Navigation – Plan du site

AccueilNuméros69II. Les acteurs du voyage de déco...François Péron. L’émergence d’un ...

II. Les acteurs du voyage de découverte

François Péron. L’émergence d’un savant au début du XIXe siècle

Alain Petiniot
p. 47-53

Texte intégral

1Aîné des trois enfants d’un couple issu d’un milieu commerçant, François Péron est né à Cérilly (Allier) le 22 août 1775. Son père, François Péron, tailleur d’habits et sa mère, Françoise Bouchicot, fille d’un marchand sergier, pouvaient espérer un avenir prospère. Six enfants sont nés de leur union mais, seuls François qui porte le même prénom que son père, et deux de ses sœurs forment la famille. De santé fragile, le père meurt et laisse sa veuve avec trois enfants en bas âge. En tant que veuve méritante, l’Etat lui accorde le privilège d’ouvrir un petit commerce de «  limonadière et marchande cafetière  ». François n’a alors que huit ans et fréquente le «  collège  » de Cérilly. Elève surdoué, il s’intéresse à tout et M. Baron, directeur du collège, se plaît à lui donner une solide instruction. L’abbé Marchand lui inculque les bases du latin dans la perspective de le faire entrer au séminaire bien que François n’ait aucun goût pour la vocation ecclésiastique.

2En 1789, François a 14 ans. Ni les Etats généraux, ni la prise de la Bastille ne troublent l’apparente tranquillité de la petite ville (car les impositions sont multiples et de plus en plus mal supportées). La Révolution apporte des idées nouvelles qui le séduisent. Mais en 1792, la patrie est en danger et chaque département doit fournir une levée de volontaires. Dans une minute d’enthousiasme, délaissant famille et études, il s’engage et rejoint le corps des Volontaires de l’Allier à Moulins. Son régiment est affecté comme renfort à la garnison de Landau. En dépit de son aspect frêle et chétif, il se fait remarquer par son intrépidité, son intelligence et son sang-froid  ; il est fait caporal puis sergent. Il perd malheureusement son œil droit affaibli depuis son enfance des suites de la petite vérole mais cela n’affecte ni sa bonne humeur ni sa vivacité. Son régiment rallie l’armée du Rhin. Grâce au capitaine Brugière qui met à sa disposition les livres qu’il fait suivre dans sa cantine, François Péron continue d’étudier. Au printemps 1794, alors qu’il s’efforce de secourir un collègue coincé sous le cadavre d’un cheval, il est fait prisonnier et envoyé à la citadelle de Magdebourg. Pendant sa captivité, il n’a de cesse de s’instruire. En décembre, suite à un échange de prisonniers, il rentre en France et, quelques mois plus tard, il passe devant un conseil de réforme. Malgré son désir farouche de rester dans l’armée, reconnu comme définitivement borgne, il est contraint de renoncer à la carrière militaire et arrive à Cérilly où il retrouve sa famille. Il a alors vingt ans.

3Après quelques semaines d’inactivité, il obtient le poste de secrétaire de l’Administration municipale, ce qui lui permet d’aider sa famille. Pendant cette période, il rencontre le notaire, Me Petitjean, riche et cultivé, avec lequel il noue une certaine amitié. Mais, en février 1797, un ordre du pouvoir central exige que les secrétaires municipaux soient âgés de trente ans au moins. On lui retire donc son gagne-pain. Me Petitjean va lui proposer d’entrer à l’Ecole de Médecine de Paris et lui offrir une bourse conséquente. Une nouvelle vie va commencer.

Frontispice la deuxième partie de l’historique par Freycinet. Portrait de François Péron d’après le dessin de Lesueur.

Frontispice la deuxième partie de l’historique par Freycinet. Portrait de François Péron d’après le dessin de Lesueur.

© Collections École polytechnique-Palaiseau-D. Gallot.

4François Péron se lance alors avec frénésie dans les études. L’enseignement de la médecine ne suffit pas à son inlassable activité. Il fréquente le Jardin des Plantes et le Muséum d’Histoire naturelle où il suit les cours de Cuvier, Lamarck et Lacépède. Il étudie le grec, reprend le latin, aborde les langues vivantes, s’adonne à la chimie, à la physique, à l’astronomie sans oublier la géographie, l’histoire, les mathématiques et les lettres.

5Dans le courant de l’année 1800, il apprend qu’une expédition scientifique aux Terres australes doit partir du Havre. Il s’agit d’explorer des côtes inconnues, de découvrir de nouvelles terres, d’étudier le climat, les productions, la minéralogie, d’observer le caractère et les mœurs des indigènes. François Péron souhaite y participer mais toutes les places sont prises. Tenace, il écrit un mémoire dans lequel il expose les motifs de sa demande, mémoire qu’il promet de lire à ses collègues de l’Institut. C’est Cuvier qui présente la candidature de Péron à un poste très convoité de zoologiste dans l’expédition  ; Jussieu l’entérine. Le 18 octobre, les deux vaisseaux, le Géographe et le Naturaliste, commandés par le capitaine Baudin, quittent Le Havre. Aussitôt, Péron se met au travail  : il plonge dans l’eau un thermomètre et toutes les six heures, s’astreint à un relevé des températures de la mer. Son tempérament passionné, son activité incessante, sa curiosité scientifique se dévoilent rapidement. Après l’escale de 1801 à l’Île de France (île Maurice), F. Péron se retrouve presque seul, les autres scientifiques disparaissant, malades ou décédés. Deux artistes, recrutés comme canonniers, Petit et Lesueur, vont former avec F. Péron, un trio travaillant en étroite collaboration. Ils joueront un rôle déterminant dans le succès scientifique de l’expédition qui durera quatre ans. Ils constituent une immense collection de plus de 100  000 spécimens dont 2 500 d’espèces nouvelles.

6De retour en France, le jeune naturaliste s’installe à Paris avec Petit, met au propre ses notes de voyage et écrit divers articles dans les bulletins et annales des sociétés savantes. Le 14 octobre 1805, il est élu membre correspondant de l’Institut, classe d’anatomie et zoologie. Par décret du 4 août 1806, signé par l’empereur, il est décidé que le rapport du voyage sera publié aux frais du gouvernement. Péron est chargé de la partie historique, description et coutumes des indigènes, science physique et météorologie. Le premier tome paraît en 1807 sous le titre Voyage aux Terres australes. L’ouvrage a tout de suite un grand retentissement  ; il est traduit en Angleterre et en Allemagne. Hélas  ! Sa vie matérielle enfin assurée, la maladie dont il ressentit les premières atteintes lors du retour en France, s’aggrave subitement. Des célébrités médicales de l’époque, Corvisart et Kéraudren, lui prodiguent soins et conseils. Ils insistent pour qu’il se rende sur la Côte d’Azur. Là, sa passion pour les animaux marins se réveille. Accompagné de son fidèle ami Lesueur, il passe ses journées au large dans une petite barque au mépris de sa santé. Qu’importe  ! Il écrit à Freycinet que, outre ses crises de douleur atroce, il est très heureux, n’ayant jamais autant travaillé.

7Quelques mois plus tard, il rentre à Paris plus malade qu’auparavant. Quand il se sent au plus bas, il prend congé de ses amis de Paris et revient à Cérilly près de ses sœurs. Atteint de tuberculose pulmonaire, il meurt le 14 décembre 1810, la main dans celle de son ami Lesueur.

8Le deuxième tome du Voyage aux Terres australes, commencé par Péron et terminé par Freycinet, ne paraîtra qu’en 1816.

9Le travail du scientifique qu’était Péron a été particulièrement remarquable dans l’observation des méduses et dans leur classification puisque c’est à lui que l’on doit la première terminologie scientifique de ces animaux marins, longtemps considérés comme des animaux-plantes. Il leur a consacré un manuscrit de plus de 300 pages.

10François Péron fut un savant universellement reconnu. Jussieu et Cuvier ont écrit des rapports élogieux sur lui. Il appartenait à de nombreuses sociétés savantes qui toutes diffusent, dans leur propre revue, les articles que Péron présente à l’Institut. Ses travaux ont été publiés à l’étranger. Cent neuf espèces lui sont dédiées par ses collègues. Ainsi ces noms d’espèces qui jalonnent le règne animal tout au long du xixe siècle et encore de nos jours, sont une preuve indiscutable de la reconnaissance de François Péron par les plus grands savants qui ont fait la zoologie.

Monument François Péron à Cérilly.

Monument François Péron à Cérilly.

© Association François Péron-A. Pétiniot.

Un monument pour François Péron

11Situé sur la place Péron à Cérilly, il est proche du lieu où notre savant est né, juste derrière le restaurant «  Chez Chaumat  » où la «  Bouchicote  », sa maman, tenait un petit bistrot et pas très loin de l’étable à vaches de Bonnet où il est décédé en décembre 1810. Une trentaine d’années s’écoulent et l’on oublie François Péron jusqu’à ce qu’on élève un monument à la mémoire d’Achille Allier, historien à Bourbon-l’Archambault en 1836. On se rappela alors qu’un compatriote, mort jeune lui aussi, méritait également cet honneur. A l’initiative d’un vieil artiste de Moulins, M. Dufour, une souscription fut ouverte pour lui ériger un monument à Cérilly. La municipalité accorda de bonne grâce un emplacement sur cette place. Les restes du savant furent exhumés puis transportés le 22 février 1842. Les travaux de maçonnerie commencèrent tout de suite après et l’inauguration eut lieu le mercredi 8 juin 1842, jour de la fête patronale, en présence du préfet, du sous-préfet, des autorités locales et de son grand ami Charles-Alexandre Lesueur.

12Le monument était à l’origine orienté dans le même sens qu’aujourd’hui mais il se trouvait en haut de la place Péron et était entouré d’une grille autour de laquelle, je cite Emile Guillaumin, «  aux jours de marché, les fermières attachent prosaïquement leurs ânes. Les enfants, en rupture d’école, escaladent volontiers cette même grille, pour le plaisir ou pour profiter mieux des spectacles que donnent à proximité les roulottiers de passage  ». Plusieurs fois déplacé, il a pris sa place définitive en septembre 2011 et le buste de Péron, bien nettoyé l’année suivante, a retrouvé son aspect initial. Les quatre côtés sont ornés chacun d’un panneau différent. On peut y lire la phrase  : «  François Péron s’est desséché comme un jeune arbre qui a succombé sous le poids de ses propres fruits  » et je cite encore Emile Guillaumin  : «  Le médecin Kéraudren souhaitait voir figurer cette inscription sur le tombeau de grand style que quelques amis projetèrent d’élever au savant. Le dessin exécuté par Lesueur, de caractère allégorique, présentait en réduction le Géographe démâté et recouvert d’un voile. Mais les ressources manquèrent pour donner suite à cette idée  ». Cette même inscription sert d’épigraphe au travail de M. Louis Audiat dans son éloge de Péron en 1854. Sur une autre face, une grande plaque en bronze représente un paysage des Terres australes où se côtoient un kangourou, un casoar et des otaries, ce qui a le don d’intriguer les promeneurs qui ignorent la vie de Péron.

13Trois ouvrages consacrés à François Péron sont signalés sur un panneau destiné aux touristes de passage  :

  • François Péron, enfant du peuple Emile Guillaumin Crépin-Leblond, 1937 (réédité aux Editions du Marmouset en 1982)

  • François Péron et l’expédition du commandant Nicolas Baudin. Dr Georges Rigondet
    Editions des Cahiers bourbonnais, 2002

  • François Péron, an impetuous life. Edward Duyker The Miegunyah-Press, 2006

Buste de François Péron à Cérilly.

Buste de François Péron à Cérilly.

© Association François Péron-A. Pétiniot.

Présentation de l’Association François Péron

Origine  :

14Nommé en 1981 à Cérilly comme professeur de collège, je me suis intéressé au nom que portait l’établissement  : collège François Péron. Quelques années plus tard, au cours d’une discussion avec des amis, nous décidons de créer une association pour faire connaître la vie et l’œuvre de ce personnage hors du commun, Péron étant plus connu en Australie que dans l’Allier. Une rue est à son nom à Moulins et, bien sûr, à Cérilly son buste trône sur la place Péron.

Place François Péron à Cérilly.

Place François Péron à Cérilly.

© Association François Péron-A. Pétiniot.

© Association François Péron-A. Pétiniot.

15En juin 1996, l’Association François Péron voit le jour et compte actuellement une quarantaine de membres disséminés un peu partout en France et à l’étranger, dont M. Marbach, à l’initiative de ce bulletin Sabix.

Activités  :

16Notre association a réalisé plusieurs expositions et conférences à Cérilly, à Moulins. En outre, elle a participé au colloque «  Une petite ville, trois grands hommes  » en mai 1999, colloque au cours duquel sont intervenus Mme Bloomfield, responsable du département des Etudes françaises à l’Université de Perth, Mme Labarrière-Debard, docteur vétérinaire, Mme Goy, maître de conférence au Muséum d’Histoire naturelle de Paris et M. Jangoux, professeur de biologie marine à l’Université libre de Bruxelles.

17Elle est aussi à l’origine de l’inauguration, le 30 juin 2007, de la rue Nicolas Baudin à Cérilly car le destin de ces deux hommes est lié à jamais. Cet événement fut suivi de la conférence d’Edward Duyker, biographe australien de F. Péron.

18Régulièrement, des personnes qui s’intéressent de près ou de loin soit à l’expédition Baudin soit au patronyme de Péron, sont reçues par l’association comme ce fut le cas avec M. Mather, forestier écossais mais habitant en Australie près du Parc national Péron, M. Smith, chargé de la protection des forêts en Tasmanie, M. Duyker, et M. Cadart, maire d’une communauté de communes de Tasmanie.

19Nous avons évidemment commémoré le bicentenaire de la mort de Péron en organisant conférences et expositions et surtout, en rééditant le Voyage de découvertes aux Terres australes, ouvrage que l’on peut se procurer sur le site du CTHS (Comité des Travaux historiques et scientifiques).

20En 2016, un chêne remarquable de la forêt de Tronçais a été baptisé du nom de François Péron  ; évènement rare, l’ONF ayant décidé de ne plus attribuer de noms de personnes depuis 1969.

21Tous les ans, nous faisons une animation au collège afin que les élèves sachent pourquoi leur établissement porte le nom de Péron. Cette année, ils ont réalisé des carnets de voyage suite à cette intervention et ont été récompensés par notre association.

22Deux bulletins par an sont édités et distribués aux membres de l’association. Des articles de fond, des évènements relatant l’activité de l’association alimentent ces publications. Ces bulletins sont déposés à la BNF. Ils ont aussi été offerts, par M. Marbach puis par l’Association elle-même, à la bibliothèque de l’Ecole polytechnique où ils sont consultables au Centre de Ressources Historiques.

Haut de page

Bibliographie

Principales œuvres de François Péron

Voyage de découverte aux Terres australes, exécuté par ordre de sa Majesté, l’Empereur et Roi, sur les corvettes Le Géographe et Le Naturaliste et la goélette Casuarina, pendant les années 1800, 1801, 1802, 1803 et 1804. Paris, Imprimerie Impériale, 3 vol. et atlas, Paris, 1807-1817  ; Historique, vol. I, 1807. Historique, vol. II. Rédigé en partie par feu F. Péron et continué par Louis Freycinet, Paris, Imprimerie Royale, 1816  ; vol. III, Navigation et géographie [par L. de Freycinet], 1815  ; Atlas historique [par C. A. Leseur & N. Petit], 1817.

François Péron (de l’Allier, étudiant en médecine), Observation sur l’anthropologie ou l’histoire naturelle de l’homme, la nécessité de s’occuper de l’avancement de cette science et de l’importance de l’admission sur la flotte du capitaine Baudin d’un ou de plusieurs naturalistes, spécialement chargés des recherches sur ce sujet, Imp. Stoupe, Paris, an VIII.

François Péron, (1816). Tableau général des colonies anglaises aux Terres australes en 1802, Paris.

François Péron et Charles Lesueur, (1810). Tableau des caractères génériques et spécifiques de toutes les espèces de méduses connues jusqu’à ce jour, Annales du Muséum, t. XIV, p. 325-366.

—, (1883). Observations sur le tablier des femmes hottentotes, bulletin de la Société zoologique de France, Paris.

François Péron, (1804). Précis d’un mémoire lu à l’Institut sur les températures des mers, soit à la surface, soit à diverses profondeurs, Annales du Muséum.

François Péron, Mémoire sur la dysenterie des pays chauds et l’usage du bétel. Voyage de découverte, t. II, livre V, ch. XXXV, p. 314-322.

François Péron, Charles Lesueur, Notice sur l’habitation des animaux marins et sur l’habitation des phoques, Voyage de découverte, t. II, livre V, ch. XXXVII, p. 347-357.

François Péron, Leschenault, Notice sur la végétation de la Nouvelle Hollande et de la Terre de Diémen, t. II, livre V, ch. XXXVIII, p. 358-372.

François Péron, Charles Lesueur, Mémoire sur l’art de conserver les animaux dans les collections zoologiques, Voyage de découverte, t. II, livre V, ch. XXXIX, p. 373-392.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Frontispice la deuxième partie de l’historique par Freycinet. Portrait de François Péron d’après le dessin de Lesueur.
Crédits © Collections École polytechnique-Palaiseau-D. Gallot.
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3133/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 869k
Titre Monument François Péron à Cérilly.
Crédits © Association François Péron-A. Pétiniot.
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3133/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Buste de François Péron à Cérilly.
Crédits © Association François Péron-A. Pétiniot.
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3133/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 531k
Titre Place François Péron à Cérilly.
Crédits © Association François Péron-A. Pétiniot.
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3133/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 891k
Crédits © Association François Péron-A. Pétiniot.
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3133/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3133/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3133/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Petiniot, « François Péron. L’émergence d’un savant au début du XIXe siècle »Bulletin de la Sabix, 69 | -1, 47-53.

Référence électronique

Alain Petiniot, « François Péron. L’émergence d’un savant au début du XIXe siècle »Bulletin de la Sabix [En ligne], 69 | 2022, mis en ligne le 28 septembre 2022, consulté le 07 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/sabix/3133

Haut de page

Auteur

Alain Petiniot

Alain Pétiniot, nommé à Cérilly, en 1981, comme professeur de collège, s’est intéressé au nom que portait l’établissement  : collège François Péron. En juin 1996, au cours d’une discussion avec des amis, il a décidé de créer une association, dont il est le président depuis cette même date, pour faire connaître la vie et l’œuvre de ce personnage hors du commun, Péron étant plus connu en Australie que dans l’Allier.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo SABIX
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search