Navigation – Plan du site

AccueilNuméros69III. Présence polytechnicienneLes polytechniciens de l’expéditi...

III. Présence polytechnicienne

Les polytechniciens de l’expédition Baudin

Alain Brachon
p. 111-126

Texte intégral

1Parmi les officiers, officiers mariniers et équipages de l’expédition, on remarque six jeunes gens des toutes premières promotions de «  l’École centrale des travaux publics  », officiellement créée le 7 vendémiaire an III (28 septembre 1794) et renommée «  École polytechnique  » un an plus tard.

  • 1 L’Expédition d’Egypte, SABIX no 1, juin 1987.

2Cette présence a un prestigieux précédent, l’expédition d’Égypte partie de Toulon le 19 mai 1798, où, sous l’impulsion de Monge, quarante-deux polytechniciens forment l’ossature des équipes employées à étudier et cartographier l’Égypte et à identifier les vestiges de sa civilisation pharaonique1. Ces équipes, toujours sur place lors des préparatifs de l’expédition Baudin, ne prendront la mer de retour vers la France qu’à partir de septembre 1801.

  • 2 [Charles Baudin].

3En cette dernière année d’un siècle qui s’achève, la jeune communauté scientifique parisienne ne parle que des préparatifs de cette nouvelle expédition qui vient d’obtenir l’aval de Bonaparte de retour d’Égypte. Les places y sont extrêmement recherchées et certains font même intervenir leurs familles auprès du Premier consul2  ; celles de géographes ou de minéralogistes que peuvent postuler les jeunes polytechniciens le sont tout autant.

  • 3 [Ambroise Fourcy, 1828].

4L’École des géographes, créée par la loi du 30 vendémiaire an IV (22 octobre 1795) et l’arrêté du 10 thermidor an IV (28 juillet 1796) comme «  école d’application  » de l’École polytechnique, a ouvert ses portes au printemps 1797 et sa première promotion sort deux ans plus tard  ; associée à l’École nationale aérostatique, elle est dirigée par Prony3.

  • 4 [Dany Bréelle, 2010, 213-223].

5Le minéralogiste Lelièvre, membre de l’Institut comme Prony et comme lui également membre du premier Conseil de perfectionnement de l’École polytechnique, a la responsabilité de sélectionner les deux géographes de l’expédition4  ; il retient d’abord les noms de Charles-Pierre Boullanger (1794) et Jacques Joseph de Caunes, lequel renonce et est remplacé par son camarade de promotion Pierre Faure (1795).

  • 5 [Wolf Mayer, 2005, 95-112].

6Plus surprenant est le choix de Joseph Charles Bailly (1796) accepté contre toute attente comme minéralogiste de l’expédition en compagnie de l’ingénieur Louis Depuch, lequel présente réellement la qualification voulue après des études à l’École des mines de Paris5 où il a eu comme professeur Dolomieu, membre de l’Institut.

7Au sortir de l’École, Bailly, qui a tenté sans succès d’entrer dans l’artillerie, se retrouve en mai 1800 dans le service des arts et manufactures, un service choisi par trois élèves de la promotion 1796, dont Berthollet, le fils unique du chimiste Berthollet, l’un des pères fondateurs de l’École, revenu d’Égypte avec Bonaparte et Monge. Bailly aurait-il demandé à son camarade une intervention de son père en sa faveur auprès du Premier consul  ?

8Comment faire encore partie du voyage s’interroge un autre polytechnicien, lorsque l’on a postulé en tant qu’ingénieur géographe diplômé et que l’on vient de voir sa candidature définitivement écartée, comme c’est précisément le cas de Jean-Marie Maurouard (1795)  ?

9Ses espoirs sont douchés, sa déception sans doute immense pour lui faire accepter d’être retenu dans la liste des aides-timoniers par le capitaine de vaisseau Baudin, chef de l’expédition, ce qui ne correspond pas vraiment au corps d’ingénieur qu’il a choisi, mais lui permet plus sûrement de tenir coûte que coûte le voyage dont il rêve.

10Comme avant lui son ancien Charles Moreau (1794), Maurouard entame une nouvelle carrière, celle d’officier de Marine qu’il commence au bas de l’échelle, tout comme Moreau. Mais c’est à une autre expédition que pense ce dernier lorsqu’il s’engage fin 1798 – début 1799, à vingt-deux ans, comme simple matelot pour vivre sa destinée de marin, laissant à Paris une jeune épouse de seize ans, enceinte d’un fils qui naîtra en juillet 1799.

  • 6 [Auguste Jal, 1840-1841].

11À sa sortie de l’École en 1797 où il s’est forgé une réputation de mathématicien6, Moreau enseigne les mathématiques à Paris. Il n’a qu’un regret et cette pensée l’obsède  : l’île de Saint-Domingue, où il est né et qu’il a quittée à quatorze ans pour des études à Bordeaux, n’est plus libre depuis les révoltes d’esclaves de 1793 suivies de l’abolition de l’esclavage généralisée à l’ensemble des colonies françaises par la Convention six mois plus tard.

  • 7 Elle se terminera avec la déclaration d’indépendance d’Haïti (ancien nom de l’île du temps des Indi (...)

12L’expédition à laquelle il songe aura bien lieu en 1801, sous les ordres du général Leclerc, beau-frère de Bonaparte, avec pour mission de démettre Toussaint Louverture, nommé par la France gouverneur général à vie de Saint-Domingue, et de rétablir, avec le succès que l’on sait7, l’esclavage.

  • 8 [Louis Claude de Saulces de Freycinet, 1815, 18].

13Entre-temps, l’aspirant de Marine de 1re classe Moreau – l’un des sinon le premier polytechnicien officier de Marine – a été désigné en 1800 pour faire partie de l’état-major d’une des deux corvettes de l’expédition Baudin que commande le capitaine de frégate Hamelin8.

14Pareillement, Hyacinthe de Bougainville (1799) rejoint en tant que futur officier de Marine l’état major de la corvette que commande Baudin. Il n’a pas encore dix-huit ans quand il est reçu à l’École Polytechnique en novembre 1799. Huit mois plus tard il en donne sa démission qui s’accompagne d’une nomination simultanée au grade d’aspirant de Marine de 2e classe.

15Mieux, Bougainville peut même s’honorer du titre d’ancien élève que lui confère Fourcy, bibliothécaire et secrétaire du Conseil d’administration de l’École polytechnique (1818-1842), qui est le premier à proposer une liste générale des anciens élèves à propos de laquelle il observe  : «  Il n’est pas douteux qu’une liste générale des anciens élèves de l’Ecole polytechnique ne soit agréable à ceux qui peuvent s’honorer de ce titre  »  !

16Est-ce une heureuse coïncidence si le père de ce jeune aspirant de Marine futur amiral est précisément Louis-Antoine de Bougainville, ci-devant officier de marine, navigateur, explorateur, écrivain, qui a mené en tant que capitaine, de 1766 à 1769, le premier tour du monde officiel français et fait partie de la commission des sommités scientifiques chargées de préparer les instructions du voyage  ?

17Comme Boullanger et Moreau, Louis Lebrun, autre membre de l’expédition, a appartenu à la première promotion de 1794, mais après un an de scolarité, il est radié de la liste des élèves avec trois autres camarades pour insuffisance de travail par le ministre de l’Intérieur, sur demande de Lamblardie, directeur de l’école.

18Enrôlé comme dessinateur-architecte au départ du Havre, Lebrun fait partie des dix savants qui, malades et inaptes à poursuivre le voyage, débarquent en avril 1801 à Port-Louis, sur l’île de France (Maurice). À son retour en France, il devient architecte et publie de nombreux ouvrages théoriques où il s’arroge la qualité d’ancien élève de l’École polytechnique.

  • 9 La confusion tient à la présence qu’un quasi parfait homonyme polytechnicien, Pierre-Justin Bernier (...)
  • 10 [Alphonse Rabbe, 1826, 354].

19Un autre nom est parfois ajouté à cette liste, celui de l’astronome Pierre-François Bernier, lequel s’est effectivement présenté à l’École polytechnique9 – raison de la biographie de ce quasi-polytechnicien ci-après10 – et s’est rendu au jury d’examen de Toulouse où il a été interrogé par Louis Monge, le frère de Gaspard, sans succès puisqu’on ne le trouve pas dans les effectifs de la promotion 1799 (An VIII).

  • 11 [Jérôme de Lalande, 1804].

20Elève de l’astronome Lalande, le directeur de l’observatoire de Paris qui l’a fait venir à Paris et l’héberge, il apprend alors qu’il est question d’une expédition pour la Nouvelle-Hollande et se porte candidat. Bernier est nommé avec Bissy astronome de l’expédition par la commission de l’Institut11 et part pour Le Havre où il rejoint tous ceux appelés à faire partie de l’expédition Baudin.

21Dès le 8 vendémiaire an IX (30 septembre 1800) au matin, il visite les deux corvettes encore dans le bassin et note  : «  Je me suis promené un quart d’heure, sur le pont du Naturaliste, avec le capitaine Hamelin, qui doit le commander. Il est très aimable, très honnête et très prévenant. Après cela j’ai été sur la jetée voir la mer  ; ce spectacle imposant m’a fait une grande impression et, depuis ce moment, je brûle de m’embarquer. Je crois que le voyage sera fort agréable  ; l’union la plus intime règne entre les officiers, les astronomes, les botanistes, les minéralogistes, les zoologistes, les géographes, les aspirants, les élèves, les jardiniers  : nous sommes tous de jeunes gens  ; nous avons tous le même zèle  ».

  • 12 Lien Internet  : https://archive.org/details/voyagededcouve04pr/page/n32/mode/1up ?view =theater

Figure 1. Polytechniciens de l’expédition Baudin (Entrée Moreau)12

Figure 1. Polytechniciens de l’expédition Baudin (Entrée Moreau)12

© Collections École polytechnique-D. Gallot, photogr.

  • 13 Lien Internet : https://nla.gov.au/nla.obj-230973954/view

Figure 2. Polytechniciens de l’expédition Baudin (Caps Bailly, Bernier, Bougainville,Boullanger, Faure et Maurouard)13

Figure 2. Polytechniciens de l’expédition Baudin (Caps Bailly, Bernier, Bougainville,Boullanger, Faure et Maurouard)13

Collections École polytechnique-D. Gallot, photogr.

Boullanger (1794)

22Charles-Pierre Boullanger est né le 30 janvier 1772 à Paris où son père, bourgeois de Paris, est marchand rue Saint-Denis dans le 1er arrondissement.

  • 14 [Hachette,1813].
  • 15 Fiche matricule de Charles-Pierre Boullanger, Bibliothèque centrale – École polytechnique.

23Il est élève de la première promotion de l’École polytechnique en 1794, reçu dans la promotion du 28 ventôse an III (18 mars 1795)14. Il y entre le 2 germinal an III (22 mars 1795), et cesse d’en faire partie le 1er nivôse an VI (21 décembre 1797) «  y ayant passé le temps prescrit par la loi15  ». Il s’est présenté en effet avec succès au difficile concours d’entrée à l’École des géographes récemment créée en 1797 que fait passer le mathématicien Laplace.

  • 16 [Bret, 1989].

24Les ingénieurs des camps et armées du roi, ou ingénieurs-géographes militaires du Dépôt de la Guerre apparaissent en France à la fin du xviie siècle16. Les besoins accrus sous la Révolution avec la départementalisation et la création du cadastre font abandonner l’apprentissage sur le tas au profit d’une formation plus conforme à l’évolution du métier. Malgré la suppression du corps des ingénieurs-géographes militaires en 1791, sous la pression du Génie militaire, la Convention les rétablit provisoirement. Lors de la création de l’École centrale des Travaux publics (future École polytechnique), Galon, nommé en avril 1793 directeur du Dépôt général de la guerre de terre et de mer et de la géographie, défend vivement l’autonomie de la formation des ingénieurs-géographes.

  • 17 Durant sa brève existence, de 1797 à 1802, l’école des géographes bénéficie, théoriquement du moins (...)

25Le recrutement parmi les polytechniciens, qui est imposé par la loi du 30 vendémiaire an IV (22 octobre 1795) dans les autres services publics, est ouvertement réclamé sous le Directoire afin d’élever le niveau théorique des ingénieurs-géographes militaires14. Après un projet de cours révolutionnaire, le bureau du cadastre de Prony – service civil employant également des ingénieurs-géographes – s’y rallie. L’École des géographes, créée par la loi du 30 vendémiaire an IV (22 octobre 1795) et l’arrêté du 10 thermidor an IV (28 juillet 1796), ouvre ses portes au printemps 1797, dans le bureau du cadastre  ; associée à l’École nationale aérostatique, elle est dirigée par Prony17.

26Boullanger intègre cette nouvelle école le 5 messidor an VI (23 juin 1798), en sort après une scolarité de deux ans le 27 thermidor an VIII (15 août 1800), et, deux mois plus tard, le 27 vendémiaire an IX (19 octobre), il part du Havre à bord du Géographe que commande Baudin pour un voyage de découvertes aux terres australes. Lui et son collègue Faure embarqué sur le Naturaliste sont les deux ingénieurs hydrographes de l’expédition. Prony, nommé le 29 brumaire an IV (20 novembre 1795) dès l’origine membre de l’Institut national et à l’époque secrétaire de l’Académie des sciences, n’est sans doute pas étranger à la présence de ses deux anciens élèves de l’école des géographes.

27Boullanger conduit le petit groupe envoyé le 19 février 1802 sur l’île Maria (Tasmanie). Lorsque Baudin décide à Port Jackson de renvoyer en France le Naturaliste et de le remplacer par le Casuarina, Faure rejoint Boullanger sur le Géographe, ce qui permet à ce dernier de passer ensuite à deux reprises sur la goélette le Casuarina afin de cartographier avec L. de Freycinet. C’est lui que l’on peut considérer comme le principal auteur de la carte de la Tasmanie (côte orientale de l’Australie)  ; on trouve aussi sa signature sur bien d’autres cartes  : Terre Napoléon, Terre de Witt et ville de Sydney.

28Dans leur pratique géographique, Boullanger et Faure intégrèrent les méthodes tout récemment mises au point par l’ingénieur-géographe Beautemps-Beaupré, mais en utilisant parallèlement les méthodes de relèvement plus traditionnelles, à la boussole notamment, multipliant par là-même les mesures. À la manière de Beautemps-Beaupré, ils relèvent avec le cercle à réflexion la position et la route de l’expédition ainsi que les points remarquables des côtes. Ils font leurs mesures conjointement avec l’astronome de l’expédition, Bernier, et certains officiers, particulièrement les frères Louis et Henri de Freycinet.

  • 18 [Rigault de Genouilly (1807-1873)  : Les polytechniciens et la mer, SABIX no 35, 2004].

29Dès le retour en France, Boullanger, qui souffre déjà d’une fort mauvaise vue, est le premier polytechnicien à intégrer en juin 1804 le dépôt des cartes et plans de la Marine18. En 1811 on le trouve sous les ordres de Beautemps-Beaupré pour l’établissement des cartes des bouches de l’Escaut et de la Meuse. Il sera nommé ingénieur hydrographe de 2e classe.

30De mauvaise santé depuis le retour de l’expédition Baudin, il décède à 41 ans en activité le 29 décembre 1813 à Paris.

31Sur les cartes de l’Australie, il a laissé son nom  :

    • 19 [Louis Claude de Saulces de Freycinet, 1811, 19].

    à la baie Boullanger19 dans le détroit de Bass entre le Victoria et la Tasmanie dans le sud-est de l’Australie, qui fait face aux îles Hunter  ;

    • 20 Lien Internet  : https://www.tageo.com/index-e-as-v-06-d-440005.htm

    au cap Boullanger20, à l’extrémité nord de l’île Maria, une île montagneuse située dans la mer de Tasman au large de la côte est de la Tasmanie  ;

  • au cap Boullanger, le point le plus septentrional de l’île Dorre situé face au cap Couture de la pointe sud de l’île Bernier, deux îles qui ferment la baie Shark, sur la côte ouest de l’Australie-Occidentale  ;

  • au cap Boullanger à la pointe la plus méridionale de l’île Rottnest au large de l’Australie-Occidentale  ;

    • 21 Lien Internet  : https://www.tageo.com/index-e-as-v-08-d-m2219565.htm

    à l’île Boullanger21 au large des côtes de l’Australie-Occidentale, où vit une espèce de souris marsupiale endémique, Sminthopsis boullangerensis, la première souris portant le nom d’un polytechnicien.

Moreau (1794)

  • 22 Entendu au sens du xviiie siècle de «  personne de race blanche  » née sous les Tropiques de parent (...)

32Charles Moreau – ou Moreau, dit Moron – nait le 27 août 1776 à Jérémie dans l’île de Saint-Domingue  ; il est créole22, fils de Louis et de Françoise Borderat. Fort jeune, à quatorze ans, il vient en France pour ses études à Bordeaux quand y parvient la nouvelle des événements qui bouleversent en 1793 l’état politique de cette île et dont sa famille pâtit particulièrement  : il se retrouve comme abandonné et sans ressources mais une bordelaise généreuse le prend en charge.

33Très vite Moreau montre des dons pour les mathématiques. Il se présente en 1794 au jury de sélection de la première promotion de l’École polytechnique où il est reçu dans la promotion du 4 frimaire an III (24 novembre 1794) sous le patronyme de Moron, puis admis le 11 nivôse an III (31 décembre 1794).

34La fiche matricule renseignée lors de l’admission indique une naissance au Cap-Français (aujourd’hui Cap-Haïtien) et non pas Jérémie comme l’écrivent ses biographes et en témoigne son acte de mariage  ; elle mentionne enfin que cet élève a été enregistré et connu à l’École sous le nom de Moron, que son véritable nom qu’il ignorait alors et qu’il a repris depuis est Moreau.

35À sa sortie de l’École où il s’est forgé une réputation d’habile mathématicien, Moreau démissionne le 12 thermidor an V (30 juillet 1797) et reprend son indépendance pour enseigner les mathématiques à Paris. Il n’a qu’un regret et qu’une obsession  : l’île Saint-Domingue qu’il a connue n’est plus libre  !

36Une circonstance fortuite change le cours de la vie de celui en qui Laplace et Lagrange auraient vu comme leur successeur. Passant sur la place de Saint-Germain-l’Auxerrois, Moreau s’approche d’un groupe de curieux devant l’étalage d’un marchand de gravures qui contemplent la représentation d’un des faits éclatants de l’armée d’Italie. Il a la révélation de son destin  : il sera marin. Moreau est l’un des tout premiers polytechniciens à servir dans cette arme.

  • 23 La fiche matricule «  originale  » de Charles Moreau indique une «  taille d’un mètre 56 centim. 9  (...)

37Au début 1799, Moreau rejoint Brest pour embarquer comme simple matelot sur le Dix-Août que commande Bergeret, lequel pressent rapidement que sous ce volontaire novice il y a un futur officier d’une grande valeur. Évoquant l’aspirant de marine qu’il a côtoyé et bien connu à bord du Dix-Août, Bonnefoux est impressionné par «  la taille élevée de Moreau23, le caractère sévère de sa figure, son costume original, son organe pénétrant, sa parole incisive, l’impétuosité de ses mouvements, le ton d’autorité de son regard  ».

38Bergeret obtient du ministre Bruix que son matelot soit exempté des conditions d’âge à l’examen d’aspirant de 1re classe. Le nouvel aspirant est désigné en 1800 pour faire partie de l’état-major d’une des deux corvettes prévues pour une expédition dans les terres australes et embarque sur le Naturaliste que commande le capitaine de frégate Hamelin. Moreau se signale par son zèle à apprendre son nouveau métier d’officier de marine  : toujours debout, toujours sur le pont quand le sifflet du maître annonce une manœuvre.

39Baudin, qui a reçu pouvoir du gouvernement, le nomme provisoirement enseigne de vaisseau le 28 vendémiaire an X (20 octobre 1801) à Timor, dans la baie de Kupang, nomination confirmée le 3 brumaire an XII (26 octobre 1803) au retour de la mission. Pendant ce temps, Bonaparte a projeté de mener l’invasion de l’Angleterre et tout le pays se mobilise pour armer la flotte de l’armée d’Angleterre. Les élèves de l’École polytechnique entendent participer à cet effort de la patrie. Ils se cotisent, construisent et arment à leurs frais une chaloupe canonnière, La Polytechnique (no 287), placée sous le commandement de leur ancien, Moreau, qui la conduit au camp de Boulogne.

40En 1805 Moreau quitte Boulogne pour Cherbourg où il embarque sur la frégate la Canonnière. Il est nommé lieutenant de vaisseau le 25 fructidor an XIII (12 septembre 1805). Il embarque ensuite en qualité de premier lieutenant (second) sur la frégate la Piémontaise. Il est du combat du 21 juin 1806 que livre cette frégate contre un vaisseau de la compagnie des Indes, de retour de Chine. Moreau est alors accusé mensongèrement d’avoir frappé de son poignard le capitaine anglais après la reddition du navire. Le gouvernement de Calcutta expédie sur-le-champ à tous les navires l’ordre de pendre à la grand’vergue le lieutenant Moreau s’il est pris un jour.

41Tout cela finit par arriver à sa connaissance  : «  Les Anglais peuvent donner tous les ordres qu’ils voudront, je ne tomberai pas vivant entre leurs mains  ». Moins de deux ans plus tard, dans les premiers jours de mars 1808, la Piémontaise est rattrapée dans le golfe de Mannar par la frégate anglaise San Fiorenzo. Un combat naval de deux jours s’engage  ; Moreau, grièvement blessé, prend le parti d’échapper au vainqueur anglais par une mort volontaire en donnant l’ordre le 8 mars de le jeter à la mer.

42Selon l’amiral Charles Baudin, son compagnon d’armes à bord de la Piémontaise, après l’avoir déjà été sur le Géographe, Moreau aurait été une des gloires les plus pures et les plus éclatantes de la marine française  : «  Moreau eût régénéré notre marine  ».

43On trouve son nom sur les cartes géographiques relevées lors de l’expédition Baudin  :

  • l’entrée Moreau, située à la jonction de la Swan River avec la Canning River à Perth  ;

    • 24 [Louis Claude de Saulces de Freycinet, 1811, 34].

    la pointe Moreau24, un cap d’Australie-Occidentale donnant sur Le Havre Henri Freycinet, dans la baie Shark.

Faure (1795)

  • 25 Il convient de noter à ce sujet que les fiches des premières promotions ont été établies postérieur (...)

44Pierre Faure est né le 5 août 1777 à Nantes où son père est marchand  ; une naissance datée du 10 août 1778 figure toutefois sur sa fiche matricule de l’École polytechnique25. Lorsque Pierre Faure se marie le 10 mars 1807 à Port-Louis (Île-de-France), l’acte de mariage qu’il émarge lui attribue trente ans, soit une naissance à Nantes en 1777, date que reprend Dany Bréelle  ; on trouve effectivement trace le 16 septembre 1777 d’un baptême qui correspond en l’église Saint-Nicolas de Nantes.

45Le mathématicien Hachette, adjoint de Monge dans le département consacré à la géométrie descriptive, précise dans sa Correspondance sur l’École impériale Polytechnique que Faure fait partie de la promotion du 23 nivôse an IV (13 janvier 1796) mais Fourcy, qui fait autorité, le range dans la promotion 1795 (An IV).

46La fiche matricule de Faure apporte les précisions suivantes  : «  Entré à l’École le 1er pluviôse an IV (21 janvier 1796). Nommé le 16 ventôse pour passer dans le corps des aérostiers en conséquence d’un arrêté du Directoire du 13 ventôse an V (3 mars 1797). A quitté l’école le 1er germinal an V (21 mars 1797). Est entré dans le corps des ingénieurs géographes. Rentré le 1er pluviôse an VII (20 janvier 1799) pour remplir les fonctions de chef de brigade. Séance du 28 nivôse an VII (17 janvier 1799). Il lui a été délivré un duplicata de sa carte d’élève le 21 messidor an VII (9 juillet 1799) etc.  ».

47Le 27 vendémiaire an IX (19 octobre 1800), Faure quitte Le Havre à bord du Naturaliste que commande Hamelin. Lui et son collègue Boullanger embarqué sur le Géographe sont les deux ingénieurs hydrographes de l’expédition.

48Il est aussi l’un des correspondants de la Société des observateurs de l’homme, en compagnie des botanistes Michaux et Riedlé, des zoologistes Maugé et Péron, de l’astronome Bernier, de l’aspirant Bougainville (le fils du navigateur Louis-Antoine, membre résidant de la Société), et des deux commandants, Baudin et Hamelin.

49Installé d’abord sur le Naturaliste, il est le premier à apercevoir et à dessiner le plan de l’île Faure, une île de la baie Shark à laquelle l’expédition donne son nom.

50Lorsque Baudin décide à Port Jackson de renvoyer en France le Naturaliste, Faure remplace Boullanger sur le Géographe. On trouve sa signature sur une carte de la Terre Napoléon. Selon ses propres désirs, il met un terme à sa carrière de géographe le 15 décembre 1803 au retour de l’expédition lorsqu’elle relâche à l’île de France et que Milius reçoit à son bord Barois, en qualité d’ingénieur-géographe en remplacement.

51Faure s’installe à l’île de France, se marie le 10 mars 1807 à Port-Louis puis y fonde une famille.

52Sur les cartes de l’Australie, il a laissé son nom  :

    • 26 Lien Internet : https://www.tageo.com/index-e-as-v-08-d-m2232667.htm

    à l’île Faure26, située au centre du Havre Hamelin, une grande baie appelée communément baie Shark sur la côte ouest de l’Australie-Occidentale  ;

  • au cap Faure à la pointe la plus orientale de l’île Rottnest au large de l’Australie-Occidentale  ;

  • au cap Faure à la pointe la plus occidentale de l’île Schouten (Tasmanie).

Maurouard (1795)

53Jean Marie Toussaint Maurouard, né à Caen le 1er novembre 1772, est baptisé le même jour en l’église Saint-Gilles de Caen  ; il est le fils de Pierre, domestique, absent, et d’Anne Marie Thérèse Pley. Cette date de naissance est reprise sur sa fiche matricule d’élève de l’École polytechnique.

54Hachette précise que Maurouard fait partie de la promotion du 17 germinal an IV (6 avril 1796) mais Fourcy le range dans la promotion 1795 (An IV). Il est ainsi âgé de quelque vingt-trois ans passés lors de son admission, ce qui ne manque pas de surprendre en comparaison des âges de ses condisciples.

55La fiche matricule apporte les précisions suivantes  : «  nommé le 16 ventôse an V (6 mars 1797) pour passer à l’École des aérostiers en conséquence d’un arrêté du Directoire du 13 ventôse. A quitté l’École le 1er germinal an V (21 mars 1797) puis [est] passé dans les ingénieurs géographes le 16 ventôse an V (6 mars 1797)  ».

56Parmi eux, Maurouard retrouve en particulier Faure mais aussi Boullanger  ; ils entendent parler de l’expédition Baudin qui recherche deux ingénieurs géographes. Ses espoirs sont douchés quand les deux premiers sont retenus, la déception sans doute immense pour lui faire accepter de partir comme aide-timonier, ce qui ne correspond pas vraiment aux études qu’il a faites jusque là, mais lui permet sûrement d’être du voyage.

57Il entame une nouvelle carrière, celle d’officier de Marine et part du Havre le 27 vendémiaire an IX (19 octobre 1800) à bord du Géographe où il retrouve Boullanger. Baudin, qui a reçu pouvoir du gouvernement, le nomme aspirant de 1re classe provisoire le 28 vendémiaire an X (20 octobre 1801), à Timor dans la baie de Kupang.

58On trouve ensuite la nomination de Maurouard comme enseigne de vaisseau, le 3 brumaire an XII (26 octobre 1803), après le retour au Havre du Naturaliste, sur lequel il est passé après que Baudin a décidé de le renvoyer en France. Cinq ans plus tard, le 12 juillet 1818, il est promu lieutenant de vaisseau, grade qu’il conserve jusqu’à sa retraite.

59Les Archives de France conservent deux journaux qu’il a rédigés pendant cette expédition, d’une dizaine de pages chacun, un «  journal hydrographique  » reprenant des relevés de côtes australiennes entre le 2 juillet 1801 et le 13 mars 1802 et qui témoignent de l’assistance qu’il a apportée, notamment à Boullanger et un «  journal historique  » relatif à la période du 3 novembre 1802 au 27 janvier 1803.

60On en trouve la reproduction partielle et la transcription totale sur des sites officiels australiens consacrés à l’analyse détaillée de la «  Baudin legacy  » et réalisés à l’occasion du bicentenaire de l’expédition Baudin. À son retour d’Australie, Maurouard enrichit le cabinet d’histoire naturelle de l’École polytechnique d’une résine particulière qu’il a rapportée de son voyage.

61Sur les cartes de l’Australie, il a laissé son nom  :

  • au cap Maurouard, sur la côte orientale de l’île Maria, une île montagneuse située dans la mer de Tasman au large de la côte est de la Tasmanie  ;

  • à l’Île Maurouard, aujourd’hui Île St-Helens, sur la côte orientale de la Tasmanie, au sud du cap St Helens.

Bailly (1796)

62Joseph Charles Bailly naît le 9 novembre 1777 à Nancy où son père est avocat au parlement et sa mère la fille du secrétaire perpétuel du collège royal des médecins de Nancy, médecin ordinaire de Stanislas Ier, roi de Pologne et duc de Lorraine.

63Il se présente à l’École polytechnique où il est admis le 7 nivôse an V (27 décembre 1796). Hachette précise qu’il fait partie de la promotion de frimaire an V (novembre-décembre 1796) et Fourcy le range dans la promotion 1796 (An V).

64La fiche matricule de Bailly apporte en outre les précisions suivantes  : «  … Le Cen Bailly se trouvant compris dans la 1re classe de la conscription a quitté l’École le 30 floréal an VII (19 mai 1799) pour se conformer à l’arrêté du Directoire du 13 du même mois. … Autorisé à se rendre à Paris pour y subir l’examen, s’est présenté à l’École le 2e jour complémentaire an VII (18 septembre 1799). Par lettre du Ministre de la Guerre en date du 4 frimaire an VIII (25 novembre 1799) le Cen Bailly a été autorisé à rester à l’École jusqu’au mois de germinal suivant [mars-avril 1800] à l’effet de se présenter à subir l’examen qui doit avoir lieu à cette époque pour le service de l’artillerie. … A cessé de faire partie des élèves à compter du 1er prairial an VIII (21 mai 1800)  ».

65Une écriture conservée dans les actes de la séance du 27 floréal an VIII (17 mai 1800) du Conseil d’instruction et d’administration de l’École, précise que «  Le Cen Bailly n’ayant pas été reçu dans l’artillerie, et son temps à l’École étant fini, cessera d’en faire partie à compter du 1er prairial  ».

66Bailly se retrouve ainsi dans le service des arts et manufactures comme l’indique la correspondance de Hachette publiée en 1808 qui précise de plus, en renvoi de bas de page  : «  M. Bailly  ; naturaliste de l’expédition du Capitaine Baudin. À son retour il a enrichi les collections nationales d’objets précieux. D’après son témoignage, on trouve des élèves de l’École polytechnique dans tous les pays habités  ; partout il a reçu d’eux l’accueil amical et le genre de secours approprié à sa position. Les anciens élèves jouissent partout d’une haute considération méritée par une excellente conduite  ».

  • 27 Les dernières années de Berthollet furent attristées par la mort de son fils. Celui-ci avait mis su (...)

67A priori, d’après l’ouvrage de Hachette, ce service des arts et manufactures apparaît uniquement pour la promotion 1796 et ne concerne que trois élèves  : Bailly, Berthollet (fils unique du chimiste Berthollet, l’un des pères fondateurs de l’École27) et Carlet (promotion 1797 pour Fourcy).

68Lorsque Bailly termine sa scolarité en mai 1800, l’expédition Baudin qui se prépare agite la jeune communauté scientifique parisienne. Les places y sont chères et certains font même intervenir leurs relations auprès du Premier consul. C’est peut-être ce à quoi doit se résoudre Bailly qui a tant envie de partir mais ne peut prétendre aux deux postes de géographes, ni n’envisage non plus d’embrasser une nouvelle carrière d’officier de Marine.

69Bien que les études qu’il a poursuivies ne l’y prédestinent pas, il est pourtant accepté contre toute attente comme minéralogiste avec Depuch, lequel présente réellement la qualification voulue après des études à l’École des mines de Paris, et Bailly part du Havre à bord du Naturaliste de Hamelin tandis que son collègue minéralogiste Depuch embarque à bord du Géographe commandé par Baudin.

70Dès la première escale à Santa Cruz de Ténériffe, il participe avec enthousiasme à une petite équipée scientifique dans l’île, en compagnie d’autres collègues «  savants  ». Emportés par leur zèle, les deux minéralogistes ploient sous le poids des pierres amassées et sur le chemin du retour, sont bientôt obligés d’en abandonner une partie.

71Arrivée le 27 mai 1801 en Nouvelle-Hollande au cap Leeuwin, près de sept mois après son départ de France, l’expédition peut enfin débuter sa mission et les «  savants  » commencer leurs travaux. Bailly approfondit sur le terrain ses connaissances au contact de Depuch, mais également de Péron  ; les deux minéralogistes rassemblent de nombreux échantillons et consignent leurs observations dans leurs journaux de bord.

72Bailly se distingue en parvenant à faire produire par l’alambic, embarqué en prévision, mais «  d’une construction extrêmement vicieuse  », «  environ quatre-vingts pintes d’eau en vingt-quatre heures, quantité égale à la consommation de quarante hommes. Si cette machine eût été plus parfaite, on aurait pu obtenir quatre cents pintes d’eau en vingt-quatre heures, et même beaucoup au-delà, ce qui suffit aux besoins journaliers de deux cents hommes  ».

73Lorsque Baudin décide de renvoyer en France le Naturaliste et de le remplacer par le Casuarina, Bailly passe à bord du Géographe en permutant avec Depuch qui, débarqué malade le 3 février 1803 pendant le voyage de retour, meurt quelques jours après à l’Île-de-France.

74De son côté, Bailly est de retour à Lorient avec le Géographe le 25 mars 1804. Les importantes collections de spécimens de plantes et d’animaux rapportées en France par l’expédition sont accueillies avec enthousiasme et contribuent grandement au progrès des connaissances en histoire naturelle. En revanche, les échantillons géologiques – Bailly laisse un catalogue des siens – ne suscitent pas le même intérêt.

75Jussieu, directeur du Muséum national d’histoire naturelle à Paris, commente en 1804, sans enthousiasme, l’apport de l’expédition à la minéralogie  : «  On ne sera pas étonné que dans une recherche bornée à des côtes, la plupart désertes ou couvertes de bois, qui n’offraient ni montagnes élevées, ni ravins pour apercevoir les diverses couches de terre, ni aucun travail d’exploitation, les minéralogistes de Pusch [sic] et Bailly, n’aient pu recueillir qu’un petit nombre de minéraux insuffisants pour donner une idée exacte de la géologie de ce pays. Ce qu’ils ont rapporté servira au moins à faire connaître généralement la surface des terrains qu’ils ont visités, et à indiquer la distinction des époques auxquelles ont été produites les substances minérales qui occupent ces terrains  ».

76Beautemps-Beaupré, qui cherche des hommes d’expérience compétents pour lancer sa politique de relevés hydrographiques, recrute Bailly assez rapidement après son retour. Celui-ci peut ainsi en quelque sorte officialiser son envie d’être géographe et reste dans ce corps jusqu’à sa retraite en 1840. Il décède à 67 ans le 26 novembre 1844 à Paris.

77Sur les cartes de l’Australie, Bailly a laissé son nom  :

    • 28 Lien Internet : https://www.tageo.com/index-e-as-v-06-d-439908.htm

    au cap Bailly28 à l’entrée de la baie Fleurieu, une baie jouxtant la péninsule Freycinet, en Tasmanie.

Bougainville (1799)

  • 29 [Hyacinthe de Bougainville (1781-1846), SABIX no 31, 2002].

78Hyacinthe de Bougainville, né à Brest le 26 décembre 1781, est le fils du navigateur Louis-Antoine de Bougainville, qui s’est illustré en effectuant en 1766-1769 le premier tour du monde organisé par la Marine royale, et de Marie-Joséphine Flore de Montendre, qui passe pour une des plus jolies femmes de son temps29.

  • 30 Hachette et Fourcy mentionnent tous deux la promotion 1799 de l’An VIII. Pourtant les états de serv (...)

79Il n’a pas encore dix-huit ans quand, le 4 frimaire an VIII (25 novembre 1799), il est admis à l’École Polytechnique dans la promotion 1799 de l’An VIII30. Huit mois plus tard, le 1er thermidor an VIII (20 juillet 1800), Bougainville donne sa démission sans achever sa scolarité, mais peut néanmoins s’honorer du titre d’ancien élève que lui octroie Fourcy  !

80La démission de Bougainville ne manque pas de surprendre et l’on peut supposer qu’elle est provoquée par la perspective de l’expédition Baudin. Elle s’accompagne en effet d’une nomination simultanée en juillet 1800 au grade d’aspirant de Marine de 2e classe, suivie d’un ordre d’embarquement daté du 28 thermidor an VIII (16 août 1800) sur la corvette le Géographe que commande Baudin.

81L’expédition appareille du Havre le 27 vendémiaire an IX (19 octobre 1800) pour un voyage qui s’achève pour le Naturaliste, après une campagne de trente-deux mois, le 18 prairial an XI (7 juin 1803) au Havre, d’où il est parti deux ans sept mois et dix-huit jours auparavant, pour le Géographe à Lorient, le 4 germinal an XII (25 mars 1804), après une campagne de quarante-deux mois et un périple de 63 000 milles.

82Fils d’un officier de la Marine royale française, Bougainville s’entend très mal avec son chef sorti du rang, d’origine modeste, qui a progressé dans la marine marchande, à défaut d’être accueilli selon ses mérites dans la Marine royale et s’est même fait un temps mercenaire au service de l’empereur d’Autriche. Il n’est pas le seul, car le caractère irascible et maladroit de Baudin lui aliène tout son état-major d’officiers et de «  savants  ».

83Cela n’empêche pas Baudin de promouvoir le jeune officier aspirant de 1re classe provisoire le 20 octobre 1801 à Timor. Celui-ci participe avec ardeur aux levés hydrographiques conduits par l’expédition. Dès le retour au Havre du Naturaliste, il est promu enseigne de vaisseau le 3 brumaire an XII (26 octobre 1803), en même temps que son camarade d’expédition Maurouard qui l’a accompagné au retour.

84Cinq ans plus tard, Bougainville est promu lieutenant de vaisseau le 19 mars 1808, puis le 3 juillet 1811, à vingt-neuf ans, capitaine de frégate, un avancement tout à fait exceptionnel, et fait baron d’Empire le 12 novembre suivant.

85Malgré une première carrière prometteuse sous le régime impérial, il se rallie apparemment sans difficulté à la Restauration au retour des Bourbons  ; sa carrière ne subit aucune interruption. Promu capitaine de vaisseau le 22 août 1821, il prend en juillet 1822 le commandement de la frégate la Thétis pour entreprendre un tour du monde de mars 1824 à juin 1826. Il reçoit ses instructions du ministre Clermont-Tonnerre, qu’il a côtoyé à l’École polytechnique et s’en est fait un ami.

86Ce périple lui fait contourner l’Australie par l’ouest et le sud, puis passer au large de la Tasmanie, comme l’expédition Baudin vingt-trois ans plus tôt. Le mauvais temps ne permet pas le 18 juin 1825, dixième anniversaire de Waterloo, de relâcher à Hobart, et Bougainville éprouve alors  : «  un vif mouvement de dépit en pensant que ce point si favorable au commerce et à la navigation des mers australes était devenu le partage d’une autre nation éclairée par nos travaux mêmes sur l’importance dont il pouvait être  ».

87En novembre 1828, Bougainville est nommé gentilhomme de la Chambre du roi Charles X. La révolution de Juillet 1830 semble avoir donné un coup de frein à sa carrière puisque il reste un certain temps sans affectation, occupé à la rédaction de son récit publié en 1837.

88Commandant supérieur de la marine à Alger, il est élevé au grade de contre-amiral le 1er mai 1838. En octobre 1841 il entre au Conseil d’amirauté, ancêtre du Conseil supérieur de la Marine et devient président du Conseil des travaux, organisme appelé à jouer un rôle important au moment où la marine entre dans une ère de révolutions technologiques avec l’arrivée de la propulsion à vapeur et de bien d’autres innovations.

89Il meurt peu avant d’atteindre la limite d’âge, le 10 octobre 1846 (à 64 ans) à Paris, rue de la Cerisaie.

90Sur les cartes de l’Australie, Bougainville a laissé son nom  :

    • 31 Lien Internet : https://www.tageo.com/index-e-as-v-06-d-m2219529.htm

    au cap Bougainville31, sur la côte orientale de la Tasmanie  ;

  • à la baie Bougainville au nord-est de l’île Decrès située au sud de l’Australie-Méridionale  ;

    • 32 Lien Internet : https://www.tageo.com/index-e-as-v-08-d-m2219528.htm
    • 33 Lien Internet : https://www.tageo.com/index-e-as-v-08-d-269821.htm

    une portion du littoral de l’Australie occidentale, esquissé sur les cartes de L. de Freycinet comme étant une île, baptisée Bougainville, à l’est des îles de l’Institut, au nord de l’île Borda, une côte extrêmement découpée et ciselée se terminant dans sa partie la plus septentrionale par le cap Bougainville32 ainsi que le récif Bougainville33 encore plus au nord.

Bernier (recalé au concours 1799)

91Pierre-François Bernier naît à La Rochelle le 19 novembre 1779. Son père est secrétaire de l’intendance, sa mère la fille d’un maître perruquier. Il fait ses études à Montauban où il se révèle un élève brillant. Pour se procurer les livres nécessaires à son goût pour les sciences, Bernier se décide à entrer dans l’étude d’un notaire et y travaille environ un an. Il manque bientôt de moyens pour se procurer des livres plus approfondis.

92L’astronome Duc La Chapelle l’accueille avec empressement à Montauban et lui donne accès aux livres de sa bibliothèque, entre autres l’Abrégé d’astronomie de l’astronome Lalande, son collègue de l’Institut national dont il est membre associé non résidant (section d’astronomie). Bernier se présente à l’École polytechnique et se rend au jury d’examen de Toulouse où il est interrogé le 24 vendémiaire an VIII (16 octobre 1799) par Louis Monge, le frère de Gaspard, qui le recale.

93Lalande le fait alors venir à Paris en lui proposant de le loger chez lui. Il découvre avec enthousiasme le 11 pluviôse an VIII (31 janvier 1800) l’observatoire du Collège de France. Mais Bernier ne se plaît guère à Paris. Il apprend qu’il est question d’une expédition pour les pays éloignés, pour de nouvelles découvertes, à la Nouvelle-Hollande. Il est déterminé à se porter candidat, un projet auquel Lalande tente vainement de s’opposer.

94Bernier est nommé avec Bissy astronome de l’expédition le 17 thermidor an VIII (5 août 1800), par la commission de l’Institut et part pour Le Havre le 6 vendémiaire an IX (28 septembre) où il rejoint tous ceux appelés à faire partie de l’expédition Baudin.

  • 34 «  Cependant la conduite du capitaine Baudin à l’égard de ses compagnons de voyage, était telle, qu (...)

95Le 25 avril 1801 l’astronome Bissy reste à Île-de-France non sans écrire pour se justifier à Lalande qui lui répond par ce seul mot  : «  Bernier y est34  ». Ce dernier, passé du Naturaliste au Géographe, devient désormais le seul astronome de l’expédition et mesure bientôt les avantages comme les inconvénients de loger sur le navire du commandant de l’expédition.

  • 35 [Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent, 1804].
  • 36 «  Que voulez-vous  », lui dit, pour le consoler, le capitaine  ; «  toutes les fournitures que fai (...)

96Les avantages lorsque Baudin, conscient d’avoir besoin de lui, le ménage et l’invite à sa table pour qu’il se rétablisse vite quand la mauvaise nourriture commence à altérer sa santé, les inconvénients lorsque Bissy l’affranchit des découvertes scientifiques originales de Baudin sur le magnétisme des aiguilles d’argent qu’on a refusé de lui fournir35,36.

97Dès l’atterrissage au cap Leeuwin suivi de la remontée vers le nord le long de la côte occidentale de la Nouvelle-Hollande (Terre d’Edels, Terre d’Endracht, Terre de Witt), Bernier comprend vite les difficultés qui l’attendent  : Baudin n’a relâché qu’en deux endroits sur les quatre cents lieues (2 200 km) qu’il a parcourues sur la côte occidentale, le voyage ne sera pas aussi fructueux qu’il promettait d’être.

98Le 17 novembre 1801, après s’être approché de près d’une des petites îles de la Sonde dès le départ de Timor pour la Tasmanie, il écrit à Lalande  : «  c’est là que j’ai vu, pour la première fois, les intéressants habitants que nous appelons sauvages  ; ces hommes, aussi voisins de la nature qu’il est possible de l’imaginer, sont bien intéressants à connaître. Si le plaisir de vous revoir m’est encore réservé, je vous entretiendrai de leurs mœurs, de leurs usages  ; j’ai été témoin de leur triste et précaire existence  ; je les ai vus sans défense contre les intempéries du chaud et du froid, et leurs combats m’ont révolté par leur barbarie. Quel contraste avec les habitants fortunés de l’île de Timor  !  ».

99Cette curiosité le conduit plus tard avec Lesueur, naturaliste et peintre de l’expédition, à transcrire sur du papier à musique des «  chants, airs de danse, et musique du naturel  ».

100Bernier observe l’éclipse solaire du 4 mars 1802 et celle lunaire du 19 mars. À Port Jackson il établit son observatoire à terre pendant les cinq mois du séjour du second semestre 1802, et n’y manque pas le passage de Mercure sur le Soleil du 9 novembre. La passion pour son métier d’astronome de l’expédition, son besoin de servir alors que sa santé ne cesse de se détériorer du fait de la mauvaise nourriture, lui font refuser la proposition d’Hamelin d’embarquer avec lui sur le Naturaliste lorsque Baudin décide de le renvoyer en France en décembre 1802.

101Il poursuit sans relâche les quatre mois suivants sa mission sur le Géographe qui découvre la côte sud puis remonte le long de la côte occidentale de l’Australie pour aboutir à Timor et y faire une escale de près d’un mois. C’est un homme épuisé et d’une faiblesse extrême qui reprend la mer le 3 juin 1803.

  • 37 Lien Internet  : https://goo.gl/maps/6UGzyqwTqW8mRfGn6

102Bernier meurt de dysenterie en mer de Timor dans la nuit du 5 au 6 juin 1803 après que le Géographe est reparti pour reconnaître la côte nord de l’Australie en direction du détroit de Torrès. Dans la consternation générale, son corps est «  abandonné aux flots par 12° 35’ de latitude australe et 120° 50’ de longitude à l’Est du méridien de Paris37  ».

  • 38 L’astronome Lalande écrit à ce propos  : «  La corvette le Géographe a été ramenée par M. Milius, q (...)

103Baudin écrit le 29 mai 1803 de Timor qu’il estime avoir bien rempli sa mission38, et le 11 août il ajoute de l’Île-de-France  : «  les maladies qui nous ont affligés pendant notre dernier séjour en mer sur la côte Nord ont occasionné la mort de Bernier, que nous avons tous regretté par ses talents et sa bonne conduite  ». L’astronome Lalande conclut de son côté son éloge  : «  la mort de Bernier est le plus grand inconvénient qui ait résulté de ce voyage  !  ».

104Sur les cartes de l’Australie, Bernier a laissé son nom  :

    • 39 Lien Internet  : https://www.tageo.com/index-e-as-v-08-d-m2217036.htm

    à l’île Bernier39, située en Australie-Occidentale à l’entrée de la baie Shark  ; le passage du Géographe se trouve entre sa pointe nord et le cap Cuvier.

    • 40 Lien Internet  : https://www.tageo.com/index-e-as-v-06-d-m2217035.htm
    • 41 «  Cape Bernier  » comporte un cépage de pinot gris, un pinot noir et un chardonnay  ; certaines cu (...)

    au cap Bernier40, sur la côte orientale de la Tasmanie avec, toutes proches, la baie Creek, la baie Marion, et un petit vignoble «  Cape Bernier41  ».

Haut de page

Bibliographie

Charles Baudin, Souvenirs de jeunesse de l’amiral Charles Baudin 1784-1815, Service Historique de la Défense, Archives Centrales de la Marine, Sous-Série  : Fonds Privés, 1 GG2, Carton 11.

Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent, (1804). Voyage dans les quatre principales îles des mers d’Afrique, Paris, Buisson.

Jérôme de Lalande, (1804). Notice sur l’astronome Bernier, Bureau du Magasin encyclopédique, Paris, chez Fuchs.

Louis Claude de Saulces de Freycinet, (1811). Voyage de découvertes aux Terres Australes, historique  : Atlas, deuxième partie, Paris, Langlois, 42 p.42

Jean Nicolas Pierre Hachette, (1813). Correspondance sur l’Ecole Impériale Polytechnique à l’usage des élèves de cette école 1804-1816, t. 1er, Paris, Imprimerie de H. Perronneau, 2e éd., 476 p.

Louis Claude de Saulces de Freycinet, (1815). Voyage de découvertes aux Terres Australes, exécuté par ordre de sa Majesté, l’Empereur et Roi, sur les corvettes le Géographe, le Naturaliste et la goëlette le Casuarina, pendant les années 1800, 1801, 1802, 1803 et 1804  : Navigation et géographie, Paris, Imprimerie royale, 2e éd., 576 p.

Alphonse Rabbe, Claude Augustin Vieilh de Boisjolin, Sainte-Preuve, (1826). Biographie universelle et portative des contemporains, Paris, au bureau de la biographie.

Ambroise Fourcy, (1828). Histoire de l’École polytechnique, Paris, chez l’auteur à l’École polytechnique, 552 p.

Auguste Jal, (1840-1841). Un grand marin inconnu, Musée des familles  : lectures du soir, vol. VIII, Paris, Ch. Delagrave, p. 4-6, 393 p.

Patrice Bret, (1989). Le Dépôt général de la Guerre et la formation scientifique des ingénieurs-géographes militaires en France (1789-1830), Hambourg.

Wolf Mayer, (2005). Deux géologues français en Nouvelle-Hollande (Australie)  : Louis Depuch et Charles Bailly, membres de l’expédition Baudin (1801-1803). Travaux du Comité français d’Histoire de la Géologie, Comité français d’Histoire de la Géologie, 3e série (tome 19), p. 95-112.

Dany Bréelle, (Flinders University, Adélaïde, Australie) (vol. composé et éd. par Michel Jangoux), (2010). Portés par l’air du temps  : les voyages du capitaine Baudin (Études sur le xviiie siècle), Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 289 p., chap. XXXVIII («  Les géographes de l’expédition Baudin et la reconnaissance des côtes australes  »), p. 213-223.

Haut de page

Notes

1 L’Expédition d’Egypte, SABIX no 1, juin 1987.

2 [Charles Baudin].

3 [Ambroise Fourcy, 1828].

4 [Dany Bréelle, 2010, 213-223].

5 [Wolf Mayer, 2005, 95-112].

6 [Auguste Jal, 1840-1841].

7 Elle se terminera avec la déclaration d’indépendance d’Haïti (ancien nom de l’île du temps des Indiens Caraïbes) proclamée le 1er janvier 1804.

8 [Louis Claude de Saulces de Freycinet, 1815, 18].

9 La confusion tient à la présence qu’un quasi parfait homonyme polytechnicien, Pierre-Justin Bernier (1794), décédé le 30 octobre 1799, un an avant le départ de l’expédition Baudin.

10 [Alphonse Rabbe, 1826, 354].

11 [Jérôme de Lalande, 1804].

12 Lien Internet  : https://archive.org/details/voyagededcouve04pr/page/n32/mode/1up ?view =theater

13 Lien Internet : https://nla.gov.au/nla.obj-230973954/view

14 [Hachette,1813].

15 Fiche matricule de Charles-Pierre Boullanger, Bibliothèque centrale – École polytechnique.

16 [Bret, 1989].

17 Durant sa brève existence, de 1797 à 1802, l’école des géographes bénéficie, théoriquement du moins, d’un niveau plus homogène et plus élevé que le dépôt de la guerre. Mais le problème des débouchés s’y pose avec plus d’acuité encore, malgré la loi censée assurer aux sortants une place tant au cadastre qu’au dépôt de la guerre. La fusion des deux cursus, par l’intégration du dépôt au système polytechnicien, et un véritable statut d’ingénieur-géographe semblent la seule issue. Après l’échec d’une première tentative en 1802-1803, le dépôt général de la guerre en récupère l’héritage lors de la création de l’École impériale des ingénieurs-géographes en 1809.

18 [Rigault de Genouilly (1807-1873)  : Les polytechniciens et la mer, SABIX no 35, 2004].

19 [Louis Claude de Saulces de Freycinet, 1811, 19].

20 Lien Internet  : https://www.tageo.com/index-e-as-v-06-d-440005.htm

21 Lien Internet  : https://www.tageo.com/index-e-as-v-08-d-m2219565.htm

22 Entendu au sens du xviiie siècle de «  personne de race blanche  » née sous les Tropiques de parents venus d’Europe et qui s’y sont installés, par opposition aux Français, Espagnols, Portugais récemment arrivés d’Europe ou simplement de passage sur une île tropicale et aux non-blancs.

23 La fiche matricule «  originale  » de Charles Moreau indique une «  taille d’un mètre 56 centim. 9  » (sic  !). Le système métrique décimal a été instauré par le décret «  relatif aux poids et mesures  » du 1er vendémiaire an IV (23 septembre 1795). Il est rendu obligatoire en France à l’occasion de son cinquième anniversaire par l’arrêté du 13 brumaire an IX (4 novembre 1800), l’emploi de tout autre système étant interdit. Cela permet de dater la rédaction de ladite fiche matricule, au plus tôt lorsque Charles Moreau termine sa première année de scolarité. Si l’on interprète les 3 chiffres consécutifs 5, 6, 9 de cette fiche «  originale  » comme signifiant 5 pieds-du-roi (5 x 32,484 cm), 6 pouces (6 x 2,707 cm), 9 lignes (9 x 0,02256 cm) selon les mesures d’Ancien Régime (jusqu’en 1795) en toise du Châtelet d’après 1668, cela donnerait à l’entrée à l’X une taille mesurée arrondie à 1,81 m.

24 [Louis Claude de Saulces de Freycinet, 1811, 34].

25 Il convient de noter à ce sujet que les fiches des premières promotions ont été établies postérieurement à 1800 par la recopie d’informations de documents antérieurs.

26 Lien Internet : https://www.tageo.com/index-e-as-v-08-d-m2232667.htm

27 Les dernières années de Berthollet furent attristées par la mort de son fils. Celui-ci avait mis sur pied une usine de fabrication de la soude, selon le nouveau procédé imaginé par son père. Mais l’affaire fut sans lendemain. Ruiné et désespéré, le fils du grand chimiste se suicida à Marseille en 1811, laissant son père inconsolable.

28 Lien Internet : https://www.tageo.com/index-e-as-v-06-d-439908.htm

29 [Hyacinthe de Bougainville (1781-1846), SABIX no 31, 2002].

30 Hachette et Fourcy mentionnent tous deux la promotion 1799 de l’An VIII. Pourtant les états de service de l’intéressé, datés du 30 octobre 1816 de son dossier de la Légion d’honneur conservé aux Archives nationales lui attribuent 21 mois et 28 jours de service à terre en tant qu’élève de l’École polytechnique du 1er vendémiaire an VII (22 septembre 1798) au 30 messidor an VIII (19 juillet 1800), ce qui ferait une scolarité commencée un an plus tôt avec la promotion 1798 de l’An VII.

31 Lien Internet : https://www.tageo.com/index-e-as-v-06-d-m2219529.htm

32 Lien Internet : https://www.tageo.com/index-e-as-v-08-d-m2219528.htm

33 Lien Internet : https://www.tageo.com/index-e-as-v-08-d-269821.htm

34 «  Cependant la conduite du capitaine Baudin à l’égard de ses compagnons de voyage, était telle, que quinze d’entre eux le quittèrent à l’Île-de-France. Bernier eut le courage de continuer, quoiqu’il fût incommodé et c’est à lui qu’on devra toutes les positions des divers points. L’astronome Bissy m’écrivit une longue lettre pour se justifier d’avoir quitté. Je lui répondis par ce seul mot  : Bernier y est  ».

35 [Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent, 1804].

36 «  Que voulez-vous  », lui dit, pour le consoler, le capitaine  ; «  toutes les fournitures que fait le gouvernement sont de la plus grande mesquinerie  : si l’on eût fait les choses comme je le désirais, on nous aurait donné des aiguilles d’argent, au lieu d’acier  !  »

37 Lien Internet  : https://goo.gl/maps/6UGzyqwTqW8mRfGn6

38 L’astronome Lalande écrit à ce propos  : «  La corvette le Géographe a été ramenée par M. Milius, qui était l’officier le plus ancien  ; elle était partie de l’Île-de-France le 17 décembre, et est arrivée à l’Orient le 24 mars 1804. Elle a rapporté tous les papiers  : car Baudin n’avait presque rien envoyé  ; il avait l’amour-propre ou la petitesse de vouloir tout présenter lui-même. Il a été trompé dans son espoir, comme le fut Laperouse  ; et ceux qui suivront leur exemple méritent d’avoir le même sort  ».

39 Lien Internet  : https://www.tageo.com/index-e-as-v-08-d-m2217036.htm

40 Lien Internet  : https://www.tageo.com/index-e-as-v-06-d-m2217035.htm

41 «  Cape Bernier  » comporte un cépage de pinot gris, un pinot noir et un chardonnay  ; certaines cuvées sont des coupages ou des assemblages.

42 Lien Internet  : https://archive.org/details/voyagededcouve04pr/page/n4/mode/1up ?view =theater

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Polytechniciens de l’expédition Baudin (Entrée Moreau)12
Crédits © Collections École polytechnique-D. Gallot, photogr.
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3193/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 387k
Titre Figure 2. Polytechniciens de l’expédition Baudin (Caps Bailly, Bernier, Bougainville,Boullanger, Faure et Maurouard)13
Crédits Collections École polytechnique-D. Gallot, photogr.
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3193/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Brachon, « Les polytechniciens de l’expédition Baudin »Bulletin de la Sabix, 69 | -1, 111-126.

Référence électronique

Alain Brachon, « Les polytechniciens de l’expédition Baudin »Bulletin de la Sabix [En ligne], 69 | 2022, mis en ligne le 28 septembre 2022, consulté le 07 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/sabix/3193 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sabix.3193

Haut de page

Auteur

Alain Brachon

Alain Brachon X 1963, passionné de rugby et de généalogie, a œuvré par ses recherches historiques au sein de la communauté de l’encyclopédie libre Wikipedia. C’est dans ce cadre qu’il a tout particulièrement reconstitué, avec précision, les biographies des polytechniciens engagés dans l’expédition de découverte de l’Australie de Nicolas Baudin.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo SABIX
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search