Navigation – Plan du site

AccueilNuméros69IV. Suites de l'expédition BaudinCharles-Alexandre Lesueur : de l’...

IV. Suites de l'expédition Baudin

Charles-Alexandre Lesueur : de l’histoire à la bande dessinée et au film

Ritsert Rinsma
p. 199-206

Texte intégral

1En octobre 1800, Charles-Alexandre Lesueur (1778-1846), jeune Havrais de vingt-deux ans, quitte le port du Havre à bord de la corvette Le Géographe pour un voyage de découvertes de trois ans et demi à destination de la Nouvelle-Hollande, l’actuelle Australie. La mission, ordonnée par Napoléon Bonaparte sur un projet original par le capitaine Nicolas Baudin (1754-1803), est d’intérêt scientifique : cartographier les côtes de l’Australie dont on ignore une partie des contours. La Nouvelle-Hollande est quasi déserte et pratiquement inconnue. La Nouvelle-Galles-du-Sud est contrôlée en partie par les Anglais basés à Port Jackson (Sydney). Dans un contexte de guerre franco-anglaise depuis 1794, on a d’ailleurs du mal à imaginer qu’un fin stratège comme Bonaparte puisse manquer l’occasion d’envoyer, sous couvert de cette expédition naturaliste, des « observateurs » dûment chargés de localiser et de décrire les forces et faiblesses des comptoirs anglais. Vont-ils alors étudier les conditions d’une implantation navale française en Tasmanie, capable de couper durablement et efficacement les routes maritimes de l’Empire britannique ? C’est ce que laisse entrevoir la correspondance de Nicolas Baudin avec les autorités de l’île de France, l’actuelle île Maurice.

Dessin de l’entrée du port du Havre en 1800 par Yves Boistelle.

Dessin de l’entrée du port du Havre en 1800 par Yves Boistelle.

Itinéraire du Géographe d’après des longitudes et latitudes du journal de Nicolas Baudin.

Itinéraire du Géographe d’après des longitudes et latitudes du journal de Nicolas Baudin.

Données transposées par le commandant Marc Soviche.

2Les préoccupations qui présidèrent à l’organisation de ce voyage de découvertes ressemblent, en effet, étrangement à celles qui conduisirent à l’expédition d’Egypte, exactement contemporaine (de 1798 à 1801). Pour être tout à fait complet sur le sujet, la rivalité franco-anglaise est très vive dans le Pacifique depuis déjà une vingtaine d’années, comme en témoignent les expéditions de Bougainville, La Pérouse et D’Entrecasteaux côté français, et celles de James Cook, Tobias Furneaux et Matthew Flinders côté anglais. Début 1801, ce dernier sera d’ailleurs chargé par l’Amirauté britannique de concurrencer Baudin dans l’exploration des côtes australiennes. Qui plus est, et au prix de grandes souffrances pour lui et son équipage, Flinders sera le premier navigateur à réussir la circumnavigation du nouveau continent entre 1801 et 1803. Ce même Flinders nommera Australie cette Terra Australis Incognita enfin reconnue et circonscrite.

3En ce qui concerne Charles-Alexandre Lesueur, son rôle consistera d’abord à illustrer le Journal de Voyage du commandant Baudin, au même titre qu’un autre dessinateur du nom de Nicolas-Martin Petit (1777-1804). Né au Havre en janvier 1778, Lesueur grandit dans un cadre bourgeois. A l’âge de vingt ans, il s’engage brièvement dans la Marine pour éviter la conscription militaire, mais il est définitivement réformé six semaines plus tard à cause d’une hernie ombilicale. C’est à lui que nous devons la plupart des dessins animaliers du voyage de Nicolas Baudin. Lors de la préparation de l’expédition, pendant l’été 1800, il se fait recruter par le commandant lui-même, tout comme Nicolas-Martin Petit, un jeune Parisien du même âge que Lesueur, et élève du peintre Jacques-Louis David. Sur les registres officiels, les deux hommes apparaissent comme aides-canonniers, mais en réalité ils mangent à la table du commandant. Hydrographe de formation, Lesueur se spécialisera dans la cartographie et la zoologie, tandis que Petit s’occupera des dessins de zoologie et d’anthropologie. Après leur nomination officielle, en avril 1801, ils contribuent aussi à l’établissement des profils de côte. Excellent chasseur, Lesueur remplit par ailleurs la fonction d’assistant aux côtés de René Maugé, zoologiste-en-chef, et François Péron, zoologiste et anthropologue, en participant activement à la naturalisation des animaux.

Portrait de Charles-Alexandre Lesueur par Charles Willson Peale.

Portrait de Charles-Alexandre Lesueur par Charles Willson Peale.

Copyright Academy of Natural Sciences of Drexel University, Philadelphie.

Dessin de Charles-Alexandre Lesueur par Yves Boistelle.

Dessin de Charles-Alexandre Lesueur par Yves Boistelle.

Dessin de Charles-Alexandre Lesueur par Yves Boistelle.

Dessin de Charles-Alexandre Lesueur par Yves Boistelle.

4C’est cette belle aventure qu’Yves Boistelle, dessinateur havrais, a résolu de faire partager au plus grand nombre sous forme de bande dessinée avec l’aide de Ritsert Rinsma, historien et biographe de Lesueur, et Hervé Chabannes, historien et ancien collaborateur des Archives municipales du Havre. Il était manifeste que le projet allait pleinement dans le sens des efforts de la Municipalité et du Muséum pour faire connaître la Collection Lesueur au plus grand nombre, et ce d’une façon toute différente et pourtant complémentaire. Plus tard, l’Université du Havre et son laboratoire de recherches en sciences humaines et sociales CIRTAI (membre du CNRS par le biais de l’UMR IDEES), l’association « Les Amis de Nicolas Baudin », l’ambassade d’Australie en France, l’« Australia France Foundation », ainsi que les compagnies maritimes Delmas et Australia National Line ont également apporté leur soutien au projet.

5C’est bien dans ce contexte de soutien et de coopération que le premier album d’Alex l’explorateur a vu le jour sous le titre La Malédiction du Serpent. Depuis, les auteurs Yves Boistelle et Ritsert Rinsma travaillent sans relâche sur la suite, avec pour date butoir Noël 2022 pour les tomes 2 et 3. La construction du récit d’Alex l’explorateur est à la base un travail d’historien et de biographe, ce qui permet de reconstituer avec le plus de précision possible non seulement les évènements purement factuels mais aussi ce qui relève du for intérieur de Lesueur. C’est ce qui donne de la chair à l’Histoire, et aux personnages centraux de l’épaisseur et de l’humanité. Cette enquête biographique s’est évidemment appuyée sur de nombreux documents publiés et manuscrits de l’époque, étudiés et parfois découverts dans le cadre des travaux universitaires d’Hervé Chabannes et de Ritsert Rinsma. Pour reconstruire la toile de fond des époques traversées par Alex, il a fallu tenir compte de données biographiques éparses afin de restituer pleinement l’univers mental, familial, social, politique, économique, militaire, scientifique et technique dans lequel s’est inscrite la trajectoire du héros. Par ailleurs, il convenait de documenter dans ses moindres détails les acteurs et les enjeux scientifiques et géopolitiques de ce Voyage aux Terres Australes et la resituer dans le contexte plus général des expéditions de découvertes principalement françaises et anglaises de la fin du XVIIIe et du début du xixe siècles. La troisième étape a constitué en la construction du récit littéraire. Il s’est agi pour cela d’opérer des choix, souvent radicaux, dans l’abondance de la matière historique afin de bâtir un récit au rythme soutenu privilégiant les épisodes les plus significatifs et allant à l’essentiel.

6La caractérisation des personnages est une étape particulièrement importante dans toute œuvre dramatique. En l’occurrence, les protagonistes sont réels et les faits et gestes des principaux officiers et savants consignés soigneusement dans les journaux personnels conservés dans les Archives nationales à Paris et au Muséum d’histoire naturelle du Havre (Baudin, Hamelin, Freycinet, bien sûr, mais aussi Milius, Leschenault, Levillain, etc.), ainsi que dans le récit officiel du Voyage de Découvertes aux Terres Australes par François Péron. Il reste que ces témoignages sont fréquemment contradictoires selon les points de vue des protagonistes, surtout, bien sûr, lorsqu’il s’agit de relater des moments de crise ou d’en expliquer les causes, chacun cherchant naturellement à se présenter sous son meilleur jour. Une autre difficulté réside dans le fait que les personnages de moyenne importance qui n’ont pas exercé de responsabilités en vue comme Alexandre Lesueur et son collègue Nicolas Petit, n’ont pas laissé beaucoup de témoignages directs et n’ont pas non plus intéressé leurs compagnons de voyage au point de laisser des traces importantes dans leurs écrits. Enfin, la difficulté s’accroît lorsque l’on sait que chaque navire emporte près de cent vingt hommes. Voilà une foule fort peu maniable pour le scénariste, et ce d’autant plus qu’à la caractérisation psychologique (comportement, réaction, rôle social…) doit nécessairement correspondre une caractérisation physique bien affirmée afin que le lecteur ne soit pas égaré dans un océan de visages quelconques et indistincts. Une problématique visuelle que l’on rencontre un peu au théâtre mais surtout, bien sûr, au cinéma.

7La construction du story-board nécessite de faire des choix draconiens pour tenir compte des limites imposées par le genre, à savoir le nombre de planches et surtout l’organisation formelle d’un récit en une série d’images fixes qui doivent obéir à une dynamique propre à susciter le plaisir de la lecture. Cette étape fut sans aucun doute la plus complexe à mettre en œuvre, car il s’agit de convertir le scénario en images, planche par planche, vignette par vignette, en spécifiant systématiquement les indications scénographiques de façon à faciliter au maximum le travail du dessinateur en libérant son imagination et donc en laissant parler tout son talent artistique. Un travail considérable rendu encore plus complexe par les paramètres suivants :

  • Les images, et donc la taille et l’économie générale des vignettes, planche par planche, doivent séduire le regard, susciter, conduire et rythmer l’imaginaire pour éviter une éventuelle sensation de monotonie. À cet égard, il importe en effet de ne pas perdre de vue que les planches d’une bande dessinée se lisent deux à deux et face à face, ce qui contraint son concepteur à construire un équilibre visuel soigné et varié dans ce cadre très particulier. Sur le plan du rythme dramatique, cette même forme oblige en outre l’auteur à aiguillonner la curiosité du lecteur à la fin de chaque double page pour l’inciter à poursuivre sa lecture toujours au-delà.

  • Le travail sur les textes narratifs et les dialogues est fondamental en ce sens qu’il est indispensable de veiller en permanence à un équilibre rigoureux avec les images afin d’éviter les redondances et de soutenir le rythme. C’est un exercice de technique littéraire extrêmement difficile et contraignant que de chercher en permanence à concilier concision, souplesse et langage naturel sans compter que la langue employée doit être systématiquement contrôlée pour écarter toute confusion entre le langage parlé et le langage écrit et, dans ce cas précis, éviter autant que faire se peut les anachronismes linguistiques. La langue populaire ou savante d’il y a deux siècles n’est certes pas celle d’aujourd’hui mais il est tout aussi nécessaire de se faire comprendre sans trop d’efforts de nos lecteurs de ce début de xxie siècle.

  • Il fallait impérativement et fidèlement reconstituer le décor d’époque, qu’il s’agisse des vêtements, de l’armement, des navires, des lieux : Le Havre, Ténériffe, l’île Maurice, l’Australie, Timor et Kupang…, en traquant impitoyablement le moindre anachronisme. Un respect intégral, donc, de l’univers dans lequel évoluaient nos personnages. Cela nécessite bien entendu une solide enquête historique et un formidable travail de documentation iconographique seul à même de permettre cette restitution avec la plus grande authenticité possible. C’est ainsi que la forme d’un fusil de chasse emporté par la marine de la République dans ses expéditions lointaines en 1800 a nécessité des heures de recherches ; ou les uniformes de la Garde nationale du Havre ou ceux de la Marine tant des officiers que des simples matelots ; ou encore l’artillerie embarquée qu’il s’agisse des canons ou des pierriers, voire une simple boucle de chaussure, etc, etc… Les deux corvettes et leurs chaloupes et canots ont fait bien entendu l’objet de recherches très poussées auprès d’historiens, de musées maritimes tant en France qu’aux Pays-Bas ou dans la littérature spécialisée en architecture navale disponible.

Portrait de Nicolas Baudin

Portrait de Nicolas Baudin

© BNF Paris

Esquisses de Baudinpar Yves Boistelle.

Esquisses de Baudinpar Yves Boistelle.

Dessin de Baudin par Nicolas Petit.

Dessin de Baudin par Nicolas Petit.

Dessin de Lesueur et Baudin par Yves Boistelle.

Dessin de Lesueur et Baudin par Yves Boistelle.

8Pour donner une idée à peu près exacte du travail fourni, les 54 planches du premier album représentent dans le laboratoire du dessinateur un travail de plusieurs milliers d’esquisses qui deviendront en définitive environ 500 dessins originaux environnés peu ou prou de 1 500 zones de textes, qu’il s’agisse de narration ou de dialogues. L’ensemble est ensuite le résultat de plusieurs centaines d’heures de travail occupées à réécrire, redessiner, colorer, relire pour s’assurer de l’absolue cohérence des scènes, de leur rythme, de l’intensité dramatique, de la fidélité à la réalité historique, de la vraisemblance, de la qualité des textes qui doivent être le plus concis possible. Charles-Alexandre Lesueur a passé sa vie aux confins des mondes connus et inconnus, sur la frontière sans cesse repoussée entre la civilisation européenne conquérante et mondialisatrice et les peuples victimes de ce mouvement. C’est cette constante de sa vie qui devient le fil conducteur placé en filigrane dans Alex l’explorateur, aux moments les plus sombres de l’album. C’est donc bien un choix dramatique opéré délibérément pour des raisons littéraires précises. C’est aussi clairement une liberté prise avec le travail de l’historien. La limite a été franchie en pesant soigneusement le pour et le contre. La question de la limite est, dans cette réalisation, une question permanente qui a occasionné de nombreux débats entre les auteurs et qui en provoquera certainement bien d’autres.

Dessin du pont du Géographe par Yves Boistelle.

Dessin du pont du Géographe par Yves Boistelle.

Photo sur le Marité de Pierre-Marie Hubert et Ritsert Rinsma.

Photo sur le Marité de Pierre-Marie Hubert et Ritsert Rinsma.

9Sur le site web charles-alexandre-lesueur.info on peut suivre l’avancement des tome 2 et 3 d’Alex l’explorateur et on y trouve aussi de nombreux liens vers d’autres sites et publications en rapport avec Lesueur et l’expédition Baudin. C’est d’ailleurs ce même site qui a permis au réalisateur Pierre-Marie Hubert d’entrer en contact avec Yves Boistelle et Ritsert Rinsma afin de solliciter leur aide pour son nouveau film Les Immortels de Tasmanie, projeté en sélection officielle et avant-première au 23e Rencontre du cinéma des Antipodes à Saint-Tropez le 15 octobre dernier. Un peu plus de vingt ans après la sortie de La Course aux Terres Australes d’Olivier Julien, qui mettait en scène la rivalité entre Nicolas Baudin et Matthew Flinders, le documentaire Les Immortels de Tasmanie nous entraîne sur les pas de Francis Hallé, célèbre pour son fameux Radeau des cimes et pour ses travaux sur l’architecture des arbres tropicaux. Ce botaniste français avait proposé à Pierre-Marie Hubert de traverser avec lui les dernières forêts primaires de Tasmanie, sur les traces de Nicolas Baudin.

Affiche du film Les Immortels de Tasmanie par Ritsert Rinsma et Pierre-Marie Hubert.

Affiche du film Les Immortels de Tasmanie par Ritsert Rinsma et Pierre-Marie Hubert.

Couverture de la BD Alex l’explorateur par Yves Boistelle et Ritsert Rinsma.

Couverture de la BD Alex l’explorateur par Yves Boistelle et Ritsert Rinsma.

10Le tournage en Tasmanie s’est déroulé du 2 au 23 décembre 2018. Après les préparatifs à Hobart et la visite du jardin botanique, l’expédition débute à l’île Maria, sans voiture mais avec deux tentes, protection de l’environnement sur cette petite île oblige, l’équipe de tournage étant composée de Pierre-Marie Hubert, Francis Hallé, du médecin Jérôme Hubert et du plongeur Dominique Beck. De retour sur l’île principale les explorateurs participent à l’Overland Track qui dure six jours, parcourant 80 kilomètres dans un paysage de montagnes majestueux et jusqu’au sommet du mont Ossa, haut de 1617 mètres. Pendant l’été 2019 des images complémentaires sont tournées aux Pays-Bas et en France, montrant les acteurs jouant Nicolas Baudin, Charles-Alexandre Lesueur et le maître timonier du Géographe dans des décors assez authentiques, grâce notamment à l’aimable concours du Musée maritime d’Amsterdam et de l’équipage du voilier le Marité à Granville, en Normandie. Les dialogues des personnages sont imaginés par Ritsert Rinsma à qui Pierre-Marie Hubert demande également d’écrire la voix-off et la bande musicale très wagnérien du film. Les nombreux dessins d’Yves Boistelle illustrent le fil conducteur du récit et en mai 2021 on complète l’ensemble avec une touche finale émouvante : la visite des collections de plantes et fleurs séchées de l’expédition Baudin, préservées dans la galerie botanique du Muséum national d’Histoire naturelle à Paris.

Fougères « expédition Baudin » dans la collection du Muséum National d’Histoire Naturelle à Paris.

Fougères « expédition Baudin » dans la collection du Muséum National d’Histoire Naturelle à Paris.

Photo par Pierre-Marie Hubert

Francis Hallé dessinant une plante marine sur une plage en Tasmanie.

Francis Hallé dessinant une plante marine sur une plage en Tasmanie.

Photo par Pierre-Marie Hubert.

11Lorsqu’il y a 45 ans, Jaqueline Bonnemains, ancien conservateur de la Collection Lesueur du Muséum d’Histoire naturelle du Havre, a commencé à cataloguer et à retranscrire avec l’aide de quelques volontaires les nombreux documents ayant appartenu à Charles-Alexandre Lesueur, elle ne se doutait sans doute pas de l’engouement que son immense travail allait susciter pour les générations futures. La bande dessinée Alex l’explorateur permet désormais au plus grand nombre, jeunes comme moins jeunes, de revivre les aventures de Lesueur et de l’expédition Baudin, tandis que le film Les Immortels de Tasmanie jette une lumière considérable sur les enjeux géopolitiques et scientifiques d’un des plus grands voyages d’exploration jamais organisés par la France. L’expédition Baudin ramène des plantes et des animaux vivants qui seront exposés à la Malmaison et dans ses parcs environnants. La moisson d’objets d’histoire naturelle s’élève à quelques 100 000 échantillons dont plus de 2 500 espèces nouvelles. Jamais aucune expédition n’avait fourni autant de données scientifiques.

12Pendant et après l’expédition Baudin, Lesueur se lie d’amitié avec des élèves de l’École polytechnique de Paris, puis il poursuit sa carrière en Amérique, où il donne des cours aux polytechniciens de la Rennselaer Polytechnic Instite à Troy, dans l’état de New York. Comme le révèle Ritsert Rinsma dans sa biographie en anglais Eyewitness to Utopia (2019), Lesueur va jusqu’à développer une nouvelle presse lithographique avec l’aide d’un ancien X du nom de Matthieu Labadie, dont le père dirige une petite école « de mathématique, de français et de latin » à Philadelphie. Les planches imprimées par Lesueur et son assistant seront reconnues de qualité bien supérieure à celles produites par d’autres imprimeurs. Plus tard, en Indiana, dans l’utopie de Robert Owen à New Harmony, Lesueur enseigne la géologie et la cartographie et joue un rôle essentiel dans la création de la United States Geological Survey et la Smithsonian Institution. Mais ça, c’est encore une autre histoire…

Couverture du livre Eyewitness to Utopia sur les travaux de Lesueur en Amérique du Nord

Couverture du livre Eyewitness to Utopia sur les travaux de Lesueur en Amérique du Nord

Copyright 2019, Ritsert Rinsma.

Couverture du CD de la bande originale musicale du film « Les Immortels de Tasmanie »

Couverture du CD de la bande originale musicale du film « Les Immortels de Tasmanie »

À écouter gratuitement sur Spotify, Deezer, Youtube Music et iTunes.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Dessin de l’entrée du port du Havre en 1800 par Yves Boistelle.
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3218/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 243k
Titre Itinéraire du Géographe d’après des longitudes et latitudes du journal de Nicolas Baudin.
Légende Données transposées par le commandant Marc Soviche.
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3218/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Portrait de Charles-Alexandre Lesueur par Charles Willson Peale.
Crédits Copyright Academy of Natural Sciences of Drexel University, Philadelphie.
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3218/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 609k
Titre Dessin de Charles-Alexandre Lesueur par Yves Boistelle.
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3218/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Titre Dessin de Charles-Alexandre Lesueur par Yves Boistelle.
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3218/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Titre Portrait de Nicolas Baudin
Crédits © BNF Paris
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3218/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Esquisses de Baudinpar Yves Boistelle.
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3218/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Titre Dessin de Baudin par Nicolas Petit.
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3218/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 275k
Titre Dessin de Lesueur et Baudin par Yves Boistelle.
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3218/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 241k
Titre Dessin du pont du Géographe par Yves Boistelle.
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3218/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Titre Photo sur le Marité de Pierre-Marie Hubert et Ritsert Rinsma.
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3218/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 643k
Titre Couverture du CD de la bande originale musicale du film « Les Immortels de Tasmanie »
Légende À écouter gratuitement sur Spotify, Deezer, Youtube Music et iTunes.
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3218/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 503k
Titre Couverture de la BD Alex l’explorateur par Yves Boistelle et Ritsert Rinsma.
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3218/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 546k
Titre Fougères « expédition Baudin » dans la collection du Muséum National d’Histoire Naturelle à Paris.
Crédits Photo par Pierre-Marie Hubert
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3218/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 458k
Titre Francis Hallé dessinant une plante marine sur une plage en Tasmanie.
Crédits Photo par Pierre-Marie Hubert.
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3218/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 487k
Titre Couverture du livre Eyewitness to Utopia sur les travaux de Lesueur en Amérique du Nord
Crédits Copyright 2019, Ritsert Rinsma.
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/3218/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ritsert Rinsma, « Charles-Alexandre Lesueur : de l’histoire à la bande dessinée et au film »Bulletin de la Sabix, 69 | -1, 199-206.

Référence électronique

Ritsert Rinsma, « Charles-Alexandre Lesueur : de l’histoire à la bande dessinée et au film »Bulletin de la Sabix [En ligne], 69 | 2022, mis en ligne le 27 septembre 2022, consulté le 07 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/sabix/3218

Haut de page

Auteur

Ritsert Rinsma

Ritsert Rinsma est l’auteur d’une importante biographie de Lesueur, et le seul, après Ernest Hamy en 1904, à avoir publié un volume historique sur son séjour aux Etats-Unis  : «  Alexandre Lesueur  : un explorateur et artiste français au pays de Thomas Jefferson  » (2007). La version anglaise de cette biographie  : «  Eyewitness to Utopia  : Scientific Conquest and Communal Settlement in C.-A. Lesueur’s Sketches of the Frontier  » est parue en 2019. Il a donné une conférence sur Lesueur aux Archives du Havre dans le cadre des Journées du Patrimoine 2021 et a présenté un long métrage de 90 minutes sur l’expédition Baudin en Tasmanie à Saint-Tropez, avec Pierre-Marie Hubert, au Festival du film australien de 2021. charles-alexandre-lesueur.info

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo SABIX
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search