Navigation – Plan du site

AccueilNuméros37Présentation

Texte intégral

1La question du caractère graduel ou abrupt du changement linguistique est au cœur de la réflexion sur le changement linguistique et a été soulevée dès le xixe siècle à propos du changement phonétique. Cette question a été non seulement envisagée en termes de rythme du changement, mais également en considérant la possible variation synchronique qu’entraîne le changement ainsi que la persistance de cette variation.

2Un recueil de travaux publié en 2010 par Traugott et Trousdale conduit à considérer cette problématique dans une perspective plus large en mettant en relation trois notions : « gradience », « gradualness » et « grammaticalization ». Si l’équivalence en français du dernier de ces termes ne pose pas de problème particulier, il n’en va pas de même pour les deux premiers. Le français dispose de termes comme gradualité, continuité ou encore celui de continuum, assez fréquemment utilisé ; encore faut-il déterminer dans quelle mesure ces expressions correspondent aux expressions utilisées en anglais. On peut considérer, sans simplification abusive, que « gradience » renvoie à la dimension synchronique, alors que « gradualness » fait référence à la diachronie. Si l’on accepte cette opposition, le meilleur équivalent pour ce dernier terme est celui de « continuité » ou de continuum, l’expression « continuité du changement » étant couramment utilisée depuis longtemps ; c’est autour de cette notion que se posent par exemple les questions sur la périodisation (les transitions, les moments de rupture ou de stabilité), sur la vitesse du changement.

3Avec la notion de « gradience », il s’agit de la structure même du système linguistique considéré d’un point de vue synchronique, le terme de « continuum » semblant habituellement utilisé en français pour renvoyer à cette caractéristique de certaines unités. Dans l’ouvrage qu’il a consacré à cette notion, Aarts (2007) distingue deux types de gradience : la première, qu’il appelle « gradience subsective », est interne à la catégorie et concerne le degré d’intégration d’une unité dans cette catégorie, les éléments d’une catégorie étant plus ou moins proches d’un prototype idéal de cette catégorie. On rejoint ici, d’une certaine manière, la problématique des « grammaires floues » (Kleiber et Riegel, 1978) ou encore les théories du prototype, l’opposition entre le noyau et les marges, par exemple. Dans le domaine morphosyntaxique, bon nombre de catégories présentent ce phénomène. En français moderne, il est facile de constater que l’adverbe, l’adjectif, le déterminant, pour ne citer que ces trois cas, ne sont pas des catégories homogènes ; un déterminant comme l’article défini ne partage pas les mêmes propriétés qu’un indéfini comme plusieurs, etc. (Carlier et Combettes, 2015). Ce type de continuum ne doit pas être limité aux seules catégories morphosyntaxiques. Il peut également être observé lorsqu’il s’agit de fonctions syntaxiques, avec la reconnaissance de degrés dans la transitivité (Hopper & Thompson 1980) par exemple, degrés qui entraînent un continuum pour les objets (Gautier et al., 2010) ; ou encore lorsqu’il est question de l’appartenance d’une construction particulière à une macro-construction. La notion de continuum est aussi pertinente dans le domaine de la sémantique lexicale, qui a produit les travaux pionniers sur la structuration prototypique des catégories (Rosh 1978, Berlin & Kay 1969, Lakoff 1987, Kleiber 1990). Pour Aarts (2004, 2007), un deuxième type de gradience, appelée « gradience intersective », met en jeu deux ensembles (qu’il s’agisse de catégories, de constructions, de valeurs sémantiques), qui ne sont pas séparés par des limites nettement définies et qui partagent entre eux des propriétés. Ainsi, en ancien français, l’infinitif, tout en étant une forme verbale, présente des traits d’un substantif : il peut être précédé d’un déterminant, être modifié par un adjectif ou un groupe prépositionnel, par ex. son cler luire (Jean de Meung, Roman de la Rose XIIIe s.), un mangier de lentilhes (Grégoire le Grand, Dialogues, XIIe s.). De même, il n’existe pas en ancien français de frontière nette entre adverbe et préposition comme en témoigne le double fonctionnement de dessous, dessur, dehors, devers, detrès, depuis (Fagard 2020 : 876). C’est sans doute dans le domaine de l’énoncé complexe que cette conception du continuum a été le plus exploitée. Dès les années 1980, certains linguistes élaborent des échelles destinées à rendre compte des degrés d’intégration des propositions sur un continuum allant de la parataxe aux cas les plus nets d’hypotaxe (Haiman et Thompson, 1984 ; Foley et Van Valin, 1984 ; Lehmann, 1988). Cette tradition se maintient, qu’il s’agisse d’observer le passage de l’hypotaxe à la parataxe (Béguelin et al., 2010 ; Haderman et al., 2010 ; Corminboeuf, 2009 ; Debaisieux, 2007, 2013), ou encore la distinction subordination / coordination (Bril et Rebuschi, 2006 ; Rebuschi, 2001, 2002 ; Verstraete, 2007).

4Cette notion de continuum, qui a soulevé bon nombre de discussions, peut apparaître comme plus ou moins pertinente en fonction des modèles linguistiques qui servent de cadre de référence. C’est ainsi que Croft (2001, 2007), dans sa discussion des parties du discours ou catégories morphosyntaxiques, renverse la perspective et prend les constructions comme point de départ. Sans mettre en cause l’existence des catégories comme le nom, le verbe, l’adjectif en tant que prototypes fonctionnels, il soutient que les frontières exactes de la catégorie ne peuvent être définies en dehors de toute construction (voir également : Benzitoun, 2007 ; Corminboeuf et Benzitoun, 2014 ; Deulofeu, 2007).

5La notion synchronique de « gradience » appelle celle, diachronique, de « gradualness », dans sa double dimension, subsective et intersective. Dans le domaine de la sémantique lexicale, Geeraerts (1997) montre comment la structuration prototypique du sens lexical permet non seulement de décrire le changement lexical mais aussi de dresser une typologie de ses motivations. Dans cette filiation se situent également les études réunies par Blank & Koch (2013). Dans le domaine de la morphosyntaxe, il a été montré comment au cours de l’histoire du français, les catégories se restructurent, en se scindant (par ex. la séparation entre pronoms et déterminants démonstratifs, cf. Marchello-Nizia 1995 ; les adjectifs et les déterminants, cf. Combettes 2001), en se structurant autour d’un prototype (on peut par exemple considérer les articles comme prototype pour la catégorie des déterminants, cf. Carlier & Lamiroy 2018) ou en fusionnant (par ex. le participe présent et le gérondif du latin tardif à l’ancien français, cf. Vangaever 2021).

6Le présent numéro présente l’intérêt de réunir des contributions qui touchent à différentes dimensions de la langue, la phonétique, la morphologie, la morphosyntaxe, la syntaxe et la sémantique lexicale, et qui apportent des perspectives théoriques nouvelles. L’article intitulé « Un continuum phonétique et géographique insolite : le développement de la nasalisation en français et en poitevin-saintongeais », coécrit pat Jeanine Berns, Pierre Faure et Haike Jacobs, rappelle, en s’appuyant sur l’état de l’art, comment le processus de la nasalisation, consistant en une assimilation régressive du trait de nasalité, tout comme la dénasalisation subséquente et la phonologisation des voyelles nasales, sont des phénomènes graduels qui s’étendent sur une durée de sept siècles et qui touchent les différentes voyelles d’une manière successive, en fonction de leur degré d’aperture. Cet article montre également comment cette évolution donne lieu à une gradience en synchronie, étant donné des variations qui ont trait à l’absence de changement du degré d’aperture de la voyelle nasale, à la direction (progressive plutôt que régressive) de l’assimilation, et à l’ordre chronologique du changement d’aperture et de la dénasalisation dans certaines zones géographiques. Cette étude s’attarde surtout sur le caractère non progressif de l’évolution en poitevin-saintongeais, en invoquant, au lieu du principe de l’innovation partagée, un changement faisant intervenir un archaïsme partagé. Les auteurs mettent en évidence la dispersion insolite d’une forme nasale ancienne dans ce parler en proposant une explication de nature socio-démographique : selon les sources historiques, la crise de l’industrie saline aurait provoqué le déplacement de la communauté linguistique des sauniers.

7Deux contributions s’attardent sur la question de la catégorisation morphosyntaxique et illustrent la « gradualness » ou la « gradience » intersective. Daniéla Capin, dans un article intitulé « Gradience, gradualness et transcatégorisation », prolonge le débat entrepris par Aarts (2007), Croft (2001, 2007) et Trousdale & Traugott (2010), en articulant les notions de « gradience » et de « gradualness » avec celle de transcatégorisation, soit la capacité d’une forme ou structure d’être attestée dans plusieurs catégories sans subir des modifications de surface. Elle illustre son propos par une analyse des emplois de donc, sous-déterminé du point de vue de son sens (temps, espace, valeur logique, valeur pragmatique) et de sa catégorie morphosyntaxique (adverbe de constituant, connecteur, marqueur discursif et même conjonction de subordination). Jasper Vangaever se consacre à la trajectoire du gérondif et du participe présent au cours de l’évolution du latin tardif à l’ancien français, en effectuant une ample étude qualitative et quantitative de corpus. Concernant le latin tardif, il montre que l’hypothèse communément acceptée d’une spécialisation catégorielle de ces deux formes dès le latin tardif n’est que partiellement validée par les données : si le gérondif (forme en -ndo) tend à se spécialiser dans la syntaxe de l’adverbe et subit ainsi une « converbialisation », le participe présent (forme en -ns, -ntis) ne présente pas une spécialisation dans la syntaxe de l’adjectif, qui serait le signe d’une « participialisation », mais offre d’une manière dominante une syntaxe adverbiale, comme le gérondif. En ancien français, les deux formes fusionnent morphologiquement, donnant lieu à la forme en -ant. L’hypothèse avancée par cette étude concernant le statut catégoriel du gérondif et du participe est que le recoupement au niveau des conditions d’emploi a pour conséquence que la fusion entre les deux catégories n’est pas seulement formelle, mais également fonctionnelle, et qu’il n’y a donc plus lieu de parler du gérondif ou du participe présent comme catégories distinctes en français médiéval, mais plutôt d’une catégorie unique pour laquelle l’auteur propose l’étiquette de « forme en -ant ». Cette analyse soulève aussi la question de la pertinence de la dénomination de gérondif pour le français classique et moderne, étant donné qu’il n’y a pas de filiation directe entre le gérondif latin et le gérondif du français moderne et que le statut catégoriel du gérondif français est différent de celui du gérondif en latin classique.

8Tatiana Taous envisage la notion de gradualité et de gradience au niveau constructionnel en consacrant son étude aux constructions verbales à infinitif dont le verbe conjugué est être avec un sens de verbe de mouvement, et s’interroge sur le degré de grammaticalisation du verbe dans cette construction, en appréhendant son statut grammatical à travers le concept guillaumien de « subduction » et en envisageant une comparaison avec le statut de être auxiliaire suivi d’un participe passé. Elle offre une analyse syntaxique et sémantique de cette structure, en montrant sa pérennité, à partir du français médiéval jusqu’au français moderne. Elle met ensuite en évidence la variation diaphasique, en repérant des indices d’oralité, et la variation diatopique, en s’appuyant sur un corpus québécois.

9Bernard Combettes transpose les notions de « gradience » et de « gradualité » à un autre niveau d’analyse, celui de la syntaxe des propositions et de leur intégration dans une phrase complexe. Il soulève à cette occasion plusieurs questions. La distinction entre gradience subsective (supposant une catégorisation prototypique) vs intersective (supposant des frontières floues entre catégories), établie par Aarts (2007), est-elle pertinente ? Comment faut-il définir l’unité qu’est la proposition et quelle importance accorder au subordonnant ? Quelle est l’importance de la structure interne de la proposition ? En s’appuyant sur deux approches majeures postulant un continuum entre hypotaxe et parataxe, à savoir Lehmann (1988) et Van Valin & La Polla (1997), son étude offre une analyse de trois cas de figure, qui illustrent de diverses façons le phénomène de gradience : la subordonnée temporelle, qui connaît entre l’ancien français et le moyen français un accroissement progressif du degré de subordination, la construction pseudo-clivée « ce qui P, c’est que P », qui consiste en l’intégration dans une nouvelle construction syntaxique unique de deux propositions au départ autonomes, et la construction d’autant que P, qui subit l’évolution inverse, dans la mesure où un constituant au départ intégré s’autonomise et acquiert un statut plus périphérique.

10Avec la contribution de François Némo et Binène Horchani, la question de la gradience et de la gradualité est soulevée par rapport au domaine de la sémantique lexicale. Les auteurs élaborent des tests précis pour analyser la continuité ou la discontinuité dans le domaine sémantique, dans une double perspective, synchronique et diachronique, en les appliquant à un ensemble de lexèmes comportant tant (pourtant, tant que, tant pis/mieux, tantôt… tantôt, etc.). Le premier test consiste à vérifier dans quelle mesure il y a des présupposés sémantiques partagés dans la diversité des emplois d’un morphème. Le second test, appelé « technique de dictionnaire inversé », consiste à comparer les paraphrases proposées dans les dictionnaires afin de dégager une continuité sémantique associée à un ensemble de lexèmes dans lequel un morphème donné est présent.

Haut de page

Bibliographie

AARTS B. (2004), Modeling linguistic gradience, Studies in Language 28, 1-49.

AARTS B. (2007), Syntactic Gradience. The Nature of Grammatical Indeterminacy, Oxford, Oxford UP.

BÉGUELIN M.-J., AVANZI M., CORMINBOEUF G. (éds) (2010), La parataxe, 2 volumes, Berne, P. Lang.

BENZITOUN C. (2007), Approche comparative de la notion de degré en syntaxe à travers l’opposition entre subordination et coordination, Travaux de linguistique 54-1, 121-132.

BERLIN B. & P. KAY (1969), Basic Color Terms: Their Universality and Evolution, Berkeley, University of California Press.

BLANK A. & KOCH P. (2013), Historical Semantics and Cognition, Berlin, Boston, De Gruyter Mouton, <https://doi.org/10.1515/9783110804195>.

BRIL I., REBUSCHi, G. (éds) (2006), Coordination et subordination : typologie et modélisation, Faits de langues 28.

CARLIER A. & COMBETTES B. (2015), Typologie et catégorisation morphosyntaxique : du latin au français moderne, Langue française 187, 15-58.

CARLIER A. & LAMIROY B. (2018), The emergence of the grammatical paradigm of nominal determiners in French and in Romance: Comparative and diachronic perspectives, Canadian Journal of Linguistics 63(2), 141-166, <https://doi:10.1017/cnj.2017.43>.

COMBETTES B. (2001), Emergence d’une catégorie morphosyntaxique : les déterminants nominaux, Linx 45, 117-126, <https://doi.org/10.4000/linx.818>.

CORMINBOEUF G. (2009). L’expression de l’hypothèse en français. Entre hypotaxe et parataxe. Bruxelles, De Boeck-Duculot.

CORMINBOEUF G. & BENZITOUN C. (2014), Evaluation critique des modèles graduels et non graduels de l’intégration syntaxique, CORELA 12, 1, 1-27.

CROFT W. (2007), Beyond Aristotle and gradience. A reply to Aarts, Studies in Language 31, 409-430.

CROFT W. (2001), Radical Construction Grammar: Syntactic Theory in Typological Perspective, Oxford, Oxford UP.

CULICOVER P. & JACKENDOFF R. (2005), Simpler Syntax, Oxford, New-York, Oxford UP.

DEBAISIEUX J.-M. (2007), La distinction entre dépendance grammaticale et dépendance macrosyntaxique comme moyen de résoudre les paradoxes de la subordination, Faits de langue 28, 119-132.

DEBAISIEUX J.-M. (dir.) (2013), Analyses linguistiques sur corpus : subordination et insubordination en français, Paris, Hermès-Lavoisier.

DEULOFEU H.-J. (1986), Syntaxe de que en français parlé et le problème de la subordination, Recherches sur le français parlé 8, 79-104.

DEULOFEU H.-J. (2007), Les consécutives construites avec tellement ont-elles une syntaxe scalaire ?, Travaux de linguistique 54, 133-146.

FAGARD B. (2020), Prépositions et locutions prépositives, in C. Marchello-Nizia, B. Combettes, S. Prévost & T. Scheer (éds), Grande grammaire historique du français (GGHF), Berlin/Boston, De Gruyter.

FOLEY W. A., VAN VALIN R. D. (1984), Functional Syntax and Universal Grammar, Cambridge, CUP.

GAUTIER A., PINO SERRANO L. & VAN RAEMDONCK D. (éds) (2010), Les limites de la rection verbale, Numéro thématique de Travaux de linguistique 60-1.

GEERAERTS D. (1997), Diachronic Prototype Semantics. A Contribution to Historical Lexicology, Oxford, Clarendon Press.

GREEN G. M. (1976), Main clause phenomena in subordinate clauses, Language 52-2, 382-397.

HADERMANN P. et al. (2010), Les structures corrélatives : pour une inscription dans les sous-systèmes parataxe/hypotaxe et coordination/subordination, in Béguelin M.-J., Avanzi, M. & Corminboeuf, G. (éds), La parataxe, tome 2, Berne, Peter Lang, 219-239.

HAIMAN J. & THOMPSON S. (1984), Subordination in Universal Grammar, Subordination, Proceedings of the Tenth Annual Meeting of the Berkeley Linguistic Society, Berkeley, 510-523.

HOPPER P. J & THOMPSON S. A. (1980), Transitivity in Grammar and Discourse, Language 56.2, 251.

KLEIBER G. (1990), La Sémantique du prototype. Catégories et sens lexical, Paris, PUF.

KLEIBER G. & RIEGEL M. (1978), Les « grammaires floues », Bulletin des jeunes romanistes, 21-22, 67-123.

KOCH P. (1995), Subordination, intégration syntaxique et « oralité », Études romanes 34, 13-42.

LAKOFF G. (1987), Women, Fire and Dangerous Things: What Categories Reveal about The Mind, London.

LEHMANN C. (1988), Towards a typology of clause linkage, in J. Haiman & S. A. Thompson (eds), Clause Combining in Grammar and Discourse, Amsterdam, New York, Benjamins, 181-225.

ROSCH E. (1978), Principles of Categorization, in Rosch E. & Lloyd B.B. (eds), Cognition and Categorization, 27-48, Lawrence Erlbaum Associates, Publishers (Hillsdale).

RAIBLE W. (2001), Linking clauses, Haspelmath M., König E., Oesterreicher W. & Raible W. (dir.), Language Typology and Language Universals, vol. 20-1, Berlin, New York, de Gruyter, 590-617.

REBUSCHI G. (2001), Coordination et subordination. Première partie : la co-jonction restreinte, Bulletin de la société de linguistique de Paris XCVI/1, 23-60.

REBUSCHI G. (2002), Coordination et subordination. Deuxième partie : vers la co-jonction généralisée, Bulletin de la société de linguistique de Paris XCVII/1, 37-94.

SCHOSLER L. (2010), A paradigmatic approach to language and language change, in E. Traugott & G. Trousdale (eds.), Gradience, Gradualness and Grammaticalization, Amsterdam, John Benjamins, 203-220.

SMESSAERT H., CORNILLIE B., DIVJAK D., VAN DEN EYNDE K. (2005), Degrees of clause integration. From endotactic to exotactic subordination in Dutch, Linguistics 43-3, 471-529.

TRAUGOTT E. & TROUSDALE G. (2010), Gradience, gradualness and grammaticalization: How do they intersect?, in E. Traugott & G. Trousdale (eds.), Gradience, Gradualness and Grammaticalization, Amsterdam, John Benjamins, 19-44.

TRAUGOTT E. & TROUSDALE G. (2010). Gradience, Gradualness and Grammaticalization, Amsterdam, John Benjamins.

VAN VALIN R. & LAPOLLA R. (1997), Syntax. Structure, Meaning and Function, Cambridge, Cambridge University Press.

VANGAEVER J. (2021), Categories under pressure: The gerund and the present participle from Late Latin to Old French, Thèse de doctorat, Sorbonne Université/ Ghent Univ.

VERSTRAETE J.-C. (2007), Rethinking the Coordinate-Subordinate Dichotomy: Interpersonal Grammar and the Analysis of Adverbial Clauses in English, Berlin, Mouton de Gruyter.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Carlier et Bernard Combettes, « Présentation »Scolia, 37 | 2023, 7-16.

Référence électronique

Anne Carlier et Bernard Combettes, « Présentation »Scolia [En ligne], 37 | 2023, mis en ligne le 07 juillet 2023, consulté le 25 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/scolia/2461 ; DOI : https://doi.org/10.4000/scolia.2461

Haut de page

Auteurs

Anne Carlier

Sorbonne Université, EA STIH

Bernard Combettes

Université de Lorraine et UMR ATILF

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search