Navigation – Plan du site

Jacques Spitz et la NRF

Pierre Laszlo
p. 63-64

Texte intégral

  • 1 L’article de Spitz fait état par erreur de « Léon-Pierre Quint ».

1Spitz publia la plupart de ses premiers livres chez Gallimard, dans la seconde moitié des années 1920. Il devint proche de Jean Paulhan, qui dirigea la NRF de 1925 à 1940. C’est ainsi que Spitz obtint d’y publier une recension d’un livre que Léon Pierre-Quint venait de publier, aux Cahiers du Sud, à Marseille, en 1929 (« Lautréamont par Léon-Pierre Quint1 », NRF, 18 (203), 1er août 1930, p. 273-274).

2Spitz mettait Lautréamont au-dessus de tous les autres poètes français, Baudelaire et Rimbaud y compris. Sa critique du livre de Pierre-Quint fut vitriolique. Son auteur s’en plaignit amèrement auprès de Paulhan (lettre datée du 11 août 1930) :

« La note de M. Jacques Spitz sur mon livre Le comte de Lautréamont et Dieu est d’un caractère si violent, systématique et méprisant que je me permets de vous demander si vous portez, à l’égard de ce livre, le même jugement. Je ne me rappelle pas avoir jamais lu dans la NRF une critique aussi sommaire et brutale. Elle a surpris ou indigné mes amis (entre autres André Breton, René Daumal, Jacques de Lacretelle…), qui m’en ont parlé ou qui m’ont même écrit particulièrement à ce sujet. Quel que soit mon talent, je crois avoir toujours gardé une noblesse de pensée. Aussi, depuis que j’écris, je n’ai jamais reçu une « coupure » aussi offensante. Que celle-ci ait paru dans la NRF, cela m’ahurit. »

3Paulhan, répondant à Pierre-Quint, le mit sur le compte d’un absolutisme de Spitz en la matière. Ce à quoi Pierre-Quint répondit (27 août 1930) :

« Vous me dites que Lautréamont représente un absolu pour lui. Je ne peux pas cependant ne pas trouver paradoxale cette attitude plus surréaliste que celle des surréalistes. »

4L’un d’eux, René Daumal, écrivit d’ailleurs une note en réponse à celle de Spitz « Le Comte de Lautréamont et la critique », que Paulhan publia dans sa revue (NRF, 19 (206), 1er novembre 1930, p. 738-745).

5Cet incident pourrait expliquer l’absence de Spitz des sommaires de la NRF jusqu’en 1938. C’est alors que Paulhan demanda à son ami polytechnicien d’expliquer la théorie quantique aux lecteurs de sa revue. Ce texte fut publié dans le numéro 303, du 1er novembre 1938, pp. 998-1007.

6Il est reproduit ci-après, dans son intégralité.

Couverture du n° 303 de La Nouvelle Revue Française, 1er décembre 1938.

Couverture du n° 303 de La Nouvelle Revue Française, 1er décembre 1938.
Haut de page

Notes

1 L’article de Spitz fait état par erreur de « Léon-Pierre Quint ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Couverture du n° 303 de La Nouvelle Revue Française, 1er décembre 1938.
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/2079/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Laszlo, « Jacques Spitz et la NRF », Bulletin de la Sabix, 61 | 2017, 63-64.

Référence électronique

Pierre Laszlo, « Jacques Spitz et la NRF », Bulletin de la Sabix [En ligne], 61 | 2017, mis en ligne le 26 juillet 2018, consulté le 12 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/sabix/2079

Haut de page

Auteur

Pierre Laszlo

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© SABIX

Haut de page
  • Logo SABIX
  • OpenEdition Journals