Navigation – Plan du site

AccueilNuméros21OuvertureOuverture

Ouverture

Ouverture

Manuel Boucher, François Sentis et Philippe Fofana

Texte intégral

1Manuel Boucher

2Bonjour.

3Après plusieurs mois de travail, de mobilisation et de tentatives de rencontres avec les pouvoirs publics, nous sommes très heureux, François Sentis, Philippe Fofana et moi-même d’ouvrir cette conférence nationale sur l’avenir des établissements de formation en travail social dans les locaux du CNRS. En effet, alors que la formation en travail social s’inscrit désormais dans un processus d’universitarisation se traduisant notamment par l’accès au grade Licence de plusieurs diplômes historiques du travail social, les enjeux de cette transformation pour les étudiants et établissements de formation en travail social, jusqu’à aujourd’hui, ne sont étonnement pas envisagés dans les différents rapports traitant de la question de l’universitarisation des formations sociales. Dans ce contexte, après avoir rédigé un Manifeste sur « l’avenir des établissements de formation en travail social » (qui a été publié dans les ASH le 27 avril 2023 [https://www.ash.tm.fr/​metiers-formations/​manifeste-formations-en-travail-social-en-finir-avec-les-logiques-concurrentielles-777989.ph], appelant à en finir avec les logiques concurrentielles dans le champ de la formation en travail social, nous avons considéré important de débattre des enjeux du processus d’universitarisation de la formation et de la qualification en travail social en organisant une conférence donnant la parole aux principaux intéressés. Lors de cette conférence, nous allons donc entendre, à partir de leurs expériences, les points de vue d’un certain nombre d’acteurs, bien sûr des chercheurs qui pensent les questions du travail social, de la formation et de la recherche mais également, au-delà du milieu académique, d’acteurs de la formation, d’étudiants, de professionnels du travail social ainsi que des responsables politiques et politico-institutionnels en capacité de proposer une analyse et de débattre à propos de l’avenir des centres de formation en travail social dans le processus d’universitarisation. Dans la pratique, il s’agit d’interroger les conditions nécessaires pour que l’appareil de formation en travail social à but non lucratif puisse participer avec les universités de façon équitable au processus de qualification en travail social. Mais je laisserai à présent la parole à mes collègues qui vont apporter un complément à cette petite ouverture.

4François Sentis

5Pas grand-chose à ajouter mais bonjour à toutes et à tous, je suis ravi de vous retrouver ici ce matin. Espérons que cette conférence nationale que nous avons rêvée durant plusieurs mois sera une réussite. Gageons qu’il en soit ainsi ! Nous verrons combien les contributions apportées par chacune et chacun d’entre vous sont autant d’enseignements sur les enjeux de l’universitarisation que sur l’attractivité de notre secteur.

6Nous ferons ce matin un retour d’expériences sur les processus engagés en matière d’universitarisation dans les établissements de formation en travail social ainsi que dans le champ des universités. Les taux d’inscription dans les établissements sont en berne. Cette année à Marseille, jamais nous n’avons connu aussi peu de candidats et de candidates en formation en travail social. Ces chiffres sont sans précédent ! Et je sais hélas qu’il en est de même pour tous les collègues… Il est urgent de trouver des solutions, d’être inventifs et créatifs afin d’endiguer ce phénomène.

7Cet après-midi, plusieurs chercheurs présenteront leurs travaux puis lors d’une table ronde, notamment avec nos partenaires institutionnels, nous verrons comment les missions et les délégations de services publics portées par le secteur associatif peinent à être mises en œuvre compte tenu de la pénurie de travailleurs sociaux. L’impact sur les publics les plus démunis et les plus vulnérables doit nous alerter à l’heure où ils se font de plus en plus nombreux. J’espère que nos travaux seront productifs et que nous apporterons des idées nouvelles afin de parvenir à réenchanter le travail social dans notre société.

8Philippe Fofana

9Je me joins à vous pour dire combien je suis ravi d’être là et redire l’importance de la réussite de cette conférence. Paradoxalement, alors que sur l’HETIS, nous avons l’habitude d’en organiser assez fréquemment, celle-ci a été un peu compliquée à mettre en place. Est-ce lié au thème ? Je jetterais un pavé dans la mare en disant que je suis étonné que personne ne se soit encore saisi de ce sujet, notamment les organismes de formation en travail social. Et c'est parce qu’il y avait ce vide de réflexion sur un sujet qui nous semblait majeur que nous avons souhaité réaliser cette conférence.

10Merci d’être là, à la fois nombreux dans la salle et nombreux à l’écran. Comme nous vous l’avons dit, la conférence se déroulera en trois parties. Pour la première partie, l’idée était de dire : que s’est-il passé depuis l’universitarisation, depuis ce processus dans lequel sont rentrés les établissements, quelquefois par-devers eux ? Qu’en est-il de cette recherche en travail social qui est génératrice de conflictualités, et qui, pourtant, est liée au développement, à la valorisation et à la reconnaissance à la fois des acteurs du social et des problématiques rencontrées ?

11Ce sont toutes ces questions que nous allons essayer d’aborder. Nous avons, dans le temps de préparation dont a parlé Manuel, rencontré les pouvoirs publics. Ils sont venus, ils ont été à l’écoute. Nous avons été surpris de leur accueil. Nous espérons aussi influer, ou en tout cas, réfléchir aux orientations pour demain des organismes de formation. Merci encore d’être là. Manuel va maintenant procéder à l’introduction générale de notre conférence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Manuel Boucher, François Sentis et Philippe Fofana, « Ouverture »Sciences et actions sociales [En ligne], 21 | 2024, mis en ligne le 15 janvier 2024, consulté le 21 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/sas/4246

Haut de page

Auteurs

Manuel Boucher

Professeur des Universités, Président de l’ADSCI (gestionnaire de l’Institut du Développement Social Normandie)

Articles du même auteur

François Sentis

Directeur général de l’Institut Régional du Travail Social PACA Corse

Articles du même auteur

Philippe Fofana

Directeur général de la Haute École du Travail et de l'Intervention Sociale de Nice

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search