Navigation – Plan du site

Cadi Chérif (X 1887, 1867-1939), premier polytechnicien algérien

Djamil Aïssani et Mohamed Réda Békli
p. 127-133

Notes de la rédaction

Dans cet article comme dans le reste du bulletin, les références entre crochets correspondent à la bibliographie donnée en fin d’article ; les références entre double crochets correspondent aux sources sitographiques et celles entre triple crochets aux références archivistiques également données en fin d’article.

Texte intégral

« Le petit bédouin qui aurait été l’esclave des pachas est devenu polytechnicien, ingénieur et astronome, enfin officier supérieur de l’artillerie française. »

  • 2 [Ndlr : la note 1 de la version papier a été intégrée dans les « Notes de la rédaction », figurant (...)

1Chérif (ben El Arbi) Cadi (Souk Ahras 1867-Bône 1939), d’origine modeste, a été orphelin très tôt. Il a eu la chance de pouvoir faire des études grâce à ses grands frères qui occupaient des fonctions dans l’appareil judiciaire colonial (cadi : juge musulman). Dans une lettre écrite à son chef devenu son ami Jules Firmin Victor Jacquillat (X 1875, 1855-1940), il décrit ainsi son parcours : « Le petit bédouin qui aurait été l’esclave des pachas est devenu polytechnicien, ingénieur et astronome, enfin officier supérieur de l’artillerie française] » (voir les illustrations 1 et 1bis)2.

2C’est ce parcours que nous voulons interroger et contextualiser en nous arrêtant plus particulièrement sur ses contributions en astronomie.

Illustration 1 : Un officier supérieur de l’artillerie française. Cadi Chérif vers 1887 en grand uniforme de polytechnicien.

Illustration 1 : Un officier supérieur de l’artillerie française. Cadi Chérif vers 1887 en grand uniforme de polytechnicien.

©Collections École polytechnique, Palaiseau

Illustration 1bis : Un officier supérieur de l’artillerie française. Cadi Chérif lors de son arrivée en Egypte en 1916. 

Illustration 1bis : Un officier supérieur de l’artillerie française. Cadi Chérif lors de son arrivée en Egypte en 1916. 

© archives familiales

Parcours scolaire : Souk Ahras, Constantine, Alger et… École polytechnique

3Il commence par l’école coranique de son village jusqu’à l’âge de 12 ans, puis intègre l’école primaire de Souk Ahras. Sa volonté d’aboutir et ses capacités intellectuelles font qu’il rattrape très vite son retard et est admis au prestigieux Lycée de Constantine. En 1885, il décroche son baccalauréat ès sciences. Grâce à une bourse d’études, il intègre les classes préparatoires aux grandes écoles du Lycée d’Alger. En avril 1887, il réussit le concours d’accès à l’École polytechnique. Classé 144e, il est le premier musulman à intégrer cet établissement. Il réussit ses examens finaux en 1889, classé 146e sur 223.

Carrière militaire : Fontainebleau, Toul, Philippeville, Bougie, Bizerte…

4A la sortie de l’École polytechnique, il décide de faire carrière dans l’artillerie. Pour cela, il accepte de renoncer à son statut musulman et de se naturaliser français. Il intègre l’Ecole d’artillerie et du génie de Fontainebleau. En 1891, il est promu lieutenant et est affecté au 8ème régiment d’artillerie en garnison à Toul. En 1893, il prend son commandement au 12ème régiment d’artillerie à Alger. Il occupe ensuite différents postes : à Philippeville (en 1897), à Bougie (en 1899, où il dirige une unité composée de tirailleurs algériens). En 1900, il est promu capitaine à Bizerte (Tunisie) (voir l’illustration 2).

5Lors de la première guerre mondiale, il a un comportement héroïque. Chef d’escadron affecté au 113ème régiment d’artillerie lourde hippomobile, il participe aux difficiles combats dans la Somme, puis à la bataille de Verdun. Il obtient de nombreuses décorations.

6En 1916, il est nommé chef d’escadron de la portion Arabie de la mission militaire d’Egypte. On lui confie une mission à la Mecque. En 1921, il reçoit son dernier commandement : celui du Parc d’artillerie d’Oran. Il est alors lieutenant-colonel. Décédé en 1939 à Bône (aujourd’hui Annaba), il est enterré au cimetière musulman de la ville.

Sa contribution à l’artillerie : perfectionner le « canon de 75 »

7Cadi Chérif s’était spécialisé dans l’artillerie à longue portée. En 1905, il est désigné pour une mission secrète en Allemagne. En effet, les Allemands avaient constaté que les Français avaient résolu le problème du recul avec le canon de 75. Ils reprennent alors les études pour essayer de transformer leur tout récent canon de 77. Pour juger des progrès accomplis lors de cette reconversion, l’état-major français décide de mettre à profit l’expérience du capitaine Cadi, et les services de renseignements français l’envoient en Allemagne. La tradition orale attribue à Cadi Chérif certains perfectionnements du canon de 75.

Illustration 2.

Illustration 2.

Une carte de visite envoyée de Bizerte par Cadi Chérif à son camarade Arthur Dumas (X 1886, 1862-1913).

  • 3 [[[Dumas, Archives de l’Ecole polytechnique]]].

©Collections École polytechnique (Palaiseau) – Don de la famille Dumas.3

Illustration 2bis.

Illustration 2bis.

Sa contribution à l’astronomie à Bourges avec l’abbé Moreux

  • 4 [Cachon, Durand, Pinlou, Bourge & Couteau, 2004].

8C’est durant ses années d’études à l’École polytechnique que Cadi Chérif s’est initié à l’astronomie. Mais c’est à Bourges que le hasard conduit Cadi Chérif vers l’abbé Théophile Moreux (1867-1954)4, météorologue et astronome réputé. Les deux hommes éprouvent d’emblée une sympathie réciproque, avec une passion pour l’astronomie. Ensemble, ils font de nombreuses observations. Dans une lettre du 14 juin 1908 adressée de Bourges à Jacquillat, il décrit ses fonctions militaires et ajoute :

  • 5 [[[Cadi, Archives de Firmin Jacquillat, lettre à Jacquillat du 14 juin 1908]]].

9« Cela ne m’empêche pas d’ailleurs de m’occuper de mes étoiles et de mes planètes et, grâce à l’observatoire de l’abbé Moreux, j’ai pu observer le passage de Mercure sur le Soleil : les calculs logarithmiques de la station ont été faits par moi ; bien entendu l’abbé Moreux est devenu mon ami et nous passons de très agréables soirées en contemplant les merveilles du ciel. »5 (voir l’illustration 3).

Illustration 3.

Illustration 3.
  • 6 [[Observatoire de l’abbé Moreux]].

L’observatoire de l’abbé Moreux6.

  • 7 [Bulletin de la Société astronomique de France, séance du 5 novembre 1907, 540] & [Békli et Aissani (...)

10C’est Théophile Moreux et Paul Painlevé (1863-1933) qui vont parrainer Cadi en février 1906 pour qu’il puisse devenir membre de la Société astronomique de France. Cette dernière avait été créée en 1887 par Camille Flammarion (1842-1925). Le 14 novembre 1906, le capitaine Cadi participe avec Théophile Moreux et son équipe (Emile Marchand (1852-1914), Marius Bourgognat et le capitaine Cadi) à l’observatoire de Bourges, à une étude astronomique sur le passage de Mercure, qui donna lieu à une présentation lors de la séance plénière de la Société astronomique de France7. Malgré quelques nuages et un temps brumeux au début, de bonnes observations ont pu être faites pendant la plus grande partie du passage (de Mercure). Les quatre observateurs ont presque tous signalé autour du disque noir de Mercure, une auréole tantôt brillante, tantôt grise, dont l’origine est un phénomène subjectif purement physiologique. Ils ont également remarqué le point lumineux dont l’origine est également d’ordre subjectif.

Écrits divers de Cadi Chérif à destination de la société algérienne

  • 8 [Bernard-Cadi, 2005].
  • 9 [Cadi Hadj Cherif, 1926].

11En 1925, Cadi Chérif publie (sous le pseudonyme de Hillal – croissant) son premier article politique sur la situation des algériens sous domination coloniale. Il se pose la question : « Quelles réformes pour l’Algérie » ?8 En 1926, il publie son ouvrage « Terre d’Islam »9 (voir l’illustration 5).

Illustration 4.

Illustration 4.

Couverture du Bulletin de la Société astronomique de France, janvier 1907.

Source : BNF

Illustration 5.

Illustration 5.

Page de garde de Terre d’Islam, Paris, Charles Lavauzelle, 1926.

12En 1929, il va apporter sa contribution à la fondation du journal La Voix Indigène (Constantine). Le 3 avril 1930, il écrit à son « colonel et bien cher ami » Jacquillat de Bône, où il passe sa retraite, une assez longue lettre relatant « l’anniversaire du grand évènement » (le centenaire de la conquête de l’Algérie) et précise :

  • 10 [[[Cadi, Archives de Firmin Jacquillat, lettre à Jacquillat du 03 avril 1930]]].

« Donc mes frères mahométans vont suivre avec joie les fêtes du Centenaire, comme je le leur ai conseillé par de nombreux articles dans la « Voix indigène », journal écrit à Constantine par l’élite musulmane dont je suis fier d’être le chef. »10

Un profil (similaire) contemporain : l’émir Khaled

13Parmi les autochtones qui ont eu le même parcours que Cadi Chérif à la même période (mais sans appartenir au même milieu social), citons l’émir Khaled (Damas 1875 – Damas 1936). Il est le petit-fils de l’émir Abdelkader (1808-1883), qui lutta contre l’invasion coloniale en Algérie et fut, entre autres, signataire du traité de la Tafna en 1837). Sa famille s’était installée en Algérie en 1892. Après avoir fait son cycle secondaire au fameux Lycée Louis le Grand à Paris, il accède en 1893 à la prestigieuse École militaire de Saint-Cyr et obtient le grade de sous-lieutenant en 1897. Mais contrairement à Cadi Chérif, il refuse de se faire naturaliser français et reste officier à titre d’indigène.

  • 11 [Ageron, 1966].

14Tout comme Cadi Chérif, il est mobilisé en 1914 et participe à la Première Guerre mondiale, où il obtient de nombreuses décorations. Il est, avec Cadi Chérif, un des rares musulmans à avoir accédé à un grade d’officier supérieur. Après sa retraite en 1919, il s’engage en politique, mais en 1922, il démissionne de tous ses mandats, affirmant « l’impossibilité des musulmans à faire entendre leurs voix légalement ». A la fin de sa vie, il écrira lui aussi des articles de presse, en rapport avec les conditions de vie des « indigènes »11.

Haut de page

Bibliographie

Sources primaires

Cadi, Cherif ben El Arbi, (1901). Leçons de langue arabe parlée à l’usage des officiers de l’Armée d’Afrique, Tunis, J. Picard et Cie.

Cadi, Cherif ben El Arbi, (1926). Terre d’Islam, Paris, Charles Lavauzelle.

Sources secondaires

Ageron, Charles-Robert, (1966). « Enquête sur les origines du nationalisme algérien. L’émir Khaled, petit-fils d’Abd el-Kader, fut-il le premier nationaliste algérien ? », Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée, n° 2, 9-49.

Bernard-Cadi, Jean-Yves, (2005). Le colonel Chérif Cadi : serviteur de l’Islam et de la République, Paris, Maisonneuve et Larose.

Békli, Mohamed Reda & Aïssani, Djamil, (2010). « 1000 ans d’Astronomie à Bougie et en Kabylie », International Journal L’Astronomie, 24, 27-31.

Cachon, Denis ; Durand, Pierre ; Pinlou, Claude ; Bourge, Pierre & Couteau, Paul, (2004). Dossier abbé Moreux : « L’Abbé Moreux, astronome et vulgarisateur », « L’Abbé Moreux, une des étoiles filantes de la S A F », « De Saint-Célestin à la rue Ranchot, Abbé Th. Moreux, directeur de l’Observatoire de Bourges », 118 (Juin 2004), 353-368.

Sitographie

Observatoire de l’abbé Moreux : https://www.google.fr/search ?q =Observatoire+de+l %27abb %C3 %A9+Moreux&source =lnms&tbm =isch&sa =X&ved =0ahUKEwiK38mesPiAhWE4YUKHUwPDzEQ_AUIECgD&biw =1366&bih =501#imgrc =VpzcJYHI5vTshM :

Sources archivistiques

Palaiseau, Bibliothèque de l’École polytechnique : Dossier Arthur Dumas.

Archives familiales de Firmin Jacquillat : il existe trois lettres de Cadi Chérif à Firmin Jacquillat ; elles ont été numérisées par son petits-fils : voir http://xaviersoleil.free.fr/genealogie/lettre-hadj-si-cherif-cadi.html

Haut de page

Notes

2 [Ndlr : la note 1 de la version papier a été intégrée dans les « Notes de la rédaction », figurant juste après le plan de cet article ]. [[[Cadi, Archives de Firmin Jacquillat, lettre à Jacquillat du 03 avril 1930]]].

3 [[[Dumas, Archives de l’Ecole polytechnique]]].

4 [Cachon, Durand, Pinlou, Bourge & Couteau, 2004].

5 [[[Cadi, Archives de Firmin Jacquillat, lettre à Jacquillat du 14 juin 1908]]].

6 [[Observatoire de l’abbé Moreux]].

7 [Bulletin de la Société astronomique de France, séance du 5 novembre 1907, 540] & [Békli et Aissani, 2010].

8 [Bernard-Cadi, 2005].

9 [Cadi Hadj Cherif, 1926].

10 [[[Cadi, Archives de Firmin Jacquillat, lettre à Jacquillat du 03 avril 1930]]].

11 [Ageron, 1966].

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1 : Un officier supérieur de l’artillerie française. Cadi Chérif vers 1887 en grand uniforme de polytechnicien.
Crédits ©Collections École polytechnique, Palaiseau
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/2582/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Illustration 1bis : Un officier supérieur de l’artillerie française. Cadi Chérif lors de son arrivée en Egypte en 1916. 
Légende © archives familiales
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/2582/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Illustration 2.
Légende Une carte de visite envoyée de Bizerte par Cadi Chérif à son camarade Arthur Dumas (X 1886, 1862-1913).
Crédits ©Collections École polytechnique (Palaiseau) – Don de la famille Dumas.3
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/2582/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Titre Illustration 2bis.
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/2582/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Titre Illustration 3.
Légende L’observatoire de l’abbé Moreux6.
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/2582/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Illustration 4.
Légende Couverture du Bulletin de la Société astronomique de France, janvier 1907.
Crédits Source : BNF
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/2582/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Illustration 5.
Crédits Page de garde de Terre d’Islam, Paris, Charles Lavauzelle, 1926.
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/2582/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Djamil Aïssani et Mohamed Réda Békli, « Cadi Chérif (X 1887, 1867-1939), premier polytechnicien algérien »Bulletin de la Sabix, 64 | 2019, 127-133.

Référence électronique

Djamil Aïssani et Mohamed Réda Békli, « Cadi Chérif (X 1887, 1867-1939), premier polytechnicien algérien »Bulletin de la Sabix [En ligne], 64 | 2019, mis en ligne le 01 février 2020, consulté le 10 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/sabix/2582

Haut de page

Auteurs

Djamil Aïssani

Société savante GEHIMAB & équipe de recherche HiSET, CNRPAH Alger. professeur Djamil AÏSSANI est né le 24 juillet 1956 à Biarritz. Docteur d’État ès sciences mathématiques (Kiev – URSS, 1984), il enseigne à l’université de Béjaia depuis l’ouverture de cet établissement en 1983/1984. Directeur de l’unité de recherche LaMOS (Modélisation et optimisation des systèmes – cf. http://www.lamos.org), président de la société savante GEHIMAB (Histoire des sciences et des idées en Méditerranée – cf. http://www.gehimab.org), il est directeur de recherche au CNRPAH Alger (chef de l’équipe de recherche HiSET – Centre des études andalouses, Tlemcen – cf. http://www.cnrpah.org). Il a été pendant une décennie président de la sous-commission « Mathématiques » du ministère des Universités (1995-2005). Contact : lamos_bejaia@ hotmail.com

Articles du même auteur

Mohamed Réda Békli

Société savante GEHIMAB & université de Béjaia. Mohamed Réda BÉKLI est docteur en sciences physiques de l’université de Constantine. Maître de conférences à la faculté de sciences de la nature de l’université de Béjaia, il est chargé de recherche au Laboratoire de physique théorique. Il est l’auteur de plusieurs publications sur l’histoire des sciences. Son dernier article vient de paraître dans la revue « Arabic Sciences and Philosophy », Cambridge University Press, 2019.

Haut de page

Droits d’auteur

© SABIX

Haut de page
  • Logo SABIX
  • OpenEdition Journals