Navigation – Plan du site

AccueilNuméros69IV. Suites de l'expédition BaudinIndex des noms donnés aux côtes d...

IV. Suites de l'expédition Baudin

Index des noms donnés aux côtes de la Nouvelle-Hollande (Australie) par l’expédition Baudin, de 1801 à 1803

Maurice Sarazin
p. 153-166

Notes de la rédaction

L’article de M. Sarazin concerne son travail de recension des noms donnés aux côtes d’Australie par l’expédition Baudin (recension quasi exhaustive et publiée depuis une vingtaine d’années tout au long des bulletins de l’association François Péron). Cette recension très importante, près de 74 p. ne permet pas une publication intégrale dans notre bulletin. Maurice Sarazin en présente ici le sommaire, dont il commente plus précisément certaines parties.

Texte intégral

Avant-proposi

  • i . Réalisé par Maurice Sarazin pour les bulletins de l’Association François Péron.

1Le livre de J.-B. Champagnac  : Voyage autour du monde d’après les nouvelles délimitations des États (juillet 1878), paru en 1879, indiquait que les côtes de l’Australie avaient reçu les noms suivants  : 1°, dans la partie méridionale  : terre de Witt, de Van Diemen, d’Arnheim et de Carpentarie  ; 2°, dans la partie orientale  : Nouvelle Galle du Sud  ; 3°, dans la partie méridionale  : terre de Grant, de Baudin, de Flinders, et de Nuyts  ; 4°, dans la partie occidentale  : terre de Leeuwin, d’Edels et d’Endracht. Certaines de ces appellations n’ont plus cours, mais l’ensemble présente l’intérêt de montrer que ces côtes ont reçu des noms d’origine  : néerlandaise, anglaise, française.

2On peut y ajouter un nom espagnol  ; en effet, l’Espagnol Luis Vaez de Torres navigua en 1605 dans un détroit situé entre l’Australie et la Nouvelle-Guinée, auquel on donna son nom.

3Mais, au xviie siècle, ce furent essentiellement les Néerlandais qui furent présents dans ces parages. La Compagnie néerlandaise des Indes orientales commerçait dans les eaux proches de l’Australie  : c’est pourquoi celle-ci fut longtemps appelée Nouvelle-Hollande. Quelques exemples.

  • Dirk Hartog (1580-1621) aborda une île de la côte ouest, connue de nos jours sous le nom d’Île Dirk Hartog, au large de la côte ouest de l’Australie.

  • L’aventurier Pieter Nuyts (1598-1655) fit, en 1627, un premier relevé de certaines des côtes  ; un archipel porte son nom.

  • Les îles que visita William Schouten (1567-1625) sont aujourd’hui appelée Îles Schouten, à l’est de la Tasmanie.

  • Abel Tasman (1603-1659) fut le premier à atteindre la grande île appelée d’abord terre de Diemen, – du nom du gouverneur des Indes orientales – et qui est aujourd’hui la Tasmanie.

4A la fin du xviie siècle, l’officier de marine hollandais Willem de Vlaminck (1640-1698) explora les côtes du sud-ouest de l’Australie dont il dressa une carte.

5Quant au cap Leeuwin, à la pointe sud-ouest de l’Australie occidentale, il tire son nom du navire néerlandais de ce nom (signifiant « Lionne ») qui aurait été le 7e navire européen à apercevoir le continent australien en mars 1622.

6Puis vinrent les Anglais. William Dampier (1651-1715) décrivit les terres qu’il avait visitées lors de ses voyages  ; une ville portuaire du nord-ouest porte son nom, ainsi qu’un archipel.

7James Cook (1728-1779) dans ses expéditions (1768-1771 et 1772-1775) donna des noms à de nombreux points des côtes. Il identifia le détroit qui sépare l’île du sud de l’île du nord en Tasmanie, auquel on a donné son nom. Surtout, il désigna sous le nom de Botany Bay l’endroit où la Grande-Bretagne choisit de s’installer avec Port-Jackson, le port naturel de Sydney – du nom de l’homme politique Thomas Townshend, premier vicomte de Sydney (1733-1800)  ; ce qui fut le point de départ de la colonisation anglaise.

8En février 1798, le chirurgien Bass arriva en un lieu qu’il nomma Port-Western, en raison de sa situation  ; et le détroit de Bass sépare l’Australie de la Tasmanie.

9Les Français arrivèrent avec l’expédition d’Entrecasteaux (1791-1794) qui effectua un voyage sur les côtes de la Nouvelle-Hollande  ; il découvrit le «  canal d’Entrecasteaux  »  ; et il donna le nom d’archipel de la Recherche aux îles Saint-François. La partie orientale de la côte sud de la Nouvelle-Hollande, alors inconnue, fut explorée par l’expédition Baudin qui lui donna le nom de «  Terre Napoléon  ».

  • 2 Est indiqué sur le bandeau « ORBIS AUSTRALIS DULCES EXUVIAE » (« Les doux attraits de la Terre Aust (...)

«  Carte Générale de la Terre Napoléon (à la Nouvelle- Hollande) rédigée d’après les travaux exécutés à bord de la Corvette le Géographe et de la Goëlette le Casuarina par M. L. FREYCINET. An 1808  »2

«  Carte Générale de la Terre Napoléon (à la Nouvelle- Hollande) rédigée d’après les travaux exécutés à bord de la Corvette le Géographe et de la Goëlette le Casuarina par M. L. FREYCINET. An 1808  »2

© Le Havre, Muséum d’histoire naturelle, Inv. MHNH 30002

  • 3 Joseph Banks (1743-1820), président de la Royal Society pendant plus de quarante ans, voyagea avec (...)

« Le voyage de découvertes aux Terres australes fut ordonné en 1800 [par le Premier Consul Bonaparte] avec le dessein d’en opposer les résultats à ceux des travaux successifs de Banks, Solander, Spurmann [Sparman], les deux Forster3 qui avaient appelé si vivement l’intérêt et les méditations de tous les amis des sciences sur la Nouvelle Hollande » (Mercure de France, 5 mars 1808, p. 463).

10Cette expédition française, commandée par le capitaine Nicolas Baudin (1754-1803), s’intéressa principalement à la côte sud de celle-ci, dont une portion était inconnue, et à la terre de van Diemen. C’est là qu’elle rencontra l’expédition de l’Anglais Matthew Flinders (1760-1814).

11Les deux commandants eurent une entrevue le 8 avril 1802 (Encounter Bay : Baie de la Rencontre), à quelque cent kilomètres d’Adélaïde. Le vaisseau de Baudin, le Géographe, explorait cette côte en même temps que l’Investigator de Flinders. Le premier faisait route de l’est à l’ouest  ; le second de l’ouest à l’est  : il était arrivé au cap Leeuwin le 8 décembre 1801. De cette confrontation devait naître une querelle portant sur l’antériorité des découvertes.

  • 4 Cf. : Dany Bréelle, « Matthew Flinders et la mise en carte d’un nouvel espace indo-Pacifique » (Cyb (...)

12Flinders avait raconté son parcours dans  : A voyage to Terra Australis… prosecuted in the years 1801, 1802 and 1803 (London, 1814), et il publia des cartes dans son Atlas of Terra Australis (1814)4. Flinders est reconnu comme le premier Européen à avoir fait, entre 1801 et 1803, la circumnavigation complète de l’Australie  ; son expédition devança de quelques semaines celle de Baudin.

  • 5 Pour marquer le bicentenaire de la carte de Freycinet, Henry de Freycinet, dernier descendant de ce (...)

13François Péron rédigea le  : Voyage de découvertes aux Terres australes, exécuté sur les corvettes Le Géographe, le Naturaliste (…) pendant les années 1800, 1801, 1803 et 1804, tome I (Paris, 1807) ; continué et terminé par le capitaine Louis Freycinet avec le tome II (1816). Trois Atlas furent publiés : en 1807, en 1811 et 1812. La carte dressée par L. Freycinet et publiée en 1811 est la première carte présentant le contour complet de la Nouvelle Hollande (Cf l’article «  Carte de Freycinet  » sur Wikipédia)5.

14Dans la préface du tome II du Voyage de découvertes, Freycinet répondait aux «  plaintes  » du capitaine Flinders. Ainsi, celui-ci faisait remarquer que son île des Kanguroos avait été convertie en île Decrès par Péron, que le golfe Spencer était nommé par lui Golfe Bonaparte, que le golfe Saint-Vincent était devenu Golfe Joséphine...Freycinet faisait état «  de l’ignorance où était Péron du détail des opérations de Flinders sur la cote du sud-ouest  »  ; que « Flinders ne dit pas avoir montré sur aucune carte l’étendue des découvertes qui lui étaient propres  »  ; qu’il «  y a nécessairement priorité de découverte  : elle appartient à celui qui a vu la première fois telle ou telle partie  ». Si Péron «  n’est pas entré dans un détail convenable des travaux du navigateur anglois, c’est, encore une fois, qu’il étoit mal instruit de ces détails, ou même qu’il les ignorait tout à fait  ». Dans sa conclusion Freycinet écrivait notamment :

« Les noms donnés par le capitaine Baudin aux divers points de la côte du sud-ouest, dont il a fait la première découverte, doivent être conservés de préférence à tous les autres  ; mais les noms que Flinders a donnés, dans le même espace, à des parties que Baudin n’avoit pas nommées, doivent être également conservées  » (p. XXII).

Ce principe ne sera pas toujours mis en application.

15Jules Verne évoquant cette querelle estimait que

  • 6 J. Verne, Histoire générale des grands voyages et des grands voyageurs (Paris, 1879), p. 356.

«  les deux navigateurs anglais et français ont joué chacun un assez beau rôle dans l’histoire de la découverte des côtes de l’Australie pour qu’il soit nécessaire d’élever l’un aux dépens de l’autre...  »6.

  • 7 Le comte Fleurieu appartenait à la famille Claret de Fleurieu dont le membre le plus célèbre fut Ch (...)

16Quelque cent ans plus tard, le comte de Fleurieu7 (5) qui s’intéressait à ces questions, informa la Société de géographie de Toulouse qu’il avait obtenu auprès de l’État de Victoria, en Australie, le rétablissement d’un certain nombre de noms français sur les cartes géographiques de l’Australie et il mentionnait les noms de cap Montesquieu, baie Descartes, cap Duquesne, cap Réaumur, cap Maingon, cap Volney, qui avaient été rétablis. En Australie méridionale, la Société de géographie locale se réunissait pour se prononcer sur l’adoption ou le rejet de 82 noms français de dénomination des côtes (Bull. Soc.Géographie Toulouse, 1912, p. 123).

  • 8 George Vancouver (1757-1798) avait publié le compte-rendu de son expédition dans un livre traduit e (...)

17Le même comte de Fleurieu fit au Congrès national des sociétés françaises de géographie, à Paris, le 19 juillet 1913 une communication portant ce titre  : «  La nomenclature française en Australie et en Tasmanie  ». Après avoir fait observer que «  le nom de grands hommes, semés sur les rivages étrangers, donne une notoriété plus grande aux gloires nationales  », rappelé que la théorie du premier nom donné était devenue d’un usage constant, et que si les dénominations dues à Tasman, à Cook et à son compagnon Furneaux, à Vancouver8, et à Flinders ont été presque toutes respectées, il n’en était pas de même des noms dus à Baudin, l’explorateur qui donna le plus de noms français à ces côtes.

Atlas historique deuxième partie 1811. N°  4 Plan de la partie sud des îles Furneaux. Carte d’une partie de la Côte orientale de la Terre de Diemen… par MM. Boullanger et Faure.

Atlas historique deuxième partie 1811. N°  4 Plan de la partie sud des îles Furneaux. Carte d’une partie de la Côte orientale de la Terre de Diemen… par MM. Boullanger et Faure.

© Collections École polytechnique-D. Gallot, photogr.

18A cela il y avait plusieurs raisons. En règle générale, les nomenclatures ne sont conservées que lorsqu’elles sont consacrées par une longue suite de temps.

  • 9 L’officier de marine britannique James Grant (1772-1833) effectua plusieurs expéditions en Australi (...)

19Le fait que le capitaine James Grant9 et Flinders furent les premiers sur les lieux enleva de l’importance à la mission de Baudin (qui avait pris un an de retard).

20Pourtant, les découvertes de Baudin

«  en Tasmanie, à la côte sud de la Nouvelle-Hollande, dans la partie occidentale et méridionale de l’île des Kangourous, l’hydrographie de cette énorme suite de rivages, tout cela représentait des résultats fort importants. Et si l’on y ajoute le bénéfice des travaux scientifiques et la richesse des collections rapportées, on verra combien cette expédition avait été fructueuse (…) Même aux endroits où Grant et Flinders avaient devancé leur compétiteur, les dénominations françaises devaient rester toutes les fois qu’elles avaient trouvé le champ libre, et que d’autres ne pouvaient faire valoir leur droit de priorité  ».

21Au xixe siècle, les Anglais considéraient qu’il était peu opportun de maintenir les noms concernant la famille Bonaparte. Si l’Amirauté britannique avait tendance à conserver la plus grande partie des noms français, il n’en était pas de même des petites expéditions coloniales qui mettaient des noms de leur choix. En Australie occidentale, la question avait été prise en considération par le Service hydrographique et le rétablissement ou la correction des noms français pouvait résulter du travail entrepris par ce Service.

22La situation était encore en évolution à l’époque du comte Fleurieu. Elle est maintenant fixée pour l’essentiel et l’on peut constater qu’après les vicissitudes de l’Histoire, il reste quand même, semble-t-il, quelque quatre vingt noms français sur les côtes de l’Australie, pour évoquer le passage de la prestigieuse Expédition Baudin.

Présentation de l’index

  • 10 A consulter : Malte-Brun. – « Mémoire sur la découverte de la côte sud-ouest de la Nouvelle Holland (...)

23Dans les deux volumes du Voyage de découvertes aux Terres australes, Péron signalait les découvertes géographiques faites par les géographes du bord. Le travail que j’ai réalisé et publié tout au long des bulletins de l’Association François Péron de 2013 à 2020, est des plus simples. Il a consisté à relever toutes ces indications, – complétées par la consultation du tome III, dû à Freycinet – et à les classer sous le nom propre ou commun qui leur avait été attribué  ; ainsi  : Bellefin, pour le cap Bellefin  ; Bernier, pour le cap et l’île Bernier, etc. Ces noms ont ensuite été répartis selon des catégories  : Membres de l’équipage  ; Marins, voyageurs, géographes… etc. Des renseignements biographiques s’ajoutent à ces entrées. De la sorte on se rend compte de l’apport considérable de l’Expédition Baudin à la connaissance géographique d’une partie de l’Australie10. Par ailleurs le choix des noms nous fait connaître quels étaient les grands hommes honorés sous le Directoire et le Consulat  ; c’était en grande partie les mêmes que de nos jours, sauf qu’on y trouve beaucoup de généraux des guerres de la Révolution, ainsi que des noms de membres de la famille du Premier Consul, devenu l’empereur Napoléon 1er.

  • 11 L’intégralité des bulletins de l’Association François Péron, l’index et sa table sont conservés, à (...)

24La recension des noms donnés aux côtes d’Australie par l’expédition Baudin représente le relevé de près de 400 termes. Son importance ne permet pas une publication intégrale dans un seul bulletin11.

  • 12 Je précise que l’Index a été établi essentiellement à partir des 3 volumes cités dans les sources ; (...)

25C’est à travers son sommaire commenté et illustré de quelques exemples, que l’on pourra découvrir et apprécier le contenu de cet index. Il compte six grands chapitres auxquels s’ajoutent six ensembles plus modestes. Une table récapitulative conclut cette présentation12.

Sources et abréviations

  • Voy. I  : Voyage de découvertes aux Terres australes. Historique. Tome I. Rédigé par François Péron.

  • Voy. II  : id. Tome II. Rédigé par F. Péron ; terminé par Louis Freycinet.

  • Voy. III  : id. Géographie. Rédigé par L. Freycinet.

  • Guillaumin  : Emile Guillaumin, François Péron, enfant du peuple… (1937 ; rééd. 1982)  : pour les noms (sur les cartes) qui ne sont pas mentionnés dans le Voyage.

  • Taillemite  : Étienne Taillemite, Dictionnaire des marins français. Nouvelle éd. – Paris  : Tallandier, 2002.

  • S. A.  : South Australia. – W.A.  : Western Australia.

1. Membres de l’équipage

(Bulletin de l’Association François Péron n° 28-juillet 2013. P. 4-19)

26Cette liste comprend 32 noms. L’ensemble constitué par les savants, le personnel de santé et les artistes est représenté par 15 noms  ; celui du corps des officiers par 16 noms  ; les matelots par un nom.

27Les noms ont été donnés à divers éléments géographiques  : cap, île, presqu’île, ilot, baie, récif, rivière, anse, entrée, étang, havre, pointe, port, piton, bassin.

28Ils ont été attribués  : 1 seule fois dans 15 cas ; 2 fois dans 12 cas  ; 3 fois dans 4 cas  ; 4 fois dans un cas (Lesueur), 5 fois dans un cas (Péron). Ci-après sa notice à titre d’exemple  :

Péron

29Canal Péron  : Voy. II, p. 26  : «  géographes, après avoir ainsi terminé leurs travaux dans le cannal qu’ils venaient de visiter, et qui fut nommé Canal Péron…  »  ; – Voy. III, p. 75 (partie nord-ouest de la Terre de Diémen).

30Cap Péron  : Voy. I, p. 263  : «  … le cap le plus au Sud de cette île [Maria], que nos géographes ont nommé Cap Péron  » – Voy. II, p. 194  : «  … je me trouvois à peu de distance d’une pointe saillante et très aiguë, que je désignai sous le nom de Cap Péron  » (Freycinet) – Voy. III, p. 58 (Île Maria).

Île Péron  : Voy. III, p. 25, 287  ; Voy. III, p. 259 Golfe Joseph-Bonaparte, Terre de Witt).

Piton Péron  : Voy. III, p. 180 (Terre d’Edels).

31Presqu’île Péron  : Voy. I, p. 199  : «  grande presqu’île qui en forme la côte orientale [du Havre H. Freycinet] reçut le nom de mon ami M. Péron  »  ; Voy. III, p. 6 (Baie des Chiens-Marins) – Auj.  : Peron Peninsula (Shark Bay) qui comprend aussi un Cape Peron.

Atlas historique deuxième partie 1811. N°  13 Carte de la Baie des chiens-marins…par MM. L. Freycinet et Faure : Presqu’île Péron

Atlas historique deuxième partie 1811. N°  13 Carte de la Baie des chiens-marins…par MM. L. Freycinet et Faure : Presqu’île Péron

© Collections École polytechnique-D. Gallot, photogr.

32François Péron (1775-1810), né et mort à Cérilly (Allier), zoologiste sur le Géographe  ; rédacteur du Voyage aux Terres australes. A fait l’objet de plusieurs travaux dont, en dernier lieu  : Edward Duyker  : François Péron  : an impetuous life  : naturalist and voyager. – Carlton, Vic (Australie)  : Miegunyah Press, 2006. – 349 p.  ; bibliog. p. 296-326. Voir aussi dans  : F. Péron, Voyage de découvertes aux Terres australes, T. I (reprint 2011), Bibliographie p. 29-80, par M. Sarazin  ; et l’Index de  : Horner (F.), La reconnaissance française, p. 486-488.

33Le grand absent est le commandant en chef des deux corvettes, le capitaine Nicolas Baudin. Flinders avait donné son nom à un groupe de roches appelées aujourd’hui Godfrey Islands, au large des côtes de l’Australie méridionale  ; mais localement on les appelle toujours Baudin’s Rocks (d’après F. Horner, La reconnaissance française, p. 242).

2. Marins, voyageurs, géographes, hydrographes, peintre de marines

(Bulletin de l’Association François Péron n°  29-janvier 2014. P. 4-16 et n°  30-juillet 2014. P. 4-15).

34Cette deuxième liste comprend 54 noms  : 46 de marins (dont un Anglais  : Dampier) et 8 autres de  : cartographe, géographe, hydrographes, voyageurs, ingénieur naval, peintre de marine.

L’un de ces personnages est né en 1491  :

Cartier

Île Cartier  : Voy. III, p. 78.

35Jacques Cartier. Né v. 1491 à Saint-Malo, il y mourut le 1er sept. 1557. « Ses mérites d’explorateur et de marin sont certains et il ouvrit la route du Saint-Laurent qui fut l’un des grands axes de la découverte de l’Ouest américain et le point de départ du Canada français  » ( Taillemite, p. 86).

Un autre, La Trimouille, est décédé en 1525  ; 15 vécurent au xviie siècle  ; 37 au xviiie siècle.

3. Scientifiques. Médecins Chirurgiens

(Bulletin de l’Association François Péron n°  31-janvier 2015. P. 3-15 et n°  32-juillet 2015. P. 4-12).

Cette liste compte 74 noms de personnages dont  :

1 né au xve siècle  : Jean Fernel (1497-1558) – 13 au xviie siècle – 60 au xviiie siècle.

36Elle comprend  : 1 Hollandais – 1 Anglais – 5 Suisses. 12 ont fait partie de l’Institut national  ; 46 de l’Académie des sciences.

Ces savants se sont distingués en tant que  :

Cartographe  : 1

Géologue  : 1

Horloger mécanicien  : 1

Entomologistes  : 2

Zoologistes  : 2

Chimistes : 4

Botanistes  : 11

Naturalistes  : 11

Physiciens  : 11

Médecins (ou docteurs

en médecine)  : 16

Mathématiciens  : 20

4. Hommes de guerre. Militaires

(Bulletin de l’Association François Péron n°  33-janvier 2016. P. 3-9 et n°  34-juillet 2016. P. 10-18).

37Cette liste d’hommes de guerre et de militaires en compte 11 pour tout l’Ancien régime, mais 20 pour la seule période de la Révolution et du 1er Empire. L’épopée napoléonienne est bien représentée, par des généraux fameux, qui, pour la plupart, ont leur nom inscrit sous l’Arc de triomphe de l’Étoîle, à Paris. On ne manquera pas de noter que l’un d’eux, Laubadère, prit le commandement de la place de Landau en juin 1793  :

Laubadère

38Île Laubadère  : Voy., II, p. 89 (terre Napoléon)  : «  Vauban (…) la plus grande d’entre elles reçut le nom d’île Laubadère, en l’honneur du brave général qui, en 1793, défendit si vaillamment la place de Landau, le chef-d’œuvre du génie de Vauban  ».

Aujourd’hui  : «  Laubadere  », à 9 km de Inneston (South Australia).

39Deux frères, généraux de la Révolution, ont porté ce nom  : Germain Félix Tennet de Laubadère (1749-1799), et  : Joseph Marie Tennet de Laubadère né à Bassoues (Gers) en 1745, général de brigade (mars 1793) qui prit le commandement de la place de Landau le 27 juin 1793  ; admis à la retraite en mars 1798  ; décédé à Pouylebon (Gers) en1809.

40C’est dans le secteur de Landau, et à la même époque, que François Péron, engagé dans les armées de la République en 1792, avait combattu. Par ailleurs, deux personnages sont nés en Bourbonnais : Morio et Villars.

5. Administrateurs. Diplomates. Magistrats. Hommes d’État. Hauts fonctionnaires

(Bulletin de l’Association François Péron n°  35-janvier 2017. P. 3-10 et n°  36-janvier 2018. P. 3-14).

30 noms présentés dans un index chronologique

Mornay (1549-1623)

Sully (1559-1641)

Richelieu 1585-1642)

Flacourt (1607-1660)

Colbert (1619-1683)

Aguesseau (1668-1751)

Dupleix (1697-1763)

Choiseul (1719-1785)

Poivre (1719-1786)

Malesherbes (1721-1794)

Chaillou (1732-1795)

Lenoir (1732-1807)

Lebrun (1739-1824)

Nemours (1739-1817)

Malouet (1740-1814)

Chateaurenaud (1742-1819)

Portalis (1745-1807)

Crétet (1747-1809)

La Rochefoucault (1747-1827)

Liancourt (1747-1827)

Dubouchage (1749-1821)

Cambacérès (1753-1824)

Dupuy (1753-1832)

Talleyrand (1754-1838)

Champagny (1756-1834)

Mollien (1758-1850)

Fontanes (1759-1821)

Bassano (Maret) (1763-1839)

Montalivet (1766-1823)

Dalberg (1773-1833)

6. Écrivains. Poètes. Philosophes. Historiens. Géographes

(Bulletin de l’Association François Péron n°  37-janvier 2018. P. 3-14).

Parmi les 47 personnages historiques de cette liste, un était né au xve siècle  : François Rabelais (1494  ?-1556), médecin, écrivain humaniste  :

Cap Rabelais (terre Napoléon) – Aujourd’hui  : Cape Rabelais (South Australia).

4 vécurent au xvie siècle, 23 au xviie siècle et 17 au xviiie siècle dont 8 philosophes  :

D’Alembert

41Cap d’Alembert  : Voy. II, p. 86  : «  grand cap d’Alembert termine à l’Est la presqu’île Fleurieu…  »  ; Voy. III, p. 119 (terre Napoléon, golfe Bonaparte). Pour Flinders, c’était le cap Jervis (Voy. II, p. xi).

42Île d’Alembert  : Voy. II, p. 94  : «  pointe Lacaille, vis-à-vis de laquelle est la petite île d’Alembert  »  ; Voy. III, p. 133 (golfes de la terre Napoléon). – Auj.  : Île d’Alembert (South Australia).

43Jean Le Rond, dit d’Alembert, né à Paris en 1717, mathématicien et philosophe, membre de l’Académie des sciences (1746), de l’Académie française (1754)  ; décédé à Paris en 1783.

Boufflers

44Cap Boufflers  : Voy. I, p. 321  ; Voy. III, p. 117 (terre Napoléon).

45Stanislas Jean de Boufflers, né à Nancy en 1738, poète, conteur, gouverneur du Sénégal (1786-1787), membre de l’Académie française (1788).

46«  Abbé libertin, militaire philosophe, diplomate chansonnier, émigré patriote, républicain courtisan.  » (Rivarol), bel esprit apprécié de Voltaire et Rousseau.

Condillac

Cap Condillac : Voy. II, p. 94 ; Voy. III, p. 130 (terre Napoléon).

Île Condillac : Voy. II, p. 245 – Auj. : Condillac Islet.

47Étienne Bonnot de Condillac, né à Grenoble en 1714, philosophe, ordonné prêtre en 1740, il reçut l’abbaye de Mureau en 1765 (il passait pour n’avoir dit la messe qu’une fois dans sa vie) ; membre de l’Académie française (1768) ; encyclopédiste et mondain comme son frère l’abbé Bonnot de Mably, décédé à Flux (Loiret) en 1780.

Descartes

Anse Descartes  : Voy. II, p. 94  ; Voy. III, p. 133.

48Baie Descartes  : Voy. I, p. 320  ; Voy. III, p. 116 (terre Napoléon) – Auj.  : Descartes Island (Northwest Coast of Australia).

René Descartes, né en 1596, philosophe et mathématicien, décédé à Stockholm en 1650.

Helvétius

49Cap Helvétius  : Voy. III, p. 25, 259 «  point des côtes de la Nouvelle-Hollande que nous ayons aperçu  » – Auj.  : Cape Helvetius (Northern Territory).

Claude Adrien Helvétius (1715-1771), philosophe.

Mably

Cap Mably  : Voy. I, p. 159 (terre Napoléon).

Gabriel de Mably, né à Grenoble en 1709, abbé, publiciste, historien, philosophe  ; décédé à Paris en 1785.

Montesquieu

50Cap Montesquieu  : Voy. II, p. 320  : «  … un second cap qui, de l’immortel auteur de l’Esprit des lois, reçut le nom de Cap Montesquieu  » (terre Napoléon).

Île Montesquieu  : aujourd’hui  : Montesquieu islands (Western Australia).

51Charles Louis de Secondat, baron de La Brèche et de Montesquieu, né à Paris en 1689, moraliste, philosophe  ; décédé à Paris en 1755.

Raynal

Île Raynal  : Voy. III, p. 134 (terre Napoléon)

52Guillaume Thomas Raynal, né en 1713, jésuite, puis prêtre séculier à Paris, philosophe et historien  ; décédé en 1796.

Voltaire

53Baie Voltaire  : Voy. II, p. 92  : «  [le cap Racine] et le cap Delille, se trouve la baie Voltaire…  »  ; Voy. III, p. 132 (terre Napoléon).

Cap Voltaire  : Voy. III, p. 250 (terre de Witt)  ; auj.  : Cape Voltaire (Northwest coast of Australia).

54François Marie Arouet, dit Voltaire, né à Paris en 1694, écrivain et philosophe, membre de l’Académie française (1746)  ; décédé à Paris en 1778.

24 d’entre eux étaient membres de l’Académie française.

Architectes. Peintres. Musiciens

556 peintres  : David, Denon, Poussin, Rubens, Van Spaedonck, Vien  ; 2 architectes  : Mansart et Soufflot  ; 1 musicien  : Rameau

Personnages divers

566 personnages dont 2 femmes guerrières légendaires du xve siècle  : Jeanne d’Arc, qui sauve Orléans en 1429, se présentant comme soutien décisif auprès du roi Charles VII, pour chasser les Anglais hors de France et Jeanne Hachette, figure mythique symbolisant la mobilisation des femmes de Beauvais en 1472 face à l’armée de Charles le Téméraire.

Prénoms

(Bulletin de l’Association François Péron n°  38-janvier 2018. P. 3-5).

57Beaucoup des 21 prénoms recensés, ont été portés par des membres de la famille Bonaparte. Ainsi, par des sœurs de Napoléon 1er  : Marie Annonciade, dite Caroline (1782-1839)  ; Marie Anne, dite Élisa (1777-1820)  ; Marie Paule, dite Pauline (1780-1825)  ; par des frères de Napoléon  : Jérôme (1784-1860), contre-amiral (1806)  ; Louis (1778-1846), général de division (1804)  ; par un neveu de Napoléon  : Louis-Napoléon (1808-1873)  : l’empereur Napoléon III  ; par la première épouse de Napoléon  : Rose, dite Joséphine, de Tascher de la Pagerie (1763-1814)  ; par Hortense de Beauharnais, fille de Rose Tascher de la Pagerie, mère de Napoléon III… Une partie de la côte sud de la Nouvelle-Hollande avait reçue le nom de Terre Napoléon.

Atlas historique deuxième partie 1811. N° 7 Carte générale des golfes Bonaparte et Joséphine… par MM. L. Freycinet et Boullanger

Atlas historique deuxième partie 1811. N° 7 Carte générale des golfes Bonaparte et Joséphine… par MM. L. Freycinet et Boullanger

© Collections École polytechnique-D. Gallot, photogr.

Batailles

(Bulletin de l’Association François Péron n° 39-janvier 2019. P. 3-7).

58Ces 18 batailles concernent toutes les campagnes militaires de Napoléon et majoritairement la Campagne d’Italie (1796-1797) : Voltri, Montenote, Dego, Milesimo, Mondovi, Lodi, Castiglione, Bassano, Arcole, Roveredo, Rivoli, Léoben ; puis la seconde campagne d’Italie : Marengo, Mont Saint-Bernard, Montebello ; sans oublier la campagne d’Egypte : Aboukir, Jaffa, Mont-Thabor.

Animaux. Végétaux

(Bulletin de l’Association François Péron n°  39-janvier 2019. P. 7-10).

12 animaux et 2 végétaux

Noms communs et divers

(Bulletin de l’Association François Péron n°  40-juillet 2019. P. 3-9).

5921 noms communs et les noms des 3 navires de l’expédition  : le Géographe, le Naturaliste et le Casuarina.

N° 1 Australie. Carte générale de la Nouvelle -Hollande dressée par M.L. Freycinet commandant la goëlette Le Casuarina. An 1808 : détail : Baie du Géographe

N° 1 Australie. Carte générale de la Nouvelle -Hollande dressée par M.L. Freycinet commandant la goëlette Le Casuarina. An 1808 : détail : Baie du Géographe

© Collections École polytechnique-D. Gallot, photogr.

Table récapitulative des noms de personnages historiques

(Bulletin de l’Association François Péron n°  41-janvier 2020. P. 3-8).

60Cette table récapitule les 380 noms recensés, attribués par l’expédition Baudin aux côtes de l’Australie, dont 303 de personnages historiques. Ces noms sont tous mentionnés dans les trois volumes du Voyage de découvertes aux Terres australes de F. Péron et L. Freycinet. Une partie seulement de ces noms a été conservée dans la nomenclature actuelle des côtes australiennes.

Les chiffres renvoient au n° du fascicule et à la page du bulletin concerné, de l’Association François Péron.

I. Personnages historiques (303)

Aguesseau  : 35/3

Alembert  : 37/3

Amyot  : 37/4

Anville  : 29/4

Assas  : 33/3

Andréossy  : 33/3

Auguereau  : 33/4

Barbié du Bocage  : 37/4

Bart  : 29/5

Barthélemy  : 37/4

Bassano  : 35/3

Baudin  : 28/19

Bayard  : 33/4

Beaufort  : 29/5

Bedout  : 29/5

Bélidor  : 31/3

Bellefin  : 28/5

Bernier  : 28/5

Bernadotte  : 33/4

Bernouilli  : 31/3

Berthier  : 33/5

Berthollet  : 31/4

Berthoud  : 31/4

Bessières  : 33/5

Bezoud  : 31/4

Boileau  : 37/4

Bonaparte  : 35/4

Bonpland  : 31/5

Borda  : 29/6

Bossuet  : 37/5

Bossut  : 31/5

Boufflers  : 37/5

Bougainville  : 29/6

Bouguer  : 29/7

Boullanger  : 28/6

Bouvard  : 31/5

Breton  : 28/7

Brué  : 28/7

(Erratum  : En fait il s’agit de deux personnes  : Adrien Hubert Brué (1786-1832), ancien chef de timonerie sur le Casuarina, devenu géographe et cartographe ; et : Joseph Brué (1782-1843), embarqué comme aspirant de 1re classe sur le Naturaliste, passé sur le Géographe à Timor le 29 octobre 1801, et rembarqué sur le Naturaliste au Port-Jackson le 3 novembre 1802.)

Bruguière  : 31/5

Brune  : 33/6

Buache  : 29/8

Buffon  : 31/5

Caffarelli  : 33/6

Cambacérès  : 35/4

Carnot  : 31/6

Cartier  : 29/8

Cassard  : 29/8

Cassini  : 31/6

Catinat  : 33/6

Chaillou  : 35/5

Champagny  : 35/5

Championnet  : 33/7

Chappe  : 34/16

Chardin  : 29/9

Charpentier  : 31/6

Chateaurenaud  : 35/6

Chaulieu  : 37/5

Choiseul  : 35/6

Clairault  : 31/7

Colbert  : 36/6

Commerson  : 31/7

Condillac  : 37/5

Condorcet  : 37/6

Cooper  : 38/5

Coquebert-Montbret  : 31/7

Corneille  : 37/6

Corvisart  : 32/10

Cossigny  : 31/7

Coulomb  : 31/7

Couture  : 30/15

Crébillon  : 37/6

Crétet  : 36/7

Cuvier  : 31/8

Daché  : 29/9

Dacier  : 37/6

Dalberg  : 36/7

Dampier  : 29/9

Daubenton  : 31/8

David  : 38/3

De Brosses  : 37/7

Decaen  : 33/7

Decrès  : 29/10  ; 36/7

Delambre  : 31/8

Delille  : 37/7

Denon  : 38/3

Depuch  : 28/8

Desaix  : 33/7

Desault  : 32/10

Descartes  : 37/7

Desfontaines  : 37/14

Deshoulières  : 37/7

Dolomieu  : 34/16

Dombey  : 31/9

Dubelloy  : 37/7

Dubouchage  : 36/8

Du Couédic  : 29/11

Dugommier  : 33/8

Duguesclin  : 33/8

Duhamel  : 31/9

Dupleix  : 36/8

Dupuy  : 36/8

Duroc  : 33/8

Dusséjour  : 31/9

Duguay-Trouin  : 29/11

Duquesne  : 29/12

Duvaldailly  : 28/9

Emériau  : 29/12

Entrecasteaux  : 29/12

Estaing  : 29/13

Estrées  : 29/14

Euler  : 31/9

Faujas  : 31/10

Faure  : 28/9

Fénelon  : 37/8

Fermat  : 31/10

Fernel  : 32/10

Feuillée  : 31/10

Flacourt  : 36/8

Fléchier  : 37/8

Fleurieu  : 29/14

Florian  : 37/8

Folard  : 33/9

Fontanes  : 36/9

Forbin  : 29/15

Forestier  : 36/9

Fourcroy  : 31/10

Freycinet  : 28/10

Gantheaume  : 29/15

Geoffroy  : 31/11

Gicquel  : 28/11

Giraud  : 28/11

Gosselin  : 38/5

Grafigny  : 37/8

Grécourt  : 37/8

Guichen  : 29/16

Guichenault  : 28/12

Guillaume Tell  : 37/9

Guyton  : 31/11

Hallé  : 32/10

Hamelin  : 28/12

Haüy  : 31/11

Helvétius  : 37/9

Heirisson  : 28/12

Huygens  : 31/12

Jeanne d’Arc  : 38/6

Jeanne Hachette  : 38/6

Jurien  : 29/16

Jussieu  : 31/12

Keraudren  : 32/11

Kersaint  : 30/4

La Billardière  : 31/12

La Bourdonnais  : 30/5

Lacaille  : 31/13

Lacépède  : 31/13

La Condamine  : 31/14

Lacroix  : 31/14

La Crosse  : 30/5

Lafayette  : 33/9

La Fontaine  : 37/9

La Galissonnière  : 30/5

Lagrange  : 31/14

Lalande  : 31/14

Lancelin  : 34/16

Langlès  : 37/9

Lannes  : 34/10

Laplace  : 34/17

La Rochefoucault  : 36/10

Larrey  : 32/11

Latouche-Tréville  : 30/6

La Tour d’Auvergne  : 34/10

Latreille  : 31/15

La Trimouille  : 34/11

Laubadère  : 34/11

Lavoisier  : 31/15

Lebrun  : 36/3

Le Camus  : 32/11

Lefebvre  : 28/13

Legendre  : 31/15

Le Gentil  : 32/4

Legrand  : 34/15

Lemonnier  : 37/9

Lenoir  : 36/3

Leschenault  : 28/13

Lesueur  : 28/13

Levêque  : 30/6

Levillain  : 28/14

Lharidon  : 28/15

L’Hermite  : 30/6

Liancourt  : 36/4

Linois  : 30/7

Lislet  : 32/4

Lucas  : 30/7

Lusignan  : 34/12

Mably  : 37/10

Maingeon  : 30/7

Mairan  : 32/5

Malherbes  : 36/4

Malouet  : 36/4

Malus  : 32/5

Mansart  : 38/4

Maret  : 36/4

Marion  : 30/7

Masséna  : 34/12

Massillon  : 37/10

Maugé  : 28/15

Maupertuis  : 32/5

Maurouard  : 28/15

Méchain  : 32/5

Mentelle  : 37/10

Meyronnet  : 36/5

Missiessy  : 30/8

Molé  : 38/6

Molière  : 37/10

Mollien  : 36/5

Monge  : 32/6

Montaigne  : 37/11

Montalivet  : 36/15

Montbazin  : 28/16

Montesquieu  : 37/11

Montgolfier  : 32/6

Montmorency  : 30/8

Morard de Galles  : 30/8

Moreau  : 28/16

Morio  : 34/12

Mornay  : 36/6

Motard  : 30/9

Muiron  : 34/12

Murat  : 34/13

Nemours  : 36/6

Olivier  : 32/6

Orvilliers  : 30/9

Paré  : 34/18

Pascal  : 32/6

Patterson  : 32/7

Percy  : 32/11

Péron  : 28/16

Petit  : 28/17

Picard  : 32/7

Picquet  : 28/17

Pingré  : 32/7

Plumier  : 32/7

Poissonnier  : 32/11

Poivre  : 36/6

Portalis  : 36/6

Poussin  : 38/4

Prony  : 32/18

Rabelais  : 37/11

Racine  : 37/11

Rameau  : 38/4

Ransonnet  : 28/17

Raynal  : 37/11

Réaumur  : 32/8

Regnard  : 37/12

Riche  : 32/8  ; 34/17

Richelieu  : 36/17

Riedlé  : 28/18

Rochon  : 32/8

Rollin  : 37/12

Ronsard  : 28/18

Rosily  : 30/9

Rubens  : 38/4

Rulhière  : 37/12

Saint-Aignan  : 30/10

Saint-Allouarn  : 30/10

Saint-Cricq  : 28/18

Saint-Lambert  : 37/12

Sané  : 30/11

Saussure  : 32/8

Scudéry  : 37/12

Serrurier  : 34/13

Sévigné  : 37/13

Sonnerat  : 30/11

Soufflot  : 38/4

Suffren  : 30/11

Sully  : 36/7

Surville  : 30/12

Taillefer  : 28/19

Talleyrand  : 36/7

Thévenard  : 30/12

Thou  : 37/13

Thouin  : 32/9

Tournefort  : 32/9

Tourville  : 30/12

Tréville  : 30/13

Trobriand  : 30/13

Turenne  : 34/14

Valbelle  : 30/13

Van Spaedonck  : 38/5

Vasse  : 28/19

Vauban  : 34/14

Vaucanson  : 32/9

Vauquelin  : 34/18

Vendôme  : 30/13

Ventenat  : 32/9

Vernet  : 30/14

Vien  : 38/5

Villaret  : 30/14

Villars  : 34/14

Vincent de Paul  : 38/6

Vivonne  : 30/14

Volney  : 37/13

Voltaire  : 37/13

II. Prénoms  :

38/6-9 (21)

III. Batailles  :

39/3-7 (18)

IV. Animaux. Végétaux  :

39/7-10 (14)

V. Noms communs et divers  :

40/3-8 (24)

61On peut regretter que l’expédition Baudin reste méconnue en France, sans doute à cause de la mauvaise réputation attachée à son commandant lui-même, Nicolas Baudin. Souhaitons que la réédition de «  Voyage au terres australes  » par le CTHS permettra au plus grand nombre de redécouvrir cette expédition riche d’apports scientifiques.

Haut de page

Notes

2 Est indiqué sur le bandeau « ORBIS AUSTRALIS DULCES EXUVIAE » (« Les doux attraits de la Terre Australe »). Est indiqué dans le quart inférieur gauche de la carte : « Nota. Les sondes sont exprimées en brasses, celles qui sont soulignées signifient qu’on n’a pas trouvé le fond à la profondeur indiquée ». Cette carte est la 2e de la publication « Voyage de découvertes aux Terres Australes. Historique. Atlas. Deuxième partie. Rédigée par M. L. Freycinet, Capitaine de Frégate commandant le Casuarina pendant l’Expédition. Paris 1811 ».

3 Joseph Banks (1743-1820), président de la Royal Society pendant plus de quarante ans, voyagea avec Cook sur la côte est du continent austral du 20 avril au mois d’août 1770. – Le naturaliste suédois Daniel Solander (1733-1782) participa de même à ce premier voyage de Cook dans le Pacifique, qui ramena en Angleterre une très grande quantité de plantes. – Les naturalistes allemands Johann Reinhold Forster (1729-1798) et son fils, George Forser (1754-1794) participèrent au second voyage de Cook (1772-1775) : le naturaliste suédois Anders Sparrmann (1748-1820) était leur assistant.

4 Cf. : Dany Bréelle, « Matthew Flinders et la mise en carte d’un nouvel espace indo-Pacifique » (Cybergéo, 2016, en ligne). Les cartes de Flinders constituèrent des outils essentiels à l’intégration de l’Australie aux comptoirs de l’Inde et de la Chine, sous contrôle britannique, et à la globalisation du commerce maritime et colonial à l’aube du xixe siècle.

5 Pour marquer le bicentenaire de la carte de Freycinet, Henry de Freycinet, dernier descendant de cette famille, offrit le 16 juin 2011 à Mme Quentin Bryce, gouverneur général d’Australie, à Canberra, un exemplaire signé de cette carte.

6 J. Verne, Histoire générale des grands voyages et des grands voyageurs (Paris, 1879), p. 356.

7 Le comte Fleurieu appartenait à la famille Claret de Fleurieu dont le membre le plus célèbre fut Charles Pierre Fleurieu (1738-1919), comte d’Empire, membre de l’Institut, du Conseil des Cinq Cents, du Conseil d’État, du Sénat, qui présida la section de la Marine de l’an IX à 1805, et dont le nom fut donné en 1802 à une péninsule au sud d’Adélaïde.

8 George Vancouver (1757-1798) avait publié le compte-rendu de son expédition dans un livre traduit en français : Voyage de découvertes à l’océan Pacifique du Bord, et autour du monde (Paris, an VIII), 5 vol. et 1 atlas.

9 L’officier de marine britannique James Grant (1772-1833) effectua plusieurs expéditions en Australie et en Tasmanie, dont il cartographia une partie des côtes. On lui doit : The Narrative of a voyage of discovery performed in His Majesty’s vessel the « Lady Nelson »… in the years 1800, 1801 and 1802 to New South Wales (London, 1803, 195 p.).

10 A consulter : Malte-Brun. – « Mémoire sur la découverte de la côte sud-ouest de la Nouvelle Hollande ou de la terre Flinders, de la terre Napoléon, et de la terre Grant ». Annales des voyages…, t. 24, 1804, p. 270-296.

11 L’intégralité des bulletins de l’Association François Péron, l’index et sa table sont conservés, à la BnF, cote 2015-67717 et au Centre de Ressources Historiques de la bibliothèque de l’Ecole polytechnique où ils sont consultables sur rendez-vous.

12 Je précise que l’Index a été établi essentiellement à partir des 3 volumes cités dans les sources ; il n’est peut-être pas un relevé tout à fait complet des noms donnés aux côtes ; je n’ai pas pu consulter les cartes de l’Atlas de 1812, la réédition du livre de Guillaumin n’en a publié qu’une partie. D’autre part je ne connais pas la liste complète des noms français qui subsistent en Australie. Je fais donc ces deux réserves. J’ai utilisé les ressources d’Internet, mais celles-ci ne répondent pas à toutes les interrogations.

Haut de page

Note de fin

i . Réalisé par Maurice Sarazin pour les bulletins de l’Association François Péron.

Haut de page

Table des illustrations

Titre «  Carte Générale de la Terre Napoléon (à la Nouvelle- Hollande) rédigée d’après les travaux exécutés à bord de la Corvette le Géographe et de la Goëlette le Casuarina par M. L. FREYCINET. An 1808  »2
Crédits © Le Havre, Muséum d’histoire naturelle, Inv. MHNH 30002
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3195/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 593k
Titre Atlas historique deuxième partie 1811. N°  4 Plan de la partie sud des îles Furneaux. Carte d’une partie de la Côte orientale de la Terre de Diemen… par MM. Boullanger et Faure.
Crédits © Collections École polytechnique-D. Gallot, photogr.
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3195/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 546k
Titre Atlas historique deuxième partie 1811. N°  13 Carte de la Baie des chiens-marins…par MM. L. Freycinet et Faure : Presqu’île Péron
Crédits © Collections École polytechnique-D. Gallot, photogr.
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3195/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre Atlas historique deuxième partie 1811. N° 7 Carte générale des golfes Bonaparte et Joséphine… par MM. L. Freycinet et Boullanger
Crédits © Collections École polytechnique-D. Gallot, photogr.
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3195/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Titre N° 1 Australie. Carte générale de la Nouvelle -Hollande dressée par M.L. Freycinet commandant la goëlette Le Casuarina. An 1808 : détail : Baie du Géographe
Crédits © Collections École polytechnique-D. Gallot, photogr.
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3195/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maurice Sarazin, « Index des noms donnés aux côtes de la Nouvelle-Hollande (Australie) par l’expédition Baudin, de 1801 à 1803 »Bulletin de la Sabix, 69 | -1, 153-166.

Référence électronique

Maurice Sarazin, « Index des noms donnés aux côtes de la Nouvelle-Hollande (Australie) par l’expédition Baudin, de 1801 à 1803 »Bulletin de la Sabix [En ligne], 69 | 2022, mis en ligne le 27 septembre 2022, consulté le 07 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/sabix/3195

Haut de page

Auteur

Maurice Sarazin

Bibliothécaire retraité (dernier poste : conservateur à la Bibliothèque de santé de Clermont-Ferrand de 1967 à 1989), Maurice Sarazin se consacre, depuis 1970, à des publications concernant le département de l’Allier (Bourbonnais) ; ce qui l’a amené à traiter des sujets très variés. Péron entre dans ce cadre, et il a réuni à son sujet une documentation importante.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo SABIX
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search