Navigation – Plan du site

AccueilNuméros69I. L'expéditionL’exemplaire du « Voyage de décou...

I. L'expédition

L’exemplaire du « Voyage de découvertes aux terres australes » conservé à l’École polytechnique

Marie-Christine Thooris
p. 25-46

Texte intégral

Tous mes remerciements vont à Dany Bréelle qui a accepté de relire, corriger et préciser mon texte par de nombreux commentaires.

© Collections École polytechnique-D. Gallot, photogr.

Les voyages de découvertes

  • 1 Soulignons que, toutefois, contrairement aux voyages anglais de l’époque, le voyage de Baudin n’a p (...)

1L’expression «  voyages de découvertes  » désigne les expéditions maritimes européennes qui au tournant du xve et du xvie siècle partent vers des terres lointaines inconnues. A partir du xviiie siècle, ces voyages permettent d’une part d’éprouver de nouveaux instruments de mesures (sextant, cercle répétiteur, montres marines…) et d’autre part, en collectant des spécimens d’histoire naturelle et en rencontrant d’autres peuples, d’inventorier de plus en plus systématiquement la faune, la flore et les peuples des différentes régions du monde. Ils participent au progrès des sciences et des techniques, et élargissent le champ des connaissances européennes. Les nouveaux savoirs géographiques, scientifiques et anthropologiques qu’ils génèrent, facilitent l’ouverture de nouvelles routes maritimes et, dans certains cas, l’établissement de colonies, où les français et les anglais sont souvent en concurrence1.

  • 2 Flinders avait proposé à Baudin la carte qu’il avait produite après sa circumnavigation de la Tasma (...)

2Ces expéditions sont traditionnellement soutenues par le pouvoir politique en place. L’expédition Baudin, du nom de son commandant, quitte Le Havre en 1800. Elle est commanditée par Bonaparte, Premier Consul. Il s’agit de reconnaître les côtes australes et la côte sud de l’Australie. Notons qu’on ignore alors que l’amirauté anglaise avait envoyé Matthew Flinders accomplir une mission similaire. Ces deux expéditions se rejoindront près de Sydney, les 8-9 avril 1802, dans une baie située en Australie du Sud, baptisée «  Baie de la rencontre/Encounter Bay  »2.

Planche 37 de l’atlas publié par François Péron : [Tome 1. Pl. XXXVII : Australie dite Nouvelle-Hollande.] Nouvelle-Hollande : Nouvelles Galles du Sud. Vue d’une partie de la ville de Sydney capitale des Colonies anglaises aux terres Australes,et de l’entrée du Port Jackson.

Planche 37 de l’atlas publié par François Péron : [Tome 1. Pl. XXXVII : Australie dite Nouvelle-Hollande.] Nouvelle-Hollande : Nouvelles Galles du Sud. Vue d’une partie de la ville de Sydney capitale des Colonies anglaises aux terres Australes,et de l’entrée du Port Jackson.

© Collections École polytechnique-D. Gallot, photogr.

Un récit d’expédition scientifique

3Le voyage aux terres australes (Australie) aux commandes de Nicolas Baudin (1800-1804) est un voyage scientifique où la vingtaine de savants à bord fait des relevés et des collectes systématiques. Plus de 2 500 espèces animales et végétales inconnues des européens (un record à l’époque) sont recueillis sur les vaisseaux de l’expédition où leur conservation est organisée. Les naturalistes, minéralogistes, artistes et officiers du voyage consignent les informations et résultats de leurs travaux dans des rapports, cartes, mémoires, dessins, schémas, carnets, journaux (journal de mer, hydrographique, nautique ou historique) qui ultérieurement servent de sources primaires à la rédaction du récit du voyage (en l’occurrence, Voyage de découvertes aux terres australes) et alimentent la rédaction d’ouvrages rédigés par les élites scientifiques parisiennes du Museum National d’Histoire Naturelle et de l’Institut. Dans ces derniers ouvrages, les collections rapportées et les modes de vie des habitants des terres australes sont détaillés, commentés, évalués, nommés scientifiquement et classifiés.

4L’expédition des deux navires, le Géographe et le Naturaliste, a été soigneusement préparée en y associant des savants de toutes disciplines.

  • 3 À la fin de la préface du tome II, figure une liste très détaillée avec les noms des officiers, asp (...)

5Le capitaine Nicolas Baudin avait quitté Le Havre avec à son bord de nombreux scientifiques parmi lesquels le naturaliste François Péron (1775-1810), le géologue et géographe, Louis Freycinet (1779-1842), mais aussi le naturaliste autodidacte, passionné de dessin, Charles-Alexandre Lesueur (1778-18463).

Planche 13 de Navigation et géographie-Atlas.

Planche 13 de Navigation et géographie-Atlas.

© Collections École polytechnique-D. Gallot, photogr.

6Cette planche témoigne de la précision des relevés cartographiques sur la côte nord.

7Dans un tout autre domaine, les planches de zoologie 27, 28, 34 et 36 présentent les animaux emblématiques de l’Australie : le kangourou, le wombat, l’ornithorynque ou le casoar…

[Tome 1. Pl. XXVII : Australie. Faune de la Nouvelle-Hollande.] Nouvelle-Hollande : Ile Bernier. Kangurooà bandes (Kangurus Fasciatus N.)

[Tome 1. Pl. XXVII : Australie. Faune de la Nouvelle-Hollande.] Nouvelle-Hollande : Ile Bernier. Kangurooà bandes (Kangurus Fasciatus N.)

© Collections École polytechnique-D. Gallot, photogr.

[Tome 1. Pl. XXVIII : Australie. Faune de la Nouvelle-Hollande.] Nouvelle-Hollande : Ile King. Le Wombat (Phascolomis Wombat N.)

[Tome 1. Pl. XXVIII : Australie. Faune de la Nouvelle-Hollande.] Nouvelle-Hollande : Ile King. Le Wombat (Phascolomis Wombat N.)

© Collections École polytechnique-D. Gallot, photogr.

[Tome 1. Pl. XXXIV : Australie. Faune de la Nouvelle-Hollande.] Nouvelle-Hollande : Nouvelles Galles du Sud.

[Tome 1. Pl. XXXIV : Australie. Faune de la Nouvelle-Hollande.] Nouvelle-Hollande : Nouvelles Galles du Sud.

1. Ornithorinque brun (…)
2. Ornithorinque roux (…)
3. Tête de l’Ornithorinque brun mâle sortant des roseaux.
4. Dessous de la queue de l’ornithorinque roux femelle…

© Collections École polytechnique-D. Gallot, photogr.

[Tome 1. Pl. XXXVI : Australie. Faune de la Nouvelle-Hollande.] Nouvelle-Hollande : Ile Decrès. Casoar de la Nouvelle-Hollande. (Casuarius novae Holaandiae Lath.)

[Tome 1. Pl. XXXVI : Australie. Faune de la Nouvelle-Hollande.] Nouvelle-Hollande : Ile Decrès. Casoar de la Nouvelle-Hollande. (Casuarius novae Holaandiae Lath.)

1. Casoar mâle.
2. Casoar femelle.
3. Jeune Casoar de 5 semaines environ…

© Collections École polytechnique-D. Gallot, photogr.

  • 4 D. Bréelle précise que le mot «  aborigène  » n’était pas utilisé. Péron parle «  des populations s (...)

8L’atlas publié par François Péron témoigne de la découverte des populations dites sauvages des terres australes4.

[Tome 1. Pl. XVIII : Australie. Habitant de la Nouvelle-Hollande.] Nouvelle-Hollande. Cour-Rou-Bari-Gal.

[Tome 1. Pl. XVIII : Australie. Habitant de la Nouvelle-Hollande.] Nouvelle-Hollande. Cour-Rou-Bari-Gal.

© Collections École polytechnique-D. Gallot, photogr.

[Tome 1. Pl.XIX : Australie. Habitant de la Nouvelle-Hollande.] Nouvelle-Hollande. Y-Erran-Gou-La-Ga.

[Tome 1. Pl.XIX : Australie. Habitant de la Nouvelle-Hollande.] Nouvelle-Hollande. Y-Erran-Gou-La-Ga.

© Collections École polytechnique-D. Gallot, photogr.

  • 5 «  En fait il n’y avait pas un peuple mais près de 300 communautés aborigènes différentes les unes (...)

9La publication de l’historique du voyage est devenue un véritable compte-rendu scientifique. Le récit de l’expédition, au retour, constitue une exploitation rationnelle des données collectées. Ce sera plus tard une source d’enseignement pour le lecteur curieux de découvrir un continent qui le fait rêver ou pour l’étudiant qui projette des recherches associées à de telles expéditions. Ce sera jusqu’à nos jours un matériau précieux pour l’historien dont il constitue les seules informations sur les populations et les sociétés «  sauvages  »5 ou sur des espèces animales ou végétales disparues.

La bibliothèque de l’École polytechnique

10Dès sa création en 1794, la bibliothèque est encyclopédique avec une très forte dominante en sciences. Lorsque l’École polytechnique est fondée, avec sa bibliothèque en 1794, ce sont des scientifiques : un physicien, Pierre Jacotot (1755-1821), secondé par un mathématicien François Peyrard (1760-1822), qui en sont les premiers bibliothécaires. Le 19 frimaire An III (9 décembre 1794) un premier fonds est constitué, comprenant environ 500 volumes provenant de l’École royale du génie de Mézières. S’y ajoutent près de 10 000 volumes (souvent rares et précieux par leur contenu comme par leur reliure) choisis dans les dépôts littéraires de Paris par Jacotot jusqu’en 1795, puis Peyrard jusqu’en 1802. Dès 1795 une centaine de volumes de mathématiques et d’art militaire proviennent des couvents de la Belgique récemment conquise. Gaspard Monge, fondateur emblématique de Polytechnique, envoyé pour une deuxième mission en Italie, fin 1797- début 1798, fait bénéficier son école d’une centaine d’ouvrages d’architecture confisqués, comme sanction, aux bibliothèques particulières du Pape Pie VI et du Cardinal Albani, jugés responsables du meurtre du général Duphot, attaché militaire français à Rome. Les collections s’enrichissent par des acquisitions mais aussi par des dons, comme celui du Duc d’Angoulême, ami d’Ambroise Fourcy, conservateur de la Bibliothèque jusqu’en 1842.

11Les ouvrages sont classés dans le cadre d’un système alphanumérique, sans doute mis en place avant la publication du catalogue imprimé de la bibliothèque, en 1881, où la cote «  N  » répertorie la géographie et la cote «  O  » les voyages. Plus précisément la subdivision «  O III  », cote de Voyage de découvertes aux terres australes  », répertorie les ouvrages de voyage «  dans les autres parties du monde  », dans une perspective européocentriste.

12On retrouve la trace, sur nombre d’ouvrages de la bibliothèque, d’un classement antérieur. Il s’agit sans doute du classement en vigueur à la Bibliothèque nationale de France, dès la fin du xviie siècle. Les ouvrages étaient classés à l’intérieur de 23 divisions systématiques (de la lettre A – Écriture sainte – à la lettre Z – Polygraphie et mélanges). C’est un cadre de classement conçu par Nicolas Clément, garde de la Bibliothèque du roi, à la fin du xviie siècle. Les lettres «  G, H, J… P  » répertoriaient les ouvrages d’histoire et géographie. Des cotes commençant par «  J  » figurent sur les ouvrages de voyages de la bibliothèque ancienne de Polytechnique. On retrouve ces cotes commençant par «  J  », associées aux cotes commençant par «  O  » (du classement actuel), sur les différents volumes de Voyages de découvertes aux terres australes.

Vitrine de la réserve de livres anciens du Centre de ressources historiques – bibliothèque de l’École polytechnique, où sont conservées majoritairement les relations de voyages de découverte.

Vitrine de la réserve de livres anciens du Centre de ressources historiques – bibliothèque de l’École polytechnique, où sont conservées majoritairement les relations de voyages de découverte.

© Collections École polytechnique-D. Gallot, photogr.

13Sur les 16 000 références comptabilisées aujourd’hui (ouvrages, tous formats confondus, édités jusqu’en 1850), 377 concernent la géographie et 320 les voyages. Géographie et voyages représentent donc un peu plus de 4  % du fonds total, ce qui est peu. Mais soulignons la qualité de ce fonds, dans la mesure où les récits des expéditions françaises les plus importantes (voire aussi étrangères) sont présents, tels que le premier voyage autour du monde entrepris par des Français sur la Boudeuse et l’Etoile par Louis-Antoine de Bougainville (1766-1769) (cote O1 15) ; le Journal de navigation autour du globe de la frégate la Thétis et de la corvette l’Espérance pendant les années 1824, 1825 et 1826, publié par ordre du roi… par Hyacinthe de Bougainville (X 1799), fils du célèbre explorateur cité précédemment, en 1837 (cote O1 29) ; le voyage de circumnavigation, confié à La Pérouse par Louis XVI (1785-1788) sur la Boussole et l’Astrolabe (cote O1 22) ; ou encore le voyage de circumnavigation de Freycinet (1817-1820) sur l’Uranie et la Physicienne (cote O1 27). Freycinet retourne alors à Timor, quinze ans après son voyage avec Baudin et Péron.

14Louis Isidore Duperrey retourne aussi à Timor en 1823 : Voyage autour du monde exécuté par ordre du roi sur la corvette de S.M. «  la Coquille  », pendant les années 1822, 1823, 1824 et 1825/Duperrey, Louis-Isidore (1786-1865) (Edition 1826) (cote O1 28).

15Puis c’est le tour de Dumont d’Urville dont les vaisseaux l’Astrolabe et la Zélée font escale à Kupang pour quelques jours de repos accordés à leurs équipages : Voyage autour du monde de «  l’Astrolabe  » et de «  la Zélée  », sous les ordres du contre-amiral Dumont d’Urville pendant les années 1837, 38, 39 et 40/Le Guillou, Élie (1806-18..) (Edition 1844) (cote O1 98)

16Sans oublier la Description de l’Égypte, Paris ; Imprimerie impériale [puis royale], 1809-1822, l’ouvrage monumental issu de la campagne d’Égypte à laquelle Bonaparte associe une pléiade de savants dont une cinquantaine de polytechniciens et personnels de l’École polytechnique (cote N5 15).

Les neuf volumes de texte de la Description de l’Égypte.

Les neuf volumes de texte de la Description de l’Égypte.

(Vitrine de conservation du Centre de ressources historiques – réserve de la bibliothèque de l’École polytechnique).

© Collections École polytechnique-D. Gallot, photogr.

17Soulignons ici l’intérêt des polytechniciens dès 1797 pour une expédition dont ils ne connaissent pas, lors de leur embarquement, la destination et où leur rôle s’avérera primordial dans le succès des relevés scientifiques comme dans leur publication majeure au xixe siècle.

18L’École a pu recevoir le récit du voyage de l’expédition Baudin au fur et à mesure de sa publication, ce dont témoigneraient les reliures disparates des six volumes (papier à la colle rose ou vert ou papier marbré noir plus récent).

19C’est dans l’édition du Catalogue des livres composant la bibliothèque de l’École royale Polytechnique, Paris : Bachelier, 1840 (cote Y1 38) (cité plus haut), qu’apparait la notice de l’ouvrage en tête des quatre dernières mentions d’ouvrages de voyages donc, (on peut le supposer), des quatre dernières acquisitions jusqu’en 1840 d’ouvrages de la section «  voyage  ». Le cachet «  École royale polytechnique  » qui figure sur chaque volume témoigne de l’inventaire de ces ouvrages sous la Restauration après l’abdication de Napoléon Bonaparte (vol. 1, 2, premier atlas et vol. Navigation et géographie).

Le premier catalogue imprimé de la bibliothèque de l’École polytechnique : 1840 (cote Y1 38).

Le premier catalogue imprimé de la bibliothèque de l’École polytechnique : 1840 (cote Y1 38).

© Collections École polytechnique-D. Gallot, photogr.

  • 6 Suite à ses travaux sur les récits de voyage dans les collections de Polytechnique et à ses recherc (...)

20Finalement, il apparait que le processus de remise de notre ouvrage à la bibliothèque est le même que pour les premiers volumes de la Description de l’Egypte au moment des Cent-jours. C’est le ministre de la Marine qui en fait don à l’École polytechnique. Il est possible que le ministère de la Marine l’ait acheté à l’éditeur mais il est difficile de le savoir6.

L’élaboration du compte-rendu de l’expédition

  • 7 Il s’agit de l’édition originale du grand voyage scientifique en Australie, sous le commandement de (...)

Voyage de découvertes aux terres australes, exécuté sur les corvettes le Géographe, le Naturaliste et la goëlette le Casuarina, pendant les années 1800, 1801, 1802, 1803 et 1804… Historique (2 vol. , 2 atlas) rédigé par M. F. Péron… [et continué par M. Louis Freycinet… – Navigation et géographie… (1 vol. , 1 atlas) rédigé par M. Louis Freycinet…] Paris : Imprimerie impériale, 1807-18167. BCX O3 88.

Voyage de découvertes aux terres australes, exécuté sur les corvettes le Géographe, le Naturaliste et la goëlette le Casuarina, pendant les années 1800, 1801, 1802, 1803 et 1804… Historique (2 vol. , 2 atlas) rédigé par M. F. Péron… [et continué par M. Louis Freycinet… – Navigation et géographie… (1 vol. , 1 atlas) rédigé par M. Louis Freycinet…] Paris : Imprimerie impériale, 1807-18167. BCX O3 88.

© Collections École polytechnique-D. Gallot, photogr.

  • 8 L’atlas se présente en deux volumes  : Le premier illustré par Lesueur et Petit se compose d’un tit (...)
  • 9 D. Bréelle précise que Péron avait fait des études de médecine, mais ne se revendiquait pas médecin (...)

21Par décret du 4 août 1806, signé par l’empereur, il est décidé que le rapport du voyage sera publié aux frais du gouvernement. La première édition du Voyage de découvertes aux terres australes en deux volumes de texte et deux volumes d’atlas8 plus un volume de texte avec son atlas, est publié de 1807 à 1816 par l’imprimerie impériale puis royale. Elaboré à partir des divers journaux et travaux des participants de l’expédition, il est cosigné par les auteurs principaux : François Péron9 se charge de la partie historique, description et coutumes des indigènes, science physique et météorologie ; puis Louis Claude de Saulces de Freycinet prend la suite pour la navigation et la géographie. Ce Freycinet, qui participe avec son frère, Henri, à l’expédition, est l’oncle de l’ingénieur des mines et homme politique Charles de Freycinet (X 1846).

22Six Polytechniciens : Joseph Bailly, minéralogiste (X 1796), Hyacinthe de Bougainville, aspirant (fils du navigateur Louis-Antoine) (X 1799), Charles-Pierre Boullanger, ingénieur géographe (X 1795), Pierre Faure, ingénieur géographe (X 1795) (ces deux derniers contribueront largement à l’élaboration de la cartographie de l’Australie), Charles Moreau (X 1794), aspirant et Jean-Marie Maurouard, aide-timonier (X 1795) ont participé à l’expédition. Ils sont dans la lignée des Polytechniciens partis pour l’expédition d’Égypte dix ans auparavant.

23La côte australienne a été examinée et des relevés ont été exécutés sur l’histoire naturelle, l’hydrographie et les habitants depuis Timor (où Baudin se rend deux fois en novembre 1801 et en juin 1803), la Terre de Van Diemen (la Tasmanie actuelle) et les côtes nord et ouest de la Nouvelle Hollande (l’Australie). C’est de toutes ces informations, de tous ces relevés que rend compte l’ouvrage : Voyage de découvertes aux terres australes, pour construire une vue raisonnée du monde austral.

[Tome 1. Pl. XIV : Australie. Paysage et embarcation de la Nouvelle-Hollande.] Terre de Diémen. Navigation. Vue de la côte orientale de l’Ile Schouten. N.B. Le bout de terrain sur lequel repose la grande pirogue n’existe pas dans la nature ; la mer sur ce point est probablement libre.

[Tome 1. Pl. XIV : Australie. Paysage et embarcation de la Nouvelle-Hollande.] Terre de Diémen. Navigation. Vue de la côte orientale de l’Ile Schouten. N.B. Le bout de terrain sur lequel repose la grande pirogue n’existe pas dans la nature ; la mer sur ce point est probablement libre.

© Collections École polytechnique-D. Gallot, photogr.

[Tome 1. Pl. XXXV : Australie. Faune de la Nouvelle-Hollande. Chauve-souris.] Timor. Rhinolophe Cruménifère (Rhinolophus Crumeniferus N.).Planches 14 et 35 de l’atlas publié par François Péron.

[Tome 1. Pl. XXXV : Australie. Faune de la Nouvelle-Hollande. Chauve-souris.] Timor. Rhinolophe Cruménifère (Rhinolophus Crumeniferus N.).Planches 14 et 35 de l’atlas publié par François Péron.

© Collections École polytechnique-D. Gallot, photogr.

  • 10 Le premier voyage de Cook, avec à son bord le botaniste Joseph Banks et Solander, avait déjà invent (...)

24Cette première exploration géographique détaillée des côtes de l’ouest australien fournit à la France une importante collection de spécimens botaniques et zoologiques encore inconnus10 et de nombreuses informations géographiques. Elle aborde pour la première fois l’analyse de la morphologie et des us et coutumes des habitants de ces régions.

  • 11 Ce voyage permit de tracer les côtes nord-ouest et sud-ouest de la Nouvelle-Hollande, ainsi que cel (...)

25Le Naturaliste dès 1803 rapporte en France les collections d’histoire naturelle, ainsi que la cartographie des côtes de l’Australie et de Timor, les mémoires et les observations déjà rédigés11. Plus de vingt savants et artistes de talent (botanistes, zoologistes, astronomes, hydrographes), ont collecté des échantillons ou les ont dessinés (tout particulièrement dans l’atlas publié en 1811 par Péron : illustrations de Charles-Alexandre Lesueur et Nicolas-Martin Petit).

  • 12 Nicolas Baudin décède de la tuberculose en 1803 à l’Île Maurice
  • 13 D. Bréelle nuance cette appréciation  : «  Baudin n’a pas su gagner la confiance de nombreux offici (...)

26Baudin12 meurt à l’Ile de France en 1803. C’est pourquoi ce sont Péron et Freycinet qui rédigent le compte-rendu du voyage, qu’il avait toutefois commencé à préparer. Notons que Baudin n’est pas cité parmi les auteurs des six volumes édités. Oubli ou volonté de Péron et Freycinet d’occulter son nom qui n’apparaît sur aucune des pages de titre ? On sait que le caractère difficile de Baudin, son manque d’empathie avec ses équipages est à l’origine de la défection de nombre de participants lors des escales. Par ailleurs Baudin est soupçonné de quelques petits trafics à des fins d’enrichissement personnel13.

  • 14 Mon voyage aux terres australes. Journal personnel du commandant Baudin par Jacqueline Bonnemains, (...)

27Ce n’est qu’en 2000 que Jacqueline Bonnemains publiera le journal de bord de Baudin14, lui reconnaissant ainsi son statut de coauteur pour la relation de cette expédition.

28Les reliures anciennes des volumes conservés à l’École polytechnique lui reconnaissaient déjà ce statut avec au dos des ouvrages sur les étiquettes de titre imprimées, la mention manuscrite «  Par M. Baudin  », au détriment de Péron et Freycinet. Même chose dans le catalogue imprimé de 1840. La notice numérotée 193 ne mentionne que Baudin en tant qu’auteur et Péron et Freycinet n’y figurent pas. Mais dans l’édition de 1881 du Catalogue de la Bibliothèque de l’École polytechnique, paru chez Gauthier-Villars, Baudin a disparu au profit de Péron et Freycinet en mention d’auteurs.

  • 15 Beau portrait de François Péron gravé par Lambert d’après Lesueur.

Frontispice la deuxième partie de l’historique par Freycinet – Portrait de François Péron d’après le dessin de Lesueur15.

Frontispice la deuxième partie de l’historique par Freycinet – Portrait de François Péron d’après le dessin de Lesueur15.

© Collections École polytechnique-D. Gallot, photogr.

29François Péron (1775-1810), zoologiste et naturaliste de l’expédition, mais aussi médecin et ethnographe (voire même anthropologue avant l’heure), avait commencé, avant son décès prématuré de la tuberculose, la rédaction de l’ouvrage.

  • 16 A son retour Freycinet reçoit le commandement du Voltigeur à Anvers. Pour des raisons de santé, il (...)

30Freycinet achève la partie historique de l’ouvrage, tome 2 publiée en 181616.

  • 17 Atlas composé de 40 planches, suivi d’un atlas de 14 cartes et plans.

31L’Atlas historique publié par Péron contient de superbes planches en couleurs17, représentant, entre autres, des spécimens d’histoire naturelle ou des descriptions des autochtones de type aborigène.

Planches d’ethnographie de l’atlas publié par François Péron. [Tome 1. Pl. IX : Australie. Habitant de la Nouvelle-Hollande.] Terre de Diémen. Ourlaga.

Planches d’ethnographie de l’atlas publié par François Péron. [Tome 1. Pl. IX : Australie. Habitant de la Nouvelle-Hollande.] Terre de Diémen. Ourlaga.

© Collections École polytechnique-D. Gallot, photogr.

Planches d’ethnographie de l’atlas publié par François Péron. [Tome 1. Pl. XII : Australie. Habitant de la Nouvelle-Hollande.] Terre de Diémen. Arra-Maïda.

Planches d’ethnographie de l’atlas publié par François Péron. [Tome 1. Pl. XII : Australie. Habitant de la Nouvelle-Hollande.] Terre de Diémen. Arra-Maïda.

© Collections École polytechnique-D. Gallot, photogr.

Planches d’ethnographie de l’atlas publié par François Péron. [Tome 1. Pl. XIII : Australie. Objets de Nouvelle-Hollande.] Terre de Diémen. Armes et ornements. 1. Sagaies. 2. Casse-têtes. 3. Vase à eau. 4. Sac de jonc. 5. Collier de coquillages.

Planches d’ethnographie de l’atlas publié par François Péron. [Tome 1. Pl. XIII : Australie. Objets de Nouvelle-Hollande.] Terre de Diémen. Armes et ornements. 1. Sagaies. 2. Casse-têtes. 3. Vase à eau. 4. Sac de jonc. 5. Collier de coquillages.

© Collections École polytechnique-D. Gallot, photogr.

La publication successive des six volumes

32Le premier volume du Voyage de découvertes aux terres australes rédigé par François Péron est publié par l’Imprimerie impériale en 1807 à l’invitation de la commission scientifique qui avait préparé l’expédition.

  • 18 Avec l’exposition «  Australie – Le Havre. L’intimité d’un lien (1801-2021)  », le Muséum du Havre (...)

33Le texte est particulièrement bien illustré par les dessins de l’atlas signés de Charles-Alexandre Lesueur, (1778-1846), dessinateur officiel de l’expédition à partir de l’escale de l’Ile de France, secondé par Nicolas Martin Petit (1777-1804). Les dessins originaux sont conservés au Muséum d’histoire naturelle du Havre18. Ils sont gravés par Jean Baptiste Cloquet (1760 ?-1828), Claude François Fortier (1775-1835) et Barthélemy Roger (1770-1841). La mort de Péron retarde la parution du deuxième volume jusqu’en 1816.

Cette première édition compte six volumes.

L’ouvrage a tout de suite un grand retentissement ; il est traduit en Angleterre et en Allemagne.

34Soulignons qu’en 1824 une deuxième édition, toujours en six volumes, que l’École polytechnique n’acquiert pas, présente un atlas plus complet de soixante planches.

© Collections École polytechnique-D. Gallot, photogr.

35L’exemplaire conservé à l’École polytechnique comporte les deux tomes de l’«  Historique  » (1807 et 1816) et les deux atlas (1807 ? pour les 40 illustrations de Charles-Alexandre Lesueur et Nicolas-Martin Petit et 1811 pour les 14 cartes) rédigés par François Péron puis Louis Freycinet, ainsi que le volume et son atlas de 32 cartes intitulés «  Navigation et géographie  » par Louis Freycinet. Ils ont pu faire l’objet d’achats successifs lors des différentes parutions : 1807, 1811, 1812, 1815, 1816.

Cela expliquerait leurs reliures disparates.

36Nous sommes dans la bibliothèque d’une grande école, bibliothèque constituée comme support d’enseignement et donc destinée prioritairement à la communication aux élèves. Les volumes reçus sans doute en feuilles ont été reliés rapidement pour un usage fréquent. Les volumes sont protégés par une reliure de travail, dont les plats sont habillés à l’origine de papier à la colle : rose (Tome 1 (1807) et tome 2 (1816) ; grand atlas historique (1807) et 2e partie de l’atlas historique (1811) ; de papier à la colle vert pour le volume Navigation et géographie (1815) et de papier marbré noir plus récent pour l’atlas (1812).

37On trouve les papiers à la colle dans les reliures à partir de 1760 jusqu’en 1820. Ils apparaissent dans la seconde moitié du xviiie siècle dans la réalisation des demi-reliures courantes, et remplacent les papiers marbrés plus coûteux. On les reconnaît facilement à leur couleur unique, souvent bleu, ou rose ou jaune, avec un effet de petits nuages blanchâtres. La technique est simple, on applique directement sur une feuille de papier une pâte de colle colorée à l’éponge.

38Soulignons que le mauvais état des reliures a nécessité un nettoyage voire pour certaines une restauration en 2020. Cet ouvrage a fait, en effet, partie de l’exposition : «  Trésors de la bibliothèque de l’École polytechnique  » en place au MUS’X jusque fin 2021.

39Un cachet précise le circuit de distribution : «  Se vend à Paris chez Arthus Bertrand, libraire, rue Haute-Feuille, n°  23, acquéreur du fonds de M. Buisson  » (vol. 1 et 2) et «  Se vend à Paris chez Desray, libraire, rue Haute-Feuille, n°  4 (vol. Navigation et géographie). Pas de précision sur les atlas.

Le Tome 1 est publié en 1807

40Voyage de découvertes aux terres Australes. Historique. Exécuté par ordre de Sa Majesté l’empereur et roi, sur les corvettes le Géographe, le Naturaliste, et la goëlette le Casuarina, pendant les années 1800, 1801, 1802, 1803 et 1804 ; publié par décret impérial, sous le ministère de M. de Champagny et rédigé par M. F. Péron… – A Paris : de l’imprimerie impériale, 1807 XV-496 p. H. 31,3 x l.23,2 cm (cotes anciennes J.3.3.1 et J.3.4.7).

41La reliure a été nettoyée et des étiquettes imprimées de mention de titre «  Voyage aux terres australes  » et de cote «  O III  » figurent au dos de l’ouvrage.

42Il comporte une table des matières qui détaille les étapes du voyage :

  • Livre I : De France à l’Ile de France inclusivement

  • Livre II : De l’Ile de France à Timor inclusivement

  • Livre III : De Timor au port Jackson inclusivement.

43Les auteurs ou contributeurs de chaque partie ou chapitre ne sont pas nommés.

L’Atlas historique pourrait être daté de 1807 ou 1808

Page de titre : [Tome 1. Vignette au titre : résultat des découvertes des corvettes Le Géographe et Le Naturaliste et de la goélette Le Casuarina. Découverte des terres australes.] La Nouvelle-Hollande mieux connue. Végétaux utiles naturalisés en France.

Page de titre : [Tome 1. Vignette au titre : résultat des découvertes des corvettes Le Géographe et Le Naturaliste et de la goélette Le Casuarina. Découverte des terres australes.] La Nouvelle-Hollande mieux connue. Végétaux utiles naturalisés en France.

© Collections École polytechnique-D. Gallot, photogr.

44L’Atlas historique petit atlas Voyage de découvertes aux terres australes exécuté par ordre de S.M. l’empereur et roi. Partie historique rédigée par M.F. Péron. Atlas par MM. Lesueur et Petit. XLI pl. [non daté]. H. 37,5 x l. 29 cm (cotes anciennes J.3.2.1 et J.3.4.10).

45Les dates de l’expédition : 1800-1804, figurent sur la vignette de la page de titre mais pas la date d’édition de l’atlas.

46La reliure a été restaurée : demi dos de veau fauve et papier à la colle rose pour les plats, à l’identique de l’original très endommagé.

47Manquent deux planches : n°  26 Timor (femme) et n°  39 Timor (vue panoramique), témoignage de l’intérêt d’un lecteur peu scrupuleux pour Timor, une des îles de la Sonde dans l’archipel indonésien au nord est de l’Australie. La planche 25 représentant le roi de l’Île Solor n’a pas retenu l’attention de notre voleur.

[Tome 1. Pl.XXV : habitant de Malaisie]. Timor. Nâbâ-Lébâ. Roi de l’Île Solor.

[Tome 1. Pl.XXV : habitant de Malaisie]. Timor. Nâbâ-Lébâ. Roi de l’Île Solor.

© Collections École polytechnique-D. Gallot, photogr.

48Soulignons la présence en fin de volume d’illustrations de zoologie marine «  Mollusques et Zoophytes  ».

Tome 1. Pl.XXIX : Australie. Faune marine de la Nouvelle-Holande. Mollusques et Zoophytes. 1. Physalia Megalista N. 2. Glaucus Eucharis N.
3. Rizophysa Planestoma N.
4. Physsophora Muzonema N.
5. Stephanomia Amphytridis.

Tome 1. Pl.XXIX : Australie. Faune marine de la Nouvelle-Holande. Mollusques et Zoophytes. 1. Physalia Megalista N. 2. Glaucus Eucharis N.3. Rizophysa Planestoma N.4. Physsophora Muzonema N.5. Stephanomia Amphytridis.

© Collections École polytechnique-D. Gallot, photogr.

[Tome 1. Pl.XL :] Physique. Thermobatomètre ou appareil pour mesurer la température de la mer à de grandes profondeurs. (…).

[Tome 1. Pl.XL :] Physique. Thermobatomètre ou appareil pour mesurer la température de la mer à de grandes profondeurs. (…).

© Collections École polytechnique-D. Gallot, photogr.

  • 19 Notons la présence de 2 tableaux dépliants sur la Température des eaux de la mer.

49Y figure aussi une planche plus technique telle que «  Physique. Thermobatomètre  » qui nous informe sur les objets scientifiques utilisés pour les relevés de température19. Le mémoire sur la température de l’eau de mer est signé Boullanger (X 1795).

La deuxième partie de l’atlas-Historique est publiée en 1811

50Voyage de découvertes aux terres Australes. Historique. Atlas. Deuxième partie. Rédigée par M. L. Freycinet…
[Paris : Imprime par Langlois, 1811]. 14 cartes.
H. 34 x 25,5 cm (cote ancienne J.3.2.2)

La reliure a été restaurée : demi-dos de veau fauve et papier à la colle rose sur les plats.

© Collections École polytechnique-D. Gallot, photogr.

51Il comprend 14 cartes et plans :
Nouvelle Hollande ; Terre Napoléon ; Terre de Diemen ; Îles Furneaux ; Îles Hunter, King, Maria ; Îles Joséphine et baie Murat ; Golfes Bonaparte et Joséphine ; Îles Decrès, de l’Institut ; Comté de Cumberland, Jérôme, Berthier ; Baie du Géographe, port du roi Georges ; Baie Laplace, Îles Forestier, Ports Western et Champagny ; Îles Louis-Napoléon et de la Rivière des cygnes ; Baie des Chiens marin ; Baie de Coupang.

52Soulignons que deux cartes sont en double :

  • deux exemplaires de la carte générale de l’Australie, classée chaque fois numéro 1 dans les deux atlas en question : l’un relié dans cet atlas et l’autre dans le grand atlas associé au volume Navigation et géographie ;

n°  1 Australie. Carte générale de la Nouvelle-Hollande. Dépl. 46.6 x 71,8 cm.

n°  1 Australie. Carte générale de la Nouvelle-Hollande. Dépl. 46.6 x 71,8 cm.

© Collections École polytechnique-D. Gallot, photogr.

  • Sont également en double : la carte classée n°  2 : Carte générale de la Terre Napoléon, et la même carte classée en n°  10 dans le grand atlas associé au volume Navigation et géographie.

Carte générale de la Terre Napoléon (a la Nouvelle-Hollande, détail : cartouche. Dépl. 46,5 x 72,5 cm

Carte générale de la Terre Napoléon (a la Nouvelle-Hollande, détail : cartouche. Dépl. 46,5 x 72,5 cm

© Collections École polytechnique-D. Gallot, photogr.

Le Tome 2 est publié en 1816

53Voyage de découvertes aux terres Australes, exécuté sur les corvettes le Géographe, le Naturaliste, et la goélette le Casuarina pendant les années 1800, 1801, 1802, 1803 et 1804 ; publié par ordre de Son Excellence le ministre secrétaire d’état de l’intérieur. Historique : tome second. Rédigé en partie par feu F. Péron, et continué par M. Louis Freycinet… – À Paris : De l’Imprimerie royale, 1816.
XXXI-471 p.
H. 31,4 x l.24 cm (cotes anciennes J.3.3.2 et J.3.4.8).

54Le bon état de l’ouvrage a autorisé un simple nettoyage de la reliure et des étiquettes imprimées de mention de titre «  Voyage aux terres australes  » et de cotes «  O III 88  » et «  J.3.4.8  » figurent au dos de l’ouvrage. Une vignette ronde (cote plus ancienne) se trouve au dos du plat supérieur coin gauche : «  Q.2.2.14  » et on trouve aussi la cote manuscrite «  J.3.3.2  ».

© Collections École polytechnique-D. Gallot, photogr.

  • 20 Péron donne dans la narration une analyse de la géologie des côtes et des îles à partir des travaux (...)

55Le portrait de Péron, élève zoologiste de l’expédition20, décédé en 1810 est en frontispice de ce volume rédigé par Freycinet rendant ainsi hommage au premier auteur de l’ouvrage.

  • 21 Freycinet était d’abord enseigne de vaisseau sur le Naturaliste. A port Jackson (Sydney), Baudin lu (...)
  • 22 C’est Péron qui commence le compte-rendu du voyage pour la partie historique (jusqu’à la page 230 d (...)

56Freycinet rejoint l’expédition dès son départ du Havre le 19 octobre 180021. Rentré en France à bord du Géographe en 1804, il achève la partie historique de l’ouvrage commencé par François Péron que son décès laissait inachevée22.

57L’ouvrage comprend une table des matières :

  • Livre IV Du port Jackson à la terre d’Arnheim inclusivement retour en Europe.

  • Livre V Mémoires sur divers sujets (deux de Péron sur la dysenterie et la température de la mer ; un de Péron et Lesueur sur l’habitation des animaux marins ; un de Leschenault sur la végétation de la Nouvelle-Hollande) ; un de Péron et Lesueur sur l’art de conserver les animaux dans les collections zoologiques.

Le Tome Navigation et géographie est publié en 1815

58Voyage de découvertes aux terres Australes, exécuté sur les corvettes le Géographe, le Naturaliste, et la goélette le Casuarina pendant les années 1800, 1801, 1802, 1803 et 1804 ; sous le commandement du Capitaine de vaisseau N. Baudin. Navigation et géographie. Publié par ordre de son excellence le ministre de la marine et des colonies ; et rédigé par M. louis Freycinet… (avec un atlas).
Paris : De l’imprimerie royale, 1815.
XVI-576 p.
H. 55,5 x 82 cm (cotes anciennes J.3.3.3 et J.3.4.9)

59La reliure a été nettoyée : papier à la colle vert sur les plats. Une étiquette imprimée de la mention de titre est déchirée par moitié et une mention manuscrite a été ajoutée sur le dos de l’ouvrage : «  Par M. Baudin. Navigation et géographie  » avec l’étiquette de cote «  O III 88  ».

60Péron est mort depuis cinq ans, quand Freycinet complète encore la publication d’une partie consacrée à la navigation.

61La rédaction de Louis de Freycinet s’appuie sur les journaux des deux commandants des navires, Baudin et Hamelin, mais aussi d’autres participants de l’expédition revenus vivants tels que Leschenault, botaniste, le cartographe Boullanger…

62L’ouvrage qui reprend l’itinéraire de l’expédition se fait plus précis. Il comprend une table qui détaille chaque étape :

  • Livre I : Itinéraire (De France à l’Ile de France, à Timor, au Port Jackson, à Timor et retour en France)

  • Livre II : Descriptions géographiques et nautiques (Terre de Diémen ; Détroit de Bass - Nouvelle-Hollande ; Terre Napoléon ; Terre de Nuyts : Terre de Leuwin ; Terre d’Edels ; Terre d’Endracht ; Terre de Witt ; Nouvelle Galles du sud : Comté de Cumberland ; Îles du grand archipel d’Asie (dont Timor).

  • Livre III : analyse des cartes (Observations astronomiques, levée des cartes, examen des cartes de l’atlas, tracé des cartes).

  • Livre IV : Résultats généraux (Tables des routes, des positions géographiques pendant le voyage et des marées.

63Les contextes politique, économique et intellectuel n’étaient guère favorables à la publication de ce volume en 1815 : Napoléon Ier, qui a commandité l’expédition, est vaincu militairement et la France traverse une grave crise politique, alors qu’un an auparavant, en 1814, Flinders a publié A Voyage to Terra Australis et que l’Angleterre a repris la maîtrise des mers.

Le grand Atlas est publié en 1812

64Voyage de découvertes aux terres Australes, exécuté par ordre de S. M. l’Empereur et Roi sur les corvettes le Géographe, le Naturaliste, et la goélette le Casuarina pendant les années 1800, 1801, 1802, 1803 et 1804.

65Publié par décret impérial sous le ministère de son excellence, le vice-amiral comte Decrès…Partie navigation et géographie rédigée par Louis Freycinet. Atlas – A Paris : 1812 32 cartes
H. 55,5 x 44 cm (cotes anciennes J.3.2.3 et J.3.1.7)

© Collections École polytechnique-D. Gallot, photogr.

66La page de titre situe l’Australie sur le globe dans une vignette gravée. Elle donne la date d’édition de 1812, curieusement antérieure de trois ans à l’édition du texte de Freycinet sur la Navigation et la géographie.

67L’atlas compte 32 cartes et plans dont deux cartes générales, l’une de la Nouvelle-Hollande et l’autre de la Terre Napoléon, déjà présentes dans l’atlas historique partie 2 de 1811, ainsi qu’un plan de Sydney.

68C’est cette carte générale de la Nouvelle-Hollande publiée par Freycinet en 1812, qui complète et détaille pour la première fois les côtes du continent australien. Il dessine le contour complet de la Nouvelle-Hollande.

  • 23 Cette carte est l’une des représentations les plus célèbres de l’Australie, et fait pendant a la ca (...)

69Ce sera l’une des représentations les plus célèbres de l’Australie jamais produite. Son apport cartographique est d’une valeur exceptionnelle23.

n°  1 Australie. Carte générale de la Nouvelle-Hollande. Détail.

n°  1 Australie. Carte générale de la Nouvelle-Hollande. Détail.

La reliure a été restaurée : demi-dos de veau fauve et papier à la colle rose sur les plats.

© Collections École polytechnique-D. Gallot, photogr.

Un récit d’expédition inabouti

70Le premier auteur Péron prévoyait de rédiger un ouvrage consacré à la seule zoologie, science à laquelle il a consacré plusieurs mémoires après son retour, projet interrompu par son décès.

  • 24 D. Bréelle précise que l’atlas, dont l’édition était achevée en 1812, n’a été publié qu’en décembre (...)

71Un projet empêché, une date d’édition du grand atlas de cartes en 1812, antérieure à la publication du texte en 1815, de la partie Navigation et géographie24, la répétition de deux cartes ou la réitération de l’itinéraire du voyage dans les volumes : 1 de l’Historique  » et dans «  Navigation et géographie  », donnent l’impression d’un travail préparatoire à l’édition peu homogène.

  • 25 Péron s’occupait de la partie historique, Freycinet de la partie géographique. La mort de Péron a n (...)

72Les deux auteurs principaux s’associent tout en se succédant suite au décès du premier25. La compilation des écrits et des relevés multiples d’auteurs que sont les différents participants du voyage, aux qualifications scientifiques complémentaires est un exercice délicat. Cette impression d’improvisation et une publication de six volumes sur presque dix ans, a sans doute nui à la diffusion des résultats scientifiques de l’expédition.

73Les conditions de conservation des collectes sont encore très difficiles : Le Naturaliste rentre au Havre dès 1803 rapportant une partie des informations et collections déjà conservées à son bord. C’est le Géographe qui rapatrie le reste de l’expédition en France en 1804. On peut s’interroger sur la réunion des collections et la synthèse difficile des divers écrits, journaux, témoignages, et relevés de tous ordres lorsque l’on décide de la conception et de la rédaction d’un compte-rendu exhaustif de l’expédition.

74Nous ne pouvons que saluer le courage, la persévérance, et la volonté des hommes engagés dans une telle aventure, et la richesse comme la précision des données collectées, publiées dans un ouvrage remarquablement illustré.

75La reconnaissance des côtes du sud-ouest et de l’ouest de la Nouvelle-Hollande et de la côte orientale de la Terre de Van Diemen est un objectif atteint par l’expédition Baudin. L’ouvrage témoigne de la collaboration des contributeurs comme celle de Boullanger et Faure, avec l’astronome Bernier, les frères Freycinet et d’autres officiers comme Ransonnet pour la cartographie d’ensemble de l’Australie.

  • 26 L’autre partie des oiseaux et animaux de l’expédition étant destinée au Jardin des plantes de Paris (...)

76Soulignons aussi les découvertes botaniques et zoologiques de cette expédition. Le mimosa doré et l’eucalyptus rapportés par l’expédition Baudin sont alors introduits en France et d’abord plantés à la Malmaison par l’impératrice Joséphine. C’est encore l’impératrice qui accueillera dans le parc de la Malmaison une partie des oiseaux et des animaux survivants du voyage de retour de l’expédition26. En témoigne la vignette de la page de titre de l’atlas historique publié par François Péron où l’on reconnaît devant la propriété de l’impératrice, des kangourous, des émeus, et des cygnes noirs en liberté dans le jardin.

© Collections École polytechnique-D. Gallot, photogr.

77Enfin des noms français parsèment les côtes australiennes, témoignant des relevés de cartographie exécutés lors de l’expédition. Citons, après la célébration en 2021 du bicentenaire de la mort de l’Empereur, la Terre Napoléon qui illustre de façon incontournable cette pratique. La discipline qui étudie les noms propres désignant un lieu, la toponymie trouve un terrain de choix en Australie. Au souci de la précision et du détail dans la démarche cartographique des voyages scientifiques, s’ajoute la volonté de laisser une trace de son passage. Il s’agit en quelque sorte d’une reconnaissance géographique qui consacre entre autres les géographes eux-mêmes, auteurs des relevés. Ainsi le nommage des côtes (baies, golfes, îles…) rappelle les travaux simultanés de Freycinet et du Britannique Matthew Flinders.

Carte générale de la Terre Napoléon (à la Nouvelle-Hollande). Détail.

Carte générale de la Terre Napoléon (à la Nouvelle-Hollande). Détail.

© Collections École polytechnique-D. Gallot, photogr.

78Le nommage se fait aussi en fonction d’impératifs nationalistes (Terre Napoléon, Île Joséphine), ou affectifs. Fort de son expérience avec Baudin Freycinet entreprend une nouvelle mission scientifique autour du monde de 1817 à 1820. Il nommera, à cette occasion, du nom de sa femme qui embarque clandestinement avec lui, Pointe Rose et Anse Rose deux parties de la côte qui touchent le cap Freycinet, sur la côte ouest de l’Australie. Il baptisera également Rose une île des Samoa qu’il découvre en 1819.

Haut de page

Bibliographie

Bulletins de l’Association François Péron
Cérilly, 1999-2020

Mon voyage aux terres australes. Journal personnel du commandant Baudin par Jacqueline Bonnemains, Jean-Marc Argentin, Martine Marin. Paris : Imprimerie nationale, 2000

Charles-Alexandre Lesueur peintre voyageur, un trésor oublié par Gabrielle Baglione et Cédric Crémière, De Conti ed., 2009

Voyage de découvertes aux terres australes exécuté par ordre de sa majesté l’Empereur et Roi sur les corvettes Le Géographe, le Naturaliste. Paris, Imprimerie impériale, 1807.
Réédition du fac-similé. Tomes 1 et 2. Gérard Deriot, Martine François et Jacqueline Goy, préfaciers
CTHS, 2011

Voyage de découvertes aux terres australes, exécuté sur les corvettes le Géographe (Éd.1807-1816) de François Péron. Hachette Livre BNF, 2012

Australie/Le Havre -l’intimité d’un lien (1804-2021) par Gabrielle Baglione
Éditeur MkF Editions, 2021

Site de The Baudin Legacy Project, où se trouvent les transcriptions en français des journaux de l’expédition (dans «  written records  ») https://baudin. sydney.edu.au/

Haut de page

Notes

1 Soulignons que, toutefois, contrairement aux voyages anglais de l’époque, le voyage de Baudin n’a pas été accompagné d’un processus de colonisation.

2 Flinders avait proposé à Baudin la carte qu’il avait produite après sa circumnavigation de la Tasmanie en 1798. Il lui avait aussi expliqué qu’il venait de visiter et de faire l’hydrographie de la partie Ouest des côtes méridionales de l’Australie encore inconnues des Européens. Baudin lui avait indiqué qu’il venait de faire l’hydrographie de la partie Est de ces côtes. Ils échangèrent des informations, mais seulement pour assoir leur droit de la première découverte.

3 À la fin de la préface du tome II, figure une liste très détaillée avec les noms des officiers, aspirants, savants et artistes embarqués pour l’expédition.

4 D. Bréelle précise que le mot «  aborigène  » n’était pas utilisé. Péron parle «  des populations sauvages  ».

5 «  En fait il n’y avait pas un peuple mais près de 300 communautés aborigènes différentes les unes des autres par la langue, les coutumes, l’aspect physique etc. (un peu comme l’Europe). Toutes n’ont pas été décimées, mais la colonisation anglaise a anéanti leurs sociétés  ». D. Bréelle

6 Suite à ses travaux sur les récits de voyage dans les collections de Polytechnique et à ses recherches dans les archives, Olivier Azzola a pu préciser la provenance de l’ouvrage «  Voyage de découverte…  » AEP, VII 2b1 (1815). Dons faits à la Bibliothèque, depuis le 25 octobre 1814 (15 juillet 1815)  ».

7 Il s’agit de l’édition originale du grand voyage scientifique en Australie, sous le commandement de Nicolas Baudin.

8 L’atlas se présente en deux volumes  : Le premier illustré par Lesueur et Petit se compose d’un titre gravé, de 2 feuillets de tables et de 40 planches (numérotées II-XLI) gravées par Pillement, Choubard, Roger, Fortier, etc., d’après Lesueur et Petit, dont 23 coloriées, de profils côtiers, portraits ethnologiques, costumes et outils, faune (wombats, casoars, kangourous, etc.), vues de Timor, de la Terre de Van Diemen (Tasmanie) et de Nouvelle-Hollande (Australie), dont 2 dépliantes (Sydney et Timor). Le second volume rédigé par Freycinet (Paris, 1811) contient 14 cartes et plans, dont 2 grandes cartes dépliantes de la Nouvelle-Hollande et de la Terre Napoléon, des Golfes Bonaparte et Joséphine, de la Baie des Chiens-Marins, etc.

9 D. Bréelle précise que Péron avait fait des études de médecine, mais ne se revendiquait pas médecin. Il y avait trois médecins et un pharmacien à bord. Péron fut embarqué en tant qu’élève zoologiste et devint le principal naturaliste de l’expédition, faisant aussi office d’anthropologue.

10 Le premier voyage de Cook, avec à son bord le botaniste Joseph Banks et Solander, avait déjà inventorié une partie de la faune et de la flore des côtes de New South Wales. Par contre, c’était la plus importante collection d’histoire naturelle jamais ramenée en Europe. D. Bréelle

11 Ce voyage permit de tracer les côtes nord-ouest et sud-ouest de la Nouvelle-Hollande, ainsi que celles de la Nouvelle-Galles méridionale. Cette expédition fut d’un apport considérable pour l’histoire naturelle. Plus de 100 000 espèces d’animaux furent répertoriées dont 2 500 espèces nouvelles rapportées par Péron.

12 Nicolas Baudin décède de la tuberculose en 1803 à l’Île Maurice

13 D. Bréelle nuance cette appréciation  : «  Baudin n’a pas su gagner la confiance de nombreux officiers et savants en manquant de façon déconcertante de tact à leurs égards. Mais ces mêmes savants n’avaient pas l’expérience des contraintes incontournables et des dangers de la mer, surtout en situation de découverte. Baudin est un des très rares commandants à avoir réussi a ramener son expédition avec ses deux vaisseaux en France, et à avoir accompli sa mission (découvrir les cotes inconnues de la Nouvelle-Hollande). En dénigrant leur commandant, et en ignorant ce que Flinders avait visité et cartographié avant l’expédition Baudin, les savants et officiers ont malheureusement rendu difficile la valorisation de leur voyage et de leurs travaux  ».

14 Mon voyage aux terres australes. Journal personnel du commandant Baudin par Jacqueline Bonnemains, Jean-Marc Argentin, Martine Marin. Paris  : Imprimerie nationale, 2000.

15 Beau portrait de François Péron gravé par Lambert d’après Lesueur.

16 A son retour Freycinet reçoit le commandement du Voltigeur à Anvers. Pour des raisons de santé, il doit démissionner, rentre à Paris en 1805, et est nommé au dépôt des cartes et plans. Il n’achève le tome 2 de la partie historique qu’après la mort de Péron en 1810. D. Bréelle.

17 Atlas composé de 40 planches, suivi d’un atlas de 14 cartes et plans.

18 Avec l’exposition «  Australie – Le Havre. L’intimité d’un lien (1801-2021)  », le Muséum du Havre a mis à l’honneur l’Australie à travers les arts et les sciences. 220 dessins de Charles-Alexandre Lesueur et Nicolas-Martin Petit de l’expédition commanditée par Bonaparte vers l’Australie (1800-1804), ont été présentés aux côtés de créations contemporaines australiennes de juin à novembre 2021.

19 Notons la présence de 2 tableaux dépliants sur la Température des eaux de la mer.

20 Péron donne dans la narration une analyse de la géologie des côtes et des îles à partir des travaux et descriptions de ses collègues minéralogistes et géologues Depuch et Bailly. D. Bréelle.

21 Freycinet était d’abord enseigne de vaisseau sur le Naturaliste. A port Jackson (Sydney), Baudin lui donne les commandes du Casuarina (novembre 1802), qui accompagne le Géographe. Après le désarmement du Casuarina à l’Île de France, il retourne en France sur le Géographe (fin 1803-1804). D. Bréelle.

22 C’est Péron qui commence le compte-rendu du voyage pour la partie historique (jusqu’à la page 230 du tome II), et Freycinet qui se charge de le terminer. François Péron meurt de la tuberculose dans sa ville natale de Cérilly en 1810.

23 Cette carte est l’une des représentations les plus célèbres de l’Australie, et fait pendant a la carte de Flinders «  general Chart of Terra Australis  » (1804, reprise dans son atlas publie en 1814) D. Bréelle

24 D. Bréelle précise que l’atlas, dont l’édition était achevée en 1812, n’a été publié qu’en décembre 1814-début 1815 (querelles de financement entre les ministères de l’Intérieur et de la Marine, dans un contexte difficile où Flinders défendait son droit de la première découverte, ignoré dans l’atlas français…).

25 Péron s’occupait de la partie historique, Freycinet de la partie géographique. La mort de Péron a nécessité que Freycinet achève ce que Péron n’avait pas eu le temps de finir. D. Bréelle.

26 L’autre partie des oiseaux et animaux de l’expédition étant destinée au Jardin des plantes de Paris. D. Bréelle.

Haut de page

Table des illustrations

Crédits © Collections École polytechnique-D. Gallot, photogr.
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3140/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Planche 37 de l’atlas publié par François Péron : [Tome 1. Pl. XXXVII : Australie dite Nouvelle-Hollande.] Nouvelle-Hollande : Nouvelles Galles du Sud. Vue d’une partie de la ville de Sydney capitale des Colonies anglaises aux terres Australes,et de l’entrée du Port Jackson.
Crédits © Collections École polytechnique-D. Gallot, photogr.
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3140/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Planche 13 de Navigation et géographie-Atlas.
Crédits © Collections École polytechnique-D. Gallot, photogr.
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3140/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 431k
Titre [Tome 1. Pl. XXVII : Australie. Faune de la Nouvelle-Hollande.] Nouvelle-Hollande : Ile Bernier. Kangurooà bandes (Kangurus Fasciatus N.)
Crédits © Collections École polytechnique-D. Gallot, photogr.
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3140/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 455k
Titre [Tome 1. Pl. XXVIII : Australie. Faune de la Nouvelle-Hollande.] Nouvelle-Hollande : Ile King. Le Wombat (Phascolomis Wombat N.)
Crédits © Collections École polytechnique-D. Gallot, photogr.
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3140/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Titre [Tome 1. Pl. XXXIV : Australie. Faune de la Nouvelle-Hollande.] Nouvelle-Hollande : Nouvelles Galles du Sud.
Légende 1. Ornithorinque brun (…)2. Ornithorinque roux (…)3. Tête de l’Ornithorinque brun mâle sortant des roseaux. 4. Dessous de la queue de l’ornithorinque roux femelle…
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3140/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 430k
Titre [Tome 1. Pl. XXXVI : Australie. Faune de la Nouvelle-Hollande.] Nouvelle-Hollande : Ile Decrès. Casoar de la Nouvelle-Hollande. (Casuarius novae Holaandiae Lath.)
Légende 1. Casoar mâle.2. Casoar femelle.3. Jeune Casoar de 5 semaines environ…
Crédits © Collections École polytechnique-D. Gallot, photogr.
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3140/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre [Tome 1. Pl. XVIII : Australie. Habitant de la Nouvelle-Hollande.] Nouvelle-Hollande. Cour-Rou-Bari-Gal.
Crédits © Collections École polytechnique-D. Gallot, photogr.
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3140/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre [Tome 1. Pl.XIX : Australie. Habitant de la Nouvelle-Hollande.] Nouvelle-Hollande. Y-Erran-Gou-La-Ga.
Crédits © Collections École polytechnique-D. Gallot, photogr.
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3140/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Titre Vitrine de la réserve de livres anciens du Centre de ressources historiques – bibliothèque de l’École polytechnique, où sont conservées majoritairement les relations de voyages de découverte.
Crédits © Collections École polytechnique-D. Gallot, photogr.
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3140/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Titre Les neuf volumes de texte de la Description de l’Égypte.
Légende (Vitrine de conservation du Centre de ressources historiques – réserve de la bibliothèque de l’École polytechnique).
Crédits © Collections École polytechnique-D. Gallot, photogr.
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3140/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 583k
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3140/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Le premier catalogue imprimé de la bibliothèque de l’École polytechnique : 1840 (cote Y1 38).
Crédits © Collections École polytechnique-D. Gallot, photogr.
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3140/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
Titre Voyage de découvertes aux terres australes, exécuté sur les corvettes le Géographe, le Naturaliste et la goëlette le Casuarina, pendant les années 1800, 1801, 1802, 1803 et 1804… Historique (2 vol. , 2 atlas) rédigé par M. F. Péron… [et continué par M. Louis Freycinet… – Navigation et géographie… (1 vol. , 1 atlas) rédigé par M. Louis Freycinet…] Paris : Imprimerie impériale, 1807-18167. BCX O3 88.
Crédits © Collections École polytechnique-D. Gallot, photogr.
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3140/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 330k
Titre [Tome 1. Pl. XIV : Australie. Paysage et embarcation de la Nouvelle-Hollande.] Terre de Diémen. Navigation. Vue de la côte orientale de l’Ile Schouten. N.B. Le bout de terrain sur lequel repose la grande pirogue n’existe pas dans la nature ; la mer sur ce point est probablement libre.
Crédits © Collections École polytechnique-D. Gallot, photogr.
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3140/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Titre [Tome 1. Pl. XXXV : Australie. Faune de la Nouvelle-Hollande. Chauve-souris.] Timor. Rhinolophe Cruménifère (Rhinolophus Crumeniferus N.).Planches 14 et 35 de l’atlas publié par François Péron.
Crédits © Collections École polytechnique-D. Gallot, photogr.
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3140/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 561k
Titre Frontispice la deuxième partie de l’historique par Freycinet – Portrait de François Péron d’après le dessin de Lesueur15.
Crédits © Collections École polytechnique-D. Gallot, photogr.
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3140/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 594k
Titre Planches d’ethnographie de l’atlas publié par François Péron. [Tome 1. Pl. IX : Australie. Habitant de la Nouvelle-Hollande.] Terre de Diémen. Ourlaga.
Crédits © Collections École polytechnique-D. Gallot, photogr.
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3140/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 213k
Titre Planches d’ethnographie de l’atlas publié par François Péron. [Tome 1. Pl. XII : Australie. Habitant de la Nouvelle-Hollande.] Terre de Diémen. Arra-Maïda.
Crédits © Collections École polytechnique-D. Gallot, photogr.
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3140/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 234k
Titre Planches d’ethnographie de l’atlas publié par François Péron. [Tome 1. Pl. XIII : Australie. Objets de Nouvelle-Hollande.] Terre de Diémen. Armes et ornements. 1. Sagaies. 2. Casse-têtes. 3. Vase à eau. 4. Sac de jonc. 5. Collier de coquillages.
Crédits © Collections École polytechnique-D. Gallot, photogr.
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3140/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 397k
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3140/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 445k
Titre Page de titre : [Tome 1. Vignette au titre : résultat des découvertes des corvettes Le Géographe et Le Naturaliste et de la goélette Le Casuarina. Découverte des terres australes.] La Nouvelle-Hollande mieux connue. Végétaux utiles naturalisés en France.
Crédits © Collections École polytechnique-D. Gallot, photogr.
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3140/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 542k
Titre [Tome 1. Pl.XXV : habitant de Malaisie]. Timor. Nâbâ-Lébâ. Roi de l’Île Solor.
Crédits © Collections École polytechnique-D. Gallot, photogr.
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3140/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 502k
Titre Tome 1. Pl.XXIX : Australie. Faune marine de la Nouvelle-Holande. Mollusques et Zoophytes. 1. Physalia Megalista N. 2. Glaucus Eucharis N.3. Rizophysa Planestoma N.4. Physsophora Muzonema N.5. Stephanomia Amphytridis.
Crédits © Collections École polytechnique-D. Gallot, photogr.
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3140/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Titre [Tome 1. Pl.XL :] Physique. Thermobatomètre ou appareil pour mesurer la température de la mer à de grandes profondeurs. (…).
Crédits © Collections École polytechnique-D. Gallot, photogr.
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3140/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 345k
Crédits © Collections École polytechnique-D. Gallot, photogr.
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3140/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Titre n°  1 Australie. Carte générale de la Nouvelle-Hollande. Dépl. 46.6 x 71,8 cm.
Crédits © Collections École polytechnique-D. Gallot, photogr.
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3140/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 447k
Titre Carte générale de la Terre Napoléon (a la Nouvelle-Hollande, détail : cartouche. Dépl. 46,5 x 72,5 cm
Crédits © Collections École polytechnique-D. Gallot, photogr.
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3140/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 469k
Crédits © Collections École polytechnique-D. Gallot, photogr.
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3140/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 505k
Crédits © Collections École polytechnique-D. Gallot, photogr.
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3140/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre n°  1 Australie. Carte générale de la Nouvelle-Hollande. Détail.
Légende La reliure a été restaurée : demi-dos de veau fauve et papier à la colle rose sur les plats.
Crédits © Collections École polytechnique-D. Gallot, photogr.
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3140/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3140/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Crédits © Collections École polytechnique-D. Gallot, photogr.
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3140/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 547k
Titre Carte générale de la Terre Napoléon (à la Nouvelle-Hollande). Détail.
Crédits © Collections École polytechnique-D. Gallot, photogr.
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3140/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 514k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Christine Thooris, « L’exemplaire du « Voyage de découvertes aux terres australes » conservé à l’École polytechnique »Bulletin de la Sabix, 69 | -1, 25-46.

Référence électronique

Marie-Christine Thooris, « L’exemplaire du « Voyage de découvertes aux terres australes » conservé à l’École polytechnique »Bulletin de la Sabix [En ligne], 69 | 2022, mis en ligne le 28 septembre 2022, consulté le 07 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/sabix/3140 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sabix.3140

Haut de page

Auteur

Marie-Christine Thooris

Marie-Christine Thooris, documentaliste chargée de section documentaire à la bibliothèque de l’École polytechnique depuis 1981, est nommée responsable du Centre de Ressources Historiques nouvellement créé en 2005. A ce titre elle a assuré la gestion, la communication et la valorisation du fonds ancien des ouvrages imprimés, des archives et des pièces patrimoniales conservés à la bibliothèque de l’École. Depuis 2016 le projet AMUSIX a mobilisé toute son expérience et son énergie, aboutissant en 2018 à la création du MUS’X, musée de l’École polytechnique dont elle a accompagné les premiers mois d’existence. Elle a quitté ses fonctions en 2019. Olivier Azzola lui a succédé dans ces missions.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo SABIX
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search