Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36Comptes rendusBernard Colombat et Aimée Lahauss...

Comptes rendus

Bernard Colombat et Aimée Lahaussois (dir.), Histoire des parties du discours

Gilles Siouffi
p. 159-165
Référence(s) :

Bernard Colombat et Aimée Lahaussois (dir.), Histoire des parties du discours, Leuven/Paris/Bristol, Peeters, ORBIS/SUPPLEMENTA tome 46, 2019, 563 p., ISBN 978-90-429-3952-3.

Texte intégral

1La notion de parties du discours (merê tou logou en grec, partes orationis en latin) est au cœur de la réflexion grammaticale occidentale depuis l’Antiquité, et ce jusqu’au moment, à la fin du xixe siècle environ, où la confrontation avec des langues non européennes, entre autres, a conduit certains linguistes à remettre en cause le classement qu’elle induit et parfois la pertinence même de la notion. Des parties du discours, dont une première liste stabilisée avait été proposée par Denys de Thrace au iie siècle av. J.-C., des fragments d’histoire ont parfois été proposés à l’occasion de monographies ou de panoramas généraux sur la grammaire (voir, sur l’adjectif, l’article de Bernard Colombat dans HEL 14/1, 1992). On pourra également citer, sur les xviie et xviiie siècles, le volume dirigé par Gerda Hassler et Cordula Neis, Lexikon sprachtheoretischer Grundbegriffe des 17. und 18. Jahrhunderts (De Gruyter, 2009) et les notices qu’il contient.

2Toutefois, comme le soulignent Bernard Colombat et Aimée Lahaussois, directeurs de cet ouvrage collectif, faire une histoire globale de ces parties du discours a toujours représenté un objectif de l’UMR 7597, « Histoire des Théories Linguistiques ». On citera à ce titre le numéro 92 de la revue Langages, « Les parties du discours », paru en 1988 sous la direction de Bernard Colombat. Le présent ouvrage est donc le résultat d’un travail de longue haleine, et notamment d’un séminaire qui s’est tenu à l’Université Paris-Diderot entre 2012 et 2017. Il est articulé avec d’autres publications et doit prendre place, soulignent les directeurs d’ouvrage, dans un projet plus vaste de Dictionnaire historique de la terminologie linguistique, dont il constituera en quelque sorte une pierre angulaire.

3L’organisation de l’ouvrage est véritablement collective au sens où plusieurs auteurs ont chaque fois contribué aux chapitres. Les chapitres I et II sont de nature théorique, le premier sur la notion même de partie du discours, le deuxième sur la notion de mot, décisive dans la logique de classement qui préside à la notion de partie du discours. Puis viennent des chapitres consacrés aux parties elles-mêmes, à savoir, dans l’ordre de traitement, le nom, l’article, l’adjectif, le pronom, le verbe, le participe, l’adverbe, la préposition, l’interjection. Chaque fois, les noms grec et latin sont donnés en équivalents à côté du terme français. La spécificité de l’approche du livre est en effet de proposer une histoire des parties du discours qui tienne compte des termes exacts utilisés pour les décrire. L’ouvrage se conclut par deux chapitres autonomes consacrés aux parties du discours dans la tradition grammaticale arabe (Jean-Patrick Guillaume), et dans la grammaire sanscrite de tradition paninéenne (Émilie Aussant). Il comporte également en annexe une bibliographie détaillée des sources, nourrie notamment du travail accompli dans le cadre du Corpus représentatif des Grammaires et des Traditions Linguistiques (voir les deux numéros hors-série d’HEL de 1998 et 2000), un index des concepts et des termes, un index des langues et groupes de langues, et un index des auteurs. Dans chaque chapitre, les parties sur le grec ont été rédigées par Jean Lallot, avec la collaboration de Frédéric Dumarty et Frédérique Ildefonse ; les parties sur le latin par Bernard Colombat, Cécile Conduché, René Létourneau, Irène Rosier-Catach ; et les parties sur la tradition occidentale postérieure par des spécialistes : Antoine Gautier pour le nom, Nathalie Fournier et Didier Samain pour l’article, Sylvie Archaimbault pour le verbe, Sylvain Auroux pour la préposition, Bérangère Bouard pour le pronom, Alejandro Diaz Villalba pour l’adjectif et le participe, Marie Odoul pour l’adjectif et l’adverbe, Valérie Raby pour la conjonction, Aimée Lahaussois pour l’interjection, avec également des contributions locales de Wilfrid Andrieu, François Jacquesson, Jacqueline Léon, Marc-Antoine Mathieu, et d’autres membres de l’équipe HTL. De façon générale, le propos des notices n’est pas tant de donner des définitions que de dessiner chaque fois le parcours de la classe. Le tout constitue une formidable mine d’informations sur tous les essais de catégorisation, modélisation, théorisation qui se sont succédé dans l’histoire grammaticale et linguistique occidentale, nourrie d’innombrables citations de grammairiens et de tableaux récapitulatifs. Et il y en a eu, des propositions de remaniement, depuis les premières propositions faites par les grammairiens grecs !

4De nombreuses questions se posent, dès lors qu’on se propose d’organiser le matériel des mots d’une langue selon des catégories grammaticales. Les deux chapitres théoriques introductifs les soulèvent. Tout dépend de savoir, déjà, ce qu’on appelle mot, si on considère que la notion est pertinente, et comment on va la définir. Une catégorisation en parties du discours sera-t-elle ensuite guidée par le projet général de mettre des étiquettes sur les mots d’une langue, ou de tracer par ce biais les linéaments d’une description de sa grammaire ? Comment faire lorsqu’on a identifié un fonctionnement grammatical qui, dans une langue, se réalise par une partie du discours, et dans une autre par un autre biais (morphologique, par exemple) ? Cette organisation dépend-elle du type de langue, ou est-elle universelle ? Y a-t-il des parties plus « universelles » que d’autres ? Doit-on donner des parties de langues des définitions per se, ou selon des systèmes d’oppositions ? Quels critères utiliser ? Comment en organiser ensuite le traitement ? Y a-t-il entre elles une « hiérarchie implicationnelle » (verbe>nom>adjectif>adverbe ; p. 32) ? L’établissement d’une liste conduirait-elle à penser que les parties de cette liste seraient toutes sur le même plan ?

5Si la démarche même de théoriser des parties de langue dans une langue particulière ou de manière translinguistique ne manque pas de poser de nombreuses questions, donc, il en est de même lorsqu’on se propose de décrire l’histoire de cette pensée. Une question fondamentale est notamment de savoir s’il y a moyen de construire des concepts des parties du discours, au-delà des différences entre les termes (grecs, latins, français, anglais…) dans lesquels les grammairiens ont choisi d’enfermer leurs visions. On connaît la polysémie du terme rhèma, qui a conduit à la pensée de la structure prédicative, mais qui signifie également en grec le mot en contexte (à distinguer de onoma, le mot pris dans une liste). Est-on sûrs que ce qui a été exprimé par un auteur en grec, et par un autre en latin, est identique ? Certes, l’objectif de décrire des langues oblige à une certaine précision dans la logique extensionnelle, mais l’historien se demande parfois si, à considérer les termes comme équivalents, il ne manque pas une articulation décisive dans l’évolution des schémas de pensée. À l’instar des autres termes philosophiques ou savants, les termes grammaticaux ne sont-ils pas dépendants des systèmes linguistiques et de pensée dans lesquels ils sont apparus ? Ne comportent-il pas à ce titre une part d’« intraduisible » ?

6La pensée sur les parties du discours s’est donc construite historiquement entre plusieurs langues, selon un processus de transfert qui a fonctionné grosso modo en trois temps : grec, puis latin, puis langues modernes. Cette relative linéarité a produit une tradition, au sens où, pendant de nombreux siècles, la pensée a procédé par reprises et réaménagements, jusqu’aux remises en cause plus radicales qui marquent le xxe siècle, qu’il s’agisse de mettre un terme à la tradition où de proposer des termes alternatifs défendus par une conceptualisation différente.

7Ce caractère apparemment homogène de l’histoire des parties du discours n’empêche pas qu’elle ait été rythmée par quelques grandes mutations qui en ont régulièrement perturbé l’édifice. Ainsi, « la deuxième moitié du xie siècle et le début du xiie voient l’apparition d’une nouvelle approche en grammaire qui intègre à l’antique discipline une théorie sémantique et référentielle originale » (p. 15). Cette innovation, qui va s’installer durablement, va déboucher sur une question fondamentale : les parties du discours renvoient-elles à des « concepts dans l’esprit » ? Au xviiie siècle, Beauzée, l’un des jalons essentiels dans cette pensée, voudra distinguer les « parties du Discours », qu’il voit comme étant du ressort de la Logique, et articulées avec des contenus de pensée, et les « parties de l’Oraison » qui sont de simples « espèces de mots » (p. 24). À partir du début du xviiie siècle, on cherchera à étendre ce modèle, devenu incontournable, même si en voie de complexification, à d’autres langues. Et au cours des deux derniers siècles, nombreuses seront les propositions théoriques qui vont ajouter différents étages d’analyse sémantique ou de conceptualisation pas toujours compatibles avec la logique initiale de la catégorisation formelle. S’entend-on alors toujours sur ce que l’on met derrière les termes nom, verbe, pronom… ? Sur ce qu’on attend même de cet étiquetage ? À l’évidence non, et c’est bien ce qui rend nécessaire le parcours minutieux effectué par les auteurs pour chacune des parties.

8Cet examen méthodique est précédé dans l’ouvrage par un chapitre consacré à l’histoire de la notion même de mot. L’on comprend bien pourquoi, et l’on découvre, à la lecture de ces pages très instructives, qu’une bonne partie des questions qui apparaîtront plus tard dans les recherches de définition de telle ou telle partie, dépend de ce qu’on entend par mot. Ici, entre le grec lexis, les latins vox, verbum, dictio (adapté plus tard en français en diction avant d’y être remplacé par mot), la terminologie a été foisonnante et confuse. On peut certes recevoir la proposition forte de Guillaume (cité p. 86), pour qui, si toutes les langues présentent des lexies, toutes ne présentent pas de mots. Pour autant, la notion peut probablement être acceptée comme « intuitive » (p. 67), au moins dans un grand nombre de langues. Ne peut-on pas déduire de ce fait, donc, que la catégorisation des « mots » en parties de langue peut elle aussi, à un certain niveau, être considérée comme satisfaisant une forme d’intuition ?

9Les éditeurs du collectif l’indiquent bien dès le début : le traitement qui sera donné dans le livre de l’histoire de chaque partie du discours n’est pas guidé par la volonté de donner à chacune de ces parties ce qui pourrait être vu comme son importance proportionnelle. De même, le type de développements, le volume consacré aux différentes tranches historiques, et l’appel à une palette plus ou moins large de langues modernes dans l’approche de la terminologie, varient en fonction du choix des auteurs. Un plan prototypique se retrouve néanmoins dans toutes les entrées : position des choix et de la terminologie dans la période grecque ; traitement de ces choix dans le continent vaste de la grammaire « latine », ou « latine étendue », considérée jusqu’à la fin du Moyen Âge ; passage aux langues modernes, discussions théoriques subséquentes et propositions de réaménagements humanistes et classiques ; ouverture vers la linguistique générale, contestations, et discussions sur le possible maintien d’une opérativité contemporaine chez quelques linguistes choisis pour terminer.

10Impossible, naturellement, de résumer dans le cadre de ce compte rendu l’intégralité de ces chapitres. Relevons seulement quelques faits saillants. L’émergence de la notion d’article en est un connu. Proposé par la grammaire grecque (arthron), il disparaît de façon explicable de la grammaire latine (même si sa traduction articulus se trouve, et si la question de la connaissance des référents est développée à propos du pronomen articulare ; voir p. 163-165) avant de revenir dans la grammaire française, d’y créer de nombreuses discussions, et d’y ouvrir un espace original qui va s’avérer dépasser largement le cadre de départ : l’identification transcatégorielle de mécanismes sémantiques généraux de détermination. L’autonomisation graduelle de l’adjectif hors de la catégorie initialement englobante du nom (noms substantifs/noms adjectifs), également, entérinée tardivement en grammaire française (par Girard en 1747) fait partie des évolutions décisives. Les difficultés notoires de bornage entre l’adverbe, la préposition et la conjonction, le caractère plus ou moins libre de la préposition, la validité de l’analyse en classes en regard de l’analyse par morphèmes, ont alimenté les débats des grammairiens sur ces suncategoremata considérés par la grammaire antique comme non « essentiels ». Le participe (metohkê) était une classe indépendante à l’origine, avant de se voir graduellement rattaché au verbe. Son importance originelle peut être liée à celle qu’on accordait, dans l’identification et la définition des parties du discours, aux accidents, à savoir ce qu’on appelle aujourd’hui catégories (nombre, genre, personne, mode, temps, etc.). La notion d’accident traverse la réflexion classique sur les parties du discours. Elle donne encore lieu à un article, dû à Du Marsais, dans l’Encyclopédie. Mais l’abandon progressif de cette notion particulièrement opératoire pour le participe, qui cumule des caractéristiques du nom et du verbe, explique en partie que la notion de participe soit devenue relativement subalterne dans la description grammaticale en général, et même dans celle du verbe. On sera intéressé par le caractère singulier de l’interjection, une « classe » qui donne accès à des phénomènes linguistiques qui ne sont pas accessibles par la logique des classes de mots. En effet, d’une part, il est difficile de repérer dans l’interjection les processus morphologiques et syntaxiques à l’œuvre dans la langue, ce qui a pu conduire certains à y voir un simple élément discursif, d’autre part on n’y observe aucune interaction avec d’autres catégories, critère qui, pour David Crystal cité p. 472, serait la vraie légitimité de la catégorisation elle-même.

11On pourra enfin remarquer, en marge de l’architecture somme toute solide sur la durée, jusqu’à il y a peu à l’échelle de l’histoire, des principales parties du discours, planètes à la visibilité maintenue, l’apparition fugitive de quelques comètes épisodiques. Il en est ainsi de la particule, spécificité de la grammaire humaniste et classique. La survenue de cette partie peut être interprétée comme l’expression d’une certaine réticence à aller au-delà d’un certain point, dans la logique du classement ; ou comme le signe de l’émergence d’une autre vision de la syntaxe, moins attentive aux relations immédiates qu’aux phénomènes globaux de cohésion. Toutefois, on note que le terme est parfois revenu dans les descriptions linguistiques contemporaines. On peut sans doute interpréter ce retour plutôt comme la recherche d’un terme alternatif que comme la rémanence d’une tradition. Le terme de connecteur (p. 436-439) fait également figure d’intrus, dans une histoire terminologique qui s’abritait tranquillement, pour exprimer les relations logiques, derrière la notion de conjonction. Il est étonnant – et amusant – de voir comment les xixe et xxe siècles ont encombré de nouveaux termes un paysage terminologique déjà singulièrement densifié par les réinterprétations modernes (xvie-xviiie siècles) de la grille antique, faisant ressembler la description contemporaine à un jeu d’échecs pour lequel il y aurait trop de pièces par rapport au nombre de cases.

12Au total, l’étude historique sur le long cours de la modélisation du langage en parties du discours en révèle tout à la fois la solidité inattendue et la fragilité. Solidité, car si la réflexion sur les parties du discours faisait à l’origine office de réflexion spéculative et purement intellectuelle, la prise d’importance croissante, dans l’histoire, de la grammaire d’enseignement a donné une assise à ses contours et en a pérennisé les conclusions. Fragilité, car si certaines difficultés avaient déjà été repérées à époque ancienne, la majorité des propositions de la linguistique du xxe siècle se sont faites dans le sens, sinon dans de la contestation, du principe même des parties du discours, au moins dans la recherche de principes autres d’analyse. Aujourd’hui, nous sommes à la croisée des chemins, à l’heure des choix. Quiconque a pour mission d’enseigner la langue, et la description de la langue, doit en passer à un moment ou à un autre par une réflexion personnelle sérieuse sur les parties du discours, la logique de leur description, la validité de chacune d’entre elles en fonction de la langue considérée, la pertinence des critères. Dans cette optique, la présente histoire sera d’une aide considérable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Siouffi, « Bernard Colombat et Aimée Lahaussois (dir.), Histoire des parties du discours »Scolia, 36 | -1, 159-165.

Référence électronique

Gilles Siouffi, « Bernard Colombat et Aimée Lahaussois (dir.), Histoire des parties du discours »Scolia [En ligne], 36 | 2022, mis en ligne le 08 juillet 2022, consulté le 23 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/scolia/1929 ; DOI : https://doi.org/10.4000/scolia.1929

Haut de page

Auteur

Gilles Siouffi

UR STIH (Sens Texte Informatique Histoire) – Sorbonne Université

gilles.siouffi[at]sorbonne-universite.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search