Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19DossierLe travail social : l’absence d’œ...

Dossier

Le travail social : l’absence d’œuvre

Jean-Sébastien Alix et Michel Autès

Résumés

La situation sanitaire récente a rappelé avec clarté que le travail social présente un déficit de légitimité qu’il s’agit de restaurer. Pour ce faire, un certain nombre d’acteurs réaffirme l’idée que cette quête passera par la reconnaissance du travail social en discipline scientifique. Cette option est selon les auteurs de cet article une fausse piste qu’il s’agit de déconstruire à partir du contexte socio-historique ou socio-politique (rapport entre écoles et université, new-management, production de savoirs...). Pour reprendre le titre de l’article, l’absence d’œuvre du travail social, c’est cette sorte d’impossibilité de produire lui-même ses propres énoncés, sa « vérité ». Ce texte propose quelques pistes pour éclairer les « modes d’existence » et les régimes de véridiction susceptibles de rendre compte de pratiques dont l’absence de reconnaissance et de légitimité entretient une opacité encombrée de discours hétéronomes qui tentent de suppléer l’absence d’œuvre.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1À l'heure où les banderoles fleurissent sur les devantures des établissements sociaux et médico-sociaux pour signifier "La crise des métiers de l'humain", soulignant l'inquiétude massive des familles, bénéficiaires, professionnels et des associations, il est urgent de réfléchir à la spécificité et aux fonctions de ces multiples métiers qui constituent le travail social. La situation sanitaire que le monde a connue depuis deux années a révélé d'une manière tragique la fragilité de dispositifs qui pouvaient, jusque-là, compenser des manques criants concernant les effectifs professionnels mais également les difficultés financières et matérielles. La COVID est révélatrice de malaises profonds dans les secteurs du sanitaire et du social. Elle a un effet grossissant. L’épidémie aura eu raison de secteurs d'interventions – protection de l'enfance, handicap, personnes âgées, insertion – qui depuis bien longtemps constituent moins un projet global d’une politique de solidarité que le lieu de lancinants reproches sur l’incapacité du travail social à agir efficacement – ou dénoncés pour leurs coûts dispendieux ou leur effet de privation de liberté pour les publics concernés. S’il est essentiel de revaloriser les conditions salariales des professionnels (Ségur), c’est un véritable travail de fond qui doit être effectué pour penser la fonction sociétale de notre protection sociale, en tant que projet de société, et du rôle de chaque professionnel dans une politique assistancielle. L’assistance est notre capacité à faire accéder toute personne en souffrance à la dignité qui lui est due, et la condition pour qu’elle puisse appartenir à une « société de semblables ». Avons-nous encore la curiosité ou le souci de comprendre ce qui historiquement a animé toute société humaine, à savoir « l’énigme de sa cohésion » ? (Castel, 1995, p. 18).

2Le travail social présente donc un déficit de légitimité qu’il s’agit de restaurer. Depuis une dizaine d’années, un certain nombre d’acteurs réaffirme l’idée que cette quête passera par la reconnaissance du travail social en discipline académique. Une discipline du travail social ou de l’intervention sociale originale – c’est-à-dire qui porte son origine en soi, créée pour les besoins de la cause telle une œuvre originale – au croisement des différentes disciplines des sciences humaines – sociologie, philosophie, psychanalyse, psychologie, sciences de l’éducation – mais tout en ayant l’avantage de ne plus être sous leur tutelle. Tel est globalement le projet qui porte en outre une revendication à la « scientificité ».

  • 1 Brigitte Bourguignon est ministre de la Santé et de la Prévention. Rapport remis en juillet 2015.

3Ainsi, des conférences, ouvrages et rapports se succèdent pour justifier, chacun à sa manière, de la vitalité et de la nécessité d’une telle entreprise. En effet, de manière non exhaustive, nous pouvons citer la conférence dite du « consensus » au CNAM en 2012, puis le rapport de Mme Brigitte Bourguignon1 qui proposait d'introduire une définition à prétention internationale, dite de Melbourne, faisant, entre autres, du travail social une discipline, et enfin, le plan d'action gouvernemental en faveur du Travail social et du développement social, rendu public le 21 octobre 2015, qui a relancé la question de la recherche avec à l’horizon des écoles supérieures en intervention sociale, projet resté sans réelle mise en œuvre.

  • 2 Voir [https://sites.google.com/view/manifeste-shs-ts].

4Dernièrement, le rapport de Denis Piveteau formulait l’idée que la reconnaissance d’une discipline de « travail social » contribuerait à une valorisation des métiers (Piveteau, 2022, p. 38) ; puis, le « livre vert » issu des réflexions du Haut conseil du travail social qui relance dans ses propositions finales : « Soutenir la production de connaissance dans le secteur par la recherche et s'engager dans le chemin de la reconnaissance disciplinaire » ; enfin, l’ouvrage récent de J.-L. Laville et A. Salmon stipule qu’« un cadre épistémologique et méthodologique peut rendre “audible” le “voice” des acteurs faibles dans la sphère publique, ou accompagner la transformation de la réalité sociale d’un groupe marginalisé » (Laville et Salmon, 2022, p.°37-38). Les auteurs précisent que : « Les débats qui animent actuellement le travail social sont propices à de tels questionnements. Après tout, si le social entend prendre place dans le champ académique, il sera appelé à être plus offensif qu’il ne l’est aujourd’hui en revendiquant la maîtrise des buts de ses interventions et la spécificité de ses méthodes » (p. 38-39), en référence au Manifeste « Pour une discipline sciences humaines et sociales »2. En intégrant l’univers académique, tout en étant moins soumis aux lois des disciplines instituées, le travail social serait plus offensif pour « bousculer les cadres » mais nous pouvons également entendre : résister au diktat des politiques publiques. Rechercher l’indiscipline, en constituant une discipline du travail social, semble être le gage d’une probité et la possibilité d’entrer dans le cercle des savoirs légitimes. Cela semble être également, selon les auteurs, un moyen de s’extraire du poids de la commande publique et d’une interprétation néo-libérale de la question sociale, qui pourrait trouver sa formule la plus condensée en l’égalité de tous dans un monde concurrentiel parfait !

5Cette proposition présente des enjeux éthiques essentiels que nous pourrions formuler de la sorte : la nécessité d’une reconnaissance des savoirs et des pratiques professionnels ; une plus grande participation des bénéficiaires et une meilleure prise en compte de leur parole ; mais également une interprétation de la question sociale qui ne se résume pas à l’activation et la responsabilité de chacun mais qui resitue la question du « vivre ensemble » en s’appuyant sur les institutions sociales ; construire une nouvelle doctrine sur le social qui ne se résume pas à l’inclusion et au chacun chez soi mais qui élabore des espaces collectifs.

6Pourtant, bien que nous ne soyons pas insensibles à ces propositions, apparaît selon nous une incompatibilité entre les objectifs visés et les moyens d’y arriver. Telle a été notre volonté dans l’ouvrage Le travail social en quête de légitimité (Alix et al., 2020), qui a voulu interroger la place de la recherche dans le travail social en apportant une controverse circonstanciée par l’intermédiaire de réflexions et témoignages de chercheurs universitaires. Évoquer l’éventualité de créer une discipline du travail social suscite de multiples réflexions incontournables dans son rapport aux savoirs, aux méthodes, aux publics, aux objectifs…

7Comme l’opportunité nous est offerte de prolonger notre réflexion, nous allons dans cet article reprendre quelques idées saillantes de notre ouvrage et prolonger les points laissés en suspens lors de sa conclusion. C’est finalement la thèse qui, sous différentes formes, a été retenue dans l’ouvrage : la thématique des rapports de la recherche et du travail social, ne relève pas d’une discussion à partir de points de vue épistémologiques, ou d’une sociologie de la connaissance, mais d’une analyse en termes politiques et de lutte sociale pour la reconnaissance.

Ce que créer une discipline veut dire

8Nous proposons quelques points magistraux issus de notre ouvrage collectif qui viennent problématiser la question d’une discipline du travail social. Le rapport entre les écoles privées et les universités, des “frères ennemisˮ (Bailleau et al., 1985, p. 11) qui bien que nourris d’une grande complémentarité se situent dans un rapport de défiance historique ; le New Public Management et la recherche de l’utilité ; le rapport étroit entre le travail social et la sociologie fondé sur un modèle de compréhension/action autour de la formulation d’une question sociale ; une discipline, et la recherche qui en découle, imposent de clarifier des questions de méthode ; enfin, le dernier point que nous abordons relève du lien entre discipline du travail social et les enjeux politiques.

À l’origine : à l’écart de l’université

9La création d’une discipline du travail social donnerait une légitimité à ce dernier, avec des théories et des savoirs qui lui seraient propres, en partenariat et grâce à la légitimité académique des universités. Pourtant, toute l’ambiguïté se situe dans cette proposition d’un rapprochement académique qui consiste à devoir faire le grand écart entre préserver l’autonomie des écoles tout en s’inscrivant dans un champ disciplinaire universitaire. Michel Chauvière et Richard Gaillard ont montré avec clarté la relation conflictuelle et concurrentielle entre les écoles privées et les universités qui a pris racine dans des choix historiques spécifiques.

10Ces débats ne sont donc pas nouveaux, ils naissent en même temps que le travail social lui-même mais font apparaître, à l’heure actuelle, un rapport ambigu entre eux, fait de rejet et d’une grande séduction, « forme paradoxale d’indifférence relative et d’attirance intéressée entre les deux parties » (Chauvière et Gaillard, 2020, p. 73), volonté de garder leur autonomie tout en voulant créer des espaces et des réseaux de savoirs communs. Il faut aussi rappeler le moment des années 1980 où la création des formations supérieures du travail social entraîne des débats animés sur le travail social et la recherche. Significativement, c’est à la même époque qu’au sein de la sociologie se mènent des discussions et des expériences autour de la « recherche-action ». Les débats contemporains sont pris dans ce que les Anglo-saxons appellent la « path dependency », la dépendance du chemin, qui contraint les choix et les options du présent issu des choix antérieurs et des contraintes qu’ils ont tracés. Mais le retour – retour du refoulé – n’est pas seulement le retour ou la répétition du même, il porte la marque du présent avec ses enjeux propres.

11Si les formations du social ont lieu, dans leur grande majorité, dans des établissements privés bénéficiant de fonds publics, il existe pourtant des formations dans des instituts universitaires de technologie (IUT) qui préparent, pour un certain nombre, à l’obtention de diplômes d’État (éducation spécialisée, assistant de service social) mais également aux métiers de l’animation sociale et socioculturelle et aux parcours villes et territoires durables. Michel Chauvière et Richard Gaillard ont rappelé la grande circulation, réelle, des acteurs du social entre formation en école privée et diplômes universitaires (Chauvière, Gaillard, op.cit.). Les frontières sont perméables et montrent que l’opposition classique entre ces lieux ne fonctionne pas.

12Pourtant, ce qui semble moins connu à l’heure actuelle est le rôle des IUT dans les formations initiales, même si le nombre d’étudiants sur le plan national est très inférieur à celui des étudiants en école privée.

13Les instituts universitaires de technologie ont été créés en 1966 en réponse à la pression démographique et aux besoins importants en techniciens supérieurs qualifiés. Les formations sont courtes, professionnalisantes, le succès a été immédiat. Il y aurait près de 117 000 étudiants dans les IUT à l’heure actuelle.

14Les formations en Carrières sociales sont apparues au sein des IUT en 1967, bien avant l’idée de « rationaliser » les formations du social en les regroupant dans des instituts régionaux de formation des travailleurs sociaux (IRFTS). L’histoire des formations du social est traversée par des rapports de pouvoir et des enjeux politiques très forts pour savoir si ces formations avaient une place à l’université ou devaient exclusivement appartenir à des écoles privées.

15Au début des années 1970, est apparue une formation en éducation spécialisée dans l’Unité d’enseignement et de recherche (UER) des Techniques de réadaptation à l’Université de Lille III (aujourd’hui IUT de l’université de Lille). Cette formation qui préparait au diplôme d’État a été, à plusieurs reprises, menacée de fermeture lors des années 1970. En effet, M. M Dienesch, femme politique et secrétaire d’État à l’action sociale et à la réadaptation, invitait l’UER, en 1974, à devenir établissement privé, sous peine de ne plus être reconnue par le ministère de la Santé publique et donc de perdre son financement. Les choix portaient donc, comme nous le disions, à préférer l’appartenance des formations du social à des écoles privées.

  • 3 Il existe à l’IUT de Grenoble l’option éducation spécialisée qui prépare également au diplôme d’Éta (...)

16L’option en éducation spécialisée à l’IUT de Lille a pourtant traversé les tempêtes et existe toujours en amenant plus de 70 étudiants par an au diplôme d’État. Son fonctionnement est unique en France3, à partir d’un montage hybride entre l’université et la région (aujourd’hui compétente en matière de formation professionnelle). Son originalité, qui en ferait certainement un espace à généraliser, est l’accompagnement soutenu des étudiants rendu possible par une équipe pluridisciplinaire constituée de formateurs.trices ayant au minimum un Master 2 (au nombre de 7) et des enseignants-chercheurs en poste à l’université. Cet espace de formation présente donc les avantages d’une formation professionnalisante avec un accompagnement appuyé des étudiants dans leur parcours de formation, et les ressources universitaires en termes d’enseignement et de vie étudiante.

L’impact du new management

17Les débats sur la recherche, pour donner une légitimité au travail social comme discipline à part entière, sont indissociables du constat de la pénétration du travail social par les logiques gestionnaires et financières et les impératifs du New Management (Dartiguenave, 2020 ; Chéronnet, 2020 ; Boucher, 2020). Plus encore que ces logiques, ce sont les présupposés qui les fondent qui bousculent les cultures professionnelles du travail social : culture du « résultat », conception de l’individu autonome et responsable, activation des « dépenses passives », critique de l’État social, etc. Face à ces bouleversements et à la remise en question de l’ancrage du travail social dans les politiques républicaines de solidarité et de cohésion sociale, tout se passe comme si le travail social était mis en demeure de renouveler ses énoncés fondateurs, sa légitimité, toujours fragile, de retrouver les conditions de sa propre autonomie comme pratique professionnelle disposant de ses propres règles, techniques et déontologiques, et d’une capacité d’action l’émancipant de toute forme et tentative d’instrumentalisation. Sa quête de reconnaissance comme discipline autonome prend sa source dans cette stratégie de re-légitimation.

18Nous indiquions qu’en développant de la recherche en travail social, un des objectifs est de mettre en valeur les savoirs d’expérience des professionnels. La recherche scientifique donnerait une légitimité au travail social, en lui permettant de révéler les non-dits, les actes socio-éducatifs non visibles car ancrés dans le quotidien des pratiques. Par exemple, dans la préface du livre issu de la conférence de consensus initiée par le CNAM et l’UNAFORIS en 2012, dans laquelle Sabine Fourcade, alors directrice générale de la Cohésion sociale, rappelait la complexité des débats sur la recherche parce que ces derniers « sont également porteurs d’enjeux de positionnement, de reconnaissance et de valorisation d’un secteur professionnel » (Fourcade, Jaeger, 2014, p. XVI).

19La recherche comme ciment entre des professions et des pratiques éclatées jouerait également la fonction de révélateur de pratiques professionnelles méconnues ou disqualifiées. La recherche aurait ainsi cette double fonction, pour le moins vertigineuse, de faire corps et de permettre un rayonnement et une légitimité professionnelle.

20La recherche dans le travail social serait donc une nécessité pour valoriser le travail social, associant sur un même plan ce qui relève des conditions d'enquête (méthodologie, objectifs de la recherche, articulation des savoirs scientifiques et d'action) et les enjeux sur le devenir et la légitimité de l'action sociale, puis des chercheurs et des écoles de formation. Pour cela, la recherche prendrait une forme spécifique, au plus près du terrain en permettant une rencontre entre différents acteurs et en articulant dans un même mouvement savoirs scientifiques et savoirs d'action (Jaeger et Jovelin, 2018). La condition d'un renouvellement et d'une légitimité de l'action sociale semble passer par une science plus proche, plus concrète et opérationnelle.

21Toutefois, cela introduit deux confusions, d'une part celle de croire que la « bonne science » ferait la bonne politique, et d'autre part, de croire que le temps de la recherche serait le même temps que celui de l'action (Alix, 2020, p. 191).

Travail social et sociologie

22Le débat sur la recherche et le travail social est aujourd’hui, d’abord, un débat entre la sociologie et le travail social. Le travail social et la sociologie sont nés dans le même contexte historico-politique à la fin du XIXe siècle. Cette contemporanéité n’est pas uniquement de circonstance, mais provient du fait que sociologie et travail social naissent des mêmes préoccupations de cohésion sociale que porte la République naissante, confrontée aux défis démocratiques de la question sociale entre égalité juridico-politique formelle et inégalités socio-économiques réelles (Boucher, 2020 ; Ion, 2020). Au fond, cette parenté jamais assumée, jusque-là plutôt méconnue, ce dialogue resté obscur, jamais abouti, tout se passe comme si, devant les remises en cause néo-libérales de leur commune existence, ils venaient de nouveau sur le devant de la scène comme pour conjurer les risques de leur oubli. Nous avons montré que ces rapports ambigus sont toujours à l’œuvre, surtout depuis les années 1970 où c’est l’approche sociologique qui a donné une forme de reconnaissance comme objet de recherche légitime au travail social. Tout se passe comme si la sociologie qui a contribué à donner une légitimité au travail social, comme objet de recherche, se voyait aujourd’hui confrontée à une critique externe qui lui reproche de ne pas satisfaire ou suffire à la connaissance de cet objet. Toutefois, les orientations utilitaristes de cette critique, que nous avons abordées précédemment, ne la mettent pas en situation de se présenter comme une alternative à une démarche de connaissance.

La question des méthodes

23Un élément de réflexion primordial porte sur la question des méthodes de recherche. Ce qui semble identifier la recherche sociale de la recherche sociologique académique serait la spécificité de ses méthodes : recherche action, recherche participative, recherche collaborative, soit des dispositifs de recherche qui se font en étroite collaboration entre chercheurs et praticiens, mais aussi en manifestant une volonté d’associer les publics de la recherche au déroulement de celle-ci. La notion de « praticien-chercheur », critiquée par Yves Bonny, incarne cette nouvelle manière de produire de la connaissance (Bonny, 2020). Éric Marlière, quant à lui, critique en prenant appui sur ses expériences de terrain auprès des jeunes de banlieue, ce qu’il considère comme une vision naïvement irénique des rapports du chercheur à son objet de recherche et qui ignore toutes les dimensions de distance sociale et culturelle, voire de méfiance et de résistance, qui existent dans toute relation de recherche (Marlière, 2020). Jean-Yves Dartiguenave plaide plutôt pour la création « d’espaces de transaction » où chercheurs et praticiens pourraient dialoguer chacun à partir de leur identité propre (Dartiguenave, 2020).

24La question des méthodes est donc au cœur de la controverse sur la recherche dans le travail social. Il y a là comme une réminiscence, sous une forme plus acérée et combative, d’une discussion qui a déjà eue lieu, dans les années 1980 autour de la recherche-action. Mais ici, la méthode est revendiquée comme la source d’une nouvelle discipline qui aurait sa propre légitimité aux côtés de la sociologie académique. Après tout, à l’heure où il existe une sociologie de l’individu, la question des savoirs profanes et de leur place dans les démarches de recherche n’est pas sans pertinence. Il s’agit alors d’une question qui porte sur la nature du savoir sociologique et pas seulement un débat de nature uniquement méthodologique. Les raisons d’agir des acteurs sont différentes de celles que mettent en évidence l’analyse sociologique. « Le fait que les conduites aient une régularité, une structure, un pattern, qu’elles soient organisées, et pas aléatoires, n’implique pas qu’elles aient pour principe la structure que l’on peut dégager par une analyse de ces pratiques » (Bourdieu, 2016, p. 988).

Une question politique : la nouvelle politique de recherche

25Finalement, le fil rouge de l’ouvrage serait celui-ci : le travail social est-il une discipline à part entière, et quelles seraient les conditions d’existence de celle-ci ? C’est tout l’intérêt du texte de Jean-Louis Fabiani d’interroger cette notion de discipline. Sans reprendre ici son argumentation, il souligne que l’on serait aujourd’hui passé à un âge post-disciplinaire, où les barrières institutionnelles construites par les disciplines pour asseoir leur légitimité sont subverties par une logique qui installe une sorte de pilotage, ou de domination, de la science par la commande politique. Les autonomies et les identités disciplinaires éclatent au profit d’une transdisciplinarité qui se construit autour des objets de recherche. Sciences de l’éducation – elles existaient déjà – sciences de l’environnement, sciences de la communication, sciences de la santé, etc., construisent un nouvel espace pour la production de connaissances.

26La légitimité du social et des pratiques professionnelles passerait ainsi par des travaux de recherche plus soutenus mais aussi par la constitution du travail social comme discipline, lorsqu’elle n’est pas appréhendée comme une science. Si selon Jean-Louis Fabiani « une discipline n’existe pas en soi : elle apparaît elle-même comme un vaste réseau d’échanges de personnes, de notions et de flux de matière » (Fabiani, 2020, p. 91), ce qui fera dire à l’auteur que « la discipline est une opération de domination avant d’être une structure de production de savoir » (Ibid., p. 92).

27Dans ce nouvel espace, conclut Jean-Louis Fabiani, il y aurait une place pour des sciences du travail social. Sur cette ouverture nous ne concluons pas, mais nous laissons place à la controverse avec de nouveaux arguments. Parmi ceux-ci, la distinction entre savoir et connaissance, la reconnaissance de la pluralité des formes de recherche, la question des méthodes, les rapports du travail social et de la sociologie, et, bien sûr, les questions institutionnelles qui ont cerné les contours et identifié les points sensibles autour desquels s’organisent les discussions. Mais le but des controverses est d’aboutir à des compromis, voire à des solutions, et non d’alimenter des polémiques sans fin au service de rapports de force qui ne se disent pas. Ce serait, toutefois, une illusion de croire que la science est dépourvue de considérations politiques. Toute forme de recherche ne se résume pas à de la recherche de nature scientifique, il existe différents régimes de véridictions.

Savoirs et connaissance

« La vérité n’est, après tout, que l’un des jeux possibles entre le vrai et le faux »
Michel Foucault (2014).

28Savoir et connaître, est-ce la même chose, la même opération ? Les savoirs sont multiples en tant qu’ils sont reliés aux différents types de pratiques, d’activités humaines, d’organisations sociales, d’institutions, etc. Ce sont aussi bien des savoirs pratiques, savoirs de l’action, de l’ouvrier, du technicien, on dit des « savoir-faire », que des savoirs, disons « intellectuels », dont ceux de la science, mais aussi du droit, de la religion, de l’art et de l’esthétique (qui sont aussi des savoirs pratiques) (Latour, 2012) ; savoirs encore qui portent sur les relations humaines : la politique, l’éducation, la médecine au sens de la clinique et du soin, le travail social…

29On connaît la trilogie « savoir, savoir-faire, savoir-être », soit la sphère intellectuelle, celle de la technique, de l’habileté, de la compétence, celle de la dimension relationnelle. Ces différents savoirs se côtoient, s’entrecroisent, se combinent. Savoirs pratiques, savoirs d’action (la praxéologie), savoirs profanes, savoirs intellectuels et, parmi ces derniers, les savoirs de la science, la connaissance, à laquelle on accorde, en tout cas dans notre culture occidentale, judéo-chrétienne, démocratico-républicaine, le privilège de dire la vérité. Bien sûr, avec bien des précautions : Bachelard et la vérité comme rectification permanente de l’erreur (Bachelard, 1983), Popper et la falsification (Popper, 1973), Kühn et les révolutions scientifiques (Kühn, 1983, 1990), Heinsenberg et le principe d’incertitude (Heisenberg, 1932), Feyerabend contre la méthode (Feyerabend, 1988)…

30En face de cette vérité fragile et sans cesse rectifiée s’opposent les savoirs d’action, la praxis, le dialogue agité entre la théorie et la pratique, le privilège de l’action, le prestige de l’homme d’action qui modifie la réalité par rapport au savant et à l’impuissance de la théorie. Mais aussi existent cependant les liens, parfois imprévus, entre les avancées de la connaissance et l’amélioration des techniques, des capacités d’action, de se rendre « comme maître et possesseur de la nature » (Descartes), dont il ne fait aucun doute qu’ils produisent des effets positifs sur la condition humaine, mais aussi les risques et les dangers écologiques qu’ils font peser sur la vie ou les énoncés inquiétants du transhumanisme contemporain (Rey, 2020 ; Moatti, 2020).

  • 4 Michel Foucault précisant : « Nietzsche met au centre, dans la racine de la connaissance, quelque c (...)

31« La connaissance ne peut être qu’une violation des choses à connaître, et non pas une perception, une reconnaissance, une identification de celles-ci » (Foucault, 1994b, p 546). Cette « méchanceté » de la connaissance que Foucault évoque ici en référence à Nietzsche4 interroge notre rapport aux choses ou à la vérité concernant les choses. C’est par ce biais qu’il faut poser la question des savoirs du social, des savoirs sur les choses du social, ces choses « malpropres » (voir plus loin) qui y ont cours : les malheurs de l’existence, l’injustice des rapports sociaux, les inégalités, « l’exclusion »… les mots ne manquent pas pour qualifier, pour dire ces no man’s land du non-dit, ces jachères du langage, cette invisibilité recouverte des discours bavards qui s’appliquent à produire une ignorance tranquille de la vie. « Connaître la vie n’est donné qu’à un savoir cruel, réducteur et déjà infernal qui la désire seulement morte » (Foucault, 1972, p. 175). Tel est l’enjeu. Qu’y a-t-il à connaître, ou à méconnaître, dans le travail social autant dans son acte que dans ses objets ?

32On pourrait faire ici un parallèle entre les discours sur la sexualité et les discours sur le social. La connaissance de la sexualité commence par la connaissance et la mise à jour des perversions. La connaissance du travail social commence par sa critique (le contrôle social des années 1970), par la stigmatisation de ses manques, de ses insuffisances, de ses défauts : l’assistanat, le contrôle, la psychologisation des problèmes sociaux, etc.

33Comment parler du travail social, dire le travail social, transgresser les interdits de savoir et de parole, traverser les discours qui prétendent dire le vrai, cachent et déforment ce qui est en jeu dans son acte, dans ses pratiques, dans l’existence de ses objets et de ses rencontres ?

34Où ? Quand ? Est-il question de ce que font les travailleurs sociaux dans leurs actions, dans leur confrontation avec l’étrange, l’anormal, l’interdit, la fragilité de la condition humaine, la réalité des inégalités sociales qu’il est malvenu de dénoncer, l’injustice qui organise les rapports sociaux ? Quelle est la nature de la vérité dans le travail social ? Ce manque, ce trou obscur, cette absence de langage, c’est l’absence d’œuvre du travail social (Foucault, 1994a). À l’inverse, c’est aussi l’abondance des discours qui le recouvrent et qui suppléent à son absence.

Les discours du social

« Il est malpropre de dire des choses malpropres »
Michel Foucault (2018, p. 90)

35Au fond, tout savoir est une forme de transgression. Jean-Yves Dartiguenave en appelait à « l’indiscipline » (Dartiguenave, 2020). Yves Bonny, quant à lui rappelait à juste titre qu’il existe différentes formes sociales de la recherche, dont la recherche scientifique, voire l’académisme, n’est qu’une forme parmi les autres (Bonny, 2020).

36Dans son histoire, plusieurs disciplines académiques ont constitué des références pour rendre compte et expliquer le travail social : la psychiatrie et la neuro-psychiatrie, la psychanalyse, la psychologie, puis la sociologie notamment depuis les années 1970, les sciences de la gestion aujourd’hui impulsées par le tournant néo-libéral des politiques sociales. Au fond, les travailleurs sociaux ne se sont jamais entièrement reconnus dans ces différentes versions du savoir, où ils ne retrouvaient pas totalement la réalité de leurs expériences et de leur pratique professionnelle. Décalage qui a fait naître une sorte d’illusion sur le fait que ces pratiques seraient marquées d’une sorte d’ineffable, d’une impossibilité à en rendre compte dans des formules relevant d’une montée en généralité.

37En même temps, il faut renoncer au mythe de la pluridisciplinarité censée pouvoir surmonter ces obstacles, comme si la complexité du réel pouvait se résoudre dans une mosaïque de savoirs. La recherche action dans les années 1980, les recherches collaboratives aujourd’hui, qui veulent faire coopérer les chercheurs et les publics objets de la recherche dans la construction des savoirs, constituent aussi une voie privilégiée par beaucoup d’acteurs du social, en écho aux pratiques sociales basées sur l’empowerment et la capacitation des publics, mais elle rencontre aussi ses propres limites et ses impasses (Marlière, 2020).

38Que serait un discours du travail social « à la première personne » ? Préférons cette formule à celle qui en appelle à une science du travail social, l’indiscipline à la discipline, la transgression à la connaissance polie des choses, polies au sens des choses sans aspérités, politiquement correcte, plutôt la parrêsia que l’alêtheia. Peut-on parler poliment des « choses malpropres » ? Telle est la question, celle de la nature des régimes de véridiction dans le travail social. Ici, les partages du vrai et du faux se mêlent à ceux du juste et de l’injuste, les choses qui ont un langage se distinguent de celles qui n’en ont pas, ou qui ont un langage qui n’est pas le leur. Ici, la vérité ne relève pas de procédures scientifiques mais d’abord de considérations éthiques et politiques. Il faut résister à l’épistémologisation du social.

39Un régime de véridiction c’est toujours une façon de parler. En religion, en politique, en art, dans la technique, dans le droit, dans la science, on ne parle pas de la même façon, on ne parle pas des choses et du monde de la même façon, on ne parle pas aux autres de la même façon. Et on ne parle pas non plus de soi de la même façon, la subjectivité en jeu, l’énonciation ne sont pas les mêmes et ces différentes façons ne se réduisent pas à des différences de code. Il faut ajouter que dans ces différentes conjonctures existentielles, institutionnelles, on ne croit pas de la même façon.

40Bruno Latour nomme « mode d’existence » ces différentes configurations (Latour, 2012). Il faut donc se mettre en quête du mode d’existence du travail social et des régimes de véridiction qui sont les siens en quittant les discours hétéronomes qui tentent de le gouverner.

Une académie du social ?

  • 5 Paradoxa stoicorum, III, §20.

« Si loin que vous alliez au-delà de la barrière, vous n’ajouterez rien au tort de l’avoir franchie » Cicéron5.

  • 6 Sauf indication contraire, les citations de cette dernière partie se réfèrent au document d’introdu (...)

41Pour problématiser, construire, confronter cet « ensemble roturier »6 qu’est le travail social, lequel, en effet, ne présente « ni doctrine, ni académie, ni théorie, ni méthode », ou qui en a plusieurs, voire trop, il est proposé de mettre en œuvre quelque chose comme une académie du social. Quelque chose qui serait « comme une matrice qui génère des questions fondamentales auxquelles la recherche scientifique doit répondre, à sa façon, selon ses canons ».

42Pour un certain nombre de raisons qui ont été évoquées ci-dessus, nous ne pensons pas que la connaissance du social, les objets du social relèvent des procédures et des « canons » de la « science normale » (Kühn, 1990). C’est pourquoi, si l’on retient l’hypothèse d’une académie du social, il faut la concevoir comme une révolution scientifique au sens de Kühn ou comme une révolution symbolique au sens de Bourdieu (1992, 2013).

43Qu’est-ce que cela signifie et implique ? Qu’il faut changer le regard, qu’il faut réviser « les canons », qu’il faut inventer de nouveaux concepts, de nouvelles méthodes. C’est peut-être une révolution minuscule au regard des références que nous avons citées. Même s’il a son propre mode d’existence, au sens de B. Latour, le travail social n’est certes pas comparable au champ littéraire ou à celui de l’art pictural. La question n’est pas de savoir comment les sciences sociales devraient s’organiser pour se saisir de cet objet rétif et « chevelu », selon Latour, à la différence des objets « lisses » dont les contours sont connus, fixés, identifiés (Latour, 1999). Ses objets sont comme l’envers du social, la nuit, le dehors, l’étrange, le sans nom et le sans langage. Des notions comme celle d’exclusion tentent de donner un nom, un de plus, à ce qui n’en a pas.

44On pense ici aux travaux de Bronislaw Geremek qui montre comment les images de la pauvreté et de son traitement social et politique fluctuent selon l’alternance des périodes économiques d’abondance et celles de stagnation et leur influence sur les besoins de main-d’œuvre (Geremek, 1987). Moins connu, le livre de Philippe Sassier prolonge le geste de Geremek au-delà des périodes historiques que ce dernier avait explorées. « Les réflexions sur la pauvreté reflètent non pas tant la condition réelle des pauvres que les aspects de la vie considérés par chaque époque comme son malheur » conclut-il (Sassier, 1990, p. 379).

45Trois remarques pour poser les jalons qui permettraient de tracer une route pour un nouveau regard.

46D’abord, la connaissance du travail social passe par celle de ses objets. Ils sont indissociables. C’est aussi la diversité de ces objets qui est une de ses caractéristiques principales à prendre en compte.

  • 7 Voir aussi la critique d’Alain Caillé (2018) « Qu’est-ce qui ne va pas avec le don chez Bourdieu ; (...)

47Ensuite, on ne peut pas aborder ce domaine sans rompre avec les logiques de l’intérêt et l’économisme qui dominent la conception des rapports sociaux. Il y a dans les relations sociales autre chose que les logiques de puissance et de domination. Il ne s’agit pas de les nier mais de reconnaître autre chose dans la vie sociale que les aspirations à la richesse et au pouvoir. « Comprendre autrement les Français » titrait P. Rosanvallon pour mettre en évidence cet angle mort dans la politique incapable de saisir ce qui est ailleurs que dans la compétition, la recherche du profit ou les besoins matériels nécessairement à satisfaire (Rosanvallon, 2021). Il rejoint ici les travaux contemporains de l’École de Francfort sur les logiques de reconnaissance (Honneth, 2000, 2006). Dans la même veine, on peut citer l’ouvrage de Nancy Fraser sur la justice sociale entre redistribution et reconnaissance (Fraser, 2005), ou encore le dialogue entre Robert Castel et Claudine Haroche sur la genèse de l’individu moderne (Castel et Haroche, 2001). Chez Bourdieu aussi, dans son cours sur l’anthropologie économique on trouve une critique de l’homo œconomicus au nom de la dimension symbolique qui se cache au sein des rapports d’échange7 (Bourdieu, 2017).

48C’est dans ce registre de recherches que s’inscrit le travail social comme une économie des relations sociales, des conditions subjectives, des politiques qui les produisent et surtout de leurs ratages. C’est pourquoi la composante éthique du travail social est aussi importante que sa logique politique. Il ne s’agit pas seulement de dire le vrai mais aussi de dire le juste.

49Enfin, il y a une expression que nous sommes plusieurs à utiliser mais qui reste finalement peu explorée et presque vide de réel contenu : c’est la clinique sociale. Le regard du travail social sur ses objets est un regard clinique, mais un regard qui est aussi enchâssé dans les rapports sociaux. Ce regard et les pratiques qu’il engendre n’ont pas vraiment trouvé leur langage. On le disait plus haut, ce que font les travailleurs sociaux, ce qu’ils engagent dans leurs rencontres et leurs relations avec leurs divers publics reste un continent de faits et de pratiques largement méconnus. Quand des travailleurs sociaux prennent la parole sur ce monde de silence, celle-ci prend essentiellement la forme du récit. Récits qui sont, peut-être, la modalité du dire vrai dans le travail social.

50Il y a donc matière, sur ces prémisses de construire quelque chose comme une académie du social. Mais peut-être faut-il ramener le débat sur des considérations plus triviales. On ne revient pas sur certaines réserves qu’entraîne le mot même d’académie. On peut retenir, cependant, le sens qu’il avait dans la Grèce antique : un lieu où des philosophes discutaient en marchant.

51D’abord, il faut rappeler qu’il existe dans le passé du travail social, un certain nombre d’initiatives qui ont esquissé l’existence d’un tel lieu. On pense aux années 1980, à la création de la MIRE qui avait pour mission de développer des recherches dans le domaine des politiques sociales, à l’annuaire du social à l’initiative de Michel Chauvière, à la création de l’option recherche dans le DSTS, aux débats de ces années autour de la recherche action… Mis à part ce dernier point, qui fait un retour remarquable dans le contexte actuel avec les recherches collaboratives, ces initiatives étaient surtout des outils, intellectuels et institutionnels dont le destin n’a sans doute pas tenu les promesses qu’elles portaient.

52Plus significative était l’expérience mise en œuvre par Bernard Pellegrini dans le cadre de l’AFSEA, le groupe ECARTS (Espace de connexion des acteurs de la recherche pour le travail social). Pendant plusieurs années, cette initiative a mobilisé beaucoup d’acteurs du travail social et de la recherche. Elle avait sa revue (les cahiers d’ECARTS), elle était soutenue par la MIRE.. C’était réellement un lieu d’échanges et de construction de sens pour le travail social. On souligne le « pour » le travail social : pas de faux débat sur le « sur », le « en », le « dans ». Cette expérience n’a pas perduré. Son existence était fragile, quasi clandestine, marginale, comme le travail social.

53Ce dernier exemple doit retenir l’attention. Il porte toutes les caractéristiques d’une académie au sens de l’antique. Un lieu, une organisation, une revue de référence.

54L’histoire ne se répète jamais, sauf comme une farce disait Marx, mais elle peut nous instruire et nous inspirer.

Conclusion

55L’hypothèse d’une académie du social mobilise deux niveaux de discussion : un premier sur les objets, les méthodes et les problématiques, un second sur sa conception et sa construction politique, institutionnelle et organisationnelle. En fait, le second niveau est prioritaire dans une approche pragmatique car la mise en œuvre du premier suppose son existence déjà établie.

56Pour conclure sur cette double approche esquissée dans cette note, on peut poser trois repères.

57D’abord, la connaissance du travail social, les savoirs du social, sont indissociables de la connaissance et ses savoirs sur ses objets. On pourrait faire l’analogie avec les savoirs sur la sexualité, sur l’échec scolaire, sur la prise en charge de la vieillesse et les scandales qui s’y révèlent. Ces trois domaines ne s’expliquent pas par la mauvaise foi ou l’incompétence des acteurs. Ce sont des effets du système ou du champ. « La sociologie conduit à expliciter des effets, mais elle ne dit jamais que ces effets ont été posés comme des fins par les agents qui les ont produits. Les effets sociaux les plus puissants sont souvent ceux dont personne n’a été consciemment le sujet… » (Bourdieu, 2022, p. 30).

58C’est pourquoi, en second lieu, il faut d’abord interroger le « mode d’existence » du travail social et les régimes de véridiction qui y ont cours. C’est dans un second temps que peut se poser la question de savoir comment une connaissance peut se construire à partir de cette reconnaissance préalable.

59Enfin, on a souligné que les fondements des débats sur les rapports du travail social et de la science, sont liés à des enjeux de légitimation, à une logique de reconnaissance. En deçà de la science il y a la politique. En deçà de la politique il y a une dimension éthique et qui est incontournable dans le travail social. C’est pourquoi Antigone est sans doute la première figure du travailleur social en Occident (Autès, 1987).

Haut de page

Bibliographie

Alix J.-S., Autès M. et Marlière É., 2020, Le travail social en quête de légitimité, Rennes, EHESP.

Alix J.-S.2020, « La recherche pluridisciplinaire et collaborative dans le travail social : une utilité immédiate au détriment d’une approche critique », dans Alix J.-S., Autès M. et Marlière É., Le travail social en quête de légitimité, Rennes, EHESP, p. 177-194.

Autès M., 1987, « La déontologie ou l’éthique perdue du travail social », Les cahiers de la recherche sur le travail social, Université de Caen, n°12, p. 11-27.

Bachelard G., 1983, La formation de l’esprit scientifique, Paris, éd. Vrin.

Bailleau F., Lefaucheur N. et Peyre V., 1985, Lectures sociologiques du travail social, Paris, Éditions ouvrières et le CRIV.

Bonny Y., 2020, « Les formes sociales de la recherche. Recherche académique classique et recherche praxéologique dans le champ de l’intervention sociale », dans Alix J.-S., Autès M. et Marlière É., Le travail social en quête de légitimité, Rennes, EHESP, p. 33-49.

Boucher M., 2020, « Sciences et pratiques de l’intervention sociale : les enjeux de la recherche sur et dans le travail social », dans Alix J.-S., Autès M. et Marlière É., Le travail social en quête de légitimité, Rennes, EHESP, p. 113-130.

Bourdieu P., 1992, Les règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, éd. du Seuil.

Bourdieu P., 2013, Manet, une révolution symbolique, cours au Collège de France, 1998-1999, 1999-2000, Paris, éd. du Seuil.

Bourdieu P., 2016, Sociologie générale, Cours au Collège de France 1983-1986, vol. 2, Paris, éd. du Seuil.

Bourdieu P., 2017, Anthropologie économique, cours au Collège de France1992-1993, Paris, éd. du Seuil.

Bourdieu P., 2022, L’intérêt au désintéressement, Cours au Collège de France 1987-1989, Paris, éd. du Seuil.

Caillé A., 2018), « Qu’est-ce qui ne va pas avec le don chez Bourdieu ; Le don n’est pas un acte économique mais une opération politique », Paris, éd. La Découverte, Revue du MAUSS, vol. 2, n° 52, p. 74-88.

Castel R., 1995, Les métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Paris, éd. Fayard.

Castel R. et Haroche C., 2001, Propriété privée, propriété sociale, propriété de soi. Entretien sur la construction de l’individu moderne, Paris, éd. Fayard.

Chauvière M. et Gaillard R., 2020, « Formations au travail social et universités. Sociologie d’une asymétrie historique devenue complicité adverse », dans Alix J.-S., Autès M. et Marlière É., Le travail social en quête de légitimité, Rennes, EHESP, p. 73-111.

Chéronnet H., 2020, « Les évolutions du travail social dans une société biographique. Enjeux épistémologiques versus place du sujet », dans Alix J.-S., Autès M. et Marlière É., Le travail social en quête de légitimité, Rennes, EHESP, p. 51-68.

Dartiguenave J.-Y., 2020, « Travail social : pour une recomposition des savoirs dans Alix J.-S., Autès M. et Marlière É., Le travail social en quête de légitimité, Rennes, EHESP, p.°19-32.

Fabiani J.-L., 2020, « Le travail social dans le découpage disciplinaire : l’apport possible d’une sociologie des disciplines », dans Alix J.-S., Autès M. et Marlière É., Le travail social en quête de légitimité, Rennes, EHESP, p. 153.161.

Feyerabend P., 1988, Contre la méthode. Esquisse d'une théorie anarchiste de la connaissance, Paris, éd. du Seuil.

Foucault M., 1972, Naissance de la clinique, Paris, éd. P.U.F.

Foucault M., 1994a, « La folie, l’absence d’œuvre », dans Dits et écrits, Tome 1, Paris, Gallimard, p. 412-420.

Foucault M., 1994b, « La vérité et les formes juridiques », dans Dits et écrits, Tome 2, Paris, éd. Gallimard, p. 538-646.

Foucault M., 2014, Subjectivité et vérité, cours au Collège de France 1981, Paris, EHESS, éd. Gallimard, Seuil.

Foucault M., 2018, La sexualité suivi de Le discours sur la sexualité, cours à Clermont-Ferrand et à Vincennes (1964 et 1969), Paris, EHESS, éd. Gallimard, Seuil.

Fourcade S., 2014, Préface, dans Jaeger M. (dir.), Conférences du consensus. Le travail social et la recherche, Paris, éd. Dunod.

Fraser N., 2005, Qu’est-ce que la justice sociale ? Reconnaissance et redistribution, Paris, éd. La Découverte.

Heisenberg W., 1989 [1932], Les principes physiques de la théorie des quanta, Gauthier-Villars. Rééd. Jacques Gabay.

Geremek B., 1987, La potence ou la pitié. L’Europe des pauvres du Moyen-Âge à nos jours, trad.fr., Paris éd. Gallimard.

Ion J., 2020, « Libres propos d’un vieux chercheur ayant bourlingué dans les eaux du travail social », dans Alix J.-S., Autès M. et Marlière É., Le travail social en quête de légitimité, Rennes, EHESP, p. 141-148.

Jaeger M. et Jovelin E. (dir.), 2018, Les enjeux de la recherche en travail social, Paris, éd. L’Harmattan.

Honneth A., 2000, La lutte pour la reconnaissance, Paris, éd. Gallimard, folio essais.

Honneth A., 2006, La société du mépris. Vers une nouvelle théorie critique, Paris, éd. La Découverte.

Kühn T. S. 1983, La tension essentielle. Tradition et changement dans les sciences, trad. fr., Paris, éd. Gallimard.

Kühn T. S., 1990, La structure des révolutions scientifiques, trad. fr., Paris, éd. Flammarion.

Laville J.-L. et. Salmon A., 2022, Pour un travail social indiscipliné. Participation des citoyens et révolution des savoirs, Toulouse, éd. Érès.

Latour B., 1999), Politiques de la nature. Comment faire entrer les sciences en démocratie, Paris, éd. La Découverte.

Latour B., 2012, Enquête sur les modes d’existence, Paris, éd. La Découverte.

Marlière É., 2020, « La méthode “collaborativeˮ ou “participative à l’épreuve des terrains sensiblesˮ, dans Alix J.-S., Autès M. et Marlière É., Le travail social en quête de légitimité,, Rennes, EHESP, p. 131-140.

Moatti A., 2020, Aux origines du transhumanisme. France 1930-1980, Paris, éd. Odile Jacob.

Piveteau D., 2022, Experts, acteurs, ensemble…pour une société qui change, rapport remis le 15 février 2022, Paris, ministère de la Santé.

Popper K., 1973 [1959], La logique de la découverte scientifique, Paris, éd. Payot.

Rey O., 2020, Leurre et malheur du transhumanisme, Paris, éd. Desclée de Brouwer.

Rosanvallon P., 2021, Les épreuves de la vie. Comprendre autrement les français, Paris, éd. du Seuil.

Sassier P., 1990), Du bon usage des pauvres. Histoire d’un thème politique XVI°-XX° siècles, Paris, éd. Fayard.

Haut de page

Notes

1 Brigitte Bourguignon est ministre de la Santé et de la Prévention. Rapport remis en juillet 2015.

2 Voir [https://sites.google.com/view/manifeste-shs-ts].

3 Il existe à l’IUT de Grenoble l’option éducation spécialisée qui prépare également au diplôme d’État, mais il n’y a pas de formateur.trice dans la formation.

4 Michel Foucault précisant : « Nietzsche met au centre, dans la racine de la connaissance, quelque chose comme la haine, la lutte, la relation de pouvoir », (Foucault, 1994b, p.°549).

5 Paradoxa stoicorum, III, §20.

6 Sauf indication contraire, les citations de cette dernière partie se réfèrent au document d’introduction au séminaire du 4 février 2022.

7 Voir aussi la critique d’Alain Caillé (2018) « Qu’est-ce qui ne va pas avec le don chez Bourdieu ; Le don n’est pas un acte économique mais une opération politique », Paris, La Découverte, Revue du MAUSS, vol. 2, n° 52, p. 74-88.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Sébastien Alix et Michel Autès, « Le travail social : l’absence d’œuvre  »Sciences et actions sociales [En ligne], 19 | 2023, mis en ligne le 24 mars 2023, consulté le 30 mai 2023. URL : http://journals.openedition.org/sas/3079

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo ACOFIS
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search