Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19DossierLe rétablissement à l’épreuve des...

Dossier

Le rétablissement à l’épreuve des situations : ethnographie d’Un Chez Soi d’Abord

Antonyne Breuil

Résumés

Adaptés du mouvement ‘Housing First’ depuis les États-Unis il y a une dizaine d’années, les dispositifs Un Chez Soi d’Abord (UCSA) se multiplient dans les métropoles de France, accompagnant ainsi de plus en plus de personnes vulnérables vers un logement autonome et un mieux-être social, sanitaire, environnemental. Basé sur le concept-clé de rétablissement mais aussi sur des principes d’action tels que la non-coercition ou l’aller-vers, UCSA est désormais un nouvel acteur ancré de la réinsertion sociale. Cet article se propose d’entrer dans la réalité d’un de ces dispositifs UCSA, pour essayer de démêler les complexités rencontrées, mettre en lumière les philosophies de l’action proposée, les questionnements relatifs à une éthique pragmatique soulevés par les acteurs de terrain. Il s’agit ainsi de faire ressortir de cette réalité, une certaine distance avec les principes développés dans les politiques publiques appliquées.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Si le concept de « recovery » est apparu aux États-Unis dans les années 1970 comme le fruit de revendications militantes, développé par des associations de malades se définissant comme des « survivants de la psychiatrie », il reste en France un concept fortement utilisé par les professionnels du champ médico-social et des politiques sociales et sanitaires. En très peu de temps, ce terme traduit par « rétablissement » est devenu un label officiel de l’action publique régénérant les modes et principes d’action des intervenants situés au carrefour du soin, de l’aide et de la réhabilitation sociale. Le concept de rétablissement a fini par s’imposer et par être mobilisé par de multiples acteurs de terrain au même titre que d’autres (l’aller vers, l’empowerment, l’autonomie, etc.) employés parfois simultanément. L’objectif ultime de l’expérience de rétablissement n’est ici pas défini comme le fait de nécessairement retrouver la santé en termes de rémission de symptômes. Il suppose plutôt « un processus de redéfinition de soi, de telle sorte que l’on n’est plus centré sur la maladie, ou déterminé par elle » . L’enjeu s’oriente plutôt sur la prise de conscience de la maladie et ainsi « une forme de prise de distance à son égard, au profit d’une focalisation sur des objectifs personnels et le souci de son propre devenir ».

  • 1 Projet initié à New York dans les années 1990.

2Ce concept a surtout fait florès dans les cultures professionnelles avec l’arrivée des politiques du « Logement d’Abord » qui se sont développées depuis les années 1990 à partir des lois de lutte contre les exclusions, et plus récemment avec la Loi DALO (Droit au logement opposable) en 2007, qui sont venues repolitiser la « question SDF » . Progressivement, le logement est devenu une condition nécessaire, voire indispensable à la réinsertion des personnes sans domicile fixe ou souffrant d’addiction et/ou de troubles mentaux. À partir des années 2010, des programmes directement inspirés du mouvement Housing first1 ont été expérimentés en France renouvelant l’arrière-plan théorique de l’action publique face à l’augmentation des personnes sans-abri. C’est le cas du dispositif Un Chez Soi d’Abord (UCSA), à partir de 2011 (Rhenter, 2013 ; Laval, 2018). En effet, après une première phase d’expérimentation sur quatre métropoles de 2011 à 2016, et des résultats concluants, l’État a souhaité développer le dispositif dans d’autres villes de France en faisant de ce dispositif un précurseur du plan quinquennal du Logement d’Abord 2018-2022.

3Le dispositif UCSA propose un accès direct à un logement pour des personnes atteintes de pathologies psychiatriques (schizophrénie et trouble bipolaire majoritairement) qui sont sans domicile fixe. Il est construit sur deux cœurs de métiers : l’accompagnement médico-social et la Gestion Locative Adaptée (GLA), visant ainsi le « rétablissement » des personnes aux moyens d’un accès aux soins, d’un accompagnement vers l’inclusion sociale et citoyenne, et vers l’investissement du logement par la personne. L’originalité du dispositif, par rapport à l’offre habituelle, réside dans le fait de ne pas conditionner l’accès à un logement ordinaire à la réussite d’un certain nombre d’étapes de réinsertion préalables ou à l’arrêt des consommations psychoactives ou à la prise d’un traitement relatif aux troubles psychiatriques. Une étude randomisée indépendante réalisée en 2016 rapportait une efficacité du dispositif à moindres coût. Le coût était en effet estimé entre 14 000 et 15 000 € par an et par personne, ce qui serait bien inférieur à la prise en charge habituelle. Il avait notamment été montré que 85% des personnes étaient toujours logées et accompagnées par l’équipe depuis le lancement du dispositif, que les recours aux soins psychiatriques et aux structures dédiées aux personnes sans-abri avaient significativement diminué pour ces personnes (diminution de 50% des durées d’hospitalisations pour les personnes suivies par le dispositif par rapport à un groupe témoin).

4Les politiques publiques ainsi que les porteurs d’Un Chez Soi d’Abord, de par la promotion de ce dispositif, font ressortir des enjeux sociaux et économiques importants. Partir de l’individu que l’on estime « capacitaire » pour aller vers son propre rétablissement, l’accompagner dans son parcours de soin et dans son parcours locatif est le nouveau paradigme de l’intervention médico-sociale (Chambon et al., 2020), lequel insiste sur une approche positive de la santé mentale en renforçant les compétences personnelles et l’estime de soi. Grosso modo, l’idée est de proposer à ces personnes un logement adapté et inclus dans la société, de leur présenter un étayage médico-social assez soutenu et adapté à leurs choix pour les accompagner dans ce logement, et si possible vers l’accès aux soins et vers le rétablissement.

5Mais si l’on se penche sur la question du travail concrètement réalisé par les acteurs de terrain quel usage font-ils de ce nouveau vocabulaire de l’action sociale et sanitaire ? Que se passe-t-il concrètement pour les équipes d’Un Chez Soi d’Abord en situation d’aide et d’accompagnement de personnes précarisées, sujettes à des « troubles psychiatriques sévères » vers le logement, puis vers les droits à la santé, à la réhabilitation sociale ? Quelles conceptions philosophiques sont privilégiées et président aux pratiques d’intervention ?

  • 2 Nous utiliserons dans cet article, le terme générique de « bénéficiaire », majoritairement mobilisé (...)
  • 3 Cette métaphore du monde « contient des gens, toutes sortes de gens, qui sont en train de faire que (...)

6Cette équipe Un Chez Soi d’Abord se maintient en équilibre entre un nouveau positionnement militant dont ils sont porteurs et qu’ils revendiquent au quotidien, et leur rôle de « médiateur » dans un système plus large qui les subventionne et qui a permis leur implantation. Un système social, sanitaire, économique et politique marqué de règles, de conventions, qui poussent parfois les acteurs à agir par habitude, comme cela se fait par exemple au sein de l’institution hospitalière, selon des bonnes pratiques et des normes professionnelles, etc. Il faut alors, même en souhaitant partir de la personne et de ses envies, gérer du tout au tout, jouer ce rôle de médiateur avec les différentes institutions que les bénéficiaires2 côtoient, en jonglant avec les conventions du travail médico-social bien établies, et ce « monde3 » qu’ils revendiquent et s’essaient à développer localement.

7L’objectif de cet article est d’apporter un éclairage sur des pratiques complexes déployées dans un UCSA situé au carrefour d’interventions médico-sociales et sanitaires, au moyen d’analyses ethnographiques des questions qui se jouent dans ce quotidien. Il s’agit de se plonger dans le quotidien des acteurs d’Un Chez Soi d’Abord et ainsi de rendre visible les grands principes de l’intervention depuis le regard de ces acteurs de terrain. Au-delà des concepts décrits plus haut, qui peuvent parfois lisser la réalité de cette intervention médico-sociale, quelles difficultés rencontrent-ils dans leur quotidien, rythmé par des accompagnements souvent éprouvants ? Comment perçoivent-ils et définissent-ils les situations auxquelles ils sont confrontés empiriquement ? Quel regard portent-ils finalement sur leur rôle, sur la nature de leur travail, sur les conditions de leurs actions ?

Méthodologie de l’enquête

8Cet article fait suite à un an et demi d’enquête sur le terrain de l’intervention sociale d’une métropole autour du sans-abrisme, entre les mois d’octobre 2020 et mai 2022. J’ai d’abord souhaité m’intéresser aux intervenants de l’aide médico-sociale spécifique aux sans-abris avec qui j’ai pu réaliser des entretiens semi-directifs, ainsi que des observations participantes dans le cadre de leur exercice. Cela m’a permis de définir un contexte local de cette intervention sociale spécifique. Je me suis ensuite tournée vers le dispositif Un Chez Soi d’Abord (UCSA) où j’ai pu réaliser une immersion de cinq mois. J’ai alors décidé de me focaliser sur ce dispositif précisément pour comprendre ses enjeux, les cadres théoriques qui définissent sa pratique, les positionnements de ses acteurs, etc.

9Ce GCSMS (Groupement de Coopération Sociale ou Médico-Sociale) a été créé il y a un peu plus de deux ans. Il est porté par quatre structures piliers : un Centre Hospitalier Universitaire, une association d’hébergement social, un centre d’addictologie, ainsi qu’une association d’actions et de recherches sociales. L’équipe est constituée d’un directeur et de onze salariés : un coordinateur, une assistante de service social, un conseiller en économie sociale et familiale et un éducateur technique (tous deux en charge de la Gestion Locative Adaptée), deux infirmiers, deux médiateurs pairs, un animateur en réduction des risques, et enfin une psychiatre et une médecin généraliste toutes deux à temps partiel. Leurs bureaux sont situés au cœur de la ville, dans un ancien appartement réaménagé, offrant une vue sur les toits. Le lieu est ainsi assez atypique : on y trouve une pièce de réunion dans le salon où leur planning de la semaine est actualisé chaque lundi dans un tableau, sur toute la largeur du mur, une salle de bain utilisée pour stocker les trottinettes qui servent pour les visites à domicile, ainsi que trois autres bureaux où les livres et documents de la bibliothèque côtoient produits d’entretien ménager et mallettes à outils.

10Mon double statut d’infirmière et de chercheuse en sciences sociales m’a permis de m’intégrer assez facilement au sein de l’équipe ainsi qu’auprès des bénéficiaires qui m’assimilaient à un membre à part entière de l’équipe. Une méthode inductive auprès de ces intervenants a d’autant plus facilité un contact, une relation immédiate avec les acteurs. L’observation participante permet de vivre de nombreux moments auprès d’eux et auprès des bénéficiaires : visites à domicile –VAD -, accompagnements aux rendez-vous, journées d’accueil ou encore activités organisées, etc., mais aussi lors de temps interstitiels (trajets en voiture, échanges avec les membres de l’équipe à la pause d’une réunion) qui sont d’une grande richesse pour comprendre ce qui se joue pour les acteurs et le sens qu’ils attribuent à leurs actions.

11J’ai par ailleurs réalisé des entretiens semi-directifs avec les membres de l’équipe au cours desquels les acteurs ont évoqué à de nombreuses reprises « le cas par cas » de leur travail. Pour eux se dégage une difficulté à généraliser leur pratique puisque chaque accompagnement est, à leurs yeux, unique et nécessite d’être appréhendé dans sa complexité, son contexte organisationnel, etc. J’ai pu observer de nombreuses situations apparaissant comme « complexes » pour l’équipe et j’ai choisi quatre vignettes ethnographiques qui me paraissaient typiques du quotidien des acteurs d’UCSA, de par leur caractère incongru, redondant (même si chaque cas reste unique) et venant requestionner la pratique. Leur ordre défini dans l’article s’appuie sur l’idée de parcourir quatre genres de situations d’accompagnement auxquelles les acteurs peuvent être confrontés, en partant des difficultés du « Logement d’Abord », en évoquant par la suite les rapports sociaux aux concepts et aux cadres théoriques de l’accompagnement, pour finir sur une situation qui éclaire sur la posture des intervenants.

12Cette ethnographie n’a rien d’exhaustif. Il ne s’agit pas d’affirmer que leur travail se résume à ces quatre types de situations d’intervention sociale mais plutôt de venir, à travers une approche interactionniste, illustrer les arrangements, les négociations, les conflits et autres enjeux qui se jouent au quotidien dans la relation avec le locataire, avec les partenaires ou au sein même de l’équipe, au cours des réunions, des séances d’Analyse de la Pratique Professionnelle (APP), etc. Nos échanges sont ainsi venus enrichir mes observations et mes analyses afin de comprendre ce qui se joue réellement sur le terrain. Dans un souci de respecter l’anonymat des personnes et aussi pour ne pas pointer un dispositif Un Chez Soi d’Abord parmi les autres, l’ensemble de l’étude a été anonymisée. Tous les prénoms sont fictifs et les lieux restent semblables à toute autre ville.

D’abord, le logement – décortiquer les complexités

13Ce matin, nous partons à pied avec Laurent (infirmier récemment arrivé au sein d’UCSA, ayant une longue expérience en tant qu’infirmier en service psychiatrique) et Alain (médiateur-pair, spécialisé sur les problématiques de vie à la rue, présent depuis la création du dispositif), pour nous rendre au logement de Marc dans le cadre d’une visite à domicile hebdomadaire. Marc est un homme d’une trentaine d’années. Il est entré sur le dispositif il y a un peu plus d’un an et demi par l’intermédiaire d’un dispositif d’hébergement. Il a été diagnostiqué schizophrène et il est pris en charge par le secteur psychiatrique et le Centre Médico-Psychologique (CMP) où il se rend tous les quinze jours pour recevoir son injection-retard de neuroleptique. Sous le coup d’une obligation de soin, il est suivi par le Service Pénitentiaire d’insertion et de Probation (SPIP). Marc fait ainsi partie des quarante-cinq locataires du dispositif Un Chez Soi d’Abord, pour lesquels s’entrecroisent des questions de grande précarité, d’addictions, et de maladies psychiatriques.

14Sur le chemin, Laurent nous dit en rigolant : « J’espère qu’il n’y aura pas quinze gamins comme l’autre fois ». Nous arrivons sur place. L’appartement se situe sur une petite place pavée, dans un quartier résidentiel. Son logement est au rez-de-chaussée d’un petit immeuble et donne directement sur la rue. Nous cherchons à joindre Marc pour qu’il vienne nous ouvrir car nous n’avons plus le badge d’entrée. Mais un jeune garçon d’une quinzaine d’années, assis dans le hall de l’immeuble, nous ouvre. Nous l’en remercions et avançons jusqu’à la porte d’entrée de Marc. Plusieurs autres jeunes gens sortent de ce hall assez étroit. Une odeur de cannabis s’en dégage. Nous frappons plusieurs fois à la porte sans avoir de réponse. Nous entendons pourtant clairement du bruit de l’autre côté de la porte, un brouhaha général, des cris. Un autre jeune finit par venir nous ouvrir la porte et en profite pour sortir. Nous découvrons Marc couché, prostré dans son lit. C’est un homme noir, plutôt grand. Il semble avoir le visage tuméfié au niveau des yeux, et je crois apercevoir du sang sur son visage. Deux autres personnes plus âgées sont encore présentes dans l’appartement. Alain et Laurent identifient ces deux hommes qui sont des amis de Marc, avec qui il reste souvent. Alain se présente et leur demande de bien vouloir nous laisser un moment seuls avec Marc, ce qu’ils acceptent. L’un d’eux lance : « Tu leur dis ce qui se passe maintenant Marc, tu leur raconte les galères avec les gamins ». Marc reste prostré dans son lit avec manteau et chaussures, le visage très fermé. Son appartement est à peu près en ordre, malgré beaucoup d’affaires par terre. Des joints roulés s’accumulent sur la table installée contre le mur donnant sur la rue. Il se lève pour avaler un fond de soda et revient s’asseoir dans le lit. « C’est qui ces gosses Marc ? Ils squattent c’est ça ? » lui demande Alain. Il acquiesce. On apprend alors que depuis plus d’une semaine, Marc ne possède plus les clés de son appartement. Il subit le squat de jeunes qui semblent profiter de ce logement pour consommer et vendre de la drogue à l’abri des regards. Marc se livre finalement. « J’ai plus mes clés, il me les a pris ». Ce n’est pas la première fois que cela arrive, Marc avait déjà dû déménager une fois pour les mêmes raisons. « Ouais mais Marc nous on est là pour t’aider, mais comment ? On change le cylindre ok, mais si tu leur redonnes les clés ça ne servira à rien ». Après avoir appelé Éric (en charge de la Gestion Locative Adaptée et des travaux dans les appartements chez UCSA), Alain lui confirme : « Dans un premier temps, on peut venir demain matin pour te changer la serrure, et on regarde pour t’exfiltrer assez rapidement ? ». Marc semble souffrir de cette situation qu’il ne maîtrise plus et demande à l’équipe de le sortir de là. Il dit pouvoir se débrouiller jusqu’au lendemain. Nous repartons de chez lui. Le jeune, que j’identifie alors comme un guetteur, est toujours bien installé à l’entrée et nous ouvre la porte.

  • 4 Retour à la rue qui serait synonyme d’échec, de retour à la case départ , de retour au triptyque «  (...)

15C’est une histoire que UCSA connaît bien. Une histoire d’éternel recommencement, pour certaines situations complexes où la personne ne parvient pas à surmonter les épreuves – comme celle d’habiter un logement, de droit, et à adapter en conséquence son espace relationnel. La « carrière morale » de Marc au sens où l’entend Goffman est au point mort. L’intégration au dispositif d’accompagnement et l’installation dans un logement ne lui suffisent pas (encore) pour faire évoluer son « moi » et modifier sa façon de concevoir sa propre personne. Pour lui, comme pour d’autres bénéficiaires, la vie dans le logement « ne va pas de soi » . C’est un processus d’apprentissage qui prend du temps et peut parfois laisser aux intervenants un sentiment d’impuissance ou d’échec quand la frontière entre le logement privé et l’univers de la rue n’existe plus et fait craindre un retour à la rue de la personne4. Cet échec, théorisé sous le « principe de réversibilité », ou encore la « méthode de l’essai/erreur » fait ainsi partie de l’accompagnement. C’est une sorte de va-et-vient où l’apprentissage passe par des moments où « ça foire », où des appartements sont totalement détruits. Mais « un jour ça finit par passer » parce qu’un jour la personne apprend de ces étapes selon Yves, le coordinateur du dispositif.

  • 5 Se reporter, entre autres, aux travaux de Maryse Bresson, Julien Damon, David Grand, Pascale Pichon (...)

16Le logement n’est pas une fin en soi, mais tel un symbole, c’est le point d’ancrage de l’accompagnement. Une sorte d’objet médiateur propice, la plupart du temps, au bien-être des personnes et à leur inclusion sociale. C’est le lieu principal de la rencontre, des échanges, de la relation qui se construit. Le maintien dans un logement « habitable » et le bien-être du « locataire » semblent en être les garanties. Mais la notion de « capacité à habiter » pour ce public ayant connu la grande précarité, bien qu’étudiée depuis longtemps5, pose encore question aujourd’hui et demande aux acteurs de revenir sur leurs représentations. En effet, bien que le dispositif soit construit sur le principe d’agir « avec » et non « sur » les personnes, il est ici question des représentations de ce que l’ensemble des acteurs (politiques, acteurs de l’aide sociale, de la santé, etc.) considèrent comme étant « rétablissant » ou de ce qu’ils perçoivent comme étant un logement habitable, ou une « vie rétablie ». Juliette, assistante sociale chez UCSA, explique ainsi que l’on ne peut pas forcément s’attendre à un rétablissement sur la santé ou la vie dans le logement de la personne, mais que pour cette même personne, le rétablissement signifiera peut-être « de ne plus se faire taper », « d’avoir une couverture pour dormir », ou encore « de se trouver des potes ». Les intervenants sont tentés au quotidien de se fier à leurs représentations mais doivent accepter de « ne pas regarder leurs attentes personnelles ».

17À quel moment faut-il alors intervenir et à quel moment faut-il rester en retrait ? L’équipe se questionne sur le positionnement à adopter. Thomas, qui s’occupe à UCSA de la Gestion Locative Adaptée, « choppe » des logements avec l’idée de proposer à Marc et aux autres « la réponse la plus rétablissante possible ». Il garde à l’esprit le fait de « déconstruire sa propre vision de l’habiter » avec toute la complexité que cela représente pour lui, de ne pas imposer ses normes personnelles en termes de logement considéré comme « habitable ». Il faut aussi avoir conscience que la solution proposée ne sera pas forcément « la bonne réponse à tous les parcours ». La réalité suggère une certaine réflexivité aux acteurs : jusqu’à quel point être non-coercitif quand la personne se met en danger physiquement ? Quand elle « va dans le mur d’un point de vue locatif » ? Est-ce toujours rétablissant de ne pas être coercitif ? Nul doute que la situation de Marc viendra alimenter les réunions du lundi matin au cours desquelles se discutent les grands principes du dispositif, mis en tension avec le pragmatisme de l’intervention. C’est un des moments de la semaine où les acteurs questionnent leur intervention. Dans ces réunions, ils accordent un plus grand intérêt à leur pratique en échangeant sur une situation d’accompagnement plutôt qu’en se référant systématiquement au cadre théorique intellectualisé par les concepts, le cahier des charges, etc.

18L’équipe devra ainsi trouver pour chaque situation et en situation, un équilibre entre des principes politisés, revendiqués (rétablissement, non-coercition) et le sentiment qu’il faut quand même parfois agir, quitte à décider pour les personnes elles-mêmes quand précisément celles-ci « ne disposent pas de leur pleine capacité à décider et à agir par elles-mêmes » et ce, avant que la situation n’atteigne un point de non-retour, un point de rupture dans l’accompagnement.

Bricoler, l’appartement mais aussi les concepts théoriques

19Il est 10h50 lorsque nous trouvons une place pour nous garer non loin de l’appartement de Romain. Nous arrivons devant l’appartement qui est en rez-de-chaussée et qui donne directement sur la rue. Juliette (assistante sociale), mon binôme du jour, frappe délicatement aux volets encore fermés. Romain vient ouvrir au bout de quelques minutes. C’est un homme âgé de quarante-et-un ans, très mince, de taille moyenne. Il a les yeux marqués, les traits tirés. Le visage encore endormi, il est néanmoins assez ouvert et souriant. S’entame une discussion depuis la fenêtre du logement, ce qui me laisse apercevoir l’intérieur de ce dernier. L’équipe m’avait prévenu : « Ah oui Romain, sacré phénomène aussi », « tu verras, l’appartement c’est un sacré chantier ». La première chose que je remarque, et qui crée un décalage par rapport à ce que l’on m’avait dit de Romain, ce sont les vêtements qu’il porte : sa veste Calvin Klein, ou encore son tee-shirt Gucci. En discutant, il nous dit : « Oh Zac il m’a bousillé ma chemise Karl Lagerfeld je suis dégoûté, elle est pleine de sang ! ». Je vois également ses mains, abîmées, rêches et même infectées. Quand je lui dis que je suis infirmière, il me demande tout de suite mon avis sur sa main droite. Celle-ci porte effectivement une brûlure, très sèche. Il me dit que son infirmière libérale met de la crème de temps en temps. J’aperçois au fond Zac, son colocataire qu’il « héberge ». Il l’avait rencontré en service de psychiatrie et l’avait accueilli pour éviter qu’il ne se retrouve à la rue, lui aussi. Pendant qu’il continue à parler, j’observe l’appartement. L’évier de la cuisine semble inutilisable, noir de saleté, débordant de vaisselle, tout comme le sol, jonché de nombreux déchets, de boue, de vêtements. Romain nous propose de rentrer et c’est alors que je prends conscience de l’ampleur de la situation. Une plaque de cuisson est laissée à l’abandon par terre à l’entrée, incrustée d’aliments brûlés. Son infirmière libérale nous rejoint. Elle fait remarquer que la douche est complètement démontée, le lavabo est par terre. Juliette évoque avec Romain les problèmes de plomberie de l’appartement. Zac et Romain n’ont plus accès à l’eau, pour boire ou se laver. Mais quand elle aborde la possibilité de faire intervenir un plombier, Romain refuse catégoriquement, nous certifiant que ce n’est clairement pas une priorité et qu’il souhaite d’abord s’acheter un scooter pour pouvoir mieux se déplacer. Juliette regarde l’appartement et souligne toutefois l’effort fait par les garçons pour avoir « dégagé l’accès entre l’entrée et la cuisine ».

20Le mardi qui suit, l’équipe se retrouve pour une séance d’analyse de la pratique professionnelle (APP) avec Laure, une psychologue qui les rejoint une fois par mois pour parler de situations précises ou de leurs ressentis plus généraux. Bien souvent, les débats les amènent à prendre des décisions et à évoquer un plan d’action. La visite hebdomadaire chez Romain est ce matin au centre de leurs préoccupations. Tous réunis, ils discutent de leurs impressions : ils ont le sentiment de délaisser Romain et Zac, par rapport à d’autres bénéficiaires, ne sachant plus trop quoi faire pour débloquer la situation. Ils évoquent les tentatives à de multiples reprises pour « retaper l’appartement » détérioré par Romain et son colocataire.

21Éric qui a la charge de la Gestion Locative Adaptée, mais aussi de l’entretien des appartements du dispositif, gère l’essentiel des travaux (peintures, installation et réparation des meubles, dégâts matériels, etc.) et s’occupe des devis lorsque les travaux nécessitent une intervention professionnelle extérieure. Il partage son inquiétude concernant la dégradation du logement : les travaux sont impossibles tant que Romain et Zac sont dans l’appartement. Plusieurs tentatives ont déjà été mises en place pour loger les garçons à l’hôtel quelques jours mais, à chaque fois, elles se sont soldées par des échecs. Soit parce qu’ils ont été refusés au sein de l’hôtel par le propriétaire, soit parce qu’eux-mêmes ont refusé. Thomas partage son sentiment d’impuissance : « On a expérimenté un certain nombre de choses avec Romain, et ça ne fonctionne pas… Et enfin moi, c’est comme ça que je le ressens mais ça crée une frustration, un sentiment un peu désagréable d’en venir à se dire ‘mais qu’est-ce qu’on peut lui proposer quoi’ ? ». Lisa (médiatrice paire sur les problématiques d’addictions) relativise ses propos en disant qu’on ne sait pas si on peut s’attendre à mieux pour Romain, qu’il ne vivra certainement jamais dans son appart « en faisant sa popote, etc. ». Amélie (psychiatre à temps partiel chez UCSA) intervient : « Ouais mais là Éric, par exemple, nous alerte depuis longtemps sur l’état de cet appartement, sauf qu’on le laisse comme ça alors que Marc, on l’a extrait de son appart, direct… Mais, moi aussi dans mes consults, je fais rien de signifiant non plus, je suis dans une espèce de “maintienˮ mais je me dis, faudrait peut-être qu’on fasse quelque chose ? Par exemple, lui il me parle beaucoup de l’aide-ménagère, et du coup on fait rien… ». Juliette intervient : « l’aide-ménagère, on l’a demandée, sauf qu’il peut pas parce qu’il a pas l’argent. C’est refusé en fait, ça fait des mois qu’on travaille dessus avec Éric, mais là de fait, ça avance pas, donc oui c’est de l’impuissance de notre part… ». Pierre (infirmier du dispositif) commente à son tour : « Tiens c’est marrant, ça fait plusieurs fois qu’on fait ça et je trouve que ce serait bien vu, d’aller lui restituer notre sentiment quoi. Ça nous arrive souvent d’arriver à cette conclusion de ‘tiens on est bloqué, on tourne en rond’, et de se dire bah la seule étape qu’on peut faire c’est d’aller le voir en lui disant ‘là on est bloqués, on est impuissants, comment on peut faire parce qu’on sait pas quoi faire ? Le poser avec lui, et lui dire ‘qu’est-ce que tu veux qu’on fasse parce que là on t’amène de quoi faire du ménage mais l’appartement se dégrade ». Laure ajoute : « Oui et venir lui apporter ça c’est aussi lui rendre sa position d’acteur et de lui dire ‘qu’est-ce qu’on peut mailler ensemble ?’». Après réflexion, Amélie évoque alors la possibilité de faire hospitaliser Romain dans le but bien défini de remettre l’appartement en état pendant ce temps, avec de gros travaux. L’idée de cet « attirail » mis en avant serait alors de reloger Romain après l’hospitalisation, dans un appartement moins « exposé », de réparer cet appartement et de le proposer à un nouvel arrivant. La volonté de proposer à Romain l’hospitalisation, pour la durée des travaux, est évoquée à plusieurs reprises.

22J’observe peu à peu d’une part, des pratiques de bricolage des appartements, qu’il faut très souvent remettre en état, mais aussi des tentatives de « bricolage interdisciplinaire », incessantes et nécessaires d’approches issues de cultures professionnelles différentes et paritaires, d’échanges de bons procédés entre les acteurs. Les différentes possibilités de partenariats et de relations avec les soignants de services psychiatriques peuvent par exemple être ici « bricolées » et mobilisées autour de réelles questions « pratico-pratiques » pour retaper un appartement et permettre au locataire de retrouver un logement décent, et ainsi de repartir sur de bonnes bases.

23Tout en s’assurant que ce qui est proposé préserve la personne dans ses droits fondamentaux, ce bricolage permet de définir une ligne de conduite commune à un instant donné, pour une situation complexe, « un cas », sans pour autant faire jurisprudence et en faire un modèle de pratique applicable et duplicable à toutes les situations. L’ordre du quotidien – tout comme le désordre apparent de l’appartement de Romain - est alors « négocié » aussi bien par l’ensemble des intervenants de l’équipe que par les personnes accompagnées qui peuvent, comme Romain, avoir d’autres priorités : un scooter pour se déplacer plutôt que d’avoir accès à l’eau.

  • 6 Ouvrant ainsi la voie à la « multi référence » qui laisse la liberté au bénéficiaire de choisir ave (...)

24Ainsi, le cahier des charges UCSA fixe un cap, un horizon d’action, mais l’idée avancée est de ne pas se figer dans ses positions ni de graver dans le marbre (ou dans une charte) les principes d’action. Par ailleurs, une forte horizontalité s’est établie dans leurs rapports et s’est accompagnée d’une « acculturation professionnelle » à la non verticalité. L’équipe, au fil de sa constitution, s’est affairée à rejeter, déconstruire les hiérarchies classiquement représentées (notamment par les médecins, les soignants à l’hôpital), pour donner ici de l’espace à un échange d’égal à égal entre tous les acteurs, bénéficiaires y compris, faisant perdre à chacun sa spécialité mais venant « recomplexifier la culture professionnelle du travail social, du travail en psychiatrie, du travail de rue » selon Pierre. Garder ce « mouvement » permet « de se décaler » et d’intervenir là où on n’est pas forcément attendu, là où on n’est pas légitime symboliquement comme cela a pu être observé lors des séances d’APP et de créer alors une « culture de coopération » propice au déblocage de situations jusqu’ici inextricables. La définition de leur professionnalité se brouille alors entre « un cadre réglementaire de l’activité, et la réflexivité conduite par les acteurs ». Chacun amène une compétence, un savoir-faire et peut se retrouver dans une mission complétement éloigné de ses compétences originelles6. Pour Pierre, plus que de « déléguer » aux collègues, il s’agit de leur faire véritablement confiance.

25L’équipe est encore récente mais ses membres semblent d’ores et déjà constituer une forme de « communauté pragmatique ». Ils ont un engagement collectif dans leur pratique, bâti sur des principes politiques, philosophiques, assez pragmatiques. Certes, leur collectif n’échappe pas à ce qui a été constaté depuis des décennies dans le champ de l’intervention sociale : indétermination des missions, imprévisibilités des situations, collection de cas singulier à traiter, etc. . Cependant, ils contestent la distance professionnelle, l’autorité et la contrainte, etc. qu’ils relèguent à l’arrière-plan de leur action. Ils galèrent, ils « tâtonnent », essaient de créer et « d’inventer » des interactions, de les maintenir, dans un objectif qu’ils se sont fixé en équipe, mais qui n’a de cesse d’évoluer, d’être discuté, contredit et reconstruit.

26Leur pratique n’est pas exempte de contradictions et de paradoxes. Chaque membre de l’équipe n’évite pas la confrontation à une certaine réalité du terrain, à l’imprévisible, à l’inattendu que réservent les problématiques rencontrées par les personnes accompagnées au sein du dispositif. Les acteurs d’Un Chez Soi d’Abord se situent ainsi entre une volonté de rompre avec la démarche d’aide « classique » – en refusant de faire autorité et en souhaitant une relation sincère, d’égal à égal avec l’individu considéré comme capacitaire –, et une volonté de rapprocher les personnes du droit commun, nécessitant alors une confrontation aux règles et logiques institutionnelles déjà établies. Ils se retrouvent souvent au cœur de situations problématiques autour des champs de la psychiatrie et de la précarité, où leur position est finalement celle de maintenir la tête des personnes hors de l’eau. En se heurtant au pouvoir de l’inertie, ils se risquent à reproduire les schémas de l’action médico-sociale, aux frontières tantôt coercitives, tantôt assistancielles.

Intervenir, sous-entendu “gérer du tout au tout”

27Il est 14 heures à peine quand Xavier (animateur en réduction des risques) et moi nous apprêtons à partir en « VAD » chez Inès. C’est une jeune femme de vingt-et-un ans, entrée dans le dispositif il y a environ un an. J’entends beaucoup parler d’Inès lors des différents échanges en équipe. Elle semble les solliciter très souvent, et notamment lors des heures d’ « astreinte ». L’UCSA a effectivement mis en place un dispositif de permanence téléphonique. Les membres de l’équipe d’astreinte restent ainsi joignables à tour de rôle sur un téléphone portable, de la fermeture du bureau à 17 heures 30/18heures, jusqu’au lendemain à l’arrivée au bureau, ainsi que les week-ends.

  • 7 Nom (anonymisé) d’un service psychiatrique rattaché au CHU.

28De nombreuses choses sont à voir avec elle aujourd’hui, aussi bien pour l’aménagement de son appartement (lui apporter du matériel pour faire son ménage) que pour sa santé (prise de sang à faire) ou encore pour son organisation personnelle. Inès a sollicité notre aide pour organiser sa semaine autour de sorties, des tâches ménagères, des temps de bien-être, etc. L’objectif de la VAD est également de l’emmener rencontrer l’équipe de liaison en addictologie de l’hôpital. Lorsque nous arrivons dans le quartier où réside cette jeune femme, nous l’apercevons sur une placette arborée, assise sur les quelques marches menant à son immeuble. Elle est au téléphone avec une soignante de l’équipe mobile, mais raccroche : « Il faut que j’aille aux urgences, ça va pas, ça va pas, regarde je me suis scarifiée de partout ». Elle nous montre son cou, ses poignets, son ventre, qu’elle a effectivement scarifiés, superficiellement. Xavier tente de calmer Inès qui semble très angoissée. Elle répète : « Ils me l’avaient dit au G27 que c’était trop tôt pour sortir, faut qu’j’y retourne, même mon infirmier il m’a dit je dois y aller ». Son infirmier, qui intervient à domicile pour lui distribuer ses traitements, arrive justement. Il sort de l’immeuble à ce moment-là et nous rejoint. Il nous dit avoir été en contact avec le CMP, et nous demande si nous pouvons emmener Inès aux urgences psychiatriques. Elle est attendue par le service d’hospitalisation. Nous rassurons Inès concernant les objectifs de cette VAD initialement prévus, et lui disons que nous allons l’accompagner à l’hôpital – en tramway, donc. Nous montons néanmoins dans son appartement, pour qu’elle récupère quelques affaires, de quoi passer plusieurs jours à l’hôpital. Ce n’est qu’au moment de prendre l’ascenseur que je m’aperçois qu’Inès est très manifestement alcoolisée. Elle est très loquace, nous demande à de multiples reprises si l’hôpital va bien la garder. Inès vacille, souffle, ne sait plus ce qu’elle doit faire. Nous l’aidons à préparer quelques affaires. Sa console de jeu est le premier élément vivement glissé dans le sac. Un chargeur, la carte vitale, et des graines de tournesol suivront. Xavier interroge Inès sur le fait d’emmener des vêtements propres, elle répond qu’elle n’en a pas. Nous prenons le tram en direction de l’hôpital. Inès parle fort et attire inévitablement les regards sur elle. Elle s’asseoit. Xavier se tient debout devant elle comme pour la protéger de ces regards curieux. Inès est logorrhéique : elle parle de tout et de rien, fort, elle ne semble plus en capacité de réguler ses paroles. Durant les trente minutes de transport, elle aborde ses problèmes de santé psychique. « J’suis borderline moi, ou bipolaire en fait », « j’avais fait une analyse urinaire la dernière fois », « ils m’attendent à l’hosto de toute façon, ils m’avaient prévenue que c’était trop tôt pour ressortir ». La situation est embarrassante. Alcoolisée, il est difficile de contenir Inès dans son flot de paroles. Elle ne fait d’ailleurs que me demander : « Excuse-moi hein, Antonyne, mais ils vont bien m’accepter là-bas hein ? ». Je tente de la rassurer en lui disant que l’infirmier libéral a vu avec les équipes, et qu’ils l’attendent. En disant cela, me vient le doute : et si Inès était refusée à cause de son état d’ébriété ?

29Nous arrivons à l’hôpital, il pleut et il fait froid. Inès veut manger quelque chose avant de passer par les urgences. Xavier lui propose de prendre quelque chose au distributeur. Nous accompagnons Inès au bureau des entrées, puis la laissons avec les infirmières du service car les accompagnateurs sont interdits d’accès. Nous repartons et dans le tram, nous espérons qu’elle restera aux urgences. Dix minutes plus tard, celle-ci appelle Xavier : « C’est bon je rentre chez moi, ils veulent même pas me garder ! ». Xavier est un peu perdu, lui demande plus de détails. Au bout du fil, Inès s’emporte et l’insulte. Un peu agacé par la situation, Xavier rappelle le service des urgences. Impatiente, Inès aurait eu un comportement inapproprié aux urgences. Elle aurait tapé sur le bureau des infirmiers. Agressive, elle crie. L’infirmier des urgences explique à Xavier qu’en raison de son alcoolisation, Inès va devoir rester aux urgences générales et avoir un contrôle sanguin, avant de voir l’équipe psychiatrique demain matin. Elle sera finalement réintégrée en hospitalisation.

30Une fois de plus, je me trouve aux premières loges d’une scène du « désordre de la vie ordinaire » d’Un Chez Soi d’Abord. Ce que l’on perçoit comme des situations multiples à traiter, ou à gérer dans l’urgence, constitue leur routine, au cours de laquelle il faut penser à tout prendre, de « l’ordonnance pour l’injection » au « Destop pour l’évier bouché ». Autant d’éléments disparates et hétéroclites qu’il revient de combiner pour être efficace.

31Travailler l’accompagnement au logement, l’accès aux soins, la réhabilitation sociale demande aux membres de l’équipe d’être sur tous les fronts et de garder leur capacité d’adaptation. Dans l’exemple d’Inès, alors que la VAD était initialement tournée vers le bien-être « chez-soi », nous voilà, en l’accompagnant aux urgences, détournés de notre objectif principal sans avoir pu prévoir les moyens adéquats, en transports en commun et sans ressources. L’accès à un « logement d’abord », même avec un étayage important, est ainsi loin de garantir aux personnes un rétablissement linéaire et irréversible et demande aux intervenants une certaine réactivité pour redéfinir à chaque situation, ou déterminer « l’action qui convient ». Très souvent, les plans d’action et les objectifs associés n’aboutissent pas à ce qu’ils s’étaient fixés au départ. Ils ont évolué vers d’autres missions qu’ils considèrent comme « plus urgentes ». Cela nécessite une importante souplesse, une forme d’improvisation, imposée par l’interaction très horizontale avec les personnes aidées. C’est « la seule condition dans laquelle on peut accompagner les personnes qu’on accompagne » selon le coordinateur du dispositif UCSA. Vouloir y remettre « de l’ordre, du dirigisme, de la clarté, de l’optimisation » ajoute-t-il, n’aurait pas grand intérêt. Le seul planning élaboré en début de semaine, est sans cesse « chamboulé par le public ». Il faut suivre leurs règles.

32Trois jours plus tard, Inès appelle plusieurs fois l’équipe pendant la réunion du lundi matin pour prévenir qu’elle sort de l’hôpital. Elle rentre chez elle. Lorsque je demande à Lisa pourquoi Inès demande à être hospitalisée en urgence puis sort toujours deux ou trois jours après, elle me rapporte que selon Inès, le service lui rappelle « toujours de mauvais souvenirs, de mauvaises périodes et elle ne supporte pas vraiment les lieux ». Inès est dans l’urgence, elle rappelle plusieurs fois dans la journée, et envoie des SMS tels que « URGENT SVP !!! », « C’EST URGENT RÉPONDEZ ! » sur le téléphone de l’astreinte, en disant qu’elle se retrouve sans argent, qu’elle ne recevra que jeudi, et que personne ne s’occupe d’elle.

33L’urgence est commune à beaucoup de situations observées où s’entremêlent problématiques psychiatriques, sociales, et environnementales. La peur de retourner à la rue, les différentes angoisses qui peuvent être liées à la pathologie psychiatrique ou à un contexte de précarité extrême sont des éléments qui viennent complexifier l’accompagnement proposé par les acteurs. L’urgence peut se retrouver banalisée dans un quotidien rythmé par des passages à l’acte, des hospitalisations comme ici pour Inès, mais aussi des pertes de clés d’appartement, des interpellations et gardes à vue, des portes fracturées, etc. Mais l’urgence peut aussi être très relative. Selon les situations, elle peut refléter un mal-être de la personne, utilisant ce prétexte pour avoir une présence, un soutien dans la gestion de son quotidien, etc.

34L’astreinte est un bon exemple pour illustrer cette gestion collective de l’urgence. Celle-ci a fait l’objet d’un groupe de travail autour de la rédaction d’un « protocole », visant à consolider un cadre, du fait de nombreux appels qui ne relevaient pas de l’urgence selon les intervenants et qui venaient alourdir ce travail nécessitant « une vigilance permanente », même après avoir quitté son poste. Le groupe s’était alors interrogé sur les appels dits « de solitude » qui pouvaient souvent être écourtés par les intervenants, si l’appel ne menait pas à grand-chose. Un document avait alors été rédigé pour traiter des enjeux de l’astreinte et les différents types d’urgences traités dans ce cadre-là. Ce protocole, réfléchi et mis en œuvre par les intervenants eux-mêmes, les rassure. Il normalise la pratique en offrant un cadre d’action et une réponse systématisée aux appels ne relevant pas de l’urgence. L’équipe navigue alors entre une standardisation de leur pratique (à travers des protocoles) et la responsabilité de « gérer du tout au tout », et au cas par cas : un appel à trois heures du matin concernant des factures d’électricité peut tout de même « cacher un mal-être que la personne a du mal à verbaliser » selon Xavier.

35Évidemment, tous les locataires ne sollicitent pas l’équipe dans la même mesure. « Gérer du tout au tout » signifie alors aussi bien s’occuper de ces personnes qui sursollicitent les intervenants pour différents besoins, que de s’occuper de ceux qui ne réclament jamais rien, soit parce qu’ils vont bien, soit parce qu’ils rencontrent des difficultés pour alerter et demander de l’aide. Le syndrome d’auto-exclusion peut ainsi limiter le recours à l’équipe, avec un repli sur soi de la personne, une tendance à l’incurie, des comportements paroxystiques, un corps anesthésié sur le plan physique mais aussi cénesthésique, etc…

36« Gérer du tout au tout » réclame ainsi une grande capacité d’adaptation, et bien que la planification et les protocoles soient une base pour s’organiser, définir des réponses « toutes faites » irait à l’encontre des valeurs qu’ils promeuvent dans la relation avec les personnes accompagnées. Il s’agit « d’être pris un peu dedans », de ne pas avoir « peur d’être pris par les problèmes des gens qu’on accompagne » selon Yves, pour pouvoir dénouer les dilemmes qui se jouent dans des situations complexes, comme ça a pu être le cas avec Inès.

Finalement, être là avant tout

37Ce matin nous continuons les VAD avec Lisa (médiatrice paire sur les problématiques d’addictions) et Pierre (infirmier) chez Erwan. C’est un homme âgé de trente ans. Il a un parcours plutôt marqué par les institutions, ayant été placé à l’Aide Sociale à l’Enfance très jeune puis dans des foyers. Il a été accompagné par l’équipe UCSA début juillet 2021 et a intégré son logement en août 2021. Je me suis déjà rendue plusieurs fois chez lui, et la vie dans le logement autonome semble être une réelle difficulté pour Erwan. Il réside dans un appartement d’une quarantaine de mètres carrés au rez-de-chaussée, qui donne directement dans une rue passante. Sa porte d’entrée étant vitrée, l’équipe a collé un « film adhésif cache-vitre ». Lorsque nous arrivons, Erwan fume une cigarette sur le palier de sa porte. Il nous invite à rentrer. Vu les températures extérieures assez basses, je propose à Erwan de fermer sa porte d’entrée pour éviter de gaspiller le chauffage qui est en route dans le logement. Je m’aperçois alors que celle-ci ne ferme plus, des éléments sont cassés et dévissés au niveau de l’encadrement. Erwan raconte avoir « fait le con », il était alcoolisé un soir et a frappé sa porte « jusqu’à la démonter » selon lui. Il ajoute : « Je sais que j’ai pas trop le droit en plus, je suis trop bête ». Lisa reprend : « Mais en fait Erwan, c’est même pas une question de droit là, tu es chez toi ici, et tu le gères comme tu veux, mais là c’est une question de sécurité, ça veut dire que n’importe qui peut rentrer dans ton appart, la nuit quand tu dors, ou quand tu t’absente. » Erwan pense que « ça se voit pas trop ». Rapidement, la conversation va se centrer autour de l’état de l’appartement. L’équipe essaie d’aider Erwan à entreprendre des démarches depuis plusieurs semaines, pour organiser la vie dans son logement, mais aussi pour ses rendez-vous médicaux et administratifs. Elle lui avait laissé un mot avec des tâches à réaliser comme « éteindre les radiateurs avant de partir en hospitalisation », « rassembler les déchets dans une poubelle et la sortir », etc. La situation ne semble pas s’être améliorée. L’état de l’appartement me fait dire qu’il reflète un peu la désorganisation psychique d’Erwan. L’appartement est certes « sale », comme le lui dit Lisa, mais c’est plutôt ce désordre illogique, invraisemblable qui est en soit compliqué selon l’équipe. Lisa choisit d’être assez directe avec Erwan dans l’idée de créer un électrochoc. Elle lui répète : « Là l’appartement Erwan c’est plus juste un problème de rangement, il est crade, c’est sale et pas hygiénique ». Elle évoque la nécessité probable de faire intervenir une entreprise pour un nettoyage en profondeur, qu’une aide-ménagère ne pourrait pas entreprendre ou refuserait simplement de réaliser. Erwan semble assez surpris de cette nouvelle. Il nous répète « Putain mais j’suis con aussi, moi pour moi c’était pas tant que ça, surtout que j’ai rangé avant que vous arriviez là…». Tous les murs sont tachés de traces de doigts. Erwan explique ne pas pouvoir s’empêcher de toucher les murs, et du coup il les tâche. Lisa lui rappelle qu’un bon moyen, s’il veut arrêter cela, serait par exemple de se laver les mains avec du savon, plusieurs fois par jour. Erwan répond qu’il a du gel hydroalcoolique. Il nous le montre. Les sols sont tâchés, du marc de café est toujours présent par terre, sur sa chaise, et la cafetière ne semble plus utilisable, mais elle goutte pourtant sur le sol, sans le récipient. Sa petite table est remplie de déchets, d’un restant de riz brûlé dans une casserole, etc. Erwan répète alors plusieurs fois : « Non mais il faut faire quelque chose c’est sûr, j’ai rien à dire ». Pierre et Lisa insistent sur le fait qu’il ne faut pas nécessairement faire quelque chose au contraire, et que l’équipe ne fera rien sans sa propre volonté. « Personnellement, je pourrais pas vivre comme ça, c’est pour ça que je te dis ça, mais si toi tu t’y retrouves et que tu te sens bien dans cet appartement comme ça, nous on ne t’oblige à rien ». Erwan n’arrive pas à se détacher de cette idée de faire plaisir aux travailleurs sociaux, selon Lisa. Il n’a pas notion de ce qu’il souhaite vraiment, ce qu’il n’accepte pas, ou ce qu’il doit faire pour commencer. À de nombreuses reprises, l’équipe répète : « Nous on ne fera rien sans toi, sans ton envie, par contre si tu nous dis que tu es motivé pour te réapproprier cet appartement, on peut mettre des choses en place et t’aider à faire du ménage aussi ». Erwan répond plusieurs fois : « Bah ouais, il faut que je le fasse, il faut qu’on fasse ça ». Il est à plusieurs reprises en demande de réassurance : « Pierre tu peux venir voir ma chambre et me dire si c’est bon, si c’est propre ? », « Comment tu me trouves là psychiquement, je fais stable ou pas trop là ? ». Au bout d’un moment, la discussion se recentre autour des actions à mettre en place. L’idée d’une entreprise qui viendrait tout remettre « à neuf » pour repartir à zéro, sur de bonnes bases, est rediscutée et envisagée. Cependant Erwan doit contacter sa curatrice pour évoquer ces démarches et voir si cela est réalisable financièrement, avec l’idée d’un passage régulier d’une aide-ménagère par la suite, pour l’accompagner. Pierre reprend le bout de papier et note à Erwan d’autres missions à réaliser pour la semaine prochaine comme : trier et jeter des affaires, sortir les poubelles, appeler sa curatrice, appeler sa médecin psychiatre pour connaître le prochain rendez-vous.

  • 8 On met ici en avant l’empowerment « politique » ou émancipation, qui est « un changement réel perme (...)

38Comme beaucoup d’autres locataires d’UCSA, Erwan est marqué par les injonctions écrasantes qu’il a connues tout au long de son parcours en institution (Protais et Milhet, 2022). Lisa et Pierre se positionnent de sorte à favoriser un processus d’« empowerment politique8 », d’émancipation : lui redonner de la confiance en soi, croire en ses capacités et replacer ses droits au centre de la relation pour leur donner de la valeur. C’est le défi de « soigner la relation, tout autant que le patient » à travers une relation de confiance, « honnête ». En faisant un pas de côté, en se rapprochant du bénéficiaire, les intervenants penchent finalement plus du côté « du proche-parent » sur qui la personne sait pouvoir compter dans les moments difficiles que du côté de « l’intermédiaire à l’hospitalisation » censé acheminer le malade vers l’hospitalisation. Il s’agit de redonner du pouvoir et une certaine responsabilité à Erwan en lui disant : « On ne fera rien sans toi, sans ta propre volonté ». Il apparaît ici un exemple des conceptions fondamentales mises en avant par les acteurs. Ils s’approprient la philosophie du rétablissement en partant du principe qu’il est avant tout l’affaire des bénéficiaires. Certes, ils les soutiennent dans cette démarche, mais les bénéficiaires du Un Chez Soi d’Abord sont invitées à en tenir les rênes, à retrouver la maîtrise de leur quotidien, à définir un horizon d’action.

39Par ailleurs, si le cahier des charges inscrit le principe d’accompagner la personne « sans conditions préalables de traitement médicamenteux ou d’abstinence aux substances psychoactives » en pratique, il s’agit aussi de refuser les sollicitations des psychiatres qui peuvent parfois considérer l’équipe UCSA « comme le prolongement du secteur » et ainsi lui demander « de ramener la personne aux consultations » ou encore « de se débrouiller pour lui faire son injection ». Cette injection, ici entendue au sens d’injection-retard de neuroleptique, effectuée dans les CMP ou d’autres services extrahospitaliers, peut être perçue comme le relais de « l’injonction hospitalière » . Elle tiraille l’équipe qui peut parfois se retrouver écrasée entre les injonctions institutionnelles intériorisées par les personnes accompagnées (qu’elle tente d’effacer au moyen d’un accompagnement persévérant vers l’émancipation), et les consignes qui lui sont directement adressées en tant que « partenaire », membre d’un réseau plus large qu’est le milieu médico-social. Une bonne entente de travail avec les acteurs de l’institution psychiatrique (médecins, infirmiers, etc.) reste indispensable pour l’équipe Un Chez Soi d’Abord. Pierre évoque en entretien l’idée de « parfois remettre la psychiatrie dans la boucle » pour certains bénéficiaires éloignés des soins. Il parle de « coopération fine avec le secteur ». Gilles (coordinateur d’UCSA) confirme : « on ne se positionne pas en rivalité avec l’hôpital ». Les infirmiers de l’équipe restent vigilants à l’état physique et psychique des bénéficiaires. S’ils souhaitent d’abord et avant tout « dédramatiser les situations », ils n’hésitent pas à faire part de leurs inquiétudes à la personne en question, quant à l’arrêt d’un traitement ou de son absence aux derniers rendez-vous médicaux.

  • 9 Complémentaire Santé Solidaire : dispositif visant à financer les dépenses de santé des personnes a (...)

40Finalement, quels que soient les nombreux concepts théorisés, il s’agit d’« être là, avant tout ». Les membres d’UCSA s’engagent dans un « régime de disponibilité » et ils sont prêts, toute affaire cessante, à interrompre leurs activités pour s’occuper d’autrui. On s’aperçoit que les fondamentaux de la pratique sont ces relations d’humain à humain, « de respect de la personne » avec parfois « des désaccords, des conflits » selon l’équipe, comme toute relation humaine d’égal à égal. Il y a création d’une « alliance » où l’équipe s’engage à soutenir la personne pour retrouver ses droits, « le droit d’aller bien, et le droit d’aller mal », selon Alain. Comme le suggère Lisa à Erwan, il s’agit de « faire ensemble » : les acteurs se proposent souvent pour aider à l’entretien du logement ou accompagner les personnes à des rendez-vous tout en favorisant une demande qui émane de ces derniers. Pour les acteurs d’Un Chez Soi d’Abord, la tentation de faire les démarches eux-mêmes est grande : contacter le psychiatre pour connaître la date du rendez-vous, ou « envoyer une demande de CSS9 » leur prendrait très peu de temps mais ils insistent sur ce « faire ensemble » dans cette dynamique d’accès aux droits vers l’émancipation, plus que vers un certain modèle de rétablissement. Il appartient alors à Erwan, comme aux autres, de saisir cette relation pour aller vers un mieux-être, quel qu’il soit.

Conclusion

41Le concept de rétablissement a été et reste le code d’un nouveau paradigme au service de l’intervention médico-sociale et sanitaire, et davantage encore, au service du bénéficiaire, considéré comme acteur central de son mieux-être, de sa santé. Mais la philosophie du rétablissement ne peut à elle seule, ou même soutenue par les autres théorisations en vogue (« aller-vers », empowerment, autonomie, etc…), expliciter et caractériser le travail réalisé au quotidien par les intervenants sociaux, et dans le cas présent, par les membres d’Un Chez Soi d’Abord.

42Il apparaît alors intéressant, au-delà de ces conceptualisations et mots d’ordre, d’aller à la rencontre des premiers concernés pour comprendre quelles sont les approches philosophiques priorisées, quel est l’engagement sur le terrain et avec quelle réflexion ils essaient d’aider les « grands précaires » les plus vulnérables, souffrant de troubles psychiques et d’addictions. Caroline Protais et Maitena Milhet (2022), pour reconstituer le parcours de ces personnes « situées tout en bas de l’échelle sociale entre différents univers de relégation », se sont appuyés sur la philosophie sociale de Axel Honneth et sur le manque cruel de reconnaissance dont elles souffrent dans les relations intimes, les relations juridiques et dans la « communauté des valeurs », qui accordent respectivement aux personnes une confiance en soi, des droits, une considération sociale. Dans ces trois sphères distinguées par Honneth (2004), les grands précaires en sont indéniablement dépourvus : les violences, la privation des droits, les humiliations sont leur lot quotidien et rares sont les personnes qui luttent pour leur reconnaissance. Cette philosophie permet de comprendre leurs récits et d’ébaucher ce qui pourrait être développé comme une éthique de la sollicitude pour contrecarrer le mépris dont ils ont été l’objet ou dont ils sont encore l’objet.

  • 1 Je tiens à remercier ici les évaluateurs de la revue Sciences et Actions sociales pour leur retour, (...)

43De notre côté, en suivant les intervenants au quotidien, pris dans des situations complexes, déroutantes, où les vécus des bénéficiaires d’Un Chez-Soi d’Abord (que ce soit ceux de Marc, Romain, Inès, Erwan et les autres) menacent l’accompagnement et fragilisent le cadre de leur intervention sociale, on aurait plutôt tendance à insister sur le pragmatisme de l’équipe : leur action collective, non linéaire, est faite d’échanges, d’ajustement et de réajustements, de « petits arrangements », de négociations et de tractations avec les institutions, de bricolages, en situation avec les locataires. C’est une éthique de situation qui s’impose, une éthique de « care collectif » (Vidal-Naquet et Hennion, 2015). Ils trouvent dans chaque situation des obstacles mais aussi des ressources pour les surmonter, des points d’appuis normatifs sur lesquels ils peuvent provisoirement s’appuyer pour agir et réagir. Ce pragmatisme se caractérise par l’usage qu’ils font à leur tour du concept de « rétablissement » pour soutenir une démarche anti-normative, une démarche qui ne leur serait pas imposée d’en haut par les institutions mais avec qui elles doivent néanmoins être en relation. On n’impose (du moins on essaie) aucune norme de « bien-vivre » aux personnes, mais l’on s’en remet à la richesse de la pratique quotidienne pour orienter l’accompagnement quasi inconditionnel. Dans cette perspective, le rétablissement apparaît comme un nouveau « vocabulaire de l’engagement » aurait dit Isaac Joseph (1997), qui leur permet d’agir avec conviction, de motiver leur action sans tracer un horizon normatif, de toute façon indiscernable, et de défendre jusqu’à l’épuisement le respect de la personne et celui de son environnement (ici son logement, ses conditions d’existence) qui lui permettra de développer ses potentialités, ses activités. L’un (le logement) agit sur l’autre (la personne) et réciproquement. Il revient dès lors aux intervenants d’Un Chez-Soi d’Abord d’en extraire les « pouvoirs vitaux » (Zask, 2015, p. 43).1

44Liens d’intérêt : L’autrice déclare ne pas avoir de lien d’intérêt en rapport avec cet article.

Haut de page

Bibliographie

Becker H. et Pessin A., 2006, « Dialogue sur les notions de monde et de champ », Sociologie de l'Art, vol. , n° 1, p. 163-180.

Bralet M.-C., 2017, « Éducation thérapeutique et rétablissement », Annales Médico-psychologiques, revue psychiatrique, vol. 175, n° 8, p 730-735 doi [https://doi.org/10.1016/j.amp.2017.08.005].

Chambon N., 2017, « Reconnaître et agir sur la dimension sociale du trouble », Rhizome, n° 65-66), p. 37-39. doi [https://doi.org/10.3917/rhiz.065.0037].

Chambon N., Gilliot E. et Sorba M., 2020, « L'intervention sociale à l'épreuve d'une préoccupation pour la santé mentale. Mobilisation du rétablissement et politique du logement d'Abord », Revue Ffrançaise desaffaires sociales, p. 97-116 doi [https://doi.org/10.3917/rfas.202.0097].

Damon J., 2002, La question SDF. Critique d'une action publique, Paris, éd. PUF.

Deutsch C., 2015, « L'empowerment en santé mentale », Sciences et Actions sociales, vol. 1, n° 1, p. 15-30 doi [https://doi.org/10.3917/sas.001.0015].

DIHAL, 2019, Cahier des Charges National. DIHAL en collaboration avec les administrations centrales concernées.

Estecahandy P., Revue P., Sénat M.-L. et Billard J., 2015, « Le rétablissement. L'exemple du programme français "Un Chez Soi d'Abord" », Empan, n° 98, p. 76-81 doi [https://doi.org/10.3917/empa.098.0076].

Furtos J., 2022, « Le syndrome d'auto-exclusion » (Orspere-Samdarra, Éd.) Rhizome, Le coin du clinicien(2), p. 15. Récupéré sur https://www.orspere-samdarra.com/wp-content/uploads/2021/01/rhizome_9_furtos.pdf

Goffman E., 1961, Asiles - Études sur la condition sociale des malades mentaux, Paris, éd. de Minuit.Haliday H., 2018, « Quelles sont les limites des nouveaux courants en santé mentale ? Le cas de la santé mentale communautaire et de l'empowerment » L'information psychiatrique, n° 94, p. 835-840 {doi:10.1684/ipe.2018.1886].

Honneth A., 2004, « La théorie de la reconnaissance : une esquisse, Revue du MAUSS, n° 23, p. 133-136 (doi:10.3917/rdm.023.0133].

Hughes E. C., 1996, Le regard sociologique - textes rassemblés et présentés par Jean-Michel Chapoulie, Paris, École des Hautes Études en Sciences Sociales.

Joseph I., 1997, « Le vocabulaire de l'engagement », dans Ion J. (dir.), Engagement public et exposition de la personne, La Tour d'Augues, éd de l'Aube, p. 67-79.

Joseph I., 1999, « La logique des situations - Activité située et régimes de disponibilité », Raisons pratiques, p. 157-172 doi [https://doi.org/10.4000/books.editionsehess.10672].

Laval C., 2018, « Génèse du "Un Chez-Soi d'Abord" », Vie Sociale n° 23-24), p. 175-185 doi [https://doi.org/10.3917/vsoc.183.0175].

Le Breton D., 2008, L'interactionnisme symbolique, Paris, éd. PUF.

Legrand J., 2022, « L'injonction ou l'injection ? Prescriptions de médicaments et reconfigurations contemporaines du pouvoir psychiatrique » Génèses, n° 127, p. 11-32 doi [https://doi.org/10.3917/gen.127.0011].

Maurin M., 2016, Au temps du sans-abrisme - Enquêtes de terrain et problème public. D'un toit au chez soi. L'exemple d'un dispositif de logement de personnes sans abri, Saint-Étienne, Presses universitaires de Saint-Étienne.)

Ministère de la Transition écologique et de la Cohésion des Territoires, 2020, Septembre, Rapport Un Chez Soi d'Abord. R [https://www.ecologie.gouv.fr/chez-soi-dabord].

Moreau D., et Laval C., 2015, « Care et recovery : jusqu'où ne pas décider pour autrui ? L'exemple du programme "Un chez-soi d'abord" », Alter, n° 9, p. 222-235 doi [https://doi.org/10.1016/j.alter.2014.05.003].

Odin F. et Thuderoz C., 2010, Des mondes bricolés ? Arts et sciences à l'épreuve de la notion de bricolage, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes doi [https://doi.org/10.4000/lectures.1264].

Pachoud B., 2012, « Se rétablir de troubles psychiatriques : un changement de regard sur le devenir des personnes », L'information Psychiatrique, n° 88, p. 257-266 doi [https://doi.org/10.3917/inpsy.8804.0257].

Pélican J., Fournier C. et Ajoulat I., 2009, « Observance, auto-soin(s), empowerment, autonomie : quatre termes pour questionner les enjeux de l'éducation du patient dans la relation au soin » Actualité et Dossier en Santé Publique, n° 66, p. 21-23.

Protais C. et Milhet M., 2022, « Une vie marquée par le mépris - Une approche de l’expérience et de l’identité des grands précaires », Terrains / théories, n° 15 doi [https://doi.org/10.4000/teth.4157].

Rhenter P., 2013, « Vers un chez-soi : l'accompagnement de personnes sans-abris ayant des troubles psychiatriques » Le Sociographe, n° 42), p. 59-66.

Schwartz O., 1993, L'empirisme irréductible. La fin de l'empirisme ? Postface de "Le Hobo, sociologie du sans-abro" de Nels Anderson, Paris, éd. A. Colin

Strauss A., 1978, Negotiations: Varieties, Contexts, Processes and Social Order, San Francisco,Jossey-Bass ed.

Thévenot L., 2006, L'action au pluriel - Sociologie des régimes d'engagement, Paris, éd.La Découverte.

Vidal-Naquet P. et Hennion A., 2015, « "Enfermer maman !" Épreuves et arrangements : le care comme éthique de situation », Sciences Sociales et Santé, n° 33, p. 65-90. doi [https://doi.org/10.3917/sss.333.0065].

Zask J., 2015, Introduction à John Dewey, Paris, éd. La Découverte, coll. "Repères" doi [10.3917/dec.zask.2015.01.].

Haut de page

Notes

1 Projet initié à New York dans les années 1990.

2 Nous utiliserons dans cet article, le terme générique de « bénéficiaire », majoritairement mobilisé par les intervenants de l’Un Chez Soi d’Abord étudié, pour évoquer les « usagers », « les personnes accompagnées ».

3 Cette métaphore du monde « contient des gens, toutes sortes de gens, qui sont en train de faire quelque chose qui leur demande de prêter attention les uns aux autres, de tenir compte consciemment de l’existence des autres et de donner forme à ce qu'ils font en conséquence » .

4 Retour à la rue qui serait synonyme d’échec, de retour à la case départ , de retour au triptyque « prison, hôpital, rue » .

5 Se reporter, entre autres, aux travaux de Maryse Bresson, Julien Damon, David Grand, Pascale Pichon, Marine Maurin et Gabriel Uribelarrea.

6 Ouvrant ainsi la voie à la « multi référence » qui laisse la liberté au bénéficiaire de choisir avec quels intervenants il se sent le plus en confiance, le plus à l’aise dans la relation pour évoquer certains besoins, désirs, ou problèmes, etc. Il ne se sentira pas obligé de venir confier son problème d’addiction à l’intervenant en réduction des risques par exemple.

7 Nom (anonymisé) d’un service psychiatrique rattaché au CHU.

8 On met ici en avant l’empowerment « politique » ou émancipation, qui est « un changement réel permettant à une personne de prendre part à la prise de décisions qui affectent sa vie » et constitue un processus externe, en interaction avec certaines conditions environnementales favorables, par rapport à l’empowerment « psychologique », ou autonomisation, qui se définit plus comme « le sentiment personnel ou la croyance en sa capacité à prendre des décisions et à résoudre ses propres problèmes » .

9 Complémentaire Santé Solidaire : dispositif visant à financer les dépenses de santé des personnes aux faibles ressources en complétant le remboursement de leurs soins pour la part non-prise en charge par l’assurance maladie.

Haut de page

Note de fin

1 Je tiens à remercier ici les évaluateurs de la revue Sciences et Actions sociales pour leur retour, mais aussi Thomas Bujon pour son soutien et ses conseils précieux, ainsi que Nicolas Lechopier et Fanny Vincent pour leurs relectures stimulantes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antonyne Breuil, « Le rétablissement à l’épreuve des situations : ethnographie d’Un Chez Soi d’Abord »Sciences et actions sociales [En ligne], 19 | 2023, mis en ligne le 24 mars 2023, consulté le 23 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/sas/3240

Haut de page

Auteur

Antonyne Breuil

Infirmière en santé mentale. Titulaire d’un Master 2 Sciences politiques et sociales de la santé
Université Jean-Monnet – Saint-Étienne
Département d’Études Politiques et Territoriales
antonynebreuil@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search