Navigation – Plan du site

AccueilNuméros32Le Binet Musicalix vu par son pré...

Le Binet Musicalix vu par son président

Joseph Ribeau
p. 1 - 4

Texte intégral

1La musique est-elle une distraction ou une discipline ? Rien n’est véritablement un loisir à l’Ecole Polytechnique. Lorsque l’école favorisa l’ouverture d’un cours de piano en 1970, ce n’était nullement pour occuper le peu de temps libre laissé par un emploi du temps déjà chargé. Elle avait en vue l’ouverture d’esprit des élèves, leur formation artistique, ainsi que la pérennité d’une activité qui trouverait son plein épanouissement à Palaiseau.

2Pourquoi la musique ? Si l’école organisait au sein du cursus scolaire des cours d’arts plastique et d’architecture dirigés par des professeurs réputés tels Fontanarosa, Arsac., la musique était un peu le parent pauvre laissé à la libre organisation des élèves. Le cours de piano, nouvellement créé dès 1970 à la demande des élèves et de leurs représentants de la Kès, rencontra rapidement un vif succès. Tous les niveaux étaient acceptés, du débutant à l’élève avancé voire accompli. Le déménagement de l’école polytechnique à Palaiseau permit d’amplifier cet enseignement et de passer d’une vingtaine à une soixantaine d’élèves. L’éloignement de Paris et une certaine solitude ambiante rendaient cette activité dérivative nécessaire pour l’épanouissement des élèves. La direction générale de l’école avait bien compris dès le début qu’il était de son propre intérêt de soutenir cette activité périphérique.

3Patrice Holiner assure toujours à ce jour l’enseignement du piano. Création en 1983 du Concours National de piano de l’Ecole polytechnique ouvert aux élèves, pianistes amateurs, des grandes écoles et universités françaises avec, chaque année depuis vingt ans, un concerto pour piano et orchestre en épreuve finale.

4En 1986, des élèves suggèrent que la part faite au piano puisse être étendue à l’enseignement d’autres instruments. Il s’est alors agi de trouver une formule permettant d’engager légalement des professeurs, indépendants administrativement de l’établissement public qu’est l’Ecole polytechnique. De nombreuses tractations aboutirent dix ans plus tard à un partenariat entre un nouveau binet, Musicalix et la Maison des Jeunes et de la Culture d’Orsay qui acceptait d’assumer l’entière prise en charge salariale de nos enseignants. Ce relais fonctionne grâce à une cotisation annuelle des élèves au prorata du nombre d’heures dispensées ainsi qu’à une aide de la Kès des élèves et une subvention du Corps de l’école égale à environ 60 % de la masse salariale.

5Musicalix se propose de révéler les joies de la musique aux élèves à travers des cours instrumentaux sur le site de l’école (batterie, chant, clarinette, écriture musicale, flûte traversière, guitare classique, guitare moderne, percussions, djembé, piano jazz, saxophone, trompette, violon, violoncelle). Cet enseignement musical, piano classique compris, génère environ 5600 heures de cours individuels par an.

6Les élèves ne deviendront certes pas musiciens professionnels. Toutefois, l’école entend intégrer cette activité musicale dans la formation humaine des élèves et les inciter à donner le meilleur d’eux-mêmes en s’impliquant parfois dans des manifestations publiques.

7Durant ce loisir, l’élève délaisse un instant toutes ses préoccupations personnelles pour entrer dans la pensée musicale d’un compositeur et satisfaire le mieux possible les éventuels auditeurs. Il apprend à déceler l’agencement souple et harmonieux des mélodies et des accords, car les irrégularités dans le rythme, les fausses notes, les hésitations procurent un tel désagrément que l’on comprend la valeur d’une belle exécution et on se promet de ne plus recommencer ses fautes, pourtant... chaque semaine le travail révèle que la perfection n’est pas de ce monde.

8Si les faiblesses se corrigent progressivement par un travail régulier, le professeur apporte une méthode permettant d’obtenir le résultat escompté, méthode dont l’efficacité dépend du temps consacré. Le terme « répétition de musique » se justifie pleinement car rien n’est jamais acquis définitivement. S’il est une notion acquise à vie c’est le souvenir que l’aboutissement d’une idée simple et esthétique demande de la patience et un travail minutieux.

9Alors l’élève comprend qu’il ne participe pas à une fantaisie artistique déstructurée, il découvre la rigueur musicale, bien différente de la rigueur du raisonnement ; la « rigueur musicale » porte sur la pertinence et la conscience du geste. Le trac avant l’exécution d’une pièce prévient l’instrumentiste de l’importance du geste qu’il va exécuter, il peut plaire ou décevoir, il peut échouer ou obtenir l’effet voulu.

10Le musicien est conscient de l’effet des sonorités sur l’esprit humain, il travaillera donc afin d’être assez confiant pour se produire devant son professeur - quand ce n’est pas devant un public. Une relation privilégiée naît alors entre le maître et l’élève. Car le professeur, musicien professionnel, a lui aussi connu les doutes, les échecs, auxquels est confronté l’élève, mais ayant accompli les efforts nécessaires pour les dépasser, il sait motiver l’élève. Au contraire le public ignore cette face cachée des choses, et se confronter au public, parfois impitoyable, souvent admiratif, reste pour l’élève une expérience mémorable, qui le servira les jours où il devra affirmer les intérêts de la société pour laquelle il travaille.

11Outre les cours et le concours de piano, Musicalix organise des récitals et des auditions, non seulement au sein de l’école (concerti pour 2, 3 et 4 claviers de Bach, auditions des différents ateliers musicaux, concert « profs-élèves », présentation au Drapeau, remise des diplômes), mais aussi dans toute la France et à l’étranger (USA, Autriche, Belgique, ...). Deux disques ont été édités, dont l’un à l’occasion du 150ème anniversaire de la mort de Chopin.

12Musicalix organise aussi des concerts données par des musiciens extérieurs : Café musical de Noël 2001, animé par un quintette de professeurs du Conservatoire de Palaiseau, récitals de piano à deux et quatre mains, Orchestre symphonique d’Ile-de-France... Enfin Musicalix prépare la finale du concours de l’hymne de l’école Polytechnique. Douze élèves et anciens élèves ont déposé leurs manuscrits, après une présélection, la finale du concours aura lieu le 30 janvier 2003 à 20 h 30 dans l’amphithéâtre Poincaré à Palaiseau.

Le Binet musique

Le Binet musique

Extrait de « Notre Ecole polytechnique ». G Claris. 1895. Archives de l’Ecole polytechnique

Musicalix : analyse du sondage musical effectué auprès des X 2000

Musicalix : analyse du sondage musical effectué auprès des X 2000
Haut de page

Table des illustrations

Titre Le Binet musique
Crédits Extrait de « Notre Ecole polytechnique ». G Claris. 1895. Archives de l’Ecole polytechnique
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/381/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Musicalix : analyse du sondage musical effectué auprès des X 2000
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/381/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Joseph Ribeau, « Le Binet Musicalix vu par son président »Bulletin de la Sabix, 32 | 2002, 1 - 4.

Référence électronique

Joseph Ribeau, « Le Binet Musicalix vu par son président »Bulletin de la Sabix [En ligne], 32 | 2002, mis en ligne le 06 janvier 2013, consulté le 26 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/sabix/381 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sabix.381

Haut de page

Auteur

Joseph Ribeau

X2000 Président du binet Musicalix

Haut de page

Droits d’auteur

© SABIX

Haut de page
  • Logo SABIX
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search