Navigation – Plan du site

AccueilNuméros21Les pouvoirs publics et les milie...Les perspectives d’avenir des Éta...

Les pouvoirs publics et les milieux professionnels

Les perspectives d’avenir des Établissements de Formation en Travail Social : table ronde (quelles représentations ? Quelles convictions ? Quelles actions et décisions présentes et à venir ?)

Manuel Boucher, Mathieu Klein, François Sentis, Annie Riccio, Franck Briey, Dorothée Bedok, Francine Chopard, Maude Chantepy, Nathalie Gautron et Philippe Fofana

Texte intégral

1Co-animation, François SENTIS, Directeur général de l’IRTS PACA & Corse et Manuel BOUCHER Professeur des Universités, vice-Président de l’ADSCI (gestionnaire de l’Institut du Développement Social Normandie)

2Manuel BOUCHER

3Nous arrivons en fin de journée. Il y a eu des conférences extrêmement denses, tant sur les expériences d’universitarisation que d’écoles en travail social et en relation avec les universités. Des chercheurs ont également pris la parole sur leurs expériences de recherche et de formation avec des acteurs des écoles. Nous commençons la première prise de parole de la table ronde qui termine la journée, avec des acteurs un peu plus institutionnels pourrait-on dire, sur la question de l’avenir des écoles du travail social dans un processus d’universitarisation et des rapports avec les universités.

4Mathieu KLEIN

5Merci. Vous avez choisi un sujet qui arrive à point nommé pour nous, le Haut Conseil du Travail Social. Vous le savez, dans la centrifugeuse de la dernière ligne droite de la rédaction du Livre blanc du travail social, et je remercie ceux qui ont participé notamment aux entretiens du livre blanc, beaucoup de travailleurs sociaux y étaient regroupés, aussi les comités locaux du travail social et du développement social, qui alimentent cette réflexion aujourd'hui –, nous traiterons dans le livre blanc de la question de la création d’une discipline académique puisque la question de la reconnaissance de l’évolution du travail social est portée au cœur des préoccupations qui sont remontées. Je suis heureux d’être là. La question de l’avenir des EFTS est évidemment un enjeu important puisque c'est la structuration du modèle français qui est aujourd'hui réinterrogée. Le HCTS a aussi cette fonction de lieu dans lequel ces sujets se débattent, avec tous les professionnels ici présents autour de la table.

6Je partage avec vous quelques réflexions. Comme vous le savez, nous relevons l’absence d’un modèle français stabilisé et unique. D’ailleurs, la question se pose aujourd'hui au plus haut niveau de l’État. Il faut aujourd'hui aller vers une filière complète avec la création d’un doctorat, c'est en tout cas un point de vue qui se défend pour obtenir une filière complète comme l’ont d’autres pays. C'est d’ailleurs un des éléments du manifeste de 2021 qui est évoqué assez clairement. Je crois qu’avec la crise de vocation, la crise du recrutement et la crise parfois aussi de sens que vivent les professionnels en exercice, il faut avoir les moyens et le nombre de collègues nécessaires pour éviter que l’exercice de leur mission se retrouve pris entre le marteau et l’enclume. Je suis assez convaincu qu’apporter une réponse dans le champ de l’universitarisation pourrait être un des éléments-clés de la résolution de cette crise du travail social. La discipline ainsi créée pourrait permettre à des parcours complets de se réaliser, des parcours de doctorants notamment, et pourrait donner une meilleure visibilité au secteur, une plus grande légitimité institutionnelle et un souffle aussi. On sait très bien que la recherche a pour but de nourrir le sens. Mais quand on a dit cela, on est quand même loin d’avoir résolu la problématique dans sa globalité, parce que nous savons très bien que les métiers du travail social ne procèdent pas que d’une formation académique il y a des savoirs expérientiels qui est absolument déterminante. La question de l’identité du travail social ne peut être nourrie que de ce croisement : les savoirs expérientiels, les savoirs d’usage de celles et ceux qui sont accompagnés par les travailleurs sociaux et le travail académique. Ce croisement, cette hybridation doit évoluer, doit prendre une forme différente. Cela pourrait être une évolution importante du modèle français. Je veux aussi dire que j’ai perçu ces derniers mois en entendant les travailleurs sociaux, en les rencontrant dans les IRTS ou sur le terrain, dans les entretiens, dans les comités locaux et à toutes les occasions de préparation du livre blanc, que le sujet que vous avez mis sur la table aujourd'hui est un des grands sujets. Il y a la question de l’attractivité des métiers, de la rémunération, du sens… Mais la question de la formation, la question de la reconnaissance académique et donc de l’évolution du socle et de l’organisation de la formation, c'est aussi un des grands sujets qui est ressorti à de nombreuses reprises des échanges. Je serai donc très attentif à vos conclusions, y compris pour nourrir le Livre blanc qui sera délivré par l’assemblée plénière du HCTS début juillet, et surtout travaillé et rendu public à la rentrée de septembre 2023 en partant au-delà d’un énième rapport, en intégrant des fiches-actions qui devront être immédiatement opérationnelles, tant pour les pouvoirs publics, pour le gouvernement – exigence importante à son endroit – que pour les acteurs eux-mêmes sur le terrain. C'est aussi la vocation qu’il faut donner à ce Livre blanc, une vocation aussi opérationnelle que politique.

7Manuel BOUCHER

  • 1 Direction Générale de l'Enseignement Supérieur et de l'Insertion Professionnelle.

8Je vous remercie, au nom du collectif et de tous les coorganisateurs, d’être intervenu et d’avoir pris en considération notre manifestation dans le cadre de vos réflexions et de la rédaction du Livre blanc. Évidemment, cette journée souligne une grande hétérogénéité d’une part des situations, et d’autre part des points de vue. Nous avons été destinataires d’un premier travail du Livre blanc concernant les différentes positions qui pourraient être mises en œuvre, c'est-à-dire soit une intégration dans le monde universitaire à certaines conditions, soit une requalification des écoles du travail social, également à certaines conditions. C'était là où nous en étions par rapport à votre rédaction. Il est certain que la manifestation que nous avons mise en œuvre va plutôt dans le sens de l’idée selon laquelle il s’agirait dans tous les cas, au regard de l’histoire de la formation des travailleurs sociaux, de requalifier les écoles, ce qui nécessite évidemment de créer un statut pour les formateurs-chercheurs. Il s’agit aussi de donner des moyens spécifiques et une reconnaissance académique à partir des fiches-actions, vous l’avez dit vous-même. C'est plutôt une feuille de route qui permettrait de se mettre au diapason pour réduire les asymétries structurelles qui peuvent exister entre les deux mondes. C'est une vraie question et nous partageons votre point de vue sur la question de l’attractivité. Nous avons entendu des collègues suisse et belge qui ont une autre réalité. Je pense notamment à la Suisse où j’étais la semaine dernière. On m’a dit que le manque d’attractivité n’est pas du tout la réalité qu’ils vivent en ce qui concerne les formations sociales pour les raisons que vous connaissez : bien sûr, des salaires beaucoup plus élevés, mais aussi une reconnaissance beaucoup plus forte des travailleurs sociaux reliée à une véritable reconnaissance des formateurs et des écoles en travail social, qui sont complètement intégrées dans la dynamique de l’enseignement supérieur. En vérité, vous le savez, le diagnostic a été fait, on sait exactement ce qu’il en est et maintenant, il faut prendre des décisions courageuses. Je dois dire que je salue votre courage d’être présent ce soir puisque nous avions invité d’autres acteurs, nous avons sonné à beaucoup de portes avec François Sentis et Philippe Fofana au ministère. Certains nous ont reçus, certains nous ont éconduits, certains nous ont reçus, mais n’ont finalement pas acté leur présence pour les raisons que vous connaissez. Je pense qu’il est très compliqué de prendre une position aujourd'hui. C'est aussi très compliqué pour la DGESIP1, dans la configuration actuelle et dans la relation qui peut parfois être ardue dans le monde des écoles, et notamment des IUT dans le cadre des Bachelors, de prendre une position qui serait validée au plus haut niveau de l’État. L’universitarisation a été enclenchée – ces questions existent depuis les années 70-80 –, sauf qu’aujourd'hui, nous sommes passés à un autre niveau dans le cadre de l’universitarisation et du fait que nos formations soient aussi de niveau licence. Cela nécessite des prises de position, une reprise en main, nous semble-t-il, des pouvoirs publics et de l’État en particulier dans ce travail. J’espère que le Livre blanc que vous coordonnez pourra y concourir.

9S’agissant de la discipline, j’ai participé au manifeste autour de cette question. En revanche, nous nous sommes séparés par la suite sur justement un flou en ce qui concerne la mise en œuvre de cette discipline sans sécurisation des écoles du travail social. En effet, la mise en place d’une discipline sans cette sécurisation préalable, et notamment sans leur reconnaissance, ni la feuille de route qui permettraient aux formateurs notamment d’avoir un statut, serait d’une certaine manière un processus qui conduirait à la fin des écoles en tant que telles, de manière très concrète. C'est un choix qui peut être opéré. Michel Chauvière a exprimé son point de vue là-dessus et a exprimé un questionnement qui me semble tout à fait légitime. S’agit-il de maintenir les écoles ? C'est une question qui doit se poser. À quelles conditions et pourquoi maintenir des écoles ? Quelles sont les conditions pour que ces écoles soient revalorisées et que les étudiants aient la volonté d’y aller en connaissance de cause ? Vous avez fait le Livre blanc, vous savez que Parcoursup, tout cela amène beaucoup de solutions, mais aussi beaucoup de problèmes, notamment sur une attractivité d’étudiants qui ne connaissent pas le secteur, etc., qui abandonnent en cours de route… tout cela, vous connaissez. Nous plaidons – et certains d’entre nous l’ont fait au travers d’un manifeste qui a été publié récemment – pour une clarification et une reprise en main de l’État, parce que nous considérons qu’il n’y a pas de travail social sans État social.

10Mathieu KLEIN

11Vous avez parlé de la complexité du sujet, je ne peux que le confirmer. Le HCTS est une autorité auprès du gouvernement, en l’occurrence du ministère des Solidarités. Le président est nommé par lui, mais il est le reflet de la diversité, et donc de la complexité de l’ensemble du secteur du travail social. Tous les acteurs du travail social sont autour de la table, qu’ils soient professionnels, du monde de la formation, représentants syndicaux, collectivités locales, employeurs, etc. Nous ne sommes pas porteurs de la parole officielle, nous portons auprès du gouvernement des propositions. Cette complexité, parce que je ne prétendrai jamais qu’il y a une réponse unique à la question du « modèle » d’école, la pluralité du dispositif de formation, de la nature des écoles et des cadres de formation du travail social en France peut être vue comme une chance, et pour partie, c'en est une. Mais le manque de visibilité et de lisibilité qui en découle, compte tenu des multiples raisons et facteurs qui rendent aujourd'hui insuffisamment attractifs les métiers du travail social, constitue un des sujets sur lequel il faut absolument que nous travaillions. Et cela, c'est bien la vocation du livre blanc, c'est de faire des propositions opérationnelles qui puissent être mises en œuvre, et qui sont une réponse possible. C'est au gouvernement de les retenir, lorsque le gouvernement et les législateurs feront leur travail, mais en tout cas, ce que nous souhaitons vraiment, et c'est pour cela que je suis avec vous, c'est de finaliser notre rapport sur le sujet, c'est de pouvoir produire à la fois du sens et de l’action de façon à ce que dans les semaines et les mois à venir, des décisions soient prises en la matière.

12Manuel BOUCHER

13Nous nous croiserons certainement demain à l’assemblée générale de l’UNAFORIS, puisque vous y êtes annoncé. Vous le savez, beaucoup d’entre nous ici sont membres de l’UNAFORIS. En revanche, cette manifestation d’aujourd'hui n’a pas été organisée sous l’égide de l’UNAFORIS. Une chose est certaine, c'est un monde hétérogène, divisé, parce les acteurs de la formation en travail social, au regard de leur histoire et de leur masse critique, n’ont pas les mêmes intérêts. De fait, trouver une solution boiteuse, dirais-je, sera compliqué. Il faudra faire des choix. Les choix de toute façon seront liés à une rupture – nous l’espérons – dans le sens d’une meilleure qualification des travailleurs sociaux qui passe par une formation réflexive et critique. La question qui est posée est la suivante : aujourd'hui, au regard de l’espace marchand dans lequel évolue de plus en plus le travail social, les travailleurs sociaux ont-ils la capacité de donner du sens à leur travail et à leurs actions ? Il faut réfléchir à cette hypothèse quant au manque d’attractivité des travailleurs sociaux. Merci beaucoup pour votre intervention. Vous pouvez bien sûr rester et nous écouter, des interventions qui vont suivre.

14François SENTIS

15Oui, des interventions importantes vont suivre puisque les milieux professionnels vont s’exprimer. Annie Riccio va justement nous parler de la question de l’attractivité.

16Annie RICCIO

17Merci de m’avoir invitée aujourd'hui, parce que depuis ce matin, je suis baignée dans le monde de la formation et de la recherche. Je vais pendant dix minutes vous souhaiter la bienvenue chez moi, c'est-à-dire dans un monde opérationnel composé de travailleurs sociaux en exercice sous la casquette de l’employeur, qui est le Conseil départemental. Pourquoi le Conseil départemental ? D’abord parce que c'est le premier employeur de travailleurs sociaux au sein de la fonction publique territoriale. Ensuite, parce que c'est le chef de file de l’action sociale, chef de file de la protection de l’enfance et parce que toutes les politiques publiques de la solidarité constituent la compétence obligatoire pour tous les départements. Mais aussi parce qu’un département est en première ligne pour constater l’évolution du travail social, tant dans les périmètres qui lui sont dévolus – le handicap, la dépendance, l’action sociale, la protection maternelle et infantile, la protection de l’enfance, l’insertion sociale et professionnelle – qu’à travers les partenariats qui doivent animer et coordonner avec d’autres institutions – services de l’État, santé, éducation nationale – ou avec le secteur associatif – ESMS et prévention spécialisée. Pour que vous puissiez identifier la place de laquelle j’apporte ce témoignage, permettez-moi quelques éléments de compréhension et de présentation.

18J’exerce donc les fonctions de directrice générale adjointe de la solidarité pour le département des Bouches-du-Rhône. Cela signifie que j’ai l’honneur et le plaisir – et c'est important, la notion de plaisir au travail – de piloter la mise en œuvre des politiques publiques relatives au champ social, médico-social, en m’appuyant sur des équipes de professionnels, dont plus de la moitié sont des travailleurs sociaux, essentiellement des assistants sociaux. Leur mission porte sur l’intégralité des champs de la solidarité – et l’organisation des services est une organisation déconcentrée, ce qui veut dire qu’elle repose sur un maillage territorial. La solidarité, c'est 60 % du budget total de notre collectivité, ce qui veut dire pour moi 1,6 milliard d’euros. Il va de soi que comme dans tous les départements français, les travailleurs sociaux sont au cœur de nos actions, sont indispensables à la réalisation de nos missions, mais aujourd'hui, les travailleurs sociaux sont aussi au cœur de notre préoccupation. C'est même la première source de préoccupation car nous ne parvenons plus à les recruter, nous n’arrivons pas à les fidéliser sur leur poste, nous accusons des taux d’absentéisme conséquents. C'est un constat accablant, sérieux et aujourd'hui, au plan national. Cette pénurie de professionnels nous oblige à tenter d’analyser les causes, à rechercher des solutions en innovant nos process de recrutement, les accompagnements professionnels que l’on peut mettre en place et en y interrogeant les évolutions de carrières.

19Commençons par nous poser la question « qu’attend-on, quand on est un département, des travailleurs sociaux ? » Certes, de la compétence au travers d’une technicité maîtrisée des modes d’intervention diversifiée, de la connaissance sans cesse actualisée au regard d’un cadre législatif en permanente évolution, de la posture adaptée face à des environnements professionnels qui ne cessent de se modifier, mais aussi de l’engagement, de l’implication, de la disponibilité vis-à-vis des publics accueillis, de la loyauté vis-à-vis de son employeur et une détermination à toute épreuve afin de dépasser quelquefois les injonctions paradoxales : accompagner ou contrôler, notamment en protection de l’enfance. La formation initiale permettait de répondre à ces exigences. De façon très honnête, je ne répondrai que partiellement à la question posée. En effet, la réponse se trouve autour de quatre données. La première, c'est l’employabilité. La deuxième, c'est la professionnalisation. La troisième, c'est l’attractivité ou plutôt le manque d’attractivité de ces métiers. La quatrième, c'est la modification du rapport au travail.

20Sur la première partie qui est l’employabilité, quel que soit le parcours de la formation – université, institut de formation –, les jeunes diplômés qui arrivent ne sont pas outillés – je devrais dire armés – pour faire face à un quotidien qui s’inscrit dans une pratique professionnelle à travers laquelle ils n’arrivent pas à se projeter, peut-être par manque d’anticipation, avec autant de conditions d’exercice difficiles. En effet, il faut retenir trois éléments. Le premier, et François l’a dit ce matin, tient au fait que l’employeur est aussi coresponsable de la formation initiale au travers de la mise en stage. Bien sûr, mais de moins en moins de professionnels sont volontaires pour accueillir un stagiaire. Les années Covid ont encore réduit cette offre de leur part.

21Le deuxième niveau, c'est l’apprentissage. On a essayé d’innover sur l’apprentissage, mais les professionnels sont très résistants à toute proposition qui sort un peu des schémas classiques et qui, surtout, leur fait porter le poids d’une formation avec peut-être trop d’engagement et de responsabilité. Enfin, je dirais que sur la professionnalisation, on est aujourd'hui face à certains jeunes professionnels qui arrivent avec une capacité d’exécution, une volonté d’agir en conformité avec nos dispositifs d’assistance et c'est l’expérience qui fera le reste. Pour nous, employeurs, il s’agit de mesurer leur potentialité, leur capacité d’adaptation au moment du recrutement. Pour d’autres, c'est beaucoup plus compliqué, car ce sont des personnes qui, dans leur parcours de vie, ont parfois eu des accidents de vie, des parcours chaotiques avant leur entrée en formation. Cette fragilité perdure et à ce moment-là, l’effet miroir est beaucoup trop douloureux. Oui, j’entends tous les jours des travailleurs sociaux me dire « comment accompagner des personnes qui vivent des situations identiques à la mienne ? » Comment ne pas faire remarquer que la précarité des travailleurs sociaux existe aussi ? J’attire votre attention sur le fait que leur souffrance produit de la maltraitance institutionnelle, car les travailleurs sociaux sont des gens très difficiles à manager. Il faut avoir les codes. Souvent, ils disent d’abord non, mais ils le font quand même. C'est d’abord l’opposition. Ils scient quelquefois la branche sur laquelle ils sont assis. Cela conditionne aussi toute la difficulté de trouver des cadres de proximité pour accompagner ces équipes. La conséquence directe pour les employeurs dans la fonction publique, c'est que très vite, il nous faut mettre en place des dispositifs de prise en charge des jeunes professionnels avec le psychologue du travail, avec la médecine du travail, parce que l’on est face à deux ans à peine d’expérience professionnelle et on frise le burn-out.

22Le troisième niveau que je voulais évoquer avec vous est celui qui consiste à dire qu’aujourd'hui, on est peut-être dans un fort décalage entre théorie et pratique, rêve et réalité, désillusion, et que ce n’est pas seulement une question de passage obligé pour s’adapter à la vie professionnelle. Je pense que cela va bien au-delà. Trois raisons à cela : la motivation dans le choix de la filière – je pense que Parcoursup ne nous a pas aidés et cette motivation aujourd'hui paraît beaucoup moins assumée et assurée –, la représentation du métier qui est nettement moins valorisante et la projection dans l’avenir qui est presque toujours incertaine, hypothétique et aléatoire. La société évolue très vite dans ses problématiques sociales. Il y a suffisamment de sociologues dans la salle pour le dire bien mieux que moi. Alors que les travailleurs sociaux devraient être des éléments de changement, des agents qui portent cette capacité de changement, ils manquent d’agilité dans les organisations de travail, de souplesse dans les relations partenariales, de capacité d’aller vers les publics de plus en plus précaires, marginaux, plaidant souvent que le travail social n’est pas de l’action humanitaire. Eh oui, face à la violence, il est naturel de se protéger. Soyons clairvoyants. Le travail social est devenu un métier à risque. Les comportements violents à leur encontre ponctuent leurs journées de travail, hélas. Je pense à Marie, jeune assistante sociale, qui après six mois de diplôme vit une fouille au corps dans une cage d’escalier d’un immeuble. Depuis, c'est-à-dire depuis deux ans et demi, elle est en accident du travail. Je pense à Nicolas, éducateur avec huit mois de diplôme, qui a été passé à tabac par trois adolescents entre 10 et 12 ans et qui, depuis, n’exerce plus sa fonction d’éducateur spécialisé. Je ne force pas le trait, je pense à tous ceux qui, au quotidien, reçoivent des insultes ou, quelquefois, via les réseaux sociaux, sont qualifiés de propos que je ne répèterai pas ici.

23De plus, les travailleurs sociaux sont confrontés aujourd'hui à un véritable sentiment d’impuissance. Sur un département comme les Bouches-du-Rhône qui est fortement précarisé, avec un taux de pauvreté à 25 % contre 18,4 % au plan national, on est sur un triptyque d’une demande qui ne se modifie pas. On veut du travail, un logement et des aides financières. Aucun travailleur social aujourd'hui n’est capable de permettre l’accès à un emploi, un logement, mais il va donner une aide financière et il s’inscrit là dans une espèce de réponse immédiate à un besoin qui est exprimé uniquement sur cette situation financière. L’approche globale de l’individu est perdue de vue.

24Il nous faut aussi considérer le manque d’attractivité de ce métier. Cela passe par la reconnaissance et la considération. La crise du travail social, c'est une crise de sens, de reconnaissance et de confiance qui frappe tous les métiers de la relation à l’autre, les métiers du soin, on pourrait citer les travailleuses familiales (TISF), toutes les personnes qui relèvent de l’aide à domicile. En tant qu’employeur, donnons-nous les moyens de revaloriser ces métiers et mieux soutenir les professionnels car à l’évidence, on ne peut plus faire plus avec moins.

25Enfin, la modification du rapport au travail, la crise Covid – et ne la sous-estimons pas – a inversé les logiques d’intérêt collectif vers des intérêts personnels. Les tensions sur ces métiers impliquent pour le professionnel le choix de l’employeur n’est plus en fonction de la mission, mais en fonction des conditions d’exercice qui facilite la qualité de vie au plan personnel. On constate deux freins majeurs : le contact avec le public, où l’on va nous dire que nous sommes dans une organisation qui, je cite, se résume à « l’abattage ». Chez moi, nous recevons à peu près 10 000 personnes par semaine. Le deuxième frein, c'est la gestion de l’urgence, notamment en matière de protection de l’enfance.

26Alors, quels sont nos leviers en tant qu’employeur ? Premièrement, des choses ont déjà été faites. Le Ségur est passé par là, mais on en voit aujourd'hui les effets qui ne sont pas forcément positifs puisqu’il y a ceux qui l’obtiennent et ceux qui ne l’obtiennent pas. On a aussi requalifié dans la grille de la fonction publique en trois niveaux (C, B, A) les travailleurs sociaux qui étaient en catégorie B, c'est-à-dire les agents reconnus pour une capacité à mettre en œuvre, mais aussi à être force de proposition, ont été montés en catégorie A, c'est-à-dire des agents susceptibles de prendre des décisions. Cela ne suffit pas. Aujourd'hui, au Conseil départemental des Bouches-du-Rhône, je suis à la recherche de 80 postes d’assistant social et de 30 postes d’éducateur spécialisé. Ce ne sont pas des postes que nous venons de créer, ce sont des postes qui sont vacants au fil des mois et sur lesquels nous n’arrivons pas à recruter.

27Quels sont les leviers que l’on peut imaginer ? D’abord, une rémunération revue à la hausse de façon réaliste. La comparaison avec les pays européens marque des disparités majeures. Ensuite, un accompagnement professionnel robuste, solide, qui peut se décliner par la supervision de l’analyse de pratiques, une formation continue qualifiante et une mobilité interne ouverte. Il nous faut aussi, selon moi, créer des passerelles pour construire un plan de carrière. Souvent, les travailleurs sociaux se considèrent sur une voie de garage. Il faut créer une logique de parcours. On me dit « je suis là et je ne peux rien faire d’autre ». Il faut également faire appel à des dispositifs de diversification des missions et des domaines d’intervention, parce qu’ils facilitent la respiration face à des pratiques professionnelles. Il y a là deux alertes. La première, c'est attention, nous sommes en train d’assister à une hiérarchisation des politiques publiques. On entre dans une collectivité publique par là où il y a des postes vacants, c'est-à-dire la protection de l’enfance et l’action sociale. Ensuite, on se dirige vers l’insertion et la dépendance. Si je publie un poste d’assistante sociale sur un créneau de l’APA, donc la dépendance, j’ai 20 candidats. Si je publie un poste en protection de l’enfance sur une action sociale, je n’ai aucun candidat. Nous devons être très vigilants à ce que cette hiérarchisation ne devienne pas la règle.

28Deuxième élément de vigilance, la caractéristique majeure aujourd'hui, c'est que les cadres de proximité sont tellement rares que l’on n’arrive pas à stabiliser l’encadrement des équipes. Le CAFERUIS, le CAPDES ne sont pas des diplômes qui vont donner dans la fonction publique une éligibilité particulière à un poste d’encadrement. Il y a des concours propres à la fonction publique sur cette option. En revanche, si le candidat en est bénéficiaire, tant mieux.

29Il nous faut aussi un cadre technique très sécurisant. C'est un métier où l’on a trop d’oralité, et attention, j’ai entendu qu’il n’était pas nécessaire d’avoir des notes, eh bien sachez que les travailleurs sociaux les demandent. Et c'est toute cette ambiguïté que nous devons travailler.

30Cette logique de métier en silo doit être dépassée pour aller vers une réponse adaptée aux besoins des publics accompagnés. Je suis désolée, mais aujourd’hui le tandem AS/Éducateur spécialisé n’est pas fluide. Il nous faut modifier les pratiques en reconnaissant aussi la place des personnes accompagnées. Je voulais vous dire que cette situation d’urgence amène des points d’alerte importants qu’il faut entendre. Aujourd'hui, on est sur du non-recours au droit parce que les personnes en difficulté ont attendu trop longtemps des rendez-vous et ont démissionné plutôt qu’accéder à leurs droits. Aujourd'hui, des mineurs en danger sont confiés à l’aide sociale à l’enfance et ne sont pas pris en charge, car les établissements ferment faute de personnel. Aujourd'hui, certaines mesures éducatives de protection judiciaire ne sont pas exercées pour les mêmes motifs. Il a fallu le décès d’un gamin de six ans pour s’apercevoir que les 900 mesures de protection judiciaire n’étaient pas exercées depuis plusieurs années. Il y a également, pour ces mêmes motifs, le recours aux agences d’intérim qui devient la règle pour faire fonctionner les services. Or, outre le fait que cela provoque un turnover permanent de référents pour les personnes, c'est totalement à mon avis contre-productif pour l’ensemble des équipes. On privilégie la présence à la qualité de la relation.

31Nous nous heurtons d’abord à l’incapacité d’évaluer l’efficience d’un dispositif, par exemple une mesure éducative, à la culture du résultat avant tout. En protection de l’enfance, on nous dit de prendre des risques et il y a une gestion de l’urgence qui devient le quotidien. Ne pas perdre de vue qu’un Conseil départemental, c'est une institution politique. Nous devons rendre compte. L’action sociale, le travail des professionnels doivent être lisibles, compréhensibles et quelquefois, les travailleurs sociaux cultivent cette opacité. Or, il nous faut faire savoir. Vous l’avez vu, nous avons besoin des travailleurs sociaux pour maintenir les grands équilibres dans les territoires et faire fonctionner notre société.

32En conclusion, je pense que mon propos pourrait parfois paraître sévère, mais il n’est pas pessimiste. Il est juste réaliste. Il y a urgence à agir dans les domaines de la formation des métiers du social, de la reconnaissance et de leur valorisation. L’avenir de notre société en dépend et pas seulement pour les plus précaires et les plus fragiles. Je vais vous faire une confidence, je suis assistante sociale de formation. Après mes études universitaires en droit et sciences politiques, c'est le métier que j’ai choisi il y a cela une trentaine d’années. Pour avoir exercé dans tous les domaines de compétences d’un département, mais en particulier dans la protection de l’enfance, aujourd'hui, je suis persuadée que l’on peut relever le défi de l’attractivité et de la valorisation de ces métiers grâce d’abord à une volonté des pouvoirs publics de conduire quelques réformes nécessaires, mais aussi grâce à une synergie de tous les acteurs concernés. En effet, je demeure optimiste de nature, car ce métier repose sur des valeurs, un cadre éthique et déontologique, et s’inscrit dans la relation d’aide. Ces métiers offrent ce qui me semble le plus précieux dans un parcours professionnel, à savoir se sentir utile et avoir conscience d’être à la bonne place au bon moment. Dans le travail social, on donne beaucoup, mais on reçoit tout autant. On apprend au quotidien, y compris des situations les plus désespérées. Ces métiers enrichissent l’individu, tant sur le plan personnel que professionnel. S’il vous plaît, protégeons-les, préservons-les, ne les abandonnons pas, jouons collectif et je suis sûre que nous y arriverons. Merci de votre attention.

33Applaudissements.

34François SENTIS

35Merci, Annie, pour cette brillante intervention, posée, claire. Tu nous as parlé de ton quotidien et merci de l’avoir partagé avec nous aujourd'hui, vraiment.

36Franck Briey, Directeur Général de l’ADAPEI de la Meuse, a eu la gentillesse de remplacer au pied levé son collègue souffrant. Il représente le groupement national des directeurs d’association et va nous présenter ici la réalité du secteur associatif conventionné par les départements pour partie en fonction de leurs activités.

37Franck BRIEY, Directeur Général de l’ADAPEI de la Meuse

  • 2 Groupement National des Directeurs généraux d’Associations.

38Bonsoir à tous. Je suis désolé pour ceux qui comptaient entendre Marc Monchaux, je dois effectivement le remplacer au pied levé. Je vais présenter le GNDA2. Il couvre à la fois le secteur sanitaire, social et médico-social, et il a l’ambition de participer et de s’impliquer dans le cadre des réflexions et des contributions portées par les travaux, que ce soit au plan national ou pas. Nous ne sommes pas qu’un réseau de contribution, nous sommes aussi un réseau de pairs avec des objectifs de soutien et un peu de convivialité. Donc, pour aborder la logique de l’attractivité, nous proposons de l’approcher peut-être déjà sur les constats. Concernant la logique de perte d’attractivité du métier du secteur sanitaire, social et médico-social, nous avions fait en Lorraine une étude au niveau de notre réseau collecteur, avec la Région Lorraine, adressée aux élèves de troisième en nous demandant quels seraient les élèves de demain. Un élève de troisième sur deux nous disait qu’il allait vers les métiers de l’humain, donc du sanitaire, du social et du médico-social. Je vous laisse présager combien d’entre eux restait à la sortie du cursus universitaire. Vous avez évoqué les difficultés à recruter, mais là-dessus, on peut peut-être pondérer par rapport à la particularité des territoires. Je suis dans un département rural sans structure universitaire, et la difficulté de recruter est différente certainement de mon voisin de l’université de Reims ou à Nancy. Effectivement, là aussi, nous avons peut-être un côté, sur la partie rurale, un côté où le secteur social et médico-social est encore un secteur où il y a de la promotion sociale. Je vous renverrai aux études de Benoît Coquard, dans son livre Ceux qui restent, on se rend compte que le secteur du social et du médico-social est finalement encore un lieu de promotion sociale pour ceux qui restent. Généralement, ceux qui partent à l’université, nous, nous ne les revoyons plus. En milieu urbain, c'est autre chose, c'est peut-être lié au fait que notre secteur apparaît en second choix, à la fin peut-être d’un cursus qui n’a pas été au niveau de l’ambition de départ. On peut également relever la difficulté à fidéliser les salariés – cela a été abordé. Je comprends, pour les Bouches-du-Rhône, le problème des zones transfrontalières. Pour moi qui suis de la Meuse, vous avez parlé de l’attractivité de la Suisse, on pourrait aussi parler de l’attractivité du Luxembourg ou de la Belgique. Il faut aussi appréhender ces éléments de rémunération.

39Voici un autre constat, c'est la nécessité d’adapter les pratiques et les accompagnements à un public nouveau, mais aussi à de nouveaux positionnements. Et puis, là aussi, il faut relever la difficulté à se positionner dans le cadre de l’évolution des politiques publiques. C'est notre capacité à pouvoir agir pour les professionnels, à donner la possibilité de leur laisser exercer leur pouvoir d’agir. Je fais allusion au rapport Duflot qui met en évidence le pouvoir d’agir à des personnes, mais demain, par rapport au pouvoir d’agir de nos professionnels ou de nos établissements et de nos services, quelle place pour cela ? Je pense aussi au problème de logiques de politiques publiques administrées qui ne sont plus en cohérence avec ce que demain la société, ou en tout cas l’évolution des métiers, qui nous amènent beaucoup plus dans l’actualité.

40Il est certain que face à ces constats, il y a un ensemble d’enjeux pour l’employeur, c'est l’image du travail social, c'est toute la difficulté que l’on peut relever aujourd'hui dans le cadre de nos missions et de nos axes. S’agissant du Ségur, nous n’avons rien eu dans un premier temps, puis un peu pour tout le monde, et puis maintenant, merci Axess d’avoir intégré, dans le cadre de la réflexion sur la convention collective unique, ce rattrapage et ces éléments. Vous voyez quel message on envoie aussi par rapport à ces éléments sur cette logique.

41Il y a après la question d’attirer et de stabiliser les salariés dans leur emploi. Vous avez parlé de parcours. C'est un ensemble d’éléments avec la qualité de vie au travail, les parcours professionnels.

42J’ai parlé des enjeux, mais il s’agit aussi d’adapter les pratiques aux besoins des usagers et des territoires. Vous avez évoqué l’exemple d’un éducateur, du fait que l’on ne pourrait pas intervenir sur la partie de l’emploi, sur la partie de l’habitat, mais peut-être que maintenant, avec l’ensemble des hybridations des systèmes qui sont posés, il faudra poser ce sujet. Il y a quand même une réalité de la globalité qu’il faut prendre en compte et il faut peut-être équiper les professionnels sur ce sujet.

43Voici un point crucial, je le dis parce que Marc me l’a écrit deux fois et ainsi, nous réinsistons bien sur ce point : il faut prendre conscience de l’intérêt de la valeur de notre mission. Il faut redonner du sens. J’ai entendu tout à l’heure Monsieur Klein parler de cette logique du sens de notre travail, de notre mission. Il ne faut pas trop s’appesantir sur ce que nous faisons, mais plutôt sur la façon dont nous le faisons et pourquoi. Dans la logique des évolutions, il faut aussi adapter le management des équipes à cette nouvelle génération de salariés, à de nouvelles approches du métier, à des personnes qui n’arrivent peut-être plus de la même manière dans notre champ.

44Et puis, je le redis, il faut réfléchir à l’évolution des structures décisionnelles, une organisation générale pour que nous-mêmes, à notre niveau, puissions rendre nos organisations plus agiles, plus souples, plus ouvertes. Nous pourrions demander à avoir moins d’administrés, mais de l’autre côté, il y a aussi des logiques d’interactions croissantes avec notre environnement par rapport à cette société hybride qui nous oblige à agir et à prendre les choses de manière plus globale.

45Vous avez bien compris dans mon propos que nous devons vraiment créer un lien important avec les établissements de formation en travail social. Nos préoccupations d’aujourd'hui sont peut-être assez éloignées de l’universitarisation. Moi qui commençais à maîtriser des termes compliqués comme la désinstitutionnalisation, voilà celui d’universitarisation. Je vais m’y faire. C'est pour vous dire à quel point aujourd'hui nos préoccupations ne portent pas sur ces points-là. Nous avons besoin de travailler ensemble sur cette logique de transformation de l’offre et de positionnement des personnes accompagnées. Aujourd'hui, on voit poindre un ensemble de logiques et d’éléments sur les facilitateurs de parcours, etc. En tout état de cause, par rapport à ce qui positionne la personne dans une logique d’appui et de besoin, c'est bien à la fois sur cette logique-là au niveau des personnes, mais aussi sur l’élargissement à l’environnement. On doit obligatoirement élargir le champ des compétences de nos professionnels.

46Nous, c'est-à-dire le mouvement national des directeurs d’associations, souhaitons nous engager dans la formation des travailleurs à vos côtés, dans la logique de dispense de l’enseignement, mais il y a une vraie limite dans l’accueil des stagiaires et des apprentis. Il est certain que nous avons beaucoup à faire. Pour travailler avec certains instituts, je sais que l’on nous appelle souvent pour nous dire « il en reste deux ou trois sur le front ». Il y a aussi cette logique d’accompagnement sur ces éléments de contribution et de participation, sur lesquels vous pourrez nous apporter.

47Nous militons vraiment en faveur de formations professionnalisantes qui prennent en compte les réalités des territoires, les évolutions des publics et des politiques sociales. La logique d’universitarisation nous interroge. Par rapport à la formation en alternance, cette logique contributive a été la force de notre champ et il faut qu’elle le demeure, y compris sur l’ensemble des formations initiales et au cours de la vie professionnelle. Par contre, il faut vendre notre travail construit sur des modes de collaboration pour accompagner l’évolution du champ et des pratiques. Je me permets de vous donner un exemple local. Pour répondre à cette logique d’attractivité, nous avons pu monter avec le Conseil départemental de la Meuse et quelques importantes associations employeuses du département une antenne de l’IRTS pour délocaliser et former des personnes sur notre territoire. Vous allez me dire que c'est un peu machiavélique, mais nous partons du principe que si nous parvenons à retenir des personnes deux ans, voire trois ans, nous avons un petit peu de chances qu’elles rencontrent un conjoint ou une conjointe et qu’elles restent sur notre département. Cela fonctionne.

48Rires.

49Pour ma part, cela fait dix ans que j’accompagne 30 apprentis par an sur mon association et pour le coup, je ne souffre d’aucun manque d’attractivité parce qu’en fait, ils ont acheté pour pas cher une belle maison dans le département de la Meuse. En tout cas, ce partenariat a aussi permis de continuer à travailler sur la logique des contenus et de l’adaptation de la formation. Cela permet aussi d’avoir de la réactivité et je peux vous dire que pour cela, il n’y a aucun problème de lieu de stage.

50Je conclus. Pour nous, il n’y a pas une question d’attractivité, mais plusieurs questions d’attractivité. L’attractivité du métier en tant que telle, celle du secteur, celle de la mission, celle qui est économique… Mais nous sommes convaincus que c'est ensemble que nous pouvons faire évoluer les choses, et que c'est parce que notre secteur a toujours privilégié la professionnalisation, avec ce lien important entre les apports théoriques et les apports pratiques, que nous devons nous diriger vers d’autres cieux qui nous permettront de construire ensemble notre secteur.

51Applaudissements.

52François SENTIS

53On voit effectivement les enjeux ruralité et réalité citadine où on ne vit pas dans le même monde. Merci pour cette intervention.

54Dorothée BEDOK

55Bonsoir à tous. Je suis très contente d’être là et d’avoir entendu les deux dernières interventions qui s’inscrivent complètement dans la continuité de ce que nous essayons de faire à NEXEM. Cela fait déjà plusieurs années que nous faisons le constat du manque d’attractivité de nos métiers. Nous avions entrepris en 2018 d’écrire un Livre blanc, qui a vu le jour post-confinement, justement pour faire un état des lieux sur nos métiers et leur manque d’attractivité. Nous avions déjà constaté avant cette crise un volume important d’emplois vacants puisque nous étions à plus de 15 000 emplois vacants dans la convention collective nationale de travail des établissements et services pour personnes inadaptées et handicapées du 15 mars 1966 (CCN 66). On sait bien que ce phénomène s’est accru avec la crise sanitaire. Je crois que vous avez également constaté dans les instituts, une baisse des candidatures ou, en tout cas, lorsque les candidats sont arrivés en formation, un abandon et des départs plus importants qu’auparavant sur nos métiers. Ce n’est évidemment pas lié à la qualité de l’enseignement dans les instituts de formation, mais bien au manque de perspectives quant à une rémunération qui est fortement impactée ces dernières années par l’inflation, mais aussi à des conditions de travail de plus en plus complexes dans les établissements.

56Nous avions, pour ceux qui ont suivi notre actualité, en projet de très longue date de revoir la CCN 66. Nous sommes passés de trois syndicats à un syndicat puisque nous avons aussi fait le constat, au travers de ces travaux, du besoin de se rassembler entre employeurs pour mener à bien ce dossier et pour mieux représenter notre secteur. Pendant la crise sanitaire, nous avons eu à travailler de façon très intense sur la question du Ségur puisque pour mémoire, nous en étions exclus en étant au départ réservé à l’hôpital public. Nous avons dû agir fortement pour pouvoir siéger à l’instance de pilotage du Ségur et parvenir, dans un premier temps, que les établissements EPHAD et sanitaires non lucratifs soient servis dans le monde non lucratif. Nous avons ensuite obtenu, grâce à l’accord Laforcade, la conférence des métiers et une revalorisation pour les trois quarts de nos salariés.

  • 3 Branche Associative Sanitaire, Sociale et médico-sociale.

57Nous avons beaucoup travaillé avec la FEHAP à cette époque-là. Nous avions créé juste avant cela Axess, qui est donc la confédération employeuse qui permet de négocier avec un seul collège employeur au niveau de la Bass3, qui est notre grand champ étendu regroupant plus de 900 000 salariés. Nous avons donc dû travailler ensemble à des plaidoyers et renforcer notre partenariat pour peser auprès des pouvoirs publics. Chemin faisant, nous étions chacun en rénovation sur nos conventions, et nous nous sommes dit « plutôt que rénover chacun de son côté », nous devrions très certainement construire une convention collective unique pour le secteur sanitaire, social et médico-social de façon à éviter aux établissements d’appliquer jusqu’à cinq conventions collectives, à éviter un éparpillement des forces, à pouvoir peser encore plus auprès des pouvoirs publics et surtout, à nous permettre de revaloriser la masse salariale de notre secteur, c'est-à-dire très concrètement de permettre des revalorisations de salaire. Nous avons été clairs avec les pouvoirs publics sur le fait que nous ne construirions pas une convention collective unique à masse salariale constante, surtout avec une inflation galopante. Même au-delà de la question de l’inflation, nous devons permettre de rattraper la dégradation des salaires que nous connaissons déjà depuis plusieurs décennies. En février 2022, nous nous sommes donc mis au travail avec la FEHAP sur un projet employeur. Nous avons posé sur la table un premier projet l’été dernier sur la classification, puisque nous avons été très clairs auprès des organisations syndicales sur le fait que nous souhaitions commencer par la classification des rémunérations. C'est en effet la colonne vertébrale d’une convention collective, mais elle permet aussi de parler des métiers – ce qui nous semble le plus urgent – et d’en parler non plus seulement en les nommant et en listant tous les diplômes qu’il faut obtenir pour les exercer, mais en parlant également des missions et des compétences qu’ils recouvrent. Nous sommes persuadés que pour convaincre les pouvoirs publics de la nécessité d’avoir des salaires décents dans notre secteur, nous devons pouvoir parler du travail effectué, des compétences réunies par nos professionnels de façon à rappeler qu’ils sont bien professionnels et pas bénévoles, même si, évidemment, ces métiers font appel à des qualités relationnelles certaines qui vont au-delà de la formation, même si elles sont bonifiées en cours de formation. Nous devons faire entendre ce message-là et le fait que le système de classification de notre future convention doit nous permettre de parler de la réalité du travail exercé. Nous avons concerté largement les associations du secteur pour savoir ce qu’elles attendaient, quels étaient leurs objectifs au travers d’un futur outil de classification national, ce qu’elles voulaient que nous figions au niveau national, ce qu’elles voulaient garder comme marge de manœuvre sur le terrain. Les employeurs nous ont dit « nous voulons regagner en marge de manœuvres puisqu’aujourd'hui, nous avons l’ancienneté et le diplôme, ce sont les seuls critères qui permettent de valoriser les emplois ». Ils veulent un système de classification qui leur permette de mettre en place les organisations de travail conformément à leurs projets associatifs. Concrètement, il doit leur permettre de refléter, dans la classification des métiers, un projet associatif. Je prends l’exemple des maîtresses de maison. Certaines associations ont conçu le projet d’une certaine manière et l’ont décliné dans leur organisation de travail comme recouvrant simplement des activités de logistique, alors que d’autres associations confient beaucoup de missions relationnelles, de contact avec les enfants dans un foyer par exemple, en les accompagnant sur les tâches quotidiennes (faire leur lit, tenir leur chambre). Cela comporte donc des missions qui intègrent des compétences éducatives. Ce métier de maîtresse de maison a donc beau porter le même intitulé, il n’a pas la même réalité de recouvrement de mission sur le terrain en fonction des associations. Nous avons donc travaillé sur un outil de classification qui permet la prise en compte de différents critères, qui sont à chaque fois définis de façon que l’on puisse objectiver. Il est fondamental qu’une convention collective ne laisse pas place à l’aléa « à la tête du client » comme disent les organisations syndicales, mais permette bien une objectivation de tout ce qui est pratiqué sur le terrain.

58Nous avons aujourd'hui quatre critères. Bien sûr, celui de la qualification est essentiel pour continuer de valoriser le fait que l’on a besoin de salariés qualifiés pour conserver et même, certainement par la suite, bonifier la qualité de l’accompagnement. Nous avons en effet un système de classification qui mise aussi sur le parcours professionnel – j’y reviendrai. Il y a l’idée de la qualification première, de la formation initiale, mais également de la formation tout au long de la vie professionnelle. Donc, le critère qualification. Vous avez ensuite trois autres critères qui sont la communication et la relation, la technicité et l’autonomie. Ce sont des critères que nous avons proposés aux organisations syndicales, qui vont certainement évoluer tout au long de la négociation. Nous croisons ces quatre dimensions d’emploi pour aller coter un emploi, le positionner dans la grille de classification et, à partir de là, des fourchettes de rémunération permettent d’entrer sur un minimum conventionnel pour ensuite aller croiser, puisque nous avons mis en place à côté de cela un système de degrés qui permet d’envisager la maîtrise de l’emploi par le salarié. Nous avons cinq degrés qui viennent prendre en compte le salarié en tant que tel, dans son emploi. Auparavant, les critères dont je vous ai parlé ne servent qu’à classer l’emploi. C'est donc un exercice théorique au sens où ils font fi du salarié qui occupe le poste, c'est-à-dire que les associations s’emparent de l’ensemble de leurs emplois, les classent les uns par rapport aux autres et ensuite seulement, on vient croiser cela avec le degré de maîtrise de l’emploi par le salarié, qui peut évidemment évoluer dans son emploi. Quand il arrive de son institut de formation, même s’il a fait quelques stages ou de l’alternance, il est débutant dans son emploi. Ensuite, il évolue, il s’autonomise, il prend en charge de nouvelles missions et donc, il va pouvoir passer au degré 2, et ceci jusqu’au degré 5 qui est le plus fort degré d’expertise. C'est le salarié qui commence à proposer de nouvelles méthodes d’accompagnement, qui tutore les nouveaux arrivants, qui travaille sur la coordination dans sa propre équipe… Nous avons donc permis cette prise en compte, puisque les employeurs, donc nos adhérents, nous ont remonté des attentes des salariés du secteur sur ce volet.

59C'est le projet qui est proposé aux organisations syndicales, avec une mesure qui est fondamentale, c'est que nous ne construirons pas sur des inégalités. Il nous faut donc résoudre la question des oubliés du Ségur, c'est-à-dire du quart de salariés qui n’a pas été revalorisé durant la crise sanitaire. Nous avons proposé, dès la signature du premier bloc – car nous proposons de séquencer la négociation en signant le plus vite possible un premier bloc « classification et rémunération » –, de déclencher la revalorisation pour tous les oubliés de façon à remettre tout le monde à égalité avant la mise en œuvre du futur système. Souvent, on signe et on prévoit quelques mois pour justement accompagner – nous savons que nous aurons à faire un très gros travail d’accompagnement pour mettre en œuvre le futur système. Nous pourrions déjà déclencher à signature la mise en œuvre du Ségur puisque les pouvoirs publics, après des mois de refus quant à la revalorisation de ce tiers manquant, nous ont dit « si vous l’accrochez à la convention collective future, nous accepterons que vous ayez des mesures spécifiques envers ce tiers manquant ». Nous avons senti que cela débloquait les choses auprès des organisations syndicales puisque certaines d’entre elles faisaient de la revalorisation des oubliés un préalable à la négociation. Facialement, ils n’abandonnent pas le fait qu’ils le veulent tout de suite, mais ils sont entrés en négociation. Nous avions une séance hier (13 juin 2023), même SUD a fait une proposition et la CGT a été beaucoup plus motrice que ce que nous avions pu voir jusque-là puisque nous avions quand même des organisations syndicales qui quittaient régulièrement la table. On sent bien que ce ne sera pas un long fleuve tranquille, mais qu’il y a des évolutions concernant le positionnement des organisations syndicales. Nous voulons aller vite parce que nous savons bien qu’il y a une urgence de terrain.

60Nous rencontrons les mêmes problèmes d’absentéisme que ceux qui ont été mentionnés. Notre sinistralité impacte d’ailleurs nos régimes de santé puisque nous sommes sans arrêt en train de revoir à la baisse les garanties santé, ce qui est déplorable parce que dans un secteur du soin, il est quand même indispensable d’avoir un bon niveau de régime santé, mais nos assureurs nous dénoncent régulièrement ces régimes. Ils estiment que la sinistralité coûte trop cher et que donc, nous ne sommes plus rentables, puisque c'est comme cela que les assureurs raisonnent. Nous avons donc absolument besoin d’entrer sur des parcours professionnels qui évitent l’usure professionnelle, qui permettent aussi de motiver, d’avoir des carrières lisibles. Comme nous n’aurons qu’un seul outil, nous pourrons bâtir des déroulements de carrière et des parcours professionnels avec des passerelles beaucoup plus intéressantes et construites. Cela nous permettra également de dynamiser notre appareil de formation puisque nous savons aussi que nous perdons beaucoup de fonds chaque année, alors que notre secteur investit énormément dans la formation. Nous avons en effet une contribution conventionnelle alors que de moins en moins de secteurs professionnels abondent, au-delà du légal, sur la formation. Nous voulons vraiment, avec cet outil, permettre ces parcours et redynamiser. Les instituts de formation auront un rôle à jouer très important pour précisément permettre ces parcours et cette formation continue. Évidemment, la formation initiale est fondamentale, mais la formation continue, tout au long de la carrière, est aussi importante, surtout au moment où les carrières s’allongent. Nous misons là-dessus. Notre collègue mentionnait le management. Nous rejoignons tout à fait cela. La région PACA a eu l’initiative de présenter le projet employeur à tout le management intermédiaire pour aussi les alerter sur l’évolution de leur rôle quand ce projet verra le jour. Cela a été bien accueilli. C'était pour nous important parce que c'était la première fois que nous présentions ce projet au management intermédiaire. Ils étaient conscients des évolutions qu’il allait apporter, mais très partants en disant qu’ils ne demandaient qu’à se professionnaliser un peu plus sur le volet du management – ils le sont déjà quand même. Cela veut dire qu’il faudra certainement travailler à de nouveaux modules, au renfort de l’aspect management et RH dans les formations initiales.

61Nous travaillons évidemment avec nos instituts de formation. Je pense que nous aurons l’occasion de vous présenter le projet de façon à vous montrer comment nous avons pris en compte les métiers de la formation, parce que c'est bien sûr un de vos soucis. Je vous rassure tout de suite, il a été pleinement pris en compte dans ce projet et nous y avons travaillé avec un panel d’IRTS qui est bien au fait de cela, et qui nous a bien remonté les problématiques. Nous aurons donc l’occasion de vous présenter le projet beaucoup plus en détail, je pense à la rentrée. Nous ferons, je pense, un moment d’actualité pour vous donner accès à des données un peu plus techniques et surtout qui concernent particulièrement les métiers de la formation. Merci beaucoup.

62Applaudissements.

63François SENTIS

64Merci pour cette intervention et ces précisions sur l’avenir des rémunérations sur le secteur et pour avoir souligné les aspects du management comme le faisait Annie il y a quelques minutes.

65Francine CHOPARD

66La journée a été dense pour moi, parce que j’ai appris beaucoup de choses. Je suis conseillère régionale Bourgogne Franche-Comté. Notre Présidente de Région, Marie-Guite Dufay, est Présidente de la commission "Santé, formations sanitaires et sociales" de Régions de France. Elle a été particulièrement sensible à toutes ces problématiques touchant le secteur du social puisqu’en 2021, elle a été interpellée par des associations privées à but non lucratif au moment de l’élaboration du Livre vert sur des inégalités de traitement, le problème du Ségur de la santé et des rémunérations qui n’avaient pas été prévues pour un secteur qui s’était particulièrement mobilisé pendant la crise sanitaire. Au sujet des Régions, voici un rappel des compétences. Nous avons bien sûr des compétences que vous connaissez sur les formations, mais nous avons également une compétence sur l’orientation et la connaissance des métiers. Orientation qui s’adresse à des publics jeunes puisque cela commence en troisième et dans les lycées. Nous devons nous intéresser au sujet de l’orientation par le biais du manque d’attractivité dont nous avons fait le constat tout au long de la journée. C'est un constat fait depuis des années. C'est effectivement la façon dont nous, Région, pouvons informer sur ces métiers. Le manque de visibilité et de lisibilité a été évoqué par Monsieur Klein. Je dirais que les premiers prescripteurs de l’orientation et du choix d’un métier sont surtout les parents et les enseignants. Comment bien renseigner ces prescripteurs et revenir sur les croyances sur ces métiers ?

67Vous savez que les Régions sont responsables de l’agrément de nouvelles formations, déterminent avec les autorités académiques le nombre de places de formation. C'est là où l’on revient sur cette fameuse régionalisation. Nous sommes vraiment dans quelque chose de comptable, c'est-à-dire qu’en fonction des besoins, on va ouvrir tant de places. Il faut savoir que cela n’a pas beaucoup de sens en ce moment puisque suite au Ségur, nous avons demandé à ouvrir des places supplémentaires, mais ces places ne sont pas pourvues. On voit bien que le problème n’est pas quantitatif. On peut dire que l’on va ouvrir beaucoup de places pour subvenir à des besoins et demandes professionnelles, mais ce n’est pas efficace. Nous sommes responsables du financement des formations, nous sommes aussi responsables du financement des bourses d’études. Par rapport aux établissements, nous versons des dotations de fonctionnement. Pour l’investissement dans les établissements, ce n'est pas obligatoire mais une politique volontariste de certaines Régions.

68On a parlé des fameux schémas régionaux des formations sanitaires et sociales qui font office de feuilles de route pluriannuelles. En Bourgogne Franche-Comté, nous sommes en train d’élaborer la nôtre. Nous avons choisi un mode de concertation assez étendu en temps, avec tous les acteurs. Nous avons tenu à inviter les représentants des étudiants en travail social. Je pense qu’il est très important de les inclure dans les interrogations, surtout en ce moment compte tenu de la baisse de candidatures. Nous faisons aussi face à des interruptions de formation, ce qui a déjà été évoqué ici.

69Le constat paradoxal est le suivant. Nous avons, avec l’évolution de la société, de plus en plus besoin de travailleurs sociaux. Nous devons faire face au facteur démographique, au vieillissement de la population. Ce qui entraîne l’augmentation des maladies chroniques et de la perte d’autonomie, le souhait de rester à domicile. Quand on interroge les personnes, c'est vraiment leur souhait. Le maintien à domicile nécessite encore plus d’intervention professionnelle qu’en institution. Nous faisons face à un accroissement de la précarité, cela ne s’arrange pas. Le conflit en Ukraine, qui est une catastrophe humaine, a des répercussions chez nous. Nous faisons également face à cette orientation de société inclusive. On ne peut pas aller contre, c'est évident. Après, n’a-t-on pas inversé les priorités ? On a décrété la nécessité d’une société inclusive alors que les moyens humains n’étaient pas là. Ces formations en travail social s’étendent dans leur champ d’intervention. On voit bien l’importance de cette fameuse fracture numérique. Toutes les démarches d’interventions sociales sont maintenant dématérialisées. On voit aussi l’impact du changement climatique et de ses répercussions sur les populations qui sont déjà précaires. Par rapport à l’implication de Régions de France, suite à l’alerte de la Présidente du Conseil Régional de Bourgogne Franche-Comté et Présidente de la commission "Santé, formations sanitaires et sociales" de Régions de France, nous avons demandé à être présents au niveau du Haut Conseil du Travail Social (HCTS). Je suis la représentante de Régions de France dans cette instance. C'est un symbole, mais pas seulement. Quand je suis arrivée au HCTS, j’ai demandé à faire partie du groupe de travail sur les formations. Il y a donc une contribution de Régions de France à ce niveau.

70Concernant les convictions des Régions, que je représente, il est évident que ces métiers sont indispensables pour nos territoires, indispensables à la société afin que tout le monde ait sa place et que personne ne reste sur le bord de la route.

71S’agissant du rôle des Régions, je pense qu’elles doivent être facilitatrices. Nous avons parlé de coopération de tous les acteurs, je ne vois pas comment, à l’heure actuelle, compte tenu de la situation d’urgence que vous avez décrite, on peut ne pas travailler ensemble et dans le même sens.

72Concernant l’attractivité, on peut aussi réfléchir comme vous l’avez fait tout au long de la journée à l’universitarisation. Est-ce un levier d’attractivité ? Oui, sans doute, je pense, par une reconnaissance de la profession – cela a été dit –, la reconnaissance de la qualité des personnes qui se lancent dans ces métiers. Mais nous, les Régions, sommes un peu en contradiction puisque les diplômes universitaires signifient « harmonisation » et nous, nous allons plutôt nous battre pour conserver une adaptation de nos politiques à nos territoires.

73Qui dit universitarisation dit recherche. Sur la recherche, quelle est la position des Régions ? Autant l’enseignement supérieur est une compétence obligatoire, autant la recherche est à la main de chaque Région, c'est une politique volontariste. En Bourgogne Franche-Comté, nous avons toujours répondu présents, mais nous voyons bien ce que cela entraîne. C'est quelque chose qui n’est pas pérenne, qui dépend d’un Président de Région et de ses choix politiques.

74S’agissant de l’universitarisation, je crois que la possibilité de passerelles est intéressante. Nous sommes vraiment favorables à tout ce qui peut fluidifier et répondre aux attentes des professionnels et des citoyens.

75Je conclus. Je n’ai pas de réponses à vous donner de la part de Régions de France. Régions de France est préoccupée et travaille sur l’universitarisation, mais en particulier concernant les professions de santé et tout ce qui est paramédical, et nous avons exactement les mêmes interrogations que ce qui vient d’être développé tout au long de la journée. Je n’ai donc pas de réponse à vous apporter, ni de positionnement à vous donner ce soir, mais sachez que je suis une ambassadrice de ces professions. J’ai choisi cette délégation alors que je ne suis pas du tout du milieu, et je me sens très impliquée. Je ne manquerai pas de rapporter tout ce qui a été dit, toutes les pistes qui ont été explorées aujourd'hui. Je vous remercie.

76Applaudissements.

77Maude CHANTEPY

78Bonjour à tous ceux que je n’ai pas encore vus. Pour ceux qui ne la connaissent pas, la FNEMS est la Fédération Nationale des Étudiants en Milieu Social. Elle a été créée en 2019 en réponse aux mobilisations étudiantes de 2018 qui revendiquaient le droit au rattrapage dans le cadre des modifications des diplômes. La FNEMS est née dans la région de Lyon par des étudiants directement concernés. C'est une fédération toute jeune, qui commence à récupérer des données sur les formations pour comprendre comment les étudiants vivent les formations et leurs changements.

79Nous pouvons remarquer que sans les étudiants, il n’y a pas de formation. Finalement, c'est aussi pour cela que nous sommes là. Aujourd'hui, nous avons parlé de l’universitarisation. J’aimerais faire un point sur la façon dont ce processus est vécu par les étudiants. Les conventions sont toutes différentes, on l’a bien vu. Les fonctionnements sont tous différents, avec leurs avantages et leurs inconvénients. Ce que nous voyons à la FNEMS, ce qui ressort du rapport d’enquête, c'est l’incompréhension des étudiants vis-à-vis de ces conventions, de leurs droits étudiants associés. Cependant, ce qui nous inquiète dans cette diversité ce sont les inégalités criantes qui en ressortent entre les étudiants sur le territoire par rapport aux modalités de formation plébiscitées. Par exemple, la double diplômation est souvent également associée à une charge financière supplémentaire, car elle demande une inscription à l’université.

80Ce qui ressort du rapport, c'est que pour un même diplôme, on peut avoir des charges de travail différentes. Les étudiants interrogés par la FNEMS font état de réelles difficultés concernant la mise en œuvre de ces doubles diplômations, de ces cursus croisés et/ou combinés. Certains entraînent une charge de travail supplémentaire à celle prévue par les diplômes d’État. Cette charge de travail n’est pas toujours choisie par les étudiants parce que la mobilité géographique prime toujours sur les contenus de formation. Un étudiant ne va pas forcément choisir sa formation initiale en fonction de son contenu ou de sa forme dans l’établissement, il choisit la proximité. L’objectif reste, pour la majorité des étudiants ayant répondu, d’entrer en milieu professionnel à la fin du diplôme. 80 % de nos répondants souhaitent entrer en milieu professionnel après l’obtention du diplôme. Les possibilités de double diplôme sont donc plus vécues comme une opportunité, mais pas forcément comme une priorité.

  • 4 Fédération des Associations Générales Étudiantes.
  • 5 Centre Régional des Œuvres Universitaires et Scolaires.

81Ce que j’aimerais mettre en avant et qui ressort du rapport, c'est ce que j’ai appelé « la double peine des étudiants en travail social ». Un étudiant lambda est déjà dans une situation assez précaire. Le coût de la rentrée 2022-2023, selon la FAGE4, s’élève en moyenne à 2 527 euros pour un étudiant non boursier. Pour 2023-2024, ce coût s’élève à 3 024€. Nous avons fait le calcul à la FNEMS en reprenant les indicateurs de la FAGE et nous obtenons plus de 3 200 euros en moyenne pour 2022-2023 et 3 336€ pour 2023-2024. Ce tarif peut s’alourdir, notamment pour les étudiants en première année qui vont passer des oraux d'entrée sur plusieurs établissements. Cette différence, qui est notable, provient des coûts de formation, des frais pédagogiques des EFTS, mais aussi des déplacements nécessaires pour se rendre en stage. Les étudiants en travail social rencontrent les mêmes problématiques de précarité que n’importe quel étudiant en France. Par contre, ils se confrontent à des charges financières supplémentaires comme explicité dans le rapport FNEMS. Si cela vous intéresse, il est disponible sur nos réseaux sociaux. Les étudiants se confrontent aussi à l’inaccessibilité des services étudiants. C'est très intéressant. En fonction des conventions et de la localisation géographique des EFTS, les étudiants ont plus ou moins accès aux services CROUS5. Ils y ont donc l’accès officiellement, ainsi qu’aux services universitaires d’ailleurs en fonction des conventions. C'est un large problème de reconnaissance du statut des étudiants des EFTS qui est relevé dans l’enquête. Un travail est nécessaire entre les gestionnaires de ces services et les EFTS. S’investir dans une formation en travail social, cela semble nécessiter d’avoir les ressources pour le faire. C'est en partie pour cela que l’on voit apparaître beaucoup d’apprentissages, de formation continue, ou alors cela signifie que les étudiants ont un soutien familial important ou qu‘ils occupent un emploi étudiant à côté. C'est aussi à prendre en compte dans toute sa temporalité et ce parcours de formation.

82Le rapport alerte sur la santé mentale des étudiants en s’appuyant sur les indicateurs des risques psychosociaux au travail entre désorganisation, manque de communication ou d’accompagnement, charge de travail et pression liés à l’organisation des certifications ou absence de représentativité effective des étudiants par exemple – dans certains EFTS, il n’y a pas forcément de délégués qui participent aux instances et/ou aux conseils d’administration. Jusqu’à présent, il n’y avait que très peu de consultations envers les étudiants au niveau national. La FNEMS interpelle dans un premier lieu les EFTS qui peuvent être créateurs de ces risques. Cependant, cela existe, mais ce n’est pas forcément une volonté de ces EFTS, mais plutôt une réalité à laquelle ils sont eux-mêmes confrontés sur le terrain. Tous les acteurs sont du coup en capacité de s’interroger quant à leur rôle dans ce contexte. J’aimerais vous dire qu’il est difficile de recruter à l’heure actuelle sur le terrain, que les formations et métiers ressentent un manque d’attractivité. Nous, en tant que FNEMS, nous pensons qu’il est important d’éviter les abandons de formation à cause des conditions de vie des étudiants –notamment la charge de travail, l’accessibilité aux services étudiants et la santé mentale. Avec la mobilisation des acteurs de la formation, et l’utilisation de ressources déjà existantes, réduire les risques d’abandons de formation pour cette raison, nous semble possible.

83Je finirai mon propos en vous amenant à réfléchir à l’attractivité des formations dans le même temps que celle des métiers. En effet, un futur étudiant préfèrera toujours une formation lui garantissant des conditions d’études décentes. Gardons aussi à l’esprit qu’un étudiant qui sort épuisé de ses années de formation est un professionnel potentiellement épuisé avant même d’avoir commencé sa vie professionnelle. Je voudrais vous citer une réponse à l’enquête qui m’a beaucoup marquée : « heureusement que l’on sait pourquoi on est là et que l’on sait ce qu’on veut faire, parce que nous sommes beaucoup à penser que tout est fait pour que nous abandonnions ». C'est quand même assez parlant et assez fort, je trouve. C'est aussi quelque chose qu’il faut arriver à comprendre. Je le détaille beaucoup plus dans le rapport et je peux tout à fait en discuter avec vous si vous le souhaitez. Les données brutes de l’enquête sont à disposition à la demande. Merci.

84Applaudissements.

85François SENTIS

86La parole est maintenant aux étudiantes et aux étudiants par la voix de Maude Chantepy Vice-Présidente de la Fédération nationale des étudiant(e) s en milieu social (FNEMS) en charge de la représentation étudiante et autrice du rapport FNEMS 2023 qui nous adresse un feedback sur la réalité de nos établissements. Je crois qu’il y avait une demande d’intervention depuis l’Île de la Réunion.

87Nathalie GAUTRON

88Bonsoir. Je voulais quand même féliciter les 36 personnes qui sont encore là, parce que nous étions 90 en milieu de journée. Il est vrai que suivre une journée aussi intense et aussi riche en distanciel est très intéressant et demande une grande attention. Je ne serai pas longue, je voudrais juste présenter un dispositif que nous sommes en train de travailler avec l’IUT à La Réunion pour montrer que l’on peut rester dans les textes et faire quelque chose qui devrait convenir aux deux parties.

  • 6 Contrat de Plan Régional de Développement de la Formation et de l’Orientation Professionnelles.

89Nous travaillons avec l’IUT depuis plusieurs années, notamment au moment des DUT, avec une passerelle et des liens qui permettaient un passage en deuxième puis en troisième année. Les employeurs étaient très satisfaits puisque des personnes faisaient le parcours de diplôme d’État d’assistant de service social, d’éducateur de jeunes enfants spécialisé en quatre ans et non plus en trois ans, ce qui leur donnait du temps pour maturer leur projet. Quand il y a eu la sortie du BUT, nous l’avons appris par la presse et les étudiants qui ont été fort mécontents. Il faut être un initié pour connaître la différence entre un BUT, donc un bachelor assistance de service social ou éducation spécialisée, et un diplôme d’État d’éducateur spécialisé ou d’assistant en service social. Là, je pense que nos ministères en portent une grande responsabilité. Je vous invite à aller sur Parcoursup et regarder les communications. C'est bluffant et on peut tout à fait confondre les deux dispositifs de formation. Une fois que c'était mis en place, nous nous sommes dit « il faut trouver une solution pour accompagner au mieux les apprenants de façon à ne pas les laisser au milieu du gué, en tout cas pour ceux qui veulent aller vers un diplôme d’État ». Nous avons commencé des négociations avec l’IUT et très rapidement, nous y avons associé le Conseil régional puisque c'est lui qui pilote les schémas régionaux des formations sociales et sanitaires. Même si ce n’est plus une obligation, le nôtre a voulu maintenir le schéma régional et non pas le noyer dans le CPRDFOP6. Nous avons commencé nos négociations avec cinq incontournables :

  • Une double diplômation, puisque souvent, cela se passe dans un sens et pas dans l’autre ;

  • Une équité de traitement pour les apprenants, qu’ils soient en centre de formation ou dans l’IRTS (La Réunion, Mayotte ou l’IUT) ;

  • Le respect des périodes de formation pratique conformément aux textes, contrairement à ce que j’ai entendu ce matin ;

  • La non-dérogation au principe de la sélection. Aujourd'hui, vous entrez en dispositif de formation sur le principe de la sélection, même si pour l’apprentissage, cela tend à disparaître. Maintenant, quand le jeune veut choisir 10 vœux dans Parcoursup et que 10 dispositifs sont payants, les parents lui disent « il faut choisir parce qu’à la longue, cela commence à devenir cher ». Nous avons maintenu la sélection avec l’IUT, dans un cadre spécifique ;

  • Les certifications. Nous avons travaillé de façon conjointe les deux parcours de formation de façon à ce que les personnes de l’IUT qui sont inscrites au BUT passent les épreuves de certification à l’IUT, mais sous couvert et sous la responsabilité de l’IRTS de La Réunion. Nous sommes installés dans l’est. Le siège social est dans l’est, et l’IUT est dans le sud, avec des problèmes de mobilité.

90La Région nous a dit qu’elle prendrait à sa charge les surcoûts dans un sens comme dans l’autre. Dans notre négociation avec l’université, nous n’avions pas de droits de double inscription. C'est déjà un coût en moins. Néanmoins, concernant les épreuves de certification, il faut des jurys supplémentaires. Nous nous sommes basés sur :

  • 10 parcours assistance sociale qui s’inscrivent sur un diplôme d’État ;

  • 10 parcours d’éducation spécialisée qui s’inscrivent sur le diplôme d’État d’éducateur spécialisé ;

  • 10 parcours inscrits à l’IRTS de diplôme d’État d’assistant de service social qui vont chercher un bachelor d’assistant social ;

  • 10 parcours d’éducateur spécialisé inscrits à l’IRTS qui vont chercher un BUT assistant social.

91Tout ceci vous montre que c'est possible, et cela a été piloté par la Région sans déroger aux textes et sans s’exposer. En effet, si demain un candidat se dit « je veux arriver à un diplôme d’État sans sélection, sans passer les nombreuses épreuves de certification », il choisira plutôt l’IUT que l’IRTS. C'était un équilibre sur le territoire, et une absence de distorsion entre les deux dispositifs. Je profite de la tribune pour dire que c'est un sujet qui m’a longtemps tenu à cœur. À l’époque, je l’avais mis sur la table de l’UNAFORIS et on m’avait dit que c'était un phénomène exotique. Aujourd'hui, je vois que cette situation concerne bon nombre d’apprenants.

92Je clôturerai mon propos ainsi. Je m’adresse là aux étudiants. Nous avons démarré dans le cadre du schéma régional des formations sociales et sanitaires un important travail sur l’équité de traitement entre nos étudiants inscrits dans nos établissements que les syndicats viennent chercher au moment des élections du CROUS, mais ils les oublient tout au long de l’année, afin qu’ils aient les mêmes droits, c'est-à-dire l’accès à la culture, l’accès au sport, l’accès à la médecine préventive et l’accès à tout ce que leur confère le paiement de la CVEC (Contribution de Vie Etudiante et de Campus) et ce statut. Cela sera travaillé dans le cadre du schéma régional des formations sociales et sanitaires, mais également dans le cadre d’une commission que pilote la rectrice. Tous les recteurs académiques pilotent une commission sur la vie étudiante sur leur territoire en matière d’enseignement supérieur. Merci de m’avoir donné la parole.

93Applaudissements.

94Manuel BOUCHER

95Quelqu’un dans la salle ou en visioconférence veut-il s’exprimer ? Même si nous sommes fatigués, nous devons jouer le jeu et faire cet effort.

96François SENTIS

97De nombreuses choses ont été dites. C'était un très beau diagnostic de la situation. Nous avons parlé de la distinction rural/grandes métropoles, où les réalités ne sont pas les mêmes et où les missions de service public sont mises à mal.

98Manuel BOUCHER

99Si l’on doit conclure, on voit bien que de nombreuses choses se sont dites ici, avec des points de vue bien sûr différents en fonction des personnes ou des institutions. Nous savions qu’il n’y avait pas forcément consensus, quand nous avons organisé cette conférence, concernant cette dynamique d’universitarisation. Évidemment, les intérêts des universités sont parfois peut-être différents de ceux des écoles, et les écoles entre elles ont des intérêts différents en fonction de leur histoire, de leurs choix économiques et politiques, de leurs liens ou de la masse critique, sachant que les petites écoles n’ont pas les mêmes intérêts non plus que celles qui prétendent, comme nos collègues de gauche (HETIS), devenir des hautes écoles. Oui, ce sont de hautes écoles articulant formation, recherche, animation des milieux professionnels. Je rappelle que ce sont quand même les missions principales des IRTS. C'est donc un sujet qui ne fait à mon avis que débuter en ce qui concerne un autre processus, celui de la conflictualisation. Certains d’entre nous continueront demain au sein de l’Assemblée générale de l’ANAFORIS, qui sera à mon avis mouvementée. Évidemment, l’objectif n’est pas de turbuler pour turbuler, mais d’essayer de rétablir un certain équilibre, que des choix politiques, économiques et académiques soient opérés. On peut espérer que beaucoup de citoyens de l’Union européenne, que les travailleurs sociaux de notre pays soient reconnus à juste titre d’un point de vue salarial, du point de vue aussi d’une certaine autonomie professionnelle et qu’ils gagnent une capacité réflexive et une reconnaissance académique. Cela me semble fondamental, nous sommes nombreux à être engagés dans ces champs depuis longtemps. Cette relation asymétrique, ces relations très floues méritent aujourd'hui d’être clarifiées tout simplement. Nous en appelons au courage des pouvoirs publics, qu’ils prennent leur responsabilité parce qu’en vérité, il y en a marre, d’une certaine manière, de cette sorte de conscience malheureuse. Ce sont des non-choix politiques de la part des pouvoirs publics qui amènent tous ces questionnements. Il y aura toujours d’autres problèmes, évidemment. Il y aura toujours des difficultés, comme ont pu le dire nos collègues de Belgique. Dans tous les cas, il faut absolument que nous sortions par le haut de cette affaire. Comptez sur nous pour nous battre encore et toujours jusqu’à ce que nous ayons la possibilité d’y voir plus clair, jusqu’à ce que nous puissions enfin mettre des processus de production de connaissances, de savoir, jusqu’à ce que nous puissions comprendre l’ambivalence, la complexité du travail social, les logiques d’émancipation, mais aussi le contrôle social qu’il faut également questionner, etc.

100Philippe FOFANA

101En conclusion de cette conférence, je tiens à exprimer mon agréable surprise et mon enthousiasme face à la richesse et à la diversité des interventions. Certaines communications m’ont également poussé à réfléchir à d’autres questions comme celles de la structuration par compétences de nos formations. Il est évident qu’il existe une histoire de ce concept et nous pouvons observer comment il fonctionne notamment comme élément de déstructuration des grilles de classification professionnelle, et de quelle façon il s’est introduit dans les référentiels de formation, y compris ceux de l’université.

102Cette thématique convoque la question de la place des savoirs disciplinaires, complètement neutralisées. Il fut une époque où des Unités de Formation (UF) pouvaient inclure des éléments de psychologie, de sociologie, et d’autres connaissances fondamentales. Aujourd'hui, ce n’est plus le cas ce qui nous pousse à réinterroger nos modèles pédagogiques, et nous invite à envisager une réflexion approfondie sur cette question.

103Il est probable que nous organiserons un autre évènement pour continuer cette exploration. Merci à chacun d’entre vous pour votre participation et vos contributions.

104François SENTIS

105Je partage bien sûr les propos de mes collègues. On ne peut pas réduire la question du travail social à un business plan. Nous payons très cher la rationalisation de la question sociale depuis ces 20 à 30 dernières années. Nous sommes au bout du basculement. Il faut absolument redresser la barre. Je suis ravi de cette journée. Je remercie toutes les intervenantes, tous les intervenants et les participants pour leur engagement. Il y a eu beaucoup de sincérité dans la manière avec laquelle les choses ont été posées par les uns, par les autres. Et ceci fait du bien par rapport au politiquement correct auquel nous sommes un peu trop habitués, voire à la langue de bois. Là, il y avait vraiment de l’authenticité dans les propos de tous les intervenants, quels que soient leurs champs de référence Un grand merci à toutes et à tous.

106Applaudissements.

Haut de page

Notes

1 Direction Générale de l'Enseignement Supérieur et de l'Insertion Professionnelle.

2 Groupement National des Directeurs généraux d’Associations.

3 Branche Associative Sanitaire, Sociale et médico-sociale.

4 Fédération des Associations Générales Étudiantes.

5 Centre Régional des Œuvres Universitaires et Scolaires.

6 Contrat de Plan Régional de Développement de la Formation et de l’Orientation Professionnelles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Manuel Boucher, Mathieu Klein, François Sentis, Annie Riccio, Franck Briey, Dorothée Bedok, Francine Chopard, Maude Chantepy, Nathalie Gautron et Philippe Fofana, « Les perspectives d’avenir des Établissements de Formation en Travail Social : table ronde (quelles représentations ? Quelles convictions ? Quelles actions et décisions présentes et à venir ?) »Sciences et actions sociales [En ligne], 21 | 2024, mis en ligne le 15 janvier 2024, consulté le 21 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/sas/4204

Haut de page

Auteurs

Manuel Boucher

Professeur des Universités, Président de l’ADSCI (gestionnaire de l’Institut du Développement Social Normandie)

Articles du même auteur

Mathieu Klein

Président du Haut Conseil du Travail Social (HCTS)

François Sentis

Directeur général de l’Institut Régional du Travail Social PACA Corse

Articles du même auteur

Annie Riccio

Directrice générale adjointe de la solidarité par intérim, Directrice des territoires et de l’action sociale du Département des Bouches-du-Rhône

Franck Briey

Directeur Général de l’ADAPEI de la Meuse

Dorothée Bedok

Directrice Générale Adjointe de NEXEM

Francine Chopard

Conseillère régionale déléguée aux formations sanitaires et sociales, Conseil Régional de Bourgogne Franche-Comté, représentante de l’Association des Régions de France

Maude Chantepy

Vice-Présidente de la Fédération nationale des étudiant(e)s en milieu social (FNEMS) en charge de la représentation étudiante 2022-2023 & autrice du rapport FNEMS 2023. Présidente de la FNEMS 2023-2024

Nathalie Gautron

Directrice générale de l’IRTS de La Réunion.

Philippe Fofana

Directeur Général de la Haute École du Travail et de l'Intervention Sociale (HÉTIS) de Nice

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search