Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19VariaTravailleurs sociaux face au burn...

Varia

Travailleurs sociaux face au burn-out

Fathi Ben Mrad

Résumés

L’auteur s’intéresse à la manière dont certains travailleurs sociaux sont affectés par leur situation de burn-out, des points de vue physique, psychologique et professionnel. Quels sont les changements personnels profonds qu’ils connaissent lorsqu’ils sont confrontés à l’expérience d’un burn-out et lorsqu’ils doivent déployer certaines de leurs ressources pour résister et faire face à leur situation (coping) ? Ce changement doit aussi être relié aux transformations socio-politiques comme la Nouvelle Gestion Publique (NGP) qui impacte et traverse la question du burn-out dans de nombreuses professions (agents administratifs, personnels médicaux, travailleurs sociaux, etc.). L’auteur confronte les définitions expertes du burn-out avec celles qui émanent de professionnels concernés par ce syndrome. Il relève les diverses causes et manifestations que ces derniers avancent pour parler de leur syndrome. À partir de ses investigations de terrain, fondées notamment sur des entretiens avec des travailleurs sociaux en burn-out, l’auteur propose de mieux considérer certains éléments significatifs qui sont parfois minorés dans les travaux internationaux sur le sujet.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 C’est l’une des raisons qui explique que le test danois, le Copenhagen Burnout Inventory (CBI) semb (...)
  • 2 Concernant l’analyse de ce syndrome et les débats définitionnels et scientifiques, nous renvoyons l (...)

1La plupart des travaux s’accordent à souligner que les professions d’aide (infirmiers, médecins, enseignants, travailleurs sociaux…) sont les plus enclines à connaître un burn-out. Ce syndrome serait notamment lié à la confrontation des idéaux de l’individu avec la réalité professionnelle, à la différence de valeurs entre la conception du métier et le réel, contribuant ainsi à perte de sens du travail... En fait, il existe de multiples définitions du burn-out. Certaines mettent l’accent sur ses causes : hiérarchisation des rapports, charges de travail importantes, management défaillant… D’autres, se rapportent à l’observation et l’explication de son processus : phases d’alarme, de rupture, d’épuisement, perte progressive de sens... D’autres encore vont plutôt s’attarder sur ses effets : épuisement physique et psychologique, retrait, insensibilité aux problèmes d’autrui… La définition de Christina Maslach qui est la plus utilisée au niveau international pourrait être classée dans cette dernière catégorie. Pour elle, « le burn-out est un syndrome d’épuisement émotionnel, de dépersonnalisation et de réduction de l’accomplissement personnel qui apparaît chez les individus impliqués professionnellement auprès d’autrui » (Maslach et al., 1996, p. 5). Ce syndrome doit, selon elle, être considéré dans sa dimension tridimensionnelle et mesuré par son test appelé MBI (Maslach Burn-out Inventory, 1986). En effet, l’épuisement émotionnel (sentiment d’un surcroît émotionnel peu maîtrisable, absence d’énergie…), la dépersonnalisation (insensibilité vis-à-vis des usagers et notamment comportements agressifs à leur égard, évitement...) et le faible sentiment d’accomplissement personnel (perte de confiance en ses compétences, sentiment de culpabilité...) sont les dimensions fondamentales du burn-out. Aujourd’hui, malgré l’absence d’une définition unanime, les différents travaux sur le burn-out convergent pour s’accorder sur le fait qu’il se traduit avant tout par un épuisement professionnel, à la fois physique, personnel et relationnel1. Les deux autres dimensions mises en évidence par Maslach sont plus ou moins discutées et ne font pas l’objet d’une unanimité scientifique2. Avant de nous intéresser à la problématisation de ce syndrome chez les travailleurs sociaux, nous rappellerons le contexte socioprofessionnel et les effets de certaines politiques publiques dans leur champ d’intervention. Cette problématisation fondée sur des approches quantitatives et qualitatives a surtout concerné l’analyse de la représentation des travailleurs sociaux de leur environnement de travail aux dépens d’un examen des vécus de ces professionnels affectés par ce syndrome (1). Sur ce dernier point, nous présenterons nos principaux résultats concernant les raisons que ces acteurs attribuent à leur situation de burn-out (2) et à ses manifestations (3). Enfin, en comparaison aux travaux sur cet objet et à d’autres données empiriques, nous dégagerons des spécificités qui caractérisent cette catégorie professionnelle (4).

Le travail social à l’épreuve du burn-out

Travail social et Nouvelle Gestion Publique

  • 3 Il n’existe pas vraiment de définition consensuelle de ce champ du travail social ; on peut juste d (...)

2Divers auteurs (Bertaux, 2002 ; Chauvière, 2007 ; Bouquet, 2007 ; Aballéa, 2013) soulignent, que dès le début des années 1980, on assiste à une vulnérabilité plus importante des professions du travail social3. Leurs travaux montrent que cette fragilité est notamment imputable à l’instauration de la culture de performance et de l’importation de méthodes d’évaluation de l’entreprise privée au sein des organismes publics. Ce constat dépasse le champ du travail social et nos frontières puisque cette Nouvelle Gestion Publique (NGP, aussi appelée Nouveau Management Public), est instaurée dans la plupart des pays occidentaux : Suède, Royaume-Uni, Canada… La NGP vise à substituer les approches de gestions publiques fondées sur la prise en compte des besoins spécifiques et la reconduction des politiques sociales, par des approches issues du « marché », c'est-à-dire du secteur de l’entreprise privée. Elle se traduit dans les secteurs des services publics, comme dans celui du travail social, par des modes organisationnels et des valeurs managériales conçus sur une rationalisation des coûts, une rentabilité et une compétitivité entre les acteurs, contribuant ainsi à une précarisation des emplois, une intensification de la charge de travail et un délitement du sentiment d’appartenance professionnelle. La « sanitarisation du social » (Chauvière, 2007) ou encore « la nouvelle vulgate de gouvernance » (Aballéa, 2013) sont des expressions qui tendent à affirmer que la problématique managériale relative à la NGP a tendance à s’accélérer dans le secteur social et se manifeste non seulement par son « hypergestion » (Chauvière, 2007) mais aussi par l’adoption d’un modèle hiérarchique au niveau du management et du langage des cadres dans les structures socio-éducatives (ibid., p. 188 et 203).

  • 4 Pour Morin, les attitudes cyniques qui se développent dans les organisations sont le reflet des att (...)

3Les exigences de la NGP induisent donc de nombreuses transformations dans les divers champs du travail social. Les réflexions sur ces champs, étayées par d’abondantes recherches empiriques mettent, très majoritairement, en évidence une prégnance accrue des logiques gestionnaires dans les organisations sociales et médico-sociales. Leurs impacts s’étendent aux structures d’offres de l’action sociale et à la régulation de ses activités par des processus de rationalisation du travail. Dans ce contexte socio-politique et organisationnel, on assiste à des formes de vulnérabilité individuelles des professionnels et à une fragilisation de leur identité collective au travail. Le travail bureaucratique se substitue au travail éducatif pour lequel les travailleurs sociaux ont pourtant été formés et qui demeure à leurs yeux leur cœur de métier. Les possibilités restreintes d’agir, renforcées par la réduction des ressources budgétaires, les conduisent à conforter leur sentiment d’impuissance, voire d’inutilité4 (Morin, 2008, p. 43). Conséquemment, les rôles professionnels sont mis à mal et le sentiment de disqualification chez les travailleurs sociaux est une source d’usure professionnelle, voire de burn-out (Ravon, 2009, p. 9). Il s’agit maintenant de montrer comment ces deux problématiques de la souffrance au travail ont été étudiées dans le champ de l’intervention sociale.

Travail social et burn out

4Au début des années 1980, c’est plutôt le concept d’usure professionnelle qui a été développé dans plusieurs études se rapportant à ce champ. Ce terme d’usure était même synonyme de burn-out et était considéré comme son équivalent francophone. En effet des auteurs comme Pezet et al. (1993, p. 75) ne font pas de distinction entre l’expression anglo-saxonne de burn-out directement traduite par celle d’usure professionnelle. D’ailleurs, ces auteurs se sont appuyés sur la définition de Maslach et al. et sur leur échelle de mesure (MBI). Trois cent neuf travailleurs sociaux, issus de 25 établissements différents ont répondu à ce test de mesure du burn-out. Pezet et al. (ibid., p. 83) observent que les assistantes sociales et les éducateurs techniques seraient les plus touchés par des sentiments négatifs hostiles vis-à-vis des usagers. D’abord, ces sentiments concerneraient surtout la seconde dimension maslachienne du burn-out qui est la dépersonnalisation de la relation. Ensuite, au niveau des publics pris en charge, ce sont les adolescents en difficultés sociales qui sont les plus enclins à faire l’objet de cette dépersonnalisation. Enfin, le milieu dit « ouvert » (versus internat) apparaît plus « usant » pour reprendre leur expression. L’explication de cette dernière caractéristique est liée à la capacité réduite des travailleurs sociaux à maîtriser l’évolution des usagers et au caractère épisodique de la relation éducative.

5À la fin des années 1990, une autre étude quantitative de grande ampleur (réalisée à partir de ce même test du MBI), sur 1 092 travailleurs sociaux en France montrait que « certains postes dans le travail social sont plus liés au burn-out que d’autres » (Roland, 1999, p. 2). Cette étude, comme la précédente, partait du principe que les représentations des travailleurs sociaux de leur situation de travail, peuvent permettre de comprendre l’expérience du burn-out (ibid., p. 4). Les résultats de cette enquête confirment en partie l’étude de Pezet et al. et indiquent que des critères dits « objectifs » sont à considérer dans le champ du travail social. Il s’avère que les travailleurs sociaux les plus exposés au burn-out sont les métiers d’assistante sociale et de conseillère en économie sociale et familiale, exerçant dans les secteurs des personnes socialement inadaptées et intervenant en milieu ouvert. À l’inverse, lorsque l’on est travailleur social appartenant à un métier autre que ceux cités précédemment et intervenant dans le milieu du handicap en milieu fermé (type internat), les personnels éducatifs sont moins susceptibles de connaître cette situation.

6L’approche quantitative a aussi été mobilisée par Didier Truchot et David Badré (2004) qui ont mené une enquête sur le burn-out, en prenant toujours appui sur ce MBI et à partir d’un échantillon de 244 travailleurs sociaux. Ils se sont intéressés à trois variables et à leurs impacts sur la survenue du burn-out chez ces professionnels : fréquence perçue des agressions subies de la part des usagers, degré du sentiment d’auto-efficacité (c’est-à-dire perception des capacités à résister à des situations dites exigeantes comme les agressions répétées), et le type de pouvoir exercé et perçu dans l’organisation. Les résultats de ces psycho-sociologues montrent que la prévalence des agressions est un facteur déterminant du burn-out, mais que plus le sentiment d’auto-efficacité est important, plus ce sentiment joue comme effet ralentisseur dans la survenue de ce syndrome. Cet effet est aussi mesurable lorsque les travailleurs sociaux ont une perception d’un pouvoir organisationnel et hiérarchique qui leur permette d’exercer leur métier avec une certaine autonomie et une participation aux prises de décisions (configuration participative). Les auteurs ont complexifié leur analyse en croisant les trois variables. Dès lors, il apparaît que dans un contexte de violence perçu et dans une configuration participative, ceux qui ont un degré d’auto-efficacité important sont moins sujets à l’épuisement. Inversement, toujours dans ce contexte de violence, ceux qui ont un degré d’efficacité moindre, dans une configuration participative sont plus enclins à l’épuisement que s’ils étaient dans une configuration plus hiérarchisée et formelle. Au-delà, de l’analyse de ces diverses occurrences, Truchot (2004, p. 118) souligne que « les agressions verbales répétées (menaces, insultes, les provocations, les comportements d’incivilité, représentent des stresseurs qui, à la longue, sont sources de burn-out ».

7L’intérêt de ces études quantitatives réside dans le fait qu’elles s’appuient sur un grand nombre de situations et mettent en lien des facteurs individuels et contextuels significatifs du burn-out. Cependant, elle nous donne peu d’informations sur les processus en œuvre dans la manière de le vivre et pourquoi certains travailleurs sociaux connaissent cette situation. De plus, il s’agissait de recueillir des opinions de travailleurs sociaux et leurs représentations du burn-out et non le témoignage de professionnels directement concernés par ce syndrome. Ce double écueil n’a pas été complètement écarté dans les recherches dites « qualitatives » ou « constructivistes » dans la mesure où c’est moins le recueil de récit de professionnels concernés par ce syndrome (travailleurs sociaux ou autres), que l’observation de leur environnement institutionnel et socio-politique qui est alors scrutée par les chercheurs.

  • 5 Enquête menée sur 5 terrains différents : un service municipal de la petite enfance, deux territoir (...)
  • 6 Le recours aux caractéristiques du burn-out, à partir de la perspective maslachienne, pour définir (...)

8À cette difficulté, il faut y ajouter celle d’établir une frontière nette entre l’usure professionnelle et le burn-out. Les travaux de Bertrand Ravon et al., (2008) sur l’usure professionnelle illustrent cette difficulté. En effet d’une part, leur enquête qualitative est « menée auprès de professionnels sur leur difficile exercice du travail social dans différents terrains hors éducation spécialisée5 » (ibid., p. 60) et donc ne concerne pas les professionnels affectés par ce syndrome (Ravon et al., 2008, p. 4). D’autre part, ces chercheurs appréhendent l’usure professionnelle à partir de la définition tridimensionnelle maslachienne du burn-out6 (Ravon, 2009, p. 60), contribuant ainsi à prolonger le caractère indistinct entre ces deux notions. À partir de cette perspective, Ravon constate que deux types d’épreuves, eux-mêmes générateurs d’usure professionnelle, sont observables dans le champ du travail social. Le premier renvoie à l’épuisement relationnel qui se caractérise par la prise en charge répétée d’usagers difficiles. Le second concerne les transformations de ce champ (diversification des usagers, multiplication des procédures renforcement de la logique gestionnaire…) qui conduisent les professionnels à les placer dans des « logiques contradictoires de standardisation et de singularisation de l’activité [et] rendent les épreuves de professionnalité difficiles à traverser » (Ravon, 2009, p. 65).

9Dans une perspective plus constructiviste, Marc Loriol s’est également intéressé aux burn-out des travailleurs sociaux, même si, lui aussi, parle beaucoup plus de perception de l’usure par les professionnels eux-mêmes que de ce syndrome. Son but était de comparer leurs témoignages avec ceux des infirmières pour mieux saisir les liens entre leurs discours et les enjeux professionnels spécifiques de ces deux catégories (Loriol, 2000, p. 186). D’une part, les plaintes des travailleurs sociaux se rapportent à leurs sentiments d’être démunis face aux situations socio-économiques des usagers. D’autre part, ils se plaignent du manque de motivation de ces derniers à dépasser leur situation personnelle. Ces deux raisons principales sont sources d’insatisfaction pour les travailleurs sociaux et sont, pour l’auteur (ibid., p. 187) « moralement usant » dans la mesure où « remotiver sans cesse les bénéficiaires des services sociaux userait la motivation des travailleurs sociaux ». Au contraire des infirmières, ils sont moins en attente de gratitude de la part des usagers et moins affectés par l’agressivité de ces derniers. Ils sont plutôt pris dans une « double contrainte » entre une absence de réponse et rationalisation budgétaires qui les conduit à un « bricolage permanent », source d’usure et d’insatisfaction. Loriol considère que cette logique de « double contrainte » constitue « le centre théorique des principales analyses françaises du burn-out des travailleurs sociaux » (ibid., p. 189).

  • 7 Les dissimilitudes des questionnements et la variété des problématiques traitées par les étudiants (...)

10Du point de vue méthodologique, la recherche de Loriol s’est surtout centrée sur les infirmières (N.81), les ouvriers et employés (N.65), les médecins (N.30) et accessoirement sur les assistantes sociales (N.14). Sa grille d’entretien est aussi principalement orientée sur la perception de la fatigue et cette grille ne concerne pas cette dernière catégorie professionnelle. En effet, comme il le souligne dans les annexes de sa recherche (ibid., p. 285), les entretiens des assistantes sociales, réalisés par des étudiants, étaient construits sur une grille non commune en fonction la problématique élaborée dans leur dossier respectif de recherche. Au-delà de ce choix méthodologique opaque concernant cette catégorie7, il apparaît que l’analyse du burn-out des travailleurs sociaux est aussi ici appréhendée par le prisme de l’usure professionnelle ; comme catégorie secondaire, c’est-à-dire comme catégorie de comparaison ; fondée sur les perceptions des acteurs de leur environnement professionnel et non sur leur expérience personnelle du burn-out.

Principales raisons du burn-out selon les acteurs

Encadré méthodologie

  • 8 Ces plates-formes appelées « forums de discussions » peuvent être considérées comme des terrains d' (...)

Notre enquête vise à comprendre comment les travailleurs sociaux expriment leur burn-out ; quels sont les arguments qu’ils mobilisent et comment ils justifient leur état et leur conduite dans leurs rapports au travail. Pour ce faire, nous nous sommes appuyés sur deux formes principales de recueils de données. La première a reposé sur des entretiens semi-directifs de travailleurs sociaux se déclarant en burn-out (N 20 dont une partie a été contactée par annonce sur des sites professionnels). La seconde a consisté à collecter des expériences de professionnels de ce secteur se déclarant dans la même situation et qui utilisent des plates-formes numériques pour témoigner8 de leur situation (N 86). Le recueil et l’analyse des données se sont fondés sur une approche inductive où les catégories sont notamment construites a posteriori par le chercheur, grâce à la « grounded theory » ou analyse par théorisation ancrée. Notre but n’était pas de vérifier des hypothèses, mais de construire et de valider simultanément nos données empiriques par la comparaison constante entre le contenu du corpus et l’analyse en émergence (Paillé, 1994, p. 150). La combinaison de recueils de données, nous a permis de relever et de croiser dans les témoignages des acteurs, plusieurs thématiques explicatives quant à leur situation de burn-out. 

11Il s’est agi pour nous de relever ce qui fait sens pour les travailleurs sociaux directement concernés par ce syndrome. Leur expérience vécue devient alors un vecteur de production de la connaissance. Si de nombreux travaux établissent des corrélations diverses entre les facteurs du burn-out, ici les témoignages ne sont pas rapportés à des relations causales linéaires. Au contraire, nous considérons qu’il est nécessaire d’adopter une approche systémique de ce syndrome puisque la question de la causalité du burn-out est incontestablement complexe et pluri-factorielle. De plus, il est indéniable qu’il existe des processus de causalité circulaire entre divers facteurs qu’ils soient personnels ou professionnels.

12Dans cette perspective, les définitions des travailleurs sociaux en situation de burn-out que nous avons recueillies dans nos différents témoignages, renvoient, d’une part, aux sentiments de ne plus exister. En fait, ils expriment un sentiment de perte de leur identité individuelle et sociale, et une forme de nihilisme de l’existence. Les expressions « on n’est plus rien » « on a l’impression d’être un moins que rien » reviennent plusieurs fois pour affirmer cette perte du sentiment « de servir à quelque chose ». D’autre part, ce syndrome du « rien » et aussi une maladie du désir, exprimée par des énoncés de type « plus envie de quelque chose pour soi et pour les autres ». Cette absence de désir est parfois associée à une insuffisance de mobilité au sens quasi-physique du terme dans la mesure l’acteur n’a plus « envie d’avancer de faire des choses, voire de vivre », « plus envie de bien faire » ou encore « plus envie de bouger, de manger, de rire ».

  • 9 Pour ne pas agir en désaccord avec leurs croyances ou pour réduire cette tension entre attentes ins (...)

13Les facteurs du burn-out apparaissent relativement bien identifiés aux yeux des travailleurs sociaux se trouvant dans cette situation. Ces derniers invoquent le plus souvent la charge importante de travail, le niveau de contrôle et d’autonomie diminué, les rapports hiérarchiques conflictuels, le décalage entre attentes personnelles et travail réalisé. Les témoignages montrent que les travailleurs sociaux imputent quasi unanimement les principales causes de leur état à l’environnement extérieur : effets des politiques sociales, fautes de l’institution, logique gestionnaire, mode de management… On peut parfois repérer une « dissonance cognitive9 » entre des attentes institutionnelles et les aspirations personnelles et professionnelles à l’image de ce témoignage : « Avant je prenais parfois le temps d’accompagner les usagers dans certaines démarches difficiles, maintenant je contrôle s’ils ont effectué ces démarches ». Par rapport à l’expression de ce type de plainte, c’est bien la question du sens qui est posée chez les travailleurs sociaux. Dans ce contexte professionnel, le sens peut être considéré « comme un effet de cohérence entre les caractéristiques qu’un sujet recherche dans son travail et celles qu’il perçoit dans le travail qu’il accomplit » (Morin, 2008, p. 10). Même si des auteurs comme Stanislav Kasl (1992) ont montré, que les professionnels peuvent s’adapter à une situation qui leur paraît absurde ou éloignée de ce qu’ils admettent, tous ne renoncent pas à leurs aspirations et à leurs valeurs.

14Les cadres sont souvent décriés et désignés comme les principaux responsables du burn-out, dans la mesure où ils participeraient notamment à cette perte de sens du travail social. Leur soumission aux politiques publiques gestionnaires, leur inclination à empêcher les prises d’initiatives individuelles et leur inefficacité, voire leur incompétence, sont les arguments récurrents qui participent, selon les témoignages, au burn-out des salariés. Ces attitudes se conjuguent parfois par des comportements de dévalorisation des personnels, un manque de reconnaissance et des stratégies de « divisions ».

15Les dysfonctionnements managériaux consécutifs aux pratiques des cadres sont quelquefois décrits comme intentionnels. Par exemple, les directions utiliseraient des stratégies, fondées notamment sur des formes de dépendance, afin d’asseoir leur pouvoir. Ce type de dysfonctionnement est souvent, selon certains témoignages, lié aux relations de réseau et de proximité des cadres. Cette hiérarchie apparaît dès lors comme partiale et arbitraire dans ses décisions et plus globalement dans son management. Les relations interpersonnelles affinitaires sont alors désignées comme une source importante d’iniquité. Le traitement différencié du personnel participe à alimenter le sentiment de non-reconnaissance au travail. Certains n’hésitent pas à parler « d’une une sorte de complot entre potes de la même famille qui se tiennent tous la main ».

  • 10 Il suffit de s’intéresser aux programmes et contenus de formation de ces cadres du secteur social p (...)

16Malgré la technicisation des fonctions de cadres10, la plupart des témoignages, montrent que l’on ne peut écarter la persistance des dimensions affectives dans les modes de management puisque ces modes mettent en jeu des relations humaines et pas seulement des techniques plus ou moins maîtrisées par les acteurs. Dans le secteur social, où les subjectivités ne sont pas forcément contenues dans des considérations et pratiques objectivables, les décisions peuvent apparaître plus qu’ailleurs arbitraires, voire souvent empreintes de favoritisme créant ainsi des animosités professionnelles. Réduire ces observations à des « erreurs » de management, c’est penser naïvement que les relations humaines peuvent être contenues dans des procédures et dans un formalisme institutionnel.

17Plus rarement, les personnes en burn-out invoquent leurs collègues non-hiérarchiques, mais n’évoquent pas pour autant une solidarité entre collègues pour expliquer les facteurs déterminants de leur burn-out. Au contraire, dans les organisations socio-éducatives surtout celles où il existe une forte standardisation des procédures de travail, « chacun essaie de sauver sa peau ». Parfois même, la personne en burn-out s’est sentie comme occupant une position « d’exutoire » permettant ainsi à ses collègues de se protéger des effets néfastes de l’institution. Elle se sent dès lors occuper une fonction de dérivatif institutionnel. Plus globalement, le manque de solidarité ne fait que renforcer le processus de burn-out et les méfiances réciproques entre collègues non-hiérarchiques. Celui-ci se traduit dans les faits, par des relations professionnelles qui tendent à se déliter, par le sentiment d’être exclu, voire d’être ostracisé du reste de l’équipe, ou encore par un isolement volontaire ou subi de la personne. L’isolement par rapport à ses collègues se fonde souvent aussi sur la peur du jugement d’incompétence, sur le refus éventuel de certains collègues à écouter les plaintes répétées de celui qui en est le porteur ou encore sur la peur des représailles que des collègues peuvent craindre de la part de leur direction.

18À ce propos, la thèse défendue de Laurie Kirouac (2007, p. 87), selon laquelle les personnes en burn-out n’arrivent pas à identifier un « adversaire » est certes observable dans les débuts de ce syndrome car les travailleurs sociaux reconnaissent que durant cette période ils étaient submergés par des sentiments de culpabilité et attribuaient leur situation à des raisons individuelles. Par contre, même si un sentiment de culpabilité individuelle peut persister, cette explication est vite abandonnée, lorsque ces personnes sont effectivement absorbées par leur situation. L’adversaire est alors tout désigné par les acteurs puisqu’ils attribuent des raisons organisationnelles, structurelles et sociétales à leur burn-out. L’absence ou la quasi-absence de prise en compte des causes exogènes par les travailleurs sociaux se déclarant être en burn-out, au profit de raisons personnelles, s’avère donc fortement discutable.

Les manifestations du burn-out selon les acteurs

19Ainsi, les manifestations du burn-out apparaissent nombreuses et s’expriment sur le lieu de travail et dans la vie privée : fatigues physique, psychologique, émotionnelle, désintérêt massif pour son travail, sentiment d’un sur-effort pour réaliser ses tâches, difficultés d’élaborer des projets, désengagement conjugal et parental… de nouveau, il faut également considérer que ces manifestations sont reliées entre elles au-delà d’une chaîne causale linéaire. Du point de vue systémique, le syndrome du burn-out est la résultante de rapports continuels d’interdépendance entre des facteurs qui se nourrissent mutuellement et où chacun de ces facteurs, considérés dans leur complexité, contribue à la situation finale. La nature des relations aux collègues, les rapports aux usagers sont notamment des domaines où se vivent les perceptions et les manifestations du burn-out. Il ne s’agit pas ici de répertorier l’ensemble des conséquences du burn-out mais de relever ses manifestations les plus marquantes.

20Avant leur burn-out, les travailleurs sociaux avaient plutôt une perception positive de leurs aptitudes et de leurs capacités à faire face aux nombreuses situations professionnelles. Leur travail se fondait le plus souvent sur une double reconnaissance, non seulement celle de l’institution et de ses représentants mais aussi celle des usagers qui étaient satisfaits de l’offre qu’ils pouvaient prodiguer. Beaucoup pensaient que ce syndrome n’affectait seulement que les personnels les plus fragiles. Les débuts du burn-out se manifestent parfois à l’insu des personnes concernées. Ces débuts sont difficilement identifiables, autrement dit, on ne sait pas quand on entre en burn-out, tout comme d’ailleurs, quand on en sort. La progressivité de ce syndrome illustre la nécessité de le considérer comme un processus et non un état figé qui serait soudain et prévisible aux yeux des personnes concernées. Dans ses premières manifestations (qui ne sont pas forcément paroxystiques), il s’exprime dans un contexte de travail où les premiers signes d’alerte peuvent même parfois provenir des collègues qui interpellent ces personnes sur le contenu effectif de leur travail. La nature des rapports avec ses collègues tout comme celle avec les usagers deviennent des indices d’alerte qui permettent de prendre conscience de son état. On constate alors un délitement de ces rapports et une progressive mise à distance d’autrui, qui s’expriment parfois par une « froideur » relationnelle, voire une certaine méfiance.

21Les plaintes des acteurs qui se disent être en burn-out sont empreintes de diverses souffrances. Celles d’ordre physique se déclinent notamment par des expressions qui se rapportent au corps, à l’image de la « boule au ventre » qui se manifeste surtout lorsque l’individu doit se rendre à son travail. Ce corps est parfois décrit comme « mutilé », il se raconte à la troisième personne comme s’il avait une existence propre et autonome qui dépasse la maîtrise de l’individu. Autrement dit, l’esprit ne contrôle plus le corps, tellement ce dernier se manifeste dans sa douleur. Il est alors lui-même le symptôme dans son ensemble, au-delà de ce qui le compose. Les principales manifestations psychologiques de ce burn-out au travail, sont le stress, l’anxiété, les angoisses, les pleurs, les insomnies… Le sentiment d’une forme de fatigue généralisée, la difficulté de réagir face aux attendus professionnels et de se confronter à la réalité viennent souvent se conjuguer à un sentiment de culpabilité et à un isolement physique et psychologique. Culpabilité qui concerne moins la mise en cause de sa responsabilité dans la survenue de son état d’épuisement que la culpabilité de n’avoir pas su dépasser ce dit état. Les témoignages illustrent la difficulté d’être « sous tous les fronts ». Non seulement les acteurs doivent gérer leurs rapports aux collègues, aux usagers et à leur famille, mais aussi les relations avec leurs proches. Ce qui relève de l’ordinaire et de l’habituel devient alors quasiment insurmontable.

22Pour certains travailleurs sociaux, il est incontestable que les conséquences de leur burn-out ont entraîné une forme de déshumanisation des usagers. De manière moins paroxystique, les témoignages relatent un affaiblissement des capacités d’empathie et un intérêt moindre à maintenir un niveau de connaissance nécessaire à la préservation de leur compétence. Dans les deux cas, ce sont les insuffisances professionnelles et plus globalement leur rapport au métier, qui sont interrogés. Les professionnels en burn-out se disent conscients du caractère préjudiciable de leur état à une relation éducative bienveillante. L’état d’épuisement est, tel qu’il existe, une forme de focalisation sur sa propre situation professionnelle, même si par ailleurs ces travailleurs sociaux déplorent ne pas réussir à se détacher de leurs difficultés. Dans ce contexte, les usagers apparaissent comme des victimes « collatérales » et il leur est parfois reproché d’être au centre des préoccupations institutionnelles aux dépens de la santé des salariés.

  • 11 Il est classiquement affirmé que le burn-out est consécutif à une fatigue de compassion, (Stéphane (...)
  • 12 Sur ce point les travaux de Ravon et al., (2008) rejoignent nos observations. Les usagers ne sont p (...)

23Des auteurs comme Stéphane Richard (2014, p. 217) indiquent que le burn-out peut être consécutif d’une fatigue ou d’un stress de compassion, c’est-à-dire à hypersensibilité11 du professionnel face à la souffrance d’autrui. L’auteur reprend la définition de François Lebigot et Michel de Clercq (2001, p. 121) selon laquelle, le stress de compassion est « un stress couplé à l’exposition aux souffrants ». Pour ce qui nous concerne, nous n’avons pas observé que la souffrance humaine des usagers a un impact direct sur l’état d’épuisement des travailleurs sociaux12. Nos témoignages ne confirment donc pas que ces processus de compassion, émanant d’expériences prolongées ou non d’une prise en charge d’usagers en situation de fragilité, produisent des effets délétères sur ces derniers. On peut donc avancer qu’elle est relativement limitée chez les travailleurs sociaux, car ils disposent généralement de plusieurs outils (et formation) qui leur permettent de se distancier d’une empathie incontrôlée. D’ailleurs, la doxa éducative exige un impératif de distanciation avec les usagers. Cela ne veut pas dire qu’ils sont dans un rapport distancié avec les publics, au contraire la plupart des travailleurs sociaux en burn-out défendent des positions en faveur des usagers. Par contre, ces exigences émotionnelles relatives au contrôle de soi ont parfois été considérées comme un facteur déterminant du burn-out (Gollac et Bodier, 2011, p. 15).

Singularités du burn-out chez les travailleurs sociaux : entre isolement et crainte de l’avenir

24Parallèlement à ces diverses manifestations, on peut relever certaines singularités qui se dégagent chez les travailleurs sociaux en situation de burn-out. Ainsi, le retrait physique et psychologique apparaît, dans la plupart des témoignages comme une récurrence. Lorsqu’ils sont, pour une raison ou une autre, dans une phase de confrontation avec la réalité professionnelle, ce retrait volontaire se manifeste dans leur vie privée mais surtout dans leur travail quotidien. Dans ce contexte de travail, il apparaît comme une protection, même si leurs auteurs sont conscients que ce retrait a des incidences concernant les relations affinitaires et de solidarité au travail. Cette sociabilité du retrait est une forme d'échappatoire qui se traduit par une fuite des relations avec ses collègues. Le caractère « choisi » semble prédominer sur celui « subi », mais on ne peut écarter, que la personne en burn-out ne participe pas elle-même à son exclusion, renforçant ainsi sa déliaison professionnelle et personnelle.

25Parfois, c’est la vie familiale qui est dans un premier temps désignée comme la source de la souffrance personnelle par les professionnels eux-mêmes. La consultation auprès d’un tiers (ici dans le témoignage ci-dessous, il s’agit d’un thérapeute) permet alors de faire un lien direct entre son état de santé et son vécu professionnel. Comme nous l’avons déjà observé, c’est clairement l’institution qui est désignée comme la source du burn-out par les personnes concernées par ce syndrome. Les professionnels établissent alors des relations de cause à effet entre leurs douleurs physiques et psychologiques et la reprise de leur travail. La peur de retourner au travail permet aussi d’évaluer la persistance de ce syndrome. Indubitablement, ces douleurs ont des incidences sur la vie privée.

26En effet, les conséquences du burn-out sur le conjoint et les enfants sont souvent évoquées. La personne est envahie dans toute sa vie privée par ses difficultés professionnelles et par son état psychologique d’épuisement. Cette vie privée est décrite comme étant impactée par la vie professionnelle, jusque dans l’intimité des personnes. En effet, ces dernières considèrent que leur appétence sexuelle est grandement limitée par leur état psychologique et physique. Elles décrivent un envahissement des difficultés professionnelles sur le plan personnel, jusqu’à ne plus répondre aux sollicitations conjugales mais aussi ne plus assumer, au moins en partie, leurs responsabilités parentales. Si les travailleurs sociaux en burn-out expriment les conséquences négatives de leur épuisement dans la sphère familiale, beaucoup de témoignages relatent aussi celles qui concernent la vie sociale dans son ensemble. Le désengagement dans les activités de loisirs et de temps libre, puis surtout le délitement du réseau de sociabilité sont les principaux signes de cet épuisement lorsqu’il s’exprime en dehors du travail.

27La crainte de l’avenir nous apparaît comme étant une autre récurrence significative du burn-out chez les professionnels de ce secteur. Pour eux, l’environnement professionnel global et les possibilités restreintes de leur secteur d’activité les contraignent à limiter leurs aspirations à un reclassement ou à un changement de poste (au contraire du secteur sanitaire où les possibilités de changement d’institution sont plus importantes). En effet, de nombreux travailleurs sociaux se disant épuisés professionnellement mettent en avant l’absence de perspective qui apparaît être un élément supplémentaire qui « plombe » un peu plus le quotidien. Autrement dit, celle-ci participe à l’insécurisation de la carrière professionnelle tout en renforçant l’idée selon laquelle la personne est « condamnée » à demeurer là où elle se trouve, d’autant que prédomine l’idée selon laquelle son expérience est peu transférable sur le marché du travail. On pourrait poser comme hypothèse de recherche que dans les périodes socio-économiques à faibles opportunités professionnelles, nous assistons à une augmentation des processus d’épuisement professionnel. Cette hypothèse nécessiterait alors d’être confirmée ou infirmée par des travaux intégrant la dimension macro-économique à la compréhension de ce processus.

28Cette absence de perspective professionnelle vient parfois se conjuguer à une perte de confiance en ses compétences. Les acteurs développent des ressources pour ne pas complètement perdre confiance en eux, mais l’emploi occupé est décrit comme un lieu de disgrâce d’où l’on ne peut s’extraire, une forme de forteresse d’où on ne peut s’échapper en raison, encore une fois, des possibilités restreintes d’en changer. Le sentiment d’échec professionnel éprouvé lorsque la personne est en épuisement, contribue aussi au statu quo face à leur situation de détresse. Partir sur un échec semble douloureux et il subsiste encore l’espoir que l’amélioration de son rapport au travail, ici et maintenant, contribuerait selon certains à la guérison complète de leur burn-out. On peut même parfois noter qu’il existe une certaine fierté à retrouver son poste en raison d’un rapport de forces que des professionnels ne veulent pas complètement perdre. Il s’agit de puiser dans ses ressources pour ne pas perdre complètement la partie.

  • 13 Dans le MBI, cet item est contenu dans la question suivante (11e sur 22) : « Je crains que ce trava (...)

29Les représentations liées à la crainte de l’avenir, l’absence de perspective et le refus d’envisager de partir sur un sentiment d’échec sont donc relativement prégnants dans les témoignages de ceux qui se disent se trouver en burn-out ou ayant connu cette situation. Toutes ces dimensions renvoient aux projections que les acteurs font de leur avenir proche ou plus lointain et qui sont pourtant agissantes au quotidien. À ce propos, les items des tests les plus connus, à l’image (MBI) de C. Maslach, ou celui de T. S. Kristensen (CBI, Copenhagen Burnout Inventory), se rapportent tous à l’expérience passée et présente des répondants, à l’exception d’un seul item13 qui appréhende la question du futur, pourtant effective, fondamentale et constitutive des processus de burn-out. En effet, la projection pessimiste dans le futur est une source d’appréhension centrale d’autant que celle-ci est renforcée par la perte de confiance en ses compétences qui, rappelons-le, est une des manifestations du faible sentiment de réalisation personnelle décrit par Maslach et intégré au test du même nom. Les projections professionnelles sont intimement liées à la conscience que nous avons de nos compétences, mais celles-ci intègrent également des données liées à l’environnement professionnel plus ou moins favorables : chômage, plein emploi, facilité ou non d’une réintégration professionnelle, âge, mobilité géographique... Elles peuvent être peu ou prou rassurantes pour celui qui est submergé par sa souffrance professionnelle.

Conclusion

30Nos investigations renvoient à une réalité complexe où les travailleurs sociaux se déclarant en burn-out subissent et construisent cette réalité. Si l’on s’intéresse à certains facteurs de ce syndrome de manière dynamique, on assiste, dès le début des années 1980, à une vulnérabilité plus importante des professions sociales. Plusieurs travaux, issus notamment des disciplines sociologiques et psychologiques, montrent que cette fragilité est en partie imputable aux transformations institutionnelles et organisationnelles liées à la NGP. Pour autant, il n’est pas question d’adopter une démarche fondée sur une causalité linéaire des facteurs exogènes et endogènes de l’épuisement professionnel mais de considérer la complexité systémique de ce syndrome. Le burn-out ne peut également se limiter à une définition clinique ou médicale mais s’appréhender à travers le sens que les acteurs attribuent à leur situation. Ainsi, les manifestations du burn-out sont à la fois des causes et des résultats de rapports au travail douloureux et complexes. À titre d’exemple, nos observations montrent que l’isolement de la personne en burn-out nuit à son épanouissement personnel et familial, mais la souffrance consécutive à ce manque d’épanouissement nourrit aussi son inclination à l’isolement. Àce propos, on peut considérer que le burn-out dans ses manifestations les plus violentes est un syndrome d’isolement qui se décline, certes dans les relations professionnelles mais aussi dans les sphères familiale et sociale. Nos investigations montrent que la souffrance a de nombreuses conséquences sur ces sphères et que leurs causes sont prioritairement rapportées, aux yeux des personnes en épuisement, à leur vie professionnelle. La dimension économique et la représentation des acteurs quant à leur possibilité ou non « d'échapper » à leur employeur semblent absentes ou en tout cas minimisées dans les travaux sur ce sujet. Par rapport au champ du travail social, nous affirmons que l’isolement physique et psychologique ainsi que la crainte de l'avenir sont deux invariants capitaux du burn-out. Par contre, souvent décrit comme source de burn-out dans le champ sanitaire, le syndrome de compassion apparaît comme étant relativement limité chez les travailleurs sociaux. Si sur cette question, le secteur a su anticiper, au moins en partie, certains risques psycho-sociaux, il demeure nécessaire d’être vigilant sur les probabilités grandissantes de l’empiètement numérique de la sphère professionnelle sur celle de la vie privée des travailleurs sociaux cadres mais aussi non cadres.

Haut de page

Bibliographie

Aballéa F., 2013, « Le retour du contrôle social », dans Bresson M., Jetté C. et Belot C. (dir.), Le travail social et la nouvelle gestion publique, Montréal, éd. Presses de l’Université du Québec, p. 11-26.

Ben Mrad F., 2017, Burn-out et travail social : du changement aux résistances à l’épreuve, Paris, éd. l’Harmattan, coll. Questions contemporaines.

Bertaux R., 2002, « Problèmes et enjeux dans l’évolution des métiers du travail social », Communication dans le cadre du séminaire OREFQ / GREE, 6 décembre 2002, Pont-à-Mousson. Disponible sur internet à l’adresse suivante [http://www.roger bertaux.com/data/news/bertaux-problemes-enjeux-evolution-metiers-travail-social.pdf].

Bouquet B., 2007, « Le travail social à l'épreuve. Face aux défis, dynamiques et reconquête de sens », Empan, n° 68, p. 35-42.

Chauvière M., 2007, Trop de gestion tue le social. Essai sur une discrète chalandisation, Paris, éd. La Découverte, coll. « Alternatives sociales ».

Corin E. et Bibeau G., 1985, « Le burn-out une perspective anthropologique », Psychopathologie du travail, entreprise moderne d’édition, p. 621-627.

Freudenberger H. J., 1975, « The staff burn-out syndrome in alternative institutions », Psychotherapy: theory, research and practice; n° 12, p. 73-82.

Gollac M. et Bodier M. (dir.), 2011, « Mesurer les facteurs psychosociaux de risque au travail pour les maîtriser », Rapport du Collège d’expertise sur le suivi des risques psychosociaux au travail faisant suite à la demande du ministre du Travail, de l’emploi et de la santé.

Kasl S., 1992, « Surveillance of psychological disorders in the work place », in Puryear Keita G. & Sauter S. L. (coord.), Work and Well-Being, An Agenda for the 1990s, Washington, D.C., American Psychological Association, p. 73-95.

Kirouac L., 2007, « La brûlure professionnelle : vente de soi et sentiment de sa perte », Cahiers de recherche sociologique, n° 3, p. 77-91.

Lebigot F. et De Clerq M., 2001, Les traumatismes psychiques, Paris, éd. Masson.

Loriol M., 2000, Le temps de la fatigue. La gestion sociale du mal-être au travail, Paris, Economica.

Loriol M., 2012, La construction du social. Souffrance, travail et catégorisation des usagers dans l’action publique, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Maslach C., Jackson S. E., 1981, « The measurement of experienced burn-out », Journal of Occupational Behaviour [https://doi.org/10.1002/job.4030020205].

.

Maslach C., Jackson S. & Leiter M., 1996, Maslach Burnout Inventory Manual, Palo-Alto, Consulting Psychologists.

Morin E., 2008, Sens du travail, santé mentale et engagement organisationnel, Québec, Études et recherches, IRSST Rapport R-543.

Paillé P., 1994, « L’analyse par théorisation ancrée », Cahiers de recherche sociologique, n° 23, p. 147-181.

Pezet V., Villate R. et Logeay P., 1993, De l'usure à l'identité professionnelle : le burn-out des travailleurs sociaux, Paris, TSA éditions.

Ravon B., 2009, « Repenser l'usure professionnelle des travailleurs sociaux », Informations sociales, n° 152.

Ravon B. (dir.), coll. Decrop G., Ion J., Laval C., Vidal-Naquet P., 2008, « Le malaise des travailleurs sociaux : usure professionnelle ou déni de reconnaissance ? », La lettre de l’observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion sociale.

Richard S., 2014, L’impact des normativités organisationnelles et professionnelles : enjeux pour la pratique du travail social, Thèse pour le Doctorat en philosophie (PhD) en sciences humaines. Écoles des études supérieures Université Laurentienne Sudbury (Ontario) Canada.

Roland J.-P., 1999 (janvier), Caractéristiques des situations de travail, Burn-out, et attitudes de retrait chez les travailleurs sociaux, Revue européenne de psychologie appliquée, p. 1-24

Truchot D., 2004, Épuisement professionnel et burn-out : concepts, modèles, interventions, Paris, éd. Dunod.

Truchot D. et Badré D., 2004, « Violence au travail et burn-out chez les travailleurs sociaux : influence du pouvoir organisationnel et du sentiment d’auto-efficacité », Revue francophone du stress et du trauma, n° 4, p. 187-194.

Zawieja P. et Guarneri F., 2013, Épuisement professionnel : approches innovantes et pluridisciplinaires, Paris, éd. Armand Colin.

Haut de page

Notes

1 C’est l’une des raisons qui explique que le test danois, le Copenhagen Burnout Inventory (CBI) semble détrôner le MBI puisqu’il retient trois dimensions fondamentales du burn-out : l’épuisement personnel, l’épuisement professionnel et l’épuisement relationnel.

2 Concernant l’analyse de ce syndrome et les débats définitionnels et scientifiques, nous renvoyons le lecteur aux contributions suivantes : Freudenberger, 1975 ; Maslach et Jackson, 1981 ; Corin et Bibeau, 1985 ; Loriol, 2000 ; Zawieja et Guarneri, 2013.

3 Il n’existe pas vraiment de définition consensuelle de ce champ du travail social ; on peut juste dire qu’il est éclaté, protéiforme en raison notamment des formations et statuts divers auxquels renvoient leurs intervenants (ingénieurs sociaux, éducateurs spécialisés, aides médico-psychologiques, etc.), des secteurs d’intervention (handicap, pauvreté, délinquance, etc.), des missions développées (prévention, hébergement, mesures de justice, politique de la ville, etc.) et des types d’employeurs (associations, collectivités territoriales, fonctionnaire de l’État, etc.).

4 Pour Morin, les attitudes cyniques qui se développent dans les organisations sont le reflet des attentes déçues des employés au regard de leur sentiment d’inutilité et de non-réalisation personnelle au travail. Pour que le travail ait un sens, nous dit-elle (2008, p. 43) « Il doit permettre à l’individu qui le fait, d’exercer ses compétences et son jugement, de faire preuve de créativité dans la résolution des problèmes et d’avoir voix au chapitre quant aux décisions qui le concernent ».

5 Enquête menée sur 5 terrains différents : un service municipal de la petite enfance, deux territoires d’action sociale de conseils généraux en milieu rural et urbain, un centre d’accueil de jour et une structure spécialisée dans la supervision des pratiques professionnelles en travail social.

6 Le recours aux caractéristiques du burn-out, à partir de la perspective maslachienne, pour définir et problématiser l’usure professionnelle de l’ensemble des travailleurs est aussi mobilisé par Didier Truchot (2004b, p. 35). Il souligne (2005, p. 35) que le concept de burn-out est particulièrement adéquat pour rendre compte des effets destructeurs de l’usure professionnelle.

7 Les dissimilitudes des questionnements et la variété des problématiques traitées par les étudiants contribuent à une hétérogénéisation de l’objet de recherche. Dans ce cadre, il nous semble difficile de dégager des inférences causales et de conceptualiser empiriquement cet objet.

8 Ces plates-formes appelées « forums de discussions » peuvent être considérées comme des terrains d'investigation car il y figure des expériences de vie qui demandent une attention d'ordre sociologique. Cette attention requiert aussi de souligner les caractéristiques de ces forums (asynchrone, polylogue et discontinue), et leurs limites. Pour ce faire, nous avons adopté une perspective socio-constructiviste qui consiste à appréhender de manière compréhensive l'épuisement professionnel du point de vue des acteurs (quasi-absence d'indicateurs liés aux caractéristiques personnelles, du contexte organisationnel…. Sur ces questions nous renvoyons le lecteur à notre ouvrage (Ben Mrad, 2017).

9 Pour ne pas agir en désaccord avec leurs croyances ou pour réduire cette tension entre attentes institutionnelles et aspirations individuelles et professionnelles, les individus tendent alors à ne pas souscrire au moins partiellement aux exigences institutionnelles.

10 Il suffit de s’intéresser aux programmes et contenus de formation de ces cadres du secteur social pour saisir les transformations liées à cette technicisation. Les diplômes correspondant à ces fonctions, à l’image du Certificat d'aptitude aux fonctions d'encadrement et de responsable d'unité d'intervention sociale (CAFERIUS) et du Certificat d'aptitude aux fonctions de directeur d'établissement ou de service d'intervention sociale (CAFDES), sont de ce point de vue assez révélateurs (Ben Mrad, 2017).

11 Il est classiquement affirmé que le burn-out est consécutif à une fatigue de compassion, (Stéphane Richard 2014, p. 217), c’est-à-dire qu’une expérience prolongée avec les plus démunis produit des effets délétères sur les travailleurs sociaux. L’effet des souffrances des usagers sur le travailleur social semble en partie contenu par ce dernier. Sa formation lui permet une certaine distanciation qui lui permet d’avoir une démarche humaine mais néanmoins réfléchie.

12 Sur ce point les travaux de Ravon et al., (2008) rejoignent nos observations. Les usagers ne sont pas identifiés comme cause première du malaise des travailleurs sociaux, quand bien même leurs violences ou leurs exigences sont souvent mentionnées.

13 Dans le MBI, cet item est contenu dans la question suivante (11e sur 22) : « Je crains que ce travail ne m’endurcisse émotionnellement ». Il vise à mesurer la deuxième modalité du burn-out relative à la dépersonnalisation et non à une représentation de l’avenir. Dans le CBI, cet item est contenu dans la question suivante (19e sur 19) : « Je me demande combien de temps je tiendrai encore dans ce travail avec les usagers ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fathi Ben Mrad, « Travailleurs sociaux face au burn-out »Sciences et actions sociales [En ligne], 19 | 2023, mis en ligne le 24 mars 2023, consulté le 21 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/sas/3505

Haut de page

Auteur

Fathi Ben Mrad

Docteur en sociologie, il est chargé d’enseignement à l’Université Panthéon-Assas Paris II. Il est également chercheur associé à l’Institut Lifelong Learning and Guidance au département de recherche « Education, Culture, Cognition & Society » (Université du Luxembourg).

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search