Navigation – Plan du site
II. La Campagne de Russie

La campagne de Russie et les polytechniciens

Christian Marbach
p. 49-59

Texte intégral

  • 1 Les dates indiquées dans ce texte correspondent au calendrier grégorien alors utilisé en France et (...)

1Le 23 juin 18121, Napoléon lance sa « Grande Armée » à la conquête de la Russie. La campagne peut se résumer à un aller-retour, Vilna‑Moscou‑Vilna : les restes de la « Grande armée » ressortent de Russie le 14 décembre. Pendant ces six mois que les survivants n’oublieront jamais, des milliers de soldats sont morts. Dont une centaine de jeunes polytechniciens.

2Cet article est d’abord une sorte de pense-bête pour rappeler sommairement ce que fut la campagne de Russie, les effectifs des troupes en présence, les principales dates, la nature et les formes du conflit. Il évoquera ensuite la place des jeunes polytechniciens engagés dans ce conflit, et donnera des indications sur les pertes subies. Ce tableau général sera enfin illustré dans l’article suivant par la description du parcours suivi pendant cette guerre par sept polytechniciens.

Pourquoi cette guerre ?

  • 2 C’est à cette même époque, dans des conditions décrites dans l’article sur « les mécanismes de l’in (...)

3Revenons brièvement sur les causes de la guerre. Après Eylau (08.02.1807) et Friedland (14.06.1807), le 7 juillet 1807, Napoléon et l’empereur Alexandre Ier signent à Tilsit le traité d’amitié et de coopération (traité de Tilsit)2.

4Mais la Russie décide très vite de ne pas respecter les engagements, qu’elle a pris, de soutenir l’effort de guerre français contre l’Angleterre et d’adhérer au blocus continental. L’amitié « fraternelle » entre Napoléon et Alexandre, qui les poussa même à envisager une alliance matrimoniale entre Napoléon et la jeune sœur d’Alexandre s’effrite avant de se transformer en suspicion, puis hostilité. Napoléon met la pression sur la Russie, qui à son avis joue double jeu. Il rassemble une grande armée qui regroupe des troupes françaises, et celles de nombreux pays alors sous sa domination (Italie, principautés allemandes), ou amis (Pologne) ou alliés (Autriche). Cette coalition est loin d’être homogène, et les Alliés sont loin de toujours partager la volonté combattive des Français : Napoléon s’apercevra vite qu’il ne peut pas attendre le même engagement des Polonais ou des Autrichiens. Il aura d’ailleurs des difficultés à aplanir leurs différends d’origine parfois très ancienne et sera contraint de prendre acte de refus, désobéissances ou désertions, comme d’incapacités de la part de certains corps d’armée alliés.

Les troupes en présence (Quelques ordres de grandeur)

5Aux côtés des Français (450000), des Polonais (95000), des Allemands de diverses principautés (90000 en tout), des Italiens (25000), des Suisses (12000), plus quelques modestes contingents espagnols, portugais, croates, néerlandais, belges. Les pertes sont assez difficiles à estimer exactement. Sans doute 200000 morts parmi les Français (la moitié au combat, l’autre moitié de maladie ou de froid). 150000 à 200000 prisonniers plus souvent maltraités que protégés. Plus de 100000 soldats quittant la Grande Armée, parfois dès la marche vers Moscou, par retrait de contingents alliés ou désertions individuelles. Si l’estimation arithmétique détaillée est imprécise, le résultat est clair : Murat quitta Vilna à la tête de l’ex‑Grande Armée, dans le désordre, avec moins de 30000 soldats.

6Quelques chercheurs se sont efforcés de rassembler des données précises sur le destin des prisonniers. En suivant le parcours de 3 ou 4 polytechniciens, nous verrons combien ce travail est difficile. L’administration russe n’a pas fait du suivi de ses prisonniers une priorité. Et le pouvoir français de la Restauration n’a pas toujours insisté pour demander des comptes à un pays qui avait largement contribué à l’installer. Il n’est donc pas étonnant que de nombreux soldats, décédés sans laisser de traces, ou faisant souche en Russie ou libérés sans avoir été officiellement restitués à la France, aient « disparu » des listes.

7En face, l’armée impériale russe compte des centaines de milliers de soldats, de 350 000 à 700 000 selon les estimations, répartis en plusieurs corps d’armée, parfois très séparés, parfois regroupés. Leurs lourdes pertes au combat seront compensées, assez rapidement, par des troupes nouvelles venues de l’arrière ou enrôlées sur place parmi des populations très vite plus décidées à défendre la Sainte Russie qu’à tenir compte des promesses françaises sur la suppression du servage. Parmi ces troupes russes, les cosaques dont l’un des rôles était de veiller à la sécurité aux frontières méritent d’être mentionnés tout particulièrement à cause de leur liberté de mouvement sur le terrain, de leurs méthodes de combat privilégiant le harcèlement par petits groupes et leurs comportements face aux soldats prisonniers ou égarés. La peur qu’ils inspirent aux soldats se propagera dans l’ensemble de la population française lors des invasions de 1814 et 1815.

8Les pertes russes sont aussi difficiles à estimer que les pertes françaises. Les historiens russes parlent de 150 à 300 000 soldats morts mais il faut y ajouter de nombreux civils : le nom de « guerre patriotique » donné en Russie à ce conflit montre bien son impact sur l’opinion, en grande partie dû à la résistance et aux souffrances de la population.

Quelques dates

9L’annexe 1 reprend en un schéma très simplifié le trajet suivi par le corps central de la grande Armée pendant cette campagne. Cette carte n’a pas pour objet de permettre des jugements de type stratégique, mais simplement de placer des évènements en en rappelant les dates. La même carte sera reprise plus loin pour présenter les destins de certains X.

  • 23 juin, traversée du Niémen et début de l’invasion de la Russie

  • 28 juillet, entrée dans Vitebsk

  • 16 et 17 août, bataille de Smolensk

  • 7 septembre, bataille de la Moskowa (ou de Borodino)

  • 13 septembre, entrée de Napoléon à Moscou

  • 14 septembre, début de l’incendie de Moscou

  • 18 octobre, départ de Moscou

  • 24 octobre, bataille de Malorairoslavets

  • 7 novembre, arrivée à Smolensk

  • 26 au 29 novembre, traversée de la Berezina

  • 5 décembre, à Smorgonie, Napoléon quitte l’armée pour retourner sur Paris qu’il rejoint le 18 décembre

  • 9 décembre, arrivée de l’armée française à Vilna, sous les ordres de Murat. Les restes de la Grande Armée quittent cette ville le lendemain, en y laissant des milliers de soldats blessés ou épuisés.

Un schéma cartographié de la campagne

La campagne de Russie, 4 schémas figurant dans l’ouvrage d’Erik Egnell présenté plus loin, avec l’aimable autorisation de l’auteur

  • 3 Nous reviendrons sur cet important ouvrage dans le chapitre « Les X racontent la campagne ».

10Mais la guerre ne s’est pas résumée à cet aller-retour sur un grand axe. Elle s’est aussi déroulée en d’autres lieux ; les corps d’armée français ou alliés, et surtout russes ont effectué des déplacements tactiques parfois essentiels, de défense ou de menace, de regroupement ou de séparation. Dans son récent livre intitulé « La retraite de Russie, l’incroyable échappée »3, Erik Egnell (X 1957) raconte toute cette guerre en insistant sur la phase du retour, et les schémas qu’il y joint explicitent ces mouvements de troupes.

Des combats et des longues marches

11La campagne de Russie a été l’occasion d’affrontements d’une rare ampleur, notamment lors de la bataille de la Moskowa (ou de Borodino).

12Autant revenir tout de suite sur cette double appellation, respectivement utilisée par les Français ou les Russes pour le même affrontement, pour signaler que nous emploierons indifféremment les deux noms, celui du fleuve ou celui de la ville. Mais c’est bien la même bataille qui est représentée en 1836 sur le panorama du peintre polytechnicien Langlois (X 1806) sous le titre de « bataille de la Moskowa » et, encore exposée à Moscou, sur le panorama réalisé par le peintre Roubaud en 1912 sous le titre « bataille de Borodino », de nouveau présenté à Moscou.

13On peut aussi décrire la campagne comme étant surtout une guerre d’évitement : dans la première phase, ce sont les armées russes qui décident assez vite de choisir une stratégie de recul et de terre brulée, avant de tenter sans succès de bloquer l’avance alliée près de Borodino, puis de reculer de nouveau jusqu’à Moscou et au-delà.

14Contrairement aux espoirs de Napoléon qui rêvait de rentrer triomphalement à Moscou et de voir la Russie implorer la paix, l’occupation de l’ancienne capitale n’apporte vite que des déboires aux troupes françaises : la ville est incendiée, l’armée alliée se désagrège dans les désordres et les pillages, Napoléon attend en vain une réponse à ses propositions de paix et tarde à ordonner la retraite. Alexandre savait encore mieux éviter les pourparlers de paix que les batailles.

15Commence alors la troisième phase, le recul avec ses multiples difficultés et tragédies : harcèlements militaires, énormes difficultés d’intendance, conditions climatiques de plus en plus sévères, traversées dramatiques de fleuves et notamment de la Berezina, maladies et désertions, abandons de blessés, nombreux prisonniers souvent sacrifiés.

16Les polytechniciens ont connu ces situations, les combats ou les marches, les feux et les désordres de Moscou, la mort ou les blessures, la retraite ou les camps de prisonniers.

Les polytechniciens dans cette armée

Qu’est un polytechnicien en 1812 ?

17On connaît avec précision le nombre de polytechniciens admis à l’École, année après année. Si l’on s’arrête à la promotion 1810 (en faisant l’hypothèse vraisemblable que les X de la 1811 ne peuvent pas être allés en Russie), on arrive à un total cumulé de 2 400 environ (pour mémoire, 3151 jusqu’à la promo 1815 incluse).

18Depuis la « militarisation » de l’École en 1805, les armées forment le principal débouché de ses élèves, pour environ les trois quarts. Et la variation annuelle du nombre de places mises au concours témoigne d’ailleurs des besoins de Napoléon en officiers des « armes savantes ».

19Néanmoins, en 1812, soit 18 ans après la création de leur École, les X officiers sont peu nombreux (un peu plus d’un millier), et jeunes (entre 22 et 36 ans). Ils n’ont pas encore atteint des grades vraiment élevés (Demay, qui meurt à la bataille de la Moskowa, est l’un des plus gradés, colonel à trente‑cinq ans) : c’est que les postes supérieurs sont occupés par des officiers plus âgés, anciens des guerres de la Révolution et notamment des campagnes d’Italie. Cette remarque ne signifie pas que le rôle des X n’ait pas été important. Ils font presque tous partie des « armes savantes », artillerie et génie, et si l’Empereur a passé l’éponge sur bien des incartades de leur scolarité, c’est qu’il avait un réel besoin d’officiers capables de maîtriser malgré la mitraille les calculs de localisation, les équations de tir, la construction rapide de ponts.

20Entre 1794 et 1815, environ 360 X sont morts pour la patrie. Ce chiffre correspond à 12 % environ du nombre total des X mais certaines promotions ont été beaucoup plus touchées que d’autres. Parmi les promotions décimées, avec plus de 20 % de morts pendant les guerres, on peut citer pratiquement toutes celles de 1805 à 1809 : les guerres impériales sont devenues très « consommatrices » en polytechniciens avec les conflits de Russie (une centaine d’X morts ou disparus) et l’Espagne (un peu moins).

21Mais il convient de rappeler que par ailleurs, parmi les 2 000 sortis de l’École avant 1812, encore vivants ne se trouvent pas seulement des militaires, mais aussi des fonctionnaires civils et des démissionnaires qui sont partis travailler dans le privé. Et les X officiers n’ont pas tous été affectés sur les territoires des guerres. De multiples tâches, d’abord en France, mais aussi d’occupation et d’encadrement du vaste empire constitué par Napoléon ont aussi appelé des X : par exemple Guillaume-Henri Dufour (1807) est mobilisé à Corfou, et Jean Marguerite Tupinier (1794) devient un des responsables de l’arsenal de Venise.

Les X morts en Russie

  • 4 Sans doute des recherches locales permettraient-elles d’améliorer notre connaissance de ces camarad (...)

22Grâce au travail effectué par Hubert Lévy-Lambert (X 1953) à l’occasion de l’installation du monument dédié en 2014 aux X « morts pour la patrie », nous connaissons ce chiffre et nous disposons d’une liste des polytechniciens disparus, par exemple lors de la campagne de Russie, une centaine. Cette liste est à la fois assez complète, mais aussi lacunaire : beaucoup de données n’ont malheureusement pas pu être précisées faute de documents4.

23Malgré un long travail de recherche dans les ouvrages antérieurs (comme l’indispensable Histoire de l’École polytechnique de Fourcy parue en 1828) et dans les banques de données (de l’armée, de l’École, ou des sites consacrés à la généalogie), il reste des blancs pour des dates ou des lieux de décès. Et donc le lecteur de cette liste ne peut que se sentir frustré par le mystère des innombrables disparus, que Fourcy définit souvent en 1828 comme des « prisonniers non revenus ».

24En effet, à côté des prisonniers revenus qui se feront connaître auprès des services de l’armée française pour retrouver si possible leur rang, leur commandement, leurs droits et se faire payer leur retard de solde (nous reviendrons en détail sur des camarades comme Chambray, Crozet, Poncelet, Gleizes), il existe des foules de prisonniers non revenus, soldats ou officiers. Certes on ne peut pas exclure un happy end pour certains d’entre eux, s’installant en Russie à la fin de la guerre au lieu de revenir en France, notamment pour ceux qui ont été recueillis et pris en charge dans de bonnes conditions par des familles aisées russes ou se sont mis au service de maîtres et d’institutions russes. Mais il est surtout probable que la plupart soient morts sur les champs de bataille et abandonnés avant une sépulture rapide, ou décédés pendant leur acheminement vers les camps de prisonniers, ou pendant leur captivité (le typhus a fait des ravages en Russie à cette époque).

25Nous possédons donc une liste de 97 noms de polytechniciens morts ou disparus. Ce chiffre nous frappe par son importance. Parmi les autres guerres de l’Empire, seule la guerre d’Espagne fit presque autant de victimes polytechniciennes (75) mais pendant plusieurs années.

Haut de page

Annexe

Annexe 1

Campagne de Russie. Répartition des X par promotions entre 1794 et 1815

Promotion

Effectifs

Morts ou disparus

1794

381

3

1795

81

1796

108

1

1797

109

2

1798

144

1

1799

125

3

1800

75

2

1801

110

2

1802

116

3

1803

139

3

1804

131

5

1805

125

12

1806

169

14

1807

141

19

1808

156

12

1809

163

16

1810

164

5

1811

163

1

1812

180

1813

209

1814

69

1815

93

Totaux

3 151

104

Ce tableau donne la répartition de la centaine de polytechniciens morts pendant la campagne de Russie ou disparus (souvent classés « prisonniers de guerre non revenus »). Pour chacune des premières promotions de l’École sont indiqués le nombre total des élèves, et celui des élèves de la promotion morts ou disparus en Russie.

Annexe 2

Campagne de Russie. Liste des X morts en Russie avec indication de leur promotion, et de leur âge en 1812 à leur mort ou disparition.

Nom Prénoms

Promo

Age

COSTE Charles Stanislas

1794

38

LAVILLETTE Thomas Joseph

1794

38

RICHAUD Louis

1794

38

DEMAY François

1796

36

PAULINIER François Adolphe

1797

36

LE BRETON Hippolyte Claude

1798

34

BUVEE Antoine Christophe

1799

33

ESTEVOU Bernard Hippolyte

1799

33

SOALHAT Claude

1799

33

LAVILLETTE Claude

1800

32

AUBERT Jules

1802

30

HAMART André

1802

30

ROBERT Elie Michel

1802

31

CHONET DE BOLLEMONT Nicolas

1803

30

BOISSET Antoine Joseph

1804

28

MILLET Basile Félix

1804

28

PARISOT Charles Nicolas

1804

29

SUCHARD Pierre Camille

1804

28

BONNAUD Jean Marie

1805

27

COSTER André Joseph

1805

27

DELABIGNE Marie François

1805

27

GATTEE Jean Alexandre

1805

27

LALOUX Louis Aimé

1805

28

LE SUEUR Antoine François

1805

27

LEFRANCOIS Armand Louis

1805

27

MAUROY DE MERVILLE Joseph Jacques

1805

27

REVOL Ennemond

1805

27

STURTZ Louis Charles

1805

27

ZEIS Clément Venceslas

1805

27

DAMEY DE SAINT BRESSON Claude Désiré

1806

26

DOMBEY André Denis

1806

26

DUCROS SAINT GERMAIN Jean Pierre

1806

27

FAVIER Joseph

1806

26

FURGOLE Pierre Rose

1806

26

GOEURY Hubert

1806

26

LAFITTE Gabriel Louis

1806

26

LANOUE Guillaume Toussaint

1806

26

LAPIPE Angélique François

1806

26

PERES Paul Florent

1806

26

POILLEVE DE LA GUERINAIS Théodore

1806

26

RAYMOND Antoine Louis

1806

26

SOUHAIT Marie Louis

1806

26

VIALAY Alexis Lazare

1806

27

BAULU Anne Charles

1807

25

BERJAUD Joseph François

1807

25

BILLOIN Dominique Michel

1807

25

CARTIER FELIX Jean Dominique

1807

25

CASTERAT Pierre

1807

25

COURANT Louis Jean

1807

25

DALENCON François Hyacinthe

1807

25

DONAT Jean François

1807

25

DUMOTET Henri Hyacinthe

1807

25

GAY DE VERNON Antoine Charles

1807

25

LALLEMENT Eusèbe

1807

25

LEDENMAT KERVERN Fortuné Marie

1807

25

LEGUAY DELAVIGNE Jacques Alexandre

1807

25

LEVIE Ange Toussaint

1807

25

MORET Jean Louis

1807

25

MOYNE Jean Pierre

1807

25

POULAIN Ferdinand Mathias

1807

25

SALOMON Cahen

1807

25

VIMAL TEYRAS Annet Charles

1807

25

BACHELAY Jean Baptiste

1808

25

COMYNET Auguste Edouard

1808

24

DEVIEFVILLE François Georges

1808

24

DUFFOURC Philippe Laurent

1808

24

DURFORT LEOBARD Anne Charles

1808

24

FLOQUET Jean Robert

1808

24

GRIFFFET LABAUME Charles Antoine

1808

24

LAFONT DU CUJULA Joseph Martial

1808

24

LENFANT Jean

1808

25

PERROT Angel Jean

1808

24

PEYRET Jean Louis

1808

24

VATRIN Charles Antoine

1808

24

BONNIER Emile Julien

1809

23

CHATEAURENAUD Joseph Hippolyte

1809

23

CUNIER Hippolyte Louis

1809

23

DANIEL Henri Frédéric

1809

23

DELAGRAVE François César

1809

23

DESMARETZ DE PALIS Eugène Charles

1809

23

DUBOIS Antoine Louis

1809

23

MENOT Gabriel Julien

1809

24

MERLE Félicité Charles

1809

24

PATAS DE MESLIERS Jacques Omer

1809

24

PREVOST DE LONGPERIER Jean Baptiste

1809

24

RAINGUEL Charles Victor

1809

24

SIRVEAUX Brice François

1809

24

TASCHER Eugène Jean

1809

23

VINCENS Joseph Marie

1809

24

YVER DE LA BRUCHOLLERIE Louis

1809

23

BERJAUD Jean Baptiste

1810

22

BOUVET Jean Victor

1810

23

GAZEAU DE LA BOUERE Arnaud Henri

1810

23

GODARD DE RIVOCET Auguste François

1810

23

MERCIER Charles

1810

22

FROMENTIN Armand

1811

22

Le total des X ici signalés est très légèrement différent de celui du tableau précédent

Haut de page

Notes

1 Les dates indiquées dans ce texte correspondent au calendrier grégorien alors utilisé en France et non au calendrier julien utilisé dans l’empire russe jusqu’en 1917.

2 C’est à cette même époque, dans des conditions décrites dans l’article sur « les mécanismes de l’invitation », que se met en place la mission de quatre polytechniciens en Russie.

3 Nous reviendrons sur cet important ouvrage dans le chapitre « Les X racontent la campagne ».

4 Sans doute des recherches locales permettraient-elles d’améliorer notre connaissance de ces camarades, dont le destin a peut-être parfois excité la curiosité d’une famille.

Haut de page

Table des illustrations

Légende La campagne de Russie, 4 schémas figurant dans l’ouvrage d’Erik Egnell présenté plus loin, avec l’aimable autorisation de l’auteur
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/2229/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Marbach, « La campagne de Russie et les polytechniciens », Bulletin de la Sabix, 62 | 2018, 49-59.

Référence électronique

Christian Marbach, « La campagne de Russie et les polytechniciens », Bulletin de la Sabix [En ligne], 62 | 2018, mis en ligne le 18 février 2019, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/sabix/2229

Haut de page

Auteur

Christian Marbach

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© SABIX

Haut de page
  • Logo SABIX
  • OpenEdition Journals