Navigation – Plan du site

François Kruger, un amateur à temps partiel

François Kruger
p. 49 - 54

Texte intégral

1Facile ? Non.  Les lignes qui suivent (en forme de sonate) cherchent, exercice redoutable, à donner une idée de ce que peut être une passion pour la musique classique. Une idée seulement. Lecteur, sois indulgent !

img-1.jpg

Ouverture lente

2Respiration, grande respiration.

3Mon goût pour la musique est ancien, de même que pour la poésie (je ne me rappelle pas ne pas avoir écouté de musique), mais rien ne me prédisposait à faire de la musique classique ma grande passion artistique.

4Enfant, j’écoutais naturellement de la musique, mais de la musique. pour enfant. Une exception cependant, patiemment distillée : Schubert, Erlkönig, le Roi des aulnes, chanté, mimé même, par Fischer-Dieskau, dans la version EMI 1958, la plus équilibrée, écoutée et réécoutée, captivante, cauchemardesque même.

5Enfant toujours, je rêvais de devenir chanteur ? Oui, mais aucun don particulier, aucun atavisme ne m’y portait naturellement. Je jouais de la flûte ? Oui, de la flûte à bec, comme beaucoup, puis de la flûte traversière, sans jamais parvenir à dépasser le niveau du médiocre amateur (j’étais d’ailleurs dans un conservatoire où la musique classique était rare, et mes expériences d’orchestre se sont limitées à déchiffrer de la musique de film et du mauvais jazz).

6Et puis quelques cours de musique à l’école, où un professeur à l’ancienne nous initie aux grands compositeurs (je me rappelle Berlioz, qui ne me quittera plus) et à quelques interprètes célèbres, qui ne le passionnent plus vraiment.

7Respiration, grande respiration.

Exposition - Premier thème (tonique)

8Et tout à coup le déclic, la passion pour la musique classique.

9Tonique. Un air qui ne vous quittera plus. Un virus. Plusieurs facteurs concordants, mais avant tout un amour pour Mozart, l’opéra (la Flûte enchantée, enregistrée sur le vif, puis Don Giovanni, avec Raimondi, offert avec une première chaîne hi-fi à l’occasion de ma communion solennelle, à 13 ans), quelques premiers disques (les Fantasiestücke par Rubinstein, Tristan par Kleiber...) et l’évidence Karajan, le maestro qui va fêter ses 80 ans en rééditant de superbes enregistrements. Quelques concerts aussi, dont Menuhin dans un programme consacré aux concertos de Bach, à Chamonix, avec un amour d’une tendresse inoubliable.

10Oui, tout à coup le déclic, la passion pour la musique classique.

Deuxième thème (dominante)

11De la musique avant toute chose.

12Dominante. La flûte est dépassée, mon professeur est le premier à s’en apercevoir : je serai mélomane, à cet âge où la curiosité dévore tout. Ma méthode : aller de proche en proche (le virus, décidément), de disque en disque, en faisant confiance au répertoire d’un interprète devenu le héros du moment. Karajan mène à Cosi fan tutte et Ariadne auf Naxos, qui mènent à Schwarkopf, qui mène bien sûr à Wolf... Mais Karajan mène aussi au Trouvère et à Lucia, qui mènent à Callas, qui mène aussi à Rossini, Bellini, Puccini.

13De la musique avant toute chose.

14Ensuite, sans transition de préférence, passer au développement.

Développement

15Reprendre le premier thème, avec fantaisie.

16Voici le baccalauréat, option musique : Mozart, le quintette en sol mineur, Schumann, les Dichterliebe (un grand amour), Poulenc, le Concert champêtre. L’occasion d’un premier approfondissement passionnant, sur la forme sonate.

17Voici la classe préparatoire, et Sainte-Geneviève a la bonne idée de nous donner des soirées d’écoute musicale (et d’excellents amis) et des cours de chant avec son professeur de chimie (décidément, aucun talent, mais quelle passion !). Et je me souviens de ce premier Beethoven par Furtwaengler (l’Héroïque), du combat entre Philippe II-Ghiaurov et l’Inquisiteur-Talvela dans Don Carlos, des Métamorphoses de Strauss, d’une Pastorale par Bruno Walter dans un jardin de Boulogne... (quand mon cothurne n’écoutait pas Bob Marlay). Et cette polémique sur la musique baroque par la montée des « baroqueux » : comment peut-on aimer Harnoncourt ? Et ce concert raté à Paris, La belle meunière par Dieskau, regrets éternels.

Flûte traversière. Encyclopédie de Diderot et d’Alembert. Paris 1751-1772

img-2.jpg

Archives de la Bibliothèque de l’Ecole polytechnique

18Reprendre le premier thème, avec fantaisie.

19Intégration. Mêler harmonieusement les deux thèmes et laisser courir l’imagination.

20Voici le service militaire, avec une platine pour seul mobilier de campagne, et la tête ailleurs, loin des marches au pas cadencé. Et Bach, les cantates, une à une. Et Otello de Verdi... Sans oublier la saison de concerts salle Poirel à Nancy (l’opéra est en réfection) et Menotti à Metz.

21Voici Polytechnique, avec ce premier salaire qui passe intégralement en disques et en concerts (la passion, est-ce bien raisonnable ?), le stage ouvrier à Vienne (un opéra chaque soir, dont une inoubliable Salomé), la prise en charge de la diskhâle classique (nouvelles amitiés, et un budget qui permet de nombreux achats au profit des élèves, sans parler d’une joute inter-promos pour savoir laquelle a la meilleure oreille), les travaux pratiques sur l’acoustique de la guitare (mais science et art peuvent-ils être mis si facilement en musique ?... elles sont bien là, les deux cultures dont nous parle Alain Finkielkraut en amphi). Et puis, comme nous le dit notre maître humaniste Yves Quéré, il y a sans doute une démarche polytechnicienne, faite à la fois d’humilité et de soif de savoir, qui s’applique aussi à la musique (pourquoi devoir choisir entre Bach et Mozart ? entre Brahms et Wagner ? entre Fauré et Debussy ? et comment peut-on ne pas aimer Harnoncourt ?).

22Intégration. Mêler harmonieusement les deux thèmes et laisser courir l’imagination.

23Quel développement !

24Voici la vie professionnelle, un stage en Afrique du Sud qui permet de découvrir le violon (et de suivre l’enseignement de l’élève de l’élève d’Enesco, de quoi motiver !), la fête de la musique à la Cour des comptes qui donne l’occasion de ressortir la flûte... Et une passion très vive pour Toscanini (un sommet, en tout point) et pour la musique baroque (après le choc de King Arthur au Châtelet par Christie)... Et quels concerts (je n’oublierai pas Sawalisch dans la Missa solemnis, ni Nathalie Dessay dans Olympia, ni Georges Prêtre dans La Damnation, ni Pierre Boulez dans Le mandarin merveilleux, ni Minkowski ni beaucoup d’autres).

25Et voici la vie familiale, et le bonheur de pouvoir faire découvrir la musique à ses enfants. Avec, quand l’emploi du temps le permet, quelques approfondissements, pas à pas (merci à l’inimitable Charles Rosen).

26Quel développement !

Réexposition

27Une réexposition, tonique, un retour à Polytechnique (on revient toujours sur le lieu de ses rimes) pour proposer un enseignement, vieux rêve, sur l’histoire de la musique classique. Merci à la confiance témoignée par l’équipe des « humanités sciences sociales », et merci à l’Ecole d’avoir compris l’utilité de ces aérations de l’esprit...

28Non pas un enseignement d’approfondissement réservé à des spécialistes, ni du type « science et musique », mais un humanisme gratuit, ouvert aux élèves de bonne volonté désireux de découvrir la musique classique, la plus variée possible, de se donner des repères qui dépassent la Petite musique de nuit, Carmen et le Boléro, d’acquérir des bases qui permettent de situer un compositeur, d’apprécier une œuvre ou de découvrir un interprète, de donner envie de se rendre à un concert... Avec l’espoir secret, qu’au delà du cours, la passion se partage un peu !

29Une réexposition, tonique, un retour à Polytechnique.

Coda

30Et deux autres rêves, pour conclure : celui, un jour, de s’occuper de la direction musicale d’une maison d’édition (pour toucher la frontière du monde des artistes, à la suite d’un Walter Legge...) ; celui, enfin, de s’aventurer dans la direction d’orchestre (c’est-à-dire dépasser la frontière de l’amateurisme...).

31On peut toujours rêver, sans conclure...

L’amphi danse.

img-3.jpg

Extrait de « Notre Ecole polytechnique ». G Claris. 1895. Archives de l’Ecole polytechnique

L’Epopée - Centenaire de l’Ecole polytechnique (1794-1894) de Charles Kœchlin

img-4.jpg

Archives de L’Ecole polytechnique

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Kruger, « François Kruger, un amateur à temps partiel », Bulletin de la Sabix, 32 | 2002, 49 - 54.

Référence électronique

François Kruger, « François Kruger, un amateur à temps partiel », Bulletin de la Sabix [En ligne], 32 | 2002, mis en ligne le 06 janvier 2013, consulté le 27 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/sabix/395

Haut de page

Auteur

François Kruger

X93 Enseignant au Département Humanités, Sciences sociales

Haut de page

Droits d’auteur

© SABIX

Haut de page
  • Logo SABIX
  • OpenEdition Journals