Navigation – Plan du site
V. Suppléments

Thomas Lestelle

Ingénieur X 1815 (09.09.1796-15.01.1873)
Jean Lestelle
p. 171-176

Texte intégral

1Second de neuf enfants, Thomas Lestelle voit le jour le 9 septembre 1796 à Blois. Son père exerce le métier de tailleur‑marchand d’habits.

2Son enfance est sans doute marquée par l’épopée napoléonienne. Il entre à l’École Polytechnique au lendemain de ses dix-neuf ans, le 11 septembre 1815, trois mois après Waterloo, avec le numéro 10.

  • 1 Venu décorer de la légion d’honneur trois polytechniciens qui s’étaient illustrés le 30 mars 1815 c (...)

3Lors de la visite du Comte d’Artois1 à l’École, un certain nombre d’élèves ayant organisé un chahut à l’instigation d’Auguste Comte, une ordonnance royale du 13 avril 1816 décrète le licenciement de toute l’École. D’où un déraillement qui le suivra tout le long de sa carrière.

4La conjoncture économique est difficile, à Blois plus encore qu’à Paris. Le poids des indemnités à verser à la Coalition (700 millions de francs‑or) entraîne une réduction de moitié des dépenses publiques.

5On observe dans les milieux royalistes une certaine méfiance à l’égard des jeunes polytechniciens, souvent suspectés de bonapartisme, voire d’idées plus ou moins républicaines…

6Thomas LESTELLE renonce à regagner Blois, préférant tenter sa chance à Paris, où il n’a d’autres relations que ses cousins Lerond, résidant : 255, rue du Faubourg Saint‑Antoine dans le 11e arrondissement.

7Nombre de ses camarades (près du quart de sa promotion), s’orienteront vers la carrière militaire, mais il semble qu’elle ne l’ait pas attiré. Il a dû, quant à lui, se contenter de survivre en donnant des leçons de mathématiques et grâce à des emplois précaires (clerc de notaire ou autres), n’ayant encore que des connaissances théoriques ne lui ouvrant guère de débouchés.

  • 2 Gabriel Lamé, né à Tours un an avant Thomas Lestelle était certainement un proche. Ingénieur polyte (...)

8On perd ainsi sa trace pendant trois ou quatre ans, jusqu’au moment où (probablement grâce à des réseaux de polytechniciens) il s’embarque pour la Russie dans le sillage de l’ingénieur Gabriel Lamé (1795‑1870)2.

9Arrivé à Saint-Pétersbourg, il y rejoint ceux qui l’ont aiguillé dans cette voie, qui l’introduisent dans la « bonne société »…

10Après quelques tâtonnements, il a ainsi accès à des emplois qui lui conviennent et entre au service de la famille Demidoff, financiers dont les activités s’étendent au-delà du territoire russe.

11Il est rejoint un peu plus tard par Frédéric Le Play (1806‑1882) qui, également remarqué par le Comte Démidoff, se verra attribuer l’exploitation de ses mines métalliques dans l’Oural.

12Les affinités de Thomas Lestelle avec Frédéric Le Play ont sans doute contribué à refroidir ses relations avec d’autres saint-simoniens de plus en plus exaltés (Auguste Comte et le Père Enfantin).

13Les Demidoff confient à Thomas Lestelle la construction, puis la direction, d’une raffinerie de sucre à Saratov, dans le bassin de la Volga, région propice à la culture de la betterave.

14L’entreprise démarre dans de bonnes conditions jusqu’au jour où, en 1835, un incendie (dont l’origine reste obscure) détruit la plus grande partie des installations.

  • 3 Son frère, Eugène, venu à Moscou assister au mariage de Thomas, y a trouvé la mort dans des circons (...)
  • 4 D’origine réputée française.

15Entre-temps, il a épousé à Moscou le 13 avril 18283 Caroline Bartel (1806‑1878), fille d’un bijoutier de Moscou4 installé dans le voisinage immédiat du Kremlin. Elle lui a donné deux enfants : Jean-Auguste (1831‑1887) et Dorothée (1835‑1901).

16Suite au drame de Saratov, Thomas Lestelle décide de rentrer en France à la veille de ses quarante ans (sans avoir fait fortune) pour tenter une reconversion.

17Le parcours de près de 3 000 kilomètres s’effectue en traineau, dans la neige, des meutes de loups hurlant au loin. Ce voyage restera gravé dans la mémoire familiale…

18Sitôt rentré, il trouve à s’embaucher au Chemin de Fer Paris-Saint‑Germain et s’installe à Asnières, où Caroline donne le jour à un garçon, Henri (1836‑1918).

19En 1838, à l’issue des travaux du Chemin de Fer Paris‑Saint‑Germain, Thomas doit se résoudre à partir pour Mulhouse, œuvrer à la construction de la ligne Mulhouse-Thann avec le titre de sous-ingénieur, placé sous l’autorité de l’ingénieur en chef, Pierre-Dominique Bazaine (X1827 ; 1809‑1893) de 14 ans son cadet.

20La nouvelle ligne, première liaison ferroviaire internationale européenne est destinée notamment à l’approvisionnement en charbon et en coke de la région de Cernay en cours d’industrialisation. Elle mesure 20,4 km. Les travaux ont exigé près de 150000 m3 de terrassement. Les convois atteignent 50 km/h à la montée et 80 km/h à la descente, des vitesses folles à l’époque où les diligences ne dépassent pas 12 km/h…

21L’inauguration a lieu le 1er septembre 1839 en présence des autorités, dont Monsieur Teste, Ministre des Transports Publics, qui gratifie le sous-ingénieur d’une poignée de main digne et chaleureuse.

22Dans sa réponse au maire de Strasbourg, Monsieur Bazaine déclare : « Les sous‑ingénieurs dont l’activité, l’intelligence et le dévouement ont tant contribué à la prompte et bonne exécution des travaux de chemin de fer, sont M.M. Lestelle, Boulanger et Schwarz à Mulhouse ». Un hommage qui ne doit pas laisser le sous-ingénieur indifférent…

Cette estime restera dans la mémoire de Bazaine qui fit don du livre sur le Chemin de fer Mulhouse‑Than au fils Charles‑Alfred Lestelle bien plus tard, en 1890, avec cette dédicace.

  • 5 En plein développement, la population de Mulhouse passe de 20 000 à 120 000 habitants un siècle plu (...)

23Après les travaux du Mulhouse-Thann, Thomas participe à ceux de la ligne Mulhouse-Bâle5. La nouvelle ligne est inaugurée le 29 septembre 1841.

24Il poursuit sa carrière ferroviaire à la construction de la ligne Strasbourg‑Bâle toujours avec Pierre‑Dominique Bazaine et l’ingénieur Émile Clapeyron. Cette ligne mesure 140 km soit environ la moitié du réseau français de l’époque.

25Il y est nommé ingénieur. Enfin ! L’entreprise qui l’emploie prend le titre de « Chemins de Fer d’Alsace ». Strasbourg compte alors 70 000 habitants, contre plus de 260 000 aujourd’hui.

26La famille s’établit dans la capitale alsacienne par la suite, après la venue au monde d’un quatrième enfant, Charles‑Alfred, le 4 avril 1843. La grande ville offre des conditions plus favorables pour l’éducation des enfants. Par ailleurs, le salaire de Thomas Lestelle atteint 4 600 francs par an, suite à une augmentation. Mais rien n’est acquis : à partir de 1846, apparaissent les premiers signes d’une crise économique.

27Peu après la mise en exploitation de la ligne Strasbourg‑Bâle, M. Bazaine est nommé à la tête du chantier de la ligne Amiens‑Boulogne. Convaincu des capacités de Thomas Lestelle, il désire l’entraîner là‑bas avec lui, et lui propose 7 500 francs par an avec le titre d’ingénieur principal. Sensible à ces arguments et sans doute aussi aux responsabilités afférentes, Thomas accepte et les Lestelle s’en vont à Amiens. Ils n’y restent guère plus de trois ans. À la fin de 1847, la Compagnie estime que, les travaux étant terminés, elle peut et doit se passer des services onéreux de MM. Bazaine et Lestelle.

28Thomas Lestelle doit donc retourner en Alsace pour participer aux travaux du Paris-Strasbourg (il s’occupera du tronçon Strasbourg‑Saverne).

29L’ouverture de la ligne au trafic a lieu le 5 juillet 1848. Les objectifs atteints, la compagnie décide de réduire les effectifs.

  • 6 C’est à cette époque qu’est construite la Gare de l’Est et que l’on perce le Boulevard de Strasbour (...)

30Au même moment, la région parisienne est en plein essor6 et présente de nombreuses opportunités. Thomas Lestelle sent des menaces planer sur son emploi à Strasbourg et en tire les conséquences qui s’imposent.

31Fin 1855, il approche de la soixantaine et obtient une affectation à Paris. Thomas espère trouver ensuite des missions sur place, fut‑ce temporaires, et des conditions plus favorables pour l’avenir de ses enfants. Il parvient effectivement à dénicher une telle mission au Chemin de Fer de Ceinture.

32En 1851, il a eu la fierté de voir son fils aîné, Jean‑Auguste, entrer à Polytechnique, à l’âge de 19 ans.

33La famille de Thomas quitte Strasbourg en 1856 et s’installe à Paris au 23, rue Saint‑Quentin (10e arrondissement), à deux pas de la pharmacie Poulenc. Le jeune Henry, qui s’est découvert une vocation de chimiste, y fera ses premières armes.

  • 7 Parents du côté Bartel (épouse de Thomas).
  • 8 Les relations franco-russes se sont tendues à la suite des conflits d’intérêt au Moyen-Orient.

34Thomas Lestelle et son épouse Caroline retrouvent à Paris les cousins Joly et Wilden7 rentrés de Russie8.

35Jean-Auguste, diplômé de Polytechnique, est nommé sous-lieutenant au 1er Régiment du Génie à Arras, une arme qui doit lui rappeler le métier de son père. Il embarque pour Sébastopol le 23 août 1855 et en revient un an plus tard, une chance extraordinaire quand on sait que l’Armée Française a perdu 100000 hommes à l’issue de la guerre de Crimée.

36À 27 ans, Jean-Auguste Lestelle est promu capitaine et Chevalier de la Légion d’honneur. Dix ans plus tard, il épouse à Paris Marie Gast (1849‑1894), une fille de métallurgistes francs‑comtois, le 8 décembre 1868.

37Le deuxième fils, Henri, devient ingénieur-chimiste. Il travaille à l’usine Poulenc Frères créée en 1859 à Ivry‑Port (fabrication de médicaments et de produits chimiques, notamment de composés minéraux utilisés en photographie). Jeune homme brillant, Henri épouse Valentine Boucher (1846‑1928), la fille d’un pharmacien, le 20 juillet 1868 à Corbeil‑Essonne et s’établit avec sa femme à Ivry. Il a trente et un ans.

38Charles-Alfred, le cadet, va au lycée où il manifeste un goût pour les mathématiques et les sciences. Comme son frère aîné, il intègre l’École polytechnique dont il sort 6e ; il poursuit en faisant l’École des Ponts et Chaussées, dont il sort 4e. Il est nommé Ingénieur des Ponts à Metz en 1868 à 25 ans.

39Quant à Dorothée, que ses frères surnomment Désirée, elle fait la connaissance d’André-François Grosset (1824‑1860), télégraphiste, orphelin, qui vit dans un meublé. En dépit de sa situation modeste, il la charme ; mais il ne fait pas la conquête des parents. Début 1857, elle annonce à ces derniers son intention de l’épouser. Ses parents tentent en vain de l’en dissuader. Un contrat de mariage est signé le 28 avril 1857 et la cérémonie a lieu le 4 juillet, alors que Dorothée est à peine majeure. Le mariage ne durera guère. Le jeune homme décède le 6 novembre 1860 à Bompas, près de Perpignan et la jeune femme rejoint alors le foyer de ses parents. Elle ne contractera pas d’autre union.

40Le règne du Prince-Président ouvre une période de stabilité qui prend fin malheureusement avec la guerre de 1870. La déclaration de guerre de la France à la Prusse, le 19 juillet 1870, est liée à la candidature Hohenzollern au trône d’Espagne.

41De violents combats s’engagent en Alsace-Lorraine (Wissembourg, Forbach-Spicheren). Ils tournent à l’avantage des Prussiens. Metz est encerclé et, après quelques tentatives de sortie (bataille de Saint‑Privat‑Gravelotte), capitule le 27 octobre. Charles‑Alfred Lestelle, ingénieur des Ponts à Metz depuis deux ans, parvient à fuir et à rejoindre la France en traversant la Belgique.

42Les Prussiens envahissent le Nord et Paris est encerclé. Thomas Lestelle et son épouse Caroline ont réussi à trouver refuge chez sa sœur, Madame Conrad Rück, à Blois. Cependant, ils sont rattrapés par les Prussiens qui occupent la Touraine. Chez Madame Rück se produit un incident mémorable. Les officiers prussiens réclament des pichets de vin, que la domestique leur apporte après les avoir copieusement additionnés d’eau : protestation des destinataires, menaces d’emprisonnement, intervention de Madame Rück, dont la maîtrise de la langue allemande et la diplomatie parviennent à calmer la colère.

  • 9 La France s’est engagée à protéger le pape Pie IX contre les partisans de Garibaldi. Jean-Auguste s (...)

43Pendant ce temps, Jean-Auguste Lestelle, qui était à Rome dans les troupes françaises9, a été rappelé à Paris le 9 août 1870. Il est affecté à la construction de forts et participe à l’attaque de la gare aux Bœufs à Choisy‑le‑Roi, jusqu’à la reddition. Le 29 janvier 1871, il est nommé chef de bataillon après la Commune…

44Thomas et Caroline regagnent Paris, au 145 de la rue de Rennes, où ils se sont installés après le départ de Charles-Alfred. Ce dernier, affecté à Cherbourg, y épouse Mathilde Perrotte (1851‑1924), fille du greffier du Tribunal, le jeudi 3 octobre 1872.

45Thomas, dont la santé s’était gravement altérée, ne peut s’y rendre et décède trois mois plus tard le 5 janvier 1873, à l’âge de 77 ans.

46Jean-Auguste meurt pratiquement quinze ans plus tard, le 2 mars 1887, à 55 ans. Lieutenant-colonel, promu officier de la Légion d’honneur le 7 août 1877, il avait quitté l’armée en 1882 pour infirmité et s’était installé à Versailles, au 49 rue de Satory.

47Henri, qui avait perdu la vue lors d’un accident de laboratoire réside également à Versailles, au 81‑83 avenue de Saint‑Cloud puis à Paris, au 97 boulevard de Montmorency (16e arrondissement). Il y décède le 23 juillet 1918 à l’âge de 83 ans.

48Charles-Alfred, retraité à Versailles au 54 de la rue Albert Joly, après 37 ans d’activité dans les Ponts et Chaussées, est décédé à Paris à l’âge de 66 ans, le 13 janvier 1910, au cours d’une intervention chirurgicale délicate, mais qu’il n’avait pas souhaité différer.

49Dorothée, demeurée auprès de ses parents à Paris, avait accompagné sa mère après le décès de Thomas au 49 rue de Satory à Versailles.

50Après le décès de cette dernière en 1884, elle a vécu au foyer de Jean‑Auguste, puis d’Henry, où elle s’est éteinte le 25 mars 1901 (à 66 ans).

51Le testament rédigé par Thomas en 1869 et celui rédigé par son épouse traduisent l’harmonie du ménage, et la même préoccupation du sort de Dorothée restée veuve et sans postérité. Les trois frères sont chargés de veiller à sa subsistance. Et pourtant, les aléas de la conjoncture économique et des affaires parfois malheureuses ont entamé leur patrimoine. Caroline, après avoir réparti les bijoux et attribué le mobilier, recommande ses enfants à Dieu et les enjoint de toujours préserver entre eux concorde et bienveillance.

52Le désir de mieux connaître le profil et le déroulement de l’existence d’ancêtres, dont nous n’avions qu’une vision quelque peu superficielle, nous aura permis de découvrir un contexte, des préoccupations, des difficultés, des joies et des peines impressionnantes et de mieux mesurer ainsi ce dont nous sommes redevables à ces personnages désormais plus proches de nous.

En guise de conclusion :

53La vie de Thomas Lestelle, si on la survole rapidement, avec ses multiples changements, peut laisser entrevoir un caractère versatile, prompt à s’enthousiasmer ou à se décourager.

54En fait, il n’en est rien. Ses multiples déménagements, ce nomadisme apparent, est, le plus souvent l’effet des circonstances défavorables, que ce soit le licenciement de l’École Polytechnique, l’incendie de l’usine de Saratov, ou les vicissitudes des compagnies de chemin de fer, celles-ci aux prises avec des problèmes financiers, avec la concurrence des programmes de canaux, ou victimes des crises économiques.

55On est, au contraire, impressionné par sa capacité à rebondir et à faire face aux obstacles, aptitude grâce à laquelle il ne se retrouve jamais sans emploi. Ses capacités, l’estime de ses supérieurs, ses amitiés, y sont sans doute pour beaucoup. Il suffit à ce sujet de lire le jugement que porte sur lui Dominique Bazaine, ce brillant polytechnicien, de quinze ans plus jeune que lui, qui avait accueilli assez froidement cet ancien à son retour de Russie, mais qui, ensuite, l’ayant vu à l’œuvre, traçait de lui, douze ans plus tard : un portrait très élogieux, écrivant notamment : « c’est un de ces hommes comme il en faudrait beaucoup en France ». Ses déceptions sur le plan professionnel ont, sans doute, été sensiblement compensées par les satisfactions qu’il devait éprouver devant les trajectoires suivies par ses garçons, plus ou moins inspirés par l’exemple paternel.

Haut de page

Notes

1 Venu décorer de la légion d’honneur trois polytechniciens qui s’étaient illustrés le 30 mars 1815 contre les Russes et les Prussiens à Vincennes.

2 Gabriel Lamé, né à Tours un an avant Thomas Lestelle était certainement un proche. Ingénieur polytechnicien, il œuvra activement au développement des échanges scientifiques et technologiques entre la Russie et la France.

3 Son frère, Eugène, venu à Moscou assister au mariage de Thomas, y a trouvé la mort dans des circonstances qu’on ignore.

4 D’origine réputée française.

5 En plein développement, la population de Mulhouse passe de 20 000 à 120 000 habitants un siècle plus tard.

6 C’est à cette époque qu’est construite la Gare de l’Est et que l’on perce le Boulevard de Strasbourg, annonçant les futurs travaux du baron Haussmann.

7 Parents du côté Bartel (épouse de Thomas).

8 Les relations franco-russes se sont tendues à la suite des conflits d’intérêt au Moyen-Orient.

9 La France s’est engagée à protéger le pape Pie IX contre les partisans de Garibaldi. Jean-Auguste sera décoré de l’Ordre Pontifical le 11 septembre 1866.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/2341/img-1.jpg
Fichier image/, 56k
Légende Cette estime restera dans la mémoire de Bazaine qui fit don du livre sur le Chemin de fer Mulhouse‑Than au fils Charles‑Alfred Lestelle bien plus tard, en 1890, avec cette dédicace.
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/2341/img-2.jpg
Fichier image/, 72k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Lestelle, « Thomas Lestelle », Bulletin de la Sabix, 62 | 2018, 171-176.

Référence électronique

Jean Lestelle, « Thomas Lestelle », Bulletin de la Sabix [En ligne], 62 | 2018, mis en ligne le 18 février 2019, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/sabix/2341

Haut de page

Droits d’auteur

© SABIX

Haut de page
  • Logo SABIX
  • OpenEdition Journals