Navigation – Plan du site

AccueilNuméros69II. Les acteurs du voyage de déco...Dessiner pour transmettre

II. Les acteurs du voyage de découverte

Dessiner pour transmettre

Gabrielle Baglione
p. 63-66

Texte intégral

1D’octobre 1800 à mars 1804, une expédition scientifique menée par Nicolas Baudin (1754-1803) explore les côtes australiennes. Ce Voyage de découvertes aux Terres Australes embarque plus de 200 hommes. Géographie, sciences naturelles et observation ethnographique  : le travail des 22 savants est illustré par deux dessinateurs de grand talent. Charles-Alexandre Lesueur (1778-1846), originaire du Havre, a pour charge le dessin des animaux et des paysages.

Kangourou Thylogale thetis (Lesson, 1827)

Kangourou Thylogale thetis (Lesson, 1827)

Charles-Alexandre Lesueur
Aquarelle et gouache sur vélin
25,5 x 40,2 cm

© Le Havre, Muséum d’histoire naturelle, Inv. MHNH 80061

2Nicolas-Martin Petit (1777-1804), originaire de Paris, porte témoignage des populations autochtones.

Portrait d’un homme d’Australie du Sud appelé Colins (ou Collins).

Portrait d’un homme d’Australie du Sud appelé Colins (ou Collins).

Ce portrait est publié en 1807 (planche XVII) et en 1824 (planche 20)
Nicolas-Martin Petit
Crayon noir sur papier
17,5 x 15,4 cm

© Le Havre, Muséum d’histoire naturelle, Inv. MHNH 20033-1

3Le capitaine Baudin, mort en 1803 pendant le voyage de retour, ne peut transmettre lui-même les résultats de cette expédition. La rédaction de la Relation du Voyage est confiée à François Péron (1775-1810), zoologiste et anthropologiste, et à Charles-Alexandre Lesueur. Péron rédige 505 pages de récit et Lesueur élabore les 40 planches illustratives  ; l’ensemble est édité en 1807 puis reédité en 1824, avec un plus grand nombre de gravures (68). Aux côtés de cette édition officielle sont conservés plusieurs milliers de dessins et de manuscrits, répartis aujourd’hui entre plusieurs établissements dont les Archives Nationales, le Muséum national d’histoire naturelle et le Muséum d’histoire naturelle du Havre. Les descriptions écrites et les dessins sont complémentaires  : ils forment ensemble la synthèse des connaissances acquises sur un sujet (spécimen d’histoire naturelle, lieu, individu autochtone, coutume locale, etc.). Ces connaissances ont vocation à être transmises à des naturalistes, géographes, explorateurs et amateurs éclairés. Mais elles sont aussi appréciables – et appréciées – par des non spécialistes.

4Aucun document ancien n’atteste aujourd’hui que Lesueur ait été formé au dessin. Pourtant, dès le début de l’expédition, de nombreux savants constatent son talent graphique. Sa formation naturaliste auprès de François Péron lui permet peu à peu d’atteindre l’exactitude parfaite dans ses représentations. Description dessinée et description écrite sont complémentaires. Au retour Lesueur retravaille certains motifs sous forme d’aquarelles sur vélin, à l’aide d’une loupe et d’un pinceau extrêmement fin. Après plus de deux siècles, ces aquarelles forcent l’admiration  : justesse des proportions, coloris tout en nuances, finesse du trait, esthétique et modernité de la composition.

5De formation académique, Petit est un portraitiste talentueux. Les images des femmes, hommes et enfants rencontrés sont belles et attachantes. Le trait est sûr et semble traduire un regard bienveillant. Mais Petit décède rapidement après le retour du Voyage et les portraits qu’il a élaborés sur place sont repris par d’autres dessinateurs pour préparer les gravures destinées à être publiées. Le principal auteur de ces reprises est Jacques-Gérard Milbert (1766-1840). Initialement dessinateur officiel de l’expédition aux côtés de deux autres peintres, Milbert a rapidement abandonné ce Voyage. Il n’a donc jamais rencontré les Aborigènes qu’il dessine. Par des détails, consciemment ou inconsciemment, il donne un autre ton aux portraits réalisés par Petit. Certains traits sont plus marqués  : des lèvres plus charnues, un nez un peu plus épaté, un menton qui devient prognathe. En forçant ainsi le trait, Milbert semble souligner, parfois jusqu’à la caricature, des différences physiques entre Aborigènes et Européens.

6D’évidence, Lesueur et Petit participent pleinement au récit de cette expédition scientifique. Le dessin n’est pas une simple illustration  : il fait partie intégrante de la collecte, témoin de ces rencontres éphémères dans un territoire lointain.

Haut de page

Bibliographie

Baglione Gabrielle, (2006). «  Les arts graphiques au service de la description scientifique  », in DITS, n°  7 Dépeindre, p. 22-31. Hornu, Musée des Arts contemporains de la Communauté française de Belgique.

Baglione Gabrielle et Blanckaert Claude, (2008). L’Autre – les Naturels vus par l’Occident. Le Havre, Annales du Muséum du Havre n°  79.

Baglione Gabrielle, Cremiere Cédric, (2009). Charles-Alexandre Lesueur, Peintre voyageur – Un trésor oublié. Paris, Editions de Conti.

Bonnemains Jacqueline, (1989). «  Les artistes du Voyage de découvertes aux terres australes (1800-1804)  : Charles-Alexandre Lesueur et Nicolas-Martin Petit  ». Le Havre, Bulletin trimestriel de la SGNAMH, Tome 76, Fasc.1, 1er trim.

—, (1997). Œuvres de Nicolas-Martin Petit, artiste du Voyage aux terres australes (1800-1804). Le Havre, Editions du Muséum.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Kangourou Thylogale thetis (Lesson, 1827)
Légende Charles-Alexandre LesueurAquarelle et gouache sur vélin25,5 x 40,2 cm
Crédits © Le Havre, Muséum d’histoire naturelle, Inv. MHNH 80061
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3163/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Portrait d’un homme d’Australie du Sud appelé Colins (ou Collins).
Légende Ce portrait est publié en 1807 (planche XVII) et en 1824 (planche 20)Nicolas-Martin PetitCrayon noir sur papier17,5 x 15,4 cm
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3163/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gabrielle Baglione, « Dessiner pour transmettre »Bulletin de la Sabix, 69 | -1, 63-66.

Référence électronique

Gabrielle Baglione, « Dessiner pour transmettre »Bulletin de la Sabix [En ligne], 69 | 2022, mis en ligne le 28 septembre 2022, consulté le 07 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/sabix/3163 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sabix.3163

Haut de page

Auteur

Gabrielle Baglione

Gabrielle Baglione est responsable des collections graphiques et ethnographiques au Muséum d’histoire naturelle du Havre. Elle a récemment été commissaire de l’exposition «  Australie-Le Havre. L’intimité d’un lien (1801-2021)  »  : 217 dessins et manuscrits de l’expédition menée par Nicolas Baudin étaient exposés aux côtés de 50 créations australiennes contemporaines.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo SABIX
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search