Navigation – Plan du site

Recensions d’ouvrages de Jacques Spitz lors de leur parution

p. 27-29

Texte intégral

 

Couverture de l’édition originale de La croisière indécise, Gallimard, 1926.

Couverture de l’édition originale de La croisière indécise, Gallimard, 1926.

1… le roman de M. Jacques Spitz, La Croisière indécise, jeu d’affinités électives sur un yacht, où il y a tant de fantaisie que les personnages se volatilisent et qu’on se demande si c’est bien un roman ou une suite de symboles. Le sûr est que ce jeune écrivain a déjà beaucoup de talent.
Paul Souday, Le Temps, 2 septembre 1926, p. 3.

2Personnages, propos, réflexions, gestes, tout est concerté pour le symbolisme de cette croisière. Les trois hommes, le nègre, les trois femmes qui s’embarquent ne sont que des figures. S’ils accostent et retrouvent la terre, ne vous étonnez pas de leurs instincts ni de leurs brutalités, cela doit servir le mythe. Que si vous êtes encore, ainsi qu’il est probable, indécis sur le sens de la croisière, courez au dénouement. Au milieu d’une tempête, évidemment symbolique, les figures s’évanouissent dans une fantasmagorie. Il n’en reste qu’une : c’est Fiacre qui recompose son moi, son unité, unité défaite grâce à la belle Hélène, sorte de femme-prisme, unité projetée en ces compagnons divers : Jacques, Mana, Glycère, Yvon le nègre et Milburne. Qui connaît Pirandello sera mieux à même de comprendre.
Abel Dechêne, Études, octobre 1926, p. 636.

3La croisière indécise de Jacques Spitz (N.R.F.), début qui promet, petit roman plein de grâce, de désinvolture, à la double élégance : vestimentaire et métaphysique, dans la tradition d’Eugène Vernon, avec tout ce qu’il faut pour rafraîchir le sujet.
Francis de Miomandre, L’Europe Nouvelle, 6 décembre 1926, p. 816.

*

Couverture de l’édition originale de Le vent du monde, Gallimard, 1928

Couverture de l’édition originale de Le vent du monde, Gallimard, 1928

4S’il est convenu qu’il faut faire autre chose, M. Jacques Spitz est dans le vrai qui, avec Le Vent du monde (éditions de la NRF) nous entraîne dans un tourbillon effréné où les êtres ne sont plus que des rais tournants et survolant les quatre coins de l’univers. Pour mieux assujettir l’homme au monde, M. Spitz n’invente que des fils du stylo, des personnages de roman, susceptibles de changer de nom quand il le faut, de disparaître au besoin, d’atteindre en somme au suprême degré de plasticité. Les effets sont étonnants, et le lecteur qui ne perd pas pied a la satisfaction de virer sur un gigantesque manège de chevaux de bois qui lui fait voir du pays.
Il y a quelque chose de Candide, dans ce livre et on dirait aussi de l’humour, si ce n’était plutôt une extraordinaire dérision de la littérature.
Anonyme, La Semaine à Paris, 4 janvier 1929, p. 47.

*

Couverture de l’édition originale de Les dames de velours, Gallimard, 1933.

Couverture de l’édition originale de Les dames de velours, Gallimard, 1933.

5Ce sont comme des poèmes en prose, que M. Jacques Spitz a dédiés à « celles qu’il a croisées ». « C’est en songeant à leurs visages devenus invisibles » qu’il s’est plu à écrire les Dames de velours.
Il y a beaucoup de douceur et de déchirement dans ces pages ; et aussi la pathétique résonance d’une âme inquiète et insatisfaite. À ces fantômes du passé, il consent à leur accorder « la confiance qui leur est nécessaire », « puisque je sais maintenant qu’ils se proposent seulement de donner à rêver et que si condescendant que je paraisse, dans le fond de moi-même il m’est impossible d’être dupe. »
M. Jacques Spitz, au travers de ses expériences imprévues, semble goûter ce qu’on pourrait appeler « la volupté de l’échec. » Son « Debout, les fantômes » est, sans doute, d’une vérité très humaine ; mais pourquoi emploie-t-il précisément tout son art pour essayer de nous dépister ?
La première condition de la vérité, n’est-elle pas d’être simple ?
Pierre Descaves, L’Européen, 19 mai 1933, p. 4.

*

Couverture de l’édition originale de L’homme élastique, Gallimard, 1938.

Couverture de l’édition originale de L’homme élastique, Gallimard, 1938.

6L’Homme élastique, c’est une histoire extraordinaire où Jacques Spitz conte la découverte d’un savant qui, ayant trouvé le moyen de comprimer ou de dilater les atomes, peut réduire les hommes à cinq centimètres de hauteur. Une guerre européenne lui permet de développer son invention avec succès (NRF).
Jean Fouquet, Ce soir, 20 novembre 1938, p. 2.

7L’oeil du purgatoire de Jacques Spitz (1945), qui joue sur des chevauchements de durées à l’échelle humaine, crée un malaise beaucoup plus profond que les anti-utopies fondées sur la projection dans un avenir à trop longue portée et introduit dans l’optique fantastique des variations encore inédites (…) Mais — et c’est là l’originalité de la fiction de Jacques Spitz par rapport à tous les voyages dans le futur — cette avance ne touchera que le sens de la vue, c’est-à-dire le seul aspect des choses, leur consistance (…).
Max Milner, La fantasmagorie : essai sur l’optique fantastique, p. 187 Paris : PUF, 1982.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Couverture de l’édition originale de La croisière indécise, Gallimard, 1926.
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/2037/img-1.png
Fichier image/png, 53k
Titre Couverture de l’édition originale de Le vent du monde, Gallimard, 1928
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/2037/img-2.png
Fichier image/png, 52k
Titre Couverture de l’édition originale de Les dames de velours, Gallimard, 1933.
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/2037/img-3.png
Fichier image/png, 48k
Titre Couverture de l’édition originale de L’homme élastique, Gallimard, 1938.
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/2037/img-4.png
Fichier image/png, 63k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Recensions d’ouvrages de Jacques Spitz lors de leur parution », Bulletin de la Sabix, 61 | 2017, 27-29.

Référence électronique

« Recensions d’ouvrages de Jacques Spitz lors de leur parution », Bulletin de la Sabix [En ligne], 61 | 2017, mis en ligne le 26 juillet 2018, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/sabix/2037

Haut de page

Droits d’auteur

© SABIX

Haut de page
  • Logo SABIX
  • OpenEdition Journals