Navigation – Plan du site

AccueilNuméros69II. Les acteurs du voyage de déco...Baudin – Péron. Deux visions du m...

II. Les acteurs du voyage de découverte

Baudin – Péron. Deux visions du monde ?

Martine Marin
p. 55-62

Texte intégral

 

Buste en bronze du capitaine Nicolas Baudin par Peter Gelenscer, sculpteur, Busselton, Australie occidentale.

Buste en bronze du capitaine Nicolas Baudin par Peter Gelenscer, sculpteur, Busselton, Australie occidentale.

© Association Nicolas Baudin – Martine Marin.

1La première fois que j’ai entendu le nom de Nicolas Baudin, c’était il y a dix-sept ans à Penneshaw, Kangaroo Island. Un monument lui rendait hommage et peu à peu j’ai découvert l’étendue des découvertes de l’expédition Baudin et inévitablement j’ai appris l’existence de François Péron, le premier à avoir fait le compte rendu de la flore et de la faune de cette île. C’est également à Kangaroo Island que se tenait la semaine dernière [en 2011] un symposium dédié à François Péron intitulé «  François Péron and the figure of the Scientific traveller  » (François Péron et le concept de voyageur scientifique). La multiplicité des conférences et la portée des domaines couverts par François Péron y étaient présentées sous ses multiples facettes, on y découvrait les relations entre Péron et Leschenault, le travail sur les invertébrés, la souffrance de l’homme, les innombrables manuscrits que l’on retrouve au Muséum d’histoire naturelle du Havre  ; la complexité du personnage dépassait largement ce que j’avais pu en saisir lors de la traduction du livre de Frank Horner La Reconnaissance française. En fait il ressort clairement de ce symposium qu’il reste une immense forêt d’informations à défricher pour rendre un réel hommage à François Péron et je me réjouis de voir bientôt la republication du Voyage de Découvertes aux Terres Australes en espérant que le Journal de Mer de Baudin ne tardera pas aussi à être publié car les deux publications seraient l’occasion une bonne fois pour toutes de renvoyer dos à dos les «  Péroniens  » et les «  Baudiniens  » car ces deux personnages sont pour moi désormais solidaires et inséparables, incontournables l’un comme l’autre pour comprendre et saisir l’envergure de cette expédition.

2Dans cet exposé, je vous présenterai brièvement le parcours de ces deux hommes d’exception, puis leurs travaux durant l’expédition, leurs divergences et j’en tirerai ensuite les conclusions qui s’imposent à travers la vision de ces deux hommes aujourd’hui.

3Parfois le lieu de naissance, la position sociale et l’éducation peuvent déterminer notre vision du monde. Était-ce le cas pour Baudin et Péron  ? Baudin est né en 1754 à Saint Martin de Ré, au bord de la mer, d’une famille de négociants. Péron est né en 1775 à Cérilly en Auvergne à proximité de la forêt de Tronçais dont on utilisait le bois pour fabriquer les navires… Tous les deux étaient des représentants de leur temps et ont contribué à leur façon au progrès des sciences. L’un a traversé l’Ancien Régime, la Révolution et le Consulat, l’autre est un enfant de la Révolution. Mais voyons comment ces deux personnages ont commencé leur carrière, ce que suggèrent leurs travaux et pourquoi dans les récits de cette expédition, à l’époque et encore aujourd’hui on retrouve cette dichotomie entre «  Péroniens  » et «  Baudiniens  »…

Péron, l’homme de sciences, Baudin l’autodidacte

Examinons le parcours de ces deux hommes d’exception avant l’expédition aux Terres Australes.

4Sans l’expédition, Péron aurait sans doute coulé une vie tranquille comme médecin à Cérilly un peu comme le mari de Madame Bovary… mais il avait une autre destinée. À l’âge de 8 ans, Péron perd son père et en tant que seul garçon dans la famille, une lourde charge pèse sur ses épaules et il doit s’occuper de sa mère et de ses sœurs. Avec le soutien du curé de Cérilly, Pierre-Jean Marchand, il était destiné à embrasser une carrière ecclésiastique, apprenant la philosophie et la théologie. La guerre avec l’Autriche entraîne l’enrôlement de jeunes recrues dans le centre de la France et Péron s’y engage corps et âme. Pendant la guerre il gravit les échelons, caporal, sergent… Fait prisonnier, il est envoyé en Allemagne, il perd l’œil droit et en raison d’une santé précaire, il est renvoyé à Cérilly. Là il est pris sous la coupe du notaire, M. Petitjean qui financera ses études de médecine à Paris. Péron tombe amoureux de Sophie, la fille de M. Petitjean, mais le père désapprouve cette relation et Péron, dépité, continue ses études à Paris mais renoncera à sa carrière de médecin pour s’enrôler dans l’expédition Baudin. Lors de ses études à Paris depuis 1797, il a pour professeur Cuvier et Lamarck, qui défendent deux théories, l’un le fixisme, l’autre le transformisme, deux théories qu’il faudra prouver et nous verrons que Péron y contribuera. Rejeté comme gendre de M. Petitjean, Péron renonce à sa carrière de médecin et dès qu’il entend parler des préparatifs de l’expédition Baudin, il rédige un mémoire sur la nécessité de mener des recherches anthropologiques, ce concept se référant plus à l’anatomie comparée qui constituait alors l’ère de recherche de Cuvier. Péron aura de la chance  : Cuvier appuiera son enrôlement dans l’expédition Baudin en tant qu’apprenti zoologiste et anatomiste et, grâce au désistement de dernière minute du botaniste Ledru et du minéralogiste Monfort, il sera ajouté en surnuméraire pour le plus grand bienfait de l’expédition. Ce sera sa première et dernière mission en tant que scientifique.

5Au cours de la même période, Baudin a écumé toutes les mers. Avec 21 ans de plus que Péron, il a débuté sa carrière en tant qu’apprenti sur des vaisseaux de la marine marchande puis cadet des troupes coloniales, embarqué en qualité de fourrier (sous-officier chargé de pourvoir au logement des soldats, de répartir les vivres, etc.) au régiment de Pondichéry, il a alors une vingtaine d’années., il sert ensuite dans la guerre d’indépendance des Etats-Unis sur la frégate La Minerve et alors qu’il doit prendre le commandement d’un vaisseau de 44 canons, l’Apollon, il est rejeté au dernier moment en faveur d’un noble. Cet échec aura sans doute sur lui le même effet que le rejet de M. Petitjean en tant que gendre pour François Péron. Il quitte donc la marine pour revenir à la marine marchande et à bord de la Pépita qui fait voile vers l’Ile de France (île Maurice), il a la chance de rencontrer Frank Boos, le jardinier de l’empereur autrichien Joseph II, à la recherche d’un navire pour se rendre à Port Louis. Cette rencontre sera décisive car la Pépita était alors affrétée pour ramener les collections rassemblées par Boos à l’île de France, l’île Bourbon et au Cap. Baudin est recommandé par Céré, botaniste et directeur du «  Jardin du Roi  » à l’île de France. Si les temps avaient été meilleurs et sans la guerre, Baudin aurait sans doute fait équipe avec Boos pour entreprendre un projet de collecte plus vaste, impliquant l’Inde, l’Indonésie, la Chine et le Japon. Après cette expérience avec Boos, Baudin connaîtra trois naufrages et, en raison de la guerre entre la France et l’Autriche, il revient en France mais refusé par la marine car ses états de service sont insuffisants, Baudin se tournera vers Antoine-Laurent Jussieu au Muséum d’histoire naturelle. Il lui fournit un catalogue des collections rassemblées lors de son dernier voyage en Inde proposant d’aller rechercher la collection qu’il a laissée à Trinidad. Voici ce qu’il écrit :

«  Je ne fais point de ce voyage un objet de spéculation, mon but est uniquement de concourir par les moyens qui me sont propres au progrès des sciences et à l’utilité publique  ».

6Un engagement qui sera le sien pour l’expédition aux terres australes. Le muséum accepte la proposition de Baudin et la mission de La Belle-Angélique sera le plus grand succès de Baudin de son vivant car les collections défileront pour la fête de la Liberté en 1795. Fort de ce succès, Baudin proposera alors au muséum un tour du monde, et ce sera, quelques années après et après bien des vicissitudes, l’expédition aux Terres Australes avec les instructions de Fleurieu, de la Société des observateurs de l’homme, avec une vingtaine de savants et un équipage que Baudin n’aura pas choisi.

7Comme nous pouvons le voir à partir de ces deux résumés de début de carrière, Péron et Baudin ont tous deux connu des échecs mais n’ont jamais été découragés pour autant. Au contraire ils œuvraient pour la science, l’un via la voie académique, l’autre via une expérience et une carrière de marin déjà internationale.

Lors de l’expédition, Péron collecte, mesure et rapporte sans mesure, Baudin est un observateur.

8À la lumière de ce qu’ils ont accompli lors de l’expédition aux Terres Australes, on peut dire qu’en une période très courte (10 ans), Péron a réussi le tour de force de collecter, mesurer et faire des rapports, écrire la relation officielle du Voyage qui paraîtra en 1807 mais dont l’autre partie ne paraîtra qu’en 1817 complétée par Freycinet, et une quantité impressionnante de manuscrits (quelque 4000) apportant une contribution non négligeable à la zoologie, à l’anatomie comparée et à l’océanographie. Ce vaste ouvrage est en partie publié, le muséum du Havre travaille actuellement à la numérisation de ces manuscrits dont certains sont en très mauvais état, d’autres écrits en plusieurs sens, raturés, sur une écriture difficilement lisible, leur numérisation devrait aider à les sauver de l’érosion du temps. Si l’on devait résumer la vie de François Péron, l’épitaphe qui figure sur son monument à Cérilly est on ne peut plus appropriée  : «  F. Péron s’est desséché comme un jeune arbre qui a succombé sous le poids de ses propres fruits.  » – Epitaphe de Lesueur en 1842 sur la tombe de François Péron. Après les désistements des savants à l’Ile de France puis après la mort de Maugé, Levillain et Riedlé, il ne restait plus que quelques savants à bord de l’expédition, François Péron, Théodore Leschenault et le jardinier Guichenot, des naturalistes motivés mais sans conteste Péron sera le plus prolixe. Dès le début, Péron note ses différentes observations, et ce dans différents domaines  : mesure de la température de la mer, rapports sur la faune, rapports sur le sol et les différentes impressions à la vue de côtes nouvelles. Il ira même jusqu’à se quereller avec le médecin Lharidon pour obtenir la dépouille d’un requin. Rien n’échappait à sa collecte. En Indonésie, on l’appelait l’homme-coquille. C’est le même enthousiasme qui prévaut pour l’observation des peuples indigènes de la Nouvelle Hollande. Péron suit à la lettre les instructions données par Cuvier, dont la plupart sont basées sur les mesures de la force humaine (cf. Jean Copans & Jean Jamin  : Note instructive sur les recherches à faire relativement aux différences anatomiques des diverses races d’homme par Georges Régnier), notamment à l’aide du dynamomètre de Cuvier. Le seul reproche que l’on puisse faire parfois à Péron est de se laisser aller à des conjectures et des affirmations lorsqu’il n’a aucune preuve attestant la véracité de ses propos. Ainsi sur la fumée que Péron apercevra à Van Diemen’s Land (Tasmanie), il indiquera dans le Voyage que les Indigènes faisaient sans doute du feu pour leur faire peur alors que Baudin avait plutôt une autre version des faits, les aborigènes brûlant des parcelles pour leur régénération (ce qui se pratique encore actuellement). De même pour les cicatrices qui couvrent le corps des femmes  : selon lui, il s’agit des «  tristes fruits des mauvais traitements de leurs féroces époux  ». Or, aujourd’hui, on sait qu’il s’agit d’initiation et non de violences à l’égard des femmes. Dans ses affirmations, Péron utilise un vocabulaire déterminé comme «  il est difficile de ne pas tomber d’accord avec moi  », notamment lorsqu’il parle de l’absence de désir chez l’homme de la nature contrairement à l’homme civilisé. Baudin sera plus modéré dans ses propos et utilisera «  il paraît  », «  je crois  », «  il paraîtrait  » et semble détester les affirmations non fondées. Exemple sur les tatouages, Baudin s’exprime ainsi «  il paraîtrait que cette cérémonie ne se fait qu’à une certaine époque. Ceux qui croient tout deviner, assurent que ce doit être l’époque du mariage. Je suis bien loin de partager cette opinion…  ». Mais ils laissent les savants trancher et dans une lettre à Jussieu à propos des Aborigènes de la Terre de Diémen, il écrit

«  Je ne m’étendrai pas davantage sur ce qui est relatif aux naturels de la terre de Diémen, laissant à nos savants qui peut-être les ont mieux étudiés que moi, la relation complète des remarques particulières qu’ils ont dû faire et qui ne sont pas parvenues à me convaincre  ».

9On pourra sans doute aussi reprocher à Péron les récits de seconde main qu’il s’approprie parfois mais il ne faut pas oublier qu’il n’avait pas le choix au retour de l’expédition. Baudin n’a de cesse d’observer et de noter les rapports des savants, ce qu’il fait même s’il n’est pas convaincu de leur bien-fondé. Il n’est pas l’homme rustre que certains ont voulu présenter. Il a su mener à bien l’intégralité de l’expédition et si l’on peut trouver étrange sa façon de traiter les problèmes, souvent il écrit au contrevenant au lieu de régler le problème face à face. Il fera voter l’équipage pour savoir qui mènera l’expédition entre Ronsard et Freycinet. Il n’en demeure pas moins que l’expédition reste une des seules dont les navires sont arrivés à bon port quatre ans après leur retour. La bibliothèque personnelle de Baudin à bord est impressionnante. On n’y trouve pas moins de 900 volumes que le capitaine n’hésite pas à mettre à la disposition des membres de l’expédition quels qu’ils soient. Baudin s’enquiert chaque jour des résultats de l’observation des savants qu’il reporte dans son Journal de Mer, il est donc sans cesse au fait des découvertes et du travail de ses savants. Il va même jusqu’à gourmander Péron qui a arrêté ses prises de température d’eau de mer en l’encourageant à les poursuivre.

Deux styles d’écriture très différents

10Baudin et Péron ont des styles radicalement différents. Si l’on prend par exemple les écrits de Péron, il est clair que le style est très différent entre la relation officielle du voyage et les textes scientifiques. La capacité d’adaptation de Péron à son public est assez incroyable. Les descriptions qu’il fait de créatures luminescentes ne sont pas scientifiques, par exemple, notez plutôt  :

«  Plusieurs marins ont observé des parallélogrammes incandescents, des cônes de lumières pivotant sur eux-mêmes, de guirlandes écarlates, de serpents lumineux  ».

11Il n’est pas étonnant que Jules Verne ait utilisé des passages du Voyage de Péron dans ses écrits, ses descriptions demandant beaucoup d’imagination au lecteur. Ses rapports zoologiques au contraire sont plus précis surtout lorsqu’ils contiennent les dessins et les tableaux de caractéristiques (cf. l’ouvrage de J. Goy, Les Méduses de Péron et Lesueur et la thèse de Françoise Debard, François PERON (1775-1810) Zoologiste du Voyage de Découvertes aux Terres Australes. Remarques et Observations sur les Pinnipèdes).

12Dans ses deux journaux (Journal historique ou Journal personnel et Journal de mer), Baudin emploie toujours le même ton neutre, délivrant ses observations avec ça et là des plaintes concernant les savants ou les officiers mais rien de polémique comme les reproches de Péron à Baudin dans le Voyage. Baudin fait des comptes-rendus, Péron laisse transparaître émotions, enthousiasme, colère et émerveillement dans ses écrits. L’une des conférences a même fait l’objet de sa souffrance qui transparaît dans ses écrits  : François Péron and the prestige of suffering de Stéphanie Pfennigwerth. Hormis ses deux journaux, c’est dans ses lettres à Jussieu et au ministre de la Marine que Baudin détaillera l’essentiel de ce qui a été vu dans les principales étapes.

Le choix de Lesueur comme artiste pour Baudin, comme ami pour Péron

13Même si les publications de Péron sont extrêmement nombreuses et diversifiées en termes de sujets et thèmes traités, elles ont un plus incontestable avec les dessins de Lesueur. Là, on peut dire que Baudin était visionnaire en engageant Nicolas-Martin Petit mais surtout Charles-Alexandre Lesueur qu’il engage comme aide-canonnier mais en fait qu’il destine à l’illustration de son journal personnel. Dans son journal, l’officier Gicquel écrit  :

«  Le commandant m’a dit il y a quelques jours que ces dessins de mollusques feraient plus de plaisir à voir dans la relation de son voyage que les paysages qui y seront, d’un pays où on n’irait peut-être jamais  ».

14A propos des artistes, il écrit de l’Ile de France que

«  les deux jeunes gens qu’il a eu la chance de prendre à bord au Havre seront plus utiles à l’expédition et mériteront davantage la reconnaissance nationale que les artistes célèbres qui sont si ovationnés qu’ils regardent comme au-dessous d’eux une tâche qui aurait pu leur faire honneur  ».

15L’amitié qui se développe entre Péron et Lesueur a été essentielle pour les résultats de l’expédition et en quelque sorte on pourrait dire que Lesueur est l’œil droit de Péron et la force dont il manque. C’est notamment visible lors de la chasse au crocodile à laquelle se livreront les deux hommes, Lesueur étant l’homme portant le fusil. Ainsi Baudin et Péron avaient bien senti la valeur de Lesueur et lorsque le dessin manque, il manque pour illustrer les propos de Péron. Lesueur restera avec Péron jusqu’à sa mort en 1810.

16Mais si Baudin reconnaît les talents de Péron et note méticuleusement tous les rapports du zoologiste dans ses deux journaux (même lorsqu’il n’est pas convaincu), Péron au contraire ne rate pas une occasion pour discréditer Baudin sur des sujets dont il n’a aucune expérience, notamment la navigation et les routes prises par le capitaine sur les côtes d’Afrique alors que ces itinéraires sont ceux pris par les plus grands navigateurs. Baudin ne manque pas de pester contre Péron mais jamais méchamment, il aurait pu en tant que capitaine se débarrasser de Péron mais je crois qu’il avait vraiment saisi la valeur du jeune naturaliste. Plusieurs fois Péron risquera de mettre en péril l’expédition en partant seul et en ne revenant pas à l’heure prévue.

17Est-ce à dire que les deux hommes ne partageaient pas la même vision du monde à une époque où le progrès des sciences était le maître-mot  ?

18Au 18e siècle, les sciences ont le vent en poupe. Il faut expliquer la planète, sa population à une époque où la quasi-totalité du globe a été découverte. La philosophie de l’Encyclopédie de Diderot perdure et les deux hommes en ont parfaitement conscience. En 1751, Diderot explique l’objectif d’une encyclopédie comme suit  :

«  Le but d’une encyclopédie est de rassembler les connaissances éparses sur la surface de la terre  ; d’en exposer le système général aux hommes avec qui nous vivons, et de le transmettre aux hommes qui viendront après nous  ; afin que les travaux des siècles passés n’aient pas été inutiles pour les siècles qui succèderont, que nos neveux devenant plus instruits, deviennent en même temps plus vertueux et plus heureux, et que nous ne mourions pas sans avoir bien mérité du genre humain.  » (Denis Diderot (1713-1784) – Les Lumières en 35 volumes).

19Baudin et Péron ont tous les deux servi cette définition des connaissances et de la collecte des données. Pour les deux hommes, il s’agit d’une véritable course  : Baudin a des hommes, des bateaux et une mission, c’est-à-dire collecter, cartographier et rapatrier des collections, Péron se jette corps et âme dans la science comme on entrerait en religion pour remplir sa mission scientifique. Pour Baudin, ce n’est pas la première fois qu’il doit rassembler une collection pour des musées, pour Péron il s’agit de sa première mission et son enrôlement en tant qu’apprenti zoologiste, qui n’est pas clairement défini, lui laisse un vaste champ d’investigation possible qu’il n’hésitera pas à explorer. Investi de la mission que lui a confiée Cuvier, au centre des conflits entre fixisme (Cuvier) et transformisme (Lamarck), l’objectif est de collecter autant de données que possible pour le progrès des sciences. En cela, on peut dire que tous les deux partageaient la même vision du monde et le même appétit scientifique.

Divergences…

20Mais alors quelles étaient leurs divergences  ? Pourquoi les ériger en ennemis  ? Baudin n’est pas un ennemi des sciences mais son appétit n’a rien à voir avec la boulimie de connaissances que l’on trouve chez Péron. Examinons plutôt les domaines dans lesquels leurs idées divergent  :

21Là où ils divergent est sans conteste leur façon de voir la civilisation et les peuplades indigènes, ainsi que leur sens de la politique. Via le dynamomètre de Régnier, Péron va démontrer que le bon sauvage n’est pas aussi fort que l’homme civilisé, au contraire. En fait, il met à mal le mythe du bon sauvage qui prévalait à l’époque et stipulait que la force physique des indigènes était supérieure. Un état de fait qui pouvait justifier toute mission civilisatrice et ainsi toute entreprise colonialiste. Il est dommage que nous n’ayons pas la réaction de Baudin au texte «  De la force physique des sauvages  » publié par Péron en annexe du Voyage de Découverte aux terres australes. En effet il aurait sans doute partagé un autre point de vue, car visiblement il considérait les aborigènes comme des êtres humains ayant le droit à leur terre et non dénués d’aptitude à apprendre. Dans la lettre qu’il envoie au Gouverneur King depuis l’île King en Tasmanie, Baudin écrit  :

«  Selon ma façon de penser, je n’ai jamais trouvé ni juste ni honnête que les Européens s’emparent au nom de leurs gouvernements, de terres qu’ils voyaient pour la première fois, alors qu’elles sont habitées par des hommes qui ne méritent pas toujours leur appellation de sauvages ou de cannibales. Ces «  enfants de la nature  » sont juste aussi peu civilisés que vos montagnards d’Ecosse et nos paysans bretons . »

22Il note aussi sur l’inutilité des aborigènes de Port Jackson que la seule remarque intéressante à leur propos est qu’ils apprennent l’anglais plus vite que les anglais n’apprennent leur langage. Ces propos sont vraiment révolutionnaires à une époque où l’Australie avait été déclarée comme «  Terra Nullius  » (inhabitée) et qu’il faudra attendre 1967 pour que les aborigènes acquièrent la nationalité australienne. On voit bien que Péron se place sur une position patriotique  : apporter la civilisation à l’indigène  ; Baudin, lui, est plutôt sur un internationalisme avant l’heure. On pourrait presque dire que Péron sert la nouvelle science de l’anthropologie qui étudie l’homme comme un objet scientifique mesurable et questionnable et que Baudin ouvre la voie à l’ethnologie avec l’observation des us et coutumes des aborigènes.

23Sur le terrain politique, là encore leur voie se sépare. S’il est dit que Baudin préfère découvrir un mollusque à une nouvelle terre, comme l’indique Gicquel dans son journal, Freycinet reprochera à Baudin l’avance de Flinders par rapport à eux en disant qu’ils ont perdu trop de temps à ramasser des coquillages et toutes sortes de choses. Pour Baudin, cela ne fait pas de doute, l’expédition n’avait pas de but politique. En revanche si l’on prend Péron, ses positions sur la chasse au phoque et les marchés qu’elle ouvre ou encore son mémoire dédié aux établissements anglais en Nouvelle Hollande soulignent le rôle qu’il a voulu jouer. Il n’hésitera pas à faire un peu office d’espion pour Decaen à l’île de France. Baudin n’a jamais voulu établir de colonie française en Australie et regarde presque avec amusement l’attitude des anglais  ; en effet à l’île King, l’expédition est suivie par le Cumberland qui s’empresse de mettre le drapeau anglais sur le sol découvert par Baudin. Dans leur précipitation le drapeau est mis à l’envers et Baudin note qu’il avait cru que c’était pour le faire sécher. Pourtant Baudin n’est pas étranger aux échanges commerciaux, il est d’ailleurs connu à l’Ile de France et sera d’ailleurs accusé de «  pacotillage  » mais il s’agit là de choses personnelles n’impliquant aucune nation.

24C’est donc à deux êtres bien différents que l’on a affaire et nous allons voir que leur personnalité est très différente et qu’elle colle à leur fonction.

25Si leurs considérations sur les Aborigènes et leur vue sur la politique divergent, leur personnalité est radicalement différente. L’un est un jeune héros romantique libéré alors de sa charge familiale, avec rien à perdre, il affronte le monde avec un œil en moins et une faible constitution  ; l’autre est déjà un vieux loup de mer avec à sa charge toute une série de problèmes qui ne rendent pas sa mission facile. Péron est bien conscient de ce qu’il est au début de l’expédition. Voici ce qu’il écrit sur lui-même en 1800 :

«  Etranger au ton et aux usages de la société, ayant une imagination impétueuse que l’autorité ne commande jamais, d’une franchise imprudente et quelquefois malhonnête, trop entier dans mes opinions que je soutiens sans réserve, plein d’étourderie et d’inconséquence, j’ai souvent aliéné mes amis  ». (Voyage, Volume 2, p. 452)

26Nul doute qu’il y aurait des frictions avec l’autorité de Baudin. Quant à Baudin, il garde toujours une distance et pense d’abord à ses hommes et aux collections  ; dans aucun de ses journaux, on ne trouve une description de lui-même. La description qu’en fait Ledru qui a partagé la mission de La Belle-Angélique avec lui est assez révélatrice du personnage  :

«  Rien n’égale le zèle que déploya Baudin. Au milieu des plus grands dangers, son exemple animait l’équipage, son sang froid inspirait la confiance, et les ordres qu’il donnait avec la plus grande précision, étaient toujours ceux que sollicitait l’urgence critique du moment. Quoique blessé grièvement à la tête, quoique privé de nourriture et de sommeil, il était insensible à ses propres besoins et ne s’occupait que des nôtres.  »

27Pourtant Baudin n’aura pas droit à de tels commentaires de la part des membres de l’expédition aux terres australes, il sera décrié comme le capitaine maudit du Bounty. Au contraire, Péron sera bien accepté parmi les officiers et les savants, étant lui aussi un enfant de la Révolution, du même âge et prenant les mêmes partis contre le commandant.

28Au final, c’est cet antagonisme qui a prévalu, on a souvent reproché à Péron ses reproches envers le capitaine. En traduisant The French Reconnaissance, on sent que Frank Horner a pris le parti de Baudin contre Péron mais à la lumière de ce personnage si enthousiaste, si passionné et si prolifique car ce qu’il a produit en 10 ans est assez incroyable, on ne peut que regretter le parti pris de ceux qui ont jeté la pierre à Péron pour le discrédit de l’expédition. Aujourd’hui il reste encore des manuscrits de Péron à découvrir ou à redécouvrir sous un nouveau jour. En tout cas, ils ont tous les deux accompli leur mission avec brio. Sans Baudin, il n’y aurait pas eu Péron et sans Péron, personne ne connaîtrait l’expédition Baudin. Les deux sont incontournables et méritent la même reconnaissance. Les jeunes officiers qui ont fait leurs premières armes dans l’expédition, les Freycinet, Hyacinthe de Bougainville, Charles Baudin ont bien inscrit leur nom dans l’Histoire de France alors que Péron et Baudin sont restés dans l’ombre. La science a été la religion de Péron, l’humanisme la façon de penser de Baudin. Avec leurs propres méthodes, leur vision du monde, leurs publications à tous les deux ont été essentielles pour aborder une nouvelle ère dans les sciences et proposer la vision d’observateurs éclairés.

29Je me réjouis de voir la parution prochaine d’une nouvelle édition du Voyage de Découvertes aux Terres Australes en espérant qu’il y aura en parallèle la publication tant attendue du Journal de Mer de Baudin qui permettra une bonne fois pour toutes de rassembler l’énorme travail accompli par les deux hommes et qui mérite un égal respect.

Haut de page

Bibliographie

Note instructive sur les recherches à faire relativement aux différences anatomiques des diverses races d’homme (1799) par Georges Cuvier in Jean Copans et Jean Jamin, Aux origines de l’anthropologie française. Les Mémoires de la Société des Observateurs de l’Homme en l’an VIII. Jean Michel Place éditeur, 1994.

Les méduses de François Péron et Charles Lesueur. Un nouveau regard sur l’expédition Baudin

Jacqueline Goy. Editeur  : Comité des travaux historiques et scientifiques – CTHS, 1995.

François Péron, (1775-1810). Zoologiste du Voyage de Découvertes aux Terres Australes, remarques et observations sur les pinnipèdes Françoise Sophie Debard. École nationale vétérinaire de Nantes, 1999.

Jacqueline Bonnemains, Jean-Marc Argentin, Martine Marin, (2000). Mon voyage aux Terres Australes. Journal personnel du commandant Baudin. Imprimerie nationale.

Frank Horner, traduit de l’anglais (Australie) par Martine Marin, (2006). La Reconnaissance française, l’expédition Baudin en Australie (1801-1803). Editions de L’Harmattan.

François Péron, Gérard Dériot, Martine François, Jacqueline Goy (Préfacier). (2011). Republication du Voyage de Découvertes aux Terres Australes  : Voyage de découvertes aux Terres australes – Tome 1 et 2. CTHS.

François Péron, (Éd.1807-1816). Voyage de découvertes aux terres australes, exécuté sur les corvettes le Géographe, Hachette Livre BNF, 2012.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Buste en bronze du capitaine Nicolas Baudin par Peter Gelenscer, sculpteur, Busselton, Australie occidentale.
Crédits © Association Nicolas Baudin – Martine Marin.
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3143/img-1.png
Fichier image/png, 117k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martine Marin, « Baudin – Péron. Deux visions du monde ? »Bulletin de la Sabix, 69 | -1, 55-62.

Référence électronique

Martine Marin, « Baudin – Péron. Deux visions du monde ? »Bulletin de la Sabix [En ligne], 69 | 2022, mis en ligne le 28 septembre 2022, consulté le 07 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/sabix/3143

Haut de page

Auteur

Martine Marin

Martine Marin, traductrice technique et présidente de l’association Les Amis de Nicolas Baudin a séjourné en Australie du Sud en 1993 et 1994 où elle a découvert l’expédition Baudin en tant que bénévole dans les parcs nationaux. Depuis, elle n’a cessé de présenter l’expédition Baudin et son capitaine à travers des expositions, des conférences, la publication d’un bulletin trimestriel «  La lettre des Amis de Nicolas Baudin  » et la traduction de l’ouvrage de Frank Horner «  La reconnaissance française, l’expédition Baudin en Australie 1801-1803  » aux éditions L’Harmattan.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo SABIX
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search