Navigation – Plan du site

AccueilNuméros34Comptes rendusClaude Muller, Indéfinis et parti...

Comptes rendus

Claude Muller, Indéfinis et partitifs en français

Emilia Hilgert
p. 135-138
Référence(s) :

Claude Muller, Indéfinis et partitifs en français, Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, 2019, 506 pages.

Texte intégral

1L’autorité de Claude Muller en matière d’indéfinis n’est plus à démontrer. Nous ne pouvons que saluer la synthèse qu’il nous livre dans son volume de 2019, regroupant ses analyses plus anciennes ou plus récentes de l’expression linguistique de l’indéfinitude, qui révèlent toute la complexité d’un domaine qu’il observe depuis quarante ans déjà. Les solutions proposées se situent dans un cadre générativiste et se structurent autour de deux points essentiels : la nature de de, outil remplissant de multiples fonctions dans la syntaxe des indéfinis, et le classement des indéfinis selon leurs domaines d’occurrence. La méthode est bien connue : dans un agréable style d’essai, très riche en illustrations et explications, qui nous permet de glaner souvent des pépites, l’auteur présente un examen minutieux des contextes de fonctionnement syntaxique des unités observées, livre une fine discussion des analyses déjà proposées et conclut par une présentation synthétique des résultats, par des définitions parfois évolutives, au fur et à mesure de l’analyse, et des réorganisations des domaines des indéfinis. Si certains titres se répètent (« Le de négatif », par exemple), c’est parce que les faits sont présentés d’abord dans une partie analytique, pour être repris dans une partie de solutions et propositions. Même si le parti pris est avoué comme sémantique (p. 28), l’auteur s’appuie principalement sur des critères syntaxiques, visibles dans l’étude initiale des contextes d’emploi, dans les manipulations qui doivent révéler la nature des constituants ou dans la représentation formelle des mécanismes profonds de fonctionnement.

2Il n’est pas dépourvu d’intérêt de présenter ici quelques-unes des idées principales de ce volume. L’objet d’étude est donc la classe des déterminants avec ou sans nom et des pronoms saturés dont la propriété commune est l’indéfinition référentielle, c’est-à-dire sans référence par eux-mêmes : leur référence est essentiellement déterminée par le contexte, par la prédication dans laquelle ils entrent et qui produit la spécification d’un groupe nominal.

3L’entrée en matière se fait par le de partitif, exploré par Claude Muller depuis les débuts de ses recherches linguistiques. L’auteur pose le problème des usages de de dans différentes structures, telles que de la bière, des bières, beaucoup de bière, une goutte de bière, (boire) de cette bière, un verre de cette bière, (ne pas boire) de bière, (ne pas boire) de cette bière, pas de bière, de nouveaux types de bière, ainsi que (j’écoute) du Mozart ou (c’est) du sérieux. Du point de vue morphologique, l’auteur analyse séparément de et le dans ce qu’on appelle traditionnellement « article partitif » et, en soumettant les structures observées aux opérations de dislocation et de cliticisation, donne son explication sur la nature de chacun des éléments. Ainsi choisit-il de considérer que de est dans tous ces cas la même préposition (en tous les cas historiquement), qui a des valeurs différentes en fonction des combinaisons syntaxiques où elle figure : des valeurs d’article, de relateur, de thématiseur, ou encore de partitif, valeurs qui interagissent ou qui s’additionnent en fonction des contextes (voir page 118, par exemple). Quant à le, deuxième élément de du et des, articles (alors que de seul peut aussi être un article), Claude Muller considère qu’il ne représente pas une classe générique, mais qu’il remplit une sorte de fonction métalinguistique en renvoyant à la classe de dénomination, servant de support morphologique pour distinguer le singulier du massif du pluriel du nombrable ou du collectif, étant donc un « classifieur » nominal.

4C’est dans le cadre de l’analyse des valeurs de de que l’auteur différencie le partitif indéfini des syntagmes du cognac / de la bière du partitif défini des constructions un verre de ce cognac / de cette bière ou (boire) de ce cognac / de cette bière, à l’aide desquelles le locuteur rapporte l’objet choisi à un ensemble de référence. Dans ce deuxième contexte, de marque, pour Claude Muller, un cas partitif, étant donc une marque casuelle qui n’est pas sans rappeler, comme le fait l’auteur même, des constructions similaires en de du latin qui ont concurrencé le genitivus partitivus. L’opposition morphologique et interprétative entre le de partitif indéfini ou basique et le de partitif défini ne se fait que par la nature de leurs compléments. Claude Muller choisit donc de ne pas suivre la proposition de Milner (1978) quant à la distinction entre de quantifieur et de partitif, en faveur d’une analyse unitaire de de préposition, rappelant la proposition unifiante de Kupferman (2004), avec la précision que, si ce dernier propose une analyse unitaire en termes d’articles quantifieurs, Claude Muller insiste sur le fait que la sémantique et la syntaxe sont « profondément modifiées par le contexte du complément défini » : dans la gamme d’emploi de de, certains contextes rendent saillantes les propriétés de préposition de de, d’autres les inhibent. La différence réside globalement dans l’opposition entre un article le « classifieur nominal » sans interprétation ensembliste dans le partitif indéfini et un article le défini « ensembliste » dans le cas du partitif défini.

5Le deuxième grand objectif de Claude Muller est la présentation des indéfinis du type quelque, plusieurs, etc. De l’aveu de l’auteur, ce n’est pas le sens lexical qui l’intéresse prioritairement, mais les contextes ou environnements syntaxiques dans lesquels on peut ou on doit les utiliser. Cela ne surprend guère, l’un des premiers critères de son analyse est la polarité (négative ou non), combinée à la spécification. L’auteur ne se limite pas aux contextes assertifs basiques, mais cherche des illustrations de fonctionnement des indéfinis dans les questions, les constructions conditionnelles, les phrases impératives, la négation, les phrases générales, les compléments de comparatifs, etc. C’est de ces contextes d’usage que découlent les valeurs sémantiques de ces indéfinis : la spécification (qui mène à des spécifiés spécifiques et à des spécifiés non spécifiques), la quantification, la partitivité, le jugement de valeur (pour les dépréciatifs). Fort des résultats de ses analyses d’exemples attestés et relativement récents, Claude Muller rectifie l’étendue précise de chaque série ou sous-classe d’indéfinis proposée par Haspelmath (1997) et propose deux nouvelles cartes des domaines d’occurrence des indéfinis (cf. pages 331 et 434). Entre autres, il signale que la série des négatifs ne s’applique pas, en français actuel, au domaine des conditionnelles et des interrogatives. Il attire aussi l’attention sur le fait que le critère morphologique peut être trompeur, parce que de nombreux indéfinis ont des propriétés différentes au singulier et au pluriel (cf. quelque vs quelques) ou en tant que déterminants ou pronoms (cf. tous les vs tout), ce qui modifie les contours des sous-classes des indéfinis selon leur sens.

6Quant à dresser une liste définitive des indéfinis, la tâche semble à Claude Muller délicate, parce que, si la grande majorité des formes observées réponde aux critères de l’indéfinition référentielle, quelques autres formes sont plus ambigües ou plutôt hybrides : tous les défini se voit modifier par la négation menant à une quantification indéfinie (« pas tous ») ; de même, à côté de tous les défini, tout N est bien indéfini ; dans la série corrélative les uns et les autres, le premier est indéfini, malgré les marques morphologiques. La forme le même cache, encore une fois malgré l’article défini, un indéfini : un N qui est le même. Claude Muller termine sur une note de sagesse (page 471) : « [on] peut dès lors être plus indulgent pour la tradition grammaticale, qui ne peut se permettre de distinguer dans le détail de toutes les formes apparentées » de ces mots qui renvoient à des fragments à géométrie variable rapportés à une dénomination englobante, en insistant plutôt sur l’importance de l’étude des contextes d’emploi.

Haut de page

Bibliographie

HASPELMATH M. (1997), Indefinite Pronouns, Oxford, Oxford University Press.

KUPFERNAN L. (2004), Le mot « de ». Domaines prépositionnels et domaines quantificationnels, Bruxelles, De Boeck-Duculot.

MILNER J.-C. (1978), De la syntaxe à l’interprétation, Paris, Éditions du Seuil.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emilia Hilgert, « Claude Muller, Indéfinis et partitifs en français »Scolia, 34 | 2020, 135-138.

Référence électronique

Emilia Hilgert, « Claude Muller, Indéfinis et partitifs en français »Scolia [En ligne], 34 | 2020, mis en ligne le 10 juillet 2020, consulté le 15 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/scolia/1436 ; DOI : https://doi.org/10.4000/scolia.1436

Haut de page

Auteur

Emilia Hilgert

Université de Reims Champagne-Ardenne
emilia.hilgert[at]univ-reims.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search