Navigation – Plan du site

Recension du livre d’Alfred Sauvy Aux sources de l’humour

Alfred Sauvy, Aux sources de l’humour, Paris, Odile Jacob, 1988
Pierre Laszlo
p. 73-76
Référence(s) :

Alfred Sauvy, Aux sources de l’humour, Paris, Odile Jacob, 1988

Texte intégral

1Alfred Sauvy avait 90 ans à la parution de ce livre vif et alerte, en 1988. À le lire, on n’a jamais le sentiment de l’œuvre d’un vieillard. L’ouvrage se dévore. Il m’a été impossible de l’abandonner, une fois sa lecture commencée.

2C’est une sorte d’anthologie de citations humoristiques, bien évidemment, empruntées aux grands auteurs – non pas tant du genre, que de la littérature ; Sauvy était un fin lettré, d’une érudition plus qu’estimable. Il cite ainsi le délicieux roman, paru en 1924, d’un diplomate français en poste à Tokyo, publié sous le pseudonyme de Thomas Raucat, L’honorable partie de campagne.

3Le livre de Sauvy fut publié par Odile Jacob, dans les débuts de sa maison d’édition. Il est attachant, car son auteur ne dénigre jamais. Tout au contraire, il exprime son admiration pour de grands humoristes, anciens ou contemporains, et les cite à bon escient, dans telle ou telle de ses multiples rubriques, poursuivant une analyse des ressorts comme des manifestations de l’humour. Une analyse qui parvient à être quasiment exhaustive – les contrepèteries n’y figurent pas –, sans jamais devenir lassante.

Couverture du livre d’Alfred Sauvy Aux sources de l’humour, Odile Jacob, 1988.

Couverture du livre d’Alfred Sauvy Aux sources de l’humour, Odile Jacob, 1988.

4Sauvy avait plusieurs raisons de privilégier l’humour dans son existence et ses écrits : son origine catalane, Perpignan d’où il était issu et la taquinerie joyeuse qui s’y donne cours ; l’intimité avec ce professionnel de la plaisanterie et de la répartie qu’était Tristan Bernard (1866-1947) ; et, peut-être surtout, sa participation à la Grande Guerre : elle lui laissa, comme à Jacques Spitz (1896-1963) auquel l’un de nos précédents bulletins fut consacré, le sentiment de la précarité de l’existence et, par conséquent, de l’importance du rire, voire de la moquerie.

5Tristan Bernard : l’ayant côtoyé de près, pour avoir été son secrétaire, Sauvy l’admirait beaucoup. Son livre cite nombre de ses traits d’esprit. « Puissant, pénétrant, délicat sous une apparente légèreté, (…), il n’a été, même de son vivant, que partiellement compris. » (page 48).

6L‘origine catalane : le canular du duc d’Andorre vit-il la participation active d’Alfred Sauvy ? Quoi qu’il en soit, en avril 1921, grande demi-finale de rugby à Paris, entre Perpignan et le Racing. Un Perpignanais dénommé Izarn retient pour le prétendu souverain d’Andorre et sa suite six chambres à l’hôtel Meurice, rue de Rivoli. Victoire de Perpignan. La note est présentée au duc, qui la fait transmettre à son chambellan, puis à son trésorier ; le directeur du Meurice s’aperçoit enfin qu’il a été floué.

7Leur commune pratique du rugby au Racing fit d’Alfred Sauvy et Jacques Tati (1907-1982) de grands amis, toute leur existence durant. Ailleurs dans ce numéro, David Bellos en donne un récit captivant. Tati est fréquemment cité dans Aux sources de l’humour, dont cette évocation admirative (p. 191-2) d’un happening dans un restaurant, que je ne résiste pas au plaisir de citer :

« (Il) se mit tout à coup à reconstituer les évènements de mai 1968. Tout y est passé : il était tantôt le préfet de police, tantôt la foule d’étudiants, tantôt Pompidou au téléphone. Venaient ensuite la réouverture des pompes à essence et la fin de l’aventure. Cette fois encore, les clients, les serveurs, des passants attirés par les rires s’étaient réunis par centaines autour de ce numéro sensationnel, qui n’a pas été enregistré plus que d’autres. »

8Comme on le sait, Henri Bergson (1859-1941) donna une série de trois conférences sur le rire, d’où il tira un livre, qui parut en 1900. La thèse du philosophe est que ce qui provoque le rire est le placage de la mécanique sur du vivant. Dans son livre, Sauvy dialogue avec Bergson, qu’il mentionne ou cite tout aussi fréquemment que Tristan Bernard. Il le qualifie (p. 86) de « troublant, troubleur, trouble-fête » – une accumulation d’épithètes surprenante sous la plume de Sauvy, pour qui la concision était une morale.

9Sauvy cite plusieurs passages du Rire, dont « Pourquoi rit-on d’un orateur qui éternue, au moment le plus pathétique de son discours ? ».

  • 1 Voir l’article de Pierre Laszlo « Sauvy et la langue française » dans le présent bulletin. (Ndlr).

10Comme narré ailleurs dans ce bulletin1, dans sa défense de la langue française, le Catalan Sauvy se lia d’amitié avec le Gascon Robert Escarpit (1918-2000). Escarpit donna une préface à ce livre-ci. Sauvy nous y apprend qu’ils furent l’un et l’autre sollicités, vers 1955, pour tirer une pièce de théâtre d’une idée de Jules Romains (1885-1972), dans la mouvance de Knock, sur la « iatocratie » (la prise de pouvoir par les médecins) — projet qui hélas avorta.

11Sauvy était-il lui-même un humoriste ? Il était tout au moins orfèvre en la matière pour avoir composé des mots croisés. En effet, leurs définitions recourent, de façon systématique, à une distanciation par l’humour. Au nombre des exemples que cite Sauvy, le terme « laboratoire » et sa définition épistémique : « on en attend, avec impatience, une réponse négative. » Durant les années 1920, Sauvy améliora ses fins de mois en composant des grilles pour diverses publications : trois mots croisés hebdomadaires pour Le Matin, un pour Marianne et, pendant un certain temps, un autre pour Le Petit Journal, et encore un pour la page des jeux d’un autre hebdomadaire, Vu.

12Sauvy ne manque pas de citer élogieusement les Propos d’O. L. Barenton, confiseur, d’Auguste Detoeuf (1870-1946), en exemple de la culture polytechnicienne et de son esprit. Au même titre, il offre des exemples de l’argot des X : cocon, magnan, sesqui, géométral, exo, et bunouste – ce dernier qualifiant le lit, dans un casert. De plus il déplore l’appauvrissement de ce dialecte, qu’il impute, justement ou injustement, au transfert de l’École à Palaiseau.

13Je vous encourage à la lecture de ce livre, qui est un constant plaisir : Queneau y côtoie Groucho Marx, Cavanna avoisine Raymond Devos, Pagnol et San Antonio y sont présents, tout comme Voltaire et Clémenceau.

Haut de page

Notes

1 Voir l’article de Pierre Laszlo « Sauvy et la langue française » dans le présent bulletin. (Ndlr).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Couverture du livre d’Alfred Sauvy Aux sources de l’humour, Odile Jacob, 1988.
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/2469/img-1.png
Fichier image/png, 312k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Laszlo, « Recension du livre d’Alfred Sauvy Aux sources de l’humour », Bulletin de la Sabix, 63 | 2019, 73-76.

Référence électronique

Pierre Laszlo, « Recension du livre d’Alfred Sauvy Aux sources de l’humour », Bulletin de la Sabix [En ligne], 63 | 2019, mis en ligne le 17 juillet 2019, consulté le 20 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/sabix/2469

Haut de page

Auteur

Pierre Laszlo

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© SABIX

Haut de page
  • Logo SABIX
  • OpenEdition Journals