Navigation – Plan du site

AccueilNuméros69II. Les acteurs du voyage de déco...Les naturalistes du voyage de déc...

II. Les acteurs du voyage de découverte

Les naturalistes du voyage de découvertes du capitaine Baudin : contexte, présentation et bilan scientifique

Michel Jangoux
p. 93-110

Texte intégral

  • 1 Jangoux M. (éd.), 2009. Nicolas Baudin. Journal du voyage aux Antilles de la Belle Angélique (1796- (...)
  • 2 La Révellière-Lépeaux était responsable des questions culturelles sous le Directoire.

1À la toute fin du 18e siècle, la réputation du capitaine Nicolas Baudin était au pinacle. Les collections botaniques qu’il avait ramenées des Antilles avec la flûte la Belle Angélique (1796-1798) étaient considérables1. Tous louaient ses mérites, du Directeur La Révellière-Lépeaux2 au ministre de la Marine Étienne Bruix et au directeur du Muséum d’Histoire naturelle Antoine-Laurent de Jussieu. Jussieu qui dira à son propos : «  le citoyen Baudin doit être proclamé l’un des voyageurs qui le plus mérité des sciences naturelles  ». Alors que la Belle Angélique était de retour en France depuis moins de deux mois, Baudin, fort de sa nouvelle notoriété et avec l’appui des professeurs du Muséum, envoyait au ministre Bruix l’avant-projet d’un voyage de découvertes dans les mers du Sud. Il y détaillait les buts qu’il lui assignerait et, parmi eux, celui

«  de rapporter pour l’instruction publique et l’utilité économique de la France, les quadrupèdes, oiseaux, végétaux et minéraux utiles aux progrès des Sciences et avantageux au Commerce national  ».

  • 3 Les zoologistes Maugé et Le Villain et le jardinier Riedlé.
  • 4 Jangoux M., 2013. Le voyage aux Terres australes du commandant Nicolas Baudin. Genèse et préambule (...)
  • 5 Jangoux 2009. Op. cit.
  • 6 Journal de rade de Gicquel, Archives nationales de France [ANF], série marine, 5JJ55.

2Commença alors un lent travail de persuasion, souvent interrompu et auquel le coup d’État du 18 brumaire (9 novembre 1799) et l’avènement du Consulat, mirent un frein. Un frein momentané cependant, car la pugnacité de Baudin, l’entregent de Jussieu et l’intérêt marqué de Pierre-Alexandre Forfait, le nouveau ministre de la Marine, permirent de relancer le projet. Leur action fut déterminante. Ils parvinrent, dès janvier, à attirer l’attention du Premier Consul sur le projet de voyage en lui parlant de sa pertinence en termes d’accroissement des connaissances et de développement du commerce. Peu de temps après, le 25 mars 1800, Bonaparte donnera son feu vert. C’était bien sûr un excellent résultat, mais qui, en réalité, jugula Baudin. Certes le voyage se fera sous son commandement, mais le choix des personnes embarquées – officiers, savants, équipages – lui échappera pour l’essentiel. Ainsi, s’il put embarquer les trois naturalistes qui l’avaient accompagné à bord de la Belle Angélique3, le choix des autres savants fut confié à une ‘Commission du Voyage’ établie par l’Institut de France. De même la désignation de nombre d’officiers, surtout les enseignes de vaisseau, se fit par recommandations du Premier Consul ou de son proche entourage. Enfin Baudin, qui ne voulait pas emmener d’aspirants estimant que l’écolage n’était pas dans les buts du voyage, s’en vit imposer seize, tous pourvu de recommandations4. Tout cela dérangeait fortement le capitaine qui, en outre, avait à composer avec la méfiance de certains officiers gradés. En effet Baudin, alors âgé de 46 ans, n’était pas du sérail. Jusque-là, sa carrière s’était faite dans la marine du commerce. Il avait d’ailleurs navigué plusieurs années au service de l’Autriche, ennemie de la France5. Il ne devait son recrutement dans la Marine nationale et sa promotion immédiate au grade de capitaine de vaisseau qu’à la volonté du ministre Bruix, subjugué par l’extraordinaire aventure scientifique de la Belle Angélique. Une méfiance, mais aussi une incompréhension que traduit bien, dans son journal, le lieutenant de vaisseau Gicquel des Touches6 :

«  Le Commandant m’avait dit un soir qu’il aimerait beaucoup mieux voir dans la relation de son voyage le dessin d’une mollusque nouvelle que celui d’un paysage fait dans une île inconnue ! Ce propos m’a fait ouvrir les yeux !  ».

3Ainsi lorsque les corvettes Le Géographe (capitaine Baudin, commandant de l’expédition) et Le Naturaliste (capitaine Hamelin) quittèrent le port du Havre, le voyage ne commençait pas sous les meilleurs auspices. Peut-être faut-il voir là l’explication du caractère fermé et du comportement souvent abrupt du commandant de l’expédition.

Figure 1. Le Géographe (avant-plan) et le Naturaliste (dessin d’en-tête du journal de mer du commandant Baudin).

Figure 1. Le Géographe (avant-plan) et le Naturaliste (dessin d’en-tête du journal de mer du commandant Baudin).
  • 7 Extrait d’une lettre du garçon jardinier Sautier à André Thouin de l’Île de France, 3 floréal an 9 (...)
  • 8 Bonnemains J, 2000. Mon voyage aux Terres australes. Journal personnel du commandant Baudin. Imprim (...)

4Si la traversée nord-sud de l’Atlantique fut longue, mais sans difficulté particulière, la relâche à l’Île de France [actuelle Île Maurice] se révéla catastrophique. Tant parmi les officiers qu’au sein des équipages, les abandons furent massifs : par désertions surtout, pour maladie quelquefois. Les ‘savants’ n’échappèrent pas à la règle : «  Il y a plusieurs […] savants qui débarquent sous le prétexte qu’ils sont malades, mais malheureusement pour eux leurs figures annoncent le contraire7  ». Ainsi sur les treize naturalistes embarqués au Havre – trois botanistes dont un élève, cinq jardiniers dont quatre garçons, cinq zoologistes dont trois élèves – seuls sept rembarquèrent au départ de l’Île de France. De même des cinq dessinateurs embarqués – trois choisis par la Commission et deux autres recrutés incognito par Baudin – seuls les deux derniers poursuivirent le voyage. L’expédition se voyait ainsi sensiblement limitée dans ses possibilités de recherches en sciences naturelles. Cette diminution substantielle du groupe des naturalistes n’eut guère de conséquence quant aux respects des instructions données par les professeurs du Muséum. Ces instructions8 étaient d’ailleurs simplissimes, puisqu’en matière de sciences naturelles elles se résumaient pour la zoologie à :

«  Quels sont les animaux féroces dominant à terre ou dans la mer ? Quels sont les animaux domestiques et dont on peut tirer du service, ou dont on peut faire commerce ? Quelles espèces d’oiseaux dominent ? Quelles sont les espèces dominantes de coquillages ?  »

et pour la botanique :

« Quelles espèces, dominantes ou rares, d’arbres forment les forêts ? Quel usage font de ses arbres les naturels du pays ? Y a-t-il des fruits dont on fasse commerce ? Quels autres usages peut-on faire des bois ou des fruits ? Idem au sujet des arbustes ou des plantes ?  ».

  • 9 André Thouin était le professeur des Cultures du Muséum d’Histoire naturelle.

5Bien sûr, il y eut des recommandations faites par Cuvier, par Jussieu ou par Thouin9, mais elles étaient orales et on ne les connaît qu’au détour de journaux ou de lettres où elles sont évoquées de façon marginale. Il résulte de cela que les naturalistes ‘survivants’ avaient une grande liberté de travail.

6Pour rappel, le Géographe, quitta Le Havre en octobre 1800 avec 131 passagers à bord. Ils rallièrent les côtes de la Nouvelle Hollande [actuelle Australie] en mai 1801. De la fin mai à la fin août, le vaisseau remonta la côte ouest néo-hollandaise pour ensuite relâcher à Timor où ils restèrent près de trois mois. Quittant Timor en novembre, ils atteignirent la Terre de Diemen [actuelle Tasmanie] en janvier 1820 pour en parcourir la côte nord-est pendant environ six semaines. Après une longue navigation, ils rejoignirent Sydney en juin ; ils y restèrent cinq mois. De Sydney, qu’il quitta en novembre 1820, le Géographe longea la côte sud de la Nouvelle Hollande puis, à nouveau, la côte ouest pour relâcher une seconde fois à Timor, pour un mois cette fois (mai 1803). Partant de Timor au début du mois de juin, les passagers retrouvèrent l’Île de France en août et y séjournèrent jusqu’à la mi-décembre. C’est pendant cette relâche, précisément le 16 septembre 1803, que la tuberculose eut raison du commandant Baudin. Le Géographe prit alors de chemin de retour, sous le commandement de l’officier Bernard Milius, et, après avoir fait escale au cap de Bonne Espérance (trois semaines en janvier 1804), il arriva en France, à Lorient, le 23 mars 1804. Le Tableau 1 rassemble les époques et durées des différents mouillages et relâches du Géographe.

Tableau 1. Relâches et principaux mouillages du Géographe

Calendrier grégorien

Calendrier républicain

Départ du Havre

19 octobre 1800

27 vendémiaire an 9

Relâche à Ténériffe

2 – 15 novembre 1800

11 – 24 brumaire an 9

Première relâche à l’Île de France

15 mars – 25 avril 1801

25 ventôse – 5 floréal an 9

Mouillage baie du Géographe

29 mai – 6 juin 1801

7 – 18 prairial an 9

Premier mouillage baie des Chiens marins

25 juin – 11 juillet 1801

6 – 22 messidor an 9

Première relâche à Timor

22 août – 13 novembre 1801

4 fructidor an 9 – 22 brumaire an 10

Mouillage canal d’Entrecasteaux (Tasmanie)

20 janvier – 17 février 1802

30 nivôse – 28 pluviôse an 10

Mouillage Île Maria (Tasmanie)

19 – 27 février 1802

30 pluviôse – 8 ventôse an 10

Relâche à Sydney

17 juin – 18 novembre 1802

28 prairial an 10 – 27 brumaire an 11

Mouillage Île King

7 – 13 décembre 1802

16 – 22 frimaire an 11

Mouillage Île Kangourou

6 janvier- 1 février 1803

16 nivôse – 12 pluviôse an 11

Mouillage Port du Roi George

18 février – 1 mars 1803

29 pluviôse – 10 ventôse an 11

Second mouillage baie des Chiens marins

19 – 23 mars 1803

18 ventôse – 2 germinal an 11

Seconde relâche à Timor

6 mai – 3 juin 1803

16 floréal an 11 – 14 prairial an 11

Seconde relâche à l’Île de France

7 août – 16 décembre 1803

19 thermidor an 11 – 24 frimaire an 12

Relâche au cap de Bonne Espérance

5 – 26 janvier 1804

14 nivôse an 12 – 5 pluviôse an 12

Arrivée à Lorient

23 mars 1804

2 germinal an 12

Les naturalistes du Voyage

Les Zoologistes

7Trois des cinq zoologistes embarqués au Havre ont accompagné Baudin au départ de l’île de France : Stanislas Le Villain, René Maugé, et François Péron.

8Stanislas Le Villain. Originaire du Havre, Le Villain était âgé de 27 ans. Il était de ceux qui avaient accompagné le capitaine dans l’expédition de la Belle Angélique. Il y était à la fois aide-naturaliste et secrétaire du capitaine. Comme d’autres anciens de la Belle Angélique (Maugé et Riedlé), Le Villain se porta volontaire pour le voyage aux Terres australes et, appuyé par Baudin, fut choisi par la Commission de l’Institut comme élève zoologiste. Assigné à bord du Géographe, il passera sur le Naturaliste au départ de l’Île de France.

9Le Villain et Maugé étaient complices. C’est ensemble qu’ils récoltèrent les fameux pyrosomes (appelés par les marins vit de moine ou vit de mulet, selon leur taille) pendant la traversée des Canaries à l’Île de France.

  • 10 Archives du Muséum du Havre, ref. 14040, Le Villain  : Notes sur les divers dessins.

«  Cet animal gélatineux est bien extraordinaire. Un soir que l’obscurité la plus grande régnait, le citoyen Maugé et moi examinions avec attention l’arrière du navire. Nous aperçûmes dans son sillage des parties très lumineuses mais d’une clarté que nous n’avons pas encore vue, ce qui nous donna le plus grand désir d’attraper ce qui pouvait faire cet effet dans la mer. Alors nous nous emparons du filet et, peu de moments après, nous avons le plaisir d’avoir à bord plusieurs de ces animaux qui, lorsque nous les laissions un moment tranquilles, la lumière diminuait et, de suite, reprenait la première vigueur lorsque nous les touchions de nouveau. […] Un autre gélatineux d’un poids et d ‘une grandeur considérables passa le long du bord. Sa forme est à peu près celle d’une manchon long d’environ 1 pied ½ sur 6 à 8 pouces de contour en travers. J’en ai pris un qui pesait au moins 10 à 12 livres. Ce qui m’étonna beaucoup c’est qu’un corps paraissant aussi léger sur l’eau fut d’un poids aussi considérable, surtout un gélatineux qui n’a pas d’os  »10.

  • 11 Péron F., 1804. Mémoire sur le nouveau genre Pyrosoma. Annales du Musée national d’Histoire naturel (...)

10C’était alors la première observation d’un Pyrosoma atlanticum, espèce de tunicier planctonique colonial qui sera décrit par Péron au retour de l’expédition11.

11D’un tempérament délicat, les ennuis de santé ne ménagèrent pas Le Villain. Ainsi, dans un rapport au capitaine Hamelin sur la mission exploratoire des abords de la rivière des Cygnes (baie du Géographe), il relate que ses compagnons et lui y ont trouvé,

«  une espèce d’amande que nous présumâmes être excellente cuite dans la cendre. […] Combien fûmes-nous punis de notre curiosité : nous avons été malades à en mourir. Pour moi, après avoir rendu le peu que j’avais dans l’estomac, n’ayant plus rien, faisant des efforts affreux, je rendis deux grands verres de sang qui, depuis ce temps, m’ont fatigué singulièrement la poitrine  ».

12Sensible et mélancolique Le Villain dévoile, dans son journal, l’affection profonde qu’il avait pour sa famille. Il écrit, évoquant sa mère,

«  je ne respire qu’après le moment fortuné qui pourra me remettre dans ses bras  » et s’adressant à ses frères, «  mes bons amis, combien je vous regrette souvent […] cependant je ne désirerais pas que vous soyez avec nous, car vous auriez trop à souffrir  ».

13Il y parle aussi de la disparition de son chien Kismy dans la baie du Géographe :

«  Mon pauvre chien ayant eu peur de la lame n’avait jamais voulu se laisser prendre pour qu’on l’embarque [dans la chaloupe] et que finalement on avait été obligé de laisser. Hélas, je ne puis retenir mes larmes. […] Il faut avoir vu un animal pareil pour éprouver ce qu’on sent de douleur lorsqu’on est séparé de celui auquel on était attaché. Cette perte est considérable sous beaucoup de rapport, particulièrement pour la zoologie, car comment avoir des quadrupèdes sans chien, comment se procurer une pièce de gibier des marais, comment se procurer un des oiseaux tombés à l’eau.  »

  • 12 Archives du Muséum du Havre, réf. 05226, Journal de Le Villain.

14Le Villain était un collecteur zélé. En rade de l’île Dirk Hartog (baie des Chiens marins) on lit dans son journal12, en date du 24 juillet 1801,

  • 13 Mollusque bivalve au profil en marteau.
  • 14 Toure ou tour, mollusque gastéropode qui ressemble au buccin.
  • 15 Visse ou vis, mollusque gastéropode à coquille turriculée et à columelle oblique.
  • 16 Mollusque gastéropode du groupe des olives.

«  Ce jour, je me suis occupé de faire une grande caisse pour le Muséum contenant environ une douzaine de marteaux13 blancs, deux douzaines de toures14 de diverses couleurs, six ou sept bénitiers, diverses coquilles bivalves bien colorées, éponges, serpents de terre et d’eau, visses15 diverses, un grand pétrel noir, quatre pétrels damiers, un cormoran à ventre blanc, un oiseau nommé par les marins le cordonnier, deux huîtriers noirs à bec, yeux et pattes rouges, diverses moules, une grande couronne d’Éthiopie16 dans le meilleur état possible, et beaucoup d’autres espèces  ».

15La récolte par Le Villain des animaux rassemblés dans cette caisse fut vraisemblablement une de ses seules contributions zoologiques à l’expédition. Souffrant de dysenterie et de paludisme contractés à Kupang (Timor), il mourut en mer, le 23 décembre 1801, un peu plus d’un mois après avoir quitté l’île.

  • 17 Le Dru A P, 1810. Voyage aux îles de Ténériffe, la Trinité, Saint-Thomas, Sainte-Croix et Porto-Ric (...)

16René Maugé. Né à Cély-en-Bière (Seine-et-Marne) et âgé de 42 ans, Maugé faisait partie du personnel du Muséum. Il était chargé des préparations et empaillages des animaux. Ancien compagnon de Baudin, il avait participé à l’expédition de la Belle Angélique17. Il avait été désigné pour le voyage aux Terres australes sous le motif qu’il était à la fois très instruit en zoologie et excellent chasseur. Il ne fait pas de doute que sa désignation se fit avec l’appui direct de Jussieu et de Lacépède – au service duquel il était rattaché – et indirect de Baudin qui, tous trois, reconnaissaient ses talents.

17C’est peu dire que Maugé était apprécié de Baudin : dans une lettre à Jussieu de l’île de France, le 24 avril 1801, il dit combien l’activité de Maugé fut intense lors de la traversée de l’Atlantique.

  • 18 Lettre de Baudin à Jussieu de Ténériffe (archives MNHN, Ms 2126).

«  Uniquement occupé à se rendre utile, il est parvenu, au moyen d’un filet qu’il a imaginé, à nous procurer la vue de ses connaissances sur un grand nombre d’animaux marins, dont les dessins colorés, exécutés par les citoyens Petit et Lesueur [les deux dessinateurs recrutés par Baudin], ne laissent rien à désirer pour l’exactitude, le détail, la régularité et une parfaite ressemblance18  ».

  • 19 Péron F, 1807. Voyage de découvertes aux Terres australes. Imprimerie impériale, Paris, Vol 1, 498  (...)
  • 20 Journal de Riedlé, Archives du Muséum d’Histoire naturelle de Paris, Ms 1688.
  • 21 Péron, F. Observations générales sur les diverses espèces d’animaux successivement rencontrés par n (...)

18À Jussieu toujours, mais cette fois de Timor en octobre 1801, il dit : «  Maugé a plus de deux cents oiseaux qu’il croit absolument nouveaux, grand nombre de coquilles, insectes, etc., etc.  » Assez peu cité par Péron19 dans sa narration, il l’est bien davantage dans le journal de son ami Riedlé20 qui, lui aussi, fait état de ses abondantes récoltes. Maugé a eu certainement une grande importance dans le processus d’initiation de Péron au travail de terrain et à la préservation des spécimens, et on aurait aimé que cela transparaisse davantage dans sa narration. En effet, dès le début de son récit, Péron présente Maugé comme son égal (“son bon collègue”, écrit-il) alors qu’il n’était lui-même qu’un élève zoologiste jeune et inexpérimenté, et que Maugé, de 17 ans son aîné, avait le titre de premier zoologiste de l’expédition ! Plus dérangeant, il n’hésita pas s’attribuer ou à attribuer à son ami Lesueur les récoltes faites par feu René Maugé pendant la traversée de Timor à la Tasmanie, comme le montre les corrections apportées au manuscrit du mémoire sur les animaux observés ou capturés pendant cette traversée21.

  • 22 Cornell Ch., 1974. The Journal of post captain Nicolas Baudin. Libraries Board of South Australia, (...)

19Baudin avait beaucoup d’affection pour Maugé. Dans son journal22 il ne s’inquiète pas moins de trente fois de son état de santé entre le 19 novembre 1801 et le 20 février 1802, jour de son décès. Maugé sera inhumé sur l’île Maria, en Tasmanie. Une plaque de plomb signalait sa tombe et mentionnait :

«  Ici repose le citoyen René Maugé, zoologiste de l’expédition de découvertes commandée par le capitaine Baudin. 3 ventôse, an 10 de la République française  ».

  • 23 Lettre de Baudin au ministre de la Marine, ANF, série marine, BB4/995.

20Le 11 novembre 1802, Baudin écrira de Sydney au ministre de la Marine23 que la perte de Maugé et du jardinier Riedlé (décédé à Timor)

«  est irréparable non seulement pour la suite de l’expédition, mais encore pour leur utilité au Muséum National où ils étaient employés. Sans être de la force des savants qui nous restent, ils ne faisaient pas de l’esprit, mais beaucoup d’ouvrage pour les personnes véritablement instruites  ».

21François Péron. Natif de Cérilly (Allier) Péron était âgé de 25 ans. Il est sans conteste le plus connu des zoologistes du voyage aux Terres australes. Intelligent et brillant, fougueux et exalté, mais aussi chaleureux et fidèle en amitié, sans doute présomptueux, sûrement ambitieux, Péron fut tout cela à la fois.

22Qu’est-ce qui a amené la désignation de Péron par la Commission de l’Institut ? Élève de l’École de Médecine, il avait adressé à ses professeurs un opuscule dans lequel il expose la nécessité de faire, lors de l’expédition aux Terres australes, des recherches anthropologiques. Par anthropologie Péron entendait ce qu’on appellerait aujourd’hui de la médecine comparée. S’adressant toujours à ses professeurs dans une lettre annexée à son opuscule, il leur dit : 

« Une démarche auprès du Gouvernement ou de l’Institut National ne pourrait-elle pas, citoyens professeurs, […] faire recevoir à bord de la flotte un ou plusieurs jeunes étudiants en médecine chargés, sous le titre d’anthropologiste, de recueillir […] toutes les informations propres à hâter le perfectionnement des diverses branches de la médecine ?  ».

  • 24 Archives de l’Institut, séance du 1 thermidor an 8.

23Péron sut les convaincre et ils appuieront sa candidature au Voyage dans une lettre, datée du 20 juillet 1800, adressée à la Commission de l’Institut24. Le 7 août suivant, la Commission propose son embarquement au ministre de la Marine. Remarquons que si les Professeurs de l’École de Médecine recommandaient Péron en sa qualité d’élève médecin, la Commission de l’Institut le désignera comme élève zoologiste chargé spécialement de l’Anatomie comparée.

24C’est essentiellement à Cuvier qu’est dû le choix de Péron, et c’est à lui qu’il doit d’être recruté non pas au titre d’anthropologue, mais à celui de ‘zoologiste anatomiste des animaux’ ainsi que l’appellera le jardinier Riedlé. D’ailleurs au cours du voyage, Péron se réclamera à plusieurs reprises d’instructions que lui avait données Cuvier. Un peu agacé par ses allusions fréquentes, Baudin lui écrira, pendant la relâche de Sydney,

«  Vous ne devez pas oublier m’avoir dit, plus souvent que je ne l’aurais voulu entendre, que Monsieur Cuvier, à la demande duquel vous avez embarqué, vous avait donné des ordres particuliers et non le Gouvernement  ».

  • 25 Archives MHN Havre, ref. 21003-1.

25Ces instructions n’ont jamais été retrouvées et pour cause, elles étaient orales. Dans un manuscrit inédit conservé au Muséum du Havre25, Péron y fait explicitement allusion en rapportant qu’elles concernaient surtout les mollusques, vocable qui, à l’époque, recouvrait les invertébrés sans coquille ni carapace, à l’exclusion des vers parasites. On considérait donc comme mollusques aussi bien les ‘limaces’ de mer et de terre, les méduses, les étoiles de mer ou les holothuries, que les vers, les pieuvres, les tuniciers ou les anémones de mer. Dans ce manuscrit Péron écrit, toujours à propos de mollusques,

  • 26 Ainsi huit des vingt-deux mémoires publiés par Cuvier sur les mollusques sans coquilles se basent s (...)

«  l’étude des animaux de cette famille m’avait été recommandée d’une manière particulière par les citoyens Cuvier et Lamarck. Je n’ai rien négligé pour répondre à leur désir. J’ai recueilli partout tout ce qui s’est offert à mes recherches et j’ai la satisfaction de présenter une collection en ce genre également intéressante et nombreuse26  ».

  • 27 Jangoux M. 2004. Bibliographie de François Péron. Australian Journal of French Studies, 41  : 194-2 (...)
  • 28 Voir Goy J, 1995. Les méduses de Péron et Lesueur. Éditions CTHS, Paris. 395 p.  ; Jangoux M, 2021a (...)

26Si les contributions de Péron furent assez diversifiées27, son apport fondamental à l’issue du voyage est clairement celui d’un zoologiste marin particulièrement intéressé par les invertébrés, surtout par les animaux dits rayonnés28.

  • 29 La publication de la narration du voyage se fit en deux tomes. Le tome 1 est dû à Péron seul (Péron (...)

27Péron fit toute l’expédition et revint en France à bord du Géographe en mars 1804 en même temps que le dessinateur Charles-Alexandre Lesueur, son ami et compagnon de voyage. Seul ou avec Lesueur, il contribua à la diffusion des observations et des récoltes faites pendant l’expédition. Mais c’est à la relation du voyage de découverte, relation qu’il ne put malheureusement terminer29, qu’il devra surtout sa notoriété. Épuisé par la tuberculose, Péron mourut à Cérilly, sa ville natale, en décembre 1810.

Les Botanistes et les Jardiniers

  • 30 Bezin A, 1934. André-Pierre Ledru, sa correspondance à l’occasion d’un voyage aux Canaries et aux A (...)
  • 31 Journal de Riedlé. Op. cit.

28Anselme Riedlé. Originaire d’Augsbourg (Allemagne), Riedlé était âgé de 32 ans. Employé par le Muséum depuis ses 25 ans, il était très lié avec le zoologiste Maugé. Riedlé lui aussi avait accompagné le capitaine Baudin dans l’expédition de la Belle Angélique. Comme jardinier, il avait contribué de façon très significative à son succès30. Passionné par son travail il s’occupait, à bord du Géographe, aussi bien de cultiver des légumes de France pour ses compagnons de voyage, voire pour les Naturels, que de veiller à maintenir en vie les plantes nouvelles qu’il ramenait à bord. Son journal31 regorge d’anecdotes tantôt drôles, tantôt tristes, toujours savoureuses : il manque de se tuer pour récolter une plante d’altitude à Ténériffe, ne se console pas de la perte de ses échantillons à la suite de la tempête essuyée dans la baie du Géographe, peste sur les chats du bord qui sans cesse viennent remuer la terre de ses bailles, etc. Très professionnel, il écrira au commandant dès leur arrivée sur les côtes de Nouvelle-Hollande

«  Il me semble bon, chaque fois que nous quitterons un endroit remarquable où nous avons relâché et où nous aurons pu descendre à terre […] pour en connaître les productions, de vous remettre une petite notice des travaux et des recherches que j’aurais pu faire dans chacun de ces endroits  ».

  • 32 Cornell, 1974. Op. cit.

29Baudin l’estimait beaucoup. Il nous confie son abattement lorsqu’il apprend la chute faite par Riedlé à Ténériffe32 en novembre 1800 : «  Cet accident arrivé à un homme si essentiel me fit beaucoup de peine, mais il me reste l’espoir que sa guérison ne serait pas longue  » et, plus loin, «  Notre jardinier Riedlé va de mieux en mieux […] c’est pour moi une grande consolation de voir qu’il sera bientôt rétabli  ». Mais il fallait aussi compter avec le caractère carré de Riedlé. Ainsi, en août 1801, alors qu’ils avaient quitté les rivages de la baie des Chiens marins depuis plusieurs semaines, il rapporte son agacement :

  • 33 Actuelle île Bernier.

«  Je commence à m’ennuyer d’être si longtemps sans descendre à terre et de ne pouvoir rien faire. Je crois que la collection de la Nouvelle Hollande ne sera pas trop grande faute de pouvoir descendre à terre. Il y a près d’un mois que nous avons quitté l’île Stérile33 et je ne suis pas descendu depuis ce temps-là. Jugez vous-même comme c’est ennuyant  ».

30Une grogne somme toute passagère à voir l’importance des récoltes du jardinier : «  plus de 400 espèces en herbier dont 270 de Nouvelle Hollande et les autres de Timor  » écrira-t-il de Kupang à son mentor André Thouin.

  • 34 David Nelson, le jardinier-botaniste du voyage de Bligh, mourut des fièvres à Timor en juillet 1789
  • 35 Baudin dit qu’il demanda à savoir où était enterré Nelson afin que l’on puisse placer Riedlé à ses (...)

31Hélas, pour Riedlé tout s’arrêta à Timor. Une fièvre dysentérique le foudroya en moins de deux semaines. Il mourut le 21 octobre 1801. Le chagrin de Baudin était profond ; il perd, dit-il, un de ses meilleurs amis et donne l’ordre de lui rendre «  les mêmes honneurs qu’on rendrait à lui-même  ». Les funérailles auront lieu dès le lendemain et Riedlé sera inhumé à côté du botaniste Nelson34 dans le cimetière européen de Kupang35.

32Antoine Sautier. Né à Paris, Sautier avait 29 ans lors de son embarquement sur le Géographe comme premier garçon jardinier. Lui aussi travaillait au Muséum ; à bord, il était au service de Riedlé. Sautier laisse un journal d’une écriture difficile à déchiffrer. On parvient cependant à y déceler une personnalité enthousiaste et chaleureuse qu’accompagne une bonne dose de naïveté. Il y parle du travail soutenu des jardiniers pendant la relâche de Timor :

  • 36 Journal de Sautier, archives MNHN Paris, Ms 1687.

«  Le 1 vendémiaire parti herboriser vers 9 h, rentré à 11 h, rapporté sept arbres à planter, il ne faut planter que le soir par rapport à la grande chaleur. Le 2 je reste à la case. Le 3, herborisations. Le 4, herborisations avec Guichenot. Le 5 nous restons tous les trois à la case. Le 6 je fus herboriser dès la pointe du jour, nous allâmes très loin et nous ne revînmes à la case que près de midi […]36  ».

  • 37 Journal de Sautier, ibid.

33Sautier veilla Riedlé tout au long de sa maladie ; il était à son chevet lors de sa mort : «  il mourut près de moi sans extravagance […] comme une lumière qui fuit37  ». Atteint du même mal, Sautier mourut en mer quelques semaines plus tard.

34Théodore Leschenault. Natif de Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire) et âgé de 27 ans. Il était recommandé par Jussieu qui le présentait ainsi

  • 38 Pour les informations relatives au recrutement des savants et à leur préparation/participation au v (...)

 « Le citoyen Leschenault, élève du Muséum, qui s’occupe depuis quelques années de botanique et qui en sait assez pour nommer sans livre un certain nombre de plantes et pour déchiffrer avec les livres la plupart des genres qu’il ne connaît pas. Il joint à cela l’art de dessécher proprement les plantes et celui de les dessiner assez correctement. Il a de plus un caractère doux et très sociable et tout annonce en lui les résultats d’une bonne éducation38

  • 39 Péron, Note sur la botanique, ANF, dossier AJ/15/569.

Leschenault eut une activité soutenue pendant l’expédition. Péron39 écrira à son propos :

«  Mon intéressant ami Leschenault a rendu des services […] à la Science en recueillant, décrivant et dessinant avec beaucoup de soins plus de 640 plantes nouvelles […]. C’est spécialement à la côte sud-ouest de la Nouvelle Hollande et dans nos relâches [sur la côte ouest], régions pour la plupart non visitées à ce jour par les Anglais, que mon laborieux ami a fait ses collections les plus intéressantes et les plus riches  ».

35Leschenault laisse un journal qui ne porte que sur la première partie du voyage (du Havre à Sydney). De Sydney il le fera parvenir à Jussieu, en l’accompagnant d’une longue lettre où il se plaint et s’encourage à la fois

  • 40 Desmet V. & Jangoux M., 2010. Un naturaliste aux Terres australes. Jean-Baptiste Leschenault de la (...)

«  Moi, maintenant seul botaniste dans l’expédition, je suis obligé d’employer seulement mes faibles connaissances en dessin pour les plantes que je recueille ; je suis seul encore pour les recueillir, les dessécher, les décrire […] Encore plus de deux ans [pendant lesquels] je serai éloigné de vous. Pendant ce temps je vais redoubler d’efforts et de zèle ; je sens toutes les obligations que m’impose la confiance que vous avez eue en moi […] Seul chargé de la partie de l’histoire naturelle qui regarde la botanique, de jour en jour mon travail devient plus facile par l’habitude de l’observation. J’espère qu’à mon retour je pourrai vous présenter des résultats dignes [de vous] être offerts40  ».

36Tant à Sydney que pendant la suite de l’expédition, singulièrement à l’île Kangourou et au port du Roi George, Leschenault s’activa beaucoup, récolta nombre de plantes et de graines ainsi que des échantillons de bois. Alors que le Géographe se dirigeait à nouveau vers le nord par la route de la côte ouest, la santé de Leschenault se détériora au point que Baudin décida de le débarquer à Timor en lui donnant instruction de rejoindre directement l’Île de France et de s’y soigner pour rembarquer ensuite sur le Géographe qui devait s’y arrêter sur le chemin du retour.

37À la fin juin 1803, Leschenault quitta Timor pour Batavia où il espérait trouver un passage pour l’Île de France. Hélas, la marine britannique cadenassait les mers et il n’en trouva aucun ni pour l’Île de France, ni pour l’Europe. Il finit par accepter la proposition de Nicolas Engelhard, le gouverneur de la région est de Java, de l’accueillir et de pourvoir à ses besoins tout en mettant à son service ses talents d’explorateurs naturalistes. Leschenault resta quelque trois ans à Java avant de trouver un passage pour les États-Unis. De là, il rejoignit la France en 1807. Il y resta quelques années où il fut un temps inspecteur des bergeries de moutons mérinos. Dès le retour de la monarchie, il entama une carrière de voyageur naturaliste. Basé à Pondichéry, il explora le sud de la péninsule indienne et l’île de Ceylan pendant près de sept années. Il sera ensuite envoyé en mission naturaliste au Brésil, en Guyane et au Surinam. Il mourut à Paris en mars 1826 à l’âge de 53 ans.

38Antoine Guichenot. Originaire de Paris et âgé de 17 ans, il était de loin le plus jeune du groupe des naturalistes. Né dans l’enceinte du Muséum où vivait et travaillait son père, il distribuait fourrages et vivres aux animaux de la ménagerie. C’est à la demande d’André Thouin qu’il fut désigné pour accompagner Riedlé aux Terres australes. Riedlé le forma à la récolte de végétaux et à leur mise en herbier, activité qu’il poursuivit sans relâche après la mort du jardinier en secondant le botaniste Leschenault. Guichenot revint en France à bord du Géographe. Il poursuivit sa carrière au Muséum, rattaché au service des Cultures du professeur Thouin.

Un bilan naturaliste

  • 41 Péron et Lesueur se virent respectivement attribuer, en 1806 et par décret impérial, une pension de (...)

39On se souviendra que les naturalistes étaient treize au départ du Havre et que six d’entre eux abandonnèrent l’expédition à l’île de France. Des sept qui poursuivirent l’aventure, quatre décédèrent dans les premiers mois du voyage. Parmi eux, les récolteurs chevronnés qu’étaient Anselme Riedlé et René Maugé. C’était sûrement la pire chose qui pouvait arriver : le capitaine perdait deux amis qui lui étaient chers et l’expédition se voyait privée des naturalistes les plus expérimentés. Les contributions de Riedlé et de Maugé, comme celles de Le Villain et de Sautier, tous quatre décédés, se résumèrent en définitive aux quelques récoltes qu’ils eurent l’occasion de faire. Et ce sera sur les épaules de deux hommes, le zoologiste François Péron et le botaniste Théodore Leschenault, que reposera l’essentiel des activités naturalistes. Heureusement, ils furent chacun aidés dans cette tâche, Péron par le dessinateur Lesueur et Leschenault par le garçon jardinier Guichenot. Il faut préciser ici que ni Péron ni Leschenault n’étaient employés par le Muséum d’Histoire naturelle. Correctement rémunéré par le ministère de la Marine pendant l’expédition, le traitement qui leur était attribué cessa dès leur débarquement. Ils bénéficièrent cependant, tous deux ainsi que leur collègue Lesueur, d’une pension annuelle qui leur sera accordée, un peu tardivement, par l’empereur41.

  • 42 Leschenault Th., 1811. Notice sur la végétation de la Nouvelle-Hollande. Annales du Muséum national (...)
  • 43 Postiau P. et Jangoux M, 2010. Les récoltes botaniques de l’expédition aux Terres australes (1801-1 (...)

40Botanique. Les récoltes botaniques furent considérables. Elles étaient surtout dues à Leschenault et au garçon jardinier Guichenot, ainsi qu’à Riedlé pendant les premiers mois de l’expédition. Elles ne firent malheureusement pas l’objet d’études particulières ; le décès de Riedlé à Timor et l’absence de Leschenault en séjour forcé à Java en sont les raisons principales. La seule contribution de Leschenault, plusieurs années après son retour des Indes néerlandaises, fut une notice consacrée aux plantes de Nouvelle Hollande42. On sait toutefois que les vaisseaux ramenèrent des herbiers et des graines, mais aussi des échantillons de bois et même quelques plantes vivantes43.

  • 44 Jangoux M., 2018. The herbarium of the Terres australes (Baudin expedition, 1800-1804). (https :/ww (...)
  • 45 Jangoux M., Desmet V., Lefebvre C., 2011. Les carnets botaniques de Théodore Leschenault. (https:// (...)

41* Conservé au Muséum, l’herbier de l’expédition, dispersé dans l’herbier général de l’Institution, a fait récemment l’objet d’un récolement44. Près de 2.200 parts d’herbier ont pu ainsi être reconnues, dont environ 1.600 provenaient de collectes en Nouvelle Hollande et 590 de Timor. Hormis ce récolement aucune étude d’ensemble n’a été faite sur l’herbier austral. Toutefois la plupart des plantes qui le constituent furent examinées au gré d’études systématiques sur tel ou tel groupe de végétaux, des études menées par de nombreux botanistes tant français qu’étrangers. Pendant l’expédition, Leschenault dessina et commenta une quarantaine de plantes dans des carnets qu’il enverra à Jussieu lors de la relâche à Sydney. Conservés au Muséum, ces carnets ont été retranscrits et les dessins reproduits45.

  • 46 ANF, fonds Muséum, AJ/15/592  ; lettre de Geoffroy aux Professeurs du 24 germinal an 12 (14 avril 1 (...)

42* Des divers échantillons de bois rapportés, aucun ne semble avoir été conservé. Dans une lettre de Geoffroy Saint-Hilaire à ses collègues professeurs, on lit : « M. Baudin avait embarqué 25 billes ou poutrelles de Casuarina pour les employer à faire des meubles […]  ». Geoffroy précise que ce bois appartenait à feu le capitaine Baudin qui avait à faire une collection pour Mme Bonaparte et que, en conséquence, c’est à elle qu’il appartenait46.

43* De nombreuses graines ont été ramenées en France et Mme Bonaparte souhaitait les obtenir pour son jardin de Malmaison. Jean-Antoine Chaptal, alors ministre de l’Intérieur, avait à ce propos rappelé aux professeurs

  • 47 ANF, fonds Muséum, AJ/15/590  ; lettre de Chaptal aux professeurs du 18 thermidor an 11 (6 août 180 (...)

«  de délivrer pour le jardin de Mme Bonaparte tout ce qui ne serait pas essentiellement nécessaire à l’établissement qui vous est confié. […] Vous savez comme moi avec quels soins s’occupe Mme Bonaparte de la culture des plantes […]. Il est de l’intérêt de la science comme de la gloire de la France d’encourager ce goût distingué47  ».

  • 48 Bonpland A., 1813. Descriptions des plantes rares cultivées à Malmaison et à Navarre. P. Didot, Par (...)

44On apprendra cependant que, finalement, les graines de Nouvelle Hollande «  ont été partagées en égales parties entre le Muséum et le jardin de Malmaison  ». Plusieurs plantes issues de graines récoltées en Nouvelle Hollande par les botanistes de l’expédition sont illustrées dans le superbe ouvrage de Bonpland sur les plantes cultivées à Malmaison48 (Figure 2).

45* Les plantes vivantes embarquées sur le Géographe eurent à souffrir du froid. Milius, qui ramena le vaisseau en France, rapporte que

«  le froid excessif que nous éprouvâmes, entretenu par une pluie presque continuelle, porta la mort et la destruction parmi nos plantes. […] Nous fîmes de grandes pertes en ce genre.  »

46Toutefois le bilan dressé des plantes arrivées vivantes à Paris indique que le Géographe a ramené

  • 49 Anonyme, 1804. États des dons faits au Muséum par ses correspondants soit en graines ou en végétaux (...)

«  sous la conduite du sieur Guichenot : 63 caisses ou demi-barils remplis de plus de 1 000 individus d’arbres et de plantes en nature recueillis au port Jackson, dans la Nouvelle-Hollande, dans le détroit de Bass, à Timor, à l’Île-de-France et au cap de Bonne Espérance. De tous ces végétaux 230 environ se sont trouvés vivants ou donnant encore quelques signes de vie. Les autres étaient secs et morts. 98 espèces des moins malades ont été choisies pour les serres de la Malmaison, et le reste est demeuré au Muséum où un très petit nombre végète dans ce moment49  ».

  • 50 Bonpland. Op. cit.

47Certaines des plantes transférées à la Malmaison s’y développèrent et quelques-unes, peintes par Pierre Joseph Redouté, illustreront l’ouvrage publié par Bonpland sur les plantes rares du jardin50.

Figure 2. Plantes de Malmaison issues de graines rassemblées aux Terres australes par le botaniste Leschenault (Bonpland 1813).

Figure 2. Plantes de Malmaison issues de graines rassemblées aux Terres australes par le botaniste Leschenault (Bonpland 1813).

A. Metrosideros saligna (aujourd’hui Callistemum salignus)

B. Melaleuca chlorantha (aujourd’hui Melaleuca diosmifolia)

C. Eucalyptus diversifolia (nom inchangé)

D. Metrosideros glauca (nom inchangé).

48Zoologie. En zoologie aussi les récoltes furent considérables. Si Le Villain et Maugé, tous deux décédés au début du voyage, y ont effectivement participés, l’essentiel des collectes et des observations zoologiques proviennent du zèle enthousiaste du zoologiste Péron et de Lesueur, son ami dessinateur.

  • 51 Lamarck J.B., 1817. Espèce, Nouveau Dictionnaire d’Histoire naturelle, vol. 10, p. 441-451.
  • 52 Jangoux 2021b The unpublished reports of Lamarck and the fate of the invertebrate collection from t (...)

49Péron doit sa notoriété à la relation qu’il fit du voyage de découvertes. Il en est certes l’auteur, mais, pour lui, ce devait être comme un récit par défaut. En effet, le but qu’il s’était assigné était la réalisation, à partir des récoltes effectuées, d’une ‘Zoographie de la Nouvelle Hollande’. Ainsi, Lamarck rapporte que Péron lui avait confié avoir remarqué que «  parmi les variétés [animales] obtenues, il s’en trouve souvent qui sont les types de séries latérales qui amènent à d’autres espèces51  ». De telles observations, dès lors qu’il aurait pu les reproduire sur diverses espèces le long de gradients latitudinaux, auraient certainement permis à Péron de s’approcher du concept de spéciation. Hélas le sort en a décidé autrement, car, alors qu’il était parti pour rejoindre Paris peu après l’arrivée du Géographe à Lorient, les professeurs de Muséum avaient, quasi simultanément, délégué leur collègue Geoffroy Saint Hilaire en Bretagne pour y vérifier l’état des collections. Une vérification qui entraîna le décaissement des spécimens et amena la complète désorganisation de leur regroupement géographique, empêchant toute analyse – sauf systématique – des animaux prélevés52. Bien sûr les récoltes de Péron permirent d’accroître sensiblement la connaissance de nombreux groupes zoologiques, mais son approche zoogéographique, alors d’une grande originalité, fut réduite à néant et les considérations qu’elle aurait pu naturellement entraîner échappèrent au précurseur qu’il était.

50Cette déconvenue dut fortement affecter Péron qui, dès la fin de 1805, plus d’un an après le retour du Géographe, s’immergea dans la rédaction du récit de l’expédition dont le premier volume paru en 1807. Un récit où se mêlent faits et souvenirs et qui parfois, selon d’aucuns, édulcorerait ou dramatiserait la réalité.

  • 53 Goy J. 1995.Op. cit.  ; Jangoux M. 2021a. Op. cit.
  • 54 Les carnets de Péron sont conservés au Muséum du Havre.
  • 55 Bonnemains et coll. 1988. Baudin in Australian waters. Melbourne, Oxford University Press  ; Jackso (...)
  • 56 Jouanin Ch., 1997. Les cygnes noirs, dans L’impératrice Joséphine et les Sciences naturelles, p. 14 (...)

51Si on excepte la description des pyrosomes publiée en 1805, les travaux zoologiques de Péron, seul ou en collaboration avec Lesueur, paraissent en 1809 et 1810, année de son décès. Ils s’intéressent pour la plupart aux animaux radiaires dont l’étude, comme celle des mollusques sans coquilles, lui avait été recommandée par Cuvier et Lamarck. Ainsi plusieurs articles furent-ils consacrés aux méduses, quelques-uns aux mollusques et d’autres, restés à l’état d’ébauche, aux astéries et aux holothuries53. Par-delà les animaux rayonnés, Péron et Lesueur récoltèrent une énorme quantité de spécimens zoologiques tant vertébrés qu’invertébrés : Péron les caractérisa dans ses carnets de récoltes restés inédits54 ; Lesueur les illustra par des dessins et des ébauches55 devenus célèbres. Parmi les vertébrés de Nouvelle Hollande certains avaient été capturés vivants, mais rares sont ceux qui arrivèrent vivants en France56 (Figure 3). Peu après l’arrivée des collections à Paris, en mai 1804, Jussieu écrira :

«  De toutes les collections qui nous sont parvenues des pays éloignés à diverses époques, celles rapportées par les corvettes Le Géographe et Le Naturaliste sont certainement les plus considérables  »

et plus tard, en 1806, les professeurs du Muséum, parlant des espèces ramenées, affirmeront que

«  que Péron et Lesueur en ont plus fait connaître que tous les naturalistes voyageurs des derniers temps […] Les mœurs de ces bêtes, les noms qu’ils reçoivent des naturels, la manière dont ceux-ci les capturent et les emploient, rien n’a été oublié. Les descriptions de Péron embrassent tous les détails de l’organisation intérieure de l’animal, établissent ses caractères d’une façon absolue  ».

52De ce dernier point de vue les travaux de Péron et de Lesueur sont proprement complémentaires tant la finesse des observations et des analyses du zoologiste se voit accentuée par la précision picturale du dessinateur. Mais, plus encore, avec Péron le voyageur naturaliste se transforme en naturaliste de terrain. Bien sûr, il s’agit toujours d’approvisionner les savants de cabinet en espèces nouvelles, mais la mission du voyageur s’enrichit d’observations originales, comportementales, ethnozoologiques, en même temps qu’elle pose les bases de nouvelles approches en chambre alliant diversité biologique et distribution géographique. François Péron est probablement le premier à opérer la métamorphose du naturaliste récolteur en naturaliste chercheur, comme l’accomplira à son tour, quelques décennies plus tard et avec quel brio, Charles Darwin, le naturaliste du Beagle.

Figure 3. Cygne noir (Chenopis artata) à Malmaison et chien dingo (Canis lupus dingo) de la ménagerie du Muséum, animaux ramenés vivants en France

Figure 3. Cygne noir (Chenopis artata) à Malmaison et chien dingo (Canis lupus dingo) de la ménagerie du Muséum, animaux ramenés vivants en France

Aquarelle de Wailly [collection MNHN, Paris]

Dessin sur vélin de Lesueur [collection MHNH, Le Havre]

Haut de page

Bibliographie

Sources manuscrites

Archives nationales (ANF)

Journal de Gicquel des Touches, ANF, série marine, 5JJ55.

Péron, note sur la botanique, ANF, série muséum, AJ/15/569

Lettre de Chaptal (18 thermidor an 11), ANF, série muséum, AJ/15/590.

Lettre de Geoffroy (24 germinal an 12), ANF, série muséum, AJ/15/592.

Lettre Baudin au ministre de la Marine (20 brumaire an 11), ANF, série marine, BB4/995.

Archives du Muséum du Havre (MNHN)

Le Villain, Journal et iconographie, MHNH 05226 &14040. Manuscrit de Péron, MHNH 21003-1

Archives de Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN)

Journal de Riedlé, MNHN, Ms 1688.

Journal de Sautier, MNHN, Ms 1687.

Lettre de Baudin, MNHH, Ms 2126 (lettres 3, 5 et 6).

Lettre de Sautier à Thouin du 3 floréal an 9 (MNHN, Fonds Thouin).

Archives de l’Institut de France (AIF)

AIF, séance du 1 thermidor an 8.

Sources imprimées

Anonyme, (1804). États des dons faits au Muséum par ses correspondants soit en graines ou en végétaux vivants. Annales du Muséum national d’Histoire naturelle, 5 : 471-479.

Bezin A., (1934). André-Pierre Ledru, sa correspondance à l’occasion d’un voyage aux Canaries et aux Antilles. Troisième partie (correspondance avec Baudin et Jussieu). La Révolution dans le Maine, 10 : 187-212.

Bonnemains J., Forsyth E. & Smith B., (1988). Baudin in Australian Waters. The Artwork of the French Voyage of Discovery to the Southern Lands 1800-1804. Melbourne, Oxford University Press.

Bonnemains J., (2000). Mon voyage aux Terres australes. Journal personnel du commandant Baudin. Imprimerie nationale, Paris.

Bonpland A., 1813. Descriptions des plantes rares cultivées à Malmaison et à Navarre. P. Didot, Paris.

Cornell Ch., 1974. The journal of post captain Nicolas Baudin. Libraries Board of South Australia, Adelaide.

Cuvier G., 1817. Mémoires pour servir à l’histoire et à l’anatomie des mollusques. Deterville, Paris.

Desmet V. & Jangoux M., (2010). Un naturaliste aux Terres australes. Jean-Baptiste Leschenault de la Tour (1773-1826). Études sur le 18e Siècle, Bruxelles 38 : 225-232.

Goy J., (1995). Les méduses de Péron et Lesueur. Éditions CTHS, Paris.

Jackson S.M., Jansen J.J., Baglione G. & Callou C., (2021). Mammals collected and illustrated by the Baudin expedition to Australia and Timor (1800-1804). Zoosystema 43 (21) : 387-548.

Jangoux M., (2004). Bibliographie de François Péron. Australian Journal of French Studies, 41 : 194-203.

Jangoux M. (éd.), (2009). Nicolas Baudin. Journal du voyage aux Antilles de la Belle Angélique (1796-1798), Paris & Bruxelles, Presses de l’Université Paris-Sorbonne & Académie Royale de Belgique.

Jangoux M., Jouanin Ch. & Métivier B., (2010). Les animaux embarqués vivants sur les vaisseaux du voyage de découvertes aux Terres australes. Études sur le 18e siècle, Bruxelles 38 : 265-282.

Jangoux M., Desmet V. & Lefebvre C., (2011). Les carnets botaniques de Théodore Leschenault. (https://www.baudin.sydney.edu.au/other-documents).

Jangoux M., (2013.) Le voyage aux Terres australes du commandant Nicolas Baudin. Genèse et préambule (1798 – 1800), Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne.

Jangoux M., 2018. The herbarium of the Terres australes (Baudin expedition, 1800-1804). (https://www.baudin.sydney.edu.au/herbarium/).

Jangoux M., (2021a). The asteroid species of Lamarck (Echinodermata : Asteroidea), Zoosystema 43 (13) : 213-252.

Jangoux M., (2021b). The unpublished reports of Lamarck and the fate of the invertebrate collection from the Southern Lands, in J. Fornasiero & J. West-Sooby (ed.), ‘Roaming freely throughout the universe’, Nicolas Baudin’s voyage to Australia and the pursuit of science, Mile End, Wakefield Press, p. 152-179.

Jouanin Ch., (1997). Les cygnes noirs, dans L’impératrice Joséphine et les Sciences naturelles, p. 142-147. Paris, Réunion des Musées nationaux.

Le Dru A P., (1810). Voyage aux îles de Ténériffe, la Trinité, Saint-Thomas, Sainte-Croix et Porto-Ricco. Bertrand, Paris, 2 vols.

Lamarck J.B., (1817). Espèce. Nouveau Dictionnaire d’Histoire naturelle, 10 : 441-451.

Leschenault Th., (1811). Notice sur la végétation de la Nouvelle-Hollande. Annales du Muséum d’Histoire naturelle, 17, p. 81-98.

Péron F., (1802). Observations générales sur les diverses espèces d’animaux successivement rencontrés par nous dans le traversée de Timor au Cap Sud de la Terre de Diemen. Archives Muséum du Havre (reproduit et commenté dans Jangoux 2005. L’expédition du capitaine Baudin aux Terres australes : les observations zoologiques de François Péron pendant la première campagne [1801-1802]. Annales du Muséum du Havre 73 :1-35).

Péron F., (1804). Mémoire sur le nouveau genre Pyrosoma. Annales du Muséum national d’Histoire naturelle 4 : 437-446.

Péron F., (1807). Voyage de découvertes aux Terres australes. vol.  1, Imprimerie impériale, Paris.

Péron F. & Freycinet L., (1816). Voyage de découvertes aux Terres australes. vol.  2, Imprimerie royale, Paris.

Postiau P. & Jangoux M., (2010). Les récoltes botaniques de l’expédition aux Terres australes (1801-1803). Études sur le 18e siècle, Bruxelles 38 : 243-251.

Haut de page

Notes

1 Jangoux M. (éd.), 2009. Nicolas Baudin. Journal du voyage aux Antilles de la Belle Angélique (1796-1798), Paris & Bruxelles, Presses de l’Université Paris-Sorbonne et Académie Royale de Belgique, 520 p.

2 La Révellière-Lépeaux était responsable des questions culturelles sous le Directoire.

3 Les zoologistes Maugé et Le Villain et le jardinier Riedlé.

4 Jangoux M., 2013. Le voyage aux Terres australes du commandant Nicolas Baudin. Genèse et préambule (1798-1800), Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 465 p.

5 Jangoux 2009. Op. cit.

6 Journal de rade de Gicquel, Archives nationales de France [ANF], série marine, 5JJ55.

7 Extrait d’une lettre du garçon jardinier Sautier à André Thouin de l’Île de France, 3 floréal an 9 (archives MNHN, Fonds Thouin).

8 Bonnemains J, 2000. Mon voyage aux Terres australes. Journal personnel du commandant Baudin. Imprimerie nationale, Paris. 467 p [p. 50].

9 André Thouin était le professeur des Cultures du Muséum d’Histoire naturelle.

10 Archives du Muséum du Havre, ref. 14040, Le Villain  : Notes sur les divers dessins.

11 Péron F., 1804. Mémoire sur le nouveau genre Pyrosoma. Annales du Musée national d’Histoire naturelle, vol 4, p. 437-446.

12 Archives du Muséum du Havre, réf. 05226, Journal de Le Villain.

13 Mollusque bivalve au profil en marteau.

14 Toure ou tour, mollusque gastéropode qui ressemble au buccin.

15 Visse ou vis, mollusque gastéropode à coquille turriculée et à columelle oblique.

16 Mollusque gastéropode du groupe des olives.

17 Le Dru A P, 1810. Voyage aux îles de Ténériffe, la Trinité, Saint-Thomas, Sainte-Croix et Porto-Ricco. Bertrand, Paris, 2 vols, 315 & 324 p., 1 carte.

18 Lettre de Baudin à Jussieu de Ténériffe (archives MNHN, Ms 2126).

19 Péron F, 1807. Voyage de découvertes aux Terres australes. Imprimerie impériale, Paris, Vol 1, 498 p.

20 Journal de Riedlé, Archives du Muséum d’Histoire naturelle de Paris, Ms 1688.

21 Péron, F. Observations générales sur les diverses espèces d’animaux successivement rencontrés par nous dans la traversée de Timor au Cap Sud de la Terre de Diemen. Archives Muséum du Havre, ref. 65013 (reproduit et commenté dans Jangoux 2005).

22 Cornell Ch., 1974. The Journal of post captain Nicolas Baudin. Libraries Board of South Australia, Adelaide. 609 p. [p 330].

23 Lettre de Baudin au ministre de la Marine, ANF, série marine, BB4/995.

24 Archives de l’Institut, séance du 1 thermidor an 8.

25 Archives MHN Havre, ref. 21003-1.

26 Ainsi huit des vingt-deux mémoires publiés par Cuvier sur les mollusques sans coquilles se basent sur l’étude de spécimens ramenés par Péron (Cuvier G, 1817. Mémoires pour servir à l’histoire et à l’anatomie des mollusques. Deterville, Paris. 476 p.).

27 Jangoux M. 2004. Bibliographie de François Péron. Australian Journal of French Studies, 41  : 194-203.

28 Voir Goy J, 1995. Les méduses de Péron et Lesueur. Éditions CTHS, Paris. 395 p.  ; Jangoux M, 2021a. Les astéries de Lamarck, Zoosystema 43 (13)  : 213-252.

29 La publication de la narration du voyage se fit en deux tomes. Le tome 1 est dû à Péron seul (Péron 1807)  ; le tome 2, publié post-mortem, est débuté par Péron et achevé par Freycinet (Péron et Freycinet 1816).

30 Bezin A, 1934. André-Pierre Ledru, sa correspondance à l’occasion d’un voyage aux Canaries et aux Antilles. Troisième partie (correspondance avec Baudin et Jussieu). La Révolution dans le Maine 10  : 187-212.

31 Journal de Riedlé. Op. cit.

32 Cornell, 1974. Op. cit.

33 Actuelle île Bernier.

34 David Nelson, le jardinier-botaniste du voyage de Bligh, mourut des fièvres à Timor en juillet 1789.

35 Baudin dit qu’il demanda à savoir où était enterré Nelson afin que l’on puisse placer Riedlé à ses côtés et les réunir l’un et l’autre sous le même mausolée.

36 Journal de Sautier, archives MNHN Paris, Ms 1687.

37 Journal de Sautier, ibid.

38 Pour les informations relatives au recrutement des savants et à leur préparation/participation au voyage, voir Jangoux 2013, Op. cit. [p 191-269].

39 Péron, Note sur la botanique, ANF, dossier AJ/15/569.

40 Desmet V. & Jangoux M., 2010. Un naturaliste aux Terres australes. Jean-Baptiste Leschenault de la Tour (1773-1826). Études sur le 18e siècle 38  : 225-232.

41 Péron et Lesueur se virent respectivement attribuer, en 1806 et par décret impérial, une pension de 2.000 et 1.500 francs  ; un décret de 1807 octroya à Leschenault une pension de 1.800 francs.

42 Leschenault Th., 1811. Notice sur la végétation de la Nouvelle-Hollande. Annales du Muséum national d’Histoire naturelle vol.  17, p. 81-98.

43 Postiau P. et Jangoux M, 2010. Les récoltes botaniques de l’expédition aux Terres australes (1801-1803). Études sur le 18e siècle, Bruxelles 38  : 243-251.

44 Jangoux M., 2018. The herbarium of the Terres australes (Baudin expedition, 1800-1804). (https :/www.baudin.sydney.edu.au/herbarium/).

45 Jangoux M., Desmet V., Lefebvre C., 2011. Les carnets botaniques de Théodore Leschenault. (https://www.baudin.sydney.edu.au/other-documents).

46 ANF, fonds Muséum, AJ/15/592  ; lettre de Geoffroy aux Professeurs du 24 germinal an 12 (14 avril 1804).

47 ANF, fonds Muséum, AJ/15/590  ; lettre de Chaptal aux professeurs du 18 thermidor an 11 (6 août 1803).

48 Bonpland A., 1813. Descriptions des plantes rares cultivées à Malmaison et à Navarre. P. Didot, Paris.

49 Anonyme, 1804. États des dons faits au Muséum par ses correspondants soit en graines ou en végétaux vivants. Annales du Muséum national d’Histoire naturelle, 5  : 471-479.

50 Bonpland. Op. cit.

51 Lamarck J.B., 1817. Espèce, Nouveau Dictionnaire d’Histoire naturelle, vol. 10, p. 441-451.

52 Jangoux 2021b The unpublished reports of Lamarck and the fate of the invertebrate collection from the Southern Lands, in J. Fornasiero & J. West-Sooby (ed.), Nicolas Baudin’s Voyage to Australia and the pursuit of science, Mile End, Wakefield Press, p. 152-179.

53 Goy J. 1995.Op. cit.  ; Jangoux M. 2021a. Op. cit.

54 Les carnets de Péron sont conservés au Muséum du Havre.

55 Bonnemains et coll. 1988. Baudin in Australian waters. Melbourne, Oxford University Press  ; Jackson et coll., Mammals collected and illustrated by the Baudin expedition to Australia and Timor (1800-1804). Zoosystema 43 (21)  : 387-548.

56 Jouanin Ch., 1997. Les cygnes noirs, dans L’impératrice Joséphine et les Sciences naturelles, p. 142-147. Paris, Réunion des Musées nationaux  ; Jangoux M., Jouanin Ch. & Métivier B., 2010. Les animaux embarqués vivants sur les vaisseaux du voyage de découvertes aux Terres australes. Études sur le 18e siècle, Bruxelles 38  : 265-282.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Le Géographe (avant-plan) et le Naturaliste (dessin d’en-tête du journal de mer du commandant Baudin).
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3173/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Figure 2. Plantes de Malmaison issues de graines rassemblées aux Terres australes par le botaniste Leschenault (Bonpland 1813).
Légende A. Metrosideros saligna (aujourd’hui Callistemum salignus)
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3173/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende B. Melaleuca chlorantha (aujourd’hui Melaleuca diosmifolia)
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3173/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende C. Eucalyptus diversifolia (nom inchangé)
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3173/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende D. Metrosideros glauca (nom inchangé).
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3173/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Figure 3. Cygne noir (Chenopis artata) à Malmaison et chien dingo (Canis lupus dingo) de la ménagerie du Muséum, animaux ramenés vivants en France
Crédits Aquarelle de Wailly [collection MNHN, Paris]
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3173/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
Crédits Dessin sur vélin de Lesueur [collection MHNH, Le Havre]
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3173/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Jangoux, « Les naturalistes du voyage de découvertes du capitaine Baudin : contexte, présentation et bilan scientifique »Bulletin de la Sabix, 69 | -1, 93-110.

Référence électronique

Michel Jangoux, « Les naturalistes du voyage de découvertes du capitaine Baudin : contexte, présentation et bilan scientifique »Bulletin de la Sabix [En ligne], 69 | 2022, mis en ligne le 28 septembre 2022, consulté le 07 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/sabix/3173 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sabix.3173

Haut de page

Auteur

Michel Jangoux

Spécialiste de l’étude des invertébrés marins et de l’Histoire des voyages de découvertes, Michel Jangoux est professeur émérite de Zoologie et de Biologie marine à l’Université Libre de Bruxelles et à l’Université de Mons. Il est membre de la Classe des Sciences de l’Académie royale de Belgique.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo SABIX
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search