Navigation – Plan du site

AccueilNuméros69IV. Suites de l'expédition BaudinL’impact des voyages circumterres...

IV. Suites de l'expédition Baudin

L’impact des voyages circumterrestres de la marine à voile (1815-1850) à l’École polytechnique

Contributions polytechniciennes, collections de la bibliothèque, programmes scolaires
Olivier Azzola
p. 181-198

Texte intégral

  • 1 Jules Rouch (1884-1973), Histoire universelle des explorations, tome IV, 1956, Introduction.

« Mais il ne suffit pas à l’explorateur d’avoir des souvenirs que tout le monde n’a pas, il lui faut décrire pour les autres hommes ce qu’il a vu, et cette description, pour être complète, exige de lui beaucoup de science.  »1

  • 2 Gaston de Rocquemaurel, cité en traduction anglaise par Stéphanie Leclerc-Caffarel & Jean-Philippe (...)

« I did not lose one moment before I started studying voyages, geography, astronomy, physics, drawing  »2

  • 3 Numa Broc (dir.), Dictionnaire illustré des explorateurs et grands voyageurs français du xixe siècl (...)

« De Baudin à Dumont d’Urville, les chefs d’expédition se passent le relais et maintiennent la tradition de la « marine savante  » inaugurée au xviiie siècle »3

1Depuis les expériences matricielles des expéditions de Bonaparte en Egypte, et celle de Baudin autour du monde, quelle place les polytechniciens occupent-ils dans les voyages autour du monde des années postérieures à 1815  ? Comment ont-ils été amené à y participer  ? Les récits de voyages qui en résultent ont-ils leur place dans la bibliothèque de l’École polytechnique, dont les collections sont le reflet des enseignements donnés  ? L’importance de ces voyages a-t-elle eu un impact sur les programmes scolaires de cette première moitié du xixe siècle  ?

Les polytechniciens dans la reprise des voyages circumterrestres français à partir de 1815

  • 4 Jules Verne, Histoire générale des grands voyages et des grands voyageurs, Les voyageurs du xixe si (...)

2Pour les voyages de découverte, les années de l’Empire sont jugées, du point de vue d’un Jules Verne, tout à fait néfastes. Verne en attribue l’entière responsabilité à Napoléon qui, « sacrifiant tout à sa détestable passion, la guerre, ne voulut plus entendre parler d’exploration, de voyages, de découvertes à faire »4. Un crime !

3Effectivement, après les expéditions débutées sous le Consulat – l’expédition d’Égypte en 1798 et l’expédition Baudin en 1800 – les chances même de réaliser des voyages autour du monde sont perdues en raison de la guerre avec l’Angleterre, de la destruction de la flotte à Trafalgar, du blocus, de la guerre sur le continent européen.

  • 5 Numa Broc (dir.), op. cit., page XVI.

4Les entreprises de navigation circumterrestre reprennent, la paix revenue, cette fois avec des officiers-savants plutôt qu’avec des savants civils, conséquence directe de l’expédition Baudin5. Le premier est celui de Freycinet, le second celui de Duperrey. Aucun polytechnicien ne participe à ces deux expéditions.

Carte des principaux voyages circumterrestres de 1817 à 1840 : le Pacifique.

Carte des principaux voyages circumterrestres de 1817 à 1840 : le Pacifique.

Source : Histoire universelle des explorations, tome IV, Paris, F. Sant’Andrea, 1955
© Collections École polytechnique

  • 6 Hyacinthe de Bougainville, Journal de la navigation autour du globe de la frégate « la Thétis » et (...)
  • 7 Etienne Taillemite, « Un marin polytechnicien autour du monde : Hyacinthe de Bougainville », Bullet (...)
  • 8 Marie-Christine Thooris, « Un voyage d’exploration scientifique en Océanie », in : 100 trésors des (...)

5Ni voyage de découverte ni exploration scientifique à proprement parler, le tour du monde de Hyacinthe de Bougainville, polytechnicien de la promotion 1799 ayant participé à l’expédition Baudin, est réalisé de 1824 à 1826. Bougainville, bien que n’ayant suivi les cours de l’École polytechnique qu’en première année, se lie avec son camarade de promotion Gaspard de Clermont-Tonnerre, devenu ministre de la Marine et des Colonies de 1821 à 18246. Fils du célèbre navigateur7, Hyacinthe juge son propre voyage comme une opération de routine, peut-être suite au succès du voyage de Duperrey, qui du point de vue humain et technique, n’a subi aucune perte8 : « on fait à présent le tour de la terre comme on faisait son tour de France ! ». Au grand regret du navigateur, aucun savant et, a fortiori, aucun autre polytechnicien que lui, n’est présent à bord de la Thétis ni de l’Espérance, « ces hommes spéciaux, si avides d’ordinaire d’expéditions de la nature de la nôtre, qui, par l’étendue de leurs connaissances, l’habitude d’observer, l’art de peindre les objets qui se présentent à eux, et les sensations qu’ils leur font éprouver, savent répandre tant de charmes sur les moindres sujets qu’ils traitent ». Pourtant, la science est loin d’être absente de l’expédition, avec des mesures hydrographiques et astronomiques réalisés par MM. Lapierre, Jeanneret, Fabré, Turpin. Néanmoins Bougainville s’excuse presque de ne livrer qu’un « journal de navigation (…) au public » !

  • 9 Faraguet a bénéficié de l’ordonnance du 17 avril 1822 par laquelle le ministre de la Marine Clermon (...)
  • 10 Etienne Taillemite, Marins français…, op. cit., p. 526.
  • 11 Il sera condamné politique faisant l’objet d’une mesure d’éloignement en Belgique à la suite du cou (...)

6La Coquille, du voyage de Duperrey, rebaptisée pour l’occasion l’Astrolabe, réalise un nouveau tour du monde (1826-1829) sous le commandement de Jules Dumont d’Urville. Officier chargé de la botanique et de l’entomologie lors du voyage de Duperrey, Dumont d’Urville fut un candidat malheureux au concours d’admission de Polytechnique. Il devient recruteur de polytechnicien pour le voyage de l’Astrolabe. Le navire comporte dans ses rangs le marin Henri Antoine Faraguet (X1822). Ce dernier, sorti de Polytechnique en 18259, est inscrit à bord en tant qu’élève de première classe et promu enseigne de vaisseau pendant le voyage, le 10 février 1828. C’est au cours de ce voyage qu’est confirmée la découverte des restes de l’expédition de La Pérouse à Vanikoro. Faraguet, malade, est débarqué avant la fin de l’expédition sur l’île Bourbon, où il se mariera peu après10. Il obtient sa démission pour raisons de santé le 21 juin 182911.

  • 12 SHD MV CC 7 ALPHA 276
  • 13 SHD MV CC 7 ALPHA 276, bulletin d’appréciation d’Antoine Eugène de Bouchaud.

7L’équipage qui voyage autour du monde sur la corvette La Favorite sous le commandement du capitaine de frégate Cyrille Laplace (1793-1875) comporte dans ses rangs le polytechnicien Eugène de Bouchaud (X1826, 1806-1875). Il avait démissionné avant la fin de ses études (le 29 octobre 1827) pour entrer dans la marine, comme plusieurs de ses camarades. Il bénéficie de l’appui du député-maire Félix de Prunelle et de celle du vicomte et général Louis Paillhou (X1802)12. Élève de première classe de la Marine il est très bien noté par Laplace13 et est fait enseigne de vaisseau pendant la campagne, qui se déroule de 1830 à 1832. L’expédition altère néanmoins sa santé et à son retour il bénéficie d’un congé extraordinaire.

  • 14 Etienne Taillemite, Marins français à la découverte du monde : de Jacques Cartier à Dumont d’Urvill (...)

8Deux polytechniciens font partie du voyage de la Bonite autour du monde (1835-1837), commandé par Auguste Vaillant (1793-1858). Il s’agit de Benoît Darondeau (X 1824  ; 1805-1869) et Jules Desvaux (X 1832  ; 1813- ? ? ? ?). Darondeau, ingénieur hydrographe recevra les félicitations d’Arago pour ses observations sur le magnétisme terrestre14. Desvaux, élève de première classe de la Marine au moment du départ, est promu enseigne de vaisseaux à la suite de la campagne (le 17 juin 1838).

9Deux autres polytechniciens participent au voyage autour du monde commandé par Abel Dupetit-Thouars sur la Vénus entre 1836 et 1839  : Louis Jules Masselot (X 1834), Louis Urbain Dortet de Tessan (X 1822).

Portrait de Louis Urbain Dortet de Tessan (X1822), (réalisé en 1864)

Portrait de Louis Urbain Dortet de Tessan (X1822), (réalisé en 1864)

Cote  : X2B 53/1822
© Collections École polytechnique

  • 15 Ibid., p. 586-587.
  • 16 SHD, MV CC 7 ALPHA 1708, Certificat autographe de Dupetit-Thouars (20 juillet 1839).
  • 17 SHD, MV CC 7 ALPHA 1708, Lettre de J. Masselot [1844].
  • 18 Abel Du Petit-Thouars, Voyage autour du monde sur la frégate « la Vénus » pendant les années 1836-1 (...)
  • 19 Etienne Taillemite, op. cit., p. 586.

10Ce dernier, ingénieur hydrographe, lève tous les plans et dresse toutes les cartes15. Il s’est aussi occupé de géologie et d’histoire naturelle et a bénéficié de l’aide de Masselot, qui lui est attaché16. Ce dernier sera ensuite encouragé à s’occuper d’observations physiques et météorologiques par Humboldt et Arago17. Masselot, en tant qu’élève de première classe, s’est plus particulièrement occupé des dessins de costumes, notamment des chefs des îles Sandwich. Avec un autre élève de la marine, Ménard, ils réalisent des vues pour faciliter la reconnaissance des mouillages et des cotes peu connues18. Cette expédition, à dominante économique (protection de la pêche à la baleine), a permis au final des relevés scientifiques grâce au zèle des officiers, souligné par le rapport de l’Académie des sciences19.

Indigènes de la Haute Californie dessinés par Masselot (X1834)

Indigènes de la Haute Californie dessinés par Masselot (X1834)

Publié dans l’atlas du Voyage autour du monde de Dupetit-Thouars
Cote  : O1 34

© Collections École polytechnique

11Le voyage autour du monde de Cyrille Pierre Théodore Laplace (1793-1875) à bord de l’Artémise entre 1837 et 1840 n’embarque aucun polytechnicien. Ce voyage avait surtout un but politique et économique, la protection des baleiniers français. Notons que la sœur de Laplace était mariée depuis 1829 à Jean-Marguerite Tupinier (X1794), ministre de la Marine par deux fois, en 1830 et 1839.

  • 20 Numa Broc (dir.), Dictionnaire illustré des explorateurs et grands voyageurs français du xixe siècl (...)

12L’expédition autour du monde menée par Jean-Baptiste Cécille entre 1837 et 1839 sur la corvette l’Héroïne, obtient de bons résultats sur le plan scientifique et politique. Pourtant son expédition est presque oubliée, Cécille n’ayant rien publié à son retour20. Seule la liste de l’état-major ayant été publiée au complet il n’est pas possible de déterminer si des élèves aspirants issus de Polytechnique auraient pu être embarqués à bord.

13L’expédition menée entre 1837 et 1840 par Jules Dumont d’Urville ne comporte pas moins de cinq polytechniciens  : Clément Adrien Vincendon-Dumoulin (X1831  ; 1811-1858), Aimé Coupvent-Desbois (X1830  ; 1814-1892), Gaston de Rocquemaurel (X1823, 1804-1878), Charles François Eugène Gervaïze (X1834  ; 1814-1895), Pierre Antoine Lafond (X1834, 1814- ? ? ? ?). Embarqués sur l’Astrolabe et la Zélée de 1837 à 1840, ces hommes font moisson de découvertes remarquables. Clément Adrien Vincendon-Dumoulin et Aimé Coupvent-Desbois, ce dernier enseigne de vaisseau, laissent leur nom dans l’histoire, mais aussi dans la géographie et la littérature. Vincendon-Dumoulin, ingénieur hydrographe est le premier à apercevoir la terre qui sera nommée d’après le prénom de la femme du commandant Dumont d’Urville, la Terre Adélie21. Plusieurs petites îles ou rochers à proximité ou au large de la Terre Adélie sont nommées d’après son nom. Un Coupvent Point est un point de péninsule de la Trinité au bout de la Péninsule Antarctique. Et Jules Verne fera dire au capitaine Nemo, dans 20 000 lieues sous les mers, qu’il utilise les excellentes cartes du détroit de Torrès dressées par Vincendon-Dumoulin et Coupvent-Desbois22  !

14Ce dernier est d’ailleurs cité largement par Jules Verne dans son Histoire générale des grands voyages et des grands voyageurs23. Un nouveau binôme digne des exploits des antiques Jollois et Devilliers en Égypte ! Le nom de Rocquemaurel, lieutenant de vaisseau et second de Dumont d’Urville, sera donné à un cap de la Terre Adélie. Gervaïze et Lafond, élèves de première classe de la marine, sont promus au rang d’enseignes de vaisseau au cours du voyage le 21 août 1839. Gervaïze s’est vu confier les baromètres, et un quart sur l’Astrolabe. Il est aussi l’assistant du lieutenant de vaisseau Barlatier-Demas dans les observations météorologiques24. Plus ingénieur que marin il s’occupera par la suite particulièrement de mécanique, notamment il inventera un instrument destiné à la régularisation des tiroirs des machines à vapeur25.

La carte du détroit de Torrès par Vincendon-Dumoulin (X1831) et Coupvent-Desbois (X1830), vantée par Jules Verne dans 20000 lieues sous les mers.

La carte du détroit de Torrès par Vincendon-Dumoulin (X1831) et Coupvent-Desbois (X1830), vantée par Jules Verne dans 20000 lieues sous les mers.

Publiée dans le volume 2 de l’Atlas pittoresque du Voyage au Pôle Sud... de Dumont d’Urville
Cote  : O1 35

© Collections École polytechnique

Marins et ingénieurs au travail au passage du cercle polaire

Marins et ingénieurs au travail au passage du cercle polaire

Extrait du volume 2 de l’Atlas pittoresque du Voyage au Pôle Sud… de Dumont d’Urville
Cote  : O1 35

© Collections École polytechnique

  • 26 Gaston de Rocquemaurel, dont la bibliothèque de Polytechnique conserve des notes de cours et manusc (...)
  • 27 Jean-Philippe Zanco, « L’héritage oublié de Dumont d’Urville et des explorateurs du Pacifique : les (...)
  • 28 SHD, MV 13 GG 2/1. Renseignements nautiques recueillis par la Capricieuse, dans sa navigation de Sh (...)
  • 29 SHD, MV 13 GG 2/1, Lettre au Capitaine de vaisseau Rocquemaurel (25 mars 1854).

15Examinons enfin l’un des tous derniers voyages circumterrestre français autour du monde de la marine à voile, celui commandé par Gaston de Rocquemaurel à bord de la corvette la Capricieuse, entre 1850 et 1854. Rocquemaurel26, au moment de la Révolution de 1848, rencontra Arago, qui le recruta comme son chef de cabinet au ministère de la Marine. Il préfère retourner à la navigation et son tour du monde permet de combler certains blancs des cartes marines dans les zones peu connues de Corée, Japon et Sibérie orientale. Aucun récit officiel de l’expédition n’est publié. Il faut dire qu’au moment du retour de la Capricieuse à Toulon, la guerre de Crimée a commencé27. L’âge des grands voyages de découvertes de la marine à voile serait-il révolu  ? Ou bien le Second Empire oublie-t-il cet héritage de la Monarchie et de la deuxième république, pour se consacrer à une nouvelle orientation de sa politique étrangère, la conquête de nouveaux territoires outre-mer  ? Quoiqu’il en soit, on sait que le futur amiral Courbet (X1847), alors élève aspirant, était présent sur la corvette, et formé par Rocquemaurel. Il participe aux travaux de mesure et de cartographie28, notamment en Corée. A son retour Courbet sera proposé pour être attaché au dépôt des cartes et plans avec Mouchez, pour mettre en ordre les relevés cartographiques29.

Les polytechniciens en voyage circumterrestre de 1815 à 1850

  • 30 Rocquemaurel lorsqu’il était de second de Dumont d’Urville.
  • 31 Émile Ganneron, L’amiral Courbet d’après les papiers de la marine et de la famille, Paris, Librairi (...)

Grade

Effectif

Noms de famille et année de promotion

Expédition et années d’expédition

Capitaine de vaisseau

2

Bougainville (1799)

Bougainville (1824-1826)

Rocquemaurel (1823)

Dumont d’Urville (1837-1840)

Lieutenant de vaisseau

(1)30

Rocquemaurel (1823)

Rocquemaurel (1850-54)

Enseigne de vaisseau

1

Coupvent-Desbois (1830)

Dumont d’Urville (1837-1840)

Ingénieur hydrographe

3

Darondeau (1824)

Vaillant (1836-1837)

Dortet de Tessan (1822)

Dupetit-Thouars (1836-1839)

Vincendon-Dumoulin (1831)

Dumont d’Urville (1837-1840)

Elève (ou aspirant, selon la décision du gouvernement provisoire en 1848)31

7

Faraguet (1822)

Dumont d’Urville (1826-1829)

Bouchaud (1826)

Laplace (1829-1832)

Desvaux (1832)

Vaillant (1836-1837)

Masselot (1834)

Dupetit-Thouars (1836-1839)

Gervaïze et Lafond (1834)

Dumont d’Urville (1837-1840)

Courbet (1847)

Rocquemaurel (1850-54)

Total

13

La figure tutélaire d’Arago et le «  marin-savant »

  • 32 James Lequeux, François Arago, un savant généreux : physique et astronomie au xixe siècle, Les Ulis (...)
  • 33 Signé par les commissaires Cuvier, Biot, Humboldt, Rossel, Thénard, Gay-Lussac, Arago, Desfontaines
  • 34 Signé par les commissaires Desfontaines, Cuvier, Rossel, Arago, Humboldt, Cordier, Latreille.
  • 35 Signé par les commissaires Beautemps-Beaupré, Blainville, Elie de Beaumont, Arago.

16La plupart des navigateurs des voyages d’exploration que nous venons de mentionner ont eu, à un moment ou à un autre, affaire avec François Arago, «  figure dominante de la science française de la première moitié du xixe siècle  »32 et dont le frère Jacques, fut embarqué à bord de l’Uranie comme dessinateur. Soit François Arago rédige les instructions scientifiques destinées à l’équipage, et ce dès le voyage de Freycinet, soit il fait partie des commissions chargées d’examiner les résultats collectés. Dans le cadre des travaux des commissions de l’Académie des sciences il rédige ainsi des rapports rendant compte du voyage autour du monde de Freycinet en 182133, celui de Duperrey en 182534. Il rédige en 1835, en quinze jours, ses instructions pour la physique du globe, destinées aux officiers de la Bonite, et un rapport sur le voyage en 1838. En 1840 il rédige un rapport du voyage de Dupetit-Thouars35.

  • 36 Hubert Chabot, « Les rapport de François Arago à l’Académie des sciences », in : Les Arago, acteurs (...)
  • 37 Guy Jacques, François Arago l’oublié, Nouveau monde éditions, Paris, 2017, p. 78-84.
  • 38 E. Taillemite, op. cit., p. 608.
  • 39 James Lequeux, op. cit., p. 316-317.

17La contribution d’Arago aux rapports porte essentiellement sur la nature des instruments embarqués, sur l’examen des observations recueillies, avec un appel quasi-systématique à publier les résultats, et à conserver les échantillons. Bref il appelle l’État à mener une véritable politique scientifique, en s’appuyant pour les instruments de mesure fabriqués par des fabricants reconnus36. Arago est en effet tout particulièrement intéressé aux phénomènes de la mer et un auteur contemporain se demande même s’il ne serait pas le «  premier océanographe français  »37. En revanche Arago entre en conflit avec Dumont d’Urville, pour ses deux voyages. Concernant le premier, François Arago juge les résultats de l’expédition «  décevants  », mais la critique est principalement formulée en réponse à Dumont d’Urville qui avait déploré dans son journal de bord la faible qualité des instruments scientifiques livrés par Arago. Dumont d’Urville ayant aussi rapporté, dans son «  Histoire du voyage de découvertes autour du monde et à la recherche de La Pérouse  », en 1826, qu’il avait observé des houles atteignant 100 pieds de creux, soit 33 mètres, Arago avait répliqué dans les termes suivants  : «  Les marins disent de M. d’Urville qu’il est botaniste, les botanistes assurent qu’il est marin. J’admettrai, si l’on veut, qu’on ait raison des deux côtés… Il semble avoir voyagé pendant trois ans les yeux fermés et les oreilles bouchées  ». Pour le second voyage, en 1837 Arago critiqua le fait qu’il s’agissait d’un simple voyage «  de curiosité  », et qu’il n’apportera rien à la science38, que les navires sont mal adaptés39. En fait, Arago, patron de l’Académie, aurait souhaité que ce fut elle qui dicte le plan du voyage, plutôt que le Roi, qui demande expressément la descente vers le pôle Sud.

  • 40 SHD (Vincennes, archives centrales de la Marine), 7 GG², Revue des élèves faite par Dumont d’Urvill (...)
  • 41 Dans l’esprit de Chaptal il s’agit des artistes dont les savoirs et les pratiques sont décrits dans (...)
  • 42 Cité par Eugène Souville, Mes souvenirs maritimes, Perrin, 1914.
  • 43 AEP, II 3 (1822), Ordonnance du Roi du 17 avril 1822.
  • 44 Géraldine Barron-Fortier, op.cit., page 45.

18Dumont d’Urville, dans un premier temps, se méfie d’ailleurs des marins issus de Polytechnique ce qui soulève la question du mode de recrutement des polytechniciens pour les expéditions. Dumont d’Urville commente, à propos de Faraguet, embarqué à bord de l’Astrolabe  : «  Serait-il vrai que trop de connaissances mathématiques puissent nuire aux qualités de marin  ? Assertion singulière quoique partagée par tous nos vieux marins, et que j’ai toujours repoussée comme absurde et provenant seulement de la jalousie de ceux qui la soutenaient40  ». Cet extrait du journal de bord nous rappelle les propos tenus par Chaptal lors de son discours à l’Assemblée générale de la société d’Encouragement à l’Industrie Nationale du 12 juillet 1804. Chaptal s’interrogeait sur la meilleure formation possible pour faire des «  artistes  »41. Opposant l’artiste praticien – qui a commencé par la pratique – au savant théoricien, Chaptal conclut que les «  théoriciens  » ont «  fait un mal incalculable aux arts  »  : «  Consultez vous-mêmes ces jeunes théoriciens, vous verrez que la Nature n’est rien pour eux (…) et vous les verrez constamment appeler à leur secours quelques principes vagues confiés à leur mémoire  ». Citons aussi les propos de l’amiral Hugon (1783-1872) à propos de Rocquemaurel  : «  un de ces rares élèves de l’École polytechnique qui ont pu devenir marin42  ». Ces quelques exemples nous font constater que l’arrivée des polytechniciens dans la Marine au début du xixe siècle ne s’est pas faite sans méfiances. Tous les marins que nous avons rencontrés dans cet article, sauf Hyacinthe de Bougainville, font carrière dans la Marine en conséquence de l’ordonnance du 17 avril 1822 par laquelle le ministre de la Marine Clermont-Tonnerre autorise l’admission annuelle jusqu’à six élèves issus de l’École polytechnique dans le corps des officiers de la Marine royale43  : Faraguet, l’année même de la publication de l’ordonnance, Rocquemaurel l’année suivante, ont donc bénéficié d’une modification de la réglementation en faveur de l’École polytechnique, et plus généralement en faveur d’une hausse du niveau scientifique de la formation des marins44.

19Le rôle des examinateurs de sortie est donc essentiel pour sélectionner les candidats pour la marine. Hyacinthe de Bougainville est ainsi le représentant du département de la Marine au Conseil de perfectionnement de l’École de 1833 à 1838 et est à ce titre membre du jury d’admission dans les services publics. Pour les choix des ingénieurs hydrographes c’est Charles-François Beautemps-Beaupré qui représente ce Corps au Conseil de perfectionnement de 1832 à 1848.

20Concernant la façon dont les polytechniciens furent choisis pour faire partie de telle ou telle expédition on sait par exemple que Courbet a demandé à faire partie de l’expédition de Rocquemaurel45. Ce dernier a lui-même émis plusieurs demandes pour participer à des expéditions lointaines, dès sa sortie de Polytechnique, et que c’est sur recommandation de Charles Hector Jacquinot (1796-1879) – commandant de la Zélée pour l’expédition en Antarctique – qui l’avait connu au port de Toulon, que Dumont d’Urville recruta Rocquemaurel comme second46. Gervaïze a fait acte de candidature auprès de Dumont d’Urville pour participer à son expédition47. Vincendon-Dumoulin s’est porté volontaire pour participer à la seconde expédition de Dumont d’Urville48.

Les ouvrages de voyages circumterrestres dans les collections de la bibliothèque de l’École polytechnique

  • 49 Hubert Chabot, op. cit., p. 465.

21Nous avons vu que systématiquement (sauf pour les voyages de Rocquemaurel et de Cécille) les comptes-rendus de voyage ont été publiés, parfois sous l’impulsion d’Arago, notamment celui de la Bonite. La publication prend toutefois du temps et Arago pointe directement la source de ces retards  : «  la répartition sur un grand nombre d’années des crédits budgétaires destinés à la publication de tel ou tel voyage  »49. Tous ces ouvrages sont-ils entrés dans les collections de l’École  ? Selon quels moyens ont-ils été acquis  ?

  • 50 Et, à partir de 1805, du délassement des élèves, vivant en régime d’Internat.
  • 51 Le catalogue de la Bibliothèque publié en 1840 avait été demandé en 1836 par le Ministre de la Guer (...)
  • 52 Des polytechniciens en mission scientifique, l’expédition d’Egypte 1798-1801 : exposition du 17 mai (...)
  • 53 Christian Marbach, « Voyage en Hyacinthie », Bulletin de la Sabix, n° 31, 2002, 13-82.

22Revenons au moment de la constitution des collections de la bibliothèque de l’École polytechnique. Les voyages sont considérés comme une rubrique à part entière  ; ils peuvent contribuer à former les esprits des futurs «  artistes  », ingénieurs et savants. Le premier catalogue des livres de la bibliothèque, daté de janvier 1795, comportait en effet une thématique «  voyages  », parmi 8 autres  : mathématiques, académies, physique, chimie, architecture hydraulique et militaire, architecture civile, histoire, et voyages. Ce premier catalogue provisoire était en fait amené à s’enrichir selon un projet de constitution de la collection élaboré dès septembre 1794. Cette «  bibliothèque idéale  » comportait au total 22 thématiques et 107 titres composeraient ainsi la thématique «  voyages  ». La bibliothèque se veut en effet encyclopédique, reflet même de la formation donnée aux élèves50. 43 titres composent la rubrique «  voyage  » en 1796, 196 en 184051. A cette date l’objectif initial de septembre 1794 est donc atteint et même dépassé et la collection s’est enrichie de nouveaux titres à mesure que les voyages français et étrangers se multipliaient. Tous les ouvrages sont en français, sauf trois  : un en latin, un en anglais et un en espagnol. La collection s’est enrichie notamment grâce à la Description de l’Egypte – acquisition majeure, à la rédaction et publication de laquelle les polytechniciens ont beaucoup contribué, notamment pour le travail de reproduction des antiquités et des cartes, grâce à Jollois, Devilliers ou Jomard52. Les dernières acquisitions sont les relations des voyages de Baudin, Freycinet, Duperrey et Hyacinthe de Bougainville. Pour la relation de ce dernier, il s’agit d’un don de l’auteur53, probablement entre 1833 et 1838, au moment où Bougainville est membre du Conseil de perfectionnement.

23Le catalogue comporte aussi des journaux et périodiques et c’est en 1824, soit deux ans après l’ordonnance qui admet six élèves de Polytechnique chaque année dans la marine, que le ministère attribue à l’École polytechnique tous les volumes des Annales maritimes et coloniales dont la publication avait commencé en 1816.

  • 54 AEP, X2C 12, PV du Conseil d’administration du 21 avril 1846.

24Au début de l’année 1846 de nombreux titres de voyages autour du monde commencent à être intégrés dans la bibliothèque. A cette date, la situation du budget de la bibliothèque est préoccupante. Le directeur des études en fait état dans la séance du Conseil d’administration du 3 mars 1846. Sur les 1500 francs alloués annuellement à la bibliothèque, 1300 sont dédiés au paiement des abonnements de périodiques et à la reliure. A titre de comparaison, ce budget annuel correspond au salaire annuel du conservateur des collections de chimie ou de physique, et à 30 % du salaire annuel d’un professeur. Il ne reste que 200 francs pour l’acquisition d’ouvrages nouveaux, ce qui est insuffisant. Jean-Marie-Constant Duhamel, directeur des études, propose d’augmenter le budget de 1000 francs. Cette proposition rencontre l’opposition d’un membre du Conseil et les 1376 francs de dépenses programmés pour cette année ne seront finalement validés que partiellement54. En fin d’année seulement, le 22 décembre, des crédits non dépensés dans le budget de l’École, sont dépensés en achat d’ouvrages de littérature pour un montant de 174 francs, et 1000 francs supplémentaires en travaux de reliure pour des ouvrages aux couvertures dégradées. Comment dans ce contexte les relations de voyage ont-ils été acquis ?

  • 55 Une lettre du ministre de la Marine attribue au même moment à l’Ecole polytechnique le livre écrit (...)

25Nous avons vu que les comptes-rendus officiels des voyages ont été publiés aux frais du gouvernement et en particulier du ministre de la Marine et des Colonies. Une lettre de ce dernier en date du 16 février 1846 attribue ainsi à l’École polytechnique et à sa demande, formulée par le commandant le 5 février, les relations des voyages de la Bonite, de la Favorite, de l’Artémise, de l’Astrolabe et la Zélée, soit quatre des neuf relations de voyages circumterrestres publiés depuis 1815 jusqu’à 184655.

  • 56 AEP, VII 2b1 (1839), Lettre du ministre de la Marine et des Colonies au commandant supérieur de l’É (...)
  • 57 AEP, VII 2b1 (1843), Lettre du ministre, secrétaire d’État de l’Intérieur, au général commandant l’ (...)
  • 58 AEP, VII 2b1 (1815). Dons faits à la Bibliothèque, depuis le 25 octobre 1814 (15 juillet 1815).

26Le voyage de la Coquille de Duperrey est aussi passé via un achat réalisé par le ministère de la Marine et des Colonies, au profit de l’École polytechnique56. La livraison des volumes du voyage de l’Uranie débute en 1839 -pour une publication commencée en 1824- et passe quant à elle par le ministre de l’Intérieur57. Les volumes du voyage de Baudin sont des dons du ministre de la Marine datés de l’époque de la publication  : l’atlas du voyage fut même probablement donné pendant les Cent-Jours, en même temps que des volumes de la Description de l’Egypte58

  • 59 La relation par R.P. Lesson du voyage de la Coquille et la relation du second voyage de Dumont d’Ur (...)

27Un seul titre est un don de l’auteur, celui de Hyacinthe de Bougainville ce qui porte à huit le nombre de titres dont on connaît la provenance précise. Une seule relation est absente du catalogue, celle du premier voyage de Dumont d’Urville, publiée de 1830 à 1833. Faut-il y voir une conséquence des critiques négatives d’Arago vis-à-vis de l’expédition59  ?

28La bibliothèque conserve donc la presque totalité des relations officielles de voyages circumterrestres de cette première moitié du xixe siècle, soit 109 volumes de textes, d’illustrations ou d’atlas. S’y ajoutent quatre volumes de relations non officielles.

  • 60 Numa Broc (dir.), op. cit., page XVI.

29Il avait été calculé que les publications françaises concernant le Pacifique seul correspondaient à 80 volumes, contre 13 en Angleterre, 17 en Russie, 9 aux États-Unis  : une véritable exclusivité française scientifique sur cet océan de 1800 et 185060.

Les voyages d’exploration dans les programmes scolaires du xixe siècle, au travers des sujets de composition française du concours d’admission

  • 61 Pierre Casselle, « Les pouvoirs publics et les bibliothèques », in : Dominique Varry (dir.), Histoi (...)
  • 62 Anne-Gaëlle Weber, « Le genre romanesque du récit de voyage scientifique au xixe siècle », Sociétés (...)

30Les relations de voyage autour du monde ont, du point de vue d’un Arago, un strict intérêt scientifique. Les résultats publiés justifient à eux seuls leur présence dans une bibliothèque telle que celle de l’École polytechnique, et en soutient aux politiques d’acquisition des bibliothèques. S’ajoute aussi une question de prestige, d’ambition nationale, où les publications officielles traduisent la politique du gouvernement et se doivent d’être intégrées dans les catalogues des bibliothèques61. Cependant, le récit de voyage est aussi une œuvre littéraire et au xixe siècle, il s’agit parfois pour les auteurs de trouver de nouvelles manières de rendre compte, quand de précédents navigateurs sont passés par les mêmes eaux, et les mêmes terres avant eux62. Œuvre littéraire et scientifique, le récit de voyage est un sujet majeur de la littérature du xixe siècle.

31Le sujet de concours est quant à lui une source originale et méconnue pour connaître les préoccupations d’une époque. Ainsi les sujets de composition française qui suivent immédiatement la défaite de 1870 portent sur la patrie, l’art de la guerre. Un sujet explore par exemple la question «  comment une nation se relève  ». En pleine seconde République – celle de 1849 – les réflexions politiques de Tocqueville sont au goût du jour et on interroge les candidats sur l’arrivée des puritains en Amérique en 1642 et ses conséquences, le développement de l’industrie et de la liberté.

  • 63 L’épreuve de composition française est basée sur le modèle des exercices prescrits dans les program (...)

32Aussi, comment les voyages scientifiques de la première moitié du xixe siècle sont-ils introduits dans les programmes des lycées et des concours d’accès aux écoles63  ?

  • 64 Les sujets d’une épreuve différent d’une ville à l’autre en fonction des examinateurs.
  • 65 Malheureusement aucune copie d’examen ne fut conservée dans les archives de l’École polytechnique.

33Les premiers sujets de composition française conservés dans les archives datent de 1832. Jusqu’en 1854, date du retour de Gaston de Rocquemaurel, 17764 sujets de composition françaises sont compilés, 196 jusqu’en 1871, et couvrent tous les régimes politiques, de la Monarchie de Juillet jusqu’à la Troisième République65. Toutes les années ne sont pas représentées, surtout au début. Néanmoins l’échantillon est relativement représentatif de la diversité des sujets en fonction des années et des villes d’examen (Paris, Province). Combien de sujets portent sur les voyages d’exploration  ?

Les voyages dans les sujets de l’épreuve de composition française du concours d’admission à l’École polytechnique (1832-1871)

Les voyages dans les sujets de l’épreuve de composition française du concours d’admission à l’École polytechnique (1832-1871)

34Le tableau ci-dessus nous montre que les sujets portant sur la marine et les voyages, au sens large, se concentrent sur les années 1841-1857. C’est-à-dire à la fin de la période des grands voyages d’exploration circumterrestres. Avec une exception pour le sujet de concours de 1832, le nombre de sujets augmente ainsi entre une à deux années suivant le retour des expéditions de Dupetit-Thouars et Dumont d’Urville (1839), Laplace et Cécille (1840), et dure jusque trois ans après le retour de l’expédition de Rocquemaurel (1854). Au total une comptabilité large qui englobe les voyages, les expéditions, la navigation, les terres exotiques représente près de 10  % des sujets de 1832 à 1871.

  • 66 Anne-Gaëlle Weber, op. cit.

35Cette part relativement importante reflète l’expansion démographique, coloniale et commerciale des peuples d’origine européenne au xixe siècle. On pourrait aussi interpréter cette répartition comme un reflet de la multiplication progressive des publications des récits de voyages à partir de 1820 jusqu’en 187066.

36La variété des sujets qui abordent les voyages de la marine permet de faire des regroupements thématiques. Parfois certains sujets croisent les thématiques. Au moins deux sujets comportent des références à  :

  • la rencontre du «  civilisé  » avec les peuples «  premiers  » et la supériorité supposée du premier sur le second (1832, 1845, 1853, 1857, 1846).

  • la navigation et ses progrès, ou ses échecs (1841, 1845, 1854)

  • les grands explorateurs, leur gloire (1852, 1853, 1857)

  • la distinction entre les entreprises d’exploration moderne et celles du passé de par leur visée scientifique et les progrès de la civilisation (1847, 1851).

  • rôle de la religion chrétienne, références à Dieu (1849, 1853, 1854).

  • 67 Sujet donné à Paris en 1847.
  • 68 Voir à ce sujet Jean-Claude Debeir, Jean-Paul Deléage, Daniel Hémery, Une histoire de l’énergie : l (...)

37Aussi est-il possible grâce à l’étude des sujets de compositions de décrypter la façon dont on perçoit ces voyages et de façon plus générale l’expansion européenne en cours, dans le milieu scolaire et cultivé. Un sujet de composition française donné à Paris en 1846 réglait son compte à Rousseau et Louis-Antoine de Bougainville sans les mentionner directement. L’humanité ne vient pas d’un âge d’or situé dans le passé et dont les peuples du Pacifique sont les derniers témoins. Au contraire ces peuples seraient «  féroces  ». En effet l’année suivante, à Metz, des candidats se penchaient d’ailleurs sur la question «  des progrès de la civilisation  »  : la formulation du sujet orientait le candidat vers l’idée que la civilisation progresse, notamment sous le point de vue des mœurs et de la religion chrétienne. Derrière la formulation de ces différents sujets émerge cette vision d’un monde dominé par les européens à la fois policés de caractère et avancés du point de vue des sciences et techniques. Dans un autre sujet donné à Montpellier en 1848, il s’agit de faire l’éloge de l’astronomie qui est «  presque devenue une partie du gouvernement  » – Arago est chef de l’Etat français pendant plus d’un mois cette même année –, et qui a une utilité pratique pour la navigation  : le progrès de cette science est à mettre en parallèle avec le progrès des peuples. La question des mœurs et leurs relations avec la religion est abordée quels que soient les régimes politiques. Celle de l’intérêt scientifique des voyages est intégrée à une dimension plus large de progrès de la civilisation, intimement lié au développement des techniques de la navigation et du commerce67. Ces différents aspects sont en effet intimement liés, et il est bien perçu à l’époque qu’il s’agit d’une rupture dans l’histoire humaine68.

  • 69 Sujet donné à Lyon en 1853.
  • 70 Combes et Tamisier, Voyage en Abyssinie, cité par Numa Broc, « Les explorateurs français du xixe si (...)

38Il est intéressant de constater ici que la manière dont sont présentés les sujets ne comporte aucun exotisme. Au contraire, si l’évocation de l’Australie transporte l’imagination du correspondant resté au pays, pour l’«  empereur  » parti sous les tropiques, cet éternel été provoque lassitude, fatigue et regret de la patrie69. Le voyageur marin de cette première moitié du xixe siècle dispose avec lui d’une forme de confort70 – contrairement à l’explorateur terrestre – et l’idée de retourner dans cet état de nature, cher à L.-A. de Bougainville, ne fait plus recette.

  • 71 Sujet donné à Strasbourg et La Flèche en 1847.
  • 72 Sujet donné en 1832, et à Rouen en 1847.

39Si le terme de colonisation n’est pas employé dans les sujets de composition pour évoquer les entreprises contemporaines – la conquête de l’Algérie n’est pas abordée –, les mots «  colon  » et celui de «  conquête  » sont bien employés pour les entreprises du passé. Cependant il faut distinguer ces dernières des entreprises contemporaines. Ainsi la conquête de l’Egypte par Bonaparte se distingue de toutes les autres par son caractère «  scientifique autant que militaire  »71. Les voyages d’exploration tels que ceux de Cook et La Pérouse doivent être considérés comme des modèles d’humanisme contrastant avec «  les atrocités qui déshonorent les conquérants de l’Amérique  »72. Une exception est faite pour les premiers puritains américains, conséquence probable des écrits de Tocqueville.

Conclusions

40Qu’ils soient marins ou ingénieurs hydrographes, les polytechniciens ont contribué, parmi d’autres, à la réussite des expéditions autour du monde de la première moitié du xixe siècle, que ce soit dans le domaine scientifique ou politique, en mer, ou à terre, lors de la préparation de l’expédition, ou lors de la mise en forme des résultats des expéditions dans les publications officielles. Les sciences se font aussi bien au dépôt des cartes et plans, à l’observatoire et en laboratoire, qu’en mer sur un bateau.

  • 73 Et peut-être même, au mineur Charles Marie Brédif (X1804), l’un des rares survivants du naufrage de (...)

41Il serait intéressant d’élargir le cadre de cette étude aux voyages de la même période centrés sur des zones géographiques précises. Pensons aux voyages de la commission scientifique du Nord (1838-1840), sur la corvette la Recherche, auxquels participent les polytechniciens Auguste Bravais (X1829), ou Joseph Durocher (X1835). Pensons aussi à la relation du voyage de la Commission scientifique de Morée (1828-1833), avec les polytechniciens Pierre Peytier (X1811), Émile Puillon-Boblaye, (X1811) ou Aristide Camille Servier (X1814)73.

42Ces relations, publiées aux frais du gouvernement, trouvent place dans les bibliothèques  : l’exemple de celle de l’École polytechnique est à ce titre représentatif d’une institution se situant aux frontières du monde académique et savant et du monde technocratique.

43L’étude des sujets de composition française est quant à elle particulièrement intéressante pour connaître les sujets d’intérêt tout autant que les sujets «  tabous  » d’une période donnée. Ces sujets, mis à bout les uns des autres constituent un prisme par lequel on perçoit la façon dont le milieu savant et scolaire se représente l’expansion européenne. Le cadre «  mental  » est celui du progrès, différent de celui hérité des Lumières, dans lequel l’état idéalisé de nature a fait place à l’idée d’une supériorité de la civilisation européenne sur les plans scientifique, technique et moral.

Haut de page

Notes

1 Jules Rouch (1884-1973), Histoire universelle des explorations, tome IV, 1956, Introduction.

2 Gaston de Rocquemaurel, cité en traduction anglaise par Stéphanie Leclerc-Caffarel & Jean-Philippe Zanco, « A disillusioned explorer: Gaston de Rocquemaurel or the culture of French naval scholars during the first part of the 19th century », in : Terrae Incognitae, The Journal of the Society for the History of Discoveries, volume 45, 2013 – Issue 2.

3 Numa Broc (dir.), Dictionnaire illustré des explorateurs et grands voyageurs français du xixe siècle. IV, Océanie : voyages autour du monde et dans plusieurs continents, voyages maritimes et polaires : augmenté d’un Supplément général, Paris, Éd. du CTHS, 2003, page XVI.

4 Jules Verne, Histoire générale des grands voyages et des grands voyageurs, Les voyageurs du xixe siècle, première partie, Paris, J. Hetzel et Cie, 5e édition, 1900.

5 Numa Broc (dir.), op. cit., page XVI.

6 Hyacinthe de Bougainville, Journal de la navigation autour du globe de la frégate « la Thétis » et de la corvette « L’Espérance » pendant les années 1824, 1825 et 1826, publié par ordre du roi, Paris, A. Bertrand, 1837, tome 1, pages 22-23.

7 Etienne Taillemite, « Un marin polytechnicien autour du monde : Hyacinthe de Bougainville », Bulletin de la Sabix, n° 31, 2002, p. 1-12.

8 Marie-Christine Thooris, « Un voyage d’exploration scientifique en Océanie », in : 100 trésors des bibliothèques militaires : voyage au cœur des bibliothèques de l’École militaire, de Polytechnique, de Saint-Cyr Coëtquidan, du Service historique de la Défense et du service de santé des armées, Paris : Éditions Pierre de Taillac : Ministère des armées, 2019, p. 108-113.

9 Faraguet a bénéficié de l’ordonnance du 17 avril 1822 par laquelle le ministre de la Marine Clermont-Tonnerre (X1799) autorise l’admission annuelle de six élèves issus de l’École polytechnique dans le corps des officiers de la Marine royale. Géraldine Barron-Fortier, Entre tradition et innovation : itinéraire d’un marin, Edmond Pâris (1806-1893), Thèse, Sorbonne Paris Cité, 2015, page 45.

10 Etienne Taillemite, Marins français…, op. cit., p. 526.

11 Il sera condamné politique faisant l’objet d’une mesure d’éloignement en Belgique à la suite du coup d’État du 2 décembre 1851. Il devient ensuite professeur de mathématiques et écrit plusieurs ouvrages dans ce domaine. http://ecole.nav.traditions.free.fr/officiers_faraguet_henri.htm

12 SHD MV CC 7 ALPHA 276

13 SHD MV CC 7 ALPHA 276, bulletin d’appréciation d’Antoine Eugène de Bouchaud.

14 Etienne Taillemite, Marins français à la découverte du monde : de Jacques Cartier à Dumont d’Urville, [Paris], Fayard, 1999, p. 581.

15 Ibid., p. 586-587.

16 SHD, MV CC 7 ALPHA 1708, Certificat autographe de Dupetit-Thouars (20 juillet 1839).

17 SHD, MV CC 7 ALPHA 1708, Lettre de J. Masselot [1844].

18 Abel Du Petit-Thouars, Voyage autour du monde sur la frégate « la Vénus » pendant les années 1836-1839, Tome 1, Paris, Gide, 1840-1864, page X.

19 Etienne Taillemite, op. cit., p. 586.

20 Numa Broc (dir.), Dictionnaire illustré des explorateurs et grands voyageurs français du xixe siècle. IV, Océanie : voyages autour du monde et dans plusieurs continents, voyages maritimes et polaires : augmenté d’un Supplément général, Paris, Éd. du CTHS, 2003, page 104.

21 Sa femme, qui s’appelait en fait Adèle, était la fille de Joseph-Marie Pépin, horloger de la Marine, à Toulon.

22 https://fr.wikipedia.org/wiki/Cl%C3%A9ment_Adrien_Vincendon-Dumoulin. Page consultée le 18 novembre 2021.

23 J. Verne, op. cit., p. 261-262.

24 http://ecole.nav.traditions.free.fr/officiers_gervaize_charles.htm Page consultée le 31 janvier 2022.

25 SHD MV CC 7 ALPHA 1006, dossier Gervaïze. Officier de marine, Gervaïze assurera en 1845 le sauvetage des cinq marins d’un brick lors d’un naufrage en Méditerranée.

26 Gaston de Rocquemaurel, dont la bibliothèque de Polytechnique conserve des notes de cours et manuscrits prises à l’École polytechnique, acquisition de la SABIX en 2008.

27 Jean-Philippe Zanco, « L’héritage oublié de Dumont d’Urville et des explorateurs du Pacifique : les voyages de Gaston de Rocquemaurel, 1837-1854 ». www.musee-marine.fr

28 SHD, MV 13 GG 2/1. Renseignements nautiques recueillis par la Capricieuse, dans sa navigation de Shang-Hi à Guam, à travers la mer du Japon et le détroit de Matsmaï, juillet-août-septembre 1852.

29 SHD, MV 13 GG 2/1, Lettre au Capitaine de vaisseau Rocquemaurel (25 mars 1854).

30 Rocquemaurel lorsqu’il était de second de Dumont d’Urville.

31 Émile Ganneron, L’amiral Courbet d’après les papiers de la marine et de la famille, Paris, Librairie L. Cerf, 1892, page 15.

32 James Lequeux, François Arago, un savant généreux : physique et astronomie au xixe siècle, Les Ulis, EDP Sciences, 2008, 4e de couverture.

33 Signé par les commissaires Cuvier, Biot, Humboldt, Rossel, Thénard, Gay-Lussac, Arago, Desfontaines.

34 Signé par les commissaires Desfontaines, Cuvier, Rossel, Arago, Humboldt, Cordier, Latreille.

35 Signé par les commissaires Beautemps-Beaupré, Blainville, Elie de Beaumont, Arago.

36 Hubert Chabot, « Les rapport de François Arago à l’Académie des sciences », in : Les Arago, acteurs de leur temps, [Perpignan] : Archives départementales des Pyrénées-Orientales, 2009, p. 453-473.

37 Guy Jacques, François Arago l’oublié, Nouveau monde éditions, Paris, 2017, p. 78-84.

38 E. Taillemite, op. cit., p. 608.

39 James Lequeux, op. cit., p. 316-317.

40 SHD (Vincennes, archives centrales de la Marine), 7 GG², Revue des élèves faite par Dumont d’Urville : journal de Dumont d’Urville, cahier n° 2, 31 octobre 1826. Cité par Géraldine Barron-Fortier, Entre tradition et innovation : itinéraire d’un marin, Edmond Pâris (1806-1893), Thèse, Sorbonne Paris Cité, 2015, page 52.

41 Dans l’esprit de Chaptal il s’agit des artistes dont les savoirs et les pratiques sont décrits dans l’Encyclopédie ou Dictionnaire des sciences, des arts et des métiers.

42 Cité par Eugène Souville, Mes souvenirs maritimes, Perrin, 1914.

43 AEP, II 3 (1822), Ordonnance du Roi du 17 avril 1822.

44 Géraldine Barron-Fortier, op.cit., page 45.

45 Marie de Sardent, Histoire de l’amiral Courbet, avec une préface du vice-amiral Jurien de la Gravière, Paris, Bloud & Barral, [1891], p. 22.

46 http://ecole.nav.traditions.free.fr/officiers_deroquemaurel_louis.htm Page consultée le 12 janvier 2022.

47 http://ecole.nav.traditions.free.fr/officiers_gervaize_charles.htm Page consultée le 31 janvier 2022.

48 Etienne Taillemite, Marins français, op. cit., p. 609.

49 Hubert Chabot, op. cit., p. 465.

50 Et, à partir de 1805, du délassement des élèves, vivant en régime d’Internat.

51 Le catalogue de la Bibliothèque publié en 1840 avait été demandé en 1836 par le Ministre de la Guerre.

52 Des polytechniciens en mission scientifique, l’expédition d’Egypte 1798-1801 : exposition du 17 mai au 17 novembre 2010 de l’École, préface de Patrice Bret. Palaiseau : École polytechnique, 2010.

53 Christian Marbach, « Voyage en Hyacinthie », Bulletin de la Sabix, n° 31, 2002, 13-82.

54 AEP, X2C 12, PV du Conseil d’administration du 21 avril 1846.

55 Une lettre du ministre de la Marine attribue au même moment à l’Ecole polytechnique le livre écrit par le lieutenant de vaisseau de l’Artémise, Edmond Pâris, l’Essai sur la construction navale des peuples extra européens (1841). Pâris, fortement encouragé par Tupinier (X1794), avait étudié tous les types de navires rencontrés pendant le périple et son ouvrage. Voir : E. Taillemite, op. cit., p. 594 et Géraldine Barron, « Edmond Pâris et la construction navale des peuples extra-européens : approche épistémologique (1826-1844) ». Encyclo. Revue de l’école doctorale ED 382, Université Sorbonne Paris Cité, 2013, p. 103-117.

56 AEP, VII 2b1 (1839), Lettre du ministre de la Marine et des Colonies au commandant supérieur de l’École polytechnique (13 juillet 1839).

57 AEP, VII 2b1 (1843), Lettre du ministre, secrétaire d’État de l’Intérieur, au général commandant l’École polytechnique (14 juin 1843).

58 AEP, VII 2b1 (1815). Dons faits à la Bibliothèque, depuis le 25 octobre 1814 (15 juillet 1815).

59 La relation par R.P. Lesson du voyage de la Coquille et la relation du second voyage de Dumont d’Urville par Le Guillou étaient aussi absente du catalogue, mais il s’agissait de relations non officielles. Absence réparée par un don récent d’un membre de la Société des amis de la Bibliothèque, Christian Marbach.

60 Numa Broc (dir.), op. cit., page XVI.

61 Pierre Casselle, « Les pouvoirs publics et les bibliothèques », in : Dominique Varry (dir.), Histoire des bibliothèques françaises : les bibliothèques de la révolution et du xixe siècle, 1789-1914, p. 108-117.

62 Anne-Gaëlle Weber, « Le genre romanesque du récit de voyage scientifique au xixe siècle », Sociétés & Représentations, vol. 21, n° 1, 2006, p. 59-77.

63 L’épreuve de composition française est basée sur le modèle des exercices prescrits dans les programmes des classes de logique, soit en dernière année de lycée, selon la réforme de 1852 (Programme des conditions d’admission à l’École impériale polytechnique, Paris, Jules Delalain, 1859). Le sujet est donné par le directeur des études.

64 Les sujets d’une épreuve différent d’une ville à l’autre en fonction des examinateurs.

65 Malheureusement aucune copie d’examen ne fut conservée dans les archives de l’École polytechnique.

66 Anne-Gaëlle Weber, op. cit.

67 Sujet donné à Paris en 1847.

68 Voir à ce sujet Jean-Claude Debeir, Jean-Paul Deléage, Daniel Hémery, Une histoire de l’énergie : les servitudes de la puissance, [Paris] : Flammarion, 2013, plus particulièrement p. 185-189 et 216-218 ;

69 Sujet donné à Lyon en 1853.

70 Combes et Tamisier, Voyage en Abyssinie, cité par Numa Broc, « Les explorateurs français du xixe siècle reconsidérés », in : Revue française d’histoire d’outre-mer, tome 69, n° 256, 3e trimestre 1982. p. 237-273.

71 Sujet donné à Strasbourg et La Flèche en 1847.

72 Sujet donné en 1832, et à Rouen en 1847.

73 Et peut-être même, au mineur Charles Marie Brédif (X1804), l’un des rares survivants du naufrage de la Méduse en 1816 et auteur d’une relation du naufrage.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte des principaux voyages circumterrestres de 1817 à 1840 : le Pacifique.
Crédits Source : Histoire universelle des explorations, tome IV, Paris, F. Sant’Andrea, 1955© Collections École polytechnique
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3214/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 321k
Titre Portrait de Louis Urbain Dortet de Tessan (X1822), (réalisé en 1864)
Crédits Cote  : X2B 53/1822© Collections École polytechnique
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3214/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Indigènes de la Haute Californie dessinés par Masselot (X1834)
Légende Publié dans l’atlas du Voyage autour du monde de Dupetit-ThouarsCote  : O1 34
Crédits © Collections École polytechnique
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3214/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 402k
Titre La carte du détroit de Torrès par Vincendon-Dumoulin (X1831) et Coupvent-Desbois (X1830), vantée par Jules Verne dans 20000 lieues sous les mers.
Légende Publiée dans le volume 2 de l’Atlas pittoresque du Voyage au Pôle Sud... de Dumont d’UrvilleCote  : O1 35
Crédits © Collections École polytechnique
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3214/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Marins et ingénieurs au travail au passage du cercle polaire
Légende Extrait du volume 2 de l’Atlas pittoresque du Voyage au Pôle Sud… de Dumont d’UrvilleCote  : O1 35
Crédits © Collections École polytechnique
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3214/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1015k
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3214/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Les voyages dans les sujets de l’épreuve de composition française du concours d’admission à l’École polytechnique (1832-1871)
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3214/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 253k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Azzola, « L’impact des voyages circumterrestres de la marine à voile (1815-1850) à l’École polytechnique »Bulletin de la Sabix, 69 | -1, 181-198.

Référence électronique

Olivier Azzola, « L’impact des voyages circumterrestres de la marine à voile (1815-1850) à l’École polytechnique »Bulletin de la Sabix [En ligne], 69 | 2022, mis en ligne le 27 septembre 2022, consulté le 30 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/sabix/3214 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sabix.3214

Haut de page

Auteur

Olivier Azzola

Olivier Azzola, maître ès-lettres diplômé de l’université de Paris et archiviste diplômé de l’université d’Angers, est depuis 2019 responsable du Centre de ressources historiques et mus’X de l’École polytechnique. Il y était auparavant archiviste (2008-2019).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo SABIX
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search