Navigation – Plan du site

Un exemple de multidisciplinarité : Alexandre Vandermonde (1735-1796)

Jacqueline Hecht
p. 101-130

Notes de la rédaction

Article publié dans la revue Population, 26e année, n° 4, 1971. p. 641-676 ; doi : 10.2307/1529855 https://www.persee.fr/doc/pop_0032-4663_1971_num_26_4_5292

Texte intégral

1Cet article de Jacqueline Hecht a donné lieu aux commentaires ci-dessous d’Alfred Sauvy, publiés dans le même numéro de la revue Population :

« En même temps qu’il nous révèle un auteur peu connu, l’article remarquable de Mme Hecht nous ouvre tout un monde de réflexions, d’une part sur les idées économiques de ce personnage curieux, d’autre part, et de façon plus générale, sur les effets de la culture, par un même homme, de plusieurs disciplines. Vandermonde est trop ouvert, pour ne pas être en proie, dans ses idées économiques, à divers courants. Sur le libéralisme d’Adam Smith - J.-B. Say est greffée une idée foncière d’intervention, attardée ou en avant-garde, peu importe, signe classique en tout cas d’espérance dans l’homme et de confiance dans la maîtrise de nos destinées. Sur un plan plus concret, le fond de ses idées est la croyance en une grande élasticité de la production, sous l’effet d’une demande stimulée ; cette confiance, qui remonte à tout le moins à Law, est enracinée dans le cœur de l’homme et revient constamment, sous des formes nouvelles. Comme la plupart des raisonnements économiques, celui-ci fait abstraction du temps, des délais et des inerties. Le conflit n’est donc pas sur le principe ou la condamnation des assignats, mais sur leur rythme. Aucun théoricien, qu’il s’agisse de Dutot, de Sismondi, de Keynes et de tant d’autres, ne fait intervenir le facteur temps, fatalement lié aux circonstances du moment. Cette notion d’élasticité dans le temps est encore la grande lacune des théories les plus modernes. Quant à l’effet de la culture de plusieurs disciplines chez un même homme, il révèle toujours, au premier abord, ses défauts, car il apparaît inévitablement que chaque partie aurait pu être approfondie davantage. D’autre part, l’opinion, même scientifique, admet plus facilement le spécialiste, ne serait-ce que par souci de simplicité et de classement. Ce jugement commode et spontané laisse cependant de côté les nombreux effets qu’a pu avoir Vandermonde sur les idées d’autres hommes. Par des cheminements peu visibles, cet homme étonnant a pu, grâce à ses butinements, répandre la culture et provoquer de véritables fécondations. Des regrets ? Chacun peut les nourrir à son gré, mais resteront toujours les leçons de cet homme épris de savoir, acharné à tailler dans la carrière inépuisable de la connaissance. »

Couverture de la revue Population, 26e année, n° 4, 1971

Couverture de la revue Population, 26e année, n° 4, 1971

2Présentation de l’article de Jacqueline Hecht dans le numéro de la revue Population où il a été publié.

  • 2 [Ndlr : la note 1 de la version papier de cet article a été intégrée dans les « Notes de la rédacti (...)
  • 3 Nous remercions particulièrement de leur aimable accueil Mlle Desprez et M. Seure à l’École polytec (...)

Les doctrines de population sont souvent le fait d’hommes non spécialisés dans l’analyse démographique qui ont été attirés en dehors de leur discipline ou qui, ayant touché d’assez près à plusieurs, élargissent leur champ, le plus souvent de façon fructueuse. Des recherches entreprises à l’École polytechnique2, à l’École Normale3, à la Bibliothèque Nationale et à la Bibliothèque de la Ville de Paris, ont remis en lumière la curieuse figure du titulaire de la première chaire officielle d’économie politique en France, Alexandre-Théophile Vandermonde. Juriste, mathématicien et musicien, chimiste, physicien, mécanicien, et enfin économiste-démographe, Vandermonde offre un exemple étonnant de cette multidisciplinarité devenue si rare et si recherchée de nos jours. Plurivalent comme William Petty, il se recommande à nous, plus encore que par le fameux « déterminant » qui a gardé son nom, par ses efforts pour répandre, sous la Révolution, les principes de l’économie politique. Cet homme remarquable, mal connu, souvent confondu avec son père ou son demi-frère, est présenté ici par Mme Jacqueline Hecht, chargée à l’INED des études sur les doctrines de population.

Les origines et la jeunesse de Vandermonde4

  • 4 Voir notamment Lacépède : « Notice sur la vie et les ouvrages de Vandermonde… lu (sic) le 15 germin (...)
  • 5 La famille Vandermonde, d’origine flamande, s’était fixée à Landrecies (Nord) vers la fin du xve si (...)

3Vandermonde grandira dans une atmosphère médicale si propice, comme on le sait depuis Petty et Quesnay, à la science économique. Chirurgien-major au service de la Compagnie des Indes, son père Jacques-François5 a, d’un premier mariage à Macao, un fils, Charles (1727-1762).

4Veuf, il retourne en France en 1732, est reçu à nouveau docteur en médecine à Paris, en 1743. D’un second mariage, en 1733, avec Jeanne Dailly, de Landrecies, fille d’un maître de poste, il a, en 1735, un fils, celui-là même qui nous intéresse, Alexandre-Théophile.

  • 6 Voir son Essai sur les moyens de perfectionner l’espèce humaine (Paris 1756), cité par J. S. Spengl (...)

5Le docteur J.-F. Vandermonde meurt en 1746. Son premier fils, Charles, également docteur en médecine en 17486 éditeur du Recueil périodique d’observations de médecine (1756-1757) et du Journal de médecine (1758-1762), meurt le 28 mai 1762, la veille de son mariage. Alexandre-Théophile mourra également sans postérité.

  • 7 Acte de baptême du mardi 1er mars 1735, en l’église Saint-Germain-l’Auxerrois, reproduit par A. Bir (...)
  • 8 Sa mère, Jeanne Dailly, qui demeurait avec lui, retourne alors dans sa ville natale, où elle mourra (...)

6Né le 28 février 1735, à Paris7, notre futur économiste est reçu bachelier en droit à Paris en 17578. L’héritage paternel, à la mort de son demi-frère, en 1762, lui permet de s’adonner à son vif penchant pour les mathématiques. Il fréquente les Encyclopédistes, notamment Diderot et d’Alembert, et fait la connaissance des mathématiciens, ou « géomètres », Fontaine et Dionis du Séjour.

7Le 28 novembre 1770, un Mémoire sur la résolution des équations lui ouvre les portes de l’Académie des Sciences, section de géométrie. Adjoint géomètre le 20 mai 1771, il poursuivra sa carrière au sein de l’Académie : associé géomètre en 1779, pensionnaire en 1785.

Travaux mathématiques

  • 9 Voir A.-T. Vandermonde : « Mémoire sur la résolution des équations », Histoire de l’Académie royale (...)
  • 10 Cités par A. Birembaut, op. cit., p. 532.

8Sa première communication, Mémoire sur la résolution des équations, n’a été publiée qu’en 17749. Vandermonde signala, modestement, qu’on pouvait remarquer « quelques conformités » entre son mémoire et celui de Lagrange, paru postérieurement. Il y cherchait la solution des équations du 5e degré et au-delà, en n’introduisant aucune inconnue, mais en simplifiant les méthodes et en diminuant la longueur des formules. « II fallait de la force et bien du courage pour suivre aussi loin une théorie aussi épineuse et des calculs aussi compliqués », déclarèrent Bézout et Condorcet10.

9Pour Grandjean de Fouchy, les recherches de Waring, Lagrange et Vandermonde offraient des résultats « piquants par leur singularité, leur élégance et la force de tête nécessaire pour y parvenir ».

  • 11 Voir H. Lebesgue : « L’œuvre mathématique de Vandermonde (Conférence faite à l’université d’Utrecht (...)

10Les commentateurs iront encore plus loin. H. Lebesgue11 cite l’opinion de Cauchy, celle de Kronecker, pour lequel l’essor moderne de l’algèbre commence avec ce premier mémoire de Vandermonde, ou encore celle de Niels Nielsen qui qualifie cette publication de « merveilleuse » et voit dans Vandermonde un précurseur d’Abel. De même, pour Lebesgue, il est injuste d’attribuer à Gauss la solution des équations binômes. Dans tous ses calculs, Gauss suit pas à pas Vandermonde, en le perfectionnant ; s’il ne l’a pas cité, c’est que, pour lui, Vandermonde n’avait fait qu’esquisser le problème, sans démonstration rigoureuse.

  • 12 A.-T. Vandermonde : « Mémoire sur l’élimination ». Histoire de l’Académie… année 1772, seconde part (...)
  • 13 H. Lebesgue explique comment, en oubliant la convention de notation choisie par Vandermonde et en i (...)

11Le 12 janvier 1771, il lut à l’Académie un Mémoire sur l’élimination, publié en 177612 où il cherchait une formule d’élimination générale et unique des inconnues dans les équations algébriques. Dans ce mémoire, dit Lebesgue, Vandermonde utilise une notation des déterminants, qui est, en somme, la nôtre ; mais le déterminant dit « de Vandermonde » ne se trouve ni là, ni ailleurs13.

  • 14 A.-T. Vandermonde : « Remarques sur les problèmes de situation ». Histoire de l’Académie… année 177 (...)
  • 15 Note découverte par Maxwell et reproduite par H. Lebesgue, op. cit., p. 29.

12Dans le mémoire suivant, Remarques sur les problèmes de situation, lu le 4 mai 177114, Vandermonde reprenait les travaux de Leibniz sur la geometria situs ou géométrie de situation, propre à calculer les rapports de position des différents corps dans l’espace. Ces travaux avaient abouti aux essais de Leibniz, sur le jeu du solitaire, et d’Euler, sur la marche du cavalier aux échecs. Vandermonde s’efforçait de trouver, pour ce dernier problème, une notation très simple, ainsi qu’une nouvelle notation des points par lesquels doivent passer les fils d’une étoffe. En ce domaine, tout au moins, Gauss reconnut ses mérites. Le 22 janvier 1833, il écrivait dans son cahier d’électrodynamique : « Sur la géométrie de situation, que Leibniz pressentit et sur laquelle seulement une (sic) couple de géomètres, Euler et Vandermonde, jetèrent un regard atténué, savons-nous et avons-nous, après 150 ans, encore beaucoup plus que rien ? »15.

  • 16 A.-T. Vandermonde : « Mémoire sur les irrationnelles des différents ordres avec une application au (...)
  • 17 E. Merlieux, in Hoefer, Nouvelle biographie générale, tome 45 (Paris, 1866), p. 914, relève sa bell (...)

13Son dernier travail de mathématiques, Mémoire sur des irrationnelles des différents ordres…16 offrait, suivant le commentaire, une nouvelle route aux recherches des géomètres, et assurait à son auteur un droit légitime à la gloire17. Vandermonde y expose la théorie des puissances de second ordre, reprise plus tard par Arbogast sous le nom de « factorielles » (Lacroix utilisera également sa notation des factorielles).

  • 18 Cf. A. Birembaut, op. cit., p. 532.
  • 19 D’après N. Nielsen, cité par H. Lebesgue, op. cit., p. 29, note 2, Cari Itzigsohn aurait donné à Be (...)

14En décembre 1773, Vandermonde annonce à l’Académie un mémoire Sur une suite d’équations aux différences finies à plusieurs variables, mais ne le présentera pas18. Sa carrière mathématique s’arrête là19.

  • 20 Cité par A. Birembaut, op. cit., p. 531.
  • 21 A.-S. de Montferrier : Dictionnaire des sciences mathématiques pures et appliquées, Paris, 1835, p. (...)
  • 22 Cf. H. Lebesgue, op. cit., p. 42.

15Vandermonde mathématicien était-il reconnu par ses contemporains à sa juste valeur ? L’astronome russe Lexell écrivait de Paris en 1781 : « M. Vandermonde passe pour être un homme de talent, quoiqu’il n’en ait pas la mine… Il est petit et son front ne passerait jamais pour le front d’un mathématicien. »20 Ce qui desservait Vandermonde, c’était sa modestie, sa répugnance à revendiquer l’antériorité de ses travaux, et la faible diffusion de ses mémoires. Pourtant, en 1835, A.-S. de Montferrier voyait en lui « un des plus remarquables de ceux qui ont déterminé quelque progrès dans la science, durant la seconde moitié du xviiie siècle »21. Le jugement le plus autorisé reste celui de H. Lebesgue : Vandermonde n’a pas senti l’importance de ses propres recherches, faute d’y avoir suffisamment réfléchi. S’il eut réellement du génie et dépassa son époque, ses travaux ne peuvent néanmoins être compris qu’à la lumière des recherches contemporaines de Lagrange, et postérieures de Gauss, Abel ou Galois22.

De la mécanique à la physique

  • 23 A. Birembaut voit en lui surtout un mécanicien, se passionnant, comme on le verra, pour les problèm (...)
  • 24 Cf. A. Birembaut, op. cit., p. 532.
  • 25 Ibid.
  • 26 Voir ci-dessous, p. 650, le rôle de Vandermonde aux Arts et Métiers sous la Révolution.

16Son attention se détourna très tôt vers d’autres domaines, mécanique23 physique et musique. Dès août 1771, il examine avec Vaucanson un automate écrivant24. Après la mort de Vaucanson, en 1782, il devient, le 15 octobre 1783, conservateur du « Cabinet des Mécaniques du Roi », créé par Vaucanson en l’hôtel de Mortagne25, embryon du futur Conservatoire des Arts et Métiers26.

  • 27 Voir « Expériences faites par ordre de l’Académie, sur le froid de l’année 1776. Par MM. Bezout, La (...)
  • 28 Mémoire sur le fer considéré dans ses différents états métalliques, par MM. Vandermonde, Berthollet (...)

17A l’Académie, Vandermonde collabore avec ses confrères les plus éminents. C’est ainsi qu’en 1776, en compagnie de Bézout et Lavoisier, il eut à rendre compte du froid exceptionnel de cette même année27. Mais c’est surtout avec Berthollet et avec Monge que ses rapports furent étroits et durables. Les trois confrères souvent réunis, parmi les machines de Vaucanson, s’intéressaient particulièrement aux recherches sur les gaz et à la fabrication de l’acier, pour appliquer les procédés anglais. Vandermonde et Berthollet ont présenté à l’Académie, en mai 1786, avec le concours de Monge, un « mémoire sur le fer considéré dans ses différents états métalliques »28.

  • 29 Voir Rapport fait à l’Académie le 7 septembre 1790, des moyens hydrauliques présentés par M. Detrou (...)
  • 30 S. Lacroix, op. cit., 2e série, tome VII, p. 135.

18Au début de la Révolution, Vandermonde procédait, en compagnie de Monge, Condorcet et Meusnier, à l’examen d’un mémoire sur l’élévation des eaux de la Seine présenté par M. Detrouville, le 12 janvier 1790, à la deuxième Assemblée des Représentants de la Commune de Paris29. Enfin, le 26 janvier 1792, il était chargé par l’Académie, avec MM. Coulon et Bossut, d’examiner un moulin mécanique, présenté par l’inventeur Levayer ou Le Vayer, et le refusa30.

D’un nouveau système musical

  • 31 II jouait sans doute du violon. Voir A. Birembaut, op. cit., p. 533.
  • 32 « Système d’harmonie applicable à l’état actuel de la musique, par M. Vandermonde, de l’Académie ro (...)

19Le savant était en concurrence avec l’artiste. Dès 1778, il s’était mis en tête de construire sinon une nouvelle théorie de la musique, tout au moins un nouveau système. Musicien lui-même31, il demanda leur caution à des compositeurs renommés Philidor, Gluck et Piccini, avant de présenter à l’Académie, en 1778, son système d’harmonie.32 S’il n’emploie pas le mot « théorie », c’est qu’il pense que la musique ne peut en avoir une : voilà une matière « où jamais géomètre n’affirmera positivement une proposition ». Le mathématicien montre ici l’oreille, le mécanicien ne tarde pas à apparaître : Vandermonde dit en effet avoir construit une table d’accords pouvant être exécutée par une machine, dans un ordre dépendant de la volonté. L’instrument le plus approprié serait, selon lui, l’harmonica, inventé par Franklin.

  • 33 Voir Jean-Benjamin de Laborde : Essai sur la musique ancienne et moderne, tome III (Paris, 1780), c (...)
  • 34 « Second mémoire sur un nouveau système d’harmonie applicable à l’état actuel de la musique », par (...)
  • 35 Laborde, mécontent, s’en remit à l’arbitrage d’un tiers, l’abbé Roussier, qui, lui, ne vit qu’une c (...)
  • 36 Voir A. Choron et F. Fayolle : Dictionnaire historique des musiciens… tome II (Paris, novembre 1811 (...)

20Ce mémoire entraîna, peu de temps après, la réaction de J.-B. de Laborde, fermier général, qui accusa Vandermonde d’« envelopper » son système, au lieu de l’exposer en détail33. Vandermonde lut alors à l’Académie, en 1780, un second mémoire34 où il développait sa loi générale de l’harmonie (succession des accords et arrangement des parties), et soulignait que « les mathématiques peuvent encore être utiles en cette matière pour apprendre à être conséquent, à reconnaître ce qui mérite le nom de lois, et à substituer des formules vraiment générales à des préceptes particuliers et incohérents ». Le système de Vandermonde fut-il vraiment accepté par les théoriciens de la musique ? Les géomètres, dit-on, le trouvèrent excellent musicien, et les musiciens excellent géomètre. C’est à Vandermonde, néanmoins, que d’Alembert confia le soin d’examiner deux mémoires adressés par Laborde à l’Académie ; occasion d’une nouvelle polémique, Vandermonde affirmant que « l’oreille des virtuoses ne prouve rien quand il est question de précision mathématique ».35 II fallut cependant attendre le milieu du xixe siècle pour que Vandermonde musicien fût partiellement réhabilité36.

La formation économique de Vandermonde

21Vers les années 1780, l’intérêt de Vandermonde avait d’ailleurs été attiré par l’économie politique. Il avait 23 ans, lors de l’impression du Tableau économique, en 1758, 39 lors du passage de Turgot au Contrôle général, et 41 à la parution de la Richesse des nations.

  • 37 A Londres en 2 volumes in-4°, et à Dublin en 3 volumes in-8°.

22L’ouvrage qui devait devenir sa bible était Inquiry into the Principles of Political Economy, de James Steuart (1767)37 antérieur à Smith. Il se met alors à lire avec avidité un grand nombre d’ouvrages économiques, à rassembler des notes et à fréquenter les initiés.

23Il cite, en les louant, des auteurs français : le Rousseau du Contrat Social (1762), le Turgot des Réflexions sur la formation et la distribution des richesses (1766), le Condorcet des Réflexions sur le commerce des blés (1776), et voit dans l’Essai analytique sur la richesse et l’impôt, de Graslin (1767), l’« un des meilleurs livres… écrits en France sur l’économie politique ».

24Il s’inspire également d’Etienne Clavière, futur ministre des Contributions, et de ses lettres sur la Foi publique envers les créanciers de l’État (1788), n’ignore pas le marquis Charles de Casaux, homme singulier, dont l’important ouvrage, Considérations sur quelques parties du mechanisme (sic) des sociétés, parut en 1785-1788. Et il a connu le fermier général Hocquart de Coubron, auteur de plusieurs ouvrages sur les finances, et put avoir communication de quelques-unes de ses tables sur les monnaies, les prix et l’intérêt de l’argent à différentes époques.

25A cette liste, ajoutons des auteurs étrangers de langue française, comme le Hollandais Isaac de Pinto, ou l’Italien Galiani, « plein de génie ». Le Traité de la législation (« Scienza della legislazione ») d’un autre Italien, Filangieri, lui semble clair et méthodique, malgré certaines idées erronées.

  • 38 « Ces imprudents sectaires qui ont jeté tant de fausses idées parmi nous sur le commerce, et qui s’ (...)

26Ce sont là d’assez bonnes lectures, mais il est surprenant que Vandermonde semble ignorer les grands ancêtres, Boisguilbert, Cantillon ou Melon. Quant aux physiocrates, il les combat, aussi bien sur le produit net que sur le laissez faire. Il va jusqu’à les accuser d’avoir été soudoyés par les Anglais pour propager la subversion en France38.

27Ce que Vandermonde annonce, c’est l’avènement de l’économie politique anglaise, dont le règne sera assis en France par J.-B. Say. Il remarque que si les Anglais ont plus approfondi cette science que les autres, c’est qu’ils sont libres, oisifs et gens d’esprit. Il restera cependant fidèle à une certaine tradition française mercantiliste.

  • 39 Par E.-F. de Senovert, sous le titre de Recherches sur les principes de l’économie politique, Paris (...)

28Parmi les auteurs anglais, Vandermonde se réfère aussi bien à William Paley (Principes de la philosophie morale et politique), qu’à James Anderson et à ses idées sur la rente foncière, à l’excellent discours sur le commerce de Josiah Child, qu’à « Jean » Law. Ses véritables maîtres sont Arthur Young, Adam Smith et surtout James Steuart, dont il fit traduire l’Inquiry39. La mise en route de cette traduction fut sa première initiative publique en matière économique.

Vandermonde et la Révolution

  • 40 II était loin de refuser les faveurs de la royauté puisqu’il recevait, en tant que conseiller techn (...)

29Nous ignorons les idées politiques de Vandermonde avant 178940. A partir de 1789, il adopte avec enthousiasme, nous dit-on, les principes de la Révolution et joue un rôle très actif dans les clubs révolutionnaires, les assemblées municipales et les commissions.

  • 41 Voir J.-A.-N. Caritat, M. de Condorcet : « A Monsieur ***, sur la Société de 1789 », 1790, in Œuvre (...)
  • 42 Voir Sigismond Lacroix : Actes de la Commune de Paris pendant la Révolution, 2e série (du 9 octobre (...)
  • 43 Cl. Perroud : « Quelques notes sur le club de 1789 », La Révolution française, tome XXXIX, 14 septe (...)
  • 44 Règlements de la Société de 1789 et liste de ses membres, A Paris, de l’imprimerie de Lejay fils, 1 (...)
  • 45 On retrouve dans le Journal, qui prit le titre de Mémoires à partir du numéro XII (21 août 1790), d (...)

30Dès ses origines41, il fit partie du Club ou Société de 1789, libéral et modéré, créé sous l’inspiration de Condorcet42. Vers mai-juin 179043, sont publiés les règlements et la liste des membres44 signés des trois commissaires, Vandermonde, Duvillard et Ganilh, précédés du prospectus du Journal de la Société de 1789, qui paraîtra le samedi, du 5 juin au 15 septembre 1790 où l’on reconnaît les idées de Condorcet et de Vandermonde sur l’art social : chercher les rapports mutuels des sciences économiques et leurs rapports avec la science des communications45.

  • 46 Peut-être même au début de 1790. Voir F. A. Aulard : La Société des Jacobins, tome I, Í789-1790 (Pa (...)
  • 47 Voir Liste des membres de la Société des Amis de la Constitution, séante à Paris, à la Maison dite (...)
  • 48 Voir Projet de paix entre le Club de 1789 et la Société des Amis de la Constitution, par un membre (...)
  • 49 Cf. Cl. Perroud, op. cit., p. 261. La « Société de 1789 » semble d’ailleurs avoir disparu dans le c (...)

31Dès l’été 1790, certains membres quittèrent le Club de 1789 pour se rallier au futur Club des Jacobins, la Société des Amis de la Constitution, qui s’était établie à Paris, aux Jacobins-Saint Honoré, vers la fin de 178946. Au 21 décembre 1790, il y a plus de 1 100 membres, parmi lesquels Vandermonde47. Vers août-octobre 1789, une tentative de fusion entre les deux clubs48, n’aboutit pas49.

  • 50 Voir A. Challamel, op. cit., p. 445-469. « Vandermonde, académicien, rue de Charonne, 22 » est cité (...)

32Vandermonde faisait encore partie au moins d’un autre club, le Club de la Sainte-Chapelle, formé le 22 septembre 1791 par les électeurs de l’Assemblée législative, qui cessa de se réunir en 179350.

  • 51 Voir Liste générale des représentants de la Commune de Paris convoqués le 18 septembre 1789 (Paris) (...)
  • 52 Voir S. Lacroix, op. cit., tome II, p. 513.
  • 53 Voir S. Lacroix, op. cit., tome II, p. 38, 597, 630 ; 475, 597-598 ; tome III, p. 14, 27-28 note 3.
  • 54 Voir Projet de règlement pour l’ordre intérieur de l’Assemblée générale des représentants de la Com (...)
  • 55 Voir S. Lacroix, op. cit., tome III, p. 140, 144, 315, 416 et Charton (Jean), Lettre adressée le 26 (...)
  • 56 Op. cit., 3 décembre 1789. Voir S. Lacroix, ibid., p. 113, et P. Robiquet, p. 173-174.

33Plus remarquable encore, le concours de Vandermonde à la municipalité de Paris : une première Assemblée des Représentants de la Commune s’était réunie le 25 juillet. Dans la seconde, convoquée le 18 septembre, Vandermonde représentait le district de la Madeleine de Trainel, ou Popincourt51. Membre du septième bureau52, il reçoit les missions les plus diverses53 : rédiger (avec Condorcet), le règlement intérieur de l’Assemblée54, régler (avec Bosquillon), un obscur conflit au district Saint- Victor55, participer au Comité chargé de la confection du plan de Municipalité56.

  • 57 Voir S. Lacroix, op. cit., 2e série, tome I, p. XXXII.
  • 58 Ibid., tome I, p. 516 et n° 4. Il est nommé entre autres, le 12 octobre 1791, commissaire paroissia (...)

34A partir d’octobre 1790, son rôle devient moins important. La seconde Assemblée provisoire des Représentants de la Commune avait en effet élu trois assemblées, où Vandermonde ne figure pas57. II fut encore chargé, pourtant, de quelques missions58.

Poids et Mesures, Monuments, Arts et Métiers

  • 59 Voir J. Guillaume : Procès-verbaux du Comité d’instruction publique de la Convention nationale (Par (...)
  • 60 Ibid., tome III, p. 233-234 et 240.

35Par décret du 8 mai 1790, Vandermonde faisait partie d’une commission chargée, par l’Académie des Sciences, de comparer à la toise et à la livre de Paris toutes les mesures usitées en France. Le 11 septembre 1793, un décret institua la Commission temporaire des poids et mesures, où Vandermonde figurait toujours le 28 germinal an III (17 avril 1795), résistant aux épurations59, n’hésitant même pas, le 18 janvier 1794, à participer avec Berthollet à la levée des scellés, au domicile de Lavoisier60.

  • 61 Voir Compte rendu à la Convention nationale par la Commission supprimée des monuments et servant de (...)
  • 62 Voir S. Lacroix, op. cit., 2e série, tome IV, p. 506-507.
  • 63 Compte rendu, op. cit., p. 5-6. Vandermonde était maintenu dans cette commission réorganisée. Voir (...)
  • 64 Ibid., p. 2.
  • 65 Voir la liste publiée par la Convention le 18 pluviôse an II (6 février 1794) in J. Guillaume, op.  (...)
  • 66 Voir L. Tuetey, op. cit., tome I, p. 127, 131-132, 195, 471, 583 ; tome II, p. 265, 338.
  • 67 Ibid., tome I, introduction, p. XXX-XXXIII. Brève notice biographique sur Vandermonde, ibid., p. LI (...)

36De 1790 à 1795, il s’activa encore au sein de la Commission des arts, ancienne Commission des monuments. Dès octobre 1790, il avait fait partie de la première commission pour la conservation des édifices devenus biens nationaux, laquelle, le 6 décembre, après fusion avec une autre commission61, prit le nom de « Commission de la conservation des monuments relatifs aux arts et aux sciences »62, et dont la Convention fixa, le 18 octobre 1792, le nombre de membres à 3363. Mais sur le rapport du Comité d’instruction publique, la Convention supprima la Commission des monuments, le 19 décembre 179364, et conféra ses attributions à sa rivale, la « Commission temporaire des Arts ». Nommé dans la section « Arts et Métiers »65, Vandermonde participa à ses activités66 jusqu’à sa liquidation le 26 octobre 1795, et peut-être jusqu’à la fermeture définitive de ses registres, le 26 décembre 179567.

  • 68 Le 24 avril 1793, il avait rendu un avis motivé en faveur du citoyen Clareton, « musicien-institute (...)
  • 69 Voir A. de Monzie : Le Conservatoire du peuple (Paris, 1948), p. 18, 38, 48-49, 75.

37Son rôle aux Arts et Métiers proprement dits, inauguré avec Vaucanson, ne fut pas non plus négligeable. Les 16 septembre et 16 octobre 1791, le Bureau de Consultation des Arts et Métiers avait été établi pour donner des avis motivés sur les récompenses nationales à accorder aux artistes. Sa première séance eut lieu le 19 novembre 1791, date d’entrée de Vandermonde au Bureau. Le 11 novembre 1795, il était toujours en place68. Quand le Conservatoire des Arts et Métiers avait été créé, le 10 octobre 1794, il avait d’ailleurs été chargé, avec Leroy et Conté, d’examiner les procédés ou inventions proposées au gouvernement69.

  • 70 Voir A. Birembaut, op. cit., p. 532-533.

38Cette longévité administrative semble assez remarquable pour l’époque. En fait, cette lune de miel avec la Révolution avait connu une brève éclipse en 1793. Vandermonde avait accepté de Pache, nommé en octobre 1792 ministre de la Guerre, le poste d’administrateur de l’habillement, que la malignité publique appela aussitôt « chef du déshabillement ». Malgré les gages donnés à la Révolution, il n’échappe pas aux attaques lancées contre Pache et Bouchotte. Le 20 juillet 1793, arrestation des administrateurs de l’habillement ; Vandermonde est détenu à l’Oratoire, puis à son ancien bureau, 30, rue Gaillon. Il n’est libéré que le 11 août, grâce à l’intervention de Hassenfratz, de Desfieux et du Bureau de Consultation des Arts et Métiers70.

39Mais la République ne tarde pas à lui rendre sa confiance, car, contrairement au mot célèbre, elle avait grand besoin de savants.

Missions pour la Convention

  • 71 Voir C. Richard : Le Comité de salut public et les fabrications de guerre sous la Terreur, Paris, 1 (...)

40Autour de C.-A. Prieur (Côte-d’Or), des hommes de science, Monge, Berthollet, Vandermonde, Fourcroy, Hassenfratz, etc., réunis en comité à l’intérieur du Comité de salut public, contribuèrent à l’organisation de la victoire71. De septembre 1793 à novembre 1794, Vandermonde ne cesse de remplir, pour la Convention, de multiples missions.

  • 72 Voir C. Richard, op. cit., p. 209.
  • 73 Voir : Avis aux ouvriers en fer, sur la fabrication de l’acier, publié par ordre du Comité de salut (...)
  • 74 Voir F. A. Aulard : Recueil des actes du Comité de salut public…, tome VI (Paris, 1893), p. 445.
  • 75 Voir Procédés de la fabrication des armes blanches, publiés par ordre du Comité de salut public, (S (...)
  • 76 Voir C. Richard, op. cit., p. 180, 183, 195.
  • 77 Voir C.-A. Prieur : « Notice d’un ouvrage de Vandermonde sur la fabrication des armes blanches », i (...)

41Le 7 septembre 1793, un arrêté du Comité de salut public annonce que Monge, Vandermonde et Berthollet rédigeront « un ouvrage pratique avec des planches, sur la fabrication de l’acier de forge et de cémentation »72. Achevée le 3 novembre 179373, cette brochure fut diffusée à 15 000 exemplaires. Désireux de développer la fabrication des armes blanches, le 12 septembre 1793, le Comité de salut public demanda à Vandermonde d’étudier les procédés utilisés à la manufacture de Klingenthal, en Alsace74. Son travail, commencé le 24 septembre 1793, est achevé le 6 novembre75, et une circulaire du 10 février 1794 le répandit à profusion76. Il fut réédité ensuite par Prieur77.

  • 78 Cité d’après la correspondance de Carnot par C. Richard, op. cit., p. 53-54.
  • 79 C. Richard, op. cit., p. 54, et F.-A. Aulard, op. cit., tome IX (1895), p. 255.
  • 80 Cf. C. Richard, op. cit., p. 57 et F. Aulard, op. cit., tome IX (1895), p. 304-305. Vandermonde rem (...)
  • 81 Cf. C. Richard, op. cit., p. 80-81, et F. Aulard, op. cit., tome XI, p. 248.
  • 82 Cf. F.-A. Aulard, op. cit., tome XIV (1901), p. 435 et 493.

42Le 25 novembre 1793, à propos de l’installation de foreries sur la Seine, le Comité de salut public invoque ses lumières et son patriotisme78. Le 8 décembre 1793, souhaitant confier à un « citoyen instruit, probe et républicain » la direction d’ensemble des travaux d’usine, il l’autorise à correspondre avec toutes les parties de l’administration des armes79, et le 10 décembre, lui demande d’examiner si l’on peut établir dans le district de Corbeil une fabrique de baïonnettes, une forerie et une moulerie de canons80. Le 3 mai 1794, Vandermonde et Hassenfratz furent chargés d’ouvrir un atelier pour l’essai de nouveaux procédés81 et le 24 juin 1794 de faire exécuter de nouvelles platines82.

Rapport sur les fabriques et le commerce de Lyon

  • 83 Vandermonde passa un marché avec Nicolas Petit, et le 4 brumaire an III (25 octobre 1794) la Commis (...)
  • 84 A.-T. Vandermonde : « Rapport fait par ordre du Comité de salut public, sur les fabriques et le com (...)

43Le 5 août 1794, le Comité de salut public lui demanda de surveiller à Commune-Affranchie (Lyon), la fabrication de 500 aunes de taffetas destinées aux aérostats de Meudon83, puis de rechercher les causes de la crise du commerce et de l’industrie de Lyon. Dans ce rapport84 qui donne un avant-goût de ses théories économiques, Vandermonde commence par poser la nécessité vitale de l’exportation, pour la République, donc l’obligation de réorganiser les fabriques et le commerce de Lyon, qui fournissaient à peu près le quart des exportations françaises avant la Révolution. Après avoir décrit la ville et sa population (passée de 150 000 habitants en 1790 à 102 000 en 1794), il énumère ses principaux articles d’industrie, indique la distribution et l’emploi des habitants, la valeur et la destination des exportations, puis analyse les causes de la décadence des fabriques, antérieures à la Révolution (insuffisante protection du gouvernement, agiotage, non-observation des règlements), ou s’y rapportant (erreurs sur les assignats, effets de la guerre et du siège, incohérence du maximum, abus des réquisitions). Il propose enfin, en sept articles, les moyens de réorganiser les fabriques et le commerce, suggérant notamment l’institution d’une Agence nationale provisoire du commerce extérieur de Lyon, et une plus stricte observation des règlements.

44Vandermonde aborde, dans ce rapport, quelques grands thèmes qu’il développera peu après dans son cours.

Éloge du luxe, des règlements et des corporations

  • 85 Pour Steuart, op. cit., tome I, livre I, p. 276, le luxe n’est également que la simple consommation (...)
  • 86 Vandermonde, Rapport, op. cit., p. 9.
  • 87 Ibid., p. 4.
  • 88 Ibid., p. 7.
  • 89 Voir J. Hecht : « Un problème de population active au xviiie siècle en France : la querelle de la n (...)
  • 90 Vandermonde. Rapport, op. cit., p. 27-28.

45II croit fermement à la nécessité des besoins factices ou superfluités auxquelles on est accoutumé85 sans oser leur donner le nom de luxe. Pourquoi les paysannes elles-mêmes ne seraient-elles pas vêtues de soie, puisque la production de cette matière encourage l’agriculture et fait circuler les capitaux ? Comme pour bien des théoriciens du xviiie siècle, pour lui, la mode, le faste, le goût pour la variété, tout concourt à la prospérité86, et les besoins factices sont le grand ressort des travaux productifs et de la population : sans eux, personne ne travaillerait volontairement 16 heures sur 24. « Supprimer les besoins factices, nous rendre tous cultivateurs ou indépendants, ce serait réduire la population au quart de ce qu’elle est ou de ce qu’elle pourrait être… »87. Les rapports entre les besoins et la population sont d’ailleurs réciproques88. II est bon que, pour gagner plus, il faille produire plus, et, à ce propos, Vandermonde intervient dans la grande querelle de la noblesse commerçante, qui avait divisé l’opinion vers la fin des années 175089, en critiquant « cet essaim de ci-devant nobles oisifs et insolents, qui accablaient de leur dédain toute la classe industrieuse »90.

  • 91 Ibid., p. 6, 13, 21.
  • 92 Ibid., p. 7. Vandermonde fait l’éloge des grandes fabriques pour des raisons assez particulières : (...)

46Par cet éloge du luxe de décoration, Vandermonde s’éloigne nettement de l’école physiocratique, sur les règlements, la liberté du commerce, ou les avances, seules productives, de l’agriculture : « les articles nouveaux d’industrie ont aussi leurs avances productives »91. Plein d’éloges sur Child et Steuart, il emprunte à Smith, non sans le critiquer sur les corporations, certaines notions sur les bienfaits de la division du travail, « moyen de réunir la perfection à l’économie »92.

  • 93 Ibid., p. 19 et 40. Steuart conseillait, entre autres, de rétablir des droits et prohibitions sur l (...)

47Plus qu’un économiste du xviiie siècle, c’est un disciple de Colbert que l’on croit entendre, quand il réclame une plus forte protection, à l’intérieur comme à l’extérieur : l’État doit intervenir dans le domaine économique et social, mais intervenir à bon escient. Ainsi, pour empêcher les ouvriers d’émigrer à l’étranger, il fallait leur distribuer des primes. Par contre, si l’on voulait favoriser le commerce lyonnais, il ne fallait pas surcharger de droits et de prohibitions les objets destinés à l’exportation. Le solde de la balance du commerce doit être l’un des principaux soucis du gouvernement, et il renvoie à ce propos au chapitre de Steuart sur les changes93.

  • 94 Ibid., p. 9, 21-30, 47-48.

48Quoi de plus traditionnel encore, et de plus opposé aux idées de Quesnay et de Smith, que son plaidoyer en faveur des règlements et des corporations ? Les règlements n’ont pour objet que de stimuler la production, le commerce et l’emploi ; non seulement ils assurent des ressources à un plus grand nombre, mais ils garantissent les avances productives des fabricants, entretiennent la « morale mercantile », et conservent ainsi les débouchés par la confiance. Ils égalisent l’aisance, en ouvrant le chemin à un plus grand nombre d’individus, attachent au pays ceux qui font sa prospérité, et enfin attirent les acheteurs par spéculation94.

  • 95 Ibid., p. 23-27.

49A défaut de corporations légales, il s’en forme, selon Smith, de volontaires, dont l’effet sur la libre concurrence est comparable. Pour Vandermonde, au contraire, dans les corporations volontaires, les maîtres dominent les ouvriers et s’enrichissent à leurs dépens, alors que dans les corporations légales, ils ne peuvent monopoliser l’industrie. D’autre part, « cet Adam Smith qui explique si bien la grande propagation de l’espèce dans les États-Unis d’Amérique, en disant que les enfants sont utiles aux pères, comment n’a-t-il pas vu que pour multiplier les bons ouvriers, le meilleur secret est de rendre les apprentifs (sic) utiles aux maîtres ? » Un bon système dérèglements dédommage l’ouvrier de son apprentissage et répand les moyens d’aisance95.

Défense des assignats et théorie des prix

50Cette défense du régime corporatif, plus de trois ans après la loi Le Chapelier, peut sembler pour le moins en retard sur les faits. En optant pour le système protecteur, Vandermonde était plus influencé par Child et par Steuart que par Smith. Par contre, il se révèle plus proche de son époque, quand il prend la défense des assignats, et, à propos du renchérissement des denrées, donne sa théorie des prix, de l’inflation et du pouvoir d’achat.

  • 96 Ibid., p. 34 : Vandermonde donne l’exemple des colons américains qui, tout en disposant de fort peu (...)
  • 97 Ibid., p. 39, Vandermonde critique à ce propos Gavière, pour lequel la valeur de la livre tournois (...)
  • 98 Vandermonde : Rapport, op. cit., p. 31, 37, 41.

51Pour lui, il est impossible d’attribuer à l’abondance des assignats (qu’il évalue à 6 400 millions) la hausse générale des prix. Tout d’abord, il n’est pas vrai que les prix se proportionnent à la quantité de numéraire émis 96II faut tenir compte de l’argent « qui dort en attendant un placement », terres, contrats de rente, maisons, acquisitions de toutes espèces portant intérêt. En fait, il existe un rapport constant entre un poids déterminé de blé et le poids de l’argent fin qu’on donne en échange « parce que la valeur de l’un et de l’autre a les mêmes principes dans le travail et les privilèges de l’exploitation ». Ce rapport a été le même avant et depuis la découverte de l’Amérique, et les 25 sous payés, pour le setier de Paris, sous François Ier, valaient juste les 18 francs qui le payaient sous Louis XV97. Si les assignats ont contribué au renchérissement des denrées, c’est par suite du discrédit où ils sont tombés, ainsi que par leur émission extérieure, dans les mains d’étrangers qui ne songent qu’à s’en débarrasser. Et d’ailleurs cette dépréciation, énorme gratification à l’exportation, n’a même pas vidé la France de ses « accumulations », ou stocks, en marchandises de toute espèce98.

  • 99 Ibid., p. 32-33.
  • 100 Vandermonde demande qu’on indemnise en nature, et non en espèces, les dommages subis par les ouvrie (...)

52La hausse des prix tient en réalité selon lui à une sous-production, opposée à une sur-consommation. La sous-production s’explique par la diminution du nombre de bras et d’heures consacrés aux travaux productifs99. « La classe cultivatrice, délivrée de ses impositions personnelles, a cessé d’éprouver le même besoin de vendre ». De plus, l’étranger s’est vu interdire par les puissances ennemies de nous livrer son superflu. A l’insuffisance de l’offre, s’oppose l’énorme consommation entraînée par la levée de 1 200 000 combattants, et aussi le fait que « la classe industrieuse, exorbitamment payée, a obtenu de nouveaux moyens d’acheter »100. Bref, « quelle que soit la quantité de numéraire dans un pays, tout doit y renchérir lorsque la consommation y augmente en plus grande raison que la production et l’importation ».

  • 101 Ibid., p. 38-39.

53La situation n’est cependant pas sans remède, et Vandermonde indique différents moyens d’abaisser les prix101 : refaire de l’assignat un mandat payable en terre, et non un papier hypothéqué, payable en argent ; abaisser le taux de l’intérêt, ce qui stimulerait la production et stabiliserait les prix : « il en résulterait tant d’avances à la culture et à l’industrie » que les productions remonteraient au niveau des consommations. Pour encourager l’agriculture et l’industrie, Vandermonde suggère d’y intéresser la masse du peuple, par une diffusion de l’actionnariat, en la faisant participer « par des mises très subdivisées » à des entreprises de canalisations, de dessèchements, d’exploitations minières, etc. Il veut également diminuer le secteur « tertiaire », en détournant la classe laborieuse de la multitude d’occupations stériles enfantées par la Révolution. Il conseille encore de lutter contre l’abus des jours fériés ; de ne pas consolider les profits des travailleurs, car l’appauvrissement des rentiers maintiendrait l’intérêt à un taux élevé ; et enfin, de hâter la rentrée des assignats expatriés et de s’opposer aux abus de leur sortie. Toutes ces idées allaient bientôt être exposées plus à loisir dans le cours de Vandermonde à l’École normale.

La création de l’École normale

  • 102 Voir F.-A. Aulard, op. cit., tome XV (1903), p. 376 et 789 ; tome XVII (1906), p. 438 ; tome XX (19 (...)
  • 103 Voir L. Tuetey, op. cit., tome II, p. 265.
  • 104 Voir P. Dupuy : Le Centenaire de l’École normale, 1795-1895, Paris, 1895.

54De juillet 1794 à août 1795, Vandermonde devait assurer déjà les fonctions d’examinateur des élèves du Génie – aux lieu et place de son confrère Bossut –, et de l’École centrale des Travaux publics102, et le 19 Prairial an III (17 juin 1795), il avait été chargé par la Commission des Arts de former un catalogue des livres à établir auprès des Écoles centrales103. Mais son activité la plus remarquable s’exerça à l’École normale, institution dont l’idée avait germé après l’expulsion des Jésuites, et dont le nom et les objectifs furent plus ou moins empruntés à l’Allemagne. Il s’agissait d’ouvrir à Paris (et dans les principales villes) un établissement assurant en quatre mois la formation d’instituteurs répartis ensuite par tous les districts, et de confier aux meilleurs spécialistes la rédaction de livres élémentaires. Mais l’action de Lakanal et de Garat, président et secrétaire du Comité d’instruction publique, tendant à faire de l’École normale une école permanente d’enseignement supérieur, destinée à former les professeurs des écoles centrales (futurs lycées)104.

  • 105 Voir J. Guillaume, op. cit., tome IV (1901), p. 751, note 4 et 753-756. Cette liste est définitivem (...)
  • 106 Rapport sur l’établissement des Écoles normales, par Lakanal. Séance du 2 brumaire, Van III de la R (...)

55Le nom de Vandermonde apparaît le 5 juillet 1794 sur la liste des membres du jury chargé d’examiner les livres élémentaires105. L’important rapport de Lakanal, le 23 octobre 1794 donne lieu au décret du 30 octobre 1794, portant création de l’École, et à l’arrêté du 13 janvier 1795. D’après ces textes106, les professeurs avaient pris « l’engagement de ne point lire ou débiter de mémoire des discours écrits. Ils parleront ; leurs idées seront préparées, sans doute ; leurs discours ne le seront point… tous improviseront ». Des sténographes recueilleront leurs leçons, pour les livrer à l’impression et les distribuer aux élèves et à toute la nation. Lors des débats portant sur le cours, les élèves pourront librement intervenir. Des « conférences » organisées entre élèves et directeurs de conférences compléteront le cours. Une fois par semaine, les professeurs inviteront des savants, des gens de lettres, des artistes éminents. Grâce à ces échanges « l’enseignement sera le résultat du travail de 1 200 à 1 500 hommes ».

56Toutes les revendications contemporaines sont incluses ici : abandon du cours magistral au profit d’une mise au point collective, dialectique enseignants – enseignés, polycopiage des cours, débats, travaux dirigés, appel à des personnalités extra-universitaires.

  • 107 Voir l’opinion favorable de Vandermonde sur cette sélection à deux degrés in Séances de l’Êcole nor (...)
  • 108 Lagrange et Laplace (mathématiques), Monge (géométrie descriptive), Daubenton (histoire naturelle), (...)

57Un seul point serait peut-être condamné par les contestataires actuels : le principe de la sélection, les sujets les plus doués devant être adressés aux Écoles centrales, et de là à l’Ecole normale107. II n’était pas question, au départ, d’économie politique, mais pour la première fois, les sciences faisaient partie du programme officiel, et les plus grands savants étaient appelés à les enseigner108.

La nomination de Vandermonde

  • 109 J. A. Creuzé-Latouche : Convention nationale. Discours sur la nécessité d’ajouter à l’École normale (...)
  • 110 Un premier enseignement officieux d’« arithmétique » économique avait été justement organisé par le (...)
  • 111 Cf. J. Guillaume, op. cit., tome V (1904), p. 470-473. Le nouveau professeur devait, comme ses coll (...)

58L’ouverture des Écoles eut lieu le 20 janvier 1795, au lieu du 20 décembre 1794, sous la présidence de Lakanal et Deleyre, à l’amphithéâtre du Muséum d’histoire naturelle. Mais dès le 31 janvier, un nouvel enseignement était proposé. Dans un vibrant discours à la Convention109, Creuzé-Latouche, député de la Vienne, avait montré la nécessité d’introduire à l’École normale une discipline essentielle, jamais enseignée en France, l’économie politique, qu’il demandait de ne pas confondre – coup de patte aux physiocrates – avec cette « manie sectaire », ce « jargon mystique », cette « affectation dogmatique », qui attirèrent tant de ridicule sur les économistes110. Le même jour, la Convention décréta la nomination d’un professeur d’économie politique. Le 6 février 1795, le Comité autorisa le représentant du peuple près l’École normale à proposer le nom de Vandermonde. Le 19, Lakanal rappela à la Convention que celui qui aurait à indiquer les sources de la prospérité de la « grande famille » devait unir les lumières à l’amour de la République. Sur sa proposition, Vandermonde est donc nommé le 7 février 1795111.

  • 112 Voir J. Guillaume, op. cit., tome V (1904), p. 481 et 608.
  • 113 II est toujours membre de la Commission des poids et mesures le 17 avril 1795, ibid., tome VI (1907 (...)

59Son passé politique – il risquait, après Thermidor, d’être considéré, quoiqu’il s’en défendît, comme terroriste – pouvait cependant constituer un obstacle. Un membre du Comité demanda le 10 février 1795 que l’on prît des renseignements à son sujet112. En fait, il fut maintenu dans ses fonctions de professeur113.

  • 114 A l’exception du cours annoncé sur les effets de l’abondance du numéraire et du débat du 7 avril, c (...)

60Malgré ces calomnies, malgré sa santé chancelante – il souffrait de phtisie et avait le plus grand mal à se faire entendre –, et le peu de temps qui lui était accordé, Vandermonde ne se déroba pas. Il prononça sa première leçon le 22 février 1795. Mais au lieu des 18 prévues pour trois mois, il n’en donna que huit, et ne présida que trois séances de débats, du 26 février au 18 mars 1795, pour se retirer, épuisé et crachant le sang, après le 22 avril. Leçons et débats furent imprimés dans les Séances des Écoles normales à peu près au complet114.

  • 115 Le plan de Steuart était le suivant : livre I : De la population et de l’agriculture ; livre II : D (...)

61En inaugurant son cours, Vandermonde pouvait à bon droit s’exclamer : « Parmi les événements remarquables de la Révolution, on pourra compter un jour la création d’une chaire d’économie politique ». Procédant comme si ni son temps ni celui de l’École n’étaient comptés, il annonçait un plan général fort ambitieux en cinq parties, quelque peu calqué sur Steuart115 :

  1. Nature, formation et distribution des richesses, valeur et prix des objets bruts et façonnés, accroissement de la population, principes politiques de l’agriculture et du commerce des grains, instruction publique, « qui est aussi un principe de richesse » ;

  2. Industrie et commerce, vogue et mode, monopoles, corporations et privilèges, règlements de fabrique et de commerce, inventions et machines, commerce extérieur et balance du commerce ;

  3. Contributions publiques, impôt territorial et impôt indirect ;

  4. Crédit public, circulation, taux de l’intérêt et de l’agiotage ;

  5. Monnaie, numéraire, assignats, changes étrangers, banques, dette nationale, etc.

  • 116 Nous avons le témoignage du prote de l’imprimeur Didot, Bailly, qui suivait les cours pour le compt (...)

62« C’est là », concluait naïvement Vandermonde, « que nous bornerons nos recherches ». Il précisait qu’il les traiterait de manière abstraite, l’étude de chaque pays et chaque époque n’étant pas de son ressort, et qu’il s’inspirerait des principes de la morale. Mais son auditoire eut immédiatement l’impression que le calendrier prévu ne suffirait pas à épuiser le programme116. Et en effet Vandermonde ne put développer que les premiers chapitres.

Économie, arithmétique politique et richesse

  • 117 Vandermonde, Leçons, op. cit., II, p. 234, 301 et 299.
  • 118 Lagrange était en effet l’auteur d’un Essai d’arithmétique politique sur les premiers besoins de l’ (...)
  • 119 Leçons, op. cit., V, p. 103, 107-108.
  • 120 Ibid., IV, p. 459-460. Il s’élève cependant contre l’abus des tournures « géométriques », par exemp (...)
  • 121 Ibid., II, p. 458.

63L’objet de la « science » de l’économie politique, c’est, selon lui, la théorie des richesses, considérées dans leurs rapports avec la prospérité publique, et son but est « d’opérer et d’assurer le bonheur de la génération présente et des générations futures… »117. II distingue cette science de l’arithmétique politique, qui se propose d’énumérer et d’évaluer les objets qui composent la richesse. Laissant à Lagrange le soin d’en traiter118, il a cependant conscience de la possibilité d’appliquer les mathématiques aux problèmes économiques119, tout en regrettant que les notions politiques ne soient pas susceptibles d’un calcul rigoureux comme l’arithmétique et la géométrie120, et il souligne la nécessité des comparaisons statistiques dans le temps. Les gouvernements devraient fournir aux calculateurs des données certaines et complètes121.

  • 122 Ibid., V, p. 98. Necker avait cependant créé vers 1788 un « bureau chargé de recueillir les renseig (...)

64Ainsi, pour calculer les variations du pouvoir d’achat, il faudrait, comme en astronomie, choisir une époque dans le passé, y prendre des données et tout calculer sur ces données. « Mais ces hautes prétentions ne sont pas encore permises en économie politique. »122

  • 123 Leçons, op. cit., II, p. 301.
  • 124 Ibid., II, p. 457 ; Débats, op. cit., I, p. 306, 357.
  • 125 Leçons, op. cit., II, p. 301.

65Est richesse, pour Vandermonde, tout ce qui est propre à satisfaire un désir ou une demande. Il écarte les satisfactions purement morales, comme la beauté ou les honneurs123. La richesse nationale fondée sur la seule richesse des particuliers124, se compose de trois éléments : le volume des impositions que la nation peut percevoir « sans diminuer ses ressources pour l’avenir » ; ses accumulations en objets propres à renforcer sa prospérité et sa capacité défensive, et enfin le crédit que lui apporte sa fidélité à remplir ses engagements125. Cette richesse est donc à la fois matérielle et immatérielle.

  • 126 Ibid., II, p. 458.

66Recherchant les sources de cette richesse, Vandermonde rappelle les trois grandes classes définies par Smith : fonds, mobilier, et revenu126.

  • 127 Ibid., II, p. 460.
  • 128 Ibid., II, p. 453 et 461-462. « L’apprêt des subsistances de tout genre, celui des autres matièree (...)

67Lui-même attribue les revenus à une source unique : ils proviennent des équivalents obtenus par des services rendus. L’art du chant, aussi bien que la terre, peut fournir un revenu. Tout service rendu doit former recette pour celui qui le rend, dépense pour celui à qui il est rendu127. S’éloignant ici de l’étroite conception des physiocrates, il attaque les partisans de « Quesnai » qui, identifiant le revenu au produit net de l’agriculture, n’ont pas songé que les objets consommés valent à peu près le quadruple des produits bruts, et que l’argent donne un revenu annuel128.

  • 129 II affirme que sous l’Ancien régime, 77.000 individus mouraient par an d’inanition.
  • 130 Ibid., Ill, p. 442-444.
  • 131 Débats, op. cit., I, p. 306.

68La richesse présente différents degrés. Vandermonde en voit six, qui vont du dénuement au faste, en passant par le nécessaire, l’aisance, l’abondance et le luxe. Il est indispensable, d’agir contre le dénuement129, autant d’ailleurs par moralité républicaine que pour rendre moins nombreuse et moins forte la classe démunie de ressources (dont il semble se défier, tout en pensant qu’il faut l’éclairer par l’éducation)130. Il faut aussi agir contre le faste, non par des lois somptuaires, mais par l’opinion publique131. Ainsi pourra-t-on généraliser l’aisance et établir l’égalité.

  • 132 Leçons, op. cit., III, p. 148-149.
  • 133 Débats, op. cit., I, p. 358-359, 402 ; Leçons, op. cit., IV, p. 176.

69Avant Guizot, Vandermonde affirme qu’il faut enrichir tous les hommes, en favorisant l’ardeur du pauvre pour acquérir, celle du riche à dépenser132. Ce qu’il entrevoit à long terme, c’est la généralisation d’un haut niveau de vie : chacun sera bien nourri, et, en déduit-il, longtemps et sûrement heureux. Il faut au peuple, non du gros pain noir, mais du bon pain blanc, de la viande, du vin et des chemises. La bonne nourriture peuple d’ailleurs davantage que la sobriété. Mieux l’artisan se nourrit, plus il travaille, plus il peuple, mieux il est soigné, et plus sa vie moyenne augmente133.

  • 134 Débats, op. cit., I, p. 352.
  • 135 Leçons, op. cit., II, p. 291.
  • 136 Ibid., II, p. 245.

70Pour Vandermonde, les moyens de bonheur doivent être les plus égaux et les plus dissemblables qu’il est possible134, car la richesse n’est ni le seul ni le principal moyen de bonheur. Chaque homme peut être heureux à sa manière, et les différentes fonctions peuvent se distribuer de la manière la plus avantageuse135. Vandermonde pense ici à la nécessaire division du travail136.

Moyens d’acquérir la richesse

71Comment faire cependant pour acquérir cette richesse ? Le moyen le plus sûr est de développer les besoins factices, qui à leur tour stimuleront le travail et l’épargne, donc la production et l’accumulation.

  • 137 Ibid., p. 235.
  • 138 Ibid., p. 293.
  • 139 Ibid., Ill, p. 150 ; Débats, op. cit., I, p. 357 ; Leçons, op. cit., III, p. 156-157. Cette idée ét (...)

72Vandermonde est opposé au retour à l’état des premiers âges exalté par Rousseau137. A la pure nature, il préfère la culture et la civilisation : « II n’y a réellement rien de fait autour de nous comme le fait la nature »… « tout est factice dans nos moyens d’existence »138. Le facteur qui a permis de passer de l’état de nature à l’état de culture, ce sont les besoins factices, source de l’activité. « L’émulation d’acquérir est le grand mobile de la production »… Il faut que chacun se croie sûr de devenir riche par le développement de ses facultés… Il faut que le peuple ait du goût pour les objets de commodité et de luxe »139.

  • 140 Débats, op. cit., I, p. 400-401 et p. 354.
  • 141 Leçons, op. cit., II, p. 293-294.
  • 142 Ibid., II, p. 295-299. A propos du nombre d’hommes nécessaires à l’agriculture par rapport au reste (...)

73La simple mention des besoins factices déchaînait les objections des étudiants, qui craignaient l’effet démoralisateur du luxe, la manière dont il rend le peuple « dépendant des choses » et prêt à se soumettre au joug d’un tyran140. Vandermonde se vit donc contraint de leur démontrer non seulement l’innocuité des besoins factices, mais leur nécessité. Ces besoins ne sont contraires ni à la nature, ni à la morale141, et n’énervent pas nécessairement les jeunes citoyens. Ils sont propres à soutenir le goût de la liberté, et à entretenir la paix universelle et perpétuelle. Après avoir mis fin aux guerres féodales, ils mettront peut-être fin aussi aux guerres nationales. Celles-ci exigent en effet une dépense incalculable, en hommes et en munitions, impossible à assurer s’il n’y avait une multitude d’hommes inutiles à l’agriculture, aux arts et aux métiers142.

  • 143 Débats, op. cit., I, p. 306. Pour Steuart également, les besoins étaient l’aiguillon de l’industrie
  • 144 Débats, op. cit., I, p. 356-357, 359.

74Le rôle économique de ces besoins est tout aussi important : on ne cultive avec ardeur que pour satisfaire à des besoins factices, et les acheteurs ne se multiplient qu’en proportion de ces mêmes besoins143. Le « luxe » est un facteur essentiel de production, d’emploi et de puissance : partout où l’agriculture prospère, le cultivateur a des besoins factices, affirme Vandermonde, en se référant à l’Angleterre et à la Hollande. Ce sont ces besoins qui forcent à travailler : « certainement quatre heures de travail par jour suffiraient à la population entière de la France pour satisfaire à ses besoins naturels »144.

  • 145 Leçons, op. cit., II, p. 299 ; Débats, op. cit., I, p. 357, 361-362.

75D’où cette conclusion hardie : s’il n’y avait pas en France de besoins factices, il faudrait s’attacher à en créer, et si les besoins existants étaient peu répandus, il faudrait s’occuper à les répandre. Avec l’établissement de l’égalité, il n’y aurait rien à craindre pour la liberté145.

Nécessité de l’accumulation

  • 146 Leçons, op. cit., III, p. 156 ; Débats, op. cit., I, p. 408.
  • 147 Ibid., op. cit., V, p. 95.
  • 148 Ibid., IV, p. 171.
  • 149 Ibid., IV, p. 176.
  • 150 Débats, op. cit., I, p. 408 ; Leçons, op. cit., IV, p. 470.
  • 151 Leçons, op. cit., IV, p 462.

76Autre moyen d’enrichissement : l’accumulation des capitaux, bien distinguée de la thésaurisation. Pour l’individu, cela se traduit par la frugalité, l’épargne et l’économie146. L’excédent du revenu sur la dépense forme l’accumulation annuelle. Une partie peut se tourner en augmentation de l’aisance, une autre peut être nommée épargne. Il est très important que les hommes puissent épargner pour leur vieillesse. Mais l’épargne doit aboutir tôt ou tard à une consommation, ou à un investissement productif. La thésaurisation est pour Vandermonde, comme pour Boisguilbert et les physiocrates, « le fléau de tous les genres d’industrie »147, alors que « le principe le plus général de l’accroissement des moyens de satisfaire les jouissances, c’est l’abondance des capitaux versés dans l’industrie »148. Or « ce sont les accumulations successives qui créent dans une nation les capitaux nécessaires aux entreprises de tout genre »149. Ce sont en effet les capitaux qui encouragent la production, tandis que les revenus facilitent la circulation150. Le capitalisme de Vandermonde est libéral : les entreprises des particuliers sont avantageuses à l’État, dit-il, mais ce capitalisme ne manque pas de faire appel à la protection de ce même État, qui devrait mettre moins de parcimonie à encourager les entreprises nouvelles151.

77Stimulé par les besoins factices, l’individu travaillera donc avec une ardeur qui aboutira d’une part à augmenter la masse des biens disponibles, d’autre part à lui procurer des revenus. Il consacrera une portion de ceux-ci à la consommation immédiate, une autre à l’épargne, ou consommation différée, et une autre à l’investissement productif. Les revenus connaîtront donc une circulation continuelle qui enrichira toute la population.

Apologie de la propriété

  • 152 Leçons, op. cit., II, p. 243 et III, p. 151-152.
  • 153 II reconnaît pourtant que la propriété foncière joue de son temps un rôle essentiel (ibid., IV, p.  (...)
  • 154 II avait pu constater à Klingenthal que la distribution de petits bénéfices territoriaux avait empê (...)
  • 155 A. T. Vandermonde : Rapportop. cit., p. 44.
  • 156 Leçons, op. cit., IV, p. 456-461.

78Vandermonde souscrit aux principes de la Révolution et de la Déclaration des droits de l’homme, en faisant siennes les revendications de la bourgeoisie triomphante : liberté, égalité… et propriété. Il se montre en effet un défenseur farouche du droit de propriété en général152, et point uniquement territorial153. Il veut étendre ce droit à toute la population154, suivant le principe que « la partie du peuple qui a la force réelle possède quelque chose, et si peu que ce soit, elle voudra le défendre contre les brigands »155. Mais il cherche à le justifier par d’autres motivations que celles de l’Ancien Régime156.

79II n’est point vrai que les propriétaires aient un attachement plus naturel et plus direct à la prospérité publique : peu leur chaut que le gouvernement passe ou non entre des mains étrangères. Et s’il faut être propriétaire pour être citoyen, l’insurrection devient alors un devoir pour tous ceux qui ne le sont pas. Il n’est pas vrai, d’autre part, que ce droit soit primitif, essentiel, et antérieur au contrat social ; c’est au contraire le pacte social, qui est « comme les axiomes de la géométrie, d’une vérité éternelle », c’est ce pacte, a dit Jean-Jacques, qui donne au citoyen la propriété de ce qu’il possède. Il ne peut y avoir de droits naturels que ceux qui appartiennent à tous, et la propriété foncière n’est évidemment pas dans ce cas. Cependant, tous les hommes possédant quelque chose, la propriété entendue en ce sens est un droit naturel. Vandermonde ne veut pas porter atteinte à la légitimité dont jouissent, après un certain temps, des fortunes mal acquises. Mais si ces propriétés sont légitimes, elles ne sont point justes.

  • 157 Leçons, op. cit., IV, p. 458, 460, 462.
  • 158 Ibid., Ill, p. 151-152. S’il n’y avait pas de rente à payer au propriétaire, ajoute-t-il, seules le (...)
  • 159 Ibid., IV, p. 168-169.

80La propriété se justifie en fait par l’utilité publique, par la justice, par les services qu’elle rend et par les possibilités d’amélioration qu’elle implique. Elle ne peut consister, comme l’affirmaient les vieux jurisconsultes, dans le droit d’user et d’abuser, et n’est légitime que si l’on remplit les devoirs qu’elle impose157. Ainsi la rente est le prix d’un service ; sans la propriété territoriale, les terres ne seraient pas cultivées158. Fort peu de rentiers sont vraiment oisifs, et ne faudra-t-il pas toujours des intermédiaires pour distribuer à la classe industrieuse le surplus produit par la classe cultivatrice159 ?

  • 160 Ibid., IV, p. 453-455.
  • 161 Il suggère de les remplacer par un Bureau des relations extérieures, « quand le gouvernement sera s (...)

81Une fois la propriété justifiée, Vandermonde peut énumérer ses différentes formes et indiquer comment elles peuvent évoluer160. Il distingue les propriétaires fonciers et les capitalistes. Sous l’Ancien Régime, ces deux catégories étaient fortement opposées, mais grâce aux progrès de l’égalité, à la disparition des castes et des privilèges, et à la mise en circulation des titres de propriété par les assignats, il n’y aura plus d’opposition entre la possession des terres et celle de l’argent. Les métiers de banquiers et de financiers disparaîtront161. Tous les négociants seront banquiers, tous les riches financiers.

  • 162 Ibid., IV, p. 457. Steuart se déclare aussi pour une inégale distribution des terres, car l’argent (...)
  • 163 Ibid., IV, p. 468. On n’obtient le plus grand produit qu’avec des capitaux suffisants, mais assez b (...)

82II n’y aura plus, parmi les riches, « que des capitalistes, des entrepreneurs ». Ainsi l’aristocratie foncière était prestement enterrée par Vandermonde au profit de la bourgeoisie d’argent. D’autre part, il n’y aura plus guère d’opposition réelle entre riches et pauvres, du moment que les droits politiques appartiendront à tous. Seule subsistera l’opposition entre les grands et petits propriétaires, ceux qui louent leur bien et ceux qui le cultivent de leurs mains162. Il s’élève d’ailleurs contre les projets qui visent à multiplier les petits propriétaires cultivateurs163.

83A l’idyllique société des Égaux dont rêvaient certains, et à l’utopique harmonie des intérêts, Vandermonde substitue donc une société où, selon le mot connu, certains sont encore plus égaux que d’autres, et où subsistent certains facteurs propres à entretenir la lutte des classes. Comme beaucoup de ses contemporains, il se refuse à envisager une totale démocratisation économique, à partir du moment où la démocratisation politique lui semble assurée.

Obstacles et facteurs favorables à la croissance

  • 164 Ibid., IV, p. 468.
  • 165 Ibid., p. 471. Rappelons qu’il était membre de la Commission des poids et mesures.
  • 166 Cette main-d’œuvre est contrainte de participer aux travaux des champs pour percevoir un surplus de (...)

84Recherchant les obstacles qui s’opposent à la croissance, Vandermonde cite tout d’abord ceux engendrés par la féodalité, que la Révolution a fait heureusement disparaître : richesse oisive, exactions des prêtres et des moines, abus de la fiscalité et de la chicane164. Il approuve l’uniformisation des poids et mesures, « importante et mémorable réforme »165, mais relève tout particulièrement les entraves à la productivité. Se souvenant peut-être de son expérience de commissaire de bienfaisance, il signale les erreurs que l’on peut commettre dans la distribution des secours aux indigents ; citant Clavière, et anticipant Malthus, il affirme qu’il faut exciter au travail par des encouragements, et non à l’oisiveté par des aumônes. Il s’élève également contre la mauvaise répartition des temps de travail et d’inactivité, et juge très difficile de fixer un minimum de repos au peuple. A cette cause importante de sous-production, il ajoute la cherté des moyens de chauffage et d’éclairage, les obstacles mis à la circulation par les rentes viagères, ou le bas prix de la main-d’œuvre occupée à la fabrication des toiles communes166.

  • 167 Leçons, op. cit., III, p. 445.
  • 168 Ibid., IV, p. 468.
  • 169 Ibid., II, p. 291.
  • 170 Ibid., IV, p. 463-464.
  • 171 Vandermonde remarque ici que le gouvernement ne doit jamais avoir immédiatement en vue l’avantage d (...)

85Pour encourager la production, deux préalables essentiels : liberté et égalité167. Vandermonde plaide à nouveau pour une répartition équilibrée des richesses, qui ne doivent pas se partager entre un trop grand ou un trop petit nombre de mains168. L’éducation est aussi pour lui un puissant facteur de prospérité169. II attache également une grande importance à l’étendue et à la sûreté des débouchés intérieurs et extérieurs170. L’important n’est pas cependant d’exporter, mais d’exporter avec profit. Grâce à la qualité et au bas prix des objets exportés, on ne craindra jamais de manquer de débouchés, et le plein emploi sera assuré. Il faudrait au besoin exporter à perte pour solder les objets importés171.

  • 172 Ibid., IV, p. 467-468.

86Sur les colonies172, il adopte le point de vue de Child : les colonies ne sont avantageuses que si le nombre d’hommes qu’elles emploient dans la métropole est plus grand que celui dont elles la privent. D’ailleurs, aucun pays européen ne souffre d’un véritable excédent de population.

  • 173 Ibid., IV, p. 170-172. Il cite un exemple de distribution intelligente des fonctions, ibid., II, p. (...)
  • 174 Vandermonde avance une autre raison pour démontrer que la dépense des riches est moins utile au peu (...)

87Sont soulignés d’autre part les avantages d’une production de masse suscitée par une demande de masse et de la division du travail173. Un homme qui dépense 100 000 francs par an ne donne pas autant de mouvement à l’industrie que 10 hommes qui en dépensent 10 000, ou 100 hommes qui en dépensent 1 000. La demande très homogène des individus plus nombreux qui bénéficient d’un revenu moyen, permet d’obtenir une simplification du travail, donc une baisse de prix, et par là une augmentation des débouchés174.

88Toute simplification du travail exige des changements techniques qui supposent une certaine aisance. Ses avantages deviennent plus sensibles quand on peut investir des capitaux considérables dans de grandes manufactures.

  • 175 Ibid., tome II, p. 293.

89Vandermonde s’élève contre l’esclavage175 non seulement au nom de la morale et de la liberté, mais aussi à cause de son improductivité. L’esclavage lui semble d’ailleurs incompatible avec l’industrie.

  • 176 Ibid., Ill, p. 439.

90Pour augmenter la population active et pour réduire les charges des pères de famille nombreuse, il conseille cependant de créer des ressources faciles pour les femmes et les enfants, en multipliant les travaux qui se font en « manœuvrerie », ou grandes manufactures176.

Rôle des inventions, des grandes villes et des assignats

  • 177 Ibid., II, p. 449-456.
  • 178 Ibid., Ill, p. 146-147.
  • 179 Ibid., Ill, p. 147 et Débats, op. cit., I, p. 313-315. Si le peuple était suffisamment éclairé sur (...)

91Adepte enthousiaste des inventions, Vandermonde met sur le même plan les nouveautés les plus importantes et les plus futiles177. Ainsi fait-il l’éloge des constitutions représentatives, de l’instruction publique gratuite, des assignats, du prélèvement régulier de l’impôt, de la fixation de l’intérêt de l’argent (à 6 %), de la lettre de change et de l’imprimerie, au même titre que celui des armées de métier et des ambassades permanentes, de la vogue et de la mode, de la distillation des liqueurs et des cartes à jouer, ou encore de la poudre à canon et des armes à feu, comme de la boussole, des aérostats et du télégraphe. Il se montre perspicace quant à l’avenir de ces deux dernières inventions178. Il avait participé, on le sait, à la fabrication d’aérostats pour la Convention, et avait pu constater le rôle qu’ils avaient joué à la bataille de Fleurus. Avec une étonnante prescience, il voit dans le télégraphe un moyen extraordinaire de faire circuler l’information, donc de faciliter l’établissement de la démocratie dans un grand peuple179.

  • 180 Leçons, op. cit., IV, p. 465.
  • 181 Ibid., IV, p. 178.
  • 182 Ibid., IV, p. 466-467.

92Autre facteur important de prospérité : la multiplication des grandes villes, effet et cause de la prospérité : « C’est l’agitation des grandes villes qui est le ferment de l’émulation générale, le principe de l’abondance de toutes les productions… [celle-ci] est proportionnée, chez les différents peuples de l’Europe, au nombre des grandes communes, à leur population et à l’activité qui y règne », l’Angleterre et la Hollande sont là pour le démontrer180. Non seulement les services sont mieux faits, parce que faits par des gens plus aisés et avec de plus vastes moyens dans les grandes villes181, mais celles-ci atténuent les conséquences de l’inégalité et ne présentent aucun danger pour la liberté. « Au reste, les grandes communes doivent se former d’elles-mêmes… ; et si vous voulez conserver l’unité et l’indissolubilité d’un grand état, il faut souffrir qu’une immense population s’amoncèle (sic) autour du centre du gouvernement »182.

  • 183 Un des étudiants de Vandermonde affirmait encore que « c’est dans la campagne, où tout est près de (...)
  • 184 Selon Steuart, les grandes villes augmentent la demande de produits agricoles, donc la population, (...)

93Vandermonde assimile encore l’effet des canaux et de la navigation à une concentration de la population dans un plus petit espace. En se faisant le prophète de l’urbanisation, il prend donc le contrepied des observateurs du xviiie siècle, qui ne cessaient de clamer contre les grandes villes corruptrices et dépopulatrices, tombeaux de l’espèce humaine183, pour adopter le point de vue de Steuart184.

  • 185 Leçons, op. cit., III, p. 159.

94Enfin, Vandermonde reprend sa propagande en faveur des assignats, grande découverte comparable à celle de la boussole et de l’imprimerie. C’est la meilleure monnaie de toutes, « ici et aujourd’hui, partout et pour toujours »185 ; ils subsisteront à jamais et deviendront la monnaie de l’Europe et du monde.

  • 186 Ibid., II, p. 455-456.

95Mais ils doivent être payables en terre, et non en argent, comme en Amérique186.

  • 187 Ibid., V, p. 95-96.
  • 188 Débats, op. cit., I, p. 310.

96Sans être une valeur en lui-même, l’assignat assure la propriété la plus solide de toutes les terres. C’est d’autre part une excellente mesure des valeurs, le prix des fonds territoriaux étant fixé si le taux de l’intérêt ne varie pas. C’est enfin le meilleur signe possible des valeurs, et la marque même du progrès qui a fait déjà adopter l’argent comme monnaie187. Il ne peut être contrefait, ainsi que lui-même a pu le constater alors qu’il était membre du jury spécial nommé pour la punition des contrefacteurs188.

  • 189 Leçons, op. cit., IV, p. 467.

97Persuadé, comme il l’était, que « la liberté et les assignats peuvent tripler en 25 ans les produits de la France »189, Vandermonde se réservait de revenir à la fin de son cours sur l’immense utilité de cette monnaie universelle, établie sur des bases solides et inaltérables.

Cherté des terres et des salaires, bas prix de l’intérêt et des denrées

  • 190 Leçons, op. cit., III, p. 154-155.
  • 191 Il signale à ce propos que le plus riche du monde est peut-être le centre du beau quartier de Paris (...)
  • 192 Débats, op. cit., I, p. 405-406.
  • 193 Ibid., I, p. 403-404.
  • 194 Ibid., p. 404. Il répétera plus loin que le rapport entre le prix intrinsèque des grains et celui d (...)

98D’autres stimulants sont nécessaires à la formation des richesses : les terres doivent être chères et les salaires élevés, l’intérêt de l’argent faible et les objets de première nécessité, à bas prix. La cherté des terres incite à les améliorer, plutôt qu’à en acquérir de nouvelles190. Les cantons les plus riches sont ceux où une même étendue de terre vaut la plus forte somme d’argent191. Les salaires doivent être élevés, non seulement pour que « l’homme industrieux » vive dans l’aisance, mais pour que son ardeur au travail en soit renforcée192. Il critique implicitement la fixation du salaire au minimum de subsistance, qui ne suffit à procurer aux ouvriers qu’une nourriture grossière193 : « l’ouvrier bien payé, bien nourri, bien vêtu, aura plus de cœur à l’ouvrage… ». Un renchérissement des salaires n’entraîne pas nécessairement une hausse des prix, car le journalier peut travailler davantage, les moyens d’accroître la production peuvent se perfectionner, et il peut y avoir enfin une réduction de la rente du propriétaire, de l’intérêt des avances et de la charge des impôts, autres éléments qui, nous le verrons, entrent dans le prix194.

  • 195 Leçons, op. cit., III, p. 158 et IV, p. 175.
  • 196 Débats, op. cit., I, p. 406-407.
  • 197 Leçons, op. cit., III, p. 155 et 153 et IV, p. 173.
  • 198 Débats, op. cit., I, p. 401-403.

99Par contre, les objets de première nécessité, denrées ou marchandises, doivent être à bas prix, et surtout à prix constant195. Si les produits agricoles restent bon marché, « le cultivateur, n’ayant de ressource, pour gagner plus, que de produire plus, ne négligera aucun moyen d’accroître la production »196. Ici encore Vandermonde s’oppose donc aux physiocrates, partisans convaincus du bon prix des produits agricoles. Vandermonde pense d’ailleurs, comme Smith, que non seulement il se vend davantage d’objets à bon marché que d’objets chers, mais qu’il s’en vend encore pour une plus grande somme197. A ses élèves qui avouent ne pas comprendre comment un petit propriétaire peut s’enrichir en payant beaucoup d’impôts, en versant de hauts salaires et en vendant à bas prix, Vandermonde répond par sa formule magique : « en achetant cher et en vendant bon marché »198.

Valeur et prix

  • 199 Ibid., p. 403.

100Vendre à bas prix, cependant, ce n’est pas vendre à perte, mais vendre les objets pour leur valeur intrinsèque199, d’où toute une théorie de la valeur et des prix.

  • 200 Leçons, op. cit., V, p. 89-90.

101La valeur d’une chose dépend de l’importance du service que peut rendre cette chose, et du degré de son aptitude à rendre ce service ; alors que le prix dépend du besoin que l’on en ressent, et de la difficulté qu’on éprouve à se la procurer200. Certains objets peuvent être à très bas prix et avoir une très grande valeur (exemple classique de l’air et de l’eau). A l’inverse, des choses qui ont très peu de valeur réelle, peuvent être vendues à très haut prix. D’où la distinction entre valeur réelle (qui ne varie point si la chose ne subit aucun changement) et valeur vénale.

  • 201 Leçons, op. cit., V, p. 92.
  • 202 Ibid., V, p. 99-102.

102Selon Smith, le travail serait l’unique mesure des prix (ou valeurs vénales). Vandermonde pense lui aussi que le travail constitue le prix réel des choses, l’argent n’en étant que le prix nominal201. Mais ne faudrait-il pas plutôt prendre les commodités de la vie pour mesure des prix, puisqu’elles sont le principe même du travail, et que Smith lui-même reconnaît qu’un travail procure plus ou moins de ces commodités selon les époques ? Pour certains, il n’entrerait que deux éléments dans la valeur (ou le prix) d’un objet : le salaire et la rente. Vandermonde admet comme Smith un troisième élément, le profit, ou bénéfice de l’entrepreneur (qui comprend également l’intérêt des avances). A l’instar de Casaux et de Hocquart de Coubron, il indique encore un quatrième élément, l’impôt, qui porte toujours sur des revenus créés par la circulation, et de son propre chef, il en ajoute un cinquième, la vogue, ou mode202.

  • 203 Ibid., p. 99 et 102. Pour Smith également, la rente ou le profit n’entrent pas dans le prix de cert (...)

103Cinq éléments concourent donc à former le prix, ou valeur vénale d’un objet, laquelle, précise-t-il, reste tout à fait incertaine tant qu’il n’y a pas de rapport établi par l’usage entre le prix de cet objet et celui des objets courants de consommation. Mais Vandermonde semble rejoindre finalement la théorie de la valeur travail, quand il reconnaît que dans le prix de certains objets n’entrent ni la rente ni la vogue, et qu’il n’y a que le salaire d’indispensable203.

  • 204 Débats, op. cit., I, p. 403 ; Leçons, op. cit., V, p. 102.
  • 205 Leçons, op. cit., V, p. 99. Vandermonde note que les marchands n’entendent par prix courant que le (...)
  • 206 Ibid., V, p. 106-108. C’est nous qui soulignons.

104Le prix ainsi formé peut s’appeler indifféremment bas prix, prix intrinsèque ou prix ordinaire204. Mais il faut, par contre (comme Smith, encore), distinguer le prix ordinaire du prix du marché, qui est, par rapport au prix ordinaire, ce que le prix défendu ou débattu est par rapport au prix fixé205. Vandermonde définit le prix de marché comme le prix ordinaire, multiplié par une quantité variable, d’autant plus grande que l’acheteur a davantage besoin de la marchandise et qu’il peut en offrir plus de numéraire. Le prix de marché résulte donc d’une transaction qui concilie des intérêts opposés : d’un côté la quantité de marchandise qu’on demande et celle de l’argent qu’on peut donner, de l’autre la quantité de marchandise qu’on offre et celle de l’argent dont on a besoin206.

  • 207 Ibid., V, p. 94.

105C’est la fréquence des marchés conclus qui fixe le prix ordinaire. La demande d’une chose n’est efficace que lorsque l’acheteur consent à payer le prix ordinaire, ou même davantage. Quant à l’offre, elle ne peut être concluante que si le vendeur accepte de vendre à ce même prix, ou moins207.

  • 208 Ibid., IV, p. 175. Pour Smith, le prix ordinaire suppose que les quantités produites soient, par ra (...)

106L’offre et la demande ne doivent pas seulement être efficaces, mais équilibrées, quoiqu’il vaille mieux que l’offre soit plus forte que la demande, pour les objets des besoins réels et moins forte dans le cas des besoins factices (toujours pour faire baisser le prix des objets de première nécessité). Tout en recherchant cet équilibre « permanent », le législateur doit permettre que la balance penche d’un côté plutôt que de l’autre208.

Mesure des valeurs et pouvoir d’achat

  • 209 Ibid., V, p. 90-91.

107L’établissement du commerce suppose une mesure commune de la valeur vénale des choses, et pour qu’un objet puisse jouer ce rôle, sa valeur réelle ne doit subir aucune variation209.

  • 210 Ibid., V, p. 95.

108Vandermonde conclut à nouveau, sur ce point, à la supériorité de l’assignat. Certes, l’écu est une valeur en lui-même, mais si l’argent n’était pas employé comme monnaie, il ne vaudrait pas 75 fois le cuivre ; l’écu est une mesure des valeurs, mais souvent le prix légal de l’argent en monnaie de compte s’écarte du prix marchand ; enfin l’écu est certainement un signe des valeurs, mais il est sujet à une perte par le frai, incommode à transporter en grande quantité, difficile à cacher, et incite à la thésaurisation210.

  • 211 Ibid., V, p. 91.

109Tout en prêchant pour la monnaie de papier, Vandermonde rappelle qu’en France, l’unité de la monnaie de compte est la livre tournois. Selon lui, cette unité ne représente pas un poids déterminé d’argent fin, mais sa grandeur se déduit « de l’étendue des besoins auxquels un revenu fixe en livres tournois met à portée de satisfaire »211.

  • 212 Ibid., V, p. 96-98. La dernière « mutation » officielle des monnaies sous l’Ancien Régime datait en (...)

110En d’autres termes, c’est le pouvoir d’achat de la livre qu’il faut considérer, et non la quantité de métal qu’elle contient. S’il en était autrement, il faudrait admettre que la livre n’aurait subi aucune variation dans son poids, son titre et sa dénomination de 1726 à 1786212. Or, entre ces deux dates, le prix des choses nécessaires à la vie ayant beaucoup augmenté, la livre avait baissé, sans qu’on eût altéré la monnaie. Seuls les rentiers, supposait-on, souffraient de cette situation, alors que les autres classes en bénéficiaient. En fait, cette dévaluation insidieuse permettait aux riches d’abaisser proportionnellement les salaires et de « fouler le pauvre industrieux ».

  • 213 Vandermonde adopte l’idée de Smith selon laquelle il y a un prix naturel des choses communes, autou (...)
  • 214 Ibid., V, p. 97-98.

111A partir du moment où le prix « naturel » du blé213, prix qu’il fixe à 18 livres le setier de Paris, monte à 24 ou 30 livres, et où le prix des objets de consommation s’élève dans une proportion encore plus forte, tous les rapports fixés par la nature des choses sont intervertis214.

112De ce « vice interne » ont résulté l’embarras des finances, la langueur du commerce et la « crise » de 1789.

Théorie démographique et politique

  • 215 Voir ci-dessus, p. 660 note 4, p. 662 note 6, p. 666 note 4, p. 667 notes 7 et 8.
  • 216 Pour Steuart « le genre humain quant au nombre a toujours été et sera toujours proportionné à la qu (...)
  • 217 Vandermonde : Leçons, op. cit., p. 242 et ci-dessus, p. 660, note 4.

113Sans traiter de l’accroissement de la population, Vandermonde nous a donné en divers endroits un aperçu de ses idées démographiques215. Pour lui comme pour les agrariens, les physiocrates et les précurseurs de Malthus, dont Steuart216, la population est essentiellement fonction des subsistances. Il a une notion certaine de l’optimum : ne dit-il pas que « l’augmentation de la population ne saurait se faire aux dépens du bonheur des hommes »217 ?

  • 218 Dans ses leçons (III, p. 151), il s’était élevé contre l’extravagance des niveleurs, et il avait ex (...)
  • 219 Leçons, op. cit., II, p. 294-295 et 300-301 ; Débats, op. cit., I, p. 360.
  • 220 Leçons, op. cit., III, p. 440-441.

114Du point de vue politique, cet honnête républicain est ennemi de tout excès et de tout terrorisme218. Il assure que la morale ou la vertu consiste dans la conformité des volontés particulières à l’intérêt général, d’abord du genre humain, puis du peuple dont on fait partie, enfin des sociétés particulières et des familles dont on est membre219. Entre les gouvernements arbitraires et les gouvernements libres, ses préférences vont aux gouvernements modérés, où les habitants vivent dans l’égalité, l’abondance et l’aisance, éloignés du luxe comme du strict nécessaire220.

  • 221 C’est-à-dire qu’elle n’ait pas de raison de se produire. Leçons, op. cit., Il, p. 456.
  • 222 II demande qu’on n’estime les hommes que pour ce qu’ils sont, et non pour leur profession (Leçons, (...)

115S’il désire sincèrement le bonheur du peuple et la hausse de son niveau de vie, il se méfie cependant de ce qu’on n’appelle encore ni le prolétariat ni les classes dangereuses, et demande, plus ou moins explicitement, qu’on le tienne en lisière. Tout en se déclarant pour une constitution représentative, il souhaite que l’insurrection ne puisse jamais être empêchée, et que pourtant elle n’ait jamais lieu221. Libéral et démocrate sans doute, Vandermonde n’est égalitaire que jusqu’à un certain point222. Il demeure avant tout un bourgeois soucieux de ses privilèges de classe, et finalement plus réformiste que révolutionnaire.

La fin de l’École et de Vandermonde

  • 223 Leçons, op. cit., II, p. 448. Le 13 pluviôse (1er février 1795), Vandermonde fut tellement fasciné (...)
  • 224 Voir J. Guillaume, op. cit., tome VI (1907), p. 155.

116Dans son dernier cours publié, du 22 avril 1795, Vandermonde annonçait une leçon qui ne fut pas prononcée, ou tout au moins ne fut pas publiée. Sa phtisie ayant progressé les derniers mois de façon menaçante, le malheureux professeur éprouvait de plus en plus de difficultés à parler et à rassembler ses idées223. Le 1er mai 1795, il déclara au Comité d’instruction publique que son cours, « commencé d’ailleurs longtemps après l’ouverture des écoles », ne pourrait être terminé pour le 30 du mois courant. Il promettait d’en donner le complément dans le journal de l’École224.

  • 225 Cf. P. Dupuy, op. cit., p. 199.

117Cette promesse ne fut pas tenue. L’École elle-même connaissait ses derniers moments. Avec la dépréciation croissante des assignats, l’État n’était plus en mesure d’assurer l’entretien des élèves et des professeurs. La disette devenant générale, un décret fixa la fin des cours au 19 mai 1795. Ainsi, quatre mois après son ouverture, la première École normale s’éteignit, faute de pain, de crédits et d’organisation. Sa chute fut saluée avec satisfaction par le Courrier universel, qui jugeait sévèrement ce « grotesque rassemblement » de professeurs et d’élèves : « Encore quelques belles découvertes comme le télégraphe », si vanté par Vandermonde, « et notre France ne sera plus habitée que par des Goths et des Vandales »225.

  • 226 Les décrets de 1808 et 1810 instituèrent auprès de l’Université un « pensionnat normal » découlant (...)
  • 227 Son nom d’École normale supérieure date du 6 décembre 1845.
  • 228 « Son zèle eut à combattre », dit Lacépède, op. cit., p. XXV, « et la brièveté du temps pendant leq (...)

118Dès 1808, cependant, l’École devait renaître de ses cendres226 et retrouver son nom d’origine en 1830227. Ses cours et ses débats avaient reçu un accueil assez favorable pour être réimprimés à diverses reprises. Et nous pouvons voir rétrospectivement que cette école, si décriée, portait en elle les germes du futur enseignement primaire, secondaire et supérieur. En tout état de cause, Vandermonde n’aurait pas été en mesure d’assurer son cours jusqu’au bout228. Un dernier honneur officiel devait lui être rendu : le 13 décembre 1795, il était nommé membre résident de l’Institut récemment créé, dans la section des arts mécaniques de la première classe. Il ne jouit pas longtemps de cette distinction : revenant de l’Institut, le 1er janvier 1796, il mourut d’un vomissement de sang.

  • 229 Voir E. Merlieux, op. cit., p. 915, et A. Rabbe, Vieilh de Boisjolin et Sainte-Preuve Biographie un (...)
  • 230 L’inventaire de ses biens fut dressé par Me Pottier en l’hôtel de Mortagne à partir du 4 ventôse an (...)
  • 231 Voir Michaud, op. cit., p. 566.
  • 232 Voir E. Merlieux, op. cit., p. 915.

119Selon certains biographes229, il serait mort d’inanition230. A l’Institut, où il devait être remplacé par Carnot, son éloge funèbre fut prononcé le 4 avril 1796, par Lacépède, secrétaire de la classe des sciences physiques et mathématiques. Lacépède fit surtout l’éloge du savant, et non du révolutionnaire, car selon lui le sanctuaire des sciences ne devait point admettre de débats politiques231. D’autres n’eurent pas cette réserve, et si certains louèrent son attachement désintéressé à la Révolution, d’aucuns lui lancèrent les « injures d’une aveugle réaction »232.

Heurs et malheurs de la multidisciplinarité

  • 233 Voir E. Levasseur : L’enseignement de l’économie politique au Conservatoire des Arts et Métiers, Pa (...)

120Si Vandermonde avait survécu, quel eût été son destin ? Aurait-il connu la fortune d’un Monge ou d’un Berthollet, sous Bonaparte ? Aurait-il été chargé par Napoléon d’un ministère, comme Chaptal, ou retrouvé une chaire d’économie politique ? On sait qu’après ses démêlés avec le Premier Consul, Jean-Baptiste Say, qui avait ouvert en 1815, à l’Athénée, un cours qui eut un grand succès, obtint le 25 novembre 1819, au Conservatoire des Arts et Métiers, sous le nom d’« économie industrielle » (l’expression « économie politique » faisant peur), une chaire qu’il occupa jusqu’à sa mort, le 15 novembre 1832. A partir de 1830, il avait été appelé par Louis-Philippe à professer l’« économie politique » proprement dite au Collège de France. Adolphe-Jérôme Blanqui, professeur d’histoire et d’économie industrielle depuis 1825 à l’École spéciale du commerce, disciple de Say, lui succéda aux Arts et Métiers, en 1833, comme professeur d’économie. A ces illustres précurseurs, il convenait d’ajouter le nom de Vandermonde, ignoré peut-être de Say lui-même qui, dans sa leçon inaugurale du 2 décembre 1820, se félicitait d’une institution qui n’avait pas de modèle dans les autres États européens233.

  • 234 Leçons, op. cit., III, p. 160.
  • 235 Ibid., IV, p. 455. Voir ses comparaisons mathématiques, ibid., II, p. 238 ; Débats, I, 352, etc.
  • 236 Leçons, III, p. 436.
  • 237 Leçons, II, p. 245 ; III, p. 443 ; IV, p. 169, 171.

121Que lui avait apporté sa multidisciplinarité ? Des connaissances variées, sans doute, mais aussi et surtout la possibilité d’envisager les problèmes toujours de différents points de vue. Mathématicien, il applique son esprit « géométrique » à sa théorie de la musique, et tout en disant ne pas se fier aux calculs de l’arithmétique politique234, il admet la possibilité de traiter mathématiquement l’économie, persuadé qu’il faut calculer juste en cette matière235. Mécanicien, il est porté à croire que « les affaires humaines sont gouvernées par un mouvement automatique et machinal dont le moteur réside dans l’organisation physique de l’espèce »236, et il trouve toujours des comparaisons adéquates pour expliquer le fonctionnement de la machine sociale237. Musicien, il a conscience de la valeur de l’art du chant, et en déduit en partie sa théorie sur le caractère productif des différents services.

  • 238 Voir sa critique de Paley et celle de Graslin, Leçons, V, p. 107.
  • 239 Leçons, II, p. 237.

122Mais sa formation générale l’empêche d’abuser du traitement purement scientifique des phénomènes économiques et sociaux238 : l’économie, entendue au sens large, doit englober toutes les autres sciences humaines239. Il affirme n’en parler que d’un point de vue purement abstrait, mais ses travaux de savant, comme son activité au sein des clubs, des assemblées et des commissions, et ses diverses missions pour le compte de la Convention, lui ont permis d’étendre et de mettre sans cesse à l’épreuve ses connaissances théoriques.

  • 240 Cf. H. Lebesgue, op. cit., p. 42.

123Doit-on donc considérer Vandermonde comme le prototype d’un homme complet ayant su s’intéresser à tout, ou lui reprocher, avec H. Lebesgue240, d’avoir tout effleuré sans rien approfondir ? Notre auteur ne mérite peut-être ni cet excès d’honneur ni cette indignité. H. Lebesgue lui reconnaît lui-même du génie en mathématiques, et si, parmi la vaste cohorte de ceux qui, au xviiie siècle, ont réfléchi aux rapports de l’économie et de la population, il n’a pas l’envergure et l’originalité des plus grands, il a tout au moins sur plusieurs l’avantage de voir loin et juste. Il annonce l’avènement de la société industrielle quand il plaide pour le grand capital, la grande manufacture, le progrès technique et la production de masse, comme il annonce la société démocratique en plaidant pour l’égalité politique, sinon économique, la diffusion de l’information et de l’éducation, le développement des moyens de communication. Placé au carrefour de deux ères, écartelé entre le passé et l’avenir, cet héritier de deux siècles de mercantilisme, non touché par la grâce physiocratique, mais marqué en profondeur par les influences venues d’outre-Manche, représente assez bien cette intelligentsia du siècle des lumières, curieuse de tout, avide de bonheur et de richesse pour tous, qui, sans détenir elle-même les véritables moyens de production, prépare le long règne de la nouvelle classe dominante.

Signature autographe d’Alexandre Vandermonde. Bibliothèque de l’École polytechnique.

Signature autographe d’Alexandre Vandermonde. Bibliothèque de l’École polytechnique.
Haut de page

Notes

2 [Ndlr : la note 1 de la version papier de cet article a été intégrée dans les « Notes de la rédaction », figurant juste après le plan de cet article]. Par Mme Arsac.

3 Nous remercions particulièrement de leur aimable accueil Mlle Desprez et M. Seure à l’École polytechnique, Mme Rollet et M. Boulez à l’École normale supérieure.

4 Voir notamment Lacépède : « Notice sur la vie et les ouvrages de Vandermonde… lu (sic) le 15 germinal an 4, dans la première séance publique de l’Institut », Mémoires de l’Institut national des Sciences et des Arts pour l’an IV de la république. Sciences mathématiques et physiques, tome I, p. xix-xxv, Paris, thermidor an VI, in-4°. Et {surtout A. Birembaut : « Précisions sur la biographie du mathématicien Vandermonde et de sa famille », extrait des actes du congrès du Luxembourg, 72e session de l’Association française pour l’avancement des sciences (juillet 1953), paginé 530-533.

5 La famille Vandermonde, d’origine flamande, s’était fixée à Landrecies (Nord) vers la fin du xve siècle. Le grand-père de notre auteur, l’apothicaire Jean-François Vandermonde était garde-scel de l’Hôtel de ville. Son père, Jacques- François, né en 1692 reçut le titre de docteur en médecine, à Reims en 1720.

6 Voir son Essai sur les moyens de perfectionner l’espèce humaine (Paris 1756), cité par J. S. Spengler, cahier 21 de l’INED. Économie et population. Les doctrines françaises avant 1800. I. De Budé à Condorcet. Paris 1954.

7 Acte de baptême du mardi 1er mars 1735, en l’église Saint-Germain-l’Auxerrois, reproduit par A. Birembaut, op. cit., p. 533. Alexandre-Théophile avait pour subrogé tuteur Toussaint Hérambourg, ancien officier du Régent.

8 Sa mère, Jeanne Dailly, qui demeurait avec lui, retourne alors dans sa ville natale, où elle mourra le 13 mars 1777, âgée de 88 ans. Ibid., p. 531.

9 Voir A.-T. Vandermonde : « Mémoire sur la résolution des équations », Histoire de l’Académie royale des Sciences. Année 1771. Avec les mémoires de mathématique et de physique pour la même année (Paris, 1774, in-4°), p. 375-416. Commentaire du secrétaire perpétuel, Grandjean de Fouchy, p. 47-55.

10 Cités par A. Birembaut, op. cit., p. 532.

11 Voir H. Lebesgue : « L’œuvre mathématique de Vandermonde (Conférence faite à l’université d’Utrecht le 20 octobre 1937) ». Thalès : Recueil annuel de l’Institut d’histoire des sciences et des techniques de l’Université de Paris, tome 4, années 1937-1939, p. 28-42, Paris, 1940, in-4°.

12 A.-T. Vandermonde : « Mémoire sur l’élimination ». Histoire de l’Académie… année 1772, seconde partie, p. 516-532, Paris, 1776, in-4°.

13 H. Lebesgue explique comment, en oubliant la convention de notation choisie par Vandermonde et en interprétant les indices supérieurs comme des exposants, on obtient un « déterminant de Vandermonde ». C’est cette méprise, observe-t-il, qui sauva le nom de Vandermonde de l’oubli.

14 A.-T. Vandermonde : « Remarques sur les problèmes de situation ». Histoire de l’Académie… année 1772, seconde partie, p. 566-574. Commentaire, p. 55-56, Paris, 1776, in-4°.

15 Note découverte par Maxwell et reproduite par H. Lebesgue, op. cit., p. 29.

16 A.-T. Vandermonde : « Mémoire sur les irrationnelles des différents ordres avec une application au cercle », Histoire de l’Académie… année 1772, première partie, p. 489-498. Commentaire, p. 71-72, Paris, 1775, in-4°.

17 E. Merlieux, in Hoefer, Nouvelle biographie générale, tome 45 (Paris, 1866), p. 914, relève sa belle expression transcendante du rapport de la circonférence au diamètre.

18 Cf. A. Birembaut, op. cit., p. 532.

19 D’après N. Nielsen, cité par H. Lebesgue, op. cit., p. 29, note 2, Cari Itzigsohn aurait donné à Berlin, en 1888, une édition allemande des trois mémoires de Vandermonde qui traitent de questions algébriques.

20 Cité par A. Birembaut, op. cit., p. 531.

21 A.-S. de Montferrier : Dictionnaire des sciences mathématiques pures et appliquées, Paris, 1835, p. 598-599.

22 Cf. H. Lebesgue, op. cit., p. 42.

23 A. Birembaut voit en lui surtout un mécanicien, se passionnant, comme on le verra, pour les problèmes posés par le développement industriel.

24 Cf. A. Birembaut, op. cit., p. 532.

25 Ibid.

26 Voir ci-dessous, p. 650, le rôle de Vandermonde aux Arts et Métiers sous la Révolution.

27 Voir « Expériences faites par ordre de l’Académie, sur le froid de l’année 1776. Par MM. Bezout, Lavoisier et Vandermonde », Histoire de l’Académie… année 1777, p. 505-526, Paris, 1780, in-4°. Lu par extrait à la séance de Pâques 1776, ce mémoire fut relu à la séance du 31 juillet 1779. Les trois savants concluaient à la nécessité de réformer le thermomètre et de construire des étalons exacts.

28 Mémoire sur le fer considéré dans ses différents états métalliques, par MM. Vandermonde, Berthollet et Monge. Lu à l’Académie royale des Sciences, au mois de mai 1786, Paris, 1788, in-4°, 71 p. Voir également A. Birembaut, op. cit., p. 532. Dans ce mémoire étaient rappelés le rôle du carbone et les résultats obtenus à Mézières.

29 Voir Rapport fait à l’Académie le 7 septembre 1790, des moyens hydrauliques présentés par M. Detrouville, publié par les commissaires de l’Académie. (Fait au Louvre le 7 septembre 1790. Signé : Monge, Vandermonde, Condorcet, Meusnier. Extrait daté du 8 février 1791, à Paris, et signé par Condorcet, secrétaire perpétuel). Paris (s.d.), in-4°, 24 p.

30 S. Lacroix, op. cit., 2e série, tome VII, p. 135.

31 II jouait sans doute du violon. Voir A. Birembaut, op. cit., p. 533.

32 « Système d’harmonie applicable à l’état actuel de la musique, par M. Vandermonde, de l’Académie royale des Sciences », Le Journal des Sçavans pour l’année 1778, décembre, volume II, p. 855-862, Paris, 1778, in-4°.

33 Voir Jean-Benjamin de Laborde : Essai sur la musique ancienne et moderne, tome III (Paris, 1780), chap. X, p. 690-700.

34 « Second mémoire sur un nouveau système d’harmonie applicable à l’état actuel de la musique », par M. Vandermonde, de l’Académie royale des Sciences. Explication des exemples notés relatifs au mémoire sur un nouveau système d’harmonie inséré dans le journal du mois dernier, Le Journal des Sçavans, pour Vannée 1781, Janvier-février, p. 32-40 et 93-101, Paris, 1781, in-4° et en tiré à part portant une note manuscrite : « De la part de l’auteur » (S.l.n.d.), in-4°, 18-3 p. D’après Fétis (voir ci-dessous note 4), les publications musicales de Vandermonde sont fort rares, l’auteur n’en ayant fait tirer que quelques exemplaires pour ses amis.

35 Laborde, mécontent, s’en remit à l’arbitrage d’un tiers, l’abbé Roussier, qui, lui, ne vit qu’une chose, à savoir que Vandermonde n’avait pas jugé bon de prendre connaissance de son immortel mémoire sur la musique des anciens. Voir J.-B. de Laborde : Mémoires sur les proportions musicales, le genre énarmonique (sic) des Grecs et des modernes, par l’auteur de l’Essai sur la Musique. Avec les observations de M. Vandermonde, de l’Académie des sciences, et des Remarques de M. l’abbé Roussier. Supplément à l’Essai sur la musique, Paris, 1781. Les observations de Vandermonde y sont reproduites sous deux formes : rassemblées en quelques pages (p. 39-41), sous le titre d’Observations de M. Vandermonde, de l’Académie des sciences, sur deux mémoires de l’auteur de l’Essai sur la musique, l’un « sur les proportions musicales », l’autre « sur l’Enarmonique des anciens et l’énarmonique des modernes » ; et en marge des remarques de l’abbé Roussier, p. 42-70.

36 Voir A. Choron et F. Fayolle : Dictionnaire historique des musiciens… tome II (Paris, novembre 1811), p. 399 et tome I, p. 82 et Fetis : Biographie universelle des musiciens, tome VIII (Bruxelles, 1844), p. 431-432. Quoi qu’en aient dit Roussier et Choron, le système de Vandermonde n’a pas l’obscurité qu’on lui prête. Il n’y a peut-être pas dans ses mémoires un système d’harmonie, mais des aperçus vrais concernant la base de cette science. Les exemples de succession harmonique du second mémoire prouvent qu’il était bon musicien et connaissait la pratique de l’art.

37 A Londres en 2 volumes in-4°, et à Dublin en 3 volumes in-8°.

38 « Ces imprudents sectaires qui ont jeté tant de fausses idées parmi nous sur le commerce, et qui s’arrogèrent le nom d’économistes qu’ils ont rendu ridicule, ignoraient qu’ils n’étaient que des mannequins. Ils ont accrédité le mot laissez faire et laissez passer sans se douter que le cabinet britannique et ses souffleurs gagés n’y avaient vu pour nous que le conseil, laissez faire le mal et laissez passer votre ennemi ». Voir A.-T. Vandermonde : Rapport fait par ordre du Comité de salut public sur les fabriques et le commerce de Lyon… (15 brumaire an III), p. 6.

39 Par E.-F. de Senovert, sous le titre de Recherches sur les principes de l’économie politique, Paris, Didot, 1789-1790, 5 volumes in-8°.

40 II était loin de refuser les faveurs de la royauté puisqu’il recevait, en tant que conseiller technique, une pension du duc d’Orléans. Voir A. Birembaut, op. cit., p. 532. Le cabinet du duc devait d’ailleurs, comme celui de Vaucanson, servir à former le dépôt des Arts et Métiers.

41 Voir J.-A.-N. Caritat, M. de Condorcet : « A Monsieur ***, sur la Société de 1789 », 1790, in Œuvres, tome X (Paris, 1847, p. 69-76), p. 69.

42 Voir Sigismond Lacroix : Actes de la Commune de Paris pendant la Révolution, 2e série (du 9 octobre 1790 au 18 novembre 1791), tome I (Paris, 1955), p. 232-234.

43 Cl. Perroud : « Quelques notes sur le club de 1789 », La Révolution française, tome XXXIX, 14 septembre 1900, p. 258259. Sur la « Société de 1789 », voir également A. Challamel : Les Clubs contre-révolutionnaires, Paris, 1895, p. 391-443.

44 Règlements de la Société de 1789 et liste de ses membres, A Paris, de l’imprimerie de Lejay fils, 1790, in-8°, 57 p.

45 On retrouve dans le Journal, qui prit le titre de Mémoires à partir du numéro XII (21 août 1790), des articles de Condorcet, Dupont, Casaux, André Chénier, Hassenfratz, etc., mais point de Vandermonde.

46 Peut-être même au début de 1790. Voir F. A. Aulard : La Société des Jacobins, tome I, Í789-1790 (Paris, 1889), p. XXXI.

47 Voir Liste des membres de la Société des Amis de la Constitution, séante à Paris, à la Maison dite des Jacobins-Saint Honoré (Paris, 21 décembre, l’an deuxième de la liberté), in-8°, 36 p.

48 Voir Projet de paix entre le Club de 1789 et la Société des Amis de la Constitution, par un membre de l’Assemblée nationale, Paris, imprimerie du Patriote françois (s.d.), in-8°, 7 p.

49 Cf. Cl. Perroud, op. cit., p. 261. La « Société de 1789 » semble d’ailleurs avoir disparu dans le courant de l’année 1791. Ce n’est que le 21 septembre 1792 que la « Société des Amis de la Constitution » décida de prendre le nom de « Société des Jacobins, amis de la liberté et de l’égalité ». Sa fermeture définitive eut lieu le 21 brumaire an III (11 novembre 1794). Voir F.-A. Aulard, op. cit., p. XXII et CI.

50 Voir A. Challamel, op. cit., p. 445-469. « Vandermonde, académicien, rue de Charonne, 22 » est cité p. 451, pour la section de Popincourt, d’après la Liste des électeurs de la Sainte Chapelle [Paris, P.-J. Duplain (1791), in-8°, 31 p.], qui se trouve à la bibliothèque de la Ville de Paris, sous la cote 10826.

51 Voir Liste générale des représentants de la Commune de Paris convoqués le 18 septembre 1789 (Paris), imprimerie de Lottin l’aîné et Lottin de Saint-Germain, 1789, in-4°, p. 8 : « Quartier de la place Royale. [District] Trenel transféré à Popincourt. Vandermonde, de l’académie des Sciences, rue de Charonne » et S. Lacroix, op. cit., lre série (du 25 juillet 1789 au 8 octobre 1790), tome II, p. 687.

52 Voir S. Lacroix, op. cit., tome II, p. 513.

53 Voir S. Lacroix, op. cit., tome II, p. 38, 597, 630 ; 475, 597-598 ; tome III, p. 14, 27-28 note 3.

54 Voir Projet de règlement pour l’ordre intérieur de l’Assemblée générale des représentants de la Commune de Paris, rédigé par MM. de Condorcet, de Molien (sic), de Vandermonde (sic) et de Saisseval, commissaires pour cet objet. Présenté à l’Assemblée, le 12 octobre 1789 (Paris), imprimerie de Lottin l’aîné et Lottin de Saint-Germain, 1789, in-4°, 32 p. Et S. Lacroix, op. cit., tome II, p. 276, 440, 451, 454, 459, 474, 497, 520.

55 Voir S. Lacroix, op. cit., tome III, p. 140, 144, 315, 416 et Charton (Jean), Lettre adressée le 26 décembre, à Messieurs Vandermonde et Bosquillon, représentants de la Commune. – Réponse de Messieurs Vandermonde et Bosquillon, représentants de la Commune. Observations relatives aux deux lettres précédentes (Paris, 1790), in-4°, 8 p. Voir encore S. Lacroix, op. cit., tome III, p. 178 ; tome IV, p. 17 ; et tome VII, p. 341 (3e liste, n° 28), et P. Robiquet, Le Personnel municipal de Paris pendant la Révolution. Période constitutionnelle, Paris, 1890, p. 335-336. Ce dernier ouvrage contient une notice biographique sur Vandermonde, p. 248-249.

56 Op. cit., 3 décembre 1789. Voir S. Lacroix, ibid., p. 113, et P. Robiquet, p. 173-174.

57 Voir S. Lacroix, op. cit., 2e série, tome I, p. XXXII.

58 Ibid., tome I, p. 516 et n° 4. Il est nommé entre autres, le 12 octobre 1791, commissaire paroissial de bienfaisance (ibid., tome VII, p. 159).

59 Voir J. Guillaume : Procès-verbaux du Comité d’instruction publique de la Convention nationale (Paris, 1891-1907, 6 vol. in-8°), tome II (1894), p. 386-388 ; tome III (1897), p. 233- 234 ; tome V (1904), p. 609 ; tome VI (1907), p. 234, note 2.

60 Ibid., tome III, p. 233-234 et 240.

61 Voir Compte rendu à la Convention nationale par la Commission supprimée des monuments et servant de réponse au rapport du Comité d’instruction publique (Paris, s.d.), p. 3-5.

62 Voir S. Lacroix, op. cit., 2e série, tome IV, p. 506-507.

63 Compte rendu, op. cit., p. 5-6. Vandermonde était maintenu dans cette commission réorganisée. Voir J. Guillaume, op. cit., tome I (1891), p. 8.

64 Ibid., p. 2.

65 Voir la liste publiée par la Convention le 18 pluviôse an II (6 février 1794) in J. Guillaume, op. cit., tome III (1897), p. 327, et in L. Tuetey : Procès-verbaux de la Commission temporaire des arts… (Paris, 1912-1917), tome I, introduction, p. XXXV. Vandermonde avait été proposé au Comité en même temps que Desfourny le 15 nivôse (4 janvier 1794), et à la Convention le 5 pluviôse (24 janvier 1794). Voir L. Tuetey, op. cit., tome I, p. XXXV et 42 ; et J. Guillaume, op. cit., tome III, p. 323. Voir également la Liste des membres composant la Commission temporaire des arts adjointe au Comité d’instruction publique (s.l.n.d.), in-8°, 2 p., dont l’impression avait été décidée par la Commission le 15 ventôse (5 mars 1794), in J. Guillaume, op. cit., tome III, p. 503, et L. Tuetey, op. cit., tome I, p. XXXV.

66 Voir L. Tuetey, op. cit., tome I, p. 127, 131-132, 195, 471, 583 ; tome II, p. 265, 338.

67 Ibid., tome I, introduction, p. XXX-XXXIII. Brève notice biographique sur Vandermonde, ibid., p. LII.

68 Le 24 avril 1793, il avait rendu un avis motivé en faveur du citoyen Clareton, « musicien-instituteur », auteur d’une nouvelle méthode et de moyens mécaniques pour enseigner la musique. Voir J. Guillaume, op. cit., tome II, p. 12. Voir également ibid., tome IV, p. 264-268.

69 Voir A. de Monzie : Le Conservatoire du peuple (Paris, 1948), p. 18, 38, 48-49, 75.

70 Voir A. Birembaut, op. cit., p. 532-533.

71 Voir C. Richard : Le Comité de salut public et les fabrications de guerre sous la Terreur, Paris, 1922, p. 668.

72 Voir C. Richard, op. cit., p. 209.

73 Voir : Avis aux ouvriers en fer, sur la fabrication de l’acier, publié par ordre du Comité de salut public, Paris, imprimerie du département de la Guerre (s.d.), in-4°, 34 p., planches. Signé : Vandermonde, Monge, « Berthollet ». Cet avis fut reproduit avec de « légers changements et quelques additions » sous le titre « Instruction sur la fabrication de l’acier », dans le Journal des Arts et Manufactures publié sous la direction du Conseil des Arts et Manufactures, tome II, n° 4, p. 572-619. Paris, an quatrième, in-8°. Un extrait en fut encore donné par la suite sous le titre : « Extrait d’un avis aux ouvriers en fer, sur la fabrication de l’acier, par les citoyens Vendermonde, Monge et Berthollet », et publié par ordre du Comité de salut public, au commence- cément de l’an II de la République, in Annales de chimie, ou Recueil de mémoires concernant la chimie et les arts qui en dépendent ; par les citoyens Guyton, Monge, Berthollet, FourcroyC.-A. Prieur, Chaptal et Van-Mons, tome I ou 19e (Paris, an V, ou 1797), p. 13-46.

74 Voir F. A. Aulard : Recueil des actes du Comité de salut public…, tome VI (Paris, 1893), p. 445.

75 Voir Procédés de la fabrication des armes blanches, publiés par ordre du Comité de salut public, (Signé : Vandermonde, F.-A. Rauch). Paris, imprimerie du département de la Guerre, l’an 2 républicain, in-4°, 106 p., planches. Rauch était l’adjoint de Vandermonde pour les dessins.

76 Voir C. Richard, op. cit., p. 180, 183, 195.

77 Voir C.-A. Prieur : « Notice d’un ouvrage de Vandermonde sur la fabrication des armes blanches », in Annales de chimie, op. cit., tome I ou 19, p. 47-57.

78 Cité d’après la correspondance de Carnot par C. Richard, op. cit., p. 53-54.

79 C. Richard, op. cit., p. 54, et F.-A. Aulard, op. cit., tome IX (1895), p. 255.

80 Cf. C. Richard, op. cit., p. 57 et F. Aulard, op. cit., tome IX (1895), p. 304-305. Vandermonde remit son rapport le 6 pluviôse an II (25 janvier 1794) ; voir F. Aulard, op. cit., tome X (1897), p. 438 et tome XI (1897), p. 248. Le 28 ventôse (18 mars 1794), un arrêté met sous ses ordres le citoyen Jommard ; voir C. Richard, op. cit., p. 290.

81 Cf. C. Richard, op. cit., p. 80-81, et F. Aulard, op. cit., tome XI, p. 248.

82 Cf. F.-A. Aulard, op. cit., tome XIV (1901), p. 435 et 493.

83 Vandermonde passa un marché avec Nicolas Petit, et le 4 brumaire an III (25 octobre 1794) la Commission des armes passa commande à Lyon de 5 000 aunes de taffetas, aux conditions fixées par Vandermonde. Cf. C. Richard, op. cit., p. 629-630 et F. Aulard, op. cit., tome XV (1903), p. 674-675, et tome XVII (1906), p. 612.

84 A.-T. Vandermonde : « Rapport fait par ordre du Comité de salut public, sur les fabriques et le commerce de Lyon, par le c. Vandermonde, professeur d’Economie politique à l’École Normale, 15 brumaire, an III » (5 novembre 1794), in Journal des Arts et Manufactures, publié sous la direction de la Commission executive d’Agriculture et des Arts, tome I, n° 1, p. 1-48, Paris, an troisième, in-8°. Ce rapport existe également en tiré à part de 48 pages, sur lequel se trouve une note manuscrite : « l’auteur a énoncé p. 42 son opinion sur le terrorisme ». L’écriture en est analogue à celle de la mention : « de la part de l’auteur », portée sur le Second mémoire sur un nouveau système d’harmonie. Remarquons que l’impression dut être postérieure au 19 pluviôse an 3 (7 février 1795), date à laquelle Vandermonde fut nommé professeur à l’École normale.

85 Pour Steuart, op. cit., tome I, livre I, p. 276, le luxe n’est également que la simple consommation des choses superflues.

86 Vandermonde, Rapport, op. cit., p. 9.

87 Ibid., p. 4.

88 Ibid., p. 7.

89 Voir J. Hecht : « Un problème de population active au xviiie siècle en France : la querelle de la noblesse commerçante », Population, avril-mai 1964, p. 267-290.

90 Vandermonde. Rapport, op. cit., p. 27-28.

91 Ibid., p. 6, 13, 21.

92 Ibid., p. 7. Vandermonde fait l’éloge des grandes fabriques pour des raisons assez particulières : une immense quantité d’ouvriers peuvent y être rassemblés, ce qui facilite leurs secours mutuels et la surveillance de leurs ouvrages.

93 Ibid., p. 19 et 40. Steuart conseillait, entre autres, de rétablir des droits et prohibitions sur les importations dès que la balance du commerce tourne au désavantage de la nation.

94 Ibid., p. 9, 21-30, 47-48.

95 Ibid., p. 23-27.

96 Ibid., p. 34 : Vandermonde donne l’exemple des colons américains qui, tout en disposant de fort peu de numéraire, n’en payaient pas moins la journée d’un charpentier 7 shillings, salaire plus élevé qu’à Londres.

97 Ibid., p. 39, Vandermonde critique à ce propos Gavière, pour lequel la valeur de la livre tournois tenait à un certain poids d’argent fin. Il s’inspire bien plus de Steuart quand il affirme qu’elle tient à la valeur moyenne des besoins des familles pauvres. Steuart disait, en effet, que le prix des vivres ne peut jamais s’élever au-dessus des facultés des classes nombreuses, c’est-à-dire des dernières classes du peuple (Recherchesop. cit., tome II, livre II, résumé, p. 488 et chapitre XXVIII, p. 270-271).

98 Vandermonde : Rapport, op. cit., p. 31, 37, 41.

99 Ibid., p. 32-33.

100 Vandermonde demande qu’on indemnise en nature, et non en espèces, les dommages subis par les ouvriers du fait du siège (ibid., p. 44).

101 Ibid., p. 38-39.

102 Voir F.-A. Aulard, op. cit., tome XV (1903), p. 376 et 789 ; tome XVII (1906), p. 438 ; tome XX (1910), p. 648 ; et J. Guillaume, op. cit., tome V (1904), p. 646. Le 12 messidor an III (30 juin 1795), il lui fallut cependant rendre à Bossut l’emploi, que ce dernier « n’aurait jamais dû perdre », d’examinateur du Génie. Voir F.-A. Aulard, op. cit., tome XXV (1918), p. 3.

103 Voir L. Tuetey, op. cit., tome II, p. 265.

104 Voir P. Dupuy : Le Centenaire de l’École normale, 1795-1895, Paris, 1895.

105 Voir J. Guillaume, op. cit., tome IV (1901), p. 751, note 4 et 753-756. Cette liste est définitivement adoptée le 18 messidor.

106 Rapport sur l’établissement des Écoles normales, par Lakanal. Séance du 2 brumaire, Van III de la République. Imprimé par ordre de la Convention nationale, Paris, Imprimerie nationale, an III, in-8°, 16 p. Arrêté des représentants du peuple près les Écoles normales, du 24 nivôse, l’an III de la République française une et indivisible. Programme général des cours des Écoles normales. À Paris, le premier pluviôse [20 janvier 1795], an IIIe de la République, in-4°, 67 p. (aux Archives nationales ; et à l’École normale supérieure sous la cote : S. G. i. p. 29. B) Ce Programme contient p. 64-66 l’Arrêté.

107 Voir l’opinion favorable de Vandermonde sur cette sélection à deux degrés in Séances de l’Êcole normale, op. cit. ci-dessous, p. 19, n° 3, tome II, p. 291 (8 ventôse) et cf. P. Dupuy, op. cit., p. 185.

108 Lagrange et Laplace (mathématiques), Monge (géométrie descriptive), Daubenton (histoire naturelle), Berthollet (chimie). A ces noms, il faut ajouter ceux de Volney pour l’histoire, Laharpe pour la littérature, et Bernardin de Saint Pierre pour la morale (il ne prononça que sa leçon inaugurale).

109 J. A. Creuzé-Latouche : Convention nationale. Discours sur la nécessité d’ajouter à l’École normale un professeur d’économie politique… Imprimé par ordre de la Convention nationale et distribué aux élèves de l’Êcole normale [12 pluviôse an III]. – (S. I.,) Imprimerie nationale, pluviôse l’an III, in-8°, 11 p.

110 Un premier enseignement officieux d’« arithmétique » économique avait été justement organisé par les physiocrates en septembre 1767. Voir J. Hecht : « La Vie de François Quesnay », in François Quesnay et la physiocratie (Paris, I.N.E.D., 1958), tome I, p. 270.

111 Cf. J. Guillaume, op. cit., tome V (1904), p. 470-473. Le nouveau professeur devait, comme ses collègues, toucher une indemnité qui, fixée à 500 F par mois, fut vite doublée. Cf. P. Dupuy, op. cit., p. 201.

112 Voir J. Guillaume, op. cit., tome V (1904), p. 481 et 608.

113 II est toujours membre de la Commission des poids et mesures le 17 avril 1795, ibid., tome VI (1907), p. 234, note 2

114 A l’exception du cours annoncé sur les effets de l’abondance du numéraire et du débat du 7 avril, cités le 22. Mais il semble ici se tromper de date et faire allusion au débat public du 18 mars, qui fut imprimé. Les Séances (« Leçons » et « Débats ») connurent différentes éditions :
Première édition :
Séances des Écoles normales, recueillies par les sténographes, et revues par les professeurs. Première partie. Leçons. À Paris, chez L. Reynier, imprimeur-libraire (s. d.), 6 volumes in-8° (5 volumes de leçons et 1 volume de planches).
Séances des Écoles normales, recueillies par les sténographes, et revues par les professeurs. Seconde partie. Débats, tome premier. A Paris, chez L. Reynier, imprimeur-libraire (s. d.), 1 volume in-8°. (Nous ne savons pas si les deux autres volumes de débats ont été alors publiés.)
Autre édition :
Séances des Écoles normales, recueillies par les sténographes, et revues par les professeurs. Première partie. Leçons. A Paris, imprimerie-librairie du Cercle-social (ou « De l’imprimerie du Cercle-social » pour les tomes V et VI), s. d. (pour les tomes I-IV), l’an IV de la République française (pour les tomes V-VI), an VI de la République (pour les tomes VII- VIII), 9 volumes in-8° (8 volumes de leçons, 1 volume de planches).
Séances des Écoles normales, recueillies par les sténographes, et revues par les professeurs. Seconde partie. Débats, tome premier. À Paris, imprimerie-librairie du Cercle social (s. d.), 1 volume in-8°. Réédition des Débats datant de cette époque : Séances des Écoles normales, recueillies par les sténographes, et revues par les professeurs. Nouvelle édition. Débats, tome premier. À Paris, de l’imprimerie du Cercle-social, l’an IV de la République française, 1 (3 ?) volume in-8°.
Nouvelle édition :
Séances des Écoles normales, recueillies par les sténographes, et revues par les professeurs. Nouvelle édition. (« Leçons », pour les tomes VII, IX et X), Paris, à l’imprimerie du Cercle-social, 1800 – an IX de la République française (pour les tomes I, VI et VIII), 1801 – an IX de la République française (pour les tomes VII, IX et X), 10 volumes in-8°. Séances des Écoles normales, recueillies par les sténographes, et revues par les professeurs. Nouvelle édition Débats, Paris, à l’imprimerie du Cercle-social, 1800-1801, an IX de la République française, 3 volumes in-8°.
Dernière édition :
Cours de sciences et arts, par des professeurs célèbres… suivis de discussions, entretiens et conférences en forme de dialogues entre les professeurs et les élèves sur les points les plus essentiels de ces diverses sciences, et enrichi d’un volume de planches. Edition, revue par MM. les professeurs. Paris, chez Testu, 1808, 13 voiumes in-8°, plus 1 volume de planches.
Le cours de Vandermonde (mort en 1796), ne se trouve pas dans cette dernière édition. Il est reproduit par contre dans les éditions précédentes, avec la même pagination, sous le titre « Économie politique », dans les volumes suivants :
Leçons. – Tome II, 16e séance, 3 ventôse (21 février 1795), p. 233-245 ; 19e séance, 8 ventôse (26 février), p. 290-302 ; 22e séance, 13 ventôse (3 mars), p. 447-463. Tome III, 27e séance, 23 ventôse (13 mars), p. 145-161 ; 33e séance, 3 germinal (23 mars), p. 437-445. Tome IV, 39e séance, 13 germinal (2 avril), p. 168-180 ; 42e séance, 22 germinal (11 avril), p. 452-471. Tome V, 47e séance, 3 floréal (22 avril 1795), p. 89-109.
Débats. – Tome 1, 11e séance, 8 ventôse (26 février 1795), p. 303-317 ; 15e séance, 19 ventôse (9 mars), p. 350-362 ; 19e séance, 28 ventôse (18 mars), p. 398-410.

115 Le plan de Steuart était le suivant : livre I : De la population et de l’agriculture ; livre II : Du commerce et de l’industrie ; livre III : Des monnaies ; livre IV : Du crédit et des dettes ; livre V : Des impôts et de la meilleure application de leur produit.

116 Nous avons le témoignage du prote de l’imprimeur Didot, Bailly, qui suivait les cours pour le compte de Bernardin de Saint-Pierre : « Le citoyen Vandermonde, nouveau professeur de l’École normale, commença hier son cours d’Économie politique. Ses prolégomènes ont été fort applaudis. Il a tracé un plan très vaste et qui ne sera pas rempli dans quatre mois. Les élèves et les professeurs même commencent à dire que cela ne sera pas rempli dans six ». (Bibliothèque du Havre, dossier B2. Cité par P. Dupuy, op. cit., p. 175, note 1.)

117 Vandermonde, Leçons, op. cit., II, p. 234, 301 et 299.

118 Lagrange était en effet l’auteur d’un Essai d’arithmétique politique sur les premiers besoins de l’intérieur de la République, publié en l’an IV avec De la richesse territoriale du royaume de France, par Lavoisier, et un autre écrit de Diannyère.

119 Leçons, op. cit., V, p. 103, 107-108.

120 Ibid., IV, p. 459-460. Il s’élève cependant contre l’abus des tournures « géométriques », par exemple contre la formule de William Paley, selon laquelle « le bonheur de la société est en raison composée du nombre d’individus qui profitent des avantages, et de la dose qui en revient à chacun d’eux ». « Celui qui conseillerait d’augmenter la population en diminuant le bonheur proposerait une chose contraire aux intérêts du genre humain » commente Vandermonde (ibid., II, p. 241-242).

121 Ibid., II, p. 458.

122 Ibid., V, p. 98. Necker avait cependant créé vers 1788 un « bureau chargé de recueillir les renseignements sur la production nationale, le travail et tous les faits économiques pouvant éclairer le gouvernement ». Ce bureau, désigné sous le nom de « Balance du commerce », fut confié par la suite, à Arnould, mais supprimé en 1793. En 1800, Lucien Bonaparte devait instituer un Bureau de Statistique, dirigé par Duquesnoy (voir M. Reiniiard « La statistique de la population sous le consulat et l’empire. Le bureau de Statistique », Population, janvier-mars 1950, p. 103-120).

123 Leçons, op. cit., II, p. 301.

124 Ibid., II, p. 457 ; Débats, op. cit., I, p. 306, 357.

125 Leçons, op. cit., II, p. 301.

126 Ibid., II, p. 458.

127 Ibid., II, p. 460.

128 Ibid., II, p. 453 et 461-462. « L’apprêt des subsistances de tout genre, celui des autres matièree brutes, et une énorme multitude de services rendus deviennent de nouvelles sources de revenus » dit-il encore (ibid., IV, p. 173).

129 II affirme que sous l’Ancien régime, 77.000 individus mouraient par an d’inanition.

130 Ibid., Ill, p. 442-444.

131 Débats, op. cit., I, p. 306.

132 Leçons, op. cit., III, p. 148-149.

133 Débats, op. cit., I, p. 358-359, 402 ; Leçons, op. cit., IV, p. 176.

134 Débats, op. cit., I, p. 352.

135 Leçons, op. cit., II, p. 291.

136 Ibid., II, p. 245.

137 Ibid., p. 235.

138 Ibid., p. 293.

139 Ibid., Ill, p. 150 ; Débats, op. cit., I, p. 357 ; Leçons, op. cit., III, p. 156-157. Cette idée était également celle de Steuart, pour qui l’envie d’acquérir était devenue une passion universelle, un moyen d’augmenter l’industrie, donc le nombre des ouvriers, et par là l’agriculture ; et celle de Smith, selon lequel le désir inné, dans chacun, d’améliorer sa condition, entretient la vie et l’accroissement de la richesse nationale. Boisguilbert, qui a pu être considéré par certains comme l’une des sources inavouées de Smith, disait déjà : « tout le monde veut être riche, et la plupart ne travaillent nuit et jour que pour le devenir » (« Dissertation de… la nature des richesses », in Pierre de Boisguilbert ou la naissance de l’économie politique (Paris, I.N.E.D., 1966), tome II, p. 973.

140 Débats, op. cit., I, p. 400-401 et p. 354.

141 Leçons, op. cit., II, p. 293-294.

142 Ibid., II, p. 295-299. A propos du nombre d’hommes nécessaires à l’agriculture par rapport au reste de la population, il rappelle que selon les auteurs, une famille ne peut en nourrir qu’une seule autre, ou en nourrir jusqu’à 26. Galiani opte pour un chiffre de 11 familles (Débats, op. cit., I, p. 306-307), chiffre qu’il admet également (Ibid., et Leçons, op. cit., IV, p. 169).

143 Débats, op. cit., I, p. 306. Pour Steuart également, les besoins étaient l’aiguillon de l’industrie.

144 Débats, op. cit., I, p. 356-357, 359.

145 Leçons, op. cit., II, p. 299 ; Débats, op. cit., I, p. 357, 361-362.

146 Leçons, op. cit., III, p. 156 ; Débats, op. cit., I, p. 408.

147 Ibid., op. cit., V, p. 95.

148 Ibid., IV, p. 171.

149 Ibid., IV, p. 176.

150 Débats, op. cit., I, p. 408 ; Leçons, op. cit., IV, p. 470.

151 Leçons, op. cit., IV, p 462.

152 Leçons, op. cit., II, p. 243 et III, p. 151-152.

153 II reconnaît pourtant que la propriété foncière joue de son temps un rôle essentiel (ibid., IV, p. 455).

154 II avait pu constater à Klingenthal que la distribution de petits bénéfices territoriaux avait empêché les ouvriers de quitter la fabrique, et dans son Rapport sur la ville de Lyon, il avait recommandé la diffusion d’actions dans le public.

155 A. T. Vandermonde : Rapportop. cit., p. 44.

156 Leçons, op. cit., IV, p. 456-461.

157 Leçons, op. cit., IV, p. 458, 460, 462.

158 Ibid., Ill, p. 151-152. S’il n’y avait pas de rente à payer au propriétaire, ajoute-t-il, seules les terres fécondes seraient cultivées (ibid., II, p. 154).

159 Ibid., IV, p. 168-169.

160 Ibid., IV, p. 453-455.

161 Il suggère de les remplacer par un Bureau des relations extérieures, « quand le gouvernement sera suffisamment instruit ».

162 Ibid., IV, p. 457. Steuart se déclare aussi pour une inégale distribution des terres, car l’argent des riches tombe naturellement dans les mains des pauvres industrieux : c’est la demande des riches qui encourage l’agriculture.

163 Ibid., IV, p. 468. On n’obtient le plus grand produit qu’avec des capitaux suffisants, mais assez bornés pour que leur emploi puisse être facilement contrôlé.

164 Ibid., IV, p. 468.

165 Ibid., p. 471. Rappelons qu’il était membre de la Commission des poids et mesures.

166 Cette main-d’œuvre est contrainte de participer aux travaux des champs pour percevoir un surplus de salaire qui constitue un impôt sur la culture.

167 Leçons, op. cit., III, p. 445.

168 Ibid., IV, p. 468.

169 Ibid., II, p. 291.

170 Ibid., IV, p. 463-464.

171 Vandermonde remarque ici que le gouvernement ne doit jamais avoir immédiatement en vue l’avantage des consommateurs, mais celui des travailleurs. Si ces derniers sont dans l’aisance, ils seront actifs et nombreux, et pourvoiront amplement aux besoins des consommateurs. Turgot pensait également que l’on ne pouvait pas améliorer le bien-être du consommateur aux dépens des producteurs. Voir Turgot : Écrits économiques, préface de Bernard Cazes (Paris, 1970), p. 35.

172 Ibid., IV, p. 467-468.

173 Ibid., IV, p. 170-172. Il cite un exemple de distribution intelligente des fonctions, ibid., II, p. 244, et revient sur l’idée de la nécessaire division du travail, ibid., II, p. 460-461.

174 Vandermonde avance une autre raison pour démontrer que la dépense des riches est moins utile au peuple que celle des hommes moyennement aisés : c’est qu’ils se fournissent à l’étranger (ibid., IV, p. 172).

175 Ibid., tome II, p. 293.

176 Ibid., Ill, p. 439.

177 Ibid., II, p. 449-456.

178 Ibid., Ill, p. 146-147.

179 Ibid., Ill, p. 147 et Débats, op. cit., I, p. 313-315. Si le peuple était suffisamment éclairé sur ses intérêts, le gouvernement ne pourrait jamais faire le mal (Leçons, II, p. 239).

180 Leçons, op. cit., IV, p. 465.

181 Ibid., IV, p. 178.

182 Ibid., IV, p. 466-467.

183 Un des étudiants de Vandermonde affirmait encore que « c’est dans la campagne, où tout est près de la nature, que la population augmente, tandis qu’elle diminue dans les cités où les femmes ont des boudoirs et des sophas » (Débats, op. cit., I, p. 399).

184 Selon Steuart, les grandes villes augmentent la demande de produits agricoles, donc la population, emploient des hommes inoccupés dans l’agriculture, font hausser le prix des terres des environs, etc. (Recherches, op. cit., tome I, libre I, chapitre X, p. 96 et suiv.).

185 Leçons, op. cit., III, p. 159.

186 Ibid., II, p. 455-456.

187 Ibid., V, p. 95-96.

188 Débats, op. cit., I, p. 310.

189 Leçons, op. cit., IV, p. 467.

190 Leçons, op. cit., III, p. 154-155.

191 Il signale à ce propos que le plus riche du monde est peut-être le centre du beau quartier de Paris, où la toise carrée de terrain non bâti se vendait près de 1 000 écus avant la Révolution.

192 Débats, op. cit., I, p. 405-406.

193 Ibid., I, p. 403-404.

194 Ibid., p. 404. Il répétera plus loin que le rapport entre le prix intrinsèque des grains et celui de l’argent peut demeurer constant même si le salaire s’élève, et qu’il faut même que ces compensations aient lieu puisque les tables indiquant le prix des grains prouvent qu’il y a un équilibre permanent entre 240 livres pesant de froment et la quantité d’argent fin contenue dans trois écus de 6 livres, équilibre qui, selon lui, n’a pas été rompu par l’afflux d’or et d’argent en provenance du Nouveau monde. Voir également Leçons, op. cit., V, p. 103.

195 Leçons, op. cit., III, p. 158 et IV, p. 175.

196 Débats, op. cit., I, p. 406-407.

197 Leçons, op. cit., III, p. 155 et 153 et IV, p. 173.

198 Débats, op. cit., I, p. 401-403.

199 Ibid., p. 403.

200 Leçons, op. cit., V, p. 89-90.

201 Leçons, op. cit., V, p. 92.

202 Ibid., V, p. 99-102.

203 Ibid., p. 99 et 102. Pour Smith également, la rente ou le profit n’entrent pas dans le prix de certaines marchandises, mais il n’en est aucune dont le prix ne soit composé de salaire.

204 Débats, op. cit., I, p. 403 ; Leçons, op. cit., V, p. 102.

205 Leçons, op. cit., V, p. 99. Vandermonde note que les marchands n’entendent par prix courant que le prix ordinaire de l’année.

206 Ibid., V, p. 106-108. C’est nous qui soulignons.

207 Ibid., V, p. 94.

208 Ibid., IV, p. 175. Pour Smith, le prix ordinaire suppose que les quantités produites soient, par rapport aux quantités demandées, dans un état d’équilibre vers lequel elles tendent constamment, alors que le prix du marché, ou prix courant, s’écarte du prix naturel lorsque cet équilibre est rompu.

209 Ibid., V, p. 90-91.

210 Ibid., V, p. 95.

211 Ibid., V, p. 91.

212 Ibid., V, p. 96-98. La dernière « mutation » officielle des monnaies sous l’Ancien Régime datait en effet de 1726.

213 Vandermonde adopte l’idée de Smith selon laquelle il y a un prix naturel des choses communes, autour duquel gravitent les autres prix.

214 Ibid., V, p. 97-98.

215 Voir ci-dessus, p. 660 note 4, p. 662 note 6, p. 666 note 4, p. 667 notes 7 et 8.

216 Pour Steuart « le genre humain quant au nombre a toujours été et sera toujours proportionné à la quantité de nourriture produite par la terre… et cette quantité sera en raison composée de la fertilité du sol et de l’industrie des habitants ». Steuart voit un mouvement de balance constant entre les subsistances et la population, la multiplication des subsistances encourageant la population, jusqu’au moment où l’augmentation de celle-ci diminue la quantité de vivres disponibles. Lui aussi se décide en faveur d’un optimum, jugeant préférable de bien nourrir et employer les habitants, plutôt que d’en augmenter le nombre. Voir J. Steuart, op. cit., tome I, livre I, chapitre III et suivants, notamment chapitre IV, p. 43.

217 Vandermonde : Leçons, op. cit., p. 242 et ci-dessus, p. 660, note 4.

218 Dans ses leçons (III, p. 151), il s’était élevé contre l’extravagance des niveleurs, et il avait exprimé son opinion très défavorable sur le terrorisme dans son Rapport sur les fabriques de Lyon (op. cit., p. 42-44).

219 Leçons, op. cit., II, p. 294-295 et 300-301 ; Débats, op. cit., I, p. 360.

220 Leçons, op. cit., III, p. 440-441.

221 C’est-à-dire qu’elle n’ait pas de raison de se produire. Leçons, op. cit., Il, p. 456.

222 II demande qu’on n’estime les hommes que pour ce qu’ils sont, et non pour leur profession (Leçons, op. cit., II, p. 459 ; Débats, op. cit., I, p. 409-410), mais il juge insensée l’idée d’égaliser complètement les fortunes (Leçons, III, p. 151).

223 Leçons, op. cit., II, p. 448. Le 13 pluviôse (1er février 1795), Vandermonde fut tellement fasciné par la leçon de Volney qui précédait la sienne, que son cours fut encore plus décousu que d’habitude.

224 Voir J. Guillaume, op. cit., tome VI (1907), p. 155.

225 Cf. P. Dupuy, op. cit., p. 199.

226 Les décrets de 1808 et 1810 instituèrent auprès de l’Université un « pensionnat normal » découlant en droite ligne de l’École de 1795.

227 Son nom d’École normale supérieure date du 6 décembre 1845.

228 « Son zèle eut à combattre », dit Lacépède, op. cit., p. XXV, « et la brièveté du temps pendant lequel il put se préparer à un travail qu’il n’avait pas prévu, et la grandeur du vaisseau dans lequel il dut se faire entendre, et la faiblesse de sa voix, et la courte durée de l’École dont il faisait partie ».

229 Voir E. Merlieux, op. cit., p. 915, et A. Rabbe, Vieilh de Boisjolin et Sainte-Preuve Biographie universelle des contemporains (Paris, 1834), tome IV, p. 1473.

230 L’inventaire de ses biens fut dressé par Me Pottier en l’hôtel de Mortagne à partir du 4 ventôse an IV (23 février 1796) [voir A. Birembaut, op. cit., p. 5331, et Ie procès-verbal de vente le 13 avril 1796 (Archives nationales, T. 1126-19).

231 Voir Michaud, op. cit., p. 566.

232 Voir E. Merlieux, op. cit., p. 915.

233 Voir E. Levasseur : L’enseignement de l’économie politique au Conservatoire des Arts et Métiers, Paris, 1901, p. 6-7. Une chaire d’économie politique avait cependant été créée très peu de temps avant celle de Say, aux Pays-Bas, en septembre 1819 ; mais ce n’est qu’en 1825 qu’une chaire de ce genre, dont le premier titulaire fut Nassau Senior, fut instituée à Oxford. Voir P. Harsin : « La création de la première chaire d’économie politique en Europe occidentale, liège, 1819 » (1966), in Recueil d’études, Liège, 1970, p. 367-382.

234 Leçons, op. cit., III, p. 160.

235 Ibid., IV, p. 455. Voir ses comparaisons mathématiques, ibid., II, p. 238 ; Débats, I, 352, etc.

236 Leçons, III, p. 436.

237 Leçons, II, p. 245 ; III, p. 443 ; IV, p. 169, 171.

238 Voir sa critique de Paley et celle de Graslin, Leçons, V, p. 107.

239 Leçons, II, p. 237.

240 Cf. H. Lebesgue, op. cit., p. 42.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Couverture de la revue Population, 26e année, n° 4, 1971
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/2498/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Signature autographe d’Alexandre Vandermonde. Bibliothèque de l’École polytechnique.
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/2498/img-2.png
Fichier image/png, 218k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacqueline Hecht, « Un exemple de multidisciplinarité : Alexandre Vandermonde (1735-1796) », Bulletin de la Sabix, 63 | 2019, 101-130.

Référence électronique

Jacqueline Hecht, « Un exemple de multidisciplinarité : Alexandre Vandermonde (1735-1796) », Bulletin de la Sabix [En ligne], 63 | 2019, mis en ligne le 17 juillet 2019, consulté le 20 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/sabix/2498

Haut de page

Droits d’auteur

© SABIX

Haut de page
  • Logo SABIX
  • OpenEdition Journals