Navigation – Plan du site

AccueilNuméros21Expériences et témoignagesÉtablissements de Formation en Tr...

Expériences et témoignages

Établissements de Formation en Travail Social et Universités à l’épreuve de l’universitarisation (de quoi s’agit-il ? Quels sont les problèmes et contradictions ?)

Manuel Boucher, François Sentis, Thierry Berthet, Christophe Dansac, Jean-Sébastien Alix, Jean-Pierre Gallasse, Yves Gilbert, Brigitte Baldelli, Éric Marchandet, Catherine Roulhac et Philippe Fofana

Texte intégral

1Animation, Manuel BOUCHER, Professeur des Universités, vice-Président de l’ADSCI (gestionnaire de l’Institut du Développement Social Normandie)

Un IRTS au risque de l’universitarisation

2François SENTIS

3Nous allons intervenir à deux voix avec Thierry Berthet, qui est connecté en distanciel, sur un retour d’expérience concernant le processus d’universitarisation à l’IRTS PACA & Corse.

4Thierry BERTHET

5Bonjour. Je suis désolé de ne pas être avec vous en présentiel aujourd'hui. J’ai préparé un diaporama.

6François SENTIS

7Tu peux présenter le LEST, cela me permettra de réarticuler la manière dont nous nous sommes saisis du partenariat avec les laboratoires pour mettre en place le processus d’universitarisation.

8Thierry BERTHET

  • 1 Unité Mixte de Recherche.

9Le LEST est une unité de recherche pluridisciplinaire mixte du CNRS et d’Aix-Marseille Université qui a été créée il y a une cinquantaine d’années. C'était au départ une unité propre du CNRS et nous sommes hébergés dans un bâtiment du CNRS qui nous est propre. Le laboratoire est ainsi devenu UMR1 en l’an 2000. Il est aujourd'hui membre de deux instituts de recherche d’Aix-Marseille Université et il a surtout un réseau de partenariat très dense qui s’est construit au fil de ces 50 années, notamment au niveau régional, avec un certain nombre d’acteurs dont bien sûr l’IRTS, qui est un de nos principaux partenaires. Il a des enseignants-chercheurs dans une série de composants d’Aix-Marseille Université, l’Institut régional du travail et l’INSPE. Nous sommes aussi en lien avec un certain nombre d’acteurs nationaux comme le Céreq auquel nous sommes associés depuis longtemps et un certain nombre d’acteurs socioéconomiques avec lesquels nous avons des liens fréquents, notamment dans le champ de l’économie sociale et solidaire où le LEST a une expertise reconnue. Cette expertise est également reconnue au niveau international puisqu’il a développé une méthode comparative d’analyse sociétale à partir de travaux sur la structure des formations et la structure du marché du travail en France et en Allemagne. Il est donc aujourd'hui très implanté dans les liens de collaboration avec les universités internationales, en Europe, au Mexique, en Argentine, au Québec, au Japon, en Italie, etc.

10Cette unité mixte regroupe une centaine de chercheurs, enseignants-chercheurs, doctorants et personnels d’accompagnement à la recherche. Durant le dernier quinquennat - qui a duré six ans pour cause de Covid - nous avons augmenté la masse salariale de près de 13 % au laboratoire, dont 25 % pour les chercheurs CNRS et 20 % pour les enseignants-chercheurs. Nous accueillons et formons plus de 35 doctorants et doctorantes. Nous sommes fortement impliqués dans un certain nombre de masters – master de ressources humaines, master d’économie sociale et solidaire, master de sociologie. Je signale que le master d’économie sociale et solidaire est en lien étroit avec l’IRTS.

11Pour ce qui concerne l’équilibre des disciplines au laboratoire. Il y a des disciplines un peu « phares », historiquement, que sont l’économie et la sociologie, auxquelles se sont rajoutées les sciences de gestion plus récemment et un certain nombre d’autres disciplines comme la science politique.

12Le projet de notre laboratoire sur la période 2018-2022, c'était l’analyse du travail comme un révélateur des dynamiques sociales contemporaines. Il ne vous aura pas échappé que durant la période récente, cette dimension du travail comme analyseur d’une dynamique sociale s’est profondément développée, notamment du fait de la crise Covid, du mouvement du Big Quit (grande démission) qui interroge fortement le travail et puis de la crise économique qui est très forte, ainsi que des réformes sur le champ de l’assurance chômage ou des retraites. Pour la période suivante (2022-2027), nous avons gardé le même angle de travail sur le travail. Simplement, nous allons réviser nos axes de recherche.

13Pour terminer, la grammaire collective de recherche au LEST, c'est le travail dans une logique thématique. Nous sommes un laboratoire thématique sur les questions de travail, de ressources humaines, de formation, d’emploi et d’organisations qui les soutiennent. C'est un laboratoire pluridisciplinaire qui vise l’interdisciplinarité, c'est-à-dire une collaboration active des disciplines. Pour vous donner un exemple, systématiquement, tous nos comités de suivi de doctorants sont interdisciplinaires et nous travaillons d’une manière très forte dans cette perspective-là. L’interdisciplinarité, ce n’est pas toujours évident à faire vivre, mais cela fait plus de 50 ans que cela fonctionne, et donc, nous continuons à travailler dans cette perspective. [...] Nous n’avons pas de doctrine méthodologique au laboratoire. Au contraire, nous pensons que le croisement de méthodologies quantitatives, qualitatives, participatives, expérimentales, voire même confrontationnelles, est un outil d’enrichissement. C'est une logique que nous partageons beaucoup avec l’IRTS, notamment pour tout ce qui relève des recherches participatives et collaboratives. Et puis, c'est un laboratoire qui n’a pas non plus de dogme théorique, mais qui articule des approches comme l’analyse sociétale qui était développée au LEST, approche qui a aussi été développée au LEST par des collègues, et l’approche par des capabilités et d’autres théories qui coexistent au laboratoire dans le plus grand pacifisme scientifique.

14François SENTIS

15Un IRTS au risque de l’universitarisation

16Je voudrais tout d’abord dire que pour beaucoup d’établissements de formation dans le travail social, la mise en œuvre du décret relatif au processus d’universitarisation des formations et diplômes du travail social s’est avérée plutôt difficile pour bon nombre d’entre eux et ce pour plusieurs raisons. D’abord parce que bon nombre d’établissements n’avaient pas du tout envie de cette universitarisation. Tu l’as évoqué tout à l’heure, Philippe, mais dans notre milieu, il y a un réel clivage à l’égard du rapport que les établissements de formation du travail social entretiennent avec le monde universitaire. Il y avait, pour beaucoup un cap à franchir. Cela s’est même avéré très périlleux pour certains d’entre eux. Je sais que des établissements ont été en difficulté pour mettre en place un partenariat avec l’université implantée sur leur territoire. Nous avons en effet une obligation de convention avec l’université pour mettre en œuvre notre processus d’universitarisation. Sans convention, pas d’universitarisation. C'est donc la perte de l’autorisation à pouvoir développer les formations nouvellement gradées licences qui était en jeu. De façon sous-jacente, c'est donc la pérennité d’un axe de professionnalisation historique porté par les établissements de formation en travail social qui pouvait être remis en question.

17Par ailleurs, bon nombre de collègues ont pu percevoir la question de l’universitarisation comme une problématique descendante : l’université est là pour superviser le travail réalisé par les EFTS ! Ce n’est pas complètement faux non plus puisque les commissions pédagogiques de fin d’année doivent être présidées par un universitaire. Le directeur d’établissement a la responsabilité d’organiser lesdites commissions, mais nous ne les présidons pas. D’ailleurs, c'est Christine Poplimont, ici présente, qui préside nos commissions pédagogiques de fin d’année pour valider les processus de passage d’une année sur l’autre.

18Pour autant, en ce qui nous concerne, la véritable opportunité fut celle d’instituer les relations organiques que nous avions tissées historiquement avec l’université. Je sais qu’Éric, tu vas tout à l’heure nous faire part de 30 ans d’universitarisation avant l’heure, avec des co-diplômations. Une petite anecdote, nous avons pris nos fonctions de directeurs généraux voilà 25 ans en même temps, toi à Montrouge et moi à Marseille, nous avons donc un certain recul sur l’affaire.

19Nous ne nous sommes absolument pas engagés dans la voie de la co-diplômation, mais plutôt de prendre les exigences de l’Hcéres [HCERS ?] au pied de la lettre qui sont de former « à » et « par » la recherche. C’est ainsi que nous nous sommes tournés vers des laboratoires de recherche. L’idée était d’être véritablement en cohérence avec ce principe et non pas simplement dans la conformité d’un processus institutionnel. Nous avons souhaité en faire une dynamique dont l’étudiant pourra se saisir selon ses appétences.

20Voici comment nous avons construit cette architecture. Il y a bien sûr, tout d’abord l’admission de nos étudiants – Parcoursup, aujourd’hui. Je le disais tout à l’heure, nous connaissons aujourd'hui un grave déficit de recrutements, d’inscrits notamment au niveau de la confirmation des vœux des candidats.

21Nous avons quatre qualifications de grade licence : assistant de service social, éducateur de jeunes enfants, éducateur spécialisé, éducateur technique spécialisé. C'est classique : première année, deuxième année, troisième année, semestres 1 à 6, pour l’instant il n’y a rien de bien révolutionnaire, nous sommes vraiment dans la tradition avec un enseignement professionnel. Pour rappel – et là, Christine Poplimont nous parlera de la question de l’alternance –, nos formations sont toutes en alternance. Nous déléguons au terrain professionnel pour moitié la formation dispensée. L’axe de la professionnalisation est là déterminant auquel s’ajoute pour une autre moitié l’enseignement dit théorique. Dans ce champ nous y ouvrons 3 axes : l’axe métier, l’axe scientifique et l’axe implication citoyenne doté d’un SocialLab.

22Le SocialLab est un incubateur d’innovation sociale qui permet à l’étudiant de participer à des projets innovants en lien avec les laboratoires de recherche partenaires mais aussi des ateliers de recherche collective où chaque laboratoire contribue par l’implication de leur doctorant et/ou postdoc dont les sujets sont en lien avec les questions sociales.

23C’est en deuxième année que 5 portails scientifiques sont ouverts aux étudiants selon leurs appétences :

  • Santé publique, le CEReSS dirigé par Pascal Auquier ;

  • Sociologie, Mesopolhis CNRS dirigé par Marc Bernardot ;

  • Économie et sociologie du travail, le LEST CNRS dirigé par Thierry Berthet ;

  • Sciences de l’éducation, l’ADEF dirigé par Christine Poplimont ;

  • Psychologie, le LPCPP dirigé par Evelyne Bouteyre.

24L’étudiant va donc pouvoir, en fonction de ses affinités, s’orienter vers un portail scientifique en adéquation à sa sensibilité. Pour nous, il est important que l’étudiant puisse nouer avec une forme d’interprétation de la question sociale : est-elle introspective, sociale, tournée vers l’autre, tournée vers les problèmes familiaux ? Sont-ce des questions de santé ? Nous avons donc là un champ de transversalité par rapport au métier.

25Nous sommes là sur la recherche, sur les prérequis de M1. Thierry Berthet le disait tout à l’heure, pour nos étudiants, on peut imaginer une continuité de parcours sur le master d’économie sociale et solidaire, de la même manière que l’on peut imaginer une continuité sur le master en sciences de l’éducation pour nos étudiants. C'est également le cas pour le master en santé publique. Pour ce qui concerne la sociologie et la psychologie, le corpus scientifique est trop important pour que l’on puisse le couvrir en même temps que la formation professionnelle. Dans ce cas, les étudiants peuvent bénéficier d’un allègement.

26Nous organisons également des mobilités internationales dans le cadre d’Erasmus Plus mais aussi des séminaires d’insertion professionnelle afin de préparer nos étudiants à la recherche d’emploi.

27Bien sûr, l’enseignement professionnel nous renvoie à l’employabilité. Voilà des années, avec les collègues de l’IRTS de Montpellier et de Bordeaux ainsi qu’avec l’université de Rome, nous avions mis en place une étude financée par l’Europe sur la question de l’employabilité de nos étudiants. Cette étude, que nous avions menée auprès de nos cohortes d’étudiants, nous avait permis d’identifier trois niveaux d’employabilité :

  • La conformité au prescrit ;

  • Une position réflexive à partir du prescrit ;

  • L’intelligence des situations professionnelles.

28Je ne vais pas rentrer dans le détail, mais ce que nous avions appris, c’est que les capacités d’une personne à développer une intelligence des situations, à savoir être en capacité d’innover, d’être créatif, étaient essentiellement dues à ce qu’elle était avant même d’entrer en formation ! En fait, il y avait un potentiel que nous valorisions dans le cadre des études, mais si ce potentiel n’était pas présent en amont, l’intelligence des situations n’était pas au rendez-vous. C'est aussi la manière dont laquelle l’antériorité et le contexte dans lequel nos candidats vivent, évoluent et grandissent, qui impacte aussi de façon assez déterminante les résultats de la professionnalisation et de l’employabilité.

29C’est dans ce contexte que la formation « à » et « par » la recherche constitue un atout majeur pour faire en sorte que nos étudiants puissent avoir un sens critique et une capacité à interpréter intelligemment un cadre prescrit.

30Le diplôme en poche, l’étudiant peut s’inscrire soit dans le champ professionnel, soit poursuivre son parcours de formation universitaire mais il peut aussi faire les deux.

31Pour mettre en œuvre ce projet, nous avons passé une convention cadre avec l’Aix-Marseille Université. Si demain, cette convention n’est plus mise en œuvre, si des changements de gouvernance ou de direction au sein des laboratoires interviennent avec un moindre intérêt pour le développement de la formation ou avec un centre de formation de travail social, nous serions dans une grande précarité. C'est même ce qui motive d’une certaine façon cette journée, à savoir que les uns et les autres ont développé de nombreuses solutions pour mettre en œuvre cette universitarisation – mes collègues expliqueront de quelle manière ils l’ont interprétée –, mais ce que nous craignons, c'est que nous n’ayons aucune autonomie et encore moins les moyens de nous la constituer.

32De nombreuses régions sont volontaristes. Ce qui est le cas dans notre région. Mais là encore, les cartes se trouvent rebattues à chaque élection.

33Je parlais tout à l’heure du Social Lab. L’idée est aussi, au sein de cet incubateur d’innovation sociale, de mobiliser et mettre au travail l’intelligence des situations professionnelles de nos étudiants avec des acteurs institutionnels de terrain. On a pu voir naître, ici ou là, des innovations, dont un accueil de jour à destination des femmes sans domicile fixe en coopération avec HAS, un CHRS à Marseille.

34Nous avons mis en place un dispositif de formation de moniteur éducateur médiation numérique avec le soutien financier de la Région SUD et la coopération Conseil Départemental 13 afin de travailler sur la question de la digitalisation, de l’accès au droit et des difficultés dans lesquelles se trouvaient les institutions dans l’accueil des usagers concernant les demandes sociales. Avec la collaboration du LEST, nous avons associé à cette expérimentation une recherche afin d’identifier les niveaux d’impact de ce dispositif. Autant de projets qui ont été entièrement financés par la Région, imaginés et créés au sein de cet incubateur avec des étudiants, avec les personnes concernées et le concours des laboratoires.

35Pour conclure, l’idée consiste à mettre en place un dispositif fondé sur l’émancipation des personnes et l’innovation en matière d’intervention sociale. Il s’agit donc de créer un dispositif facilitant la transformation, l’adaptation des institutions et des pratiques d’interventions sociales. L’intention pour nous n’est pas de faire de la recherche un espace élitiste et concurrentiel mais bien au contraire que ces recherches soient coopératives et pluridisciplinaires. Comme je vous l’ai dit, nous développons des ateliers de recherche collectifs afin de structurer un sens critique des pratiques mises en œuvre chez les futurs travailleurs sociaux que nous formons. Je suis toujours stupéfait de voir comment l’éthique du café du commerce s’invite dans le champ du travail social. Selon nous, un cadre institutionnel de formation supérieur en travail social doit garantir la bonne mise en œuvre de ces trois composants :

  • la professionnalisation par l’alternance intégrative (étudiants, formateurs, professionnels vacataires) ;

  • l’axe scientifique (création d’un laboratoire en collaboration avec les universités, laboratoires de recherche, espace académique et international, s’associer avec des laboratoires pour mettre en œuvre des recherches partagées et des équipes mixtes, formation doctorale) ;

  • l’axe du pouvoir d’agir, de l’émancipation des personnes concernées et des citoyens.

36On n’intervient pas dans l’intimité de « Monsieur et Madame Tout-le-Monde » au prétexte que l’on est travailleur social, mais parce qu’un cadre réglementaire nous le permet quand l’axe scientifique pose le cadre épistémologique et réflexif dans lequel le travailleur social se place. Enfin, n’oublions pas la dimension du sensible qui caractérise la manière avec laquelle on développe une forme d’empathie vis-à-vis des personnes concernées trop souvent oubliée au profit d’une rationalisation de la question sociale.

37L’idée consisterait alors à garantir ces trois dimensions à l’intérieur même de ces institutions de façon à ce qu’elles puissent se pérenniser.

38Merci de votre attention.

Un exemple de partenariat IUT carrières sociales/organisme de formation délivrant une co-diplômation : du DUT au Bachelor

39Manuel BOUCHER

40Nous excusons Jean-Yves Boullet, qui devait intervenir avec Christophe Danzac. Des problèmes au niveau de l’assemblée l’empêchent d’être présent, mais il est de tout cœur avec nous.

41Christophe DANSAC

42Pour préciser d’où je parle, je suis enseignant-chercheur, à l’origine en psychologie. J’ai ensuite demandé à changer de section pour être requalifié en Sciences de l’éducation, ce qui s’est fait dernièrement. Il se trouve que je suis responsable du département carrières sociales de l’IUT de Figeac. J’en suis finalement presque l’un des derniers piliers restants puisque nous étions trois à le créer à l’origine, c'était en 2020. Nous devions intervenir à deux voix, mais Jean-Yves Boullet a eu un empêchement. Il m’a communiqué un texte, mais j’avoue que ce n’est pas facile de l’intégrer, d’autant plus que nous avions des désaccords sur l’histoire. Mais lui n’a pas vécu l’histoire de la même manière que moi, j’ai donc considéré que j’avais raison.

43Rires.

44C'est une intervention qui n’a pas du tout de caractère théorique, nous sommes restés très centrés sur les faits avec Jean-Yves Boullet pour essayer de rapporter une expérience qui montre comment peut se bâtir un partenariat entre une université et une école de formation de travail social.

45Un peu de contexte historique. Je vais vous parler du partenariat entre l’IFRASS et l’IUT de Figeac parce que c'est avec l’IUT de Figeac qu’est né le partenariat, et comme l’IUT de Figeac est rattaché à l’université de Toulouse, cela crée un partenariat entre l’IFRASS et l’université.

46L’IFRASS, c'est un Institut de Formation Recherche Animation Sanitaire et Social. Il y a ces trois mots : animation, sanitaire et social. C'est le résultat de la fusion entre deux instituts qui existaient à l’époque, l’ORFEA, qui formait à l’éducation spécialisée et à l’animation socioculturelle, et un institut de puériculture qui formait les infirmiers puériculteurs et les éducateurs de jeunes enfants. Cette fusion, ce n’est pas innocent, s’est faite sous l’égide du président de ces deux instituts, Louis Lareng, qui était député et conseiller régional socialiste – j’insiste sur ce point –, qui était également historiquement le fondateur du SAMU puisque c'est lui qui a permis l’adoption de la loi qui a préfiguré les SAMU.

47L’IUT de Figeac est pour sa part né en 1996 et là aussi, il est intéressant de retourner aux personnes. Il est né d’une volonté politique, celle de Martin Malvy, qui était alors président de la région Midi-Pyrénées, et qui était aussi ancien ministre – socialiste – du budget sous le gouvernement Bérégovoy. Martin Malvy avait des attaches particulières vis-à-vis de Figeac, dont il était également maire à l’époque. Cet IUT est né de l’observation du territoire. Autour de Figeac se trouvent énormément de sous-traitants de l’aéronautique, de nombreuses entreprises de mécanique – notamment une entreprise emblématique qui fabrique des hélices et qui à elle toute seule emploie 50 % des habitants de Figeac. Ce fort besoin de main-d’œuvre impliquait d’essayer de former sur place. Ceci s’appréhendait aussi dans une logique d’aménagement du territoire. L’idée était de déconcentrer les formations de la métropole toulousaine et d’arriver à implémenter sur le territoire de l’enseignement supérieur dans un contexte où il n’y avait pas d’offre sur les territoires éloignés de Toulouse.

48Cet IUT s’est un petit peu développé, au département génie mécanique s’est ajouté un département techniques de commercialisation. Il fallait trois départements pour arriver à se constituer comme IUT autonome – c'était une règle de l’université à l’époque. Sans ce troisième département, l’IUT serait resté l’antenne de Figeac de l’IUT de Blagnac. Il y avait une pression de la part des élus locaux pour que l’IUT devienne enfin autonome, ce qui leur permettait de rentrer dans un conseil d’IUT et d’avoir un peu plus la main sur l’établissement. Il y avait donc une pression pour créer un troisième département. Toujours d’après l’analyse des besoins du territoire, il avait été identifié qu’il y avait de nombreux anciens sportifs en reconversion, de nombreuses structures de loisir, etc. Il a donc été créé un département avec au départ la tentative de mettre en place une option « management des sports et des loisirs », tentative qui s’est heurtée aux instances qui à l’époque étaient encore un petit peu régulatrices des IUT. Nos IUT sont constitués de mentions qui définissent autant de champs de formation, or il n’existait pas de mention « management des sports et des loisirs ». Ainsi, le ministère a finalement forcé Figeac à s’inscrire dans le cadre des carrières sociales et a proposé que ce soit une option ASSC. Le département s’est créé comme cela. Au départ, nous avons très vite perçu – c'est drôle, car c'est finalement un parallèle avec ce qui se passe au niveau de l’éducation spécialisée – que nos étudiants étaient mal compris dans le monde professionnel de l’animation, parce qu’à l’époque où le département a été créé, le diplôme de référence en matière d’animation était le DEFA. Bien sûr, le DEFA était opéré par les opérateurs historiques qui avaient une certaine culture de la professionnalisation, de la mise en place des formations. Nos étudiants étaient donc regardés avec des yeux en forme de billes quand ils arrivaient sur le terrain pour demander des stages, voire postuler à des emplois.

49Nous avons constaté un deuxième obstacle : il était difficile de faire des passerelles avec le monde du sport. Quatre ou cinq étudiants ont réussi à valider les Brevets d’État d’Éducateur Sportif, ce qui leur permettait d’avoir une double qualification. On leur faisait passer le BEES en cours de formation. Mais ce partenariat était compliqué à gérer, nous avions des difficultés de culture commune avec les DRJS de l’époque. Très rapidement, sous l’influence aussi d’un changement à la tête du département – il faut bien le dire –, l’idée du management du sport a été abandonnée pour se tourner un petit peu plus vers le social. C'était en 2005. Un petit peu après cela, sous mon premier mandat de chef de département, constatant que les parcours de nos étudiants menaient souvent à des réorientations d’éducation spécialisée, constatant aussi que finalement, nous avions 58 étudiants en animation socioculturelle, mais que les bassins d’emploi régionaux n’étaient pas si énormes que cela et avaient du mal à absorber ces 58 animateurs socioculturels du DUT , nous nous sommes dit que nous allions essayer de changer cela, en essayant de tenir compte à la fois des projets des étudiants et des contraintes du métier. Nous avons donc lancé une première démarche de tentative de mise en partenariat avec l’IFRASS. Pourquoi l’IFRASS ? D’abord, notre conseil d’IUT nous a orientés quand nous avons décrit cette réalité. Les politiques locaux qui étaient en place à notre conseil d’IUT nous ont dit « tournez-vous vers l’IFRASS ». Nous, à l’époque, nous ne savions pas que Louis Lareng était président de l’IFRASS, nous ne savions pas qu’il était socialiste, nous n’avions pas repéré la connivence. Nous savions par ailleurs que les autres instituts toulousains avaient des collaborations avec d’autres UFR. Nous nous sommes donc lancés avec de très bons contacts avec l’IFRASS, avec des perspectives aussi bien pour l’IUT que pour l’IFRASS. Pour l’IUT, il s’agissait de transformer un des deux groupes d’animateurs en un groupe d’étudiants en éducation spécialisée. Il s’agissait de ne pas faire des « faisant fonction de », parce que nous aurions pu nous contenter de former avec un DUT carrières sociales option éducation spécialisée, mais nous savions qu’il ne valait presque rien sur le marché du travail et si nous abandonnions les étudiants au Bac + 2, nous les condamnions à aller dans le monde du travail comme faisant fonction de. C'est-à-dire qu’ils ne seraient jamais reconnus comme éducateurs spécialisés en tant que tels. C'était donc une contrainte forte que nous voulions respecter. Et puis, à long terme, nous avions la perspective de développer une double diplomation. Pour l’IFRASS, l’idée était d’augmenter ses effectifs parce que déjà, à l’époque, c'était la Région qui finançait. Avoir un petit peu plus d’étudiants sur un site délocalisé permettait éventuellement d’avoir un petit peu plus de fonds de la Région. Il s’agissait surtout de développer son offre sur le territoire parce que l’IFRASS était exclusivement centré sur Toulouse contrairement à d’autres instituts. Voilà, une première tentative complètement avortée, avortée à l’avant-dernière étape en quelque sorte, c'est-à-dire que ce sont les instances universitaires qui ont bloqués. Le conseil des formations universitaires nous a refusé la mise en place de cette formation avec, une forte opposition des étudiants qui ne comprenaient pas du tout cette histoire de professionnalisation, de « faisant fonction de », etc. Cela leur demandait en outre de s’impliquer dans une troisième année sur quelque chose qui n’était pas universitaire. Bref, cela ne leur plaisait pas. Et puis, cela ne plaisait pas non plus aux collègues de sociologie qui avaient des partenariats avec un autre institut. Cela ne plaisait pas aux collègues de sciences de l’éducation en partenariat eux aussi avec un autre institut. C'est tombé malgré la pertinence du projet qui était déterminée aussi par le schéma régional. Ce dernier montrait un déficit de personnes formées en éducation spécialisée dans le secteur géographique de Figeac. Nous en sommes restés là, nous avons continué à former des animateurs qui ont continué à se réorienter, etc.

50En 2013, une réforme a débuté. Elle a inscrit dans les programmes des choix optionnels en deuxième année, des choix de parcours. Nous nous sommes dit « nous allons essayer de coller un petit peu plus aux projets des étudiants ». Nous avons mis en place un parcours social, un parcours plutôt socioculturel. Nous nous sommes dit que ceci préparerait nos étudiants qui souhaitaient se diriger vers un domaine social, et notamment vers la fonction d’éducateur spécialisé. À cette époque, le DEES n’avait pas encore été réformé. Il y avait une équivalence directe inscrite dans les textes pour le DUT carrières sociales et même le DUT carrières sociales animation. Cette équivalence permettait à certains de nos étudiants d’aller directement en troisième année de diplôme d’État. Elle n’était pas forcément reconnue par toutes les écoles, puisque certaines écoles sont campées sur leur processus de formation et y tiennent vaille que vaille. Ceci n’a rien à voir avec nos premiers contacts, mais il s’est trouvé qu’effectivement, l’IFRASS se trouvait dans la posture de se dire que finalement, compte tenu de ce qui se passait dans l’IUT de Figeac, il pourrait être intéressant d’accepter cette équivalence, cette entrée en troisième année. Nous avions donc déjà des étudiants qui entraient en troisième année à l’IFRASS de Toulouse, mais ce qui nous intéressait, c'était qu’ils continuent sur Figeac.

51En 2014, nous avons donc signé une convention de coopération pédagogique avec l’IFRASS et avec la bénédiction de la Région. Elle permettait à 14 étudiantes – je vais féminiser parce que nous avons une majorité de filles – ayant obtenu le DUT de poursuivre avec une troisième année organisée par l’IFRASS à Figeac pour valider un diplôme d’État. À cette époque, toutes les certifications, et notamment les certifications du mémoire par le rectorat, étaient prises en charge par l’IFRASS.

52Ceci devient finalement un modèle d’alternance intégrative seulement sur la troisième année puisque nous, dans le DUT, nous n’avons pas d’alternance intégrative, nous n’avons pas tant de stages que cela. Nous avons de la professionnalisation qui se fait au cours de la formation par l’intermédiaire des projets étudiants, des projets tutorés, par l’intermédiaire de mises en situation professionnelles, etc., mais nous n’avons pas ce modèle d’alternance intégrative parce que la durée de stage est trop réduite. Nous mettons cela en place avec le support de la Région qui accorde à l’IFRASS un quota supplémentaire de 15 places spécifiquement pour Figeac – c'est devenu 20 places par la suite. Nous bénéficions donc de l’aide de la Région, nous faisons tout un travail de justification auprès du rectorat, nous arrivons à lever les préjugés sur la professionnalisation. Tout ceci est alors remis en cause par la réforme des DE en 2018, qui institue une limitation de l’équivalence des diplômes à un tiers de la formation. Nous nous débrouillons avec une mise en place d’un double parcours, l’inscription dès la deuxième année à l’IFRASS. Mais la troisième année reste complètement opérée par l’IFRASS.

53Quelles contraintes avons-nous dû lever ? Les préjugés sur le caractère de professionnalisation, les contraintes de distance de l’IFRASS sur la troisième année, le problème de calquer le modèle de formation toulousain à Figeac – mais ceci a rapidement été écarté.

54Jean-Yves Boullet voulait vous communiquer les réflexions suivantes. Ces partenariats sont quand même marqués par des tensions. Les instituts de formation sont notamment financés par la Région, qui est plutôt intéressée par le développement du territoire, mais qui a rapidement adopté une perspective très gestionnaire sur ce point. Et puis, l’IUT est quand même dépendant de l’université malgré les réformes sur l’autonomie. Il est donc obligé de suivre les règles de l’État. Il y a trois instituts de formation à Toulouse. Il n’y a pas d’IRTS. Est-ce clairvoyant ou s’agit-il d’une saine mise en concurrence ? Allez savoir, mais la région Midi-Pyrénées a entretenu la diversité, c'est-à-dire que nous avons trois écoles de formation : l’institut Saint-Simon qui est relié à une grande association employeuse qu’est l’Arseaa, l’ERASME et l’IFRASS. Selon les propos de Jean-Yves Boullet, il y a eu une sorte de « course à l’échalote » entre ces trois instituts pour arriver à signer des conventions de partenariat avec les universités. Jean-Yves parle de « course à l’échalote », et je pense que la course était truquée à l’avance parce que des partenariats existaient déjà. L’institut Saint-Simon était très relié à la sociologie, l’ÉRASME était très relié aux sciences de l’éducation et l’IFRASS était relié à nous – effectivement, c'est moins prestigieux, l’IUT de Figeac est tout petit et délocalisé. L’IFRASS n’a donc pas trouvé d’UFR avec laquelle signer, mais le plan Figeac s’est avéré fructueux et la convention-cadre a pu être signée.

55Ceci a permis d’obtenir une petite équipe de recherche sur le site de Figeac qui s’intéresse plus aux métiers du travail social, à l’animation, etc. Les perspectives portaient donc sur une recherche commune avec l’IFRASS. Vous vous doutez bien qu’avec le manque de temps et le manque de moyens, ces perspectives de recherches restent à développer. Là-dessus, paf, nos voisins disaient que les EFTS n’avaient pas demandé la réforme de l’universitarisation. Nous, en tant qu’IUT de Figeac, nous n’avons pas du tout demandé la réforme des diplômes d’IUT. Cela nous est tombé dessus, cela nous a été imposé par l’association des directeurs d’IUT, avec une pression du ministère pour élaborer à marche forcée les programmes nationaux d’un diplôme de grade licence, donc en trois ans. Ceci intervenait dans un contexte où nous n’avions pas de troisième année, nous n’avions pas de licence professionnelle. Nous avons donc été obligés de construire tout cela avec une contrainte qui est très amusante : on nous dit de faire un diplôme en trois ans, mais en gardant des moyens constants, bien sûr. L’ADIUT (Association des Directeurs d’IUT) a réussi à obtenir du ministère que nous passions en formation en trois ans avec un grade licence, par contre, elle a renoncé à l’augmentation des moyens qui était nécessaire.

56Dans le processus de réforme, il y a cinq spécialités en Carrières Sociales dont deux qui, au moment où nous avons commencé les discussions sur la réforme, ont clairement affiché que finalement, elles ne relevaient pas du travail social. Vous vous rendez donc compte que cela peut être un peu compliqué. Même si nous avons d’office refusé le tronc commun, un peu à l’image des EFTS qui ont refusé les troncs communs entre les différents diplômes d’État, le ministère nous imposait de mettre en place des compétences communes. Comment trouver des compétences communes avec des gens qui ne sont pas dans le cœur du travail social ? C'est un petit peu plus difficile. Nous avons fait le processus, nous avons préparé cette réforme en ayant cette contrainte. En même temps, dès le départ, nous avons réussi à imposer que cette réforme soit conduite dans la perspective d’une compatibilité et des référentiels que nous génèrerions avec le diplôme d’État d’assistante sociale qui est une spécialité aussi en carrières sociales, et avec le diplôme d’État en éducation spécialisée. Ceci est notamment passé par la dérogation à la durée maximale des stages. Nous avons abouti à une usine à gaz, une approche par compétences qui est assez différente de celle qui a été conduite dans les EFTS. Vous visualisez sur le diaporama les six compétences. Il y a eu la compétence « concevoir des adaptations adaptées aux enjeux de la société » qui a été imposée par les sociologues. En dehors de cela, nous avions « construire des dynamiques partenariales ». Ils se sont rendu compte qu’à travers les cinq spécialités, il y avait toujours des histoires de partenariats qui revenaient. Et puis, il a fallu construire les quatre autres compétences et là, Jean-Pierre Gallasse a fait un énorme travail sur ce référentiel de compétences parce que c'est lui qui est finalement allé chercher dans le référentiel du diplôme d’État en éducation spécialisée les compétences qui avaient été définies dans le DE. Il s’est demandé comment on pouvait réorganiser tout cela de façon à ce que le BUT soit en relative correspondance avec le DE.

57Cette approche par compétences est très particulière. Elle détaille énormément, elle se base sur l’approche de Jacques Tardif, qui est psychologue au départ. C'est une approche qui décline à la fois des compétences et des composantes essentielles, c'est-à-dire des manières de réaliser correctement la compétence. En plus, elle décline les niveaux de compétences – niveaux 1, 2 et 3. Niveau 1, on n’est pas débutant, mais presque. Niveau 2, on est initié. Niveau 3, on est expert. À la sortie du niveau 3, chacun de nos étudiants est censé maîtriser certains apprentissages critiques – vous voyez par exemple tout ce qui concerne la conception d’intervention, c'est proposer des réponses et des actions cohérentes avec les analyses réalisées, etc., élément que nous aurions pu mettre de manière transversale plutôt que de le mettre en compétence essentielle. Quand on a un collectif avec des réalités de formation, des formations différentes, il est difficile de faire entendre sa voix.

58Tout ceci nous a conduits à la situation actuelle. En tant qu’IUT, nous sommes obligés de mettre en place cette troisième année. Quand on a inscrit l’étudiant en première année, on ne peut pas le lâcher dans la nature au bout de deux ans. Il fallait donc mettre en place une double diplomation entre l’IUT et l’IFRASS. Ceci a nécessité un travail d’explicitation supplémentaire. Je sais que c'est illisible sur le diaporama, mais ce tableau présente les compétences et les certifications. Nous avons mis au regard de ces domaines de compétences et de ces certifications toutes les ressources et toutes les situations d’apprentissage auxquelles nous confrontons nos étudiants. Nous nous sommes ensuite demandé à quel point les certifications impliquaient telle ou telle compétence. Nous arrivons à trouver finalement une sorte de tableau d’équivalences, y compris sur les ECTS, ce qui permet de satisfaire à nos contraintes universitaires. Pour faire passer tout cela, nous relevons d’une part la confiance de l’IFRASS vis-à-vis du département dans sa capacité à commencer à professionnaliser les étudiants sur les deux premières années malgré la faible période de stage. Nous relevons d’autre part une confiance dans notre propre capacité à les initier à la recherche, ce qui est un référentiel important dans le travail social. Et puis, nous témoignons notre confiance dans la façon dont l’IFRASS professionnalise nos étudiants durant leur troisième année en ne se posant pas la question de savoir si cela satisfait tous les critères universitaires. On sait simplement que l’IFRASS forme des professionnels depuis longtemps, que nous sommes censés former des professionnels qui devraient être employés de la même manière. Il y a donc une confiance réciproque qui s’établit.

59Applaudissements.

Les formations du social en IUT, réformes du BUT, enjeux et dynamiques

60Jean-Sébastien ALIX

61Merci beaucoup d’avoir organisé cette journée qui est importante au regard du contexte. Nous allons prendre un angle très différent, nous n’allons pas parler de partenariats. Nous allons prendre la situation de l’IUT de Lille, notamment la particularité de l’option éducation spécialisée, et nous essaierons de dégager quelques points de réflexion autour de la thématique de la journée : quel avenir pour les établissements de formation ? La période est en effet excessivement trouble, d’où la nécessité de cette journée. Elle est trouble pour tout le monde, que l’on soit en IUT ou dans un autre établissement de formation. Je vais laisser la parole à Jean-Pierre Galasse.

62Jean-Pierre GALLASSE

  • 2 Certificat d'Aptitude aux Fonctions de Directeur d'Établissement ou de Service d'intervention socia (...)
  • 3 Certificat d'Aptitude aux fonctions d'encadrement et de responsable d'unité d'intervention sociale.
  • 4 Diplôme d'État d'ingénierie sociale.

63Bonjour à toutes et à tous. Pour introduire mon propos concernant cette hybridation entre l’université, l’IUT et l’école de formation, je resituerai le fait qu’historiquement, les formations en travail social préparant à des diplômes d’État sont en grande majorité assurées par des établissements gérés par des associations qui assurent une mission de service public. Les centres de formation de travailleurs sociaux ont pour la plupart diversifié leurs activités en se préoccupant non seulement des formations initiales, mais aussi des formations supérieures. Dans une étude de Michel Chauvière et Richard Gaillard sur les rapports entre les formations au travail social et l’université en 2020, les auteurs nous montrent que dès la fin des années 1970, plusieurs diplômes professionnels supérieurs créés par le ministère des Affaires sociales impliquent l’engagement des écoles de formation dans des partenariats qu’ils considèrent asymétriques, avec des universités pour par exemple du CAFDES2, du CAFERUIS3, du DEIS4. Au demeurant, dès les années 1970, les formations en travail social mises en œuvre dans un cadre universitaire vont être assurées par les IUT qui sont créés par le décret du 7 juillet 1966.

64Il existe aujourd'hui au sein des IUT en France 24 départements carrières sociales avec un ou plusieurs types de formation, de l’éducation spécialisée au service social, à l’animation sociale et socioculturelle, mais aussi à la gestion urbaine et l’aide aux personnes. Dans ce paysage des écoles de formation en travail social, entre université, IUT et établissements privés, il y a donc cette tentative originale qui a permis l’hybridation entre les espaces de formation. C'est le cas de l’option éducation spécialisée de l’IUT de Lille.

65En 1973, deux options apparaissent au sein de l’IUT de l’université de Lille : l’option animation sociale et socioculturelle, qui est créée par un arrêté ministériel en date du 8 août 1973, et l’option éducation spécialisée qui est créée par un arrêté ministériel en date du 15 octobre 1973.

66L’activation de ces options fait suite à l’éclatement entre 1968 et 1969 d’une école d’éducateurs spécialisés qui préexistait à Lille. Certains enseignants seront partisans d’une intégration à l’université et obtiennent donc la constitution d’une unité d’enseignement et de recherche dérogatoire à l’université de Lille que l’on appelait UER des techniques de réadaptation. Les autres enseignants reconstituent un centre de formation privé qui, ultérieurement, sera intégré au dispositif lillois des IRTS au début des années 1980. Chacun de ces centres et l’UER vont obtenir leur habilitation auprès de la DRASS pour préparer le diplôme d’État ainsi que les moyens financiers nécessaires. C'est donc un montage financier et institutionnel entre la DRASS et l’université, qui se poursuit aujourd'hui entre la Région et l’université, pour permettre l’existence d’une formation qui forme jusqu’au diplôme d’État.

67Les moyens attribués à l’époque par la DRASS, et qui font chaque année l’objet d’un dialogue de gestion avec la Région et l’université, permettent notamment de financer 6 postes équivalents temps plein de formateurs au sein de l’IUT. Le montage financier s’organise de la manière suivante : les deux premières années de formation sont financées par l’université et la troisième année est financée par la Région. Ce montage s’explique par notre obligation d’appliquer les règles relatives à la préparation des diplômes universitaires délivrés au sein des IUT et dans ce cadre, nous proposons à l’IUT de Lille une double diplômation : le DUT – qui a été remplacé par le BUT comme l’a dit tout à l’heure Christophe – de niveau 3, grade licence et le diplôme d’État d’éducateur spécialisé.

68Pour ce faire, nous adaptons le référentiel de formation du DUT, avec le référentiel de formation du diplôme d’État d’éducateur spécialisé pour permettre aux étudiants d’obtenir ces deux diplômes.

69Voici une précision importante : le DUT à l’époque, qui est devenu le BUT aujourd'hui, est un diplôme professionnel délivré par l’enseignement supérieur, mais il n’est pas concurrentiel avec le diplôme d’État d’éducateur spécialisé ou avec le diplôme d’État d’assistant de service social, car ces diplômes d’État sont reconnus par les branches du secteur professionnel et médico-social et par les conventions collectives, ce qui n’est pas encore le cas pour le BUT.

70L’option éducateur spécialisé au sein de l’IUT de Lille a donc un fonctionnement unique aujourd'hui, à partir d’un montage hybride entre l’université et la Région. Son originalité provient de l’accompagnement soutenu des étudiants, rendu possible par une équipe pluridisciplinaire constituée de formatrices et de formateurs ayant au minimum un master II et des enseignants-chercheurs en poste à l’université. Cet espace de formation présente les avantages d’une formation professionnalisante, avec un accompagnement appuyé des étudiants sur leur parcours de formation, et les ressources universitaires en termes d’enseignants, en termes d’enseignement de qualité provenant des chercheurs et des laboratoires.

71Voici trois points de conclusion. Premièrement, cette hybridation entre université et formation en travail social préparant au diplôme d’État impacte le schéma régional des formations sanitaires et sociales de France. En effet, l’IUT de Lille est le seul établissement public proposant une formation en travail social et étant encadré par un modèle économique favorable à la Région puisque la Région ne finance que la troisième année de formation, l’année du diplôme d’État.

72Deuxièmement, les IUT ont depuis toujours mission d’intégrer dans leur formation un quota de bacheliers technologiques. Avec le passage de DUT au BUT, nous devons désormais accueillir dans notre formation d’éducateur spécialisé 60 % de bacheliers technologiques. Ce quota, qui est réservé au Bac technologique, permet donc à des jeunes plus modestes d’accéder à l’enseignement supérieur et de réussir leurs études, voire de les poursuivre après leur formation. Les chiffres de Parcoursup transmis par le ministère de l’Enseignement supérieur le confirment. Pour la session 2022, 33,5 % des néo-bacheliers des filières technologiques ont reçu au moins une proposition d’admission en BUT, contre 18,1 % pour les filières générales. Le taux de réussite des étudiantes et des étudiants issus d’un Bac technologique à l’IUT de Lille est en moyenne de 75 % et de 80 % pour les Bac généraux sur un effectif d’environ 75 primo présentés au diplôme d’État.

73Troisièmement, je voudrais insister sur le rôle et l’importance des stages professionnels dans la formation aux métiers du social, qui sont fondés sur l’alternance entre le centre de formation et les sites qualifiants. Le sujet en formation construit ses compétences dans un long processus dynamique de construction qui implique interactivement des connaissances scientifiques et des connaissances pratiques acquises sur le terrain professionnel. Ce long processus de construction des compétences ne peut s’effectuer que sur la temporalité, à savoir 2 100 heures de stage équivalant à 60 semaines. Ce sont les conditions fixées par l’arrêté du 22 août 2018 relatives au diplôme d’État d’éducateur spécialisé. Cette temporalité permet aux étudiantes et aux étudiants de bénéficier également d’un périmètre de stage couvrant une diversité de public et des problématiques. Cette alternance intégrative entraîne un savoir combinatoire qui va articuler un savoir d’expérience et un savoir scientifique. Ce savoir combinatoire va être mis au travail au sein de l’IUT de Lille par des méthodes d’enseignement qui visent à promouvoir un apprentissage interactif entre les enseignants-chercheurs, les formateurs et les apprenants en faisant de ces derniers des participants actifs de leur apprentissage, favorisant les compétences transférables comme la résolution de problèmes, la pensée critique et la réflexion.

74Si ce modèle d’hybridation, qui est une autre voie d’accès aux formations en travail social, conduit à transformer les pratiques universitaires, perçues encore parfois comme trop théoriques, comme trop scientifiques, en les ramenant à la réalité de l’emploi, nous devons être attentifs que ce modèle n’évolue pas vers une autre tentative d’instaurer un autre mode de domination de l’université, c'est-à-dire qu’au pouvoir fondé sur le savoir scientifique se substituerait le pouvoir fondé sur l’efficacité sociale en termes d’insertion professionnelle. C'est pourquoi il nous paraît important de bien définir ou redéfinir les formations en travail social. Si la formation vise la professionnalisation, elle ne peut pas se réduire à l’apprentissage des compétences. Elle doit aussi se penser en termes de formation intellectuelle dans un cadre interdisciplinaire, c'est pourquoi l’université peut avoir un rôle à jouer dans la formation en travail social en l’abordant – et je reprends les termes de Michel Chauvière – comme une praxie soutenue par une intelligence critique de la question sociale, tout à la fois réflexive, inventive et collective. Plus globalement, les formations en travail social doivent garder leur capacité à poser une démarche professionnalisante, proposant – et je reprends là les termes de Jean-Yves Dartiguenave – sur l’analyse permanente des interventions de terrain, inspirées par l’intelligibilité d’un modèle scientifique, lui-même interrogé par l’efficience au sens de ce qui produit des effets et non de celui du sens, de son efficacité présupposée, et donc de ses interventions. Merci.

75Applaudissements.

76Jean-Sébastien ALIX

77Je souhaiterai revenir sur l’intitulé de cette journée : d’une part, quel avenir pour les établissements de formation ? C’est-à-dire également quel avenir pour les formations du social ? Car si les enjeux de cette journée sont de renforcer des coopérations et des relations de respect réciproque entre établissements et université, c’est bien de l’avenir des formations dont il s’agit. Et d’autre part, pour une attractivité renouvelée, ma deuxième question est : de quelle attractivité parlons-nous dans une période où la tendance est plutôt de s’orienter vers une dérégulation et une plus grande flexibilité dans les parcours de formation et professionnels ?

78Il n’est pas inutile de resituer ces enjeux dans un contexte pour le moins mouvementé, qui n’est pas sans lien avec la journée d’aujourd’hui. La légitimité du travail social, vieille question qui traverse les décennies, est revenue avec violence suite au contexte sanitaire et se manifeste par des difficultés très concrètes de recrutement, jusqu’à 10% des postes vacants dans les structures, particulièrement dans le secteur du handicap, plusieurs conséquences à cela : un Turn over important, l’appel à des intérimaires pas tout le temps diplômés et parfois peu formés, taux d’encadrement réduit, et une continuité dans le travail auprès des publics qui n’a pas lieu…bref les conséquences sont très lourdes pour le travail d’équipe et l’accompagnement des personnes, qui doit présenter une grande stabilité pour être sécurisant. Et du côté des étudiants, c’est une baisse de 10% des candidats dans les écoles de formation aux métiers du social depuis plus de 10 ans (DREES, 1104, 2019), (Bien qu’un communiqué de la DREES en novembre 2023 relativise cette baisse) mais également une augmentation très importante des interruptions de formation. Cela était une situation vraiment méconnue ou très marginale il y a encore quelques années (plusieurs éléments explicatifs : Parcoursup n’y est pas pour rien évidemment avec des étudiants qui font des choix par défaut, mais ce n’est pas tout, une recherche de stage beaucoup plus longue et qui épuise les étudiants (gratification), une précarité étudiante importante, souffrance psychique qui s’accroit, désillusion importante lors de stages face à des équipes non stabilisées…et certainement la difficulté de s’accrocher à des métiers qui ne sont plus portés par un idéal commun et qui sont loin d’être de tout repos..).

Face à cela, les enjeux sur leur avenir sont triples :

79Un premier aspect, plus général, est de resituer le rôle des écoles de formation et leur fonction dans une période de forte transformation des politiques d’assistance. Ce que l’on peut observer c’est que le travail social est soumis au cours de son histoire à une profusion de « vérités », que j’emprunte à Michel Foucault (Subjectivité et vérité, 2014), que l’on peut également qualifier de « signifiants maîtres » selon une formule psychanalytiques, et qui ont comme fonction d’être des réponses totales face à notre désarroi, notre honte, ou juste notre impossibilité de trouver des réponses face aux difficultés des publics : je pense à l’exclusion, l’inadaptation, mais aussi l’insertion, l’autonomie, bref les formules ne manquent pas... Une vérité selon Foucault ne correspond pas à la distinction entre le vrai et le faux, car il n’y a pas de vérité originelle, mais relève d’une construction, à partir de règles, d’interdits, de dispositifs, de lois et de discours. Une vérité ne relève pas du domaine de la connaissance mais d’un système d’obligations et engage des rapports de pouvoir qui vont inscrire dans le réel des vérités qui deviennent, par définition, indiscutables. Cela signifie que les vérités se surimposent à la réalité plus qu’elles n’interprètent la réalité. Elles créent des grilles d’analyse, objectivent des aspects pour en délégitimer d’autres, et transforment notre expérience du monde.

80La difficulté est de pouvoir discuter ce qui ne semble plus discutable, par exemple l’inclusion de tous qui suscite des débats passionnés, qui se réduisent à être « pour ou contre » sans capacités de discuter des nuances éducatives, du cas par cas, c’est-à-dire de l’hétérogénéité des situations (ce qui est au fondement des métiers du social). L’inclusion s’impose telle une vérité indiscutable. Et je pourrai faire le même exercice sur le refus contemporain des institutions sociales et l’appel incessant à une désinstitutionalisation alors que l’institution sociale est un des piliers des politiques assistancielles. Les réponses Totales sont problématiques pour les publics aux besoins spécifiques.

81Pourquoi dire cela ? Car penser l’avenir des lieux de formation, c’est également penser leur fonction, en recherchant la controverse, qui n’est pas une polémique, c’est-à-dire alimenter le débat pour réfléchir à la place des politiques de solidarité dans notre projet de société et également les fonctions sociales qu’occupent les travailleurs sociaux, (à quoi servent-ils ?) et donc contribuer à requalifier les métiers de la relation et qualifier leur contribution sociale.

82Je parle bien de contribution sociale et non de mise en visibilité, qui est le terme plutôt à la mode, comme si le drame du travail social était d’être invisible. Mon deuxième point est le suivant : il y a une tentation, dans une énième tentative, de vouloir rendre plus visible les formations en perte d’attractivité, je l’ai évoqué précédemment. Cette mise en visibilité passerait, selon certains, par la fusion des formations par niveau. Les formations du social connaissent cette rhétorique depuis 10 ans puisque en 2013 le rapport du cabinet Geste et Dubouchet – dans le cadre d’un appel d’offres pour le DGCS (direction générale pour la cohésions sociale) – a formulé l’idée de regrouper les diplômes par niveau, et de nouveau le sujet semble relancé, quoique moins virulent (ce débat est repris dans un des derniers numéros des ASH de janvier 2023.) Réduire le nombre de formation pour les rendre plus visibles sous-entend que le manque d’attractivité serrait dû à un manque de visibilité ! Rien n’est moins sûr évidemment, et je dirai d’ailleurs que c’est plutôt un contresens. Une attractivité renouvelée doit consolider l’existant, autour des métiers, et non créer un brouillage autour de diplômes généraux, et des compétences générales, pour permettre, tel que l’indiquait le rapport de Geste et Dubouchet « une totale mobilité professionnelle à l’intérieur de la famille professionnelle (éducative, sociale, animation...) ». Les métiers ne se résument pas à des professions, il faut revenir aux savoir-faire, c’est-à-dire aux Arts de faire et à la clinique, qui ont des raisons d’être auprès des publics, car le risque est d’être uniquement porté par le souci d’une plus grande fluidité des parcours professionnels.

83Enfin, dans le prolongement de ce que je viens de dire, il est essentiel que l’accompagnement des publics – aux difficultés hétérogènes et souvent multiples et complexes – soit effectué par des professionnels qui ont eu une formation soutenue, exigeante et notamment en maintenant un équilibre entre les enseignements et les stages. En éducation spécialisée, par exemple, nous avons approximativement 1450h d’enseignements théoriques et 2100h de stage (soit 60 semaines). L’enjeu est évidemment fort pour les IUT car certaines options n’ayant pas de diplôme d’État souhaitent profiter d’une équivalence entre le BUT et le diplôme d’État. Or le BUT n’exige pas 60 semaines de stage, mais seulement entre 22 et 26 semaines soit 910h au lieu de 2100. Les formations dans les métiers du social ont besoin de cette articulation, de ce va et vient, entre les terrains et le retour sur le lieu de formation. La formation ne peut être ni que théorique ni que pratique.

84Ici, apparaît un risque important, celui d’une remise en question des diplômes d’Etat, pour permettre une plus grande souplesse, flexibilité, dans les statuts et pratiques professionnelles. Si l’on souhaite créer des conditions non concurrentielles entre université et écoles, la question du maintien des diplômes d’État occupe une place essentielle.

85Nous avons à faire à des enjeux forts dans un contexte excessivement trouble. Le risque est d’accentuer ce trouble par une sorte de dérégulation, pour introduire plus de souplesse et de mobilité, là où les formations ont besoin de soutien en renforçant l’existant concernant les métiers et le cadre réglementaire que sont les diplômes d’État. Je vous remercie.

86Applaudissements.

87La séance est suspendue quelques minutes

Entre coopération et conflits : histoire d’un rapprochement et d’un éloignement entre une université et un IRTS

88Les coopérations entre Établissements de Formation au Travail Social (EFTS) et universités sont assez nombreuses, depuis une vingtaine, voire une trentaine d’années (Jaeger, 2012), pour constituer une base d’expériences et d’informations de nature à éclairer le débat actuel sur l’universitarisation des formations sociales. Pour être nombreuses, ces coopérations sont néanmoins toutes marquées du sceau de l’expérimentation et de la contextualité. De leur caractère expérimental, elles présentent la fragilité -qui est aussi une très grande richesse- d’actions en cours (ou de work in progress), s’exprimant, certes par une inventivité et une opiniâtreté certaines, mais aussi par un faible degré d’institutionnalisation, ainsi qu’en l’absence d’évaluations comparatives sérieuses ; de leur caractère contextuel, elles présentent toutes des singularités liées à leurs acteurs (individus, équipes, établissements, autorités de tutelle, etc.). De ce fait, le matériau constitué par ces années d’expériences est instable et composite.

89Pour autant, il serait inconséquent de ne pas chercher à tirer parti de leurs enseignements aussi riches que variés dans une perspective d’harmonisation, pour ne pas parler de normalisation, des relations entre ces deux mondes de la formation et de la recherche en matière d’action et d’intervention sociale, qui ont tout à gagner d’un métissage fin, tenant compte de l’histoire, des particularités et des richesses de chacun.

90En ce sens, si ces coopérations passées ou présentes ne peuvent, en elles-mêmes, préfigurer une future harmonisation (en raison de leurs fragilités institutionnelles et de leurs spécificités contextuelles), elles constituent un réservoir important d’informations, de constats, d’éclairages, de nature à mieux comprendre les complexités et subtilités, ainsi que les stratégies qui apparaissent à l’articulation de ces deux mondes.

91Yves GILBERT

92L’université de Perpignan est une petite université pluridisciplinaire, mais n’a pas de département de psychologie, ni de département de sciences de l’éducation. Le seul département qui s’approche de la question sociale est le département de sociologie. Ce dernier a été créé dans les années 90 et lorsque j’en ai pris la direction, j’avais l’intention de développer une branche de professionnalisation de la sociologie au travers d’un master professionnel de Pratique de l’Intervention Sociale. Dans le même temps, l’IRTS de Montpellier avait décidé de créer une antenne locale à Perpignan. Nous nous sommes très vite rencontrés pour voir ce que nous pouvions construire ensemble autour de nos formations. Le travail avait commencé avec la préparation de ce master puisqu’avec l’IRTS de Montpellier, nous avions d’abord travaillé sur la possibilité d’une articulation master/DEIS à Perpignan. Finalement, les effectifs n’ont pas permis de créer un DEIS à Perpignan et nous avons plutôt travaillé autour d’un CAFERUIS. Nous avons partiellement mutualisé une formation master/CAFERUIS. Il y avait donc cette interrogation commune sur ce que nous pouvions faire ensemble. Depuis, nous avons essayé, pendant plusieurs années, de travailler à une collaboration symétrique entre université et établissement de formation dans laquelle aucun ne prenait le pas sur l’autre. C'était une collaboration respectueuse qui permettait à chacun d’avoir son identité, mais en même temps, en développant mutualisations et passerelles, qui permettait aux étudiants de passer de l’un à l’autre. Cela a été l’histoire de notre coopération.

93Nous avons, au niveau de la licence professionnelle, connu une articulation assez particulière puisque d’une part, nous donnions accès aux étudiants AS et ES à une licence professionnelle – il s’agissait avant de pouvoir leur accorder le grade licence en les faisant accéder à la licence professionnelle en mutualisant une grande partie des enseignements. Ils avaient donc le diplôme de licence professionnelle. En contrepartie, l’IRTS, avec l’accord de la Région, accordait 20 places en formation AS et ES à des étudiants issus de l’université. Il y avait donc une réciprocité entre les passerelles vers l’université et les passerelles vers l’IRTS, vers la formation des professionnels du travail social. Ensuite, la coopération s’est faite aussi au niveau du master avec les étudiants du CAFERUIS. Nous avons donc un master professionnel qui est un master ouvert à la fois en formation initiale et en formation continue, et en formation continue arrivent soit des gens qui ont un diplôme d’État en travail social et/ou plusieurs années d’activité professionnelle, soit des gens qui sont en formation CAFERUIS avec lesquels on va mutualiser une partie de la formation du master. Les étudiants de CAFERUIS obtiennent à l’issue de cette année leur diplôme de CAFERUIS, mais aussi la moitié d’un master II. Ils peuvent par la suite continuer s’ils le désirent le master II. Il y a eu à un moment une réciprocité à ce niveau-là, c'est-à-dire que les étudiants titulaires du master II avaient un parcours allégé pour aller sur le CAFERUIS, mais je crois que ceci n’a pas très bien marché.

  • 5 Communication, Ressources Humaines et Intervention Sociale.

94Voilà donc une articulation juridique commune IRTS/formations universitaires dans un espace commun, ce qui a été très important dans l’histoire de cette coopération. Nous avons tenu à mutualiser assez finement tous les aspects matériels, et nous nous sommes même arrangés pour que les bureaux soient mélangés, ce qui nous permettait d’avoir des échanges continus entre les formateurs et les enseignants-chercheurs, des services, tout ce qui permet la convivialité habituelle et qui est très utile dans la conception de nos coopérations. Nous avons accueilli d’ailleurs aussi dans cet espace un autre établissement de formation en travail social qui fait des formations de niveau pré-Bac. Autre particularité, nous avons créé un laboratoire de recherche sous forme d’équipe d’accueil. Comme le potentiel universitaire perpignanais était relativement faible, surtout dans cette option intervention sociale, nous avons créé ce laboratoire en association avec les équipes de Montpellier qui travaillaient déjà avec l’IRTS de Montpellier – il s’agissait des équipes de sciences-gestion et de communication. Nous avons donc monté un laboratoire qui s’appelle le CORHIS5. Il avait pour particularité d’avoir quatre membres lors de sa création, avec trois membres universitaires et l’IRTS de Montpellier. Dans le rapport de l’AERS à l’époque, il était bien signalé qu’un des intérêts de ce laboratoire était l’originalité que représentait la participation de l’IRTS dans ce laboratoire. Malheureusement, cette participation était sur le papier beaucoup plus présente que dans la réalité. La suite nous a montré que ce laboratoire fonctionnait avec une très faible présence de l’IRTS.

95Voilà pour l’essentiel. Le thème de notre intervention, c'est une histoire qui a connu des turbulences.

96Brigitte BALDELLI

97Par rapport à ce que Yves vient de dire sur cette expérience qui dure quand même depuis 20 ans, nous avons écrit un article dans Espaces et sociétés dans lequel nous avons analysé cette expérience et pour ce faire, nous avons mobilisé le concept de mondes sociaux. Je vais m’arrêter deux minutes dessus. Ce concept, de H.S. Becker, repose sur l’idée de la prise en compte des actions collectives, sur la façon dont les gens s’y prennent pour faire quelque chose ensemble. Ce concept de monde social nous a obligés à regarder de manière microsociologique, voire ethnographique, les différents comportements des acteurs. Nous nous sommes très vite aperçus – et c'est ce que nous relatons dans cet article – que si, au niveau politique, les projets étaient à peu près portés (du moins sous la présidence universitaire de B et de F.L.) au niveau de la vie quotidienne des acteurs, de nombreux actes du quotidien venaient contrarier les avancées du projet. Ce concept de monde social, qui est une métaphore pour exprimer ce processus d’élaboration de cette forme collective, qui est toujours en mouvement, toujours en transformation, nous a fait apparaître que ce projet avait toujours avancé par crises. Nous en avons identifié plusieurs.

98La première crise, que nous avons appelée crise du rythme, porte sur le fait qu’au départ, les acteurs porteurs du projet voulaient que les choses avancent très vite, mais les rythmes sont très différents entre une association qui représente une centaine de salariés et l’université qui est quatre à cinq fois plus importante. L’échelle du temps est différente.

99La question du rythme institutionnel apportait donc des attentes, des frustrations du côté des porteurs de projets. Pour illustrer cette crise, il était au départ question de construire un poste de maître de conférence associé – celui que j’occupe actuellement – et il n’est advenu que 10 ans plus tard – vous voyez que la question des temporalités est très importante.

100Ensuite, nous avons eu une autre crise que nous pouvons appeler la crise du leadership. Le porteur du projet de l’EFTS était très engagé, mais s’est vu remis en question par ses équipes même puisqu’il n’y avait pas encore d’obligation d’universitarisation. Il y avait une incompréhension sur la raison d’un tel rapprochement avec l’université. À la suite de son départ, plus ou moins poussé, une autre direction s’est installée et a révélé une nouvelle crise, qui a plutôt été celle du repli sur soi, où l’on a vu apparaître des confrontations entre la logique métier et une logique davantage de trajectoire. Les équipes étaient partagées en deux, mais de manière très inégale, c'est-à-dire qu’une grande part de l’équipe était plutôt sur les logiques métier quand d’autres membres de l’équipe voulaient porter ce projet et ce rapprochement d’université. En effet, pour un territoire tel que Perpignan, l’offre de formation que nous avons commencé à construire par le rapprochement des deux entités était très importante pour les étudiants puisqu’elle leur permettait d’avoir des trajectoires depuis le post-Bac jusqu’au doctorat avec une spécialisation intervention sociale.

101Aujourd'hui, nous sommes de nouveau face à une crise que j’appellerais la crise de l’universitarisation. Nous sommes dans la phase que nous avons appelé la phase de consolidation et d’institutionnalisation du projet. Cette phase de consolidation a été marquée avec le processus d’universitarisation, l’obligation de conventionnement, mais aussi par l’arrivée de Manuel qui a fait partie de cette phase. Il a en effet été recruté au départ d’Yves pour poursuivre ce projet, ce qui était à la fois un moment d’institutionnalisation et de reconnaissance du bien-fondé de ce projet, et d’une nouvelle dynamique.

102Qu’a amené cette phase de consolidation ? Dans notre partenariat, l’universitaire qui a pris le leader du projet, le professeur B, est ce que l’on pourrait appeler en sociologie des organisations un marginal sécant, c'est-à-dire qu’il connaît très bien à la fois le monde de la recherche et le monde de la formation en travail social. Ce qui devait être un atout pour développer ce partenariat, pour développer de nouvelles formations, pour enrichir le laboratoire en attirant des personnes de l’IRTS s’est finalement transformé en crise de partenariat.

103Dans cette phase d’institutionnalisation, nous avons acté le fait suivant – vous voyez comme le temps est long, car ceci avait démarré 10 ans plus tôt. Pour la première fois, l’année dernière, des étudiants ont pu obtenir la double diplômation, passer un CAFERUIS en obtenant un master I la même année. Le CAFERUIS, dont je suis la responsable, a été raccourci dans sa temporalité. Les curriculum ont été adaptés et des étudiants sont sortis fièrement avec les deux diplômes sur une année. Bien sûr, avec le CAFERUIS, on est déjà reconnu dans le monde social et médico-social. Cela apporte néanmoins un plus pour postuler sur d’autres postes, être reconnu comme un acteur réflexif par rapport à la formation CAFERUIS qui est quand reconnue comme étant un peu trop technicienne, alors que l’on a besoin de directeurs ou de chefs de service aptes à réfléchir et innover.

104Nous devons cette double diplômation à la pugnacité de l’universitaire qui est à gauche (M. Boucher) parce que l’obtenir n’a pas été facile. Bien sûr, l’établissement de formation est plutôt ravi. Quand je dis qu’il y a une crise de l’universitarisation, elle se place surtout au niveau du grade L à cause de cette obligation qui a beaucoup tendu les relations, alors que sur les diplômes de CAFERUIS et de Master, il n’y a aucune obligation et nous avons pu garder la liberté de travailler ensemble.

105Dans ces consolidations, il est apparu que la formation à l’initiation à la recherche est devenue un enjeu fort entre les acteurs. Qui est légitime pour faire de l’initiation à la recherche dans un tel partenariat ? Le module doit-il être confié aux universitaires, à des cadres pédagogiques ? Il y a aussi un enjeu autour de la définition de la recherche. On voit que des postures épistémologiques sont différentes et créent cette dernière crise.

106Enfin, on pourra dire que cette transformation structurelle a été peu accompagnée auprès des équipes des deux côtés. Il y a eu peu de management de ces transformations au sein de l’EFTS, ce qui a créé encore plus de défiance des équipes. Tout ce qui a été dit ce matin, lors de ce colloque, exprime la construction du sentiment de défiance des organismes de formation vis-à-vis de l’université.

107Nous étions en outre dans un projet spécifique très imbriqué, il n’a pas été au niveau des directions suffisamment accompagné, beaucoup de représentations se créent et mènent à un climat très compliqué à vivre.

108Par contre, d’autres horizons se sont ouverts depuis mais pas avec les mêmes acteurs. Le professeur B a initié un POLE Recherche Intervention Sociale Occitanie Méditerranée qui rassemble plusieurs EFTS et plusieurs universités autour de projets pédagogiques et de recherche. Là, ne partageant pas de locaux, les acteurs laissent libre cours à leur créativité en dehors de tout rapport de force ou sentiment de défiance.

109Yves GILBERT

110Pour essayer de raisonner en termes de logique d’acteur à propos de cette expérience, au fond, ce que l’on voit – Brigitte a parlé tout à l’heure du rôle du marginal sécant –, c'est que la construction de cette articulation s’est faite avec des marginaux sécants, que ce soit le responsable de l’antenne de l’IRTS, que ce soit moi-même puisque j’étais déjà un peu marginalisé au sein de mon département du simple fait que je développais des formations professionnalisantes, mais aussi puisque j’avais travaillé pendant 20 ans en tant que chercheur indépendant avant de rejoindre l’université, ce qui m’avait plongé dans une pratique professionnelle de la sociologie en rapport avec des commandes publiques de ministères ou de collectivités locales. Nous avons un département de sociologie à Perpignan qui reste très académique dans ses représentations et qui est très réservé vis-à-vis du principe de la professionnalisation, la considérant comme une soumission au dictat du monde professionnel, des institutions, etc., et qui pense que la rigueur de la recherche se dissoudra dans ce processus. On a donc une attitude de franche hostilité de ce département de sociologie, ce qui fait que quand on parle d’universitarisation et de formation sociale, si l’on regarde de très près comment cela se passe, pour l’instant, les choses ne sont pas aussi tragiques qu’on peut l’imaginer parce que les forces en présence ne sont pas vraiment organisées. En tout cas, pour l’expérience que j’en ai et l’université que je connais, il n’y a pas péril en la demeure. On a des universitaires qui sont extrêmement hostiles à la professionnalisation, qui ne sont donc pas du tout dans une stratégie de conquête pour l’instant, et l’on a une équipe de direction qui est pour sa part indifférente, en tout cas jusqu’à une période très récente. Il y a eu des successions de présidences, les choses ont pu évoluer d’un président à l’autre, mais au départ, on nous a confié un espace qui appartenait à l’université, un bâtiment qui était en dehors du campus principal dans lequel on a pu accueillir l’IRTS qui devenait locataire des lieux. Il y avait une tolérance, mais cela n’allait pas beaucoup plus loin que cela. D’ailleurs, pour donner un exemple, pour des raisons de gestion immobilière, l’université a souhaité à un moment se débarrasser de ce lieu – ce n’est pas encore fait, c'est un processus très long –, mais j’ai appris cette décision par la presse alors que je suis à l’origine de la construction de ce site. Avec l’IRTS et des universités espagnoles, nous avons développé plusieurs projets de coopération transfrontalière. Un de ces projets a permis la réhabilitation physique d’une partie du site. Des travaux importants ont donc été réalisés. Tout ceci passe complètement « à l’as » quand l’université décide, pour des raisons uniquement de gestion immobilière, de se débarrasser de ce site. Il y a donc une relative indifférence de la part de l’équipe de direction et une hostilité des collègues du département sociologie. Cela va assez loin, parce que d’une part, c'est une bataille permanente au niveau de la création de poste. Va-t-on créer un poste directement fléché sur la licence professionnelle et le master professionnel ? La réalité des choses, c'est que c'est très difficile parce qu’une majorité des enseignants du département y est hostile. D’autre part, cela se joue au niveau de l’influence sur les étudiants. Les étudiants sont dressés à ne pas aller vers la filière professionnelle jugée comme non noble. On a donc une situation très difficile au sein de l’université sur cette expérience.

111Brigitte BALDELLI

112Pour terminer, je voudrais dire que les rapports avec le département de sociologie se sont améliorés ces dernières années. Il y a moins d’hostilités et même un certain soutien de la part des collègues.

113Applaudissements.

35 ans de partenariat avec l’université : quels enseignements pour l’IRTS ?

114Éric MARCHANDET

115Je vous ferai grâce de l’historique complet de l’IRTS. En effet, l’implantation de l’Institut dans le paysage francilien remonte au tout début du XXe siècle. Au départ, il s’agit d’une œuvre laïque dont le conseil d’administration est essentiellement composé de membres qui sont d’obédience judéo-protestante attachée à la liberté de conscience de chacun. Cette œuvre était composée de diverses structures sanitaires et sociales (hôpitaux, hospice, crèche, etc.) mais surtout d’une école privée d’infirmières, qui est alors la première de ce type à Paris. Ces dernières, surnommées les « amyotes » du nom de la rue où était installée l’école, se déplaçaient au domicile. Au contact des populations, et dans le cadre de la philosophie développée par l’œuvre elle-même, elles ont également pour fonction d’intervenir dans un cadre plus spécifiquement social. C’est cette proximité de l’activité d’accompagnement et de l’activité de soin qui fera basculer peu à peu l’école vers la formation exclusive d’assistante de service social.

116Par la suite, le social c’est séparé du sanitaire et dans les années 60, l’œuvre était réduite à l’école maintenant installée dans ses locaux de Montrouge depuis 1932. En 1986, le centre de formation est devenu un établissement multi-filières par rapprochement de plusieurs structures et un IRTS le 13 août 1987. En 2001, l’IRTS Montrouge se rapproche de l’ISIS, qui deviendra le second site de Neuilly-sur-Marne.

117Les deux écoles ont été fusionnées de manière un peu autoritaire par la DRASS pour des raisons que l’on n’exposera pas ici. Néanmoins, et vue la distance entre les deux structures, l’idée de la DRASS n’était certainement pas liée à une question d’aménagement du territoire, mais bien à l’identité des projets pédagogiques. À ce moment de l’histoire, deux noms doivent être cités, à savoir Guy Raffi haut fonctionnaire et Christian Bachmann, sociologue à l’université Paris 13 aujourd’hui Sorbonne Paris Nord. L’un et l’autre ont œuvré pour donner aux formations sociales très professionnalisantes la légitimité académique qu’elles n’avaient pas.

118Les premiers essais de rapprochement avec l’université ont commencé, pour l’IRTS, dans les années 80. Ainsi, le DSTS a été accolé à une maîtrise de Paris 13 afin de monter le niveau des diplômes des travailleurs sociaux dans l’échelle des nomenclatures universitaires. Il s’agissait de leur donner des éléments académiques complétant l’approche pratique et pragmatique dispensée par les écoles. Ce modèle de partenariat et de coconstruction des formations c’est ensuite diffusé dans le cadre des formations aux métiers dits canoniques.

119Ce modèle est un modèle parmi d’autres et la diversité des dispositifs est très importante. Chacun répond à la question des partenariats à sa façon et de manière très pragmatique. Cette richesse est intéressante, mais le problème, c'est qu’il s’agit aussi d’une faiblesse. L’institutionnalisation de nos partenariats ressort de relations souvent impersonnelles et de fait ne sont pas inscrits dans le marbre. Le montage des dispositifs mis en place à l’IRTS et à ISIS sont d’abord le fruit d’une rencontre entre Guy Raffi et Christian Bachmann. Ce sont d’abord deux personnalités qui se rapprochent puis deux institutions. C'est là que le bât blesse dans notre système. Rien n’est totalement fixé, et figé et nos accords sont des personnes dépendantes. Il faut voir à ce propos, comme il a été facile à l’Université de mettre fin à 25 ans de collaboration.

120Curieusement, les deux sites de formation sont rapprochés non pas du fait d’un intérêt pédagogique mais pour une sombre affaire de droit commun. Le projet est celui d’un Diplôme d’État doublé d’une licence AES (Administration Économique et Sociale). La licence est adaptée car elle permet, entre autres, la préparation aux concours de la fonction publique. Elle permet également de monter le DE au niveau d’une licence avec une reconnaissance universitaire. L’équation était simple : « le DE, c'est trois ans. La licence, c'est trois ans. Il n’y a pas de raison qu’il n’y ait pas d’homogénéité entre les deux niveaux ». Il est important de revenir sur ce point car, ce sera ce projet qui fait qu’à un moment, dans les années 90 pour les deux centres de formation, nous allons entreprendre ce travail avec l’université.

121L’université avec laquelle vont travailler au départ les deux centres de formation est Paris 13 Villetaneuse encore une fois sous l’impulsion de Christian Bachmann et de Guy Raffy Président de l’IRTS. Montrouge connaît rapidement des difficultés avec Paris 13 et, décide de changer le partenariat et rejoint l’Université d’Évry Val d’Essonne.

122Il est nécessaire de rappeler que depuis l’origine, l’ensemble des formations sont dispensées dans les locaux des deux centres de formation, et non à l’université. C'est un point du dispositif extrêmement important dans notre projet pédagogique. Ce choix permet d’inclure les enseignements universitaires dit académiques au sein de la formation. Ce projet était à son origine très innovant et en interne, tout cela ne s’est pas passé très facilement. Je ne suis pas certain qu’il soit toujours bien accepté aujourd'hui. En effet, le partenariat tel qu’il existe peut laisser penser qu’il existe un déséquilibre entre la place occupée par les formateurs et les ingénieurs pédagogiques, et celle occupée par les enseignants universitaires dans le dispositif. Cette situation apparaît à certains comme plus favorable à l’université qui semble définir le cadre de la formation. Nous ne souscrivons aucunement à cette vision et notre dernier partenariat avec l’Université Paris Est Créteil montre au contraire que la relation peut être parfaitement équilibrée.

123Cette reconnaissance au niveau 3 a également été la volonté des administrateurs de la Fondation d’insuffler dans la formation professionnelle des éléments d’observation ou de réflexion plus distanciés. Nous fonctionnons sur la base d’un tripode, composé des enseignements académiques dispensés par des enseignants universitaires mais aussi par des formateurs de l’IRTS, la formation théorique qui émane des formateurs en tant qu’anciens professionnels ou de professionnels en poste, et une base pratique acquise lors des différents stages sur les sites qualifiants.

124La base académique apporte un regard critique sur les éléments de savoir qui sont développés en cours et qui facilite à la fois l’objectivation des faits et un travail sur son propre positionnement. Les parties plus théoriques permettent « d’accrocher » la pratique professionnelle en référence au terrain. Enfin le stage, qui est le cœur même de la pratique professionnelle, qui est absolument nécessaire et qui constitue plus de la moitié de la formation. Voilà donc un premier cheminement qui a ses objectifs, des objectifs que je trouve pour ma part assez légitime. L’idée de dire « il n’y a pas de raison qu’une formation bac plus 3 ne soient pas vraiment au niveau 3 » me paraît en soi tout à fait normal, et je trouve que les instigateurs de cette réforme interne, dans les années 90, avaient des raisons qui me semblent encore aujourd'hui tout à fait fondées. Le projet n’a pas été remis en question jusqu’à présent, nous en parlerons en toute fin d’intervention.

125En ce qui concerne la temporalité de ces actions, j’identifie trois périodes de développement. La première période est celle de la mise en place de la Licence AES avec l’Université Villetaneuse et l’Université d’Évry Val d’Essonne. Les étudiants bénéficient d’une double diplômation (DE plus licence). Par rapport aux trois métiers « canoniques » que sont les AS, ES et EJE, l’AES était très adaptée aux besoins des DE. Certains posaient malicieusement la question de la qualité de la Licence dans de pareilles conditions. En fait, les critères pédagogiques universitaires avaient été parfaitement respectés ainsi que les examens partiels nécessaires. Cette première organisation ne réclamait pas nécessairement beaucoup de moyens supplémentaires notamment au niveau de la logistique administrative.

126Un point rapide sur la question des moyens. Même si durant cette première période du partenariat les moyens engagés n’étaient pas très important, l’organisation d’une double diplômation dans le cadre de nos IRTS et de nos EFTS demande que l’on revoir la manière de fonctionner au niveau pédagogique mais également administratif. Aujourd’hui, cette question est plus importante qu’au début de cette expérience. La logistique prend une place importante et demande que nous nous y consacrions. L’obligation de qualité de nos formations oblige également l’université. Le partenariat avec une ou plusieurs universités n’est pas uniquement une question pédagogique.

127Aujourd'hui, nous sommes en partenariat avec trois universités. Avec l’UPEC, pour les DE gradés, mais également dans le cadre de la licence Sciences de l’éducation parcours Travail Social qui a été construite spécifiquement pour les étudiants de l’IRTS. Nous avons un deuxième partenariat avec la même université pour le CAFERUIS adossé au Master I Développement Social. Nous dispensons les enseignements du Master Management Stratégique des établissements pour personnes âgées avec Paris Dauphine-PSL. Le DEIS, également en partenariat avec Paris Dauphine-PSL et l’école des Mines Paris-PSL qui devrait reprendre son activité prochainement. Enfin, le Master MOSS (Management des Organisation Sanitaire et Sociale) avec l’Université Sorbonne Paris Nord.

128Chaque partenariat est différent et la relation avec une université est une relation spécifique. Les points abordés dépassent de loin la seule pédagogie. Il s’agit d’une négociation. Donc, cette première phase du partenariat est celle d’un AES qui ne réclame pas beaucoup de moyens et assez adaptés aux besoins immédiats des étudiants et des formateurs.

129Il y a une deuxième période où l’on a un peu tout « fait flamber ». C’est la période durant laquelle coexistent quatre licences. Je vous laisse imaginer la complexité du système. Le projet était de permettre aux étudiants de faire un choix entre quatre disciplines Sur ce projet, il n’y a pas grand-chose à dire et l’idée d’un choix est plutôt louable. Les quatre licences, organisées à partir de 2010 avec Villetaneuse, sont les suivantes :

  • Sciences politiques-sociologie ;

  • AES (la licence historique) ;

  • Psychologie ;

  • Sciences sanitaires et sociales.

130Nous assistons alors à une inflation du nombre des licences, mais également à une inflation horaire et enfin à une complexité d’organisation qui est notable. Je laisse la parole à ma collègue parce qu’elle a particulièrement bien connu cette situation. Je citerai juste une petite anecdote. Grosso modo, ces quatre licences, distribuées sur trois diplômes d’État, représentent 50 plannings à rédiger à la main. Je lui cède maintenant la parole afin qu’elle présente la deuxième époque de notre projet pédagogique.

131Catherine ROULHAC

132Bonjour à toutes et tous. Je suis directrice pédagogique de l’IRTS Île-de-France Montrouge Neuilly-sur-Marne. J’ai effectivement vécu cette période où l’IRTS proposait quatre licences. Je pense pouvoir dire qu’à l’époque, ces quatre licences pouvaient amener à l’IRTS des étudiants, peut-être davantage que la licence de psychologie qui semblait a priori plus facile à obtenir à l’IRTS qu’à l’université. En effet, proposer quatre licences à des étudiants futurs travailleurs sociaux nécessitait quand même – le mot va être impropre pour mes collègues universitaires et je vous prie de m’en excuser – des compromis concernant ce que l’on appelle les référentiels de formation et les programmes que l’université. Nos collègues de l’université pouvaient accepter de réduire certaines heures sur certaines matières dites académiques au profit des matières dites professionnalisantes, c'est-à-dire celles que nous dispensons, mais ne pouvait pas réduire l’ensemble de la maquette.

133Comme le disait Éric Marchandet, tout cela est de la négociation et il fallait négocier avec quatre UFR, certes de la même université, mais qui fonctionnaient d’une manière différente. Sur le fond, ce partenariat n’était pas inintéressant et je crois que cela a pu être attractif pour un certain nombre d’étudiants. C’est entre 2011 et 2014, où progressivement, les programmes universitaires, et notamment ceux de sociologie-sciences politiques, se sont éloignés de nos référentiels de formation. L’équipe universitaire avait des exigences qui s’éloignaient de la formation professionnalisante. De fait, nous avons d’un commun accord arrêté cette licence. La psychologie a connu à peu près le même parcours. La formation s’est vu attribuer – pardon pour l’expression – davantage de neurosciences. Il fallait impérativement dans le programme de psychologie amener ces futurs psychologues à savoir ce qu’était une neuroscience. La question était également de savoir en quoi cela pouvait changer l’enseignement de psychologie au sein de l’IRTS. Inutile de vous dire que dans nos référentiels de formation, nous n’avons pas de neurophysiologie. Par conséquent, nous avons dû nous séparer, toujours en bonne intelligence, du fait d’une dissociation entre nos impératifs et ceux de l’UFR de psychologie de Paris 13.

134Il nous restait donc AES et sciences sanitaires et sociales. La licence sciences sanitaires et sociales était très intéressante d’un point de vue ouverture du travail social vers le sanitaire parce que sur le terrain, les futurs travailleurs sociaux peuvent travailler avec des professionnels de la santé, voire en hôpital, etc. Cependant, le droit a pris une importance considérable dans les autres formations l’AES, l’UFR sociologie-sciences politiques, l’UFR Sciences Sanitaires et Sociales et ce n’était bien sûr pas le cas pour l’UFR de psychologie. Précisons que la licence de psychologie a accepté beaucoup de compromis.

135Il s’agissait donc des licences aménagées travaillées communément avec les équipes universitaires. Bon nombre de nos collègues ingénieurs de formation ont pu ressentir la relation comme asymétrique. Néanmoins, nous avons quand même pu pédagogiquement travailler ensemble. Mais au fur et à mesure, ces référentiels de part et d’autre – pardon du terme pour nos collègues universitaires – se sont éloignés. Par conséquent, si nous avions maintenu ce partenariat, nous aurions connu un débordement d’heures qui n’était pas possible pour les étudiants de l’IRTS dans le cadre d’une formation professionnelle. De fait, nous sommes allés voir, chercher, travailler un nouveau partenaire, à savoir l’Université Paris-Est Créteil, ex-Paris 12. Nous sommes partis sur une licence sciences de l’éducation, ce qui n’était pas du tout notre projet de départ. En effet, bon nombre de nos collègues de la région parisienne la proposaient parce que c'était la plus proche de nos référentiels aujourd'hui. C'est là où, notre collègue de l’université souhaitait, politiquement parlant, ouvrir sa licence de sciences de l’éducation au travail social, et pas uniquement au professorat des écoles. Il s’agissait de s’ouvrir plutôt que de dire « la licence sciences de l’éducation s’adresse uniquement aux futurs professeurs des écoles ».

136Voilà le début de la troisième période de notre projet pédagogique. Nous avons commencé à travailler ensemble en 2020, et j’insiste sur ce côté « ensemble ». Cette suprématie de l’université sur les EFTS – en l’occurrence un IRTS –, je ne l’ai pas du tout ressentie au moment de ce coworking, de cette collaboration, parce que notre collègue de l’université, qui à l’époque était toujours directeur et doyen de l’UFR sciences de l’éducation et STAPS, avait vraiment eu une envie de professionnalisation. J’entendais nos collègues tout à l’heure qui disaient que certaines UFR ne souhaitaient pas professionnaliser leurs étudiants. Notre expérience nous a montré le contraire : à la fois s’ouvrir au travail social, et pas uniquement à l’éducation, et en même temps professionnaliser des étudiants. De fait, nous avons conçu ensemble dans une grande confiance un parcours de licence qui, jusqu’alors, n’existait pas. Cela reste la licence sciences de l’éducation, car on ne peut pas créer des licences nouvelles actuellement. En revanche, on peut créer des parcours. Nous avons donc créé le parcours travail social. C'est celui qui est actuellement mis en œuvre à l’IRTS. Il a demandé beaucoup de travail aux équipes pédagogiques et la confiance va jusqu’à ce que l’UPEC nous délègue en grande partie les enseignements, y compris académiques – la sociologie, la psychologie, le droit, etc.

137Bien évidemment, nous avons conçu un livret d’accueil où les uns et les autres peuvent dire ce que nous faisons, cela paraît absolument logique. La méthodologie de recherche est effectuée par les collègues universitaires. Cependant, nous allons entamer notre troisième année avec l’UPEC et ce qui nous a toujours animés dans ces partenariats, c'est de pouvoir offrir aux étudiants de l’IRTS la double diplômation, c'est-à-dire un diplôme d’État avec toute la professionnalisation nécessaire et une licence académique. Je ne vais pas le répéter, cela a été beaucoup dit. Il est évident qu’en respectant l’alternance intégrative, nous ne sommes pas au-dessus des règles concernant les référentiels, et nous les respectons. Il y a donc cette possibilité d’une licence académique, je le précise, et pour celles et ceux qui le souhaitent la poursuite de leur formation en master.

138Éric MARCHANDET

139Pour terminer sur cette présentation, et sur cette deuxième période des quatre licences, nous nous sommes trouvés dans une inflation d’heures absolument incroyable, c'est-à-dire que nous étions dans certaines filières à 2 600 heures de cours pour les trois ans de formation. Ce n’était pas possible, et le système était quasi maltraitant pour nos étudiants qui travaillaient de septembre à fin août de manière permanente. Catherine ROULHAC vous a présenté la troisième période, celle de cette licence réaménagée « travail social ». Il y a quand même un point sur lequel je souhaiterais revenir. Avant de changer de partenaire universitaire nous avons fait la tournée des universités franciliennes. Je pensais un peu naïvement que comme nous avions de gros effectifs étudiants – nous devons avoir environ 1 200 étudiants en formation initiale –, je pensais que ce serait attractif pour les universités. En fait, pas du tout, à tel point que nous n’en parlions plus trop lors de nos échanges. Le nombre n’était absolument pas un critère de choix pour nos éventuels partenaires. Finalement, la négociation avec l’UPEC, passait par le fait que nos étudiants recevaient les cours au sein de l’IRTS.

140Je voudrais terminer sur l’arrêté de 2018 qui réforme les cinq grands diplômes du social. Vous vous doutez bien que nous nous sommes interrogés sur le fait de proposer un grade licence et corrélativement une licence. Il est évident que nous pouvions alors nous dire « c'est bon, nous avons un grade licence et finalement, l’objectif des promoteurs du projet est atteint, il n’est donc pas nécessaire d’aller plus loin ».

141À la suite du conseil d’administration, les bureaux ont tenu à ce que nous prolongions l’expérience. En effet, le grade n’est pas la licence et l’idée était de faciliter l’entrée en master. Même si l’on est dans des écoles professionnelles – et nous tenons à rester une école professionnelle –, un certain nombre d’étudiants entrent en master, et en master, une licence est disciplinaire, un master est disciplinaire, mais ce n’est pas le cas du grade. Nous avons donc souhaité rester dans ce cadre.

142La question de l’attractivité des formations et des professions du social nous repose aujourd'hui la question de la licence. La licence pose-t-elle problème dans l’attractivité ? À ce niveau nous sommes à peu près logés à la même enseigne, si j’ai bien compris ce que j’ai pu entendre dernièrement sur l’Île-de-France. Clairement, cela repose des questions. Par exemple, notre modèle peut-il continuer à fonctionner de cette manière ? Quels types d’aménagement devons-nous prévoir dans nos formations ? Vous vous doutez qu’au niveau de la direction et du bureau, nous sommes assez attachés à ce modèle. Mais là aussi, c'est un modèle fragile. Comme le disait tout à l’heure Catherine ROULHAC, un jour, il pourrait y avoir une réinterrogation, ce que nous ne souhaitons et pas nécessairement de notre fait. Peut-être que l’institution se réinterrogera et se reposera un certain nombre de questions autour de ce travail avec l’université, travail qui n’est pas toujours simple mais qui est aussi très agréable dans certaines circonstances. Comme je le disais tout à l’heure, les projets sont souvent le fruit de rencontres. Je pense, qu’à l’avenir, il s’agisse moins de rencontre que des projets institutionnalisés à d’autres niveaux que celui des EFTS.

143Applaudissements.

Des conceptions portées par un changement de nom. Prolégomènes ductiles à la Construction de la Haute école de demain.

144Philippe FOFANA

145Permettez-moi, en préambule à ma communication, de formuler quelques observations sur les interventions antérieures portant sur le processus d'universitarisation.

146Tout d'abord, rappelons que depuis plusieurs années, les Établissements de Formation en Travail Social (EFTS) sont engagés dans un processus d'universitarisation, que l'on peut définir comme la démarche par laquelle les EFTS deviennent davantage intégrés et alignés sur les valeurs, les pratiques et les normes de l'université. Cela implique classiquement l'adoption de structures académiques, la mise en place de programmes de formation validés par l'université, et une implication active dans la recherche et la publication universitaires.

147Plus concrètement, les différentes étapes de ce processus, mises en œuvre en urgence, et leurs conséquences ont été les suivantes :

  1. Entrée dans le dispositif Parcoursup : Cette étape visait à accroître notre visibilité auprès des étudiants en quête d'une formation post-bac et à augmenter le taux d'inscription.

  2. Passage des formations au grade de licence : Cela a nécessité l'organisation des formations en semestres et en unités d'enseignement (UE) validées par des crédits ECTS. Pour obtenir le grade de licence, il a fallu accumuler un total de 180 crédits ECTS, élaborer un programme conforme aux critères nationaux des Ministères de la Santé et de l'Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, fournir des enseignements incluant une initiation à la recherche, et évaluer la formation en conséquence.

  3. Évaluation des établissements et contrôles par des commissions universitaires : Cette étape a impliqué la mise en place de commissions présidées par l'université pour évaluer et contrôler les établissements.

  4. Réécriture des dossiers d'agrément et conventions avec les universités : Tous les dossiers d'agrément ont été réécrits, et des conventions ont été signées avec des universités.

148Cependant, ce matin, nos discussions ont porté sur tout autre chose. Nous n'avons pas abordé le processus et ses conséquences réelles ou supposées sur les orientations et l'avenir des EFTS. Au contraire, nous avons évoqué des travaux et des expériences menées avec les universités. Il n'y a rien de comparable entre la mise en place d'une commission pédagogique présidée par l'université, comme prévu par le texte de 2018, et ce dont nous avons discuté concernant le rapport avec les Instituts Universitaires de Technologie (IUT), même si le sous-texte visait à rassurer les EFTS sur une éventuelle concurrence. Il n'y a pas de similitude non plus avec la proposition de double parcours entre les Diplômes d'État (DE) et les masters des départements d'université, ni même avec le remarquable travail accompli par mon collègue marseillais sur les conventions avec les laboratoires des universités. Ces partenariats ont tous été établis bien avant le texte de 2018 et témoignent d'un processus de collaboration avec les universités, prenant en considération la valeur de chaque institution pour créer une offre qualitativement enrichie pour tous.

149Il m'a semblé essentiel, avant d'entamer cette communication, de distinguer ces deux processus. Dans le premier, les EFTS sont contraints de s'aligner sur l'université. Dans le second, il s'agit de proposer des activités communes ou partagées bénéficiant des compétences de chacun.

150Cette réflexion préliminaire est étroitement liée à mon intervention ce matin. En effet, dans le cadre de la conférence, les intervenants étaient invités à répondre à la question suivante : « Pris dans le processus d'universitarisation, que s'est-il passé pour vous ? »

151"En réalité, pour HETIS, en plus des réponses aux obligations mentionnées et des nombreux partenariats établis avec l'université Côte d'Azur, le changement significatif a eu lieu avec la modification de notre nom. Nous sommes passés d'un institut appelé "IESTS" à Haute École du Travail et des Interventions Sociales (HETIS). Pour cette communication, je souhaite discuter avec vous de ce changement de nom, de sa signification, des conceptions qu'il implique, du modèle qu'il pourrait évoquer, et des critiques auxquelles il pourrait répondre.

152Pour analyser ce changement de nom, je vous propose de nous attarder sur chaque terme de notre nouvelle dénomination afin de mieux comprendre les choix effectués et d'explorer les implications de ces choix sur la vision et l'identité que nous aspirons à promouvoir pour l'avenir de notre organisme de formation en travail social. Lorsqu'on réfléchit sur l'avenir des établissements de formation en travail social, il est peut-être nécessaire de se demander qui nous sommes et qui nous voulons devenir.

153Dans le nom HETIS, l'expression "haute école" reflète notre volonté d'acquérir un statut se rapprochant du modèle universitaire, tout en préservant notre autonomie et les spécificités des formations en travail social. Elle évoque immédiatement des similitudes que nous souhaitions établir avec les grandes écoles françaises ou les écoles suisses - nous en discuterons probablement cet après-midi - tout en préservant notre indépendance. Ces hautes écoles ou grandes écoles jouissent d'une réputation prestigieuse, reconnues pour l'excellence de leur enseignement et de leur recherche, et entretiennent des liens étroits avec le monde professionnel, favorisant ainsi les collaborations, notamment sur les questions d'emploi. Elles sont également connues pour leurs processus de sélection rigoureux, une caractéristique que nous avions et que nous avons peut-être un peu perdue avec l'introduction de Parcoursup. L'intitulé de Haute École visait avant tout à préserver ces caractéristiques communes et à optimiser l'excellence.

154Le choix du terme "haute école" dans notre nouveau nom exprime également notre refus de voir les diplômes d'État du travail social récupérés par les universités ou les Instituts universitaires de technologie (IUT). Les préoccupations qui traversent les organismes de formation en travail social depuis plusieurs années incluent notamment la crainte de l’absorption des diplômes d'État par les universités ou de leur récupération par les instituts universitaires de technologie. En adoptant ce nom d'école, nous exprimions clairement notre opposition à une telle récupération et notre volonté de préserver l'identité et l'autonomie des organismes de formation.

  • 6 Art. D. 142-1-1.-Le travail social vise à permettre l'accès des personnes à l'ensemble des droits f (...)

155Mais pourquoi préserver cette autonomie ? Après tout, si l'université fait aussi bien, voire mieux, il n'y a aucune raison. De notre point de vue, l'une des caractéristiques distinctives des organismes de formation, qui nous rend définitivement non assimilables à l'université, réside dans la structure même de l'identité des établissements, telle qu'elle est exprimée dans la définition du travail social du Code de l'action sociale et des familles6. Cette définition précise la nature des connaissances nécessaires à la mise en œuvre du travail social. Dans cette perspective, nos pédagogies se veulent inclusives, en prenant en compte le triptyque des savoirs académiques, professionnels et l'expérience des personnes accompagnées. Cela est au cœur de l'ADN des organismes de formation et, pour le moment du moins, n'est pas réalisable par l'université.

156Mais ce n'est pas tout, nos établissements portent d'autres caractéristiques distinctives. Tout d'abord, il y a l'alternance intégrative, que nous avons soulignée à plusieurs reprises, un marqueur fort de notre identité. Ensuite, notre offre de formations Infra-Bac permet aux étudiants d'envisager des évolutions de carrière et des mobilités professionnelles significatives. De plus, notre offre de formations va au-delà de la délivrance des diplômes d'État en travail social, incluant des formations continues répondant aux besoins spécifiques des secteurs professionnels, des formations conduisant à l'obtention de titres professionnels délivrés par le ministère du Travail, ainsi que des certifications reconnues par les branches professionnelles.

157Pour nous, cette identité unique joue un rôle essentiel dans le renforcement de notre capacité à répondre aux besoins évolutifs du secteur du travail social, favorisant la mobilité professionnelle et sociale des apprenants et l'inclusion sociale.

158Cependant, on ne peut pas parler de Haute École sans évoquer la production de connaissances, qui doit irriguer la formation, ni même - le Président de HETIS en parlera cet après-midi - sans envisager de s'engager dans la révolution générée par l'intelligence artificielle. Je ne m'étendrai pas sur le sujet car une table ronde sera organisée avec des experts dans ce domaine. Toutefois, il est généralement admis que tous les établissements de formation en travail social se présentent comme faisant de la recherche. Cependant, la réalité de la recherche dans ces établissements a été soulignée par le président d'HETIS il y a quelques années lors d'une étude sur l'état des lieux de la recherche dans les organismes de formation en travail social. Les conclusions ont révélé, au-delà des présentations, une pauvreté, tant qualitative que quantitative. Si l'on compare le nombre de chercheurs et de productions à ceux d'un seul laboratoire d'une université, l'écart est considérable, principalement en raison de l'absence de moyens alloués. Peu de moyens, en effet, à l'exception de ceux que se donnent éventuellement les instituts ou, de temps en temps, une collectivité qui alloue une subvention. Ainsi, se nommer Haute École nous engageait dans le développement de la recherche et de son financement afin d'offrir aux apprenants des formations irriguées par une production de connaissances réalisée au sein de l'établissement.

159Revenons maintenant au choix du terme "haute école", qui exprimait également notre souhait, tout en préservant certaines caractéristiques au fondement des IRTS, de promouvoir la collaboration et l'harmonisation à un niveau national, ainsi que notre volonté d'émancipation des logiques régionales trop prégnantes et non coordonnées. Cette volonté d'harmonisation et de coopération est mise à l'épreuve, les établissements étant traversés par des orientations parfois opposées ou contradictoires sur les territoires. Il leur faut articuler des logiques départementales et des logiques régionales souvent peu coordonnées. Les collectifs régionaux (ou plateformes) sont mis en tension en raison d'une concurrence accrue, notamment par le développement de la formation continue. Une coopération nationale plus étroite entre les organismes de formation en travail social permet une homogénéité des formations menant aux diplômes d'État et favorise la production de connaissances à l'échelle nationale et internationale.

160Récemment, et je tiens à en parler de manière très positive, plusieurs établissements (dont HETIS) ont exprimé la volonté commune de travailler à un niveau national. Nous avons créé un cadre appelé CeRSO (pour CERtifications Sociales). Je vois dans la salle les collègues de Lille qui portent haut la bannière de CeRSO. L'idée était de travailler de manière très opérationnelle, à un niveau national, dans une perspective d'homogénéité des formations et des diplômes d'État, ainsi que de production et de promotion des connaissances à l'échelle nationale ou internationale.

161Voilà pour l'essentiel des conceptions portées par ce nouveau nom de Haute École. Il me reste encore à évoquer, dans le nom de HETIS, le "T" de "Travail", qui renvoie à la finalité de la professionnalisation et donc à l'articulation emploi/formation, ainsi qu'à nos processus de formation. Au cœur de ces processus se trouve l'alternance intégrative et donc l'analyse des situations de travail, qui occupe une place centrale dans notre approche pédagogique. Nous convenons tous qu'elle vise à former des professionnels réflexifs capables de relever des défis complexes présents et à venir, en développant une posture critique et une capacité d'adaptation face aux situations souvent incroyables rencontrées sur le terrain.

162En conclusion, l'examen de ce nouveau nom met en évidence notre volonté de préserver l'autonomie de notre modèle en cherchant une reconnaissance nationale et un statut aligné sur le modèle des hautes écoles. Le choix du terme "Haute École" reflète également notre engagement à offrir des formations de qualité à un niveau supérieur d'enseignement, en nous inspirant du modèle universitaire tout en préservant cette spécificité, notamment notre offre de formation Infra-Bac et nos modèles de pédagogie inclusive.

163Il nous semble aujourd'hui essentiel d'envisager l'avènement d'un statut des hautes écoles reconnu par l'État. Ce statut nous permettrait de bénéficier d'un cadre institutionnel solide - je crois que c'est Éric, dans son intervention, qui a parlé de la nécessité de retourner à un cadre institutionnel - favorisant notamment le développement de la recherche et donc son financement, ainsi que la production de connaissances propres aux pratiques du secteur social et médicosocial.

164Rappelons enfin la nécessité de favoriser une coopération accrue, sur un pied d'égalité, avec toutes les universités et les laboratoires, ainsi qu'une coopération plus étroite entre les instituts favorisant une formation enrichie et une recherche collaborative. Je vous remercie pour votre attention.

165La séance est suspendue entre 12 heures et 13 heures 30.

Haut de page

Notes

1 Unité Mixte de Recherche.

2 Certificat d'Aptitude aux Fonctions de Directeur d'Établissement ou de Service d'intervention sociale.

3 Certificat d'Aptitude aux fonctions d'encadrement et de responsable d'unité d'intervention sociale.

4 Diplôme d'État d'ingénierie sociale.

5 Communication, Ressources Humaines et Intervention Sociale.

6 Art. D. 142-1-1.-Le travail social vise à permettre l'accès des personnes à l'ensemble des droits fondamentaux, à faciliter leur inclusion sociale et à exercer une pleine citoyenneté. Dans un but d'émancipation, d'accès à l'autonomie, de protection et de participation des personnes, le travail social contribue à promouvoir, par des approches individuelles et collectives, le changement social, le développement social et la cohésion de la société. Il participe au développement des capacités des personnes à agir pour elles-mêmes et dans leur environnement.

A cette fin, le travail social regroupe un ensemble de pratiques professionnelles qui s'inscrit dans un champ pluridisciplinaire et interdisciplinaire. Il s'appuie sur des principes éthiques et déontologiques, sur des savoirs universitaires en sciences sociales et humaines, sur les savoirs pratiques et théoriques des professionnels du travail social et les savoirs issus de l'expérience des personnes bénéficiant d'un accompagnement social, celles-ci étant associées à la construction des réponses à leurs besoins. Il se fonde sur la relation entre le professionnel du travail social et la personne accompagnée, dans le respect de la dignité de cette dernière.

« Le travail social s'exerce dans le cadre des principes de solidarité, de justice sociale et prend en considération la diversité des personnes bénéficiant d'un accompagnement social. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Manuel Boucher, François Sentis, Thierry Berthet, Christophe Dansac, Jean-Sébastien Alix, Jean-Pierre Gallasse, Yves Gilbert, Brigitte Baldelli, Éric Marchandet, Catherine Roulhac et Philippe Fofana, « Établissements de Formation en Travail Social et Universités à l’épreuve de l’universitarisation (de quoi s’agit-il ? Quels sont les problèmes et contradictions ?) »Sciences et actions sociales [En ligne], 21 | 2024, mis en ligne le 15 janvier 2024, consulté le 21 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/sas/4151

Haut de page

Auteurs

Manuel Boucher

Professeur des Universités, Président de l’ADSCI (gestionnaire de l’Institut du Développement Social Normandie)

Articles du même auteur

François Sentis

Directeur général de l’Institut Régional du Travail Social PACA Corse.

Articles du même auteur

Thierry Berthet

Politiste, directeur de recherche au CNRS, Directeur du Laboratoire d’Économie et de Sociologie du Travail (LEST-CNRS) - Aix-Marseille-Université

Christophe Dansac

Maître de conférences, Administrateur du Département Carrières Sociales de l'IUT de Figeac - Université Toulouse Jean Jaurès, Directeur du Groupe de Recherche Interdisciplinaire et Pluridisciplinaire de Figeac

Jean-Sébastien Alix

Docteur en sociologie, Directeur des études - IUT de Lille

Articles du même auteur

Jean-Pierre Gallasse

Directeur du département Carrières sociales - IUT de Lille

Yves Gilbert

Professeur de sociologie émérite à l’UPVD

Articles du même auteur

Brigitte Baldelli

Maîtresse de conférences associée en sociologie à l’Université de Perpignan Via Domitia (UPVD), responsable de la recherche et du CAFERUIS dans un IRTS

Articles du même auteur

Éric Marchandet

Directeur général de l’IRTS Île-de-France Montrouge/Neuilly-sur-Marne

Catherine Roulhac

Directrice Pédagogique

Philippe Fofana

Directeur Général de la Haute École du Travail et de l'Intervention Sociale (HÉTIS) de Nice

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search