Navigation – Plan du site

AccueilNuméros34Comptes rendusJacques Bres, Aleksandra Nowakows...

Comptes rendus

Jacques Bres, Aleksandra Nowakowska et Jean-Marc Sarale, Petite grammaire alphabétique du dialogisme

Annie Kuyumcuyan
p. 139-143
Référence(s) :

Jacques Bres, Aleksandra Nowakowska et Jean-Marc Sarale, Petite grammaire alphabétique du dialogisme, Paris, Classiques Garnier, coll. Domaines linguistiques, Série Formes discursives, 2019, 419 pages.

Texte intégral

1L’ouvrage intitulé Petite grammaire alphabétique du dialogisme (dorénavant PGAD) résulte d’une collaboration entre trois chercheurs de l’université de Montpellier, Jacques Bres, Aleksandra Nowakowska et Jean-Marc Sarale, qui ont chacun déjà produit des travaux dans le champ des études sur le dialogisme et l’analyse de discours, avec des inflexions respectives dans les domaines des temps verbaux, de l’argumentation, de la syntaxe et de la lexicologie, dont beaucoup de problématiques se trouvent déclinées dans plusieurs entrées du dictionnaire. Celui-ci se présente ainsi comme une sorte de manuel à destination d’un public très large : « chercheurs et enseignants en sciences du langage, en sciences de l’information et de la communication, en lettres, en traductologie ou en didactique, et à tous les chercheurs en sciences humaines qui se confrontent aux discours » (p. 28), d’où sa présentation alphabétique réputée plus maniable (p. 10). Son ambition est de constituer un « outil indispensable à l’analyse du discours » (p. 28). Même s’il est le fruit d’un travail collectif, on trouve à la fin de l’Introduction (p. 29) une liste des entrées principalement traitées par chacun des contributeurs.

2Le projet de constituer un tel « outil de référence » (p. 9) provient, de l’aveu même des auteurs, du sentiment d’une lacune dans le champ de l’analyse de discours. Bien qu’on s’y réfère en effet très souvent au « dialogisme », « la notion […] n’a pas à ce jour été traitée dans le détail linguistique de son fonctionnement » (ib.), gageure que les contributeurs entendent donc précisément relever par leur ouvrage. Le terme de grammaire est justifié à plusieurs reprises par le fait que le phénomène est « abordé à partir de ses marques » (p. 12), qu’il s’agisse d’un marqueur proprement dit – « élément qui est la trace en discours d’opérations énonciatives stables » (p. 23) – ou d’un signal – « élément qui contribue sporadiquement, en contexte, à l’expression du dialogisme sans que son signifié en langue prédise nécessairement cet emploi » (ib.). Quoique la distinction entre ces deux types de marques ne soit pas systématique dans le cours de l’ouvrage, le terme de marqueur apparaissant bien souvent comme l’hyperonyme de la catégorie (ib.), la démarche consiste en somme à partir de faits linguistiques « qui pour l’essentiel sont des objets traditionnels des grammaires de langue, comme la négation, le clivage, les déterminants ou les temps verbaux » (p. 10) pour remonter vers la « potentialité dialogique » du fait en question, située à « l’articulation de la langue et du discours » (p. 154) ; ainsi de celle de l’article défini (p. 41, 43, 45), du déterminant démonstratif (p. 109, 122) ou du passif (p. 325) par exemple. Certaines entrées s’écartent pourtant de ce parti pris grammatical en s’inscrivant dans une perspective plus rhétorique ou argumentative – la confirmation, la glose de mot, la modalisation par discours autres, la reformulation –, voire franchement stylistique – le détournement, le discours rapporté, l’écho, l’hypochorisme, l’insistance pronominale, l’ironie, le parallélisme, la prolepse, le renchérissement ; au point que le terme de grammaire dans le titre pourrait en paraître quelque peu forcé. Tel n’est pourtant pas nécessairement le cas si l’on observe que la distinction entre le « dialogisme en langue » et le « dialogisme en discours », invoquée à plusieurs reprises dans l’ouvrage (par exemple p. 95, 154-158, 232), pour peu qu’elle ne soit pas explicitement fondée – si elle peut l’être –, aboutit à mettre sur le même plan des phénomènes relevant de niveaux n’appartenant pas a priori aux mêmes plans de description. Il en résulte une certaine impression d’arbitraire dans le choix des entrées retenu : puisqu’on peut a priori « voir du dialogisme partout » (p. 57), quel a été le principe de sélection des faits étudiés, dont les auteurs déclarent avoir traité les « principaux » sans pour autant prétendre à l’exhaustivité (p. 27) ? Et si tous les faits de langue, pour s’en tenir à eux, ne relèvent pas au même degré du dialogisme, cette gradation gagnerait à être fondée aussi systématiquement dans tous les cas que dans celui qui oppose « conditionnel et futur » dans l’entrée du même nom (p. 95-102), faute de quoi on en revient à ce concept tellement général qu’il en devient inopérant de « potentialité dialogique ».

3Les auteurs définissent d’emblée le dialogisme comme un principe consistant en « l’orientation de tout discours […] vers d’autres discours », qui « se réalise sous forme de dialogue interne avec ceux-ci » (p. 10). Le dialogisme est compatible avec tous les genres de discours, contrairement à la dimension dialogale réservée au dialogue, « marqué par l’alternance des tours de parole de différents locuteurs » (p. 11). Ce dialogisme peut donc réagir à un discours antérieur (dialogisme interdiscursif), au discours de l’allocutaire (dialogisme interlocutif) ou réflexivement à lui-même (dialogisme intralocutif) ; ces catégories étant systématiquement déclinées au fil des différentes entrées du dictionnaire grâce à de nombreux exemples authentiques (4 000 selon les auteurs : p. 27) pris dans des genres et des formations discursives variés, quoique de manière à la longue un peu mécanique. Cette notion est en un sens plus large que celle que recouvre la dénomination en partie concurrente de « polyphonie », puisqu’elle englobe avec le dialogisme interdiscursif des phénomènes relevant de l’intertextualité, qu’il s’agisse de l’intertexte proprement dit ou de l’interdiscours (p. 12-13). De même le discours rapporté direct se voit intégré tel quel au dialogisme, là où Ducrot différencie la polyphonie induite par le « rapport en style direct » de la « double énonciation » proprement dite, que ce dernier auteur considère comme un cas beaucoup plus fréquent de polyphonie (1984 : 203). C’est que les auteurs de la PGAD ont supprimé un étage du dispositif énonciatif proposé par ce même Ducrot (1984) : le sujet parlant – le producteur empirique du message verbal – de celui-ci correspond en effet au locuteur de ceux-là (24), son locuteur – l’être de discours auquel réfèrent les marques de première personne – est leur énonciateur (ib.), et partant son énonciateur – être dont l’énonciation exprime le point de vue, la position, l’attitude, « mais non pas, au sens matériel du terme, [les] paroles » (Ducrot op. cit. : 204) – ne trouve pas place dans l’architecture du dialogisme, ce qui a pour conséquence de rendre sans objet – et partant sans entrée – toute la problématique du « point de vue » en narratologie et ailleurs (Rabatel, 2008 ; voir la discussion avec Nølke et la ScaPoLine dans Ducrot, 2001), omission qui a de quoi surprendre chez des chercheurs se réclamant aussi continûment de Bakhtine (p. 9-11). Cette position est cependant cohérente avec la réserve manifestée vis-à-vis de l’emploi métaphorique du terme de voix, auquel les auteurs substitueraient volontiers systématiquement le terme de discours (p. 25), ce qui ramène le « dialogisme », entendu au sens de la PGAD, à la seule « première polyphonie » de Ducrot, celle du discours rapporté (1984 : 196-197), entendu « non seulement comme ce qui est effectivement dit, mais aussi comme ce qui a pu être dit et ce qui pourra être dit ; c’est-à-dire dont la matérialité n’est pas liée strictement à des mots précis, à des énonciations effectives, mais consiste en un ensemble de formulations en relation paraphrastique qui domine les locuteurs-énonciateurs » (p. 25). En résulte un traitement de l’ironie comme « interaction particulière avec le discours antérieur d’un locuteur-énonciateur cible » (p. 255), tandis qu’elle est conçue par d’autres linguistes comme « exprimant la position d’un énonciateur E, position dont on sait par ailleurs que le locuteur L n’en prend pas la responsabilité, et bien plus, qu’il la tient pour absurde » (Ducrot, 1984 : 211, cf. aussi Berrendonner, 1981 : 173-239). De même, des deux négations « conflictuelles » posées par Ducrot (1981), la négation métalinguistique et la négation polémique, n’est abordée dans l’ouvrage que la première, dans la mesure où seule celle-ci infirme une énonciation antérieure effective (entrée « Négation prédicative », p. 273-281).

4En s’opposant aux approches « polyphoniques » d’inspiration pragmatique (p. 26) la PGAD présente une conception alternative du phénomène dialogique qui fournirait matière à la méthodologie de la linguistique, car elle met en question « l’idée, effectivement reposante, selon laquelle on peut dissocier un phénomène et la façon dont on le traite, le phénomène restant identique à lui-même sous les différents traitements qu’on lui fait subir » (Ducrot, 2001). Pour autant, une nouvelle dénomination n’est pas nécessairement le gage d’un nouvel objet scientifique. Ainsi ce que les auteurs désignent comme le dialogisme interlocutif anticipatif (p. 14) semble-t-il bel et bien correspondre à la diaphonie potentielle de Roulet et al. (1985 : 83) ; de même, le « fonctionnement dialogique » du déterminant démonstratif (p. 108) n’est pas sans évoquer l’exophore mémorielle naguère décrite par Bordas (2001) ou Viprey (2006) à la suite de Fraser et Joly (1980) et de Weinrich (1973) ; quant au « fonctionnement interlocutif de la dislocation gauche », il a été décrit comme « entrée-préface » chez Perrin (1999), qui fait dans le même article une large place à la question de l’Écho (réponse écho positive ou négative dans le dialogue). Même si des considérations matérielles conduisent à limiter la place accordée aux références (p. 27), on regrettera dans le même ordre d’idée que la Grammaire de la période (2013) ne soit pas non plus citée aux entrées de la « Dislocation » ou du « Pseudo-clivage », dont elle étayerait pourtant notablement les analyses. De telles résonances rendraient certainement encore plus dialogique la PGAD, laquelle se présente déjà, telle quelle, comme une contribution aux débats sur cette question riche et complexe.

Haut de page

Bibliographie

BERRENDONNER A. (1981), Éléments de pragmatique linguistique, Paris, Minuit.

BORDAS É. (2001), Un stylème dix-neuviémiste : Le déterminant discontinu un de ces… qui…, L’Information Grammaticale 90, 32-43.

DUCROT O. (1984), Le dire et le dit, Paris, Minuit.

DUCROT O. (2001), Quelques raisons de distinguer « locuteurs » et « énonciateurs », Polyphonie linguistique et littéraire 3, 20-41.

FRASER T. & JOLY A. (1980), Le système de la deixis (2) : endophore et cohésion discursive en anglais, Modèles linguistiques II : 2, 22-51.

GROUPE DE FRIBOURG (2012), Grammaire de la période, Berne, P. Lang.

PERRIN L. (1999), La fonction des reprises diaphoniques locales dans le dialogue, in Verschueren J. (éd.), Pragmatics in 1998, vol. 2, 448-461, Anvers, IPrA.

RABATEL A. (2008), Homo narrans, t. II, Dialogisme et polyphonie dans le récit, Limoges, Lambert-Lucas.

ROULET E. & al. (1985), L’articulation du discours en français contemporain, Berne, P.Lang.

VIPREY J.-M. (2006), Un de ces [syntagmes] qui… (à propos de la locution un(e) de ces […] qui), Corpus, 5, <http://journals.openedition.org/corpus/713>, consulté le 30 avril 2019.

WEINRICH H. (1973), Le Temps, Paris, Seuil.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annie Kuyumcuyan, « Jacques Bres, Aleksandra Nowakowska et Jean-Marc Sarale, Petite grammaire alphabétique du dialogisme »Scolia, 34 | 2020, 139-143.

Référence électronique

Annie Kuyumcuyan, « Jacques Bres, Aleksandra Nowakowska et Jean-Marc Sarale, Petite grammaire alphabétique du dialogisme »Scolia [En ligne], 34 | 2020, mis en ligne le 10 juillet 2020, consulté le 17 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/scolia/1447 ; DOI : https://doi.org/10.4000/scolia.1447

Haut de page

Auteur

Annie Kuyumcuyan

Université de Strasbourg-LiLPa
kuyumcuyan[at]unistra.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search