Navigation – Plan du site

AccueilNuméros69I. L'expéditionL’expédition Baudin

I. L'expédition

L’expédition Baudin

Alain Brachon
p. 15-23

Texte intégral

La Nouvelle-Hollande en 1800

  • 1 [Jean Bourgoin et Étienne Taillemite, 2002, 36-47]

Que connait-on de la Nouvelle-Hollande (Australie) en 18001 ?

1Dans la première moitié du xviie siècle, les Hollandais ont aperçu, de loin en général, les côtes N. O., O. et S. O. de l’Australie, en leur donnant les noms des découvreurs : Terre d’Arnhem, Terre de Witt, Terre d’Endracht, Terre d’Edels, Terre de Leeuwin et Terre de Nuyts. Pieter Nuyts, qui s’était engagé loin dans l’est de la côte sud, avait fait de l’Australie une avancée du continent austral.

2En 1642, van Diemen, le gouverneur général des Indes hollandaises, envoie son agent Abel Tasman en reconnaissance. Débordant la Terre de Van Diemen (Tasmanie) et la Nouvelle-Zélande par le sud, il apporte la confirmation de l’insularité de l’Australie. L’espagnol Torrès avait déjà, en 1606, montré la séparation de l’Australie de la Nouvelle-Guinée par le détroit qui porte son nom.

3L’anglais James Cook reconnaît en 1770 la côte orientale, avant que soit fondée la colonie pénitentiaire de Port Jackson (Sydney) en 1788. Le français d’Entrecasteaux, à la fin de 1792, reconnaît la partie occidentale de l’Australie, du cap Leeuwin au cap des Adieux (Terre de Nuyts). Un canal porte son nom au sud de la Terre de Van Diemen dont la première circumnavigation est effectuée par les anglais Flinders et Bass entre le 7 octobre 1798 et le 12 janvier 1799, à partir de Port Jackson.

  • 2 Lien Internet : https://archive.org/details/voyagededcouve04pr/page/n10/mode/1up ?view =theater

Figure 1 : Carte générale de la Nouvelle-Hollande2

Figure 1 : Carte générale de la Nouvelle-Hollande2

© Collections École polytechnique-D. Gallot, photogr.

4La seconde moitié du xviiie siècle donne lieu à l’organisation de nombreux voyages de découverte, en France et en Angleterre, dont les plus connus sont ceux de l’anglais Cook et des français Marion du Fresne, de Saint-Aloüarn, Bougainville, Lapérouse et d’Entrecasteaux. Ils ont fait faire d’énormes progrès à la géographie de l’océan Pacifique, encore peu exploré.

Origines de l’expédition

  • 3 Voir note 1 page 15.

5En France, les troubles révolutionnaires et les guerres extérieures ont évidemment interrompu ce genre d’expédition et il faut attendre 1798 pour qu’un navigateur, Nicolas Baudin, récemment intégré dans la marine de la République (5 août 1798), avec le grade de capitaine de vaisseau, présente au ministre de la Marine et des Colonies, malgré une conjoncture défavorable, un ambitieux projet de voyage de circumnavigation dans le Pacifique. Le Directoire a d’autres soucis et, bien qu’appuyé par les naturalistes Jussieu et Lacépède, le projet n’aboutit pas faute de crédit3.

6Le retour de Bonaparte, qui a laissé en août 1799 au général Kléber le soin de poursuivre la campagne d’Egypte, et son avènement début novembre par le coup d’État du 18 Brumaire, créent des conditions nouvelles. Quatre mois plus tard, le 7 mars 1800, Baudin présente un autre programme encore plus ambitieux, axé sur la recherche en sciences naturelles.

  • 4 [Muriel Proust de La Gironière, 2002]

7Accompagné d’une délégation de membres de l’Institut, il est reçu par le premier consul au palais des Tuileries, en présence de Forfait4, ministre de la Marine. Fort de son expérience acquise en Extrême-Orient, dans les mers du sud et aux Antilles, il explique l’intérêt qu’il y aurait à rattraper l’énorme retard pris par la France dans le domaine scientifique, notamment dans celui des sciences naturelles.

  • 5 Voir note 1 page 15.

8Bonaparte accepte le principe de l’expédition projetée mais en réduit considérablement l’ampleur5. Le ministre Forfait fixe comme objectif, selon les instructions rédigées par Fleurieu, de «  faire reconnaître avec détail les côtes du sud-ouest, de l’ouest et du nord de la Nouvelle-Hollande, dont quelques-unes sont encore entièrement inconnues, et d’autres ne sont connues qu’imparfaitement  », en s’appuyant sur les connaissances déjà acquises par les Anglais et d’Entrecasteaux.

  • 6 [Dany Bréelle, 2010, 213-223]

9Les instructions sont précises et incluent de visiter «  exactement  » la côte orientale de l’île Van Diemen (Tasmanie)6. Compte tenu des conditions météorologiques, il recommande à Baudin de commencer ses travaux cartographiques par le sud et de ne pas s’y attarder au-delà de la fin du mois de juin en raison de l’hiver austral.

  • 7 Voir note 1 page 15.

10Après les échecs de Cook et Vancouver pour gagner l’Extrême-Orient par le passage du nord-ouest, et les difficultés opposées aux navigateurs par la route à contre-mousson pour atteindre la Chine, l’intérêt s’est porté sur le contournement par le sud de l’Australie pour se rendre à Canton7. C’est dire l’importance des parages sud de l’Australie, et de la Tasmanie, où Baudin est chargé de s’informer minutieusement des implantations anglaises dans la région.

Préparatifs

  • 8 Voir note 1 page 15.

11L’expédition est soigneusement préparée. L’Institut de France, récemment créé en 1795 pour remplacer les anciennes académies supprimées par la Convention, joue un rôle déterminant en créant à cet effet une commission comprenant la fine fleur des savants de l’époque : Lacépède, Jussieu, Laplace, Cuvier, Bougainville, Fleurieu, Bernardin de Saint-Pierre, et quelques autres moins célèbres. C’est la première fois, dans l’histoire des voyages de découvertes, qu’est mis à contribution un tel nombre de sommités scientifiques, chargées de préparer les instructions qui seraient données au chef de l’expédition8.

  • 9 Voir note 1 page 15.

12Une autre originalité est l’importance nouvelle accordée aux préoccupations anthropologiques. Dans le mouvement qui se développe alors de reconstitution des sociétés savantes, naît en 1799 une «  Société des observateurs de l’homme  », qui confie à Joseph-Marie de Gérando, futur baron d’Empire, le soin d’établir un programme à l’usage des jeunes ethnographes pour l’observation des populations rencontrées au cours de leurs campagnes et leur représentation picturale9.

  • 10 Voir note 4 page 16.
  • 11 Voir note 4 page 16.

13Pour mener à bien ce programme complexe englobant des disciplines scientifiques variées, il est essentiel de prévoir des navires robustes et une équipe aussi étoffée que judicieusement choisie. Pour ce qui est des navires, le choix se porte sur deux corvettes, la Galathée10 et la Menaçante11, que l’on s’empresse de rebaptiser respectivement le Géographe et le Naturaliste afin de bien afficher le but purement scientifique de la mission.

  • 12 Voir note 1 page 15.

14Les deux navires de construction récente – avec une coque doublée en cuivre, déplaçant environ 1 000 tonneaux – ont des performances différentes, le Géographe étant plus rapide que le Naturaliste, ce qui a des conséquences fâcheuses, aussi bien dans les transits sur longue distance, qu’en hydrographie. Pour tenir compte des expériences acquises lors des grands voyages précédents, les deux navires reçoivent des aménagements spéciaux pour stocker dans les meilleures conditions possibles les collections d’histoire naturelle que l’on compte rapporter12.

  • 13 Voir note 4 page 16.
  • 14 Voir note 1 page 15.

15L’une d’entre elles est d’ailleurs réservée à Joséphine de Beauharnais, l’épouse du Premier Consul, pour enrichir son parc de la Malmaison13. On donne également un soin particulier aux approvisionnements de tous genres, vivres et matériel, comme on peut s’en convaincre en lisant le journal du commandant Baudin. Les équipements sont aussi complets que l’autorisent les techniques de l’époque, et comprennent notamment un alambic pour distiller l’eau de mer et la rendre potable14.

  • 15 Voir note 1 page 15.

16On peut s’interroger sur l’opportunité du choix du capitaine de vaisseau Nicolas Baudin pour diriger une campagne qui va durer de longs mois. L’expédition est assurément de son initiative, ce qui rend difficile de lui en contester le commandement, mais sa carrière antérieure constitue un sérieux handicap psychologique vis-à-vis de ses subordonnés. Baudin n’a appartenu ni à la marine royale, ni à celle de la révolution et l’essentiel de ses services s’est fait sous pavillon étranger, ennemi de surcroît. Il lui aurait donc fallu beaucoup de diplomatie pour se faire accepter de ses subordonnés15.

  • 16 Voir note 1 page 15.

17Malheureusement, le commandant du Géographe est tout à fait dépourvu de cette qualité. Tous les témoignages concordent sur la nature entière, autoritaire et glacée, rancunière, de son caractère. Les officiers, les équipages et les « savants » lui reprochent son entêtement, son absence de compassion aux souffrances de l’équipage, son indifférence aux précautions d’hygiène, la réalisation d’un grand programme scientifique sous une forte pression. Le jeune astronome Bernier écrit de lui : « grave et solitaire, il repoussait tout le monde par ses manières brusques et malhonnêtes »16.

18Le commandant du Naturaliste, le capitaine de frégate Hamelin, est heureusement d’un naturel plus agréable et sait faire régner à son bord une atmosphère d’ordre, de discipline, mais aussi de fraternité, qui contraste avec l’aigreur qui ne cesse de s’exprimer sur le Géographe.

19Les officiers, officiers mariniers et équipages ont été choisis avec un soin extrême, de même que les vingt-quatre savants civils, dont deux astronomes, deux ingénieurs géographes, deux minéralogistes, cinq zoologistes (dont le zoologiste et médecin François Péron, élève de Cuvier), trois botanistes, cinq artistes chargés de constituer un véritable reportage sur les pays visités et cinq jardiniers.

20De cet état-major d’une soixantaine de personnes pour les deux navires, se détachent particulièrement les noms suivants : les frères Louis et Henri de Freycinet ; Pierre-François Bernier, astronome, mort en campagne ; Jean-Baptiste Leschenault, botaniste ; Charles Lesueur, peintre d’histoire naturelle ; François Péron, zoologiste et médecin, rédacteur avec Freycinet du récit qui sera publié de 1807 à 1824 ; François-Michel Ronsard, officier du génie maritime.

Itinéraire

21Le 27 vendémiaire an IX (19 octobre 1800) les deux corvettes, le Géographe et le Naturaliste, appareillent du Havre et entament leur voyage. Après quinze jours de mer l’expédition arrive le 2 novembre à Santa Cruz de Ténériffe où elle fait une escale de onze jours. L’expédition repart le 13 novembre, franchit l’équateur par environ 23° 40’ de longitude ouest (méridien de Paris) le 12 décembre, double le cap de Bonne Espérance le 3 février 1801 et arrive à l’Île-de-France (Maurice) le 15 mars au soir, quatre mois après l’appareillage du Havre.

22Le retard pris dans la traversée a largement contribué à la détérioration de l’atmosphère à bord, qui se solde par le débarquement de dix savants et la désertion de 21 hommes d’équipage. Tous sont mécontents et certains, hospitalisés, inaptes à poursuivre le voyage. Par ailleurs, les magasins de la colonie sont vides, en raison de l’état de guerre avec l’Angleterre depuis 1793, qui a rendu précaires les liaisons avec la métropole. L’extrême mauvaise volonté des autorités locales oblige l’expédition à recourir à des capitaines danois, présents sur rade, pour le ravitaillement.

  • 17 Voir note 1 page 15.

Figure 2 : Itinéraire de l’expédition Baudin17

Figure 2 : Itinéraire de l’expédition Baudin17

© Revue XYZ – Association Française de Topographie.

23Ainsi, dès le départ, le 25 avril 1801, l’équipage doit se contenter d’un mauvais tafia de l’Île à la place du vin, et de biscuits et salaisons avariées. Le pain frais, le vin et la viande fraîche ne seront plus désormais qu’un souvenir. L’expédition quitte l’Île-de-France dans une atmosphère d’autant plus détestable que Baudin refuse de dévoiler ses intentions pour la suite du voyage.

24La traversée de l’océan Indien s’effectue cependant sans incident et assez rapidement, puisque les deux bâtiments arrivent en vue des côtes australiennes, à hauteur du cap Leeuwin où ils atterrissent le 27 mai, près de sept mois après leur départ de France, et non pas à la Terre de Van Diemen (Tasmanie) comme le prévoient les instructions du départ données par le ministre de la marine. L’expédition Baudin peut enfin commencer sa découverte des terres australes ; elle réalise très rapidement qu’elle va devoir s’accommoder des décisions de son commandant, mais aussi composer avec les conditions climatiques de l’hiver austral (de mai à septembre).

25En raison du retard accumulé, Baudin trouve la saison trop avancée pour l’exécution du programme prescrit, et décide d’entreprendre sans délai l’hydrographie de la côte nord-ouest, en remontant vers le nord. Après une partie de cache-cache le long de cette côte du Naturaliste d’Hamelin avec le Géographe de Baudin, les deux navires finissent par se retrouver en septembre 1801 à Coupang (Kupang, à Timor) qu’ils quittent le 13 novembre pour contourner l’Australie par l’ouest et le sud et, sans faire escale, arriver le 13 janvier 1802 en Tasmanie.

26Baudin reprend l’objectif de départ. De sérieux travaux hydrographiques dans les parages sud-est de la Terre de Van Diemen (Tasmanie) sont entrepris. Les corvettes remontent ensuite chacune de leur côté le long de la côte orientale pour se retrouver à la fin du mois de juin 1802 à Port Jackson, le port naturel de Sydney, où elles stationnent près de cinq mois.

27Compte tenu de la réduction des équipages, pour cause de mort ou de maladie, Baudin décide de renvoyer en France le Naturaliste et de le remplacer par le Casuarina (une goélette fabriquée en bois de casuarina et commandée par Louis de Freycinet). Tous appareillent le 18 novembre 1802 pour se regrouper le 6 décembre à l’île King (à la sortie ouest du détroit de Bass). Le Naturaliste appareille ensuite pour Le Havre où il accoste le 7 juin 1803 ; Hamelin rapporte les collections d’histoire naturelle, ainsi que les cartes, les mémoires et les observations déjà rédigés.

28Le Casuarina reçoit l’ordre d’hydrographier les abords de l’île King, puis les îles Hunter. Freycinet reconnaît ensuite les golfes de la terre Napoléon sur la côte sud de l’Australie. Lorsqu’il touche l’île Decrès, Baudin, resté au mouillage pendant 26 jours, en attente d’une chaloupe devant remplacer celle perdue à l’appareillage de l’île King, ne l’a pas attendu. Une autre partie de cache-cache commence : Freycinet cherche sans succès son chef à l’archipel Saint-Pierre et Saint-François, puis se décide à gagner le port du roi George où Baudin le rejoint, cinq jours plus tard, le 18 février 1803.

29Le Géographe et le Casuarina quittent le 1er mars 1803 le port du roi George pour doubler le cap Leeuwin et remonter le long de la côte ouest (Terre d’Endracht, Terre de Witt) et enfin mettre le cap sur Timor où ils arrivent le 6 mai 1803. Très fatigué, Baudin décide d’y relâcher un mois avant d’en repartir le 3 juin pour reconnaître la côte nord de l’Australie en direction du détroit de Torrès.

30Parvenu à l’entrée du golfe de Carpentarie, Baudin, épuisé, décide de faire demi-tour, pour rallier l’Île-de-France qu’il atteint le 7 août 1803, avec un équipage à bout de forces et des provisions d’eau en voie d’épuisement. Arrivée à son tour le 19 août 1803, la goélette le Casuarina est désarmée à l’île-de-France le même jour.

31Baudin meurt de tuberculose le 16 septembre dans cette île où il est inhumé. Milius, ex-commandant en second du Naturaliste, laissé malade au port Jackson en 1802 et qui depuis a rejoint l’Île-de-France, prend le commandement du Géographe le 29 septembre. La corvette appareille ensuite le 16 décembre, fait escale le 3 janvier au Cap et met un terme à l’expédition Baudin à son arrivée à Lorient le 25 mars 1804.

Bilan de l’expédition

  • 18 [François Péron, 1807]

32La première édition du Voyage de découvertes aux terres australes est publiée par François Péron en 1807 à l’invitation de la commission scientifique qui avait préparé l’expédition18. Elle s’appuie sur les journaux d’autres participants tels que Leschenault et comporte même deux chapitres entiers rédigés à la première personne du singulier par Louis de Freycinet : installé sur le Naturaliste, ce dernier a assisté à des événements que Péron et les autres savants du Géographe ont manqués. L’auteur principal prévoyait de faire suivre ce premier volume de plusieurs autres textes, et notamment d’un ouvrage consacré à la seule zoologie, science à laquelle il n’a cessé de s’adonner depuis son retour. Cependant, la maladie le contraint à renoncer, et le Voyage n’est plus augmenté que par les productions des autres participants revenus vivants, à commencer par un atlas contenant des illustrations de Lesueur et Petit en 1811.

  • 19 [Louis Claude de Saulces de Freycinet, 1815]

33Puis, en 1815, alors que Péron est mort depuis longtemps, Freycinet le complète encore d’une partie consacrée à la navigation dans laquelle il exploite lui aussi le contenu des journaux tenus par d’autres participants, à savoir Nicolas Baudin lui-même, mais aussi Bailly, Montbazin, Boullanger, Breton, Faure, son frère Henri de Freycinet, Hamelin, Leschenault, Ransonnet et Ronsard19.

34Mais le résultat est boiteux, car Péron a rédigé son passage avant que les meilleures cartes n’aient été dessinées, et Freycinet s’emploie donc à corriger les erreurs qui restent. Les changements sont suffisamment importants pour reconnaître au Britannique Matthew Flinders la primauté de certaines découvertes géographiques en Australie dont la paternité était jusqu’alors incertaine, les deux pays s’en disputant la primauté.

  • 20 Voir note 6 page 16.

35Les contextes politique, économique et intellectuel ne sont guère favorables à la publication de ce volume en 1815 : Napoléon Ier, qui a commandité l’expédition, est vaincu militairement et la France traverse une grave crise politique, alors qu’en 1814, Flinders a publié A Voyage to Terra Australis et que l’Angleterre a repris la maîtrise des mers. L’objectif de reconnaissance des côtes du sud-ouest et de l’ouest de la Nouvelle-Hollande et de la côte orientale de la Terre de Van Diemen est objectivement atteint par l’expédition Baudin, du moins dans ses grandes lignes. Les expéditions de Baudin et Flinders achèvent la cartographie d’ensemble du continent austral. Cet achèvement, un peu ignoré, résulte côté français en bonne partie du travail de Boullanger et Faure, en collaboration avec l’astronome Bernier, les frères Freycinet et d’autres officiers comme Ransonnet20.

  • 21 Voir note 4 page 16.

36Les Français savent désormais à qui ils doivent l’introduction sur leur territoire du mimosa doré et de l’eucalyptus, d’abord plantés par l’impératrice Joséphine à la Malmaison. Les oiseaux et des animaux de toutes sortes ont commencé alors à enrichir le jardin du parc de la Malmaison, où on leur a permis d’errer librement. À cette époque, la femme de l’Empereur avait dans sa propriété des kangourous, des émeus, des cygnes noirs célèbres dans toute l’Europe21.

37Les Australiens comprennent pourquoi, alors qu’on leur a souvent caché l’existence de ces découvreurs, tant de noms français parsèment leurs côtes, au point que l’universitaire australien Leslie Ronald Marchant a pu titrer « France Australe », l’ouvrage consacré aux origines de l’Australie occidentale.

Haut de page

Bibliographie

Membres de l’expédition

François Péron, (1807). Voyage de découvertes aux Terres Australes, exécuté par ordre de sa Majesté, l’Empereur et Roi, sur les corvettes le Géographe, le Naturaliste et la goëlette le Casuarina, pendant les années 1800, 1801, 1802, 1803 et 1804 : Livre I, de France à l’Île-de-France, inclusivement, t. 1er, Paris, Imprimerie impériale, 1re éd., 496 p.

François Péron, Louis Claude de Saulces de Freycinet, (1824). Voyage de découvertes aux Terres Australes, exécuté par ordre de sa Majesté, l’Empereur et Roi, sur les corvettes le Géographe, le Naturaliste et la goëlette le Casuarina, pendant les années 1800, 1801, 1802, 1803 et 1804 : Livre I, de France à l’Île-de-France, inclusivement, t. 1er, Paris, Arthus Bertrand, 2e éd., 400 p.

—, (1824). Voyage de découvertes aux Terres Australes, exécuté par ordre de sa Majesté, l’Empereur et Roi, sur les corvettes le Géographe, le Naturaliste et la goëlette le Casuarina, pendant les années 1800, 1801, 1802, 1803 et 1804 : Livre III, de Timor à Port Jackson inclusivement, t. 2e, Paris, Arthus Bertrand, 2e éd., 532 p.

—, (1824). Voyage de découvertes aux Terres Australes, exécuté par ordre de sa Majesté, l’Empereur et Roi, sur les corvettes le Géographe, le Naturaliste et la goëlette le Casuarina, pendant les années 1800, 1801, 1802, 1803 et 1804 : Livre IV, de Port Jackson à la Terre d’Arnheim, t. 3e, Paris, Arthus Bertrand, 2e éd., 432 p.

—, (1824). Voyage de découvertes aux Terres Australes, exécuté par ordre de sa Majesté, l’Empereur et Roi, sur les corvettes le Géographe, le Naturaliste et la goëlette le Casuarina, pendant les années 1800, 1801, 1802, 1803 et 1804 : Suite du Livre IV, de Port Jackson à la Terre d’Arnheim, inclusivement retour en Europe, t. 4e, Paris, Arthus Bertrand, 2e éd., 356 p.

Charles Alexandre Lesueur, Nicolas-Martin Petit, (1811). Voyage de découvertes aux Terres Australes, exécuté par ordre de sa Majesté, l’Empereur et Roi : Atlas par MM. Lesueur et Petit, Paris, Langlois, 96 p.

Louis Claude de Saulces de Freycinet, (1811). Voyage de découvertes aux Terres Australes, historique : Atlas, deuxième partie, Paris, Langlois, 42 p.22

—, (1812). Voyage de découvertes aux Terres Australes, historique : Atlas, t. 3e, Paris, 32 p.23

—, (1815). Voyage de découvertes aux Terres Australes, exécuté par ordre de sa Majesté, l’Empereur et Roi, sur les corvettes le Géographe, le Naturaliste et la goëlette le Casuarina, pendant les années 1800, 1801, 1802, 1803 et 1804 : Navigation et géographie, Paris, Imprimerie royale, 2e éd., 576 p.

Ouvrages contemporains

Nicolas Baudin, (trad. Christine Cornell, préf. Christine Cornell, Jean-Paul Faivre, (1974). Journal of Post Captain Nicolas Baudin, Commander-in-Chief of the Corvettes Géographe and Naturaliste, assigned by order of the government to a voyage of discovery, translated from the French and with a preface by Christine Cornell, with a foreword by Jean-Paul Faivre.), The journal of post Captain Baudin, commander-in-Chief of the corvettes Geographe and Naturaliste, Adelaide, Libraries Board of South Australia, 609 p.

Nicolas Baudin, (préf. Michel Rocard, texte établi par Jacqueline Bonnemains avec la collaboration de Jean-Marc Argentin et Martine Marin), (2000). Mon voyage aux terres australes : journal personnel du commandant Baudin illustré par Lesueur et Petit, Imprimerie nationale éditions, 467 p.

Muriel Proust de La Gironière, (2002). Nicolas Baudin, marin et explorateur, ou, Le mirage de l’Australie : 19 octobre 1800-7 août 1803, Paris, Ed. du Gerfaut, 256 p.

Georges Rigondet, (2002). François Péron 1775-1810 et l’expédition du commandant Nicolas Baudin : les français à la découverte de l’Australie, Charroux-en-Bourbonnais, Editions des cahiers bourbonnais, 319 p.

Jean Bourgoin et Étienne Taillemite, (2002). (article publié dans la revue trimestrielle XYZ de l’Association Française de Topographie), « L’expédition Baudin en Australie 1800-1804 », Revue XYZ, n°  91.

Frank Horner (trad. Martine Marin, préf. Oskar H. K. Spate), (1er octobre 2006). La Reconnaissance française : L’expédition Baudin en Australie (1801-1803) [« The French Reconnaissance : Baudin in Australia (1801-1803) »], Editions L’Harmattan, 494 p.

Dany Bréelle, (Flinders University, Adélaïde, Australie) (vol. composé et éd. par Michel Jangoux), (2010). Portés par l’air du temps : les voyages du capitaine Baudin (Études sur le XVIIIe siècle), Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 289 p., chap. XXXVIII (« Les géographes de l’expédition Baudin et la reconnaissance des côtes australes  »), p. 213-223.

Frédéric Mouchet et Noelene Bloomfield, (photogr. Frédéric Mouchet, sur une idée originale de Frédéric Mouchet), (2015). L’Australie des explorateurs français : Australia of the French explorers, Paris, Somogy éditions d’art, 191 p.

Haut de page

Notes

1 [Jean Bourgoin et Étienne Taillemite, 2002, 36-47]

2 Lien Internet : https://archive.org/details/voyagededcouve04pr/page/n10/mode/1up ?view =theater

3 Voir note 1 page 15.

4 [Muriel Proust de La Gironière, 2002]

5 Voir note 1 page 15.

6 [Dany Bréelle, 2010, 213-223]

7 Voir note 1 page 15.

8 Voir note 1 page 15.

9 Voir note 1 page 15.

10 Voir note 4 page 16.

11 Voir note 4 page 16.

12 Voir note 1 page 15.

13 Voir note 4 page 16.

14 Voir note 1 page 15.

15 Voir note 1 page 15.

16 Voir note 1 page 15.

17 Voir note 1 page 15.

18 [François Péron, 1807]

19 [Louis Claude de Saulces de Freycinet, 1815]

20 Voir note 6 page 16.

21 Voir note 4 page 16.

22 Lien Internet  : https://archive.org/details/voyagededcouve04pr/page/n4/mode/1up ?view =theater

23 Lien Internet  : https://nla.gov.au/nla.obj-230973512/view

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Carte générale de la Nouvelle-Hollande2
Crédits © Collections École polytechnique-D. Gallot, photogr.
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3113/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 503k
Titre Figure 2 : Itinéraire de l’expédition Baudin17
Crédits © Revue XYZ – Association Française de Topographie.
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3113/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Brachon, « L’expédition Baudin »Bulletin de la Sabix, 69 | -1, 15-23.

Référence électronique

Alain Brachon, « L’expédition Baudin »Bulletin de la Sabix [En ligne], 69 | 2022, mis en ligne le 28 septembre 2022, consulté le 07 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/sabix/3113

Haut de page

Auteur

Alain Brachon

Alain Brachon X 1963, passionné de rugby et de généalogie, a œuvré par ses recherches historiques au sein de la communauté de l’encyclopédie libre Wikipedia. C’est dans ce cadre qu’il a tout particulièrement reconstitué, avec précision, les biographies des polytechniciens engagés dans l’expédition de découverte de l’Australie de Nicolas Baudin.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo SABIX
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search