Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36Comptes rendusChristiane Marchello-Nizia, Berna...

Comptes rendus

Christiane Marchello-Nizia, Bernard Combettes, Sophie Prévost, Tobias Scheer (éds), Grande Grammaire historique du français

Marie-José Béguelin
p. 172-192
Référence(s) :

Christiane Marchello-Nizia, Bernard Combettes, Sophie Prévost, Tobias Scheer (éds), Grande Grammaire historique du français, 2 volumes, Berlin/Boston, De Gruyter, 2020, 2185 pages.

Texte intégral

1Couronnée par le Prix Honoré Chavée 2021, la Grande grammaire historique du français (GGHF) est le fruit d’une collaboration entre 34 spécialistes, non seulement français, mais encore allemands, belges, britanniques, canadiens, espagnols, hollandais. L’un des contributeurs, l’éminent romaniste Peter Koch, professeur à l’Université de Tübingen, décédé en 2014, est aussi le dédicataire de l’ouvrage.

2Avant tout, il convient de saluer la parution de cette synthèse impressionnante, qui fait souffler sur l’histoire de la langue française un grand courant d’air frais. Par la diversité de la matière dont elle traite, la place qu’y tiennent les corpus, la richesse des illustrations qu’elle apporte, la GGHF se présente d’emblée comme une ressource de premier plan. Elle sera utile à toute personne (enseignant, chercheur, étudiant, journaliste, simple curieux…) qui désire s’informer sur la langue française, ses origines, son évolution, sa longue tradition écrite – mais aussi sur ses variétés, les influences qu’elle a subies, sa diffusion géographique, les autres langues avec lesquelles elle est en contact, les genres textuels à travers lesquels elle est transmise, les instances de politique linguistique qui en orientent l’usage, son apprentissage, son équipement, etc. (Les chapitres 7-10 de la partie 2 « Histoire externe », signés par G. Siouffi, ainsi que les chapitres 48 et 50 sur la dérivation lexicale (D. Amiot) et les emprunts (E. Winter-Froemel), rendront à coup sûr de grands services aux enseignants de français moderne, de FLE, d’histoire de la francophonie.)

1. Organisation et outillage

  • 1 . <https://www.degruyter.com/document/doi/10.1515/9783110348194/html>

3La matière de ce monumental ouvrage, dont les auteurs ont recouru aux outils modernes de la technologie numérique et de la statistique ainsi qu’aux « très vastes corpus historiques et dictionnaires informatisés qui se sont ajoutés à l’accumulation d’informations fournies par les grammaires depuis le xixe siècle » (p. 4), s’articule en une cinquantaine de chapitres regroupés en 10 grandes parties qui s’intitulent respectivement : 1. « Fondements théoriques et méthodologie » ; 2. « Histoire externe » ; 3. « Phonétique historique » ; 4. « Codes de l’écrit : Graphies et ponctuation » ; 5. « Morphologie et morphosyntaxe ; 6. « Syntaxe » ; 7. « Sémantique grammaticale ; 8. Énonciation et textualité, pragmatique » ; 9. « Lexique et sémantique lexicale » ; 10. « Conclusion » (celle-ci récapitule l’apport des parties précédentes). Sont listés en fin d’ouvrage les 150 textes, répartis sur douze siècles, qui constituent le « corpus GGHF » (p. 2019-2123), suivis des références bibliographiques (p. 2025-2155) et d’un index des notions (p. 2157-2185). Absent de la version papier, un index lexical (sous forme de plusieurs fichiers complémentaires aux formats .xslx et .txt), téléchargeable librement sur le site de l’éditeur1, fait de l’ouvrage un instrument de travail à la fois commode et performant. Le raffinement de cet index, qui prévoit des entrées par étymologies, par étymons et par formes (de l’ancien français, du moyen français et du français contemporain), témoigne à lui seul du travail de bénédictins qu’a nécessité l’élaboration de la GGHF.

  • 2 Voir par exemple le savoureux passage où T. Scheer fait un sort à la thèse, chère aux générativis (...)

4Le recours à ce double volume est d’autant plus recommandable que rédigé (presque partout) avec clarté et simplicité, il s’adresse à des profanes comme à des chercheurs chevronnés. Les premiers tireront profit d’aperçus accessibles, servant de portes d’entrée sur une grande variété de sujets (pour n’en distinguer que quelques-uns : les causes du changement linguistique et la difficulté que l’on rencontre à les cerner (p. 29-34) ; la question de la représentativité des corpus (p. 40-41) ; l’histoire de l’orthographe (y compris, p. 538-545, la présentation des rectifications de 1990) ; les pratiques éditoriales (p. 501-520) ; les usages de la ponctuation (p. 592-614) ; les ‘conjonctions de subordination’ et ‘locutions conjonctives’ (p. 897-911) ; les coordonnants (p. 944-961) ; l’histoire des pronoms indéfinis (p. 1005-1008) ; l’étymologie et les emplois de on (p. 682-685, 1583-1586) ; les attestations de la négation sans ne préverbal (p. 1260-1262, 1472-1479, 1685-1687) ; la typologie et l’histoire des discours rapportés (p. 1702-1728) ; les ambiguïtés entre flexion et dérivation (p. 625-631) ; les nouvelles méthodes de l’étymologie (p. 1827-1850) ; les notions et outils utiles pour la description des emprunts lexicaux (p. 1947-1964)…). Quant aux spécialistes, ils se délecteront à la découverte de passages plus techniques et fouillés, tels par exemple les chapitres réservés à la phonétique historique (ch. 11-24, p. 157-489). T. Scheer et Ph. Ségéral, principaux artisans de cette partie un peu à part, se sont donné pour objectif de renouveler un enseignement de la discipline qu’ils estiment sclérosé ; à cette fin, ils recourent aux acquis récents de l’approche autosegmentale, et redonnent vie à l’héritage inégalé, mais menacé d’oubli, des pionniers de la grande époque (p. 160). Il faut saluer la présence, dans leurs chapitres, de bilans critiques sagaces, qui font mouche, sur les théories du changement linguistique, l’apport néo-grammairien, celui de la sociolinguistique labovienne, etc.2

5Dans un plan général qui procède, on l’aura compris, par grands champs de la linguistique, les parties 4 (« Codes de l’écrit »), 7 (« Sémantique grammaticale ») et 8 (« Énonciation et textualité… ») se présentent comme de nouveaux domaines d’étude qui visent à faire de la GGHF une grammaire historique de son temps, ouverte aux recherches récentes. Dans les limites imparties au présent compte rendu, je m’intéresserai pour l’essentiel aux options théoriques et méthodologiques des auteurs ainsi qu’à la façon dont ils abordent le changement linguistique, la relation écrit-oral, la question des catégories et des unités. Sauf exception, je laisserai à d’autres, plus compétents que moi, le soin d’apprécier les aspects descriptifs de l’œuvre, notamment les amples développements consacrés à la morphosyntaxe et au lexique.

NB. À ce stade de l’exposé, il convient de préciser que je ne suis ni médiéviste, ni spécialiste d’histoire du français (bien qu’ayant eu le privilège de suivre à la Sorbonne, il y a très longtemps, les cours d’ancien français de Christiane Marchello-Nizia). Si j’ai été conduite à mener des recherches sur le français, y compris sur certains points de diachronie, c’est à partir d’une formation initiale en langues anciennes, en grammaire comparée des langues indo-européennes et en linguistique générale.

2. Périodisation

  • 3 On =objet nominal.

6Un des atouts de la GGHF est de proposer une nouvelle chronologie de l’histoire du français, indépendante des paramètres externes qui la dictent habituellement (découpage ‘par siècles’ ou en fonction de critères historiques ou littéraires). La périodisation préconisée dans l’ouvrage s’appuie, de manière plus satisfaisante, sur des paramètres internes, c’est-à-dire sur les étapes des grandes évolutions exposées dans l’ouvrage (p. 4). Sont distingués sur cette base le très ancien français (TAF, ixe-xie s.) ; l’ancien français (AF, xiie et xiiie s.) ; le moyen français (MF, xive à mi-xvie s.) ; le français préclassique (FPréclass, mi-xvie à mi-xviie) ; le français classique (FClass, de mi-xviie à la fin du xviiie s.) ; le français moderne (FM, xixe-xxe s.), et le français contemporain (FContemporain, xxie s.). C. Marchello-Nizia et B. Combettes présentent au chapitre 4 (p. 54-61) les arguments en faveur de ce nouveau découpage : ainsi, la limite entre le FPréclass et le Fclass, fixée au milieu du xviie, correspond entre autres à la fixation de l’ordre nouveau des clitiques (le te > te le, le vous > vous le), à la disparition de moult au profit de très, beaucoup, à la régularisation aboutie du système des démonstratifs, à la fixation, au moins dans le discours normatif, de l’ordre SVOn3 (p. 58-59).

3. Options des éditeurs : Si la grammaire m’était contée…

7À plus d’une reprise, les éditeurs soulignent la difficulté de l’étude diachronique, qui découle en premier lieu du caractère fragmentaire de la documentation, exclusivement écrite sauf pour la période la plus récente (p. 4, 34-36, 40). Ils sont conscients de l’incomplétude de la GGHF, qui n’épuise pas tous les faits et reflète certains choix (l’ouvrage se présentant comme une somme, on eût aimé en apprendre plus sur les raisons qui ont guidé ces choix et qui ont conduit à écarter certains types de faits). Dans cette histoire sur le long terme, la période ancienne, notamment celle du TAF, jusqu’alors moins bien décrite, a été privilégiée ; toutes les époques en revanche n’ont pas été documentées (p. 5). Les phénomènes de variation, en tant que préludes à de potentiels changements, ont fait l’objet d’une attention particulière (p. 7, 23) ; mais l’analyse s’est focalisée sur le « français central », au détriment d’autres variétés (p. 5). Les auteurs ont été confrontés au problème que pose en diachronie la question des catégories d’unités, dont certaines apparaissent ou disparaissent, ou sont inappropriées pour la description des états les plus anciens du français (p. 9, on y reviendra plus bas). L’ambition novatrice qui anime les auteurs n’empêche pas qu’ils s’inscrivent dans la tradition : ils affirment sans réserve leur dette envers leurs prédécesseurs K. Nyrop, L. Kukenheim, E. Bourciez, W. Meyer-Lübke, F. Brunot et bien d’autres (p. 10, 42 ; hommage est aussi rendu, p. 57, à G. Gougenheim, précurseur de la notion de français préclassique ; etc.). En vue de transmettre efficacement la matière, ils ont adopté un style narratif et conçu le livre comme une série de monographies (Numéraux, Syntaxe du sujet…), constituée d’autant de « récits en soi » (p. 11). Une comparaison utile est introduite, p. 56, avec l’organisation d’autres grammaires historiques du français, notamment la très vaste Histoire de la langue française en 16 volumes de F. Brunot et ses successeurs, qui, à la différence de la GGHF, procède par siècles, soit grosso modo par description de synchronies successives. Les textes exploités par les grammaires de la langue ancienne sont également mis en perspective (p. 38-41) et confrontés au corpus « à géométrie variable » dont se sont dotés les auteurs de la GGHF (p. 41). Ce corpus, décrit avec soin par S. Prévost au chapitre 3 (p. 37-53), apparaît comme le fruit d’un « compromis acceptable entre le corpus idéal (que l’on sait inaccessible, mais dont il faut se rapprocher autant que possible), le corpus souhaité, et le corpus possible et raisonnable » (ibid.). Il se compose en premier lieu d’un corpus « noyau » échantillonné de 2 055 891 mots (soit 200 000 mots, ou parfois un peu plus, par période), à partir duquel ont été effectués la plupart des calculs de fréquence. Ce corpus a été constitué selon des principes précis, sur la base (si j’ai bien suivi) d’un « corpus noyau non échantillonné » de 9 millions de mots. Il s’y ajoute un corpus dit « complémentaire » de 4 571 477 mots, conçu en vue de l’étude des phénomènes peu fréquents, ce qui porte l’ensemble à un total d’environ 13,5 millions de mots. La partie 4 (Codes de l’écrit), présentée par Y. Cazal et G. Parussa, recourt à d’autres textes encore, voire aux manuscrits (p. 42, 499-500), car « le linguiste qui accède aux textes anciens grâce à des éditions modernes n’a […] jamais la certitude de travailler sur les graphies originelles. » (p. 498).

4. Point de vue sur le changement

  • 4 Ce lieu commun du sujet obligatoire mérite toutefois réexamen. V. Groupe de Fribourg à paraître, (...)

8Les auteurs ne prétendent pas faire, à proprement parler, l’histoire des approches du changement linguistique, ni procéder à un examen critique des différents présupposés théoriques en la matière (mais voir note 2). Ils posent cependant, au chapitre 2 (p. 15-36), « le cadre général qui sous-tend l’approche adoptée » dans la GGHF (p. 15). Même si toute théorie du changement, au sens fort du terme, est jugée hors de portée – ce que montre l’impossibilité où l’on se trouve à prédire les changements linguistiques –, deux paradigmes sont mis à l’honneur et présentés succinctement dans ces pages : les approches dites formalistes (d’inspiration générativiste) et les approches fonctionnalistes. Les premières, décrites par M. Dufresne, situent le changement au sein de la « configuration particulière » de paramètres de la « grammaire universelle » innée (GU) qui, dans le modèle chomskyen, est censée caractériser chaque langue (p. 17). Un changement paramétrique surviendrait quand la grammaire apprise par l’enfant, soumis à des données parfois opaques ou ambiguës, n’est plus la même que celle acquise par la génération précédente. Le cas est illustré par le passage de l’état de langue à sujet nul propre à l’AF à un état de langue à sujet « obligatoire » en FMod (p. 184). Les approches fonctionnalistes, exposées par S. Prévost aux pages 19-20, visent quant à elles à identifier les facteurs de l’évolution linguistique en rendant justice à la dimension sociale des phénomènes. Mais en dépit du renvoi à l’étude, jugée majeure, de Weinreich, Labov & Herzog 1968, ce paradigme fonctionnaliste – globalement privilégié dans la GGHF, voir p. 197 – est plus multiforme, et son ‘noyau dur’ moins aisé à cerner. Les discussions appelées par ces pages pourraient remplir un livre ; je me contenterai ci-dessous de quelques commentaires localisés, sur des points d’importance inégale.

4.1. ‘Changement’ vs ‘évolution’

9À la suite de C. Marchello-Nizia (1995), S. Prévost estime nécessaire de réserver le terme de changement au « résultat, ce que l’on constate » et celui d’évolution au processus diachronique « invisible, et largement inconscient, que le linguiste a pour tâche d’expliquer, c’est-à-dire de reconstruire » (extrait de Marchello-Nizia 1995 : 28-29, GGHF : 19). Cette restriction du sens de changement est vraisemblablement à l’œuvre à la page 7 déjà, où une section s’intitule (de manière surprenante si l’on interprète le mot concerné en un sens processuel) : « Tout changement est une variante qui a réussi ». Il n’empêche que l’acception de changement comme résultat ne parvient pas à s’imposer dans l’ouvrage, où le terme continue à désigner fréquemment un processus, ainsi dans : « pourquoi tel changement se produit-il à tel moment », p. 16 ; ou dans : « Le changement de genre est un processus bien répertorié et décrit […] », p. 625 ; cf. n. 6).

  • 5 Rappelons que H. Frei a exploité pour son travail des lettres de prisonniers de guerre parvenues (...)

10Dans sa Grammaire des fautes de 1929, H. Frei avait fait une proposition concurrente qui n’entraîne pas les mêmes difficultés, et qui s’appuie sur le savoir linguistique du locuteur. Il suggérait de désigner par changement un phénomène de variation statique, un « passage réversible, c'est-à-dire dont le terme initial peut être spontanément rétabli par les sujets », et d’appliquer le terme d’évolution aux cas où cette restitution est impossible (1929 : 29). Un des exemples qu’il donne dans ce passage est celui de fortuné1 = « chanceux » et fortuné2 =« riche » (la seconde acception, au début du xxe siècle, était jugée fautive). Pour certains locuteurs, écrit Frei, le rapport entre les deux acceptions reste perceptible : il s’agit d’un changement ; pour d’autres en revanche, il ne l’est plus : il s’agit d’une évolution. L’auteur de la Grammaire des fautes se dote ainsi d’un « critère précis permettant de dire dans chaque cas particulier si un rapport linguistique donné appartient au présent ou à l’histoire » (ibid.). On peut noter (et regretter) l’absence, dans la bibliographie qui clôt le chapitre 2, de ce pionnier de la linguistique de corpus5, précurseur oiginal d’une approche « fonctionnelle et explicative » du changement linguistique (Frei 1929 : 25).

4.2. Articulation entre point de vue « synchronique » et point de vue « diachronique »

  • 6 Changement reprend ici, malgré l’effort de spécialisation susmentionné, son sens de nom de proces (...)

11La profession de foi fonctionnaliste des auteurs de la GGHF, énoncée p. 20, peut être synthétisée comme suit : les changements trouvent leur source dans la variation ; l’usage joue un rôle essentiel dans leur déclenchement comme dans leur diffusion ; les changements se propagent progressivement ; ils peuvent avoir des causes internes ou externes, voire résulter de plusieurs causes convergentes. À ces constats de bon sens, auxquels chacun devrait pouvoir se rallier, s’ajoute une exigence méthodologique que les auteurs estiment largement partagée : la description du changement « suppose une appréhension des structures synchroniques dans lesquelles celui-ci prend place ainsi que l’établissement des conditions qui permettent son avènement » (ibid). Quelques pages plus loin, la GGHF se voit toutefois assigner un autre objectif majeur : celui de « mettre au jour aussi finement que possible la durée des changements6, leur rythme, leur vitesse, les modalités (qualitatives et quantitatives) de leur diffusion, de même que les phases de variation et les variantes en jeu. » (p. 27)

  • 7 « L’antinomie entre le changement (et l’approche “diachronique” qui en rend compte) et la notion (...)

12On regrettera que l’articulation entre ces deux objectifs légitimes, rappelés p. 34, – l’un centré sur la perspective de l’usager, à qui l’histoire de la langue échappe en majeure partie ; l’autre centré sur le point de vue du savant, embrassant des faits qui s’étalent sur plusieurs siècles – ne soit pas explicitée et commentée plus avant. L’opposition entre point de vue synchronique et point de vue diachronique, directement en cause ici, semble toutefois poser problème aux auteurs, et sa présentation (dès la p. 8) laisse à désirer. Ainsi, p. 19, une « conception statique » du système linguistique est imputée à Saussure7, à laquelle est opposé un concept de « synchronie dynamique » plus approprié à la description du changement linguistique. C’est pourtant Saussure, lecteur et admirateur de Gaston Paris, qui met en garde dans une de ses conférences de 1891 contre ce qu’il appelle « le sophisme de l’immobilité » (2002 : 157) :

[…] il n’y a jamais en réalité un équilibre, un point permanent, stable dans aucun langage. Nous posons donc le principe de la transformation incessante des langues comme absolu. Le cas d’un idiome qui se trouverait en état d’immobilité et de repos ne se présente pas. (Saussure, 2002 : 157-158, Deuxième conférence à l’Université de Genève (novembre 1891) ; dans les citations, les caractères gras sont de moi.)

  • 8 La GGHF en fait état ailleurs, voir par exemple p. 42 et 196.

13L’évolution du français à très haute époque est donnée en exemple dans ce passage qu’il vaut la peine de lire intégralement. Le Genevois situe en outre, faut-il le rappeler, l’émergence des changements dans le discours, la parole8, autrement dit en synchronie. Cf. :

Toute innovation arrive par improvisation, en parlant, et pénètre de là soit dans le trésor intime de l’auditeur ou celui de l’orateur, mais se produit donc à propos du langage discursif. (Saussure 2002 : 85, Nouveaux Item)

Tous les faits de langage, les faits évolutifs surtout, forcent de se placer en face de la parole d’une part et d’autre part du réservoir des formes pensées ou connues de la pensée. (A. Riedlinger, notes du Cours I de F. de Saussure 1907, in Saussure 1968-1974, n° 2521)

  • 9 Cf. entre autres Bronckart, Bulea & Bota 2010, Depecker 2012, Rastier 2015, etc.
  • 10 Les auteurs de la GGHF se contentent très souvent de citer le Cours de linguistique générale de 2 (...)
  • 11 Voici en quels termes Saussure formulait la chose : « Les faits diachroniques s’opposent aux sync (...)

14Les extraits ci-dessus sont clairement incompatibles avec une « conception statique » du système, et les lecteurs informés des avancées épistémologiques9 survenues depuis la parution des Écrits de linguistique générale (Saussure 2002) resteront ici sur leur faim10. Projeter dans la diachronie la notion de système linguistique, comme le fait le passage de la GGHF cité n. 7 (ou parler métaphoriquement, p. 6, d’une « grammaire du changement ») est cependant plus gênant. Cela revient à introduire une confusion, dont on se croyait quittes, entre deux réalités dont le caractère incommensurable ne sera jamais assez réaffirmé : (i) le système, en tant qu’ensemble d’entités linguistiques réciproquement déterminées, présentes dans la ‘conscience du sujet parlant’ et dont l’existence est sanctionnée par l’activité langagière ; (ii) les régularités que le diachronicien est conduit à percevoir entre certaines (et certaines seulement) des évolutions linguistiques qu’il appréhende sur le long terme, sans caution possible du côté de la parole et de la conscience du locuteur11.

4.3. ‘Réanalyse’ : le nom vs la chose

  • 12 Saussure 1968-1974, n° 2713-2724 ; cf. Béguelin 2014.
  • 13 La métanalyse, dont la définition intègre – et rend superfétatoire – la notion de bridging contex (...)

15R. Langacker (1977) est présenté, p. 27, comme l’inventeur de la notion de réanalyse. Pourtant, si l’on doit à Langacker ce terme aujourd’hui largement répandu, le phénomène qu’il recouvre a été repéré plus tôt sous d’autres vocables. Dans son 2e Cours de linguistique générale (1908-1909), Saussure retrace ainsi l’évolution morphosyntaxique des suites lat. mortem ire ob > obire mortem (« affronter la mort ») et gr. óreos baínō katá > óreos katabaínō (« je descends de la montagne »), où ce qui était, dans un état de langue donné, une particule mobile (ob, katá), renforçant la signification de la marque casuelle du nom, a été réinterprété comme un préverbe, via une « nouvelle répartition des unités », ou un « déplacement des unités conçues », selon les notes d’A. Riedlinger12. Une quinzaine d’années plus tard, O. Jespersen s’intéresse à son tour au « fait que des mots et des groupes de mots sont analysés de façon différente par des générations successives » (1976 = 1922 : 168), ce qu’il illustre à l’aide d’une série d’exemples tirés du vieil anglais. À ce fait il donne le nom de métanalyse, que l’on retrouve plus tard sous la plume d’A. Blinkenberg. Celui-ci décrit les conditions et modalités de la métanalyse dans deux passages particulièrement brillants de ses travaux sur le français (1950 : 4 ; 1960 : 15)13. Certes, les auteurs de la GGHF ne prétendent pas faire un historique complet des théories du changement linguistique, et compte tenu de la matière qu’ils avaient à brasser, il serait malvenu de leur jeter la pierre. Cet exemple montre cependant qu’à côté d’une « Grande grammaire historique du français », il serait utile de pouvoir bénéficier aussi d’une « Grande histoire des notions linguistiques », qui aborderait sans sélections a priori l’horizon de rétrospection de la discipline et aiderait la linguistique, comme l’y invite F. Rastier, à « reconquérir son histoire et [à] lire ses propres textes » (2010 : 316).

4.4. Taxinomie des changements

16Les passages de la GGHF consacrés aux approches des évolutions linguistiques et aux typologies des changements sont annoncés par une déclaration liminaire des éditeurs :

Chaque fois que possible, nous avons désigné le type ou les types de changement, simple(s) ou complexe(s) à l’œuvre dans les phénomènes étudiés. On en dénombre d’ores et déjà plusieurs, suffisamment pour que soit couverte une bonne partie des faits, depuis l’analogie mise en évidence dès le 19e s., jusqu’à l’exaptation, ou à la rémanence en cours de description, en passant par la réanalyse (et la recatégorisation qui lui est souvent subséquente), les changements phonétiques, l’emprunt (lexical mais pas uniquement), la grammaticalisation, la lexicalisation, la disparition et ses avatars éventuels. (GGHF, p. 8)

  • 14 Cette notion dont on abuse est particulièrement toxique. Elle installe entre les significations d (...)

17Dans cet esprit, S. Prévost (p. 27-31) et W. De Mulder (p. 1803-1826) signent des aperçus documentés et instructifs sur le traitement des changements morphosyntaxiques et sémantiques dans la linguistique française des dernières décennies. Les paragraphes intitulés « Méca­nismes et processus » (p. 27-32) et « Lexicalisation – grammaticalisation – pragmaticalisation – constructionnalisation » (p. 1820-1826) renvoient toutefois l’image d’une situation épistémologique confuse, marquée par une prolifération de catégories aux contours flous et aux critères définitoires controversés (grammaticalisation, lexicalisation, dégrammaticalisation, désémantisation14, pragmaticalisation, décaté­gorialisation, etc.). Un même événement diachronique concret relève en général de plusieurs de ces catégories (v. les exemples donnés p. 31, p. 1824 ; et cf. Béguelin 2014 : 28-32) ; ce qui fait des taxinomies de ce type des outils peu discriminants, objets de débats menés ad nauseam, inextricables, dont il est plus qu’improbable qu’un consensus scientifique puisse émerger un jour.

  • 15 Les auteurs de la GGHF s’inscrivent en gros dans ce paradigme, en dépit des critiques qu’il a sus (...)
  • 16 Pour une critique approfondie de cette opposition qui émane du sens commun, exploitée constamment (...)
  • 17 Cf. la stratégie épistémologique de la « rustine », pointée en ces termes T. Scheer : « Les théor (...)

18Comment en est-on arrivé là ? Dans le cadre du paradigme en vogue de la grammaticalisation15, les changements ont été décrits en termes d’« avancée sur la pente de la grammaticalité », en fonction d’échelles allant du lexical au grammatical (p. 29)16 ; corollairement, ces changements ont été conçus comme « directionnels », dans une vision plus ou moins déterministe de l’évolution (les auteurs de la GGHF assument cette vision, tout en concédant que la prédiction des développements est impossible (p. 16) et que « toutes les expressions ne parcourent pas jusqu’au bout le schéma de l’évolution sémantique sous-jacente à la grammaticalisation […] (ou ne l’ont pas encore fait en français contemporain », p. 2009). Le principe de la grammaticalisation une fois posé, l’observation de changements qui échappent aux parcours préconçus, censés guider l’évolution, a conduit à poser de nouvelles catégories ad hoc, en l’occurrence celles de « dégrammaticalisation » et de « lexicalisation » (p. 30) ; autrement dit, au changement « directionnel » on a juxtaposé un autre type de changement appelé « contre-directionnel » (p. 31-32) (lequel cependant, nous dit-on p. 1824, présente « parfois aussi des caractéristiques en commun » avec le précédent, ce qui n’est pas de nature à clarifier les choses). Cette stratégie opportuniste, de réaction au coup par coup17, évite au chercheur d’avoir à s’interroger sur la robustesse du concept de directionnalité. Mais s’agit-il en l’occurrence de la seule issue ? À partir d’une connaissance des faits qui s’est beaucoup étoffée – la GGHF en témoigne, et de belle manière – une autre option serait de reprendre sur de nouveaux frais la théorie des changements, en se débarrassant des hypothèses qui pèchent par défaut de généralité. Ce serait là le seul moyen de parvenir à « dépasser des dichotomies comme celles de grammaticalisation et lexicalisation ou grammaticalisation et pragmaticalisation », comme les auteurs l’appellent in fine de leurs vœux (p. 2014) – tout en s’épargnant l’ajout, à l’actuelle théorie, d’une rustine de plus.

  • 18 « Face à la grande confusion qui règne dans les études récentes […] » (Fruyt 2008 : 53). La situa (...)
  • 19 Pour une approche des changements « guidée par le point de vue du locuteur », voir notamment Bégu (...)
  • 20 Est appréhendé ici comme une « réanalyse », suite au « déplacement de la préposition », le fait q (...)

19Face au désordre conceptuel qui règne dans beaucoup d’études (cf. Fruyt, 2008 : 49-5318), un premier pas salutaire consisterait à trier, parmi les catégories de changements proposées par les chercheurs, celles qui captent avec pertinence les comportements (épi)linguistiques ou communicationnels des sujets parlants – lesquels sont à la source, est-il besoin de le souligner, des évolutions19 – et celles qui sont le pur fait du savant, échappant à toute possibilité de validation du côté de l’activité langagière. Soumettre à critique les façons actuelles d’appréhender les changements permettrait à coup sûr d’éviter certaines bévues et approximations dans la description des faits, comme par exemple celle qui consiste à écrire que côté « s’est grammaticalisé en préposition (à / du côté de) et en adverbe (à côté, de côté), avant de développer un nouvel emploi lexical, sous la forme du substantif à-côté. » (p. 32). Dans le cas présent, si côté peut fonctionner en français comme une préposition, c’est dans des suites telles que côté jardin, côté boulot, côté cœur, et non au sein des SPrép locutionnels à / du côté de, où il occupe (comme dans les SAdv à côté, de côté) une banale position de N. Quant au N à-côté, il est inexact de dire que côté y développe un nouvel emploi lexical, car le point de départ du changement est le SAdv à côté, lequel y fait in corpore l’objet d’une translation en tant que N. Une application rigoureuse de l’analyse syntaxique (en synchronie) eût sans doute aussi permis d’éviter, p. 1613-1614, un traitement calamiteux de l’évolution des séquences contenant n’importe quel, où la notion de réanalyse est véritablement appliquée (au bas de la p. 1613)… n’importe comment20. Or, toute imprécision dans les descriptions, tout flottement dans l’assignation des faits aux catégories de changements, fragilise la valeur d’une extrapolation statistique comme celle-ci : « la grammaticalisation est à l’œuvre dans plus d’un tiers des changements » (p. 9). Examinons encore, dans cette même veine, la définition qui est donnée p. 1812 de délocutivité : « La délocutivité (Benveniste 1966b […]) désigne la transformation d’une expression en acte illocutoire et constitue une subjectivation au sens de Traugott ». Non seulement cette définition malmène la théorie illocutoire, mais elle témoigne d’une totale ignorance du type de phénomène que Benveniste (pourtant cité en référence) désigne sous ce nom. Le seul exemple donné est tout aussi inapproprié : c’est celui du mot latin bis « employé pour demander qu’on recommence une chanson, etc., après qu’elle a été terminée » (ibid.). En réalité, c’est le verbe bisser (non mentionné ici !) qui mérite la qualification de délocutif ; il est en effet dérivé de la ‘locution de discours’ « bis ! », et porte le sens de « crier bis ! » (Benveniste 1966 : 282).

5. Écrit, oral, « oral dans l’écrit »

  • 21 Une remarque marginale : on aurait pu préciser que l’antériorité du principe phonographique, affi (...)

20Le linguiste diachronicien est confronté, on l’a dit, à l’absence de témoignages oraux directs, sauf pour la période postérieure à l’invention du magnétophone. Les éditeurs de la GGHF écrivent ainsi, à l’orée de l’ouvrage, que « toute parole prononcée nous est parvenue à travers de l’écrit » (p. 4). Or, comme le relevait L. Bloomfield, « les enregistrements écrits ne nous donnent qu’une image imparfaite et souvent déformée du parler passé » (1970 =1933 : 275). Nonobstant le voile de la graphie, les auteurs de la GGHF ont eu à cœur de proposer, dans la mesure du possible, « des hypothèses sur cet oral inaccessible directement » (ibid.), non seulement dans le domaine de la phonétique mais aussi dans celui de la syntaxe. Pour préparer le terrain, une partie 4 substantielle est consacrée à l’analyse des codes de l’écrit, comportant des exposés sur l’histoire des graphies, la genèse des normes orthographiques, l’histoire de la ponctuation (chapitres 26-28, p. 501-614). Le paragraphe historiographique préliminaire signé par Y. Cazal et G. Parussa (p. 494-500) résume les apports des principaux historiens de l’orthographe (de F. Brunot et Ch. Beaulieux à B. Cerquiglini, en passant par N. Catach, C. Blanche-Benveniste et A. Chervel), tout en rappelant les écueils liés aux aléas de l’ecdotique (souvent négligés ou sous-estimés dans l’étude linguistique). Les auteures montrent l’éventail des choix qui s’offrent aux éditeurs de textes, entre stricte fidélité au manuscrit et normalisation orthographique de grande ampleur à des fins de diffusion et de lisibilité. Pour les textes composés à partir du xvie siècle, c’est la seconde option qui a été retenue la plupart du temps, créant « l’illusion chez le lecteur non spécialiste que l’orthographe moderne est née et a été fixée définitivement à partir de la Renaissance » (p. 498). Or, cette illusion explique, en partie tout au moins, les résistances auxquelles donnent lieu auprès du public actuel les tentatives de simplification de l’orthographe ; philologues et médiévistes, confrontés par métier à des situations de variation graphique, ont été quant à eux « de fervents défenseurs de réformes plus ou moins importantes » (p. 497). La diversité des interventions éditoriales dans les textes imprimés rend l’enquête sur les graphies fort complexe (à moins de disposer d’éditions diplomatiques), et plus délicate encore la restitution de la ou des prononciation(s) que la graphie peut soit révéler, soit au contraire masquer (p. 499). Pour accroître la fiabilité de leurs études, les auteures ont, après vérification, privilégié le recours à des éditions respectueuses des graphies originales, effort qui devrait inspirer tout chercheur travaillant sur la ponctuation et/ou sur la thématique des unités (la partie 8 « Énonciation et textualité… », où il est question d’évolution dans le sentiment des unités, s’appuie-t-elle sur le même corpus ? Cela ne semble pas le cas, sauf erreur de ma part). Les tendances à l’œuvre dans la graphie du français, dictées tantôt par un principe phonographique, tantôt par un principe sémiographique, sont bien mises en lumière dans ces pages21, qui contribueront espérons-le, par leur apport érudit autant que par les réflexions qu’elles apportent, à dépassionner le débat public autour de l’orthographe et des rectifications orthographiques du français.

21La GGHF contient aussi, plus bas, un chapitre intitulé « Syntaxe de l’oral », signé par W. Ayres-Bennett (chapitre 37, p. 1466-1479). Sans prétendre répondre à la question (controversée) de savoir s’il existe à proprement parler une syntaxe de l’oral, l’auteure dresse un bilan des traits qui (à tort ou à raison) ont été imputés au français parlé par divers auteurs – traits dont la survenue, paradoxalement, ne peut être captée qu’à l’écrit pour les états anciens de la langue. En conséquence, la recherche à ce sujet s’appuie sur des faits d’oral représenté (ou d’« oral dans l’écrit », Luzzati 1991), que les spécialistes traquent soit dans les transcriptions d’oral authentique comme celles que fournit le Journal d’Héroard (d’exploitation délicate), soit dans certains textes à usage intime (« ego-documents »), soit encore dans les dialogues de théâtre et les discours rapportés directs (par essence fictifs), etc. (voir p. 1472 la liste hiérarchisée de sources potentielles qui a été proposée par G. Ernst). L’auteure illustre son propos par trois études de cas : la négation sans ne, l’interrogative non inversée, l’emploi de on pour nous (p. 1472-1479).

6. Catégories, unités

  • 22 Pour une réflexion critique sur les catégories, distinguant les métalangages de désignation et le (...)

22À un détour de son étude, W. Ayres-Bennett soulève – à la suite de C. Marchello-Nizia et de F. Gadet – la question de savoir si des faits morphosyntaxiques comme l’usage de ne, le détachement, la parataxe, l’usage de que, l’interrogation, etc., représentent le « “même” phénomène, à travers la distance temporelle (ou spatiale, d’ailleurs). » (p. 1469). Ce problème des ‘identités’ linguistiques, qui a tant occupé Saussure, se pose bien évidemment de manière transversale dans la GGFH. Il concerne non seulement les faits morphosyntaxiques et le lexique, mais aussi, on l’a vu au § 3, les catégories. Celles-ci correspondent dans l’ouvrage aux classiques parties du discours (verbe, nom, pronom, préposition, adverbe, conjonction…), enrichies pour la période ancienne de « particules verbales » et de « préverbes séparables » (p. 886). Viennent s’y greffer des classes non homogènes d’invention plus récente, telles les connecteurs (p. 1633), les ‘marqueurs discursifs’ (p. 1637), les ‘mots du discours’ (p. 1728). Des phénomènes flagrants d’émergence et de (quasi) disparition de catégories ont eu lieu dans le cas des déterminants (p. 972) et dans celui des particules détachables (p. 896). Mais on peut penser que même les catégories qui sont qualifiées de majeures (p. 9), en situation d’apparente stabilité, n’échappent pas à une permanente reconfiguration. Ainsi, dans un état de langue (qui a duré jusqu’au xvie siècle) où « la substantivation des infinitifs reste un processus actif et vivant » (Soutet 1992 : 81), la catégorie du nom n’est sans doute pas ‘la même’ que celle connue sous la même dénomination en Fmod et Fcontemporain22.

  • 23 Il en va de même, p. 1697, pour la notion de « mémoire discursive » et dans une moindre mesure, p (...)

23Quant aux unités de rang catégorématique, les auteurs font appel dans l’ouvrage aux notions de proposition, de « phrase », de « phrase moderne », de « période »… Ces derniers termes apparaissent souvent entre guillemets, mais sans définition ni caractérisation23 – il est seulement reconnu à la phrase et à la période, p. 1744, un critère (non discriminant) de « marquage d’une clôture ». Les auteurs se posent néanmoins la question de l’appropriété de la « phrase moderne » pour traiter les états de langue anciens (p. 9). Dans le cadre de la partie 8, et sous l’influence du paradigme de la grammaticalisation, ils s’attachent à saisir une évolution qui serait survenue au cours du temps dans « le sentiment de la cohérence discursive » (p. 1698). Sur ce point, le chapitre 43 Niveau informationnel, rédigé par B. Combettes, contient une série d’extraits de textes commentés avec finesse, assortis de précieux renseignements sur l’histoire des genres littéraires. Le lecteur est toutefois laissé à lui-même pour l’interprétation du métalangage qui sert à désigner les unités (phrase, proposition, unité textuelle, énoncé, unité de traitement (p. 1699-1700), « cellule de base » (p. 1740), « discours continu », (p. 1743), unité phrase (p. 1744), période (p. 1745), séquence discursive (p. 1748), paragraphe, séquence textuelle (p. 1750)). Ces termes désignent-ils des entités syntaxiques, des entités typographiques, ou faut-il y voir les simples auxiliaires informels d’une exégèse à visée stylistique ou rhétorique ? On n’est pas toujours en mesure de le savoir. Certes, un parallélisme est fait, de temps à autre, entre telle unité et tel fait de ponctuation – mais il est par ailleurs observé que la ponctuation est peu homogène et systématique (p. 1740-1741), et qu’elle n’est pas obligatoire (p. 1746). La question de l’influence de l’oral sur l’articulation en unités écrites, jugée importante dans le cas de la prose narrative la plus ancienne (p. 1739), n’est guère évoquée dans le cas des autres époques, comme si le problème perdait de sa pertinence. Les questions en jeu sont nombreuses, d’une complexité redoutable, et ici encore, le commentaire pourrait remplir un livre. Je me contenterai de soulever une question. Au travers des textes qu’il analyse, B. Combettes est à la recherche d’évolutions, allant par exemple, durant la période du MF, « d’une cohérence “pas à pas”, étroite, à une cohérence “large” » (p. 1698), ou allant, plus tard, « de la période à la phrase » (sous-titre de la p. 1747). Le principe directeur, l’idée sous-jacente qui guide le raisonnement, est qu’il y aurait dans l’histoire du français « constitution progressive de l’unité phrase » (p. 1751). Or, si nous pouvions nous confronter à l’ensemble des productions orales et écrites des différentes époques de l’histoire du français, ne serions-nous pas conduits à constater qu’en tout temps, il est possible de rencontrer des productions relevant d’une cohérence ‘pas à pas’, et d’autres relevant d’une cohérence ‘large’ ? des productions qui privilégient la parataxe, d’autres l’hypotaxe ? des textes ou des discours en style ‘périodique’, d’autres en style ‘coupé’ (cf. Cicéron vs Tacite, Rousseau vs Voltaire, Proust vs Céline) ? Ne devrait-on pas extrapoler franchement, à cette catégorie descriptive qu’est « la phrase moderne », ce propos qu’A. Kuyumcuyan et B. Combettes appliquent à juste titre, quelques pages plus haut, aux critères du discours rapporté :

Tous ces critères sont des données de la langue qui peuvent être différemment exploitées suivant les périodes, mais qui sont disponibles à n’importe quel moment de son histoire, nonobstant leur constitution plus ou moins tardive comme catégories descriptives dans les théories linguistiques. En ces matières, il s’agit de ne pas confondre la description d’une notion avec son émergence effective dans la langue. (p. 1702, mes italiques)

7. Bilan

24L’appréhension globale d’une langue soumise au « facteur Temps » est à l’évidence une des tâches les plus exigeantes auxquelles puissent être confrontés les savants, toutes disciplines confondues. L’analyse d’un changement donné exige de la part du chercheur une vigilance tous azimuts, il doit, dans l’idéal, être conscient en permanence, dans les états de langue concernés, de ce qui se passe « à côté » du fait concret qui mobilise son attention (cf. n. 20). Soyons donc reconnaissants aux auteurs de la GGHF d’avoir relevé cet immense défi. Qu’ils soient chaleureusement remerciés de l’érudition irremplaçable qu’ils ont mise à notre disposition. Assurément, il faudra se donner le temps de fureter tout à loisir dans la GGHF, afin d’en explorer progressivement les moindres recoins. Grâce à cette réalisation magnifique, à n’en pas douter, beaucoup de passionnants et fructueux débats sont encore à venir.

NB. Dans ce livre présenté à la perfection et typographiquement très soigné, je ne suis tombée que sur de rares coquilles ou imperfections, que je signale ici à toutes fins utiles : p. 37 haut, syntchronique est mis pour synchronique ; p. 37, milieu : dire expliciter : sic ? ; p. 41, 14 lignes depuis le bas : lire 2 055 891 mots ? ; p. 193 bas : apte : sic ? ; t. II, p. XXIII contuction anticausative est mis pour construction… ; p. 1702 milieu, Zufferex est mis pour Zufferey ; p. 1728 : la majeure partie des références du § 42.1 (Authier-Revuz, Berrendonner, Burger, Gothot-Mersch, Perrin, Philippe et Zufferey, Roulet 1999…) sont absentes de la bibliographie générale.

Haut de page

Bibliographie

***, 2018, Paradigmatique : le statut des catégories, in Encyclopédie grammaticale du français, <Encyclogram.fr>.

BÉGUELIN, M.-J. (2002), Routines syntagmatiques et grammaticali­sation : le cas des clauses en n’importe, in H. L. Andersen, & H. Nølke (éds), Macro-syntaxe et macro-sémantique, Berne, Peter Lang, 43-69.

Béguelin, M.-J. (2010), Le statut des identités diachroniques dans la théorie saussurienne : une critique anticipée du concept de grammaticalisation, in J.-P. Bronckart, E. Bulea & C. Bota (éds), Le Projet de Ferdinand de Saussure, Genève, Droz, 237-267.

Béguelin, M.-J. (2014), Deux points de vue sur le changement linguistique, Langages 196, 13-36.

Béguelin, M.-J. (2019), Synchronie vs diachronie, ou les vicissitudes d’une dualité incomprise, in M. Arabyan, J.-P. Bronckart & P. Escudé (éds), Les Langues dans la vie, Hommage à Tullio De Mauro, Limoges, Lambert-Lucas, 163-192.

Benveniste, E. (1966), Problèmes de linguistique générale, Paris, Gallimard.

Berrendonner, A. (à paraître), L’opposition lexical/grammatical, in Encyclopédie grammaticale du français, <Encyclogram.fr>.

Blinkenberg, A. (1950), Le Problème de l’accord en français moderne. Essai d’une typologie, Copenhague, Munksgaard.

Blinkenberg, A. (1960), Le Problème de la transitivité en français moderne. Essai syntacto-sémantique, Copenhague, coll. Historisk-filosofiske Meddelelser.

Bloomfield, L. (1970 [1933]), Le Langage, trad. de l’américain par J. Gazio, Paris, Payot.

Bronckart, J.-P., Bulea, E. & Bota, C. (éds) (2010), Le Projet de Ferdinand de Saussure, Genève, Droz.

Depecker, L. (éd.) (2012), Les Manuscrits de Saussure, Une révolution épistémologique, Langages 185.

Frei, H. (1982 [1929]), La Grammaire des fautes, Genève-Paris, Reprints Slatkine.

Fruyt, M. (2008), Averbes latins, grammaticalisation et lexicalisation, in M. Fruyt & S. Van Laer (éds), Adverbes et évolution linguistique en latin, Paris, L’Harmattan, 49-66.

Groupe de Fribourg (à paraître), L’Inversion du clitique sujet et ses fonctions en français contemporain, Berne, Peter Lang.

Jespersen, O. (1976 [1922]), Nature, évolution et origines du langage, Paris, Payot.

Langacker, R. W. (1977), Syntactic reanalysis, in C. Li (ed.), Mechanisms of Syntactic Change, Austin, University of Texas Press, 57-139.

Luzzati, D. (dir.) (1991), L’Oral dans l’Écrit, Langue française 89.

Marchello-Nizia, C. (1995), L’Évolution du français. Ordre des mots, démonstratifs, accent tonique, Paris, Armand Colin.

Rastier, F. (2010), Saussure et la science des textes, in J.-P. Bronckart, E. Bulea & C. Bota (éds). Le Projet de Ferdinand de Saussure, Genève, Droz, 315-333.

Saussure, F. de (1968-1974), Cours de linguistique générale, Édition critique et synoptique par R. Engler, Wiesbaden, O. Harrassowitz.

Saussure, F. de (2002), Écrits de linguistique générale, édités par S. Bouquet & R. Engler, Paris, Gallimard.

Soutet, O. (1992), La Concession dans la phrase complexe en français. Des origines au xvie siècle, Genève, Droz.

Weinreich, U., Labov, W. & Herzog, M. I. (1968), Empirical
Foundations for a Theory of Language Change, in W. P. L
ehmann & Y. Malkiel (eds.), Directions for Historical Linguistics. A Symposium, Austin & London, University of Texas Press, 95-195.

Haut de page

Notes

1 . <https://www.degruyter.com/document/doi/10.1515/9783110348194/html>

2 Voir par exemple le savoureux passage où T. Scheer fait un sort à la thèse, chère aux générativistes, selon laquelle l’évolution de la langue trouverait sa source dans les erreurs faites par les bébés (p. 197-199). Ou cet autre où sont montrés les abus induits par la démarche néo-grammairienne et son outillage incomplet (p. 193-196).

3 On =objet nominal.

4 Ce lieu commun du sujet obligatoire mérite toutefois réexamen. V. Groupe de Fribourg à paraître, chapitre 2.

5 Rappelons que H. Frei a exploité pour son travail des lettres de prisonniers de guerre parvenues au Comité international de la Croix-Rouge pendant la guerre de 14.

6 Changement reprend ici, malgré l’effort de spécialisation susmentionné, son sens de nom de processus.

7 « L’antinomie entre le changement (et l’approche “diachronique” qui en rend compte) et la notion de système, conçu comme un ensemble de structures, tient à une conception statique de ce dernier chez Saussure : cette opposition se résout dès lors que l’on conçoit qu’un système puisse être dynamique, tant en synchronie qu’en diachronie. » (GGHF, p. 19-20)

8 La GGHF en fait état ailleurs, voir par exemple p. 42 et 196.

9 Cf. entre autres Bronckart, Bulea & Bota 2010, Depecker 2012, Rastier 2015, etc.

10 Les auteurs de la GGHF se contentent très souvent de citer le Cours de linguistique générale de 2016, dont l’auteur n’est pas Saussure mais C. Bally et A. Sechehaye. Or on ne saurait s’épargner aujourd’hui un recours systématique à l’édition synoptique du Cours par R. Engler (Saussure 1968-1974), qui permet de confronter la vulgate à ses sources (i.e. aux notes autographes prises par les étudiants de Saussure et aux siennes propres). Le CLG ne peut plus aujourd’hui servir d’accès à la pensée saussurienne (qui a plus que jamais à nous apprendre, notamment quand il s’agit de diachronie).

11 Voici en quels termes Saussure formulait la chose : « Les faits diachroniques s’opposent aux synchroniques comme des événements à un système – ne sont que des événements. Or on ne parle pas avec des événements. »(A. Riedlinger, notes du Cours II de F. de Saussure, 1908-1909, in Saussure 1968-1974, n° 1516, II R 79)

12 Saussure 1968-1974, n° 2713-2724 ; cf. Béguelin 2014.

13 La métanalyse, dont la définition intègre – et rend superfétatoire – la notion de bridging context, est absente de l’index des notions de la GGHF.

14 Cette notion dont on abuse est particulièrement toxique. Elle installe entre les significations des hiérarchies dont la légitimité n’a rien d’évident et tend à faire oublier que la signification, de quelle nature qu’elle puisse être, est propriété inaliénable du signe linguistique.

15 Les auteurs de la GGHF s’inscrivent en gros dans ce paradigme, en dépit des critiques qu’il a suscitées (et qui ne sont évoquées que de manière très allusive, p. ex. au haut de la p. 37). 

16 Pour une critique approfondie de cette opposition qui émane du sens commun, exploitée constamment dans la GGHF, v. Berrendonner 2022 (à par.).

17 Cf. la stratégie épistémologique de la « rustine », pointée en ces termes T. Scheer : « Les théories modernes souvent inventent une rustine (i.e. modifient la théorie) chaque fois qu’une donnée inexplicable par les mécanismes en place se présente […] » (GGHF : 194).

18 « Face à la grande confusion qui règne dans les études récentes […] » (Fruyt 2008 : 53). La situation que M. Fruyt dépeint à propos du latin vaut aussi dans l’étude des autres langues.

19 Pour une approche des changements « guidée par le point de vue du locuteur », voir notamment Béguelin 2010, 2014, 2019.

20 Est appréhendé ici comme une « réanalyse », suite au « déplacement de la préposition », le fait qu’une structure à V constructeur impersonnel importer, suivie d’une interrogative réduite, de type n’importe dans quel X, ait laissé place, dans des conditions contextuelles analogues, à une structure tout autre, de type dans n’importe quel Xn’importe Q est recatégorisé comme un indéfini (à noter que je présente ici l’événement dans mes propres termes). Or le déplacement (apparent seulement !) de la préposition n’est nullement ici la cause, mais la conséquence d’une réanalyse qui s’est produite ailleurs que dans la séquence en question – réanalyse qui, par définition, ne saurait affecter que des occurrences ambiguës, i.e. interprétables aussi bien par le V importer suivi d’une interrogative réduite que via un déterminant indéfini, sans qu’il en résulte d’incidence sémantique ou pragmatique notable. Une telle ambiguïté se manifeste par exemple dans : « Nous étions là huit cents jeunes hommes qui aurions mis en pièces M. De Crébillon fils, ou La Harpe, ou Lafosse, ou n’importe quel autre partisan des unités […] » (L. Reybaud, 1842, Frantext). Voir dans mon étude de 2002 quels sont les contextes qui favorisent et entraînent ce type de réinterprétation.

21 Une remarque marginale : on aurait pu préciser que l’antériorité du principe phonographique, affirmée au bas de la p. 493, n’a pas de caractère universel : elle vaut pour le français ou le grec alphabétique, non pour le sumérien ou le chinois.

22 Pour une réflexion critique sur les catégories, distinguant les métalangages de désignation et les métalangages de modélisation, voir *** 2018.

23 Il en va de même, p. 1697, pour la notion de « mémoire discursive » et dans une moindre mesure, p. 1739, pour celle de « palier de traitement ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-José Béguelin, « Christiane Marchello-Nizia, Bernard Combettes, Sophie Prévost, Tobias Scheer (éds), Grande Grammaire historique du français »Scolia, 36 | -1, 172-192.

Référence électronique

Marie-José Béguelin, « Christiane Marchello-Nizia, Bernard Combettes, Sophie Prévost, Tobias Scheer (éds), Grande Grammaire historique du français »Scolia [En ligne], 36 | 2022, mis en ligne le 08 juillet 2022, consulté le 23 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/scolia/1958 ; DOI : https://doi.org/10.4000/scolia.1958

Haut de page

Auteur

Marie-José Béguelin

Université de Neuchâtel
marie-jose.beguelin[at]unine.ch

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search