducation des autres par le partage du savoir ; l’enrichissement du savoir collectif par le rapprochement des disciplines, et la bonne utilisation du doute ; les relations constantes entre le savoir abstrait et le savoir concret, entre les arts et les métiers, entre l’histoire naturelle et l’accumulation des équations et des modèles. Mais aussi, dans le domaine politique, la réflexion sur le pouvoir réel des hommes de sciences pour changer la société, et l’éternel dilemme de la juxtaposition de la liberté individuelle et du bonheur collectif.

28À ces similitudes de préoccupations, on peut ajouter les similitudes des parcours de l’un et de l’autre. Évidemment, le goût pour la recherche scientifique ; pour l’enseignement (mais le souvenir qu’ont conservé de ses cours les élèves de Grison est nettement plus louangeur que celui des élèves de Hassenfratz !) ; la vocation pour la fonction « publique » au sens large du terme, et le bien public, envisagé avec moins de modestie et de discernement par Jean-Henri que par son biographe Emmanuel ; et la curiosité incessante (aussi large pour les deux mais certes plus « posée » pour Emmanuel que pour Jean-Henri).

29Et voici, dans la foulée, des différences de comportement et de caractère assez importantes pour apporter à la question « pourquoi ? » des réponses un peu plus paradoxales. Il n’y a, chez Grison, déjà fils d’un officier polytechnicien, aucune volonté de rejoindre à tout prix les classes dominantes fût-ce au prix de compromissions comme chez Hassenfratz. Il n’y a, chez Grison, aucune ambition forcenée, aucun arrivisme mariant et parfois manipulant à la fois science et politique. De même, le calme avec lequel Emmanuel put traiter bien des problèmes me semble bien éloigné de l’excitation continuelle, que l’on devine, de son héros ; l’ambition de servir qui fut la sienne est aussi bien différente de l’appétit pour le pouvoir politique dont Hassenfratz fit montre, adroitement parfois en multipliant la recherche de parrains potentiellement utiles, mais souvent maladroitement en affichant des positions bien tranchées sans ménager ses arrières.

30Voici donc un biographe qui choisirait son sujet par je ne sais quelle attraction mystérieuse : les sages pleins de discernement sont parfois désireux de comprendre la trajectoire des aventuriers trop différents d’eux. Raconter Hassenfratz est-il donc, pour Grison, le fruit d’une fascination des contraires ?

31Mais Thierry de Montbrial a raison, ce choix comporte aussi des raisons somme toute logiques : le goût pour une période de l’Histoire de France bien particulière, l’attention portée aux débuts de l’X, mais aussi à l’histoire des sciences lors d’une époque d’effervescence intellectuelle ; le désir donc d’ajouter de la connaissance à l’histoire de sa chère École polytechnique ; la volonté de voir comment des individus agissent ou réagissent dans des situations critiques et même paroxysmiques.

Retour sur le cahier

32L’examen de ce cahier perdu, et retrouvé nous a donc conduits à mieux connaître Hassenfratz, comme à mieux approcher Grison. Cela valait bien la peine d’avoir repéré le cahier dans un catalogue de Drouot, de l’avoir acquis et confié à Polytechnique en double hommage à Hassenfratz et à Grison. Ses nouveaux lecteurs y auront le plaisir de lire des considérations sur la chimie ou des procédés de métallurgie ; ils se promèneront jusqu’à la belle Cracovie ; ils y croiseront des figures illustres. Ils pourront ainsi vérifier de nouveau que les bibliothèques sont des cavernes remplies de trésors. Et comme l’écrivit Emmanuel Grison dans une formulation que tout archiviste appréciera, que « les archives sont vivantes, et d'ailleurs toujours en évolution ».

33Sans oublier des bonus : ils pourront tenir entre les mains un de ces objets qui ravissent les bibliophiles, et dont Delphine Gallot, (du Centre de Ressources Historiques, BCX) fait le descriptif dans l’encadré qui suit.

Descriptif de la reliure du « cahier Hassenfratz » :

Il s’agit d’une reliure dite « de cartonnage » en basane à dos plat.

Le format de 14x20cm est entre l’in8 carré et l’in8 raisin

Il y a un ruban vert appelé signet pour marquer les pages. Les tranches sont jaspées de rouge.

La dorure sur le dos est constituée d’un décor à l’or de 6 fleurons (type 18e) encadrés et sur les plats d’un encadrement de roulettes ornées. Il n’y a pas de pièces de titre, ni de titre doré.

Selon toute vraisemblance, il s’agit d’un cartonnage (type carnet de voyage luxueux) vendu avec des pages blanches. J’opte pour cette solution car il y a des petites gouttes d’encre sur les chants cuir intérieur ; les gardes blanches du début et de la fin sont de même nature que les pages intérieures manuscrites et font même parties du premier et du dernier cahier ; Il n’y a pas mots coupés par un rognage ou un massicotage des feuillets mais parfois des mots écrits très au bord des feuilles (et qui parfois les longent à la verticale).

Particularité :

Hassenfratz a écrit sans faire attention à la disposition de la dorure du dos et donc le manuscrit est à l’envers.

Constat de conservation :

L’ensemble du cuir de recouvrement est épidermé et a subi de nombreux frottements.

Un trou de ver dans le dos. Deux coins ouverts.

Quelques lacunes cuirs sur les chants supérieurs et sur le plat inférieur. Des taches d’encre sur le plat supérieur.

Il y a une légère lacune papier en tête.

L’ensemble est en bon état, il faudrait simplement nourrir le cuir avec de la cire.

Haut de page

Table des illustrations

Titre De la bibliothèque de M J.H. Hassenfratz. Manuscrit 135 feuillets écrits de sa main.
Crédits © Collection École polytechnique
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/1775/img-1.png
Fichier image/png, 105k
Titre Catalogue de la vente de la bibliothèque 'Hassenfratz. « Voyage en Allemagne » se trouve à la page 48, sous le n° 439
Crédits Collections École polytechnique Fonds Emmanuel Grison
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/1775/img-2.png
Fichier image/png, 274k
Titre Catalogue de la vente de la bibliothèque d'Hassenfratz. « Voyage en Allemagne » se trouve à la page 48, sous le n° 439
Crédits © Collections École polytechniqueFonds Emmanuel Grison
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/1775/img-3.png
Fichier image/png, 313k
Titre Extrait d'une lettre à Vandermonde le 2 août 1783 à Ratisbonne.
Légende Description d'une machine de papeterie.
Crédits © Collection École polytechnique
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/1775/img-4.png
Fichier image/png, 203k
Titre Croquis d'un « Valaque » par Hassenfratz
Crédits © Collection École polytechnique
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/1775/img-5.png
Fichier image/png, 132k
Titre Croquis d'un mineur par Hassenfratz
Crédits © Collection École polytechnique
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/1775/img-6.png
Fichier image/png, 178k
Titre Planche de l'Encyclopédie méthodique : Haut fourneau à quatre soufflets et affinerie de la Carinthie
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/1775/img-7.png
Fichier image/png, 165k
Titre Hassenfratz
Crédits © Collection École polytechnique
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/1775/img-8.png
Fichier image/png, 120k
Titre Couverture de la biographie d'Hassenfratz
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/1775/img-9.png
Fichier image/png, 130k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Azzola et Christian Marbach, « Grison et Hassenfratz »Bulletin de la Sabix, 59 | 2016, 109-118.

Référence électronique

Olivier Azzola et Christian Marbach, « Grison et Hassenfratz »Bulletin de la Sabix [En ligne], 59 | 2016, mis en ligne le 23 juillet 2018, consulté le 24 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/sabix/1775 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sabix.1775

Haut de page

Auteurs

Olivier Azzola

Olivier Azzola est depuis 2008 archiviste au Centre de Ressources Historiques de la Bibliothèque de l'École polytechnique

Articles du même auteur

Christian Marbach

Christian Marbach, polytechnicien (1956), ingénieur général des mines honoraire, membre de l’Académie des technologies a été président de l’Association pour la célébration du bicentenaire de l’École polytechnique (1994), président de la Sabix de 1999 à 2007 et président du comité de rédaction de la Jaune et la Rouge pendant une dizaine d’années. La Sabix a édité en 2015 son dernier ouvrage, « Portraits de polytechniciens » illustré par Claude Gondard.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© SABIX

Haut de page
  • Logo SABIX
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search