Navigation – Plan du site

AccueilNuméros33Comptes rendusOlga Galatanu, La sémantique des ...

Comptes rendus

Olga Galatanu, La sémantique des possibles argumentatifs. Génération et (re)construction discursive du sens linguistique

Julien Longhi
p. 170-174
Référence(s) :

Olga Galatanu, La sémantique des possibles argumentatifs. Génération et (re)construction discursive du sens linguistique, Bruxelles, Bern, Berlin, New York, Oxford, Wien, Peter Lang, collection GRAMM-R, t. 45, 2018, 362 pages.

Texte intégral

1Cet ouvrage d’Olga Galatanu représente « l’aboutissement de travaux menés depuis une vingtaine d’années, mais dont les sources sont encore plus anciennes, remontant à mes premières monographies, sur les actes de langage (1984) et sur les interprétants sémantiques des verbes illocutionnaires (1988) » (p. 13). Il s’agit à la fois d’une synthèse d’un nombre très important de travaux scientifiques, mais aussi de développements nouveaux et d’articulations originales, qui donnent à cette publication un rôle central dans les recherches en sémantique linguistique. Pour connaître de près et de longue date les travaux d’Olga Galatanu et de son équipe, la réussite de l’entreprise est impressionnante, car il s’agit d’un matériau à la fois conséquent (de nombreux chapitres d’ouvrages, articles, conférences), et qui a connu de nombreux développements (une trentaine de thèses de doctorat ont investi la Sémantique des Possibles Argumentatifs – SPA depuis 2001, en analyse des discours, des interactions verbales, etc.) qui ont essaimé dans de nombreuses publications à travers les chercheurs formés en SPA. Ce « bain » dynamique est perceptible dans la lecture, et on ressent « les échanges, les débats, les remises en question, mais aussi la mise en œuvre immédiate, ou presque, des concepts définis, dans des recherches empiriques, qui les ont nourris en retour avec de nouveaux questionnements » (p. 13). Cette SPA (auparavant sémantique intégrée, puis sémantique quantique) a connu une rare stabilité quant à ses fondements, et tous les travaux d’Olga Galatanu ont contribué à en expliciter, préciser, expliquer, redéfinir et intégrer, « dans un dispositif conceptuel cohérent et puissant, en réponse au point de vue observationnel du langage et au principe explicatif du sens linguistique, qui se sont précisés aussi » (p. 15), les postulats, les hypothèses, les concepts. Plus précisément, la SPA « revendique deux filiations : la filiation des sémantiques argumentatives initiée par Oswald Ducrot (1972, 1984) et son équipe, filiation qui se définit comme ascriptiviste, et la filiation des sémantiques du stéréotype, inspirées de la proposition théorique de Putnam » (p. 19-20). Le statut de théorie (et modèle) sémantique, est motivé par le fait que la SPA est « enfin présentée dans tous ses aspects, depuis l’émergence du projet scientifique jusqu’à la mise en œuvre du programme de recherche que ce projet scientifique rend possible » (p. 24).

2Si la SPA est un modèle théorique très fin, et précisément élaboré, il est important de relever qu’elle a un spectre d’applications très important :
 l’analyse de la signification et du sens discursif des mots porteurs de valeurs sociales complexes, comme travail, réussite, échec ;
 les stratégies de politesse et d’impolitesse dans différentes langues et cultures, qui rendent compte de la présence des protocoles culturels de politesse et d’impolitesse dans la conceptualisation sémantique même des actes de langage spécifiques et donc des représentations sémantiques des mots qui les désignent ;
 l’étude de la (re)construction des représentations discursives et sémantiques des identités collectives et individuelles ;
 l’étude de l’acquisition des compétences sémantique et pragmatique et des relations qu’elles entretiennent, dans une langue seconde et/ou étrangère ;
 l’étude du cinétisme culturel et linguistique des objets du monde social à travers des « objets sémantiques » et de leurs « affordances » d’usage discursif.

3Le premier chapitre est consacré aux domaines empiriques de la SPA. Le second chapitre propose une revue des lignes directrices des théories qui ont nourri la réflexion et l’élaboration de la SPA : ses filiations et ses alliances théoriques. Les chapitres 3 et 4, plus conséquents, sont consacrés aux objectifs et à l’objet de la SPA, à ses postulats et principes, à ses hypothèses internes, qui fondent le modèle. Le chapitre 5, « Analyse sémantico-discursive et sémantique expérimentale : méthodologies alternatives et/ou croisées », présente ces méthodologies, développées ou à développer, pour mener les recherches dans les domaines de l’analyse de la signification lexicale et du sens discursif.

4Du point de vue disciplinaire, et selon les catégories traditionnelles (qui se retrouvent mobilisées, mais aussi réarticulées), la SPA se situe à l’interface de la pragmatique (les actes) et de la sémantique (les mots pour les désigner et les mots pour les réaliser). Ceci est largement développé, et clairement étayé. Elle entretient aussi des liens avec l’analyse du discours (AD) qui est la source empirique principale de l’élaboration de la SPA (même si chronologiquement elle se trouve en deuxième position sur le plan des interrogations formulées). Le discours est abordé à travers « l’étude des mécanismes sémantico-discursifs et pragmatico-discursifs de production du sens discursif et de régénération, voire de reconstruction de la signification des mots mobilisés par le discours » (p. 38). Cette approche est appelée Analyse Linguistique du Discours – ALD, car ses objectifs en font une approche bien spécifique parmi les approches en AD. Cet ancrage a deux corollaires (p. 138) : « (a) décrire la reconstruction discursive des représentations (linguistiques et culturelles) du monde et de soi, des identités et dynamiques identitaires, (b) décrire la prise de position de l’énonciateur à travers les valeurs modales portées par les mots mobilisés (formes modales ou modalités) ».

5L’introduction d’un point de vue expérientiel est tout à fait intéressante dans le modèle développé : pour Olga Galatanu, « le point de vue observationnel du langage comme structure autonome ne peut pas répondre à toutes les conditions qu’une sémantique devrait satisfaire » (p. 135), et « il est remplacé en SPA par un point de vue expérientiel, l’expérience du monde, le vécu intersubjectif, collectif, culturel, ou individuel, s’inscrivant ainsi dans l’appréhension du sens produit par l’activité de parole et, de ce fait, dans l’appréhension de la signification des mots mobilisés durant cette activité de parole ». Vis-à-vis des autres approches argumentatives, la SPA se caractérise « par l’idée que le potentiel argumentatif est réinscrit ou reconstruit avec chaque occurrence discursive dans ce qui est appréhendé par les interlocuteurs comme la signification du mot, ne serait-ce que pour le temps de cette occurrence discursive. Ainsi, par exemple, le lien dénominatif est conçu comme un « processus continu de conceptualisation et argumentation du monde » (p. 155).

6Le travail de la dimension stéréotypique de la théorie est également très riche et instructif, et illustre bien la manière dont une théorie linguistique peut importer des références qui relèvent par exemple davantage de la philosophie : Olga Galatanu explique ainsi que la différence entre la SPA et le modèle de Putnam (1975) « est que la partie nucléaire, dont la définition est plutôt congruente avec celle du stéréotype dans cette filiation, réside surtout dans le fait que l’obligation de l’apprentissage et de partage par les locuteurs d’une langue concerne aussi et probablement d’abord le noyau, son potentiel descriptif (et argumentatif) auquel ces locuteurs peuvent faire recours lorsque l’interprétation argumentative première du sens, s’appuyant sur les stéréotypes, plus mouvants, plus flexibles, plus dynamiques, échoue, donne lieu à des malentendus, est remise en cause » (p. 203).

7Le dernier point que nous souhaitons mettre en avant est la dimension méthodologique de la théorie : en effet la SPA ne se contente pas de livrer une théorie, mais elle livre aussi des méthodes et des moyens aux analyses, à partir de différents matériaux. Les recherches dans le cadre de la SPA se sont appuyées, alternativement ou conjointement sur quatre sources de données (p. 263-264) :
a) Les savoirs sémantiques déclaratifs du/des chercheur/s, i.e. leur compétence sémantique, productrice d’exemples construits ou illustrée par des exemples authentiques, entendus dans la communication de tous les jours, etc. ;
b) Les définitions, explications et illustrations lexicographiques ;
c) Les corpus discursifs/textuels, ou même les corpus ouverts d’énoncés attestés, peuvent être envisagés, en sémantique, comme couvrant non seulement les discours, d’une grande diversité, portés par des pratiques sociales, dont les pratiques institutionnelles, ou intersubjectives, comme la pratique des réseaux sociaux, ou encore interpersonnelles, mais aussi les discours recueillis lors des entretiens autour de thématiques autres que celles liées au langage et à l’usage qu’ils en font ;
d) Les enquêtes auprès des locuteurs natifs d’une langue et appartenant à une communauté culturelle ; ces enquêtes ont été enrichies, en SPA, avec un protocole de sémantique expérimentale ayant des objectifs spécifiques par rapport à ceux de l’enquête sociolinguistique.

8Une grande variété de corpus a ainsi été abordée, enrichie par des analyses expérimentales, lexicographiques, des enquêtes, pour aborder des sujets aussi variés que la construction discursive de la F/francophonie, de l’espace juridique européen, de l’espace européen de l’éducation supérieure et de la recherche, les dynamiques discursives de restauration identitaire, etc. Selon ces thèmes, la SPA trouve donc aussi sa place dans le domaine très large de l’acquisition, l’apprentissage, l’enseignement des langues étrangères et secondes.

9Cet ouvrage n’est donc pas une simple synthèse des travaux menés depuis plus de vingt ans par Olga Galatanu et son équipe : l’articulation proposée, la mise en perspective des très nombreux résultats, notamment issus de thèses soutenues à Nantes, et l’examen réflexif de mise en cohérence, font de la SPA une théorie clairement présentée et étayée. C’est donc une contribution essentielle pour la recherche en sémantique et en analyse du discours. Soulignons aussi que la rédaction, claire et parfois même pédagogique, donne à voir une théorie en cours d’élaboration, avec des discussions minutieuses et précises sur des points précis : ceci est donc tout à fait enrichissant pour tous les sémanticiens ou analystes du discours qui cherchent à prendre en compte une grande variété de phénomènes et de niveau d’analyse.

Haut de page

Bibliographie

Ducrot O. (1972), Dire et ne pas dire, Paris, Hermann.

Ducrot O. (1984), Le Dire et le Dit, Paris, Éditions de Minuit.

GALATANU O. (1984), Actes de langage et didactique des langues étrangères, Bucureşti, TUB.

GALATANU O. (1988), Interprétants sémantiques et interaction verbale, Bucureşti, TUB.

Putnam H. (1975), The Meaning of Meaning, Philosophical Papers, vol. 2, Cambridge, Cambridge University Press.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Longhi, « Olga Galatanu, La sémantique des possibles argumentatifs. Génération et (re)construction discursive du sens linguistique »Scolia, 33 | 2019, 170-174.

Référence électronique

Julien Longhi, « Olga Galatanu, La sémantique des possibles argumentatifs. Génération et (re)construction discursive du sens linguistique »Scolia [En ligne], 33 | 2019, mis en ligne le 11 juillet 2019, consulté le 02 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/scolia/1471 ; DOI : https://doi.org/10.4000/scolia.1471

Haut de page

Auteur

Julien Longhi

Université Paris Seine, AGORA EA7392/ IUF
Julien.Longhi[at]u-cergy.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International - CC BY-NC-SA 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search