Navigation – Plan du site

AccueilNuméros21IntroductionIntroduction

Texte intégral

1Manuel BOUCHER

  • 1 Établissements de Formation en Travail Social.

2Les EFTS1 appartiennent à un champ à part, puisqu’ils sont aussi concernés par les transformations politiques, sociales, économiques et culturelles qui impactent le champ social et médico-social. Cette introduction a pour objectif de faire un bref détour sociohistorique sur le développement, sur l’éclatement du travail social pour présenter ses principales mutations et contextualiser les communications et les débats qui vont nous animer tout au long de cette conférence.

3D’abord, qu’entendons-nous par « travail social » ?

4Depuis la naissance de la société moderne, l’extension de la division du travail qui l’accompagne, de nombreux professionnels, bénévoles, ont incarné des générations d’intervenants sociaux dans de multiples domaines – on peut citer l’assistance aux indigents, l’aide aux handicapés, les vieillards, la rééducation des inadaptés sociaux et donc, en mobilisant leurs convictions et compétences, ces acteurs ont tenté de répondre aux conséquences néfastes des processus d’industrialisation. En effet, au sein de l’ère industrielle, pour répondre à la question sociale se développent, se professionnalisent des corps spécialisés dans les jupes de l’État, chargés d’organiser la solidarité et le contrôle de la déviance . Au milieu des années 80, le sociologue Jacques Donzelot montre que parallèlement à la naissance du concept scientifique de solidarité organique, développé par Émile Durkheim, l’invention du social, notamment le solidarisme de Léon Bourgeois, est une réponse politique à la question sociale, c'est-à-dire la crainte de l’explosion massive des révolutions prolétariennes anticapitalistes de la fin du XIXe siècle.

5Comme l’indique le sociologue Robert Castel, le social va être cet ensemble de dispositifs assistanciels et assurantiels constitués d’une manière volontariste pour maintenir, et surtout pour rétablir une certaine solidarité entre les différents membres et groupes au sein de la société moderne, principalement en direction des plus défavorisés d’entre eux – ceux que l’on appelle au XIXe siècle, nous dit-il, les « blessés de la civilisation ».

6Cependant, n’ayant bien sûr pas le temps ce matin de faire une sociohistoire approfondie du travail social, je vais passer directement aux XXe et au XXIe siècles. Après une longue période de professionnalisation, de qualification et de technicisation, aujourd'hui, l’État et plus largement les pouvoirs publics reconnaissent l’importance du travail social pour combattre les inégalités.

7En tant que régulateurs d’inégalités, de réparateurs sociaux – comme le dirait notre collègue Gaspard qui interviendra cet après-midi – ayant la capacité de coproduire de la régulation sociale, l’État et les collectivités territoriales reconnaissent que les travailleurs sociaux ont un rôle-clé à jouer.

8En effet, face aux nouvelles formes de précarité que Robert Castel nomme « précariat », c'est-à-dire une institutionnalisation de la situation de précarité, à la fragmentation des liens sociaux, au processus de disqualification sociale et de ghettoïsation producteur de marginalisation, d’exclusion sociale, de désordre des inégalités, les travailleurs sociaux vont élargir leur périmètre d’intervention puisqu’ils viennent en soutien des politiques de l’emploi, de l’éducation, de la vie familiale, de la vieillesse, de la santé, du logement, de la ville, etc.

9Désormais, le travail social s’inscrit donc au cœur de la société de service et représente un champ d’action indispensable au maintien de la paix sociale.

10Dans la lutte contre les inégalités, la pauvreté, le travail social joue un rôle majeur reconnu par les instances gouvernementales nationales et internationales.

11En effet, à la suite des États Généraux du Travail Social, dans le cadre du Plan d’action en faveur du travail social et du développement social, s’inspirant de la définition internationale du travail social et des travaux du Haut Conseil en Travail Social, en 2017, une définition du travail social est désormais intégrée dans le Code de l’action sociale et des familles. Cette définition affirme notamment que le travail social vise à permettre l’accès des personnes à l’ensemble des droits fondamentaux, à faciliter leur inclusion sociale et à exercer une pleine citoyenneté.

12Donc, dans tous les cas, il est important de souligner que le travail social professionnel est d’abord le fruit d’une volonté politique associée à l’existence d’un État social cherchant à réguler et combattre les effets des inégalités.

13Cette ambition politique va prendre la forme d’un ensemble d’activités sociales conduites par des personnes qualifiées que l’on appelle les assistants sociaux, les éducateurs, etc. – dont il y a un manque important, nous en avons parlé hier à table avec certains d’entre vous –, combinant des compétences professionnelles (connaissances, rigueur, créativité, références déontologiques…) avec des valeurs humaines et démocratiques (croyance en des actions de solidarité et de justice sociale facteurs de changement social). Tous ces acteurs, ces travailleurs sociaux agissent donc dans le cadre d’une mission qui est autorisée ou qui est prévue par la loi au sein de structures publiques associatives, voire, dans certains cas – et de plus en plus d’ailleurs – libérales en faveur de personnes ou de groupes vivant des difficultés afin de contribuer avec eux à la résolution de leurs problèmes.

14Dans cette optique, les travailleurs sociaux peuvent privilégier ou articuler des approches individualisées, collectives, territoriales d’accompagnement social et de développement social.

15Néanmoins, si le travail social professionnel bénéficie aujourd'hui d’une définition officielle, d’une reconnaissance politiquement institutionnelle, l’univers des travailleurs sociaux reste atomisé entre plusieurs professions et métiers.

16Par ailleurs, ils agissent dans un monde composé d’une multiplicité d’employeurs publics, parapublics, privés intervenant sur une diversité de problèmes auprès des populations. En fait, le travail social s’inscrit dorénavant dans un espace plus large, plus flou associé à celui de l’intervention sociale. Dans ce cadre, les professions sociales se présentent comme un véritable archipel lié à la logique de compétence alors que le noyau historique s’est construit grâce à une logique de qualification. Le travail social comme profession unifiée est donc concurrencé par des métiers aux concours incertains. Pour les pouvoirs publics, l’État et les collectivités territoriales, il s’agit maintenant de satisfaire une multitude de besoins et de demandes, non plus nécessairement rattachée à des métiers du social déjà prévus, et d’apporter des réponses rapides à la précarité, à l’exclusion et bien sûr à la violence de proximité. Vous le savez, au début des années 2000, Jean-Noël Chopart parle d’une hiérarchisation de l’intervention sociale.

17Dans ce contexte d’éclatement du champ social, les travailleurs sociaux, les intervenants sociaux sont aussi fortement impactés par les contraintes du management, les impératifs gestionnaires ainsi que par le parcours ou processus d’activation. Comme le note un collectif de chercheurs dirigé par Marie-Christine Bureau et Ivan Sainsaulieu, à propos des reconfigurations de l’État social, le champ social se confronte aux logiques dictées par le New Public Management (NPM). Les chercheurs soulignent que ce New Public Management est un concept né dans les années 70 qui minimise toute différence de nature entre la gestion publique et la gestion privée dans les conventions d’objectifs, les démarches qualité, les procédures d’évaluation interne et externe. Ainsi, l’usage d’indicateurs et de normes gestionnaires tend progressivement à s’imposer dans le domaine de l’intervention sociale et médico-sociale, sous l’impulsion d’agences publiques autonomes, créées pour mener à bien les objectifs de performance de l’action publique.

18Du côté des professionnels sociaux, ce processus donnant une toute-puissance aux critères quantitatifs au détriment des dimensions qualitatives génère des réactions d’hostilité et va même être présenté comme le cheval de Troie d’un mouvement idéologique plus massif appelé « chalandisation » par Michel Chauvière, qui s’exprimera tout à l’heure. Pour ce dernier, cette dynamique comprendrait deux composantes : l’hypergestion dans les structures sociales et médico-sociales ainsi que l’intériorisation par les cadres de ce champ d’un langage gestionnaire, concurrentiel et financier.

19Ainsi, l’utilisation des concepts du NPM par les dirigeants et entrepreneurs du social renseigne sur les transformations d’un secteur enjoint de faire sienne une culture qualité normalisée dans des chartes, des protocoles, des labels, des manuels et des logiciels.

20Or, ces normes gestionnaires finissent par se substituer aux principes qui donnaient sens aux professions du social. D’ailleurs, nos dernières enquêtes avec les travailleurs sociaux, notamment dans le champ de la protection de l’enfance, montrent qu’ils s’opposent à une vision du monde qu’ils associent à une société de surveillance et de défiance néo-libérale mobilisant des systèmes numériques dont ils seraient les agents ainsi que les cibles.

21Face à cette approche sociétale productrice de logiques de réification et de déshumanisation, pour citer Honneth, justifiées au nom d’impératifs de rationalisation et de modernisation digitale, ces intervenants sociaux plébiscitent une autre vision des rapports sociaux plus humaniste qu’ils relient à une « société d’interconnaissance et de confiance » dont ils souhaitent, en tant que professionnels de la solidarité, être les acteurs à part entière.

22Ainsi, s’ils ne refusent pas d’entrer dans la « société de communication », conséquence de la révolution numérique, ils résistent néanmoins à participer à une « société digitale » si celle-ci est uniquement tournée vers le contrôle et l’autocontrôle déguisé en évaluation.

23Mais au-delà du processus de rationalisation gestionnaire, les travailleurs sociaux et intervenants sociaux doivent également s’inclure dans des politiques et dispositifs d’activation.

24En effet, selon Robert Castel, à partir des années 1990, nous assistons à la décomposition de la conception classique de la solidarité caractérisée par une incitation à la responsabilisation des individus qui sont la cible des politiques publiques. À la place de la prééminence d’une solidarité collective qui fait de la protection sociale un édifice de droit – je le cite –, s’impose une exigence de responsabilisation personnelle qui reporte sur l’individu une part croissante de la charge de se tirer d’affaire. D’après Robert Castel, nous assistons donc à la production d’un paradigme d’activation des politiques sociales inspiré du workfare (une forme d’incitation/obligation pour les pauvres de travailler).

25Dans le champ social, cette dynamique d’activation a donc de fortes conséquences sur le travail social par ailleurs directement impacté par l’effritement des protections sociales organiques. Dans son livre sur la montée des incertitudes, Robert Castel montre, en effet, qu’à un mode de développement de l’État social – je pense que c'est vraiment fondamental – correspond un mode de développement du travail social. Ainsi, de la période de l’après-guerre jusqu’au milieu des années 1970, le travail social aurait fonctionné comme un auxiliaire d’intégration de l’État social. Mais au sein de la globalisation économique libérale, la dynamique « travail social/État social » ne fonctionne plus. Désormais, les difficultés que connaît le travail social seraient alors avant tout liées à la remise en cause de l’État social solidariste. En passant d’un État social solidariste à un État social actif, l’accompagnement social, désormais, ne doit plus coûter financièrement aux pouvoirs publics, mais doit également produire de recettes.

26Pour Robert Castel, le revenu de solidarité active (RSA) – il est en pleine mutation, vous le savez ; avec la loi France Travail, il y aura une véritable logique de workfare – exemplifie le glissement qui s’opère, d’une conception de la solidarité conçue comme une construction collective inconditionnellement garantie par l’État sous forme de droits, à une interprétation contractuelle de la solidarité par laquelle les individus sont mobilisés selon une logique de la contrepartie afin de mériter les ressources dont ils peuvent être les bénéficiaires.

27Dans cette perspective, l’appropriation actuelle de la notion d’empowerment (pouvoir d’agir) par une partie de plus en plus grande des acteurs du champ social peut aussi être interprétée comme un renouvellement des formes du contrôle social. Pour rappel, le contrôle social se situe entre la socialisation et la réaction sociale à la déviance, nous dirait Philippe Robert, le grand sociologue de la délinquance et des formes de contrôle social.

28Dans cette optique, le contrôle social définissant l’ensemble de mécanismes et processus rendant possible l’ordre social, deux postures principales s’imposent : le contrôle social prévient la déviance à travers le processus de cette socialisation, le contrôle social réagit et constitue la déviance à travers le processus de réaction sociale et des acteurs qui interviennent, dont les travailleurs sociaux. Autrement dit, le contrôle social surveille, vérifie, inspecte et corrige les velléités.

29Par conséquent, si l’on veut associer les pratiques dites d’empowerment à des formes de contrôle social, c'est souvent que celles-ci se détachent progressivement d’une perspective de transformation sociale, initialement plébiscitée par les promoteurs de ce concept pour les inclure dans des logiques d’activation. Dans leur livre que vous avez vu tout à l’heure sur l’empowerment, notamment Marie-Hélène Bacqué et Carole Biewener soulignent que la majorité des approches actuelles de l’empowerment par des acteurs du travail social ne retient que la dimension individuelle, voire thérapeutique de cette notion.

30Dans le champ social, le succès du « pouvoir d’agir » s’accompagne donc de sa réduction au profit d’une approche personnalisante ne prenant pas ou peu en compte les dynamiques collectives et politiques de ce concept. Le rapport du conseiller d’État Denis Piveteau (2022) chargé par le gouvernement de Jean Castex sous la présidence d’Emmanuel Macron, de définir de nouvelles perspectives pour le travail social affirme ainsi qu’au sein d’une société dite inclusive, la valorisation, voire le réenchantement des métiers de l’accompagnement social et du travail social doit passer par la prise de conscience des travailleurs sociaux eux-mêmes, qu’ils sont désormais tenus d’agir pour la participation active des personnes accompagnées.

31Dans cette perspective, les travailleurs sociaux doivent réaliser qu’ils sont désormais des promoteurs du pouvoir d’agir, de l’autodétermination et de la transformation inclusive des personnes en situation de handicap et de vulnérabilité ne devant plus être considérés par défaut, mais reconnus comme des experts d’usage de leurs propres handicaps et difficultés.

32Cela signifie que les travailleurs sociaux, à travers la mise en œuvre d’approches dites de management participatif, accompagnent des experts d’usage détenteurs de savoirs expérientiels. Dès lors, « pour être reconnus dans leur capacité à soutenir, par leur propre pouvoir d’agir, l’autodétermination des personnes accompagnées, les professionnels doivent être eux-mêmes soutenus dans leurs compétences – ce que l’on appelle parfois les habiletés » (Piveteau, 2022). Au bout du compte, les utilisations professionnelles de la démarche d’empowerment s’incluent alors parfaitement dans les approches néo-libérales de responsabilisation des acteurs.

33Au sein du champ social, la formation en travail social est donc également prise en étau entre des logiques économiques hyper-gestionnaires et des logiques politiques d’activation. Effectivement, les acteurs de la formation ne cessent de devoir s’adapter aux transformations qui les enjoignent de s’inscrire dans des logiques du marché.

34Alors que les EFTS s’inscrivent désormais dans le processus d’universitarisation tout en devant se conformer aux logiques évaluatives des contrôles qualité plébiscités par le NPM que je vous ai rapidement présenté, ces EFTS demeurent mal reconnus d’un point de vue institutionnel et académique, sont insécurisés et parfois maltraités, ce qui concourt – c'est mon hypothèse – à la baisse d’attractivité des formations sociales supérieures aujourd'hui, ce qui n’est pas le cas dans les autres pays – ce point nous sera présenté tout à l’heure.

35Dans ce contexte de marchandisation du travail social, d’universitarisation des formations sociales supérieures, comment renouveler l’attractivité des métiers des formations sociales ? À quelles conditions est-il possible de dépasser les partenariats concurrentiels et/ou obligatoires des EFTS et des universités afin d’établir des relations de respect réciproque, c'est-à-dire des relations partenariales, non asymétriques en matière de formation et de recherche ? Comment faire évoluer la formation en travail social sans pour autant renoncer à la pédagogie d’alternance intégrative dont nous sommes nombreux à considérer qu’elle est importante puisqu’elle produit des savoirs professionnels, mais aussi théoriques et vice versa ? Comment mettre en œuvre une formation en travail social requalifié, en capacité de transmettre les valeurs humanistes et émancipatrices du travail social et de l’éducation populaire, mais aussi de former des travailleurs sociaux critiques, réflexifs, en capacité de penser l’ambivalence du travail social ?

36Ce sont toutes ces questions, et d’autres que vous allez nous apporter, dont nous allons débattre aujourd'hui. Merci pour votre écoute.

37Applaudissements.

Haut de page

Notes

1 Établissements de Formation en Travail Social.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Manuel Boucher, « Introduction »Sciences et actions sociales [En ligne], 21 | 2024, mis en ligne le 15 janvier 2024, consulté le 21 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/sas/4141

Haut de page

Auteur

Manuel Boucher

Professeur des Universités, Président de l’ADSCI (gestionnaire de l’Institut du Développement Social Normandie)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search