Navigation – Plan du site

AccueilNuméros35Les attributs adjectivaux superla...

Les attributs adjectivaux superlatifs en français et en néerlandais et l’accord de l’article

Predicative Superlatives, Definiteness and Agreement in French and Dutch
Marleen Van Peteghem et Véronique Lagae
p. 39-68

Résumés

Dans l’attribut adjectival, l’article accompagnant l’adjectif au superlatif peut ne pas s’accorder avec le nom tête du sujet dans certaines langues. La présente étude examine les conditions favorisant cette absence d’accord en français et en néerlandais. Elle montre que le non-accord est rare en français et très fréquent en néerlandais et met en évidence les facteurs qui contribuent à cette différence de fréquence. Il en résulte que le non-accord de l’article dans les deux langues étudiées corrobore l’hypothèse d’un double fonctionnement de l’article avec le superlatif : comme déterminant du SN indiquant l’unicité du référent et comme morphème du superlatif marquant l’unicité du degré.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Notre étude se limite à l’attribut du sujet, mais le non-accord est possible également dans l’att (...)

1La présente contribution porte sur l’accord de l’article défini accompagnant un adjectif au superlatif en français et en néerlandais. Cet article se comporte différemment en position adnominale et en position attribut : en position adnominale il s’accorde nécessairement en genre et en nombre avec le nom tête (1), alors qu’en position attribut1 il peut ne pas s’accorder (2). En français, il prend alors la forme du masculin singulier le, qui est la forme par défaut de l’article défini (2a), alors que le néerlandais a recours à l’article défini neutre het (2b). Le non-accord n’est toutefois pas obligatoire, car dans les deux langues l’article peut s’accorder avec le nom tête du sujet (3) :

  • 2 Les abréviations suivantes sont utilisées dans les gloses : comp (comparatif), cond (conditionnel (...)

1) a. les institutions les/*le plus efficaces
    b. de /*het    effectief-st-e        instelling
        la / le.n    efficace-sup-fl   institution2
        l’institution la plus efficace

  • 3 Les exemples du Web ont été rassemblés à l’aide de Sketch Engine (voir section 3). Ceux sans sour (...)

2) a. Nous sommes le plus efficaces quand les institutions
       interagissent  de manière efficace. (Web)3
    b. We   zijn      het       effectief-st       wanneer
        de instellingen goed   samenwerken. (Web)
        nous sommes le.n  efficace-sup    quand    les institutions
        bien  collaborent
        Nous sommes le plus efficaces quand les institutions
        collaborent bien.

3) a. Ces mesures sont les plus efficaces.
    b. Deze maatregelen    zijn     de effectief-st-e.
        ces    mesures         sont     les efficace-sup-fl

2Le but de cette contribution est d’examiner sous quelles conditions l’article peut ne pas s’accorder dans les deux langues mentionnées et d’expliquer les différences éventuelles entre les deux langues. Cette étude nous amènera à aborder le problème très débattu du fonctionnement de l’article dans les superlatifs. Elle nous permettra notamment de fournir des éléments de réponse à la question de savoir si, dans les langues en question, l’article signale le statut nominal du syntagme contenant le superlatif, comme le soutient Matushansky (2008), ou s’il peut être analysé comme un morphème du superlatif, comme l’a proposé Krasikova (2012). Le présent article est structuré de la façon suivante. La section 1 décrit les différences morpho-syntaxiques entre les deux langues pour ce qui est du marquage du superlatif. Ensuite, la section 2 passe en revue diverses analyses qui ont été proposées pour rendre compte des phénomènes de non-accord de l’article défini dans l’attribut avec adjectif superlatif. Enfin, la section 3 est consacrée à l’étude de données de corpus qui permettront de comparer avec plus de précision la répartition entre accord et non-accord de l’article dans les deux langues et d’en proposer une explication.

1. Le superlatif en français et en néerlandais : différences morpho-syntaxiques

  • 4 Pour un aperçu des similitudes et des différences entre le superlatif et le comparatif en françai (...)
  • 5 Le français a également un petit nombre de formes synthétiques comme le meilleur ou le pire, qui (...)
  • 6 Pour des précisions concernant les cas où il est possible ou même obligatoire de recourir aux for (...)
  • 7 Dans les deux langues, l’article peut alterner avec un possessif ou être absent dans certains cas (...)

3Sur le plan morpho-syntaxique, le français et le néerlandais présentent une différence importante pour ce qui est du marquage du superlatif : en français, le superlatif emprunte son marquage au comparatif4, alors qu’en néerlandais le superlatif a ses marques propres. En effet, le superlatif du français est formé de manière analytique à l’aide des adverbes comparatifs de supériorité (plus) ou d’infériorité (moins)5, et ne se distingue du comparatif que par la présence de l’article défini (4a). Par contre, en néerlandais le superlatif a ses marques propres : le suffixe -st ou les adverbes meest « le plus »/minst « le moins »6, alors que le comparatif est marqué par le suffixe -er ou les adverbes meer « plus »/minder « moins » (4b-c). Malgré cette différenciation morphologique entre superlatif et comparatif en néerlandais, le superlatif est, comme en français, précédé de l’article défini7 :

4) a. la maison la plus petite   vs    une maison plus petite
    b. het     klein-st-e     huis      vs    een  klein-er      huis
         le.n     petit-sup-fl maison        un   petit-comp maison
        la maison la plus petite           une maison plus petite
     c. de meest verbaasd-e man   vs   een meer
        verbaasd-e man
         le plus.sup sup étonné-fl homme  un plus
        étonné-fl homme
         l’homme le plus étonné                  un homme plus étonné

4Dans les deux langues, tant l’article que l’adjectif s’accordent avec le nom tête lorsque l’adjectif au superlatif est adnominal. Cependant, les deux langues diffèrent quant au marquage du neutre. Le français ne connaît pas le neutre, et a recours à l’article masculin singulier par défaut en cas de neutralisation de l’opposition en genre/nombre. En revanche, le néerlandais a un véritable neutre, marqué au singulier par l’article défini het (vs de pour le masculin/féminin singulier et pour le pluriel). Pour ce qui est de la flexion de l’adjectif, en français celui-ci s’accorde en genre/nombre avec le nom, et ce tant en position adnominale qu’en position attribut. Selon le type d’adjectif, il peut donc avoir quatre formes. Le superlatif ne se comporte pas différemment de ce point de vue :

5) a. MSG  le plus grand mur     FSG  la plus grande maison
        MPL  les plus grands murs  FPL  les plus grandes
                maisons

    b. Cette maison est petite / la plus petite
        Ces maisons sont petites / les plus petites

  • 8 Voir toutefois Broekhuis (2013 : 266-280) pour certains cas particuliers.

5En revanche, en néerlandais la flexion de l’adjectif est différente selon la position grammaticale de l’adjectif. En position adnominale, l’adjectif prend la flexion -e (réalisée comme un schwa) dont la présence dépend non seulement du genre/nombre mais aussi de la définitude : cette marque flexionnelle est présente dans tous les emplois adnominaux de l’adjectif (6a), sauf au neutre singulier indéfini (6b)8. Mais lorsque l’adjectif figure en position attribut, il reste invariable (7) :

6) a. M/F : DEF          de        klein-e     man      / vrouw
                                     le/la      petit-fl homme  / femme
                                     le           petit homme    / la petite femme
                   INDEF   een         klein-e man       /  vrouw
                                    un/une petit-fl homme / femme
                                    un petit homme / une petite femme
      b. N :   DEF        het klein-e boek
                                    le.n petit-fl livre.n
                                    le petit livre
                    INDEF   een klein  boek
                                     un petit boek.n
                                     un petit   livre

7) a.  De man         / de vrouw     / het boek  is klein.
         le homme     / la femme    / le.n livre  est petit
         L’homme      / la femme     / le livre     est petit(e).
    b. De mannen  / vrouwen      / boeken     zijn klein.
        les hommes / femmes       / livres        sont petit
        Les hommes / femmes      / livres         sont petit(e)s.

6Fait remarquable, lorsque l’adjectif attribut est au superlatif, la flexion de l’adjectif dépend de l’article : avec l’article accordé de, la flexion -e est présente, alors qu’avec l’article non accordé het, elle est absente :

8)  Deze man    is   slim         / de slim-st-e /
       cet    homme est intelligent / le intelligent-sup-fl /
      het    slim-st.
      le.n intelligent-sup
     Cet homme est intelligent  / le plus intelligent (parmi eux) /
      le plus intelligent.

Notons toutefois que l’article neutre het peut se combiner avec un adjectif fléchi dans deux cas de figure. La flexion -e apparaît (i) lorsque l’adjectif est nominalisé et présuppose un nom abstrait ellipsé (9), et (ii) lorsque het s’accorde avec un substantif neutre (10a). Ce dernier cas présente une différence sémantique avec (10b), sans flexion de l’adjectif, qui constitue le cas général de l’attribut superlatif (cf. Broekhuis, 2013 : 247-248) :

 9) Meedoen   is    het    belangrijk-st-e         in       een    quiz.
    participer est   le.n  important-sup-fl   dans   un     quiz
   Participer, c’est la chose la plus importante dans un quiz.

10) a. Dit     huis        is    het    klein-st-e.
          cette  maison  est   le.n   petit-sup-fl
          Cette maison est la plus petite (parmi les maisons).
      b. Dit    huis       is      het   klein-st.
           cette  maison  est    le.n  petit-sup
           Cette maison est la plus petite.

7Le non-accord de l’article a donc un effet différent sur la morphologie de l’adjectif attribut des deux langues étudiées. En français, il n’empêche pas que l’adjectif s’accorde avec le sujet, ce qui donne lieu à une discordance de genre/nombre (11a), alors qu’en néerlandais il entraîne aussi le non-accord de l’adjectif attribut. Autrement dit, en néerlandais l’adjectif attribut au superlatif se comporte morphologiquement comme un adjectif adnominal avec un article accordé (12a), et comme un adjectif attribut avec un article non accordé (12b) :

11) a. Ces mesures sont le plus importantes en cas
          d’inondation.
      b. Ces mesures sont les plus importantes.

12) a. Deze maatregelen    zijn    de effectief-st-e.
          ces    mesures           sont   les efficace-sup-fl
          Ces mesures sont les plus efficaces.
          de effectiev-e     maatregelen
          les efficace-fl    mesures
          les mesures efficaces
     b. Deze  maatregelen    zijn    het    effectief-st.
          Ces    mesures           sont   le.n   efficace-sup
          Ces mesures sont le plus efficaces.
          Deze   maatregelen   zijn effectief.
          ces      mesures          sont efficace
          Ces mesures sont efficaces.

2. Article accordé vs non accordé

8Étant donné les différences morpho-syntaxiques entre le français et le néerlandais, il n’est pas étonnant que le phénomène du non-accord ait été expliqué de façon différente dans la tradition grammaticale de ces deux langues. Selon les grammaires du français, la forme non accordée de l’article (13a) apparaît lorsqu’« il y a comparaison entre les différents degrés d’une qualité, quand un être ou un objet est comparé avec lui-même, spécialement dans des moments ou des lieux distincts d’un même état » (Grevisse, 1988 : 1442 ; voir aussi Arrivé, Gadet & Galmiche, 1986 : 208 et Riegel, Pellat & Rioul, 2011 : 625). En revanche, l’article s’accorde avec le sujet lorsque différents objets sont comparés entre eux du point de vue de l’intensité d’une qualité (13b) :

13) a. Ces mesures sont le plus efficaces lorsqu’elles
          sont mises en œuvre dans les 24 heures. (Web)
      b. Parmi toutes les interventions envisagées,
          ces mesures sont les plus efficaces.

9Riegel, Pellat & Rioul (2011 : 625) proposent les analyses présentées dans (14) et (15) pour chaque cas de figure respectivement. Selon ces auteurs, l’article accordé est extérieur au groupe adjectival (14), alors que l’article non accordé se trouve à l’intérieur du groupe adjectival, et forme avec l’adverbe comparatif une locution adverbiale (15). Dans ce cas, le n’est pas le déterminant du groupe nominal :

14) lesDét (plusAdv efficacesAdj)GAdj

15) (le plusAdv efficacesAdj)GAdj

10La plupart des grammaires signalent en outre des hésitations dans l’usage, ainsi qu’une tendance à la généralisation de l’accord.

11Par contre, les grammaires du néerlandais expliquent l’emploi de l’article non accordé suivi d’un adjectif non fléchi comme un emploi purement prédicatif de l’adjectif, ne présupposant pas de nom dans l’attribut, alors que l’adjectif fléchi précédé de l’article accordé est décrit comme un emploi adnominal de l’adjectif auprès d’un nom tête ellipsé. Pour cette raison, Broekhuis (2013 : 11-12, 209) considère que seule la forme en het + adjectif non fléchi constitue un superlatif attribut. Le non-accord de l’article, tant en français qu’en néerlandais, va à l’encontre de l’hypothèse de Matushansky (2008) sur la fonction de l’article avec les superlatifs et corrobore celle de Krasikova (2012). En effet, deux points de vue peuvent être distingués sur la fonction de l’article par rapport au superlatif :
(i) La présence de l’article est due au fait que le superlatif est nécessairement adnominal. Autrement dit, un syntagme comportant un adjectif au superlatif a un statut nominal, même en l’absence d’un nom explicite. Dans ce cas il convient de postuler la présence d’un nom vide. C’est l’hypothèse défendue par Matushansky (2008).
(ii) L’article accompagnant le superlatif peut être de deux types : soit il constitue l’article du SN et exprime la définitude de ce SN, soit il constitue l’article du superlatif et marque l’unicité du degré exprimé par le superlatif. Cette hypothèse a été proposée par Krasikova (2012) et est défendue également par Loccioni (2018).

12Selon Matushansky (2008), la présence de l’article serait en effet liée au fait que l’adjectif superlatif apparaît toujours en position adnominale auprès d’un nom tête, qui peut éventuellement être vide. Dans cette perspective, l’article défini ne serait pas un morphème du superlatif, mais un marqueur du statut nominal du syntagme contenant un adjectif au superlatif. Ainsi, Matushansky montre que, même dans des contextes qui semblent exclure la présence d’un nom vide, comme par exemple l’emploi adverbial du superlatif dans l’exemple anglais (16a), il faut postuler la présence d’un nom ellipsé puisqu’au superlatif ces adverbes sont compatibles non seulement avec l’article défini, mais également avec le possessif (16b) :

16) a. Callas sang   the loud-est. (Matushansky, 2008:32)
         Callas chantait le   fort-sup
         Callas chantait le plus fort.
      b. She sang     at  her loud-est.
          elle chantait  à   son fort-sup
          Elle chantait le plus fort qu’elle pouvait.

13Pour le français l’auteure avance comme argument l’exemple figurant sous (17a), où l’article apparaît avec un superlatif modifiant un groupe prépositionnel locatif. Or, en l’absence du superlatif un groupe prépositionnel ne peut pas apparaître avec l’article défini (17b). Matushansky en conclut qu’il faut postuler la présence d’un nom tête phonologiquement nul :

17) a. Quelle maison est la plus à gauche ?
         (Matushansky, 2008 : 39)
      b. *La à gauche est à moi.

14Pour ce qui est du néerlandais, elle signale comme argument pour son hypothèse la flexion -e de l’adjectif superlatif attribut (12a). Comme nous l’avons vu dans la section 1 (cf. les exemples sous (12)), cette flexion apparaît avec les adjectifs adnominaux, mais est généralement absente avec les adjectifs attributs. Le fait qu’au superlatif l’adjectif attribut est tout de même fléchi confirme selon Matushansky (2008 : 35-36) que ce superlatif est adnominal.

15Cependant, l’auteure reconnaît que son hypothèse n’arrive pas à rendre compte de tous les emplois du superlatif qu’on rencontre dans diverses langues. Ainsi, en anglais il est impossible de récupérer le nom ou d’utiliser l’anaphore nominale one (cf. infra exemple (23a)) dans certains contextes, qu’elle considère comme des exceptions. Parmi ces exceptions, elle signale un type d’attribut qui sera évoqué dans la section 3.2 et qu’elle appelle stage superlative, terme que nous traduirons par « superlatif exprimant un état temporaire » (18a). Elle impute l’impossibilité de récupérer un nom ou d’anaphoriser le nom par one au caractère abstrait et non-anaphorique du nom vide, et range ce type de superlatif, avec quelques autres, parmi les « superlatifs abstraits ». Ces superlatifs se caractériseraient en outre par leur incapacité à entrer dans une structure partitive (18b). Notons toutefois que, si cela est vrai pour l’anglais, l’exemple (19) montre que ce n’est pas le cas du néerlandais :

18) a. I’m     (thehappie-st     (*one)  when  I’m
    
     je suis  le     heureux-sup  ONE   quand je suis
        doing  syntax. (Matushansky, 2008 : 72)
        faisant syntaxe
        Je suis le plus heureux quand je fais de la syntaxe.
      b.*I’m      (the)  happiest      of them   when
          je suis    le     heureux-sup  de eux    quand
          I’m   doing   syntax.
          je suis  faisant   syntaxe

19)  Jan is    het      kleinst     van  de  klas.
       (Broekhuis, 2013 : 206).
      Jan est  le.n      petit-sup  de    la  classe
      Jean est le plus petit de la classe.

16Pour le néerlandais, Matushansky note les deux formes possibles de l’article (20a-c) et reconnaît que l’emploi de l’article neutre avec un sujet non neutre va à l’encontre de son hypothèse. Elle propose de résoudre ce problème en postulant dans (20b) un nom abstrait signifiant « la plus petite entité, le plus petit objet ». Reste toutefois la question de la flexion de l’adjectif, dont l’absence en (20c) ne reçoit pas d’explication satisfaisante. L’auteure considère en effet les formes avec flexion (20a-b), de même que les formes standards et la forme sans flexion (20c), comme le résultat d’une omission possible mais moins acceptable du –e de flexion. Or, l’exemple (20b) n’est pas naturel pour un locuteur natif du néerlandais et constitue selon Broekhuis (2013 : 248) une variante non normative. En réalité, c’est la forme non-fléchie (20c) qui est la forme standard, et elle n’a pas la même interprétation que (20b), c’est-à-dire comme renvoyant, avec un nom abstrait, à « la plus petite entité ». (20b) et (20c) ne sont donc pas de simples variantes :

20) a. Deze    stoel      is     de     klein-st-e.
         cette    chaise    est   la      petit-sup-fl
         Cette chaise est la plus petite (parmi les chaises).
      b. Deze   stoel      is    het klein-st-e.
          cette   chaise    est  le.n petit-sup-fl
          Cette chaise est le plus petit objet.
      c. Deze   stoel      is      het klein-st.
          cette   chaise    est    le.n petit-sup
          Cette chaise est la plus petite.

L’hypothèse de Matushansky n’arrive par conséquent pas à rendre compte des exemples néerlandais du type de (19, 20c), ni d’ailleurs du non-accord de l’article en français, qu’elle ne discute pas.

  • 9 Étant donné l’ambiguïté du terme de « comparatif », utilisé entre autres par Szabolcsi (1986), He (...)

17L’hypothèse alternative est qu’un syntagme contenant un superlatif peut contenir deux types d’articles, un article fonctionnant comme le déterminant du SN, qui s’accorde avec le nom, et un article fonctionnant comme morphème du superlatif, qui ne s’accorde pas. Cette hypothèse d’une double fonction de l’article a été proposée par Krasikova (2012), qui visait en premier lieu à rendre compte de l’opposition, très étudiée depuis Szabolcsi (1986) et Heim (1999), entre superlatifs absolus et superlatifs relatifs (ou comparatifs)9. Comme il est bien connu, une phrase telle que (21) donne lieu à deux interprétations en fonction de la classe de comparaison sur laquelle opère le superlatif. Dans l’interprétation absolue (lecture 21a), le superlatif opère sur un ensemble constitué par toutes les montagnes du monde et l’interprétation est interne au SN contenant le superlatif. En revanche, dans l’interprétation relative (lecture 21b), le superlatif opère sur un ensemble pertinent d’alpinistes. Le superlatif prend alors dans sa portée le SV entier et va de pair avec la focalisation d’un autre élément de la phrase (ici Pierre). L’ensemble de comparaison est déterminé en fonction de ce focus (cf. Szabolcsi, 1986 : 4) :

 21) Pierre a escaladé la plus haute montagne.
      Lecture a. Pierre a escaladé la plus haute montagne
      du monde entier.
      Lecture b. Pierre a escaladé la plus haute montagne
      de tous les alpinistes de son groupe.

18Or, comme l’a montré Szabolcsi (1986), les syntagmes contenant un superlatif absolu sont sémantiquement définis, alors que ceux qui contiennent un superlatif relatif sont sémantiquement indéfinis. Cela ressort par exemple du fait que le superlatif relatif peut apparaître dans des contextes qui requièrent un SN indéfini et excluent les SN définis, comme les phrases du type de (22), contenant le verbe possessif have « avoir », qui requiert normalement un objet direct indéfini. Or, le superlatif ne peut apparaître que lorsque le sujet John est opposé à d’autres personnes qui ont une sœur, et est donc focalisé, ce qui est indiqué dans (22c) par des capitales, autrement dit dans une lecture relative (cf. Szabolcsi 1986 : 11) :

22) a. *John     has   the    sister (Szabolcsi, 1986 : 11)
           John     a      la      sœur
      b. *John    has   the    smart-est           sister.
           John    a      la      intelligent-sup   sœur
      c. JOHN   has   the    smartest             sister.
          JOHN   a      la      intelligent-sup   sœur
          C’est John qui a la sœur la plus intelligente.

Étant donné le caractère indéfini des superlatifs relatifs, comment expliquer que l’article défini apparaît aussi bien avec les superlatifs relatifs qu’absolus ? Selon Krasikova (2012), cela est dû au fait que la fonction de l’article est différente dans les deux cas : avec un superlatif absolu, l’article défini marque la définitude du SN, alors qu’avec le superlatif relatif, il marque la définitude du degré exprimé par le superlatif. Dans ce dernier cas, l’ensemble de comparaison ne contient donc pas des individus, mais des degrés, ce qui explique, selon elle, pourquoi le SN entier peut être indéfini malgré la présence de l’article défini.

19L’hypothèse d’une double fonction de l’article est également adoptée par Loccioni (2018), qui l’applique aux superlatifs figurant à l’intérieur de l’attribut dans les langues romanes, notamment l’italien et l’espagnol. S’inspirant de Krasikova (2012), Loccioni soutient que dans des exemples anglais tels que (23), l’article marque l’unicité du référent du SN lorsque one est présent et l’unicité du degré lorsque one n’est pas présent. (23a) signifie que le lundi je suis plus occupée que les autres personnes, l’ensemble de comparaison étant constitué d’individus occupés, alors que (23b) signifie que le lundi je suis plus occupée que les autres jours, l’ensemble de comparaison étant les degrés de mon occupation à différents moments :

23) a. Monday  is the day when I am the busi-est      one.
          (Loccioni, 2018 : 6-7)
          lundi    est le jour quand   je suis le occupé-sup ONE
 
         Le lundi est le jour où je suis la personne
          la plus occupée. (en comparaison avec d’autres personnes)

      b. Monday  is the day   when I am the busi-est.
          lundi     est le jour   quand je suis le occupé- sup
          Le lundi est le jour où je suis le plus occupé.
          (en comparaison avec les autres jours de la
           semaine)

(23a) relève de ce que Loccioni appelle la « stratégie adnominale » (en anglais attributive strategy) du superlatif, qui se caractérise par le fait que la classe de comparaison est spécifiée explicitement par le SN. Sémantiquement, ces SN superlatifs sont définis et donnent toujours lieu à une interprétation absolue. Ce type de superlatifs se trouve typiquement dans les SN comportant un adjectif antéposé (24a), mais aussi dans les SN elliptiques (24b) et les constructions partitives (24c). Dans les langues romanes telles que l’italien ou l’espagnol, où l’article n’accompagne pas toujours le superlatif, l’article ne peut jamais être omis avec ce type de superlatifs :

24) a. Sale è il più grosso gatto bianco.
          (Loccioni, 2018 : 11)
          Sale est le plus grand chat blanc.
      b. Sale è il più grosso.
          Sale est le plus grand
.
      c. Sale è il più grosso dei gatti bianchi.
          Sale est le plus grand des chats blancs
.

En revanche, (23b) relève du « superlatif prédicatif », qui n’est pas construit comme un SN et donne lieu à une interprétation relative. Parmi les exemples de superlatifs prédicatifs on trouve les adjectifs attributs superlatifs à lecture relative, comme (23b), mais aussi les superlatifs quantitatifs à interprétation relative (25a), et les superlatifs modaux, où l’adjectif au superlatif est modifié par possible (25b) :

25) a. Who   got       the   few-est    letters?
          (Loccioni, 2018 : 70)
          qui      a.reçu   le     peu.sup   lettres
          Qui a reçu le moins de lettres ?
      b. She   wanted to    be    the pretti-est possible.
          (Loccioni, 2018 : 73)
          elle    voulait inf être  le joli-sup possible
          Elle voulait être le plus jolie possible.

Or, un des arguments avancés par Loccioni en faveur de la distinction qu’elle fait entre superlatifs adnominaux et superlatifs prédicatifs est que, dans des langues comme l’italien et l’espagnol, l’article se comporte de façon différente dans les deux cas : lorsque le superlatif est adnominal, il s’accorde en genre/nombre, alors que ce n’est pas le cas lorsque le superlatif est prédicatif. Dans ce dernier cas, l’article est neutre en espagnol (26a) et masculin singulier en italien (26b), qui, comme le français, n’a pas de véritable neutre. Lorsque l’adjectif superlatif est attribut d’une relative (27), l’article est même absent :

26) a. ESP María quería ser/ estar lo más guapa
                 posible. (Loccioni, 2018 : 88)
                 María voulait être / être le plus jolie possible
                 Marie voulait être le plus jolie possible.
      b. IT   Maria voleva essere il più carina possibile.
                 Maria voulait être le plus gentille possible
                 Maria voulait être le plus gentille possible.

27) a. ESP el año (en) que María fue más feliz
                  (Loccioni, 2018 : 96)
      b. IT   l’anno   in      cui       Maria fu più felice
                 l’année dans  quelle   Maria fut plus heureuse
                 l’année pendant laquelle Maria était le plus heureuse

20En résumé, l’hypothèse qui se dégage de l’étude de Loccioni est que l’accord dans l’attribut dépend de la classe de comparaison (individu vs degré) et de la distinction entre interprétation absolue vs relative. L’accord de l’article pointe vers la présence d’un nom ellipsé, qui contribue à identifier la classe de comparaison sur laquelle opère le superlatif. En revanche, le non-accord implique l’absence d’un nom et la classe de comparaison est constituée alors à partir d’autres éléments de la phrase. Cette hypothèse rend bien compte du comportement de l’article avec les superlatifs en espagnol et en italien, mais est-elle valable également pour le français et le néerlandais ?

3. Étude de corpus

21Dans ce qui suit, nous essaierons de vérifier cette hypothèse pour les deux langues mentionnées. Nous nous poserons les deux questions suivantes : (i) Quelle est la fréquence du non-accord de l’article avec l’attribut adjectival au superlatif par rapport à celle de l’accord ? (ii) Où se situent les différences éventuelles entre les deux langues et comment les expliquer ? En fonction de la question examinée, nous avons constitué plusieurs échantillons d’exemples. Ces exemples proviennent tous du Web, notamment des corpus frTenTen 2012 (9,8 milliards de mots), frTenTen17 (5,7 milliards) pour le français, nlTenTen (2,5 milliards) pour le néerlandais, ainsi que des corpus parallèles Opus 2 French (766 millions) et Opus 2 Dutch (356 millions). Les exemples ont été collectés à l’aide de la plateforme électronique Sketch Engine.

3.1. Fréquence relative du non-accord

22Pour vérifier la fréquence relative du non-accord de l’article, nous avons extrait 5000 exemples de frTenTen2012 et 5000 de nlTenTen14. Nous avons éliminé les doublons, les exemples contenant un adverbe au superlatif, ainsi que ceux où l’adjectif au superlatif est suivi d’un nom. Pour le français il nous restait 4548 exemples, pour le néerlandais 3689.

23Afin de calculer correctement la fréquence relative, il nous a fallu limiter nos statistiques aux cas pertinents, où la distinction entre accord et non-accord est manifeste. Pour le français, nous avons donc éliminé les exemples comportant un adjectif superlatif masculin singulier, pour lesquels il est impossible de distinguer entre l’article neutre et un article accordé au masculin. Il nous restait alors 2439 exemples. Nous avons en outre examiné s’il y a une corrélation entre le caractère audible du marquage en genre/nombre et le choix entre accord et non-accord. La figure 1 présente les résultats de cette analyse.

Fig. 1 : Accord vs non-accord de l’article en français

Il en résulte qu’en français l’article s’accorde dans la grande majorité des cas (94,6 %) et que le non-accord est très rare (5,4 %). Pour ce qui est de la corrélation entre l’accord de l’article et l’audibilité de l’accord de l’adjectif, on constate que le non-accord de l’article est un peu plus fréquent lorsque les marques du genre/nombre de l’adjectif ne sont pas audibles (7 % vs 1,7 %). Ce n’est toutefois pas une règle absolue, comme l’illustre l’exemple (28). L’effet de l’audibilité est donc assez faible :

28) En plus il me chatouillait au bon endroit, où j’étais
      le plus chatouilleuse. (Web)

24Pour ce qui est du néerlandais, le corpus contient 11,5 % d’exemples avec l’article m.sg/f.sg/pl de et 88,5 % avec l’article neutre het. Le neutre est donc très dominant. Cependant, la présence de l’article het n’est pas forcément le signe d’un non-accord, car comme signalé supra (cf. section 1), l’article neutre peut être le résultat d’un accord avec un substantif ellipsé neutre, comme dans (29), ou de la nominalisation de l’adjectif, comme dans (30). Mais dans ces cas, l’adjectif est fléchi. Il fallait donc limiter le corpus aux exemples du type de (31), où l’adjectif n’est pas fléchi et où le neutre constitue un véritable non-accord :

29)  Het testament moet wel   gedateerd zijn om
      le    testament  doit  bien daté          être pour
      na    te    kunnen  gaan welk het  meest
      part inf  pouvoir  aller   quel le.n  plus.sup  
      recent-e [testament]  is. (Web)
      récent-fl                   est
      Le testament doit bien être daté pour qu’on puisse
      vérifier lequel est le plus récent.

30) Tijdens een bezoek  aan een Maasai dorp-je,
      pendant une visite    à      un  Maasaï village-dim
      leert         u        al    snel dat  vee     het meest
      apprenez  vous   déjà vite que   bétail le.n plus.sup
      belangrijk-e       is     in hun wereld. (Web)
      important-fl       est   dans leur monde
      Pendant la visite à un village Masaï, vous apprenez
      rapidement que le bétail est la chose la plus importante
      dans leur univers.

 31) We    bepalen       welke begeleider         het    meest
      nous  déterminons quel  accompagnateur le.n  plus.sup
      interessant is. (Web)
      intéressant est
      Nous déterminons quel accompagnateur est
      le plus intéressant.

La figure 2 montre que l’adjectif attribut au superlatif est non fléchi dans 83,6% des exemples et fléchi dans 16,4% des cas. L’adjectif est donc le plus souvent non fléchi, ce qui va à l’encontre de l’hypothèse de Matushansky (2008).

Fig. 2 : Adjectif fléchi vs non fléchi en néerlandais

25Pour avoir une idée exacte de la fréquence relative de l’accord et du non-accord, nous avons ensuite effectué un troisième calcul. En effet, les cas où l’adjectif est nominalisé (cf. (30)), qui ont été intégrés parmi les cas d’adjectifs fléchis, ne peuvent pas être considérés comme présentant un véritable accord. En les excluant, on obtient les chiffres présentés dans la figure 3, qui reflètent sans doute le mieux la fréquence relative de l’accord et du non-accord :

Fig. 3 : Accord vs non-accord de l’article en néerlandais

26Quel que soit le mode de calcul adopté, on constate que le non-accord domine largement en néerlandais, avec des chiffres montant à plus de 80 %, alors qu’il est très rare en français (5,4 %). Les deux langues présentent donc des tendances opposées pour ce qui est de la fréquence relative du non-accord de l’article.

3.2. Où se situent les différences ?

  • 10 En néerlandais, le verbe occupe une position différente dans les principales et les subordonnées  (...)

27Examinons maintenant à quoi est dû cet important écart entre les deux langues. Pour cette étude nous avons constitué deux échantillons d’exemples à partir des corpus parallèles Opus 2 (du français au néerlandais et du néerlandais au français). Nous en avons extrait tous les exemples correspondant aux requêtes suivantes : pour le français [être + le + plus/moins + adj] et pour le néerlandais [zijn + het + meest/minst + adj] pour les principales et [het + meest/minst + adj + zijn] pour les subordonnées10. Après élimination des exemples non pertinents, il nous restait trop peu d’exemples pour établir des statistiques : 82 pour le corpus français-néerlandais, 67 pour le corpus néerlandais-français. Ces échantillons nous ont toutefois permis de dégager à la fois des similarités et des différences entre les deux langues. Pour ce qui est des similarités, on peut distinguer deux contextes favorisant le non-accord dans les deux langues. Le premier, illustré par (32-33), est un cas classique d’emploi relatif du superlatif, avec focalisation d’un complément de temps ou de lieu. Dans (32), l’ensemble de comparaison est constitué de degrés de visibilité, qui varient avec le temps ; dans (33), il s’agit de degrés d’évidence qui varient selon le lieu. Notons d’ailleurs que dans (33a) la focalisation du lieu est formellement marquée par une clivée, un contexte induisant forcément une interprétation relative :

32) a. Ces modifications sont le plus visibles entre
          7 et 14 jours après l’intervention chirurgicale (Web)
      b. Deze veranderingen zijn tussen  7 en 14 dagen
          ces    changements   sont entre    7 et  14 jours   
    
      na de operatie     het sterk-st. (Web)
          après l’opération  le.n fort-sup

33) a. Ces pratiques sont également une forme de
          discrimination, et pas seulement le long de la division
          Est-Ouest, même si c’est là qu’elles sont le plus évidentes. (Web)
      b. Deze praktijken zijn ook      een vorm van discriminatie
          ces    pratiques  sont aussi   une forme de discrimination
          en niet alleen      langs  de scheidslijn             tussen
          et  pas seulement le.long.de la ligne.de.division entre
          oost en west, al       zijn ze    daar   het meest evident. (Web)
         est et ouest même.si sont elles là       le.n plus.sup évident

28Le second contexte est illustré par (34-35). L’adjectif superlatif est ici attribut dans une proposition relative. Comme l’a montré Loccioni (2018), la relative est un contexte où l’espagnol et l’italien omettent l’article parce que l’adjectif est essentiellement prédicatif et ne peut pas être analysé comme adnominal. En français et en néerlandais le non-accord est également favorisé par ce facteur. Notons que l’adjectif régit généralement un complément :

34) a. Cette volonté acharnée d’enfermement
          contribuera-t-elle à grandir notre image dans
    
      la région, ou y renforcera-t-elle les forces qui nous
   
       sont le plus hostiles ? (Web)
       b. Draagt deze hardnekkige wil        tot  isolement bij
           porte    cette acharnée       volonté à    isolement part  
           tot verbetering  van  ons    imago in    de regio,
           à   amélioration  de   notre  image dans la région
           of versterkt   hij  daar de krachten die  ons
   
        ou renforce  elle  là     les forces     qui  nous
           het   meest       vijandig gezind  zijn? (Web)
l          e.n plus.sup      hostile    disposé sont

35) a. En attendant, pour améliorer la situation
   
      des travailleurs frontaliers, il faudrait
         qu'eux-mêmes, ainsi que leurs familles, puissent
   
      avoir le choix, dans chacun de ces domaines,
         entre le pays de résidence et le pays de travail,
    
     selon la situation qui leur est le plus favorable. (Web)
      b. Om   de situatie   van de grensarbeider 
          pour  la  situation de   les travailleurs.frontaliers
         te   verbeteren zouden zij en  hun gezinnen voorlopig
         inf améliorer   cond    ils  et   leurs familles provisoirement
         voor elk         van die sociale   voorzieningen de keuze
         pour chacun  de   ces sociaux  services          le  choix
         moeten kunnen hebben tussen     het     woonland
         devoir  pouvoir avoir     entre       le pays.de.résidence
         en het  werkland,           al naar gelang de situatie
         et le     pays.de.travail     selon                 la situation
         die  voor  hen  het   gunstig-st      is. (Web)
         qui pour  eux  le.n  favorable-sup  est

29En ce qui concerne les différences entre les deux langues, nos échantillons nous ont permis d’identifier deux cas de contrastes particulièrement nets. Curieusement, dans le premier cas de figure, le non-accord est possible en français, alors que le néerlandais a recours à une stratégie différente : il s’agit du superlatif modal, qui fera l’objet de la section 3.2.1. Le second cas de figure, commenté sous 3.2.2., est celui de l’emploi absolu du superlatif, où seul le néerlandais peut avoir recours à l’article non accordé.

3.2.1. Le superlatif modal

30Le superlatif modal est illustré dans (36a), où l’adjectif au superlatif est modifié par possible. D’après Loccioni (2018, 2019), ce superlatif a des propriétés morpho-syntaxiques et sémantiques particulières qui le distinguent des autres types de superlatifs. D’un point de vue sémantique, il se caractérise par sa « force équative », c’est-à-dire qu’il permet une paraphrase au moyen d’une structure équative, comme le montre l’anglais, qui dispose des deux structures :

36) a. (Yesterday) Mary    was the kind-est possible.
          hier            Mary    était le gentil-sup possible
          Hier Marie a été le plus gentille possible.

≈    b. (Yesterday) Mary was  as     kind   as         possible.
          (Loccioni, 2019 : 221)
          hier            Mary était aussi  gentille comme possible
          Hier Marie a été aussi gentille que possible.

  • 11 Loccioni (2019) utilise les termes degree ou amount relative clause.

Cette paraphrase n’est pas possible pour les superlatifs non modaux tels que Mary was the kindest. Les superlatifs modaux partagent cette « force équative » avec les propositions relatives de mesure11 telles que (37a). Cela amène Loccioni à analyser les superlatifs modaux comme des relatives de mesure elliptiques, dénotant un degré maximal unique, ce qui explique la présence de l’article défini :

37) a. John put in    his  bag [every book he could].
         John mit dans son sac   chaque livre il pouvait
         Jean a mis dans son sac tous les livres qu’il pouvait.

≈    b. John put in    his  bag as   many       books as         he could.
          (Grosu & Landman, 2017, cités par Loccioni, 2019)
          John mit dans son sac  aussi beaucoup livres comme il pouvait
          Jean a mis dans son sac autant de livres qu’il pouvait.

Il est intéressant de constater que les superlatifs modaux en français et en néerlandais se distinguent effectivement des autres types de superlatifs et présentent en outre de grandes différences entre eux. En français, le superlatif modal est largement plus fréquent que la structure équative correspondante. Dans le corpus frTenTen2012, la structure [être le plus Adj possible] compte en effet 18 624 occurrences, soit 76 %, alors que la structure équative [être aussi Adj que possible] en compte 5 867, soit 24 % :

38)  Ces « standards », imposés par les multinationales
     déjà implantées en Europe et aux États-Unis, seront
    les moins exigeants possible afin de limiter les coûts. (Web)

 39) Ces enquêtes doivent être aussi complètes que
      possible et donner tous les renseignements nécessaires
      sur le fait lui-même. (Web)

  • 12 Broekhuis (2013 : 143) affirme, sans plus d’explication, que la structure équative zo Adj mogelij (...)

31En revanche, le néerlandais a presque exclusivement recours à une structure équative en emploi prédicatif12 :

40) a. De vredesconferentie   dient daadwerkelijk bij 
         la   conférence.de.paix doit  réellement         part
         te   dragen   tot duurzame vrede en moet derhalve
         inf porter     à   durable     paix   et  doit   donc
         zo doeltreffend mogelijk zijn. (Web)
         si  efficace        possible  être
    b. *[…] moet derhalve het    meest     doeltreffend
                 doit   donc      le.n   plus.sup efficace
                 mogelijk  zijn.
                 possible   être
    c. Cette conférence devrait servir à une paix définitive
    
    et devrait donc être le plus efficace possible. (Web)

32Le corpus nlTenTen2014 ne contient que 8 occurrences de superlatifs modaux figurant en fonction d’attribut, mais celles-ci relèvent toutes d’un emploi adnominal du superlatif dans la mesure où l’article est variable (41, 42a). Pour ce qui est de la flexion adjectivale, c’est mogelijk « possible » qui est fléchi, et non pas l’adjectif au superlatif. On ne trouve donc pas d’exemples avec la marque de flexion sur l’adjectif au superlatif (42b), ni de formes neutres sans flexion (42c), qui correspondraient à l’emploi proprement prédicatif du superlatif. Les exemples (42b, c) ne sont en effet pas acceptables pour les locuteurs natifs :

41) Zijn vertaling   is    de best        mogelijk-e. (Web)
      sa traduction est   la bon.sup  possible-fl
      Sa traduction est la meilleure possible.

42) a. Een Triple A (‘AAA’) rating    is  de hoog-st mogelijk-e. (Web)
         une Triple A (‘AAA’) notation est la haut-sup possible-fl
         Une notation Triple A (‘AAA’) est la meilleure possible.
      b.*Een Triple A rating   is  de hoog-st-e   mogelijk/
          une Triple A notation est la haut-sup-fl possible /
          de hoog-st-e     mogelijk-e.
          la haut-sup-fl  possible-fl
      c. *Een Triple A rating    is   het hoog-st     mogelijk.
           une Triple A notation est le.n haut-sup   possible

Notons par ailleurs que Broekhuis (2013 : 257) donne uniquement des exemples de superlatifs modaux en position adnominale (43a). Il analyse mogelijk comme un modifieur du superlatif, qui peut commuter également avec denkbaar « pensable, imaginable » (43b). Dans notre corpus aussi, le superlatif modal est bien plus courant en position adnominale qu’en position attribut. L’article s’accorde toujours avec le nom et c’est mogelijk qui porte la flexion –e et non pas l’adjectif au superlatif, cf. (43a, c) :

43) a. de best         mogelijk-e    apparatuur
         le bon.sup   possible-fl    équipement
         le meilleur équipement possible
                       vs
      a'. de best-e         apparatuur
          le bon-sup-fl équipement
          le meilleur équipement
      b. de best       denkbar-e     apparatuur
          le bon.sup pensable-fl    équipement
          le meilleur équipement qu’on puisse s’imaginer
      c. *de best-e         mogelijk  apparatuur /
           le bon.sup-fl possible   équipement /
           *de best-e          mogelijk-e   apparatuur
           le bon.sup-fl   possible-fl   équipement

Corver (1997) propose d’expliquer cet accord surprenant en considérant mogelijk comme un adjectif « auxiliaire » auprès de l’adjectif au superlatif. De même que c’est le verbe auxiliaire qui porte les marques flexionnelles dans le groupe verbal, c’est l’adjectif auxiliaire qui porte la marque de flexion dans le groupe adjectival. On observe un phénomène analogue en allemand, que Schwarz (2005) analyse plutôt comme un partage de la flexion d’accord (« agreement sharing »), les deux adjectifs partageant en quelque sorte l’unique marque flexionnelle au lieu d’être tous deux fléchis :

 44) Ich habe das gröβt       möglich-e    Geschenk gekauft.
       (Schwarz, 2005 : 190)
      je   ai      le   grand.sup   possible-fl  cadeau    acheté
      J’ai acheté le plus grand cadeau possible.

  • 13 Voir également Romero (2013).

33Selon Schwarz, ce partage de flexion indique en allemand une interprétation non locale de möglich « possible », à savoir qu’il ne s’interprète pas comme un modifieur du nom qui suit. En revanche, l’interprétation locale de « cadeau possible » s’impose lorsque les deux adjectifs sont fléchis (45)13. Le néerlandais est tout à fait parallèle à l’allemand sur ce point et présente la même différence d’interprétation en fonction de la flexion (46), même si la forme avec double flexion (46b) est nettement moins courante et son interprétation plus recherchée. Corver (1997 : 141) considère d’ailleurs ce cas comme impossible :

45)  Ich habe das gröβt-e             möglich-e      Geschenk  gekauft. (Schwarz, 2005 : 191)
      je   ai       le    grand.sup.fl   possible-fl    cadeau      acheté
      J’ai acheté le plus grand parmi les cadeaux possibles.

 46) a. Ik heb het [groot-st   mogelijk-e] geschenk gekocht.
          je ai    le    grand-sup possible-fl  cadeau    acheté
          J’ai acheté le plus grand cadeau possible.
      b. Ik heb het groot-st-e    [mogelijk-e geschenk] gekocht.
          je ai     le   grand-sup-fl possible-fl cadeau      acheté
         J’ai acheté le plus grand parmi les cadeaux possibles.

34Pour ce qui est des phénomènes d’accord en français, Loccioni (2018 : 77) note que le recours à l’article non accordé est possible dans le superlatif modal, sans être obligatoire. Le choix entre accord et non-accord de l’article n’est, selon elle, pas soumis à des règles claires et varie beaucoup d’un locuteur à l’autre. Elle note que ce choix est influencé par le caractère marqué du genre : plus ce dernier est marqué, moins les locuteurs seraient enclins à accepter la discordance. Elle illustre cette hypothèse avec les exemples ci-dessous (nous reprenons ses jugements d’acceptabilité) :

47) a. Marie veut être *le / la plus belle possible.
         (Loccioni, 2018 : 78)
      b. Marie veut être ?le / la plus heureuse possible.
      c. Marie veut être le / ?la plus autonome possible.
      d. Marie veut être le / *la plus à l’aise possible.

35Notre étude, dont les résultats sont résumés dans la figure 4, montre que dans la majorité des exemples contenant un superlatif modal prédicatif (62 %), l’article n’est pas accordé en genre/nombre (48b, 49a). Ce pourcentage est beaucoup plus élevé que dans le cas du superlatif prédicatif non modal (5,5 %, cf. section 3.1). Nos chiffres confirment en outre que le caractère audible ou non de l’accord en genre/nombre de l’adjectif influence effectivement l’accord de l’article, sans qu’il s’agisse d’une véritable contrainte. En cas d’accord audible de l’adjectif, l’article est le plus souvent variable (48a), mais pas nécessairement (16,3 % vs 6 %), (48b) illustrant une discordance flagrante. En revanche, lorsque l’accord n’est pas audible, le non-accord l’emporte largement (49a), tout en étant facultatif (49b) (56 % vs 21,7 %).

48) a. Je serai la plus prudente possible. (Web)
      b. Les activités de collecte, d'utilisation et de
   
       communication des renseignements personnels
          seront le moins envahissantes possible. (Web)

49) a. Je me souviens que vous nous aviez dit que vos
         concerts étaient
le plus proches possible de vos albums.
         (Web)
      b. Mais Samsung assure cette fois que les tests de sa
    
      Note 8 seront les plus sévères possible. (Web)

Fig. 4 : Corrélation entre accord de l’article et audibilité de l’accord de l’adjectif

On peut observer que les marques d’accord non perceptibles à l’oral sont souvent également absentes au niveau graphique, ce qui dévie de la norme, mais témoigne d’une stratégie d’évitement de la discordance même à l’écrit :

50) a. Les frais de fonctionnement seront
         le plus faible possible. (Web)
      b. De cette façon les choses seront
          le plus clair possible pour ceux qui
    
      n’auraient pas eu le courage de lire
          préalablement notre présentation. (Web)

En conclusion, le superlatif modal en emploi prédicatif présente en français une tendance au non-accord de l’article, en contradiction avec la tendance générale à accorder l’article avec le superlatif non modal. En néerlandais, en revanche, le superlatif modal est tout à fait marginal en position prédicative, car cette langue recourt plutôt à une structure équative, qui est sémantiquement proche (cf. Loccioni, 2019). En fait, le superlatif modal est réservé surtout à l’emploi adnominal, et les quelques cas où il est attribut sont en réalité des emplois adnominaux auprès d’un nom ellipsé.

3.2.2. Le superlatif absolu

36Sous 3.1., nous avons vu qu’en néerlandais le non-accord de l’article avec l’attribut adjectival superlatif est beaucoup plus fréquent que l’accord (87 % vs 13 %). L’objet de cette section est d’expliquer ce pourcentage élevé. Rappelons que le non-accord de l’article va de pair avec la forme non fléchie de l’adjectif, ce qui constitue le cas général pour l’adjectif attribut (Broekhuis, 2013 : 11-12).

37Nous montrerons que la fréquence du non-accord de l’article est due au fait qu’en néerlandais l’article non accordé apparaît non seulement dans les emplois relatifs du superlatif, illustrés sous (32b, 33b), mais également dans ses emplois absolus, où il est en concurrence avec l’article variable. On trouve en effet facilement des exemples du type de (51), où l’interprétation est forcément absolue. Dans ces exemples, le nom contenu dans le sujet détermine en effet à lui seul l’ensemble de comparaison. Ainsi, dans (51a) l’ensemble de comparaison est bel et bien constitué de questions et dans (51b) de stades de l’hypothermie :

51) a. Mijn derde      vraag    is    het   meest    urgent (Web)
         ma    troisième question est  le.n  plus.sup  urgent
         Ma troisième question est la plus urgente. (Web)
      b. Weet je, de  eerste      fases   van onderkoeling zijn
          sais tu les premières phases de   hypothermie sont
          het   meest kritisch. (Web)
          le.n  plus.sup critique
         Les premiers stades de l’hypothermie sont
         les plus déterminants. (Web)

  • 14 Voir toutefois Sleeman & Ihsane (2016) pour des cas de discordance de genre en français.

38L’article non accordé peut même apparaître lorsque le syntagme contenant le superlatif comporte un complément prépositionnel partitif spécifiant l’ensemble de comparaison (52-53). Or, comme le montre Loccioni (2018 : 37-60), il s’agit d’un contexte où le superlatif est clairement du type absolu, et où les langues romanes, y compris le français, accordent l’article en genre avec le nom tête du complément partitif, comme l’illustrent les traductions françaises correspondantes14 :

 52) Nederlandse kinderen zijn   het    gelukkig-st
      néerlandais enfants      sont  le.n   heureux-sup  
      van alle kinderen uit westerse landen. (Web)
      de tous enfants    de occidentaux pays
      Les enfants néerlandais sont les plus heureux
      parmi tous les enfants des pays occidentaux. (Web)

 53) Vitamine D is   het meest      giftig   van allé
      vitamine D   est le.n plus.sup  toxique de   toutes
      vitaminen en leidt bij           overdosis tot misselijkheid,
      vitamines et mène en.cas.de  overdose à    nausée,
     braken,            hoofdpijn, depressiviteit
   
    vomissement,   mal.de.tête, dépression
      en nog     andere symptomen. (Web)
      et encore autres symptômes
      La vitamine D est la plus toxique de toutes les
      vitamines et provoque en cas d’overdose des nausées,
      vomissements, maux de tête, états dépressifs et autres
      symptômes. (Web)

Notons que, dans ce contexte, le néerlandais peut également avoir recours à l’article variable, comme le montrent les exemples sous (54). Cependant, l’accord de l’article est moins fréquent que le non-accord. Ainsi, parmi les 44 exemples de notre corpus comportant un complément partitif, 30 présentent la suite article non accordé + adjectif non fléchi, comme dans (52-53), soit 68 % :

54) a. De Baron d’Ardeuil is  de meest     representatieve
         le Baron d’Ardeuil est   le plus.sup représentatif-fl
         van de Buzetwijnen. (Web)
         de les vins.de.Buzet
         Le Baron d’Ardeuil est le plus représentatif parmi
         les vins de Buzet.
      b. Rood is   de meest  lichamelijke van alle   kleuren:
          rouge est la plus    physique       de toutes couleurs :
          het versnelt   de hartslag                     en verhoogt
          il    accélère   le battement.du.coeur et  fait.monter
          de bloeddruk. (Web)
          la pression.artérielle
          Le rouge est la plus physique de toutes les couleurs :
          il accélère le battement du cœur et fait monter
          la pression artérielle.

39Autrement dit, l’accord de l’article suivi d’un adjectif fléchi est le cas marqué, qui demande une explication. Notre hypothèse est que le (non-)accord dépend du type de phrase attributive : avec l’article accordé et l’adjectif fléchi on a affaire à un attribut nominal, dont le nom est ellipsé, donnant lieu aux interprétations propres aux SN attributs, alors qu’avec l’article non accordé et l’adjectif non fléchi, l’attribut est adjectival et reçoit une interprétation propre aux attributs adjectivaux. En effet, comme l’ont montré plusieurs auteurs (cf. Higgins, 1973 ; Van Peteghem, 1991), l’interprétation de l’attribut varie selon la catégorie de l’attribut. Les propositions attributives contenant un attribut adjectival ou nominal sans article sont toujours prédicationnelles, ce qui revient à dire qu’elles ont une structure informative neutre, leur attribut étant non référentiel. En revanche, les SN attributs peuvent donner lieu à différentes lectures : spécificationnelle, identificationnelle ou quelquefois aussi prédicationnelle. Comme nous l’avons montré dans Van Peteghem (1991), ces propositions attributives ont une structure informative marquée.

40Or, nous soutiendrons qu’en néerlandais, l’attribut superlatif contenant un article non accordé est toujours prédicationnel, ce qui est dû à son caractère adjectival. En revanche, lorsqu’il contient un article variable, il fonctionne comme un SN attribut, exprimant une identité ou une spécification.

41Un argument en faveur de cette hypothèse est la compatibilité des attributs à article variable avec le sujet neutre het. De même que le pronom ce en français, het ne peut apparaître qu’avec des attributs nominaux lorsqu’il anaphorise un antécédent nominal. Comme l’a montré Kleiber (1984), en raison de son caractère déictique, le pronom ce présente le référent comme non catégorisé au préalable par un nom. Ce nom doit être fourni par l’attribut, si bien que ce ne peut pas apparaître comme sujet d’un attribut adjectival. En outre, le verbe être tend à s’accorder avec le nom contenu dans l’attribut (57) (cf. Van Peteghem, 2020) :

55) a. Paul, c’est {un acteur | un monstre}. (Kleiber, 1984 : 71)
      b. *Paul, il est {un acteur | un monstre}.

56) a. Paul, il est monstrueux.
      b. *Paul, c’est monstrueux.

57)  Cette vermine sur le drap, ce sont des puces. (Carlier, 2005 : 8)

La même chose vaut pour het en néerlandais. Tout comme c’est/ce sont en français, het is/zijn n’est pas compatible avec les attributs adjectivaux, prédicationnels (58), mais uniquement avec les autres types (59) :

58)  a. Comment sont ces gens ?
         Hoe           zijn die mensen?
         comment sont ces gens
    b. *Ce  sont gentils       / Ils sont gentils. (prédicationnel)
        *Het zijn vriendelijk. / Ze zijn vriendelijk.
          ce    sont gentil        / ils  sont gentil

59) a. Qui sont ces gens ?     Ce sont mes parents.
         (identificationnel)
      b. Wie zijn die mensen?  Het zijn mijn ouders.
          qui  sont ces gens ?     ce sont mes parents

Cela explique pourquoi tant le pronom ce en français que le pronom het en néerlandais ne sont compatibles avec l’attribut adjectival superlatif que lorsque l’attribut est déterminé par un article accordé et, en néerlandais, contient un adjectif fléchi (60a, 61a). L’adjectif au superlatif a alors en effet le statut d’un SN avec un nom ellipsé. En revanche, les pronoms sujets ce et het sont incompatibles avec un attribut déterminé par un article non accordé (et un adjectif superlatif non fléchi en néerlandais), puisque l’attribut est alors essentiellement adjectival et donc prédicationnel (60b, 61b) :

60) a. Marie, elle / c’est la plus heureuse.
     b. Marie, elle / *c’est le plus heureuse
          quand elle est avec ses enfants.

61) a. De zuidelijke   route  is  die   die, zeker
         la  méridionale route est celle qui  sûrement
         in     het verleden, bijna     iedereen        nam
         dans le   passé      presque tout.le.monde prenait
         en nog      steeds     neemt: het is   de  meest 
         et  encore  toujours  prend : ce est  la  plus.sup
         rechtstreekse. (Web).
         direct-fl
         La route méridionale est celle que, certainement
         dans le passé, presque tout le monde prenait et
         prend toujours : c’est la plus directe.
      b. *het is    het   meest       rechtstreeks.
           ce  est  le.n  plus.sup  direct

Conclusions

42Notre étude a montré que le non-accord de l’article dans l’attribut constitué d’un adjectif au superlatif est beaucoup plus fréquent en néerlandais qu’en français. En néerlandais le non-accord est en fait le cas de figure non marqué, qui apparaît lorsque l’attribut est prédicationnel. L’adjectif lui-même reste alors non fléchi. En revanche, en français le non-accord est très marqué et n’apparaît que dans le superlatif modal ou lorsque le superlatif a une interprétation relative, avec comme focus un autre constituant de la phrase (le plus souvent un complément de lieu ou de temps). En outre, l’adjectif s’accorde toujours avec le sujet, ce qui donne lieu à une discordance de genre/nombre en cas de non-accord de l’article. Les résultats de notre recherche de corpus montrent que l’usage tend à éviter cette discordance lorsqu’elle est audible.

43Le comportement de l’article tant en français qu’en néerlandais va à l’encontre de l’hypothèse selon laquelle l’adjectif au superlatif est nécessairement adnominal et corrobore l’hypothèse de la double fonction de l’article. Lorsque l’article ne s’accorde pas, il fait partie du marquage du superlatif et indique l’unicité du haut degré. En revanche, lorsqu’il s’accorde, il fonctionne comme un déterminant en néerlandais, alors qu’en français l’accord tend à se généraliser si bien que l’article accordé peut fonctionner aussi bien comme un déterminant que comme une marque du superlatif.

Haut de page

Bibliographie

ARRIVÉ M., GADET F. & GALMICHE M. (1986), La grammaire d’aujourd’hui. Guide alphabétique de linguistique française, Paris, Flammarion.

BROEKHUIS H. (2013), Syntax of Dutch. Adjectives and adjective phrases, Amsterdam, Amsterdam University Press.

Carlier A. (2005), Ce sont des Anglais : un accord avec l’attribut ? Seconde partie, L’Information grammaticale 104 : 1, 4-14.

Corver N. (1997), Much-support as Last Resort, Linguistic Inquiry 28, 119-164.

Grevisse M. (1988), Le bon usage, Paris, Duculot.

Grosu A. & Landman F. (2017), Amount relatives, in The Wiley Blackwell companion to syntax, second edition, John Wiley & Sons, <https://doi.org/10.1002/9781118358733.wbsyncom033>.

Heim I. (1999), Notes on superlatives, Unpublished draft, Cambridge, MIT, <http://semantics.uchicago.edu/kennedy/classes/w11/comparatives/docs/heim-superlatives.pdf>.

Higgins F.R. (1973), The pseudo-cleft construction in English, PhD Dissertation, Cambridge, MIT.

Kleiber G. (1984), Sur la sémantique des descriptions démonstratives, Lingvisticae Investigationes VIII : 1, 63-85.

Krasikova S. (2012), Definiteness in superlatives, in Aloni M., Kimmelman V., Roelofsen F., Sassoon G.W., Schulz K. & Westera M. (eds.), Logic, language and meaning, Heidelberg, Springer, 411-420.

Loccioni N. (2018), Getting “the most” out of Romance, PhD Dissertation, University of California, Los Angeles.

Loccioni N. (2019), The Romance of Modal Superlatives as Degree Descriptions, Proceedings of SALT 29, 219‑237.

Matushansky O. (2008), On the attributive nature of superlatives, Syntax 11: 1, 26-90.

Riegel M., Pellat J.-C. & Rioul R. (2011), Grammaire méthodique du français, Paris, Presses Universitaires de France.

Romero M. (2013), Modal superlatives: a compositional analysis, Natural language semantics 21: 1, 79-110.

Schwarz B. (2005), Modal superlatives, Proceedings of SALT 15, 187-204.

Sleeman P. & Ihsane T. (2016), Gender mismatches in partitive constructions with superlatives in French, Glossa: A Journal of General Linguistics 1: 1, 35, <http://doi.org/10.5334/gjgl.137>.

Szabolcsi A. (1986), Comparative superlatives, MIT Working Papers in Linguistics 8, 245‑265.

Van Peteghem M. (1991), Les phrases copulatives dans les langues romanes, Wilhelmsfeld, Egert.

Van Peteghem M. (2020), Le pronom ce dans les phrases attributives, Langue française 205, 31-50.

VAN PETEGHEM M. (2021), Comparatives and superlatives in the Romance languages, in Loporcaro M., Gardani F., Cabredo Hofherr P., Claes J., Dufter A., Maiden M. & Rainer F., Oxford Research Encyclopedia of Linguistics, Oxford University Press, <https://doi.org/10.1093/acrefore/9780199384655.013.668>.

Corpus

Dutch Web 2014 (nlTenTen14), 2.253.777.579 mots, Sketch Engine, <https://app.sketchengine.eu/>.

French Web 2012 (frTenTen12), 9.889.689.889 mots, Sketch Engine, <https://app.sketchengine.eu/>.

French Web 2017 (frTenTen17), 5.752.261.039 mots, Sketch Engine, <https://app.sketchengine.eu/>.

Opus 2 Dutch (open source parallel corpus), 356.363.571 mots, Sketch Engine, <https://app.sketchengine.eu/>.

Opus 2 French (open source parallel corpus), 766.833.908 mots, Sketch Engine, <https://app.sketchengine.eu/>.

Haut de page

Notes

1 Notre étude se limite à l’attribut du sujet, mais le non-accord est possible également dans l’attribut de l’objet :
(i) je prends les originales de cette marque car je les trouve le plus efficaces (Web).

2 Les abréviations suivantes sont utilisées dans les gloses : comp (comparatif), cond (conditionnel), dim (diminutif), fl (flexion), inf (infinitif), n (neutre), part (particule), sup (superlatif).

3 Les exemples du Web ont été rassemblés à l’aide de Sketch Engine (voir section 3). Ceux sans source indiquée sont des exemples construits.

4 Pour un aperçu des similitudes et des différences entre le superlatif et le comparatif en français et dans les autres langues romanes, voir Van Peteghem (2021).

5 Le français a également un petit nombre de formes synthétiques comme le meilleur ou le pire, qui sont elles aussi des formes comparatives en l’absence de l’article défini.

6 Pour des précisions concernant les cas où il est possible ou même obligatoire de recourir aux formes périphrastiques, voir Broekhuis (2013 : 213-217).

7 Dans les deux langues, l’article peut alterner avec un possessif ou être absent dans certains cas (pour le français, voir Grevisse, 1988 : 1441 ; pour le néerlandais, voir Broekhuis, 2013 : 249, 260-261).

8 Voir toutefois Broekhuis (2013 : 266-280) pour certains cas particuliers.

9 Étant donné l’ambiguïté du terme de « comparatif », utilisé entre autres par Szabolcsi (1986), Heim (1999) et Krasikova (2012), nous adopterons le terme de « relatif », qu’on trouve dans les études plus récentes de Schwarz (2005), Matushansky (2008), Romero (2013) et Loccioni (2018, 2019).

10 En néerlandais, le verbe occupe une position différente dans les principales et les subordonnées : dans les principales il figure en deuxième position, le néerlandais étant une langue V2 ; dans les subordonnées, l’ordre des mots est du type SOV, si bien que le verbe suit l’attribut.

11 Loccioni (2019) utilise les termes degree ou amount relative clause.

12 Broekhuis (2013 : 143) affirme, sans plus d’explication, que la structure équative zo Adj mogelijk « aussi Adj que possible » est difficilement compatible avec une copule pour des raisons sémantiques. Cela n’est pas vérifié dans les données de corpus. Nous n’approfondirons pas l’étude de la structure équative dans le cadre du présent article, mais nous renvoyons à Broekhuis (2013 : 143, 296-297), qui en commente surtout les emplois adnominaux.

13 Voir également Romero (2013).

14 Voir toutefois Sleeman & Ihsane (2016) pour des cas de discordance de genre en français.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Accord vs non-accord de l’article en français
URL http://journals.openedition.org/scolia/docannexe/image/1899/img-1.png
Fichier image/png, 63k
Légende Fig. 2 : Adjectif fléchi vs non fléchi en néerlandais
URL http://journals.openedition.org/scolia/docannexe/image/1899/img-2.png
Fichier image/png, 82k
Légende Fig. 3 : Accord vs non-accord de l’article en néerlandais
URL http://journals.openedition.org/scolia/docannexe/image/1899/img-3.png
Fichier image/png, 77k
Légende Fig. 4 : Corrélation entre accord de l’article et audibilité de l’accord de l’adjectif
URL http://journals.openedition.org/scolia/docannexe/image/1899/img-4.png
Fichier image/png, 72k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marleen Van Peteghem et Véronique Lagae, « Les attributs adjectivaux superlatifs en français et en néerlandais et l’accord de l’article »Scolia, 35 | 2021, 39-68.

Référence électronique

Marleen Van Peteghem et Véronique Lagae, « Les attributs adjectivaux superlatifs en français et en néerlandais et l’accord de l’article »Scolia [En ligne], 35 | 2021, mis en ligne le 09 juillet 2021, consulté le 20 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/scolia/1899 ; DOI : https://doi.org/10.4000/scolia.1899

Haut de page

Auteurs

Marleen Van Peteghem

Universiteit Gent, GLIMS
Marleen.VanPeteghem[at]UGent.be

Véronique Lagae

Université Polytechnique Hauts de France, UR DeScripto
veronique.lagae[at]uphf.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Scolia sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search