Navigation – Plan du site

AccueilAppel à contributionsAppels en coursContinuum linguistique et diachro...

Continuum linguistique et diachronie du français

à paraître dans SCOLIA 2023

Notes de la rédaction

AERES / HCERES – ERIH PLUS – Norwegian Register for Scientific Journals – ANVUR (classe A: Area 10, settore 10/G1: Glottologia e linguistica; classe A: Area 10, settore 10/H1 Lingua, letteratura e cultura francese) – MIAR – Journalbase – Mir@bel – Sign@l – Ovid Link Solver – ProQuest Summon – Cultures, Langues, Textes (CNRS).

  
Coordination éditoriale

Anne Carlier et Bernard Combettes

Modalités de soumission
Les projets d’articles sont à envoyer sous forme de résumés au coordinateur du numéro (bernard.combettes@univ-lorraine.fr). Ils seront écrits en français ou en anglais et comporteront entre 6000 et 9000 caractères, espaces compris (hors bibliographie, police Times 12).

Seuls les résumés qui seront retenus (entre 6 et 8) donneront lieu à des soumissions d’articles pour la revue SCOLIA. Chaque article soumis respectera les consignes éditoriales de la revue et sera évalué, sous forme anonyme, par deux experts désignés par SCOLIA.

  
Calendrier
  Résumés
     Date limite de réception : 15 décembre 2021
     Notification d’acceptation aux auteurs : janvier 2022

  Articles
     Date limite de réception : 1er juin 2022
     Retour aux auteurs : mi-juillet 2022
     Réception des versions finales : septembre 2022
     Parution du numéro : juillet 2023

  
En 2010, un recueil de travaux présenté par Traugott et Trousdale a visé à mettre en relation trois notions : « gradience », « gradualness » et « grammaticalization ». Si l’équivalence en français du dernier de ces termes ne pose pas de problème particulier, il n’en va pas de même pour les deux premiers. Le français dispose de termes comme gradualité, continuité ou encore celui de continuum, assez fréquemment utilisé ; encore faut-il déterminer dans quelle mesure ces expressions correspondent aux expressions utilisées en anglais. On peut considérer, sans simplification abusive, que « gradience » renvoie à la dimension synchronique, alors que « gradualness » fait référence à la diachronie. Si on accepte cette opposition, le meilleur équivalent pour ce dernier terme est celui de « continuité » ou de « continuum », l’expression « continuité du changement » étant couramment utilisée depuis longtemps ; c’est autour de cette notion que se posent par exemple les questions sur la périodisation (les transitions, les moments de rupture ou de stabilité), sur la vitesse du changement.

Avec la notion de « gradience », il s’agit de la structure même du système linguistique considéré d’un point de vue synchronique, le terme de « continuum » semblant habituellement utilisé en français pour renvoyer à cette caractéristique de certaines unités. Dans l’ouvrage qu’il a consacré à cette notion, Aarts (2007) distingue deux types de gradience : la première, qu’il appelle gradience subsective, est interne à la catégorie et concerne le degré d’intégration d’une unité dans cette catégorie, les éléments d’une catégorie étant plus ou moins proches d’un prototype idéal de cette catégorie. On rejoint ici, d’une certaine manière, la problématique des « grammaires floues » (Kleiber et Riegel, 1978) ou encore les théories du prototype, l’opposition entre le noyau et les marges, par exemple. Dans le domaine morphosyntaxique, bon nombre de catégories présentent ce phénomène. En français moderne, il est facile de constater que l’adverbe, l’adjectif, le déterminant, pour ne citer que ces trois cas, ne sont pas des catégories homogènes ; un déterminant comme l’article défini ne partage pas les mêmes propriétés qu’un indéfini comme plusieurs, etc. (Carlier et Combettes, 2015). Ce type de continuum ne doit pas être limité aux seules catégories morphosyntaxiques. Il peut également être observé lorsqu’il s’agit de fonctions syntaxiques, avec la reconnaissance de degrés dans la transitivité (Hopper & Thompson 1980), par exemple, degrés qui entraînent un continuum pour les objets (Gautier et al., 2010) ou encore lorsqu’il est question de l’appartenance d’une construction particulière à une macro-construction. La notion de continuum est aussi pertinente dans le domaine de la sémantique lexicale, qui a produit les travaux pionniers sur la structuration prototypique des catégories (Rosh 1978, Berlin & Kay 1969, Lakoff 1987, Kleiber 1990). Pour Aarts, un deuxième type de gradience, appelée gradience intersective, met en jeu deux ensembles (qu’il s’agisse de catégories, de constructions, de valeurs sémantiques), qui ne sont pas séparés par des limites nettement définies et qui partagent entre eux des propriétés. Ainsi, en ancien français, l’infinitif, tout en étant une forme verbale, présente des traits d’un substantif : il peut être précédé d’un déterminant, être modifié par un adjectif ou un groupe prépositionnel, par ex. son cler luire (Jean de Meung, Roman de la Rose 13e s.), un mangier de lentilhes (Grégoire le Grand, Dialogues, 12e s.). De même, il n’existe pas en ancien français de frontière nette entre adverbe et préposition comme en témoigne le double fonctionnement de dessous, dessur, dehors, devers, detrès, depuis (Fagard 2020 : 876). C’est sans doute dans le domaine de l’énoncé complexe que cette conception du continuum a été le plus exploitée. Dès les années 80, certains linguistes élaborent des échelles destinées à rendre compte des degrés d’intégration des propositions sur un continuum allant de la parataxe aux cas les plus nets d’hypotaxe (Haiman et Thompson, 1984 ; Foley et Van Valin, 1984 ; Lehmann, 1988). Cette tradition se maintient, qu’il s’agisse d’observer le passage de l’hypotaxe à la parataxe (Béguelin et al., 2010 ; Haderman et al., 2010 ; Corminboeuf, 2009 ; Debaisieux, 2007, 2013), ou encore la distinction subordination/coordination (Bril et Rebuschi, 2006 ; Rebuschi, 2001, 2002 ; Verstraete, 2007).

Cette notion de continuum, qui a soulevé bon nombre de discussions, peut apparaître comme plus ou moins pertinente en fonction des modèles linguistiques qui servent de cadre de référence. C’est ainsi que Croft (2001, 2007), dans sa discussion des parties du discours ou catégories morphosyntaxiques, renverse la perspective et prend les constructions comme point de départ. Sans mettre en cause l’existence des catégories comme le nom, le verbe, l’adjectif en tant que prototypes fonctionnels, il soutient que les frontières exactes de la catégorie ne peuvent être définies en dehors de toute construction (voir également : Benzitoun, 2007 ; Corminboeuf et Benzitoun, 2014 ; Deulofeu, 2007).

La notion synchronique de « gradience » appelle celle, diachronique, de « gradualness », dans sa double dimension, subsective et intersective. Dans le domaine de la sémantique lexicale, Geeraerts (1997) montre comment la structuration prototypique du sens lexical permet non seulement de décrire le changement lexical mais aussi de dresser une typologie de ses motivations. Dans cette filiation se situent également les études réunies par Blank & Koch (2013). Dans le domaine de la morphosyntaxe, il a été montré comment au cours de l’histoire du français, les catégories se restructurent, en se scindant (par ex. la séparation entre pronoms et déterminants démonstratifs, cf. Marchello-Nizia 1995 ; les adjectifs et les déterminants, cf. Combettes 2001), en se structurant autour d’un prototype (on peut par exemple considérer les articles comme prototype pour la catégorie des déterminants, cf. Carlier & Lamiroy 2018) ou en fusionnant (par ex. le participe présent et le gérondif du latin tardif à l’ancien français, cf. Vangaever 2021).

La notion de continuum au sens de « gradience » a été souvent invoquée pour les travaux sur le français moderne. De nombreuses études ont également été entreprises mettant à profit la notion de « gradualness » pour les études diachroniques (dont les travaux réunis dans Traugott & Trousdale 2010), mais elles ne prennent que très exceptionnellement le français comme exemple. L’objectif de ce numéro est de combler cette lacune et de susciter des études explorant l’intérêt que peut présenter cette notion de continuum lorsqu’elle est appliquée à la diachronie du français.

Même si sont surtout attendus des travaux portant sur la morphologie, sur la syntaxe ou sur la sémantique, on acceptera les études relevant d’autres domaines, en particulier de la pragmatique et de la linguistique du discours.

Les études pourront être des analyses de cas portant sur des phénomènes linguistiques particuliers ou des réflexions plus générales sur la place de la notion de continuum dans l’approche diachronique.

Une attention particulière sera portée aux questions suivantes :

– continuum et types de changement, continuum et mécanismes du changement (grammaticalisation, réanalyse, analogie) ;
– continuum et continuité du changement, conséquences pour la périodisation ;
– l’approche diachronique apporte-t-elle des arguments pour la distinction de deux types de continuum (intracatégoriel vs intercatégoriel) ?

Les propositions pourront concerner toutes les périodes de l’histoire du français, qu’il s’agisse de diachronie longue ou de diachronie courte.

Bibliographie

Aarts, B. (2004), « Modeling linguistic gradience », Studies in Language 28, 1-49.

Aarts, B. (2007), Syntactic Gradience. The Nature of Grammatical Indeterminacy, Oxford, OUP.

Béguelin, M.-J., Avanzi, M., Corminboeuf G. (éds) (2010), La parataxe, 2 volumes, Berne, P. Lang.

Benzitoun, C. (2007), « Approche comparative de la notion de degré en syntaxe à travers l’opposition entre subordination et coordination », Travaux de linguistique 54-1, 121-132. Berlin, B. & P. Kay (1969), Basic Color Terms: Their Universality and Evolution, Berkeley, University of California Press.

Blank, A. & Koch, P. (2013), Historical Semantics and Cognition, Berlin, Boston, De Gruyter Mouton, https://doi.org/10.1515/9783110804195

Bril, I., Rebuschi, G., (éds) (2006), « Coordination et subordination : typologie et modélisation », Faits de langues 28.

Carlier A. & Combettes, B. (2015), « Typologie et catégorisation morphosyntaxique : du latin au français moderne », Langue française 187, 15-58.

Carlier, A. & Lamiroy, B. (2018), «The emergence of the grammatical paradigm of nominal determiners in French and in Romance: Comparative and diachronic perspectives», Canadian Journal of Linguistics 63(2), 141-166, https://doi:10.1017/cnj.2017.43

Combettes, B. (2001), « Emergence d’une catégorie morphosyntaxique : les déterminants nominaux », Linx 45, 117-126, https://doi.org/10.4000/linx.818

Corminboeuf, G. (2009), L’expression de l’hypothèse en français. Entre hypotaxe et parataxe, Bruxelles, De Boeck-Duculot.

Corminboeuf, G. & Benzitoun, C. (2014), « Evaluation critique des modèles graduels et non graduels de l’intégration syntaxique », CORELA 12, 1. 1-27.

Croft, W. 2007, « Beyond Aristotle and gradience. A reply to Aarts », Studies in Language, 31, 409-430.

Croft, W. 2001. Radical Construction Grammar: Syntactic Theory in Typological Perspective, Oxford, Oxford UP.

Culicover, P. & Jackendoff, R. (2005), Simpler Syntax, Oxford, New-York, Oxford University Press.

Debaisieux, J.-M. (2007), « La distinction entre dépendance grammaticale et dépendance macrosyntaxique comme moyen de résoudre les paradoxes de la subordination », Faits de langue 28, 119-132.

Debaisieux, J.-M. (dir.) (2013), Analyses linguistiques sur corpus : subordination et insubordination en français, Paris, Hermès-Lavoisier.

Deulofeu, H.-J. (1986), « Syntaxe de que en français parlé et le problème de la subordination », Recherches sur le français parlé 8, 79-104.

Deulofeu, H.-J. (2007), « Les consécutives construites avec tellement ont-elles une syntaxe scalaire ? », Travaux de linguistique 54, 133-146.

Fagard, B. (2020), « Prépositions et locutions prépositives », in C. Marchello-Nizia, B. Combettes, S. Prévost & T. Scheer (éds), Grande grammaire historique du français (GGHF), Berlin/Boston, De Gruyter.

Foley W. A., Van Valin, R. D. (1984), Functional Syntax and Universal Grammar, Cambridge, CUP.

Gautier, A., Pino Serrano, L. & Van Raemdonck, D. (éds) (2010), Les limites de la rection verbale, numéro thématique de Travaux de linguistique 60-1.

Geeraerts, D. (1997). Diachronic Prototype Semantics. A Contribution to Historical Lexicology. Oxford: Clarendon Press.

Green, G. M. (1976), « Main clause phenomena in subordinate clauses », Language 52-2, 382-397.

Hadermann, P. & al. (2010), Les structures corrélatives : pour une inscription dans les sous-systèmes parataxe/hypotaxe et coordination/subordination in Béguelin M.-J., Avanzi, M. & Corminboeuf, G. (éds), La parataxe, tome 2, Berne, Peter Lang, 219-239.

Haiman J. & Thompson S. (1984), «Subordination in Universal Grammar», Subordination. Proceedings of the Tenth Annual Meeting of the Berkeley Linguistic Society, Berkeley, 510- 523.

Hopper, P. J, & « Thompson, S. A. (1980),Transitivity in Grammar and Discourse », Language 56.2, 251.

Kleiber, G. (1990), La Sémantique du prototype. Catégories et sens lexical, Paris, PUF.

Kleiber, G. & Riegel, M. (1978), « Les ‘grammaires floues’ ». Bulletin des jeunes romanistes 21-22, 67-123.

Koch, P. (1995), « Subordination, intégration syntaxique et ‘oralité’ », Études romanes 34, 13-42.

Lakoff, G. (1987), Women, Fire and Dangerous Things: What Categories Reveal about The Mind, London.

Lehmann, C. (1988), Towards a typology of clause linkage, in J. Haiman & S. A. Thompson (eds), Clause Combining in Grammar and Discourse. Amsterdam/New York, Benjamins. 181-225.

Rosch, E. (1978). « Principles of Categorization », in Rosch, E. & Lloyd, B.B. (eds), Cognition and Categorization, 27-48. Lawrence Erlbaum Associates, Publishers (Hillsdale).

Raible, W. (2001), «Linking clauses», Haspelmath, M., König E., Oesterreicher W. & Raible W. (dir.). Language Typology and Language Universals, vol. 20-1. Berlin/New York, de Gruyter, 590-617.

Rebuschi, G. (2001), « Coordination et subordination. Première partie : la co-jonction restreinte », Bulletin de la société de linguistique de Paris XCVI/1, 23-60.

Rebuschi, G. (2002), « Coordination et subordination. Deuxième partie : vers la co-jonction généralisée », Bulletin de la société de linguistique de Paris XCVII/1, 37-94.

Schosler, L. (2010), A paradigmatic approach to language and language change, in E. Traugott & G. Trousdale (eds), Gradience, Gradualness and Grammaticalization, Amsterdam, John Benjamins, 203-220.

Smessaert, H., Cornillie B., Divjak D., Van den Eynde K. (2005), «Degrees of clause integration. From endotactic to exotactic subordination in Dutch», Linguistics 43-3, 471-529.

Traugott, E. & Trousdale, G. (2010), Gradience, gradualness and grammaticalization: How do they intersect?, in E. Traugott & G. Trousdale (eds), Gradience, Gradualness and Grammaticalization, Amsterdam, John Benjamins, 19-44.

Traugott, E. & Trousdale, G. (2010), Gradience, Gradualness and Grammaticalization, Amsterdam, John Benjamins.

Vangaever, J. (2021), Categories under pressure: The gerund and the present participle from Late Latin to Old French, thèse de doctorat, Sorbonne Université Ghent Univ.

Verstraete, J.-C. (2007), Rethinking the Coordinate-Subordinate Dichotomy: Interpersonal Grammar and the Analysis of Adverbial Clauses in English, Berlin, Mouton de Gruyter.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search