Navigation – Plan du site

AccueilNuméros37Continuité sémantique ou dégroupe...

Continuité sémantique ou dégroupement homonymique entre tests diachroniques et tests synchroniques

Testing Semantic Continuity vs Homonymic Degrouping in Diachrony and Synchrony
François Nemo et Binène Horchani
p. 117-145

Résumés

Angle mort parfois des descriptions du changement sémantique, la question de savoir s’il y a continuité sémantique ou rupture homonymique doit pouvoir donner lieu à des tests empiriques à même d’expliciter les formes de continuité sémantique si elles existent, et non en supposant seulement qu’une origine commune en garantirait l’existence. Dans ce cadre, nous présentons deux types de tests utilisables pour l’analyse diachronique de ces formes de continuité, mais aussi en synchronie, qui concernent respectivement les présupposés morphémiques partagés et les profils interprétatifs qui leur sont associés. Les techniques utilisées, analyse des conditions d’emplois et inversion de dictionnaires étymologiques, sont définies et illustrées, notamment à propos de l’ensemble lexical diachronique des emplois de /tant/.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Si la sémantique diachronique est très largement une théorie du changement sémantique, c’est sans doute qu’il est techniquement plus facile d’objectiver une « strate » sémantique nouvelle ou de mettre en lumière une « dérive sémantique » que d’objectiver une continuité sémantique, hors des cas simples de cumuls où un sens A évolue dans un emploi « pont » vers un sens AB avant que s’autonomise un sens B. De façon générale pourtant, dans la mesure où il peut y avoir différenciation sémantique sans que cela conduise à une autonomisation complète, et dans la mesure aussi où il peut même y avoir différenciation à partir d’une base inchangée, pouvoir trancher la question de l’existence ou non d’une continuité sémantique, et plus précisément pouvoir prouver ou infirmer cette continuité est en sémantique diachronique une nécessité. C’est le cas en particulier si l’on ne veut pas confondre entre elles les notions de différenciation, divergence et autonomisation sémantique et si l’on ne veut pas à l’inverse se contenter de supposer sans preuve qu’il y aurait forcément maintien dans le temps d’une forme de relation et de continuité sur la seule base d’une origine partagée.

  • 1 Elle est aussi techniquement identique à la question de savoir ce que partagent les formes différ (...)

2Dans la mesure où cette question diachronique est techniquement identique1 à la question en synchronie de savoir si une unité doit être décrite comme polysémique ou s’il faut postuler l’existence d’un dégroupement homonymique, nous admettrons comme point de départ que :
 il n’est pas possible de parler de polysémie en synchronie (vs homonymie) sans justifier d’une forme effective de continuité sémantique et sans objectiver la nature exacte de ce qui fonderait cette continuité ;
 le dégroupement homonymique ne peut qu’être l’hypothèse par défaut tant que la continuité en question n’est pas prouvée ;
 il n’est pas possible de parler de changement en diachronie sans préciser de façon vérifiable si ce changement conduit à un dégroupement homonymique ou non, autrement dit s’il y a rupture de continuité ou à l’inverse changement dans la continuité ;
 il n’est pas possible de supposer qu’une origine commune s’accompagne forcément en diachronie du maintien d’une relation sémantique si la nature synchronique de la relation censée perdurer n’est pas précisée et n’est pas testable.

Pour aborder toutes ces questions, nous nous intéresserons à des unités ayant synchroniquement une distribution transcatégorielle et donc à l’ensemble des lexèmes correspondant à cette distribution. La question étant de savoir à leur sujet s’il est possible de parler en synchronie d’une unité sémantique ou s’il faut parler d’homonymie, et s’il est possible de parler en diachronie de maintien de relations sémantiques ou s’il faut parler en ce qui les concerne de dégroupement homonymique, avec comme obligation dans ces deux derniers cas de pouvoir définir à quel moment et sur quels critères une rupture sémantique (ou une homonymie en synchronie) peut être établie.

3Nous introduirons rapidement à la notion de partage des conditions d’emploi et en particulier à la notion de partage de présupposés sémantiques, et montrerons que ce nouvel outil technique est utilisable aussi bien pour décrire les relations entre signes distincts (tels que frère et sœur), que pour décrire les relations entre l’ensemble des emplois d’un même lexème en synchronie (polysémie), les relations entre emplois successifs d’une même unité lexicale en diachronie, et les relations entre un ensemble de lexèmes partageant un morphème en diachronie et en synchronie. Nous décrirons enfin rapidement la technique à mettre en œuvre pour objectiver ces conditions d’emploi et les présupposés partagés.

  • 2 Une autre illustration de certains des principaux points abordés ici peut être trouvée dans l’étu (...)

4L’ensemble de la démarche – des méthodes utilisées et des résultats auxquels ces méthodes conduisent pour les études diachroniques – sera illustrée ici2 à propos de l’ensemble des lexies (lexèmes et locutions) de la famille tantus depuis le latin, qui s’avèrent caractérisables comme emplois transcatégoriels du morphème /tant/ quand les présupposés sémantiques qu’ils partagent sont objectivés.

5Nous traiterons en particulier les relations entre tant pis, pourtant, tant P que, tantôt… tantôt, autant dire que, tant qu’à faire, tant mieux, si tant est que, pour autant, autant X autant Y, tandis que, un tant soit peu, un tantinet, tant X que Y, etc. Et pour ce faire décrirons la façon dont ces emplois associent un présupposé sémantique partagé avec des complémentations propres à chacun des emplois, ce qui nous permettra de montrer que les divergences sémantiques elles-mêmes ne peuvent pas être analysées comme des dérives sémantiques et doivent l’être en termes de différenciation à partir d’une base sémantique commune.

6Nous montrerons ensuite que si le partage de présupposés permet de trancher la question du dégroupement homonymique en diachronie comme en synchronie, il existe d’autres formes de continuité sémantique que le partage de présupposés morphémiques. Nous montrerons notamment qu’en dehors de ce partage, non seulement des interprétations peuvent être partagées par un ensemble d’emplois sans l’être par tous les emplois, mais qu’elles peuvent être partagées dans le temps par des lexèmes successifs. Une telle réalité sera mise en relation avec la notion de profil sémantique (Cadiot & Visetti, 2001) avant d’introduire aux méthodes utilisables pour objectiver en diachronie ces formes de continuité sémantique, et notamment à la technique du dictionnaire (historique) inversé. Nous illustrerons ce type de continuité une nouvelle fois à propos de l’exemple des lexèmes de la « famille » tantus, et décrirons en détail la façon dont des lexèmes successifs, formellement distincts, peuvent « hériter » en diachronie d’un profil sémantique unique.

1. Continuité sémantique et modélisation du changement sémantique

7Toute discussion des changements sémantiques associés à une forme en diachronie implique de trancher la question synchronique du caractère homonymique ou polysémique des emplois de cette forme. Paradoxalement, cette discussion est souvent menée (par exemple) à partir d’une vision atomisée du lexique selon laquelle toute différentiation sémantique devrait être traitée comme de l’homonymie. Si différents arguments contre cette position défendue notamment par des philosophes du langage comme Fodor & Lepore (1998) ont pu être avancées, par exemple par Traugott & Dasher (2002 : 11-12) quand ils évoquent différentes formes de continuité sémantiques entre emplois ou même le fait qu’ils s’influencent les uns les autres, le problème pour toute modélisation du changement sémantique en diachronie comme pour toute modélisation synchronique du lexique est qu’il n’est en réalité ni possible de présumer comme le fait la thèse atomiste que toute différenciation vaut discontinuité a priori, autrement dit sans procéder à aucun test de continuité, ni possible de supposer a priori le maintien indéfini de formes de continuité sémantique entre emplois cognatiques d’une forme sans capacité à prouver les continuités sémantiques en question et donc sans capacité à identifier et expliciter celles-ci. Double raison pour laquelle le sémanticien doit à la fois admettre méthodologiquement l’homonymie comme hypothèse par défaut si la continuité n’est pas prouvée après test et reconnaître ensuite que la réalité empirique démontrable à l’issue de tels tests est dans la plupart des cas qu’une représentation polysémiste des données s’impose.

1.1. Continuité sémantique dans le changement sémantique

  • 3 Pour une introduction à la notion de plurisémie, voir Nemo, Petit & Portuguès (2012) ou encore Ra (...)

8Si quelques formes de continuité sont évoquées par Traugott et Dasher (2002), oscillant entre la question de la plurisémie des emplois3 et celle des formes synchronique et diachronique de coexistence de plusieurs sens (« readings »), il est possible en première approximation de faire une typologie plus complète des formes de changement sémantiques et des relations de continuité associées au changement sémantique.

  • 4 Si la notation AB de Traugott & Dasher suppose la coexistence temporaire de deux strates de sens, (...)

9Si l’on ne considère pas dans un premier temps la plurisémie éventuelle de l’emploi initial, on aura ainsi les types suivants :
Type 1 : changement immédiat et sans continuité avec passage de A à B.
Type 2 : emplois ponts transitoires avec passage de A à AB (ou A’B) puis à B.
Type 3 : emplois accrétifs simples avec passage de A à AB.
Type 4 : emplois accrétifs avec altération du sens initial avec passage de A à A’B.
Type 5 : restrictions d’emplois avec passage de A à A’ où A’ est un sous ensemble de A
Si l’on prend ensuite en compte le fait que l’emploi initial peut être composite (multistratique4), il faut ensuite ajouter des types tels que :
Type 6 : modification d’une seule strate avec passage de AB à AC (ou A’C).
Type 7 : modification d’une seule strate avec passage de ABC à ABD (ou A’B’D).
Type 8 : modification de deux strates avec passage de ABC à ADE.
Type 9 : modification simultanée de toutes les strates avec passage de ABC à DEF.
Type 10 : modification non simultanée de toutes les strates, passage de ABC à DEF. etc.

10Les types 1 ou 2 et 9 ou 10 conduisent à un dégroupement homonymique immédiat ou différé, les types 3 à 8 impliquent à l’inverse le maintien de partage de strates sémantiques comme dans le cas d’unités polysémiques. Le type 6 est celui qui est privilégié par les modèles adoptant une distinction signification/sens. Les types 7 et 8 sont privilégiés par les modèles issus des précédents qui, à la suite notamment de Cadiot & Visetti (2001), reconnaissent l’existence d’au moins une strate de profilage intermédiaire partagée par un ensemble d’emplois mais pas la totalité, et qui peut rester inchangé même quand la strate de sens change. Les types 9 ou 10 sont ceux qui correspondent aux situations où une proximité de forme conduit à une capture morphémique, une forme (i.e. un signifiant) rattachée à un morphème devenant immédiatement ou rapidement détachée de ce morphème et rattachée à un autre morphème, situations le plus souvent non-décrites en tant que telles mais qui, quand elles le sont, le sont par exemple avec des formules telles que « sous l’influence de ». Le tout sachant que chacun de ces types a été documenté dans des travaux empiriques depuis une vingtaine d’années, et que les différents cas évoqués brièvement par Traugott & Dasher (2002 : 11), comme l’accrétion temporaire décrite par le schéma ci-dessous :

ou encore la restriction d’emploi où le rapprochement entre deux formes non-cognatiques rentrent dans ces catégories.

11Identifier le type de changement et le type de continuité sémantique suppose de ce fait moins de chercher à décrire la direction du changement que sa nature et donc le degré de continuité et les strates affectées par un changement et celles qui ne le sont pas.

12Or si cette question est en partie une question empirique, elle est aussi une question théorique en cela qu’il apparaît clairement que certaines strates sont très sensibles au contexte d’emploi du signe (insertion syntaxique et discursive) et qu’il a pu être démontré, par exemple dans l’étude de l’ensemble des emplois du morphème /tant/, que d’autres le sont moins ou ne le sont pas.

13Ce qui revient à dire en quelque sorte qu’il y a des changements qui se produisent automatiquement en cas d’utilisation du signe dans un nouveau contexte d’insertion, par élimination des strates liées au(x) contexte(s) d’insertion précédent(s) et calcul d’une interprétation adaptée au nouveau contexte d’insertion. Sachant qu’il est possible de montrer que ces modifications, dans les cas qui seront décrits ici, n’affectent pas les présupposés sémantiques partagés par tous les emplois, ceux-ci par exemple étant interprétés discursivement dans les emplois connectifs et étant interprétés propositionnellement dans les emplois intraphrastiques, sans altération aucune de ce qui est présupposé.

1.2. Plurisémie et changement sémantique

14Pour que tout changement sémantique ne soit pas associé à une rupture sémantique immédiate, il doit en pratique y avoir coexistence de strates sémantiques et ceci doit être le cas soit transitoirement soit durablement.

15Or, introduire ainsi une représentation plurisémique du lexique et des relations interlexicales ne peut être fait de façon ad hoc, et notamment sans présupposer que la plurisémie de chaque sens d’un lexème – autrement dit le fait que plusieurs strates sémantiques soient associées à un seul emploi – n’existerait que comme état transitoire entre des états qui seraient eux « unistratiques » (et donc ici unisémiques), à l’instar de ce que suppose le schéma de Traugott et Dasher introduit précédemment.

  • 5 Comme l’ont fait en particulier depuis Benveniste toutes les sémantiques supposant une distinctio (...)

16S’impose en effet au sémanticien d’interroger la plurisémie initiale de l’emploi conçu comme emploi source avant de pouvoir étudier l’évolution de cette plurisémie. Ce qui, pour le dire plus clairement, revient à dire que les scénarios jusqu’ici décrits comme étant de type A>AB>B ou de type A>AB doivent être testés comme pouvant être des scénarios à plurisémie initiale et évolutive consistant par exemple à passer de AB à AC au terme d’un processus de type AB>ABC>AC par exemple5.

1.3. La plurisémie dans la diachronie des nexus lexicaux

17Tout test de continuité sémantique qui concerne un ensemble de lexèmes partageant potentiellement un morphème – à l’instar de l’ensemble formé par les locutions connectives et encore, encore pas, la particule de restriction encore, les emplois intraphrastiques de encore, ou l’ensemble des emplois de tant que nous étudierons dans la section suivante – est conduit à observer des formes de continuité sémantique clairement liées à la présence continue du morphème qui obligent à adopter la perspective inverse de celle qui est considérée généralement comme allant de soi, y compris par nous jusqu’ici, en matière d’étude du changement linguistique, à savoir que l’étude de la diachronie en sémantique supposerait de partir du signifiant (même instable) lexémique pour étudier l’évolution du signifié qui lui est associé.

18Or, pour des raisons liées à la plurisémie et à l’existence de profilages sémantiques distincts dans l’interprétation de l’emploi de tout morphème, il s’avère que des lexèmes distincts (et donc des formes distinctes) partageant ce morphème peuvent se trouver associés aux mêmes profils sémantiques, parfois en se succédant diachroniquement les uns aux autres. Ce qui revient à dire par exemple qu’une interprétation-type (profil) se retrouve associée à plusieurs lexèmes polylexicaux distincts, plus ou moins proches, certains disparaissant, d’autres apparaissant.

19De même, si l’on considère l’ensemble des lexèmes concernés et l’ensemble des interprétations-types concernées, observe-t-on des glissements fréquents de chacun d’entre eux d’une interprétation-type à l’autre, avec une capacité variable pour un lexème donné à être associé à un ensemble de profils ou au contraire une évolution vers une spécialisation. Ce qui revient à dire que lorsqu’il y a continuité sémantique au niveau de la strate morphémique, et donc partage du morphème, la « polysémie » de ce morphème (i.e. la diversité des profils qui lui sont associés) semble aisément disponible pour chacune des locutions ou lexèmes impliqués comme nous le verrons dans notre seconde partie. Ce qui revient à dire, pour être encore plus explicite, que la polysémie d’un lexème (incluant un morphème) n’est très souvent pas propre à ce lexème, et ne peut être étudiée et comprise en dehors de celle des autres lexèmes partageant le morphème. Ce qui revient ensuite à dire aussi qu’il en est de même des changements affectant ce lexème qui, pour une bonne part, sont des changements locaux qui s’inscrivent dans une continuité forte au niveau d’un sous-ensemble des lexèmes partageant le morphème mais aussi une interprétation-type.

  • 6 À tort ou à raison.

20Le rôle de cette continuité des profils associés à un morphème est très apparent dans la capacité chez les lecteurs contemporains (et les rédacteurs de dictionnaires étymologiques) d’interpréter et de paraphraser, par des paraphrases contemporaines associables à ces interprétations-types, le sens de lexèmes qui ne font plus partie de leur vocabulaire. Le fait que dans un exemple comme « les biens ecclésiastiques appartenant aux pauvres ont été pillés par les ambitieux, avares et dissolus, qui ont donné les bénéfices à des gens indignes, n’ayans rien d’ecclésiastiques que l’habit, encore pas. (D’Aubigné, 1981 [1652-1659] : 86), l’enchaînement « n’ayans rien d’ecclésiastiques que l’habit, encore pas » soit directement compris6 comme paraphrasable aujourd’hui par « n’ayant d’ecclésiastiques que l’habit, et encore », montre que l’obligation pour le lecteur contemporain d’interpréter une locution, la locution encore pas, qu’il ne connaît pas, le conduit :
 à une lecture restrictive de encore qui lui est très accessible par ailleurs ;
 à interpréter la présence de pas dans ce contexte comme renvoyant au fait que les personnes évoquées peuvent ne même pas avoir un habit ecclésiastique. Ce qui le ramène à l’interprétation contemporaine de et encore qui pour ne plus inclure pas porte bien sur la possibilité que quelque chose qui vient juste d’être présenté comme acquis ne soit (même pas) vrai (Nemo, 1992).

21Le fait que des formes successives mais partageant des constituants sémantiques puissent avoir une même interprétation implique donc qu’il y aura stabilité et continuité sémantique dans le changement, ce changement n’étant pas un changement de sens mais en quelque sorte de « monture », pour employer la métaphore équestre d’un changement de cheval de poste en poste pour la transmission d’un message inchangé.

22Que le sens puisse être plus stable que les formes est en tous les cas une configuration que le diachronicien doit prendre en compte, tout comme il doit prendre en compte le fait que des formes révolues et des emplois disparus puissent rester interprétables : sa propre capacité à interpréter ou paraphraser ceux-ci est forcément la trace d’une forme de continuité sémantique qui mérite d’être comprise et modélisée.

23C’est ce type de constat en effet qui explique très largement le choix initial dans un dictionnaire étymologique comme celui de von Wartburg (1922-2022) de traiter ensemble ou non un ensemble d’emplois et un ensemble de formes/lexèmes. Et c’est ce type de constat que la technique du dictionnaire inversé qui sera présentée dans notre seconde partie permet de rendre explicite.

2. Tester les formes de continuité sémantique

24Si l’étude du changement sémantique a plus d’un siècle (Bréal, 1897), la capacité à tester les continuités sémantiques entre emplois est longtemps restée un enjeu interne aux théories de la signification et de la polysémie.

25Depuis une vingtaine d’années néanmoins, ont été développées de plus en plus explicitement des techniques qui permettent d’expliciter les indications sémantiques fonctionnant comme des présupposés sémantiques partagés entre signes lexicaux distincts, entre emplois catégoriels ou transcatégoriels d’un même signe, entre ensembles de lexèmes partageant un morphème et même très récemment entre formes de réalisation prosodique d’une séquence linguistique.

26Nous illustrerons ici très schématiquement deux de ces techniques, utilisables dans le premier cas pour repérer les strates morphémiques ou encore les strates de profilage sémantique, et utilisables dans le second pour identifier seulement des strates de profils sémantiques. La première passe par l’étude contrastive des conditions d’emploi de deux ou plusieurs signes, la seconde par l’inversion de dictionnaires étymologiques.

2.1.1. La notion de condition d’emploi d’un signe

  • 7 Par convention, nous noterons /tant/ le morphème tant – présent par hypothèse aussi bien dans pou (...)

27Décrire les conditions d’emploi de signes, aussi bien si ces signes sont des lexèmes (i.e. des signes grammaticalement définis), des morphèmes (autrement dit des signes ayant comme /tant/ ici7 des distributions transcatégorielles), ou encore des modulations prosodiques (Bouzayenne, 2021), consiste à décrire (Nemo, 2020) ce qui doit se passer dans la situation pour que le signe puisse être utilisé.

28Or, ces conditions d’emploi sont très largement distinctes par exemple des conditions de référence dénominative (i.e. définitions) que les dictionnaires décrivent comme étant « le sens » d’un mot.

  • 8 Dans son emploi le plus standard pour l’illustration choisie ici.

29Cet écart peut être illustré en observant la différence entre répondre à la question « Qu’est-ce qu’un frère ? », comme le font les dictionnaires, et décrire ce qui doit se produire pour que le signe frère soit utilisé8.

30Dans le premier cas, en effet, le sens est identifié avec la référence dénominative et répond donc à la question « Que nomme-t-on frère ? ». Alors que dans le second, la description des conditions d’emploi permet de rendre explicites les référents présupposés mais non nommés, autrement dit le fait que pour que frère soit employé, il faut que « deux personnes aient au moins deux enfants, dont au moins un soit un garçon ». Ce qui revient à dire que frère suppose bien l’existence de quatre personnes et d’un scénario spécifique entre eux, même s’il ne nomme qu’une (ou deux) de ces quatre personnes.

31Or, le fait de rendre explicites de tels présupposés permet de démontrer l’existence d’une continuité sémantique avec d’autres signes, qui ne nomment pas les mêmes choses mais présupposent bien la même chose.

32Ainsi, la description des conditions d’emploi de sœur en français, alors même qu’il n’y a pas d’intersection des référents nommés avec ceux nommés par frère, va conduire à retrouver sous la forme du scénario « deux personnes ont au moins deux enfants, dont au moins une est une fille » la moitié des conditions d’emploi de frère.

33La forme de continuité sémantique avec les conditions d’emploi de frère est en effet le partage du présupposé partagé « deux personnes ont au moins deux enfants », alors que les conditions d’emplois différenciées pour les deux mots, sont respectivement « un au moins est un garçon » versus « un au moins est une fille ».

34Le linguiste peut donc, au lieu de simplement considérer frère et sœur comme deux signes distincts, parce qu’ils nomment des choses distinctes, constater que les deux signes partagent la moitié de leur sens sous la forme d’un présupposé identifiable et explicitable.

35Une telle technique est bien sûr encore plus cruciale lorsqu’il s’agit de trancher en synchronie entre polysémie et homonymie, par exemple en identifiant comme condition d’emploi partagée d’un enfin de soulagement et d’un enfin d’irritation, le fait qu’un problème doive se poser, qui sera dans un cas déjà résolu au moment de l’énonciation et qui aura dans l’autre vocation à être résolu d’urgence.

36Elle permet aussi comme nous le verrons à propos de /tant/ de décrire les conditions d’emplois partagés de morphèmes à distribution transcatégorielle mais aussi de décrire les conditions d’emploi des signes liés (com- dans comique ou comédie, trag- dans tragique, tragédie) signes qui n’ayant pas de référence dénominative ne sont jamais décrits en tant que tels alors même qu’ils fournissent des indications parfaitement identifiables fonctionnant comme des présupposés dans les sens des mots qui les incluent. Ainsi est-il possible de décrire les conditions d’emploi de la base liée herman- dans les équivalents espagnols de frère et sœur, à savoir hermano et hermana, comme étant directement l’indication que « deux personnes ont au moins deux enfants ».

  • 9 Voir par exemple Delahaie (2016)

37Mais elle peut surtout, pour ce qui nous intéresse ici, être utilisée en diachronie pour tester la continuité sémantique. Ce qu’il est possible d’illustrer à propos du développement de l’emploi pragmatique récent de « j’avoue » en français9 quand il est utilisé pour marquer son accord avec ce que dit l’interlocuteur. Là où une approche en termes de changement décrira cet emploi comme un cas de pragmaticalisation, sans préciser si celle-ci implique une rupture sémantique ou s’il y a continuité, la description comparative des conditions d’emplois des deux emplois (ou d’autres antérieurs) permettra d’identifier comme présupposé et condition d’emploi partagés le fait que dans les deux cas « quelqu’un reconnaît que quelque chose est vrai » avec comme conditions d’emploi différenciées soit pour l’emploi le plus classique que « ce qui est reconnu comme étant vrai est que l’on a fait quelque chose de négatif », soit que « ce qui est reconnu comme étant vrai est ce qu’a dit l’interlocuteur ». Moyennant quoi, il y a donc bien continuité sémantique autour de quelque chose de parfaitement identifié (la reconnaissance de la vérité de quelque chose) et variation de ce qui est reconnu comme vrai. Ce qui implique qu’il y a donc pour ces deux emplois, maintien d’une strate sémantique partagée, dont il sera possible de tester si elle était présente dans des emplois antérieurs en testant si la reconnaissance de quelque chose comme vrai (dans un nom comme avoué par exemple) a toujours concerné le fait d’avoir commis une faute ou si l’emploi moral/légal, aussi saillant soit-il pour l’intuition contemporaine, n’est lui-même en longue durée comme diraient les historiens qu’un épisode parmi d’autres.

2.1.2. Tester les présupposés sémantiques partagées dans la diversité des emplois d’un morphème

  • 10 Et qui comprend parmi de nombreuses autres formes, dont beaucoup sont disparues, les lexèmes tant (...)

38Lorsqu’il s’agit de données analogues à celles de la famille tantus, tester les conditions d’emplois de tous les usages diachroniques de tous les lexèmes qui lui appartiennent à un moment donné ou un moment quelconque10 conduit ainsi à décrire d’abord pas à pas ce qui doit avoir lieu pour que le lexème puisse être employé dans un emploi donné.

  • 11 Avec P1 et P2 notant deux prédicats.

39Ce qui, à partir d’un corpus d’emplois pour chaque lexème (Horchani, 2018), revient concrètement à se demander par exemple :
 que doit-il se passer pour que tant pis soit utilisé ?
 que doit-il se passer pour que tant que soit utilisé ?
 que doit-il se passer pour que la construction « tant P1 que P2 » soit utilisée11 ?
 que doit-il se passer pour que la construction « P1 tant que P2 » soit utilisée, avec l’interprétation « P1 est vrai tant que P2 est vrai » ?
 que doit-il se passer pour que la construction « tantôt P1 tantôt P2 » soit utilisée, avec l’interprétation « P1 et P2 sont alternativement vraies » ? etc.
et ceci, pour tous les usages potentiels du morphème.

40La réponse à cette question à propos de l’exemple traité précédem­ment se fait avec une description dans un ordre chronologique strict de ce qui doit se passer, et ceci sans tenir compte du fait qu’une des étapes soit focale ou non pour le lexème correspondant. Cela permet par exemple de noter qu’avec un enfin de soulagement, un problème qui se posait a été résolu, alors qu’avec un enfin d’irritation le problème se pose au moment de l’énonciation et doit être résolu au plus vite.

41Une telle démarche peut être illustrée à propos de pourtant, dans une utilisation standard de celui-ci, par la description de conditions d’emploi qui sont schématiquement les suivantes :
Quelque chose S1 était vrai en T0
Il était prévisible en général que S2 aurait lieu en T+1 en raison de S1
Non-S2 a eu lieu en T+1
Le fait que non-S2 ait eu lieu au lieu de S2 ne correspond pas en T+1 à ce qui était attendu.
Une fois décrites les conditions d’emplois de chaque lexème, et ce, pour chacun de ces emplois, étape évidemment fastidieuse mais qui familiarise progressivement le sémanticien avec ce dont il est question et avec la diversité de ce qui peut être dit à ce propos, il devient possible de comparer les étapes associées à chacun d’eux en recherchant des étapes communes. Exactement comme dans notre exemple précédent, la comparaison des conditions d’emploi de frère et de sœur permet d’identifier la condition commune « Deux personnes ont au moins deux enfants » comme partagée.

42Dans l’étude de morphèmes transcatégoriels tels que /tant/, il devient ainsi possible de séparer progressivement les présupposés partagés par des groupes d’emplois (profils), puis le présupposé partagé par ces présupposés (Horchani, 2018). Et donc de séparer les conditions d’utilisation différenciées associées à la construction et au contexte dans lequel le morphème est utilisé (Horchani 2018) des indications sémantiques non liées à ces contextes.

43Les conditions d’emploi communes à tous les usages sont alors identifiées comme des présuppositions morphémiques partagées et comme des indications codées par le morphème /tant/. Alors que les conditions partagées par une partie mais pas toutes les utilisations sont identifiées comme des profils sémantiques, c’est-à-dire comme des interprétations stables mais spécifiques du morphème.

2.1.3. Les conditions partagées d’utilisation par les emplois du morphème /tant/

44La technique qui vient d’être décrite a été appliquée en diachronie aux usages de tous les lexèmes de la famille tantus par Binène Horchani dans sa thèse de doctorat (2018). Elle a permis d’identifier comme présupposé d’arrière-plan pour tous les usages, l’indication morphémique que « quelque chose peut tourner dans un sens ou dans un autre ».

45Sur cette base et pour décrire la plurisémie de tous les lexèmes (dans leurs différents usages) dans lesquels /tant/ est utilisé, il devient ainsi possible d’identifier au-delà de ce qui est hérité du morphème ce que l’on appellera la complémentation lexémique, autrement dit ce que chaque lexème et usage dit réellement du thème morphémique présupposé, celui-ci étant en effet sémantiquement le thème du lexème, i.e. ce dont il parle. Ce que nous illustrerons ici pour quelques exemples apparemment très éloignés les uns des autres, à savoir les locutions tant pis, les tant de quantité, les tant à lecture temporelle, et parmi ces derniers ceux qui marquent des alternances temporelles. Et enfin le connecteur pragmatique pourtant (dans son interprétation actuelle, non causale).

2.1.3.1. Héritage morphémique et complémentation : tant pis, tant mieux

46À partir des antonymes tant pis et tant mieux, qui sont des expressions holophrastiques, il est ainsi possible de rendre visible la relation thème/rhème entre la présupposition morphémique et la complémentation lexémique.

47tant pis

Présupposition morphémique

Les choses peuvent tourner dans un sens ou dans l’autre

Profilage des conditions morphémiques

Les choses auraient pu tourner dans un sens ou dans l’autre

Conditions lexémiques complémentaires

Les choses ont mal tourné

L’énonciateur va faire avec

48tant mieux

Présupposition morphémique

Les choses peuvent tourner dans un sens ou dans l’autre

Profilage des conditions morphémiques

Les choses auraient pu tourner dans un sens ou dans l’autre

Conditions lexémiques complémentaires

Les choses ont bien tourné

L’énonciateur est content que cela soit le cas

2.1.3.2. Héritage morphémique et complémentation lexémique : tant que

49Il en est de même de la relation thème/rhème entre la présupposition morphémique et la complémentation lexémique pour l’interprétation temporelle de tant que, analysable comme suit :

50tant que

Présupposition morphémique

Les choses peuvent tourner dans un sens ou dans l’autre

Profilage des conditions morphémiques

Les choses peuvent rester en l’état ou changer

Conditions lexémiques complémentaires

Les choses resteront en l’état si p reste vrai

Les choses changeront si p n’est plus vrai

2.1.3.3. Héritage morphémique et complémentation lexémique : tant P1 que P2

51De même, l’interprétation quantitative de tant dans les constructions causales :

X [tant] P1 [que] P2

affirme essentiellement que c’est le degré de quelque chose qui a fait tourner les choses dans un sens et pas dans l’autre. Tant est donc bien associé à une interprétation quantitative mais celle qui concerne une quantité à même de faire tourner les choses dans un sens différent de celui qui se serait produit sans cette quantité.

52tant P1 que P2

Présupposition morphémique

Les choses peuvent tourner dans un sens ou dans l’autre

Profilage des conditions morphémiques

Les choses auraient pu rester en l’état non-P2

Conditions lexémiques complémentaires

X a fait P1 à un haut degré

Faire P1 à un haut degré a conduit à ce que P2 se produise.

Ce qui correspond à des emplois de type :

  • 12 Tant l’ont prié les meilleurs Sarrasins que sur son trône Marsile s’est rassis.

Tant li preierent li meillor Sarrazin Qu’el faldestoed s’es Marsilies asis.12
(Anonyme, Chanson de Roland, ca. 1100)

ou encore :

Et tant mourra de gens d’eglise qu’on ne pourra trouver à qui conferer les benefices…
(Rabelais François, Pantagrueline pronostication, 1533, 16)

Et dans une locution proche :

Il dict vray, respondit frere Jan. J’ay tant et trestant jeuné que j’en suys devenu tout bossu.
(Rabelais François, Le Quart Livre, 1552, 1125)

2.1.3.4. Héritage et complémentation lexémique : tantôt P1 tantôt P2

53tantôt… tantôt

Présupposition morphémique

Les choses peuvent tourner dans un sens ou dans l’autre

Profilage des conditions morphémiques

Les choses peuvent tourner successivement dans un sens puis dans l’autre

Conditions lexémiques complémentaires

Les choses ont tourné parfois dans le sens S1

Les choses ont tourné parfois dans le sens S2

2.1.3.5. Héritage et complémentation lexémique : pourtant

54pourtant

Présupposition morphémique

Les choses peuvent tourner dans un sens ou dans l’autre

Profilage des conditions morphémiques

Les choses auraient dû tourner dans l’autre sens

Conditions lexémiques complémentaires

On s’attendait à ce que non-q se produise du fait de p

p s’est produit et q également

L’énonciateur ne comprend pas cet état de choses

2.1.4. Continuité thématique et discontinuité rhématique

55Ce que notre survol rapide du type de résultat qu’il est possible d’obtenir à partir de la description systématique des conditions d’emploi illustre est que la continuité sémantique entre emplois du nexus lexical /tant/ est avant tout thématique : il est toujours question de la façon dont les choses tournent. Est aussi apparent que les différences concernent à l’inverse ce qui est dit à ce sujet, qui peut être très varié : le rôle de l’intensité d’un prédicat dans la survenue d’une des alternatives plutôt que l’autre (tant de quantité), le fait que les choses tourneront si quelque chose cesse d’être vrai, le fait que les choses ont tourné de façon bizarre ou inattendue, le fait que l’on est content qu’elles aient tourné de telle ou telle façon. Or cette continuité thématique est une forme de continuité sémantique majeure, dans la mesure où (et comme le traduit la notion employée ici de « complémentation lexémique »), les différences entre emplois ne peuvent être formulées et n’existent que par rapport à ce thème. Ce qui revient à dire en effet qu’il n’y a divergence que sur une base commune et à propos de celle-ci. Et que l’on est donc loin du scénario de dégroupement homonymique testé initialement, y compris pour des emplois aussi différents apparemment qu’un tant pis, ou son quasi-antonyme tant mieux, et les tant à interprétation principalement quantitative.

2.2. La technique du dictionnaire inversé pour tester la continuité
des profils

56Complémentaire de la démarche précédente mais éclairant seulement les strates de profilage partagé, qui peuvent elles aussi être étudiées par la démarche précédente, nous présenterons maintenant la technique dite du dictionnaire inversé.

57Comme indiqué précédemment, cette technique est basée sur une comparaison des paraphrases utilisées pour fournir au lecteur contemporain du dictionnaire une reformulation contemporaine des interprétations associées aux différents emplois des différents lexèmes étudiés, et donc pour nous ici les emplois du nexus lexical /tant/.

58Toute représentation d’une famille lexicale telle que la famille tantus dans un dictionnaire étymologique implique (tout en fournissant des indications chronologiques) d’associer un ensemble de formes à des paraphrases accessibles au lecteur contemporain. Ces paraphrases sont à la fois des traductions et des ersatz servant d’équivalents constructionnels. (Horchani, 2018 : 266)

59La démarche consiste à établir d’abord une liste des paraphrases utilisées pour tous les usages décrits, puis d’établir une liste de tous les lexèmes (et usages) pour lesquels chaque paraphrase a été utilisée, et ce, en reprenant les indications chronologiques associées. Ce qui revient à inverser complètement la structure lexicographique, en transformant en entrées les paraphrases (et donc les sens) et en descripteurs les formes des lexèmes, avec comme résultat de créer des listes sens-formes ayant avant tout le mérite de rendre explicites les liens entre lexèmes établis de facto par la description lexicographique.

  • 13 Le terme cognat est employé ici à propos de nos données en référence au fait que la description g (...)

60Aussi rustique qu’elle soit, une telle technique permet dans l’étude d’une famille comme la famille « tantus » telle que décrite par von Wartburg de rendre visible le fait que les mêmes paraphrases sont typiquement utilisées pour un large ensemble d’expressions qui comprennent /tant/. Et ceci depuis les lexèmes latins jusqu’en français contemporain. Ce faisant, le premier résultat de l’utilisation de cette technique est de rendre une nouvelle fois apparentes les raisons qui font que l’hypothèse d’un éclatement homonymique ne peut qu’être écartée, à savoir que l’ensemble des sens associés par paraphrase à l’ensemble des expressions et des mots du nexus lexical /tant/ apparaît comme très stable dans le temps, alors même que beaucoup d’entre elles disparaissent ou émergent à tel ou tel moment. On passe ainsi d’une représentation diachronique par paraphrases, schématisable13 comme :

Cognat A                  Paraphrases A1, A2, A3, P1
Cognat B                  Paraphrases B1, B2, P1, B3
Cognat C                  Paraphrases P1, C1, C2, B3

à une permutation des paraphrases en entrées qui conduit à un format de dictionnaire inversé de type :

Paraphrase P1           Cognat A
                                Cognat B
                                Cognat C
Paraphrase B3           Cognat B
                                 Cognat C

  • 14 L’entrée du FEW consacrée à la famille tantus fait huit pages, et comporte plusieurs centaines d’ (...)

61Appliquée par exemple aux données de ce que le FEW de von Wartburg décrit comme la famille tantus14, on passe donc de l’établissement d’une liste de paraphrases par lexème à une liste de paraphrases pour tous les lexèmes et pour chacune d’entre elles à la liste des lexèmes à propos desquels la paraphrase a été employée. Pour ne pas se limiter aux quelques exemples sélectionnés et affiner la chronologie de la pertinence de chaque paraphrase, on peut par ailleurs tester ces paraphrases sur des corpus de données bien plus larges. On aboutit dans les deux cas à des listes de lexèmes associés à une paraphrase donnée, comme dans les trois exemples suivants issus du FEW où la paraphrase est en entrée et les lexèmes glosés en colonne deux et leur chronologie en colonne trois :

62Lorsque la technique du dictionnaire inversé est utilisée, ce qui est en partie caché lorsque les changements affectant chaque forme sont décrits indépendamment les uns des autres devient ainsi apparent, à savoir qu’un ensemble d’interprétations stables est associé à un ensemble de formes successives. Nous proposons d’appeler profils sémantiques diachroniques cette forme de continuité sémantique associée à un ensemble de lexèmes dans lequel un morphème donné est présent.

  • 15 Nous admettrons ici qu’une paraphrase est un équivalent constructionnel (ou ersatz constructionne (...)

63Or, ce constat de récurrence des mêmes paraphrases15 pour des ensembles de lexèmes associés à un morphème, se répétant très largement pour la quasi-totalité d’entre elles, tout comme se répète le constat de l’association de chaque lexème ou forme à plusieurs paraphrases partagées, traduit le caractère très dense et très systématique des chevauchements morphosémantiques dans l’ensemble lexical en question, à l’exact opposé de ce que prévoit un schéma d’éclatement homonymique à partir d’un point de départ unique. Constat global qu’il est aussi possible de repérer plus localement sous la forme de paraphrase(s) partagée(s) entre emplois de différents cognats à différentes époques.

À l’instar de ce que l’on observe après tests sur corpus pour des paires de lexème telles que :

ou pour des ensembles plus larges :

  • 16 Cette réalité inclut la situation initiale en latin, ce qui interdit toute représentation associa (...)

64Lorsque, comme c’est fréquemment le cas, des paires ou des ensembles de lexèmes partagent une pluralité de paraphrases, il devient clair que ce qui est observé est une polysémie partagée, la continuité sémantique prenant alors la forme de la permanence d’un ensemble d’interprétations profilées continuant d’exister ou pouvant être recréées à travers les époques16 en s’associant individuellement à des expressions nouvelles ou à des expressions dont la polysémie s’élargit.

  • 17 Réalité qui n’implique pas la thèse inverse, selon laquelle il n’aurait aucune autonomie et ne po (...)

65Une telle inversion rend donc explicite la raison pour laquelle tous les usages des différents lexèmes et les différents lexèmes eux-mêmes peuvent être légitimement conçus comme non autonomes, et fournit donc un fondement empirique à l’hypothèse de l’existence continue d’une famille de relations entrelacées entre lexèmes. Le fait qu’il soit prouvable que tous les usages de /tant/ partagent à travers le temps un ensemble identifiable de sens parallèles donne à la fois corps à l’affirmation qu’ils restent liés mais surtout au constat que la « polysémie » comme existence d’interprétations alternatives (profils) d’un morphème n’est en réalité pas un phénomène lexémique, au sens où chaque lexème serait conçu comme développant une polysémie autonome impliquant qu’il puisse ou doive être étudié de façon autonome17. La polysémie de beaucoup sinon la plupart de nos données n’est en effet pas une polysémie limitée à tel ou tel lexème mais une polysémie de nexus, c’est-à-dire une polysémie partagée et partageable en diachronie entre membres du nexus lexical concerné.

66Comprendre les formes de continuité sémantique associées aux « ensembles lexicaux diachroniques », pour reprendre la formule d’Alain Rey (1971, 84), et en particulier en étymologie la notion de famille, ne va pas sans soulever des interrogations. C’est le cas en particulier pour le FEW :

Un des principaux collaborateurs du F.E.W. (K. Baldinger, 1958 ; cf., ci-dessous, 1.3.2) signalait comme une des grandes difficultés pour l’étymologiste les interférences entre « familles » de mots. Ce problème, en effet fondamental, des influences et interférences lexicales, est donc posé dans sa dimension diachronique par rapport à un concept-clé, dont l’expression témoigne d’un héritage métaphorique. Le terme de famille, comme celui de formes apparentées, a résisté au courant d’abstraction qui a emporté d’autres métaphores biologiques : vie des mots, langue mère, etc. (Rey, 1971 : 84-85)

Et de fait, les continuités sémantiques sur lesquelles la notion de famille repose dans le FEW pour une famille comme la famille tantus sont à la fois incontestables – tant les partages d’interprétations-types entre lexèmes qui la composent sont récurrents et falsifient toute représentation atomisée des unités lexicales concernées – et assez différentes de ce que la notion de famille et le fait d’associer cette famille au lexème tantus peut laisser entendre.

  • 18 Chacune de ces paraphrases à l’inverse peut en effet être expliquée à partir de l’indication morp (...)

67Car s’il y a bien plusieurs lignes de continuité sémantique entre emplois des lexèmes à l’intérieur de celle-ci, ces lignes de continuité ne concernent pas en réalité une continuité sémantique qui serait issue du sémantisme de tantus, pas plus que le moindre élément ne plaide pour un statut particulier de ce lexème dans le nexus lexical en question. Ce qui implique que les formes de continuité observables pour cet ensemble de lexèmes ne viennent pas exclusivement d’une relation filiale avec le lexème tantus, dont une partie du sémantisme se serait transmise à tous les lexèmes qui en seraient issus18, mais concernent la possibilité de mobiliser sous différentes formes le morphème /tant/ dans un ensemble assez largement stable de types d’enchaînements discursifs et de relations inter-prédicatives.

  • 19 Que les emplois intra-phrastiques soient toujours plus intuitifs que les emplois inter-phrastique (...)

68Une fois que l’existence d’un réseau de profils interprétatifs partagés associés à un morphème perd le statut subliminal qu’il avait dans une description de la réalité lexicale basées sur la diversité des formes plutôt que sur les sens eux-mêmes, il devient donc possible de tirer une conclusion méthodologique majeure concernant la manière dont les liens lexicaux devraient être décrits. Cette conclusion est que la famille tantus ne doit pas être caractérisée et comprise comme un ensemble de lexèmes français dérivant du lexème tantus en latin, mais comme un réseau de lexèmes (partageant un morphème), réseau qui existait déjà en latin et qui s’est maintenu en français à tous les stades de son développement autour d’un ensemble assez largement stable d’interprétations types du morphème et d’un ensemble évolutif de formes. Réseau auquel tantus appartenait, comme les emplois adverbiaux à lecture quantitative de tant en français actuel, mais dans lequel il n’avait aux deux époques comme aux époques intermédiaires aucune place centrale19.

Conclusion

69La question de la continuité sémantique en diachronie, comme celle du dégroupement homonymique, peut être résumée par une opposition entre changements qui s’effectuent sur une base préexistante partagée et changements qui se font en rupture avec cette base.

70L’émergence d’un emploi dialogal de « j’avoue », relève clairement de la première catégorie, puisque si ce qui est reconnu comme vrai change, de la reconnaissance d’une culpabilité à celle de la validité de propos tenus, c’est bien dans les deux cas sans altération de la reconnaissance de la vérité de quelque chose.

71Or, analyser et tester l’existence d’une base inchangée ou non, ainsi qu’identifier les principales formes de différentiation (profils), sur cette base partagée, suppose avant tout, en dehors des techniques spécifiques que nous avons décrites, la reconnaissance de la plurisémie comme une réalité sémantique permanente. Or, la formulation la plus générale de cette permanence est en réalité la distinction nécessaire entre strates contributionnelles et strates insertionnelles, les premières concernant la contribution sémantique d’un signe à l’interprétation de la séquence linguistique (et du contexte d’emploi) dans laquelle il est inséré, alors que les secondes résultent de l’interprétation de la mise en relation du signe avec son contexte d’insertion, et en particulier de la mise en relation de la contribution du signe avec les contributions des autres signes. Il est en effet prédictible que ces dernières strates, précisément parce qu’elles sont des strates « use-based », seront défaisables d’un emploi à l’autre et soumises à changement, alors que les premières ne le seront pas.

72Le principe le plus général de toute analyse sémantique, en particulier en diachronie, doit donc être de considérer que tout signe lexical associé à un emploi est sémantiquement composite et associé avec au moins une strate insertionnelle. Selon ce principe, le risque de conclure à tort à un éclatement homonymique est essentiellement celui de prendre l’interprétation liée à la strate insertionnelle comme sens initial du lexème étudié et de conclure à une rupture homonymique, avec désémantisation quand elle devient caduque par changement du contexte d’insertion. Ce qui est, pour donner un exemple concret, ce qui se passe quand le sens de aller lorsquil est mis en relation avec une préposition et devient par exemple le prédicat aller à, est conçu comme sens de départ du verbe aller alors qu’il est issu d’une mise en relation de deux signes.

  • 20 La distinction entre contribution d’un signe à l’interprétation d’une séquence et interprétation (...)
  • 21 Qui pour le coup et comme nous avons pu le voir devient isolable par la recherche de présupposés (...)

73Quand la distinction est opérée, deux types de changement peuvent être distingués :
 ceux qui sont liés à un changement de contexte d’insertion, avec remplacement de la valeur sémantique liée au contexte d’insertion initial par une valeur liée au contexte final d’insertion, ou parfois cumul des deux valeurs si le contexte d’insertion nouveau ajoute quelque chose au contexte initial sans l’effacer ;
 – ceux qui sont liés à une altération de la strate contributionnelle20, phénomène loin d’être rare qui se produit quand un lexème associé à un morphème se retrouve par proximité de forme capturé par un autre morphème, avec là aussi soit remplacement direct des présupposés morphémiques, soit cumul des présupposés des deux morphèmes, avec alors maintien d’une continuité sémantique.
Or, comme nous avons pu le voir, deux formes de continuité sémantique dominent néanmoins la plupart du temps et concernent respectivement le fait que la relation entre sens (interprétation insertionnelle) et signification (valeur contributionnelle) est au bout du compte une relation de présupposition sémantique, tous les sens des lexèmes héritant comme présupposé de la contribution sémantique des morphèmes21.

74La thèse frégéenne (Frege, 1884) selon laquelle les mots n’ont de sens que dans la phrase dans laquelle ils sont insérés doit donc être complétée d’une part par la thèse selon laquelle les signes (morphèmes) à partir desquels ces mots (lexèmes) sont créés n’ont de signification que hors de la phrase où ils sont insérés. Ce qui implique de reconnaître que ces derniers sont pour le coup des objets composites, associant une strate morphémique indépendante de l’emploi à une strate de complémentation lexémique liée à l’emploi.

  • 22 Voir aussi sur ce sujet Robert (2003).

75On peut tirer de tout cela comme principale conclusion que la sémantique diachronique ne peut aborder les questions de continuité sémantique qu’en prenant position et en clarifiant la nature synchronique des formes de continuité diachronique qu’elle est conduite à tester et à trouver22. Toute sémantique diachronique synchroniquement « unisémiste » ne peut en effet que conclure à des ruptures homonymiques constantes si elle se pose la question de la continuité sémantique, alors même que la coexistence dans le sens synchronique des lexèmes de strates liées à l’emploi et de présupposés de ces strates indépendants des emplois semble bien être la principale source de continuité sémantique diachronique.

76Sachant par ailleurs qu’une forme de continuité peut être identifiée comme résultant de l’insertion répétée de plusieurs formes incluant le morphème dans des enchaînements discursifs ou des constructions identiques, cette stabilité du contexte d’emploi, couplée à la stabilité des indications morphémiques, permet le maintien à travers le temps d’interprétations elles-mêmes stables ou proches, et permet aussi comme nous l’avons vu une porosité de la polysémie entre formes alternatives de présence du morphème.

Haut de page

Bibliographie

ANONYME (ca 1100), Chanson de Roland, Gérard Moignet (éd.) Paris, Bordas, 1972, publié en ligne par l’ENS de Lyon dans la Base de français médiéval, dernière révision le 24-02-2014.

BENVENISTE E. (1966 [1954]), Problèmes de reconstruction en sémantique, Problèmes de linguistique générale, chapitre XXIV, vol. 1, Paris, Gallimard, 251-264.

BOUZAYENNE Z. (2021), Analyse prosodique et sémantique des formes de réalisation prosodique des émotions dans des œuvres théâtrales en français et en arabe tunisien : Approches isotextuelle, allotextuelle et isosegmentale, thèse de doctorat, Université d’Orléans.

BREAL M. (1897), Essai de sémantique : science des significations, Paris, Hachette.

CADIOT A., DUCROT. O., NGUYEN T.B. & VICHER A. (1985), Sous un mot, une controverse : les emplois pragmatiques de toujours, Modèles linguistiques, fasc. 2, 105-124.

CADIOT P. & VISETTI Y.-M. (2001), Pour une théorie des formes sémantiques. Motifs, profils, thèmes, Paris, PUF.

COL G. (2017), Construction du sens : un modèle instructionnel pour la sémantique, Bruxelles, Peter Lang, coll. Linguistic Insights. Studies in Language and Communication, vol. 224.

DELAHAIE J. (2016), J’avoue, j’ai un compte en Suisse : Étude d’un marqueur parenthétique à la mode, Journal of French Language Studies (JFLS), 67-84.

DUCROT O. et al. (1980), Les mots du discours. Paris, Éditions de Minuit.

DUCROT O. (1993 [1972]), Dire et ne pas dire. Principes de sémantique linguistique, Paris, Hermann.

FREGE G. (1884), Die Grundlagen der Arithmetik ; Eine logisch mathematische Untersuchung über den Brgiff der Zahl, Breslau, Verlag von Wilhelm Koebner.

FODOR J.A. & LEPORE E. (1998), The Emptiness of the Lexicon: Reflections on James Pustejovsky’s The Generative Lexicon, Linguistic Inquiry, 29(2), 269-288.

HORCHANI B. (2018), Complexes sémantiques et linguistique du lexique : les emplois du morphème tant en français, thèse de doctorat, Université d’Orléans.

MOSEGAARD HANSEN M.-B. (2004), La polysémie de l’adverbe toujours, Travaux de linguistique, 49, 39-55.

NEMO F. (1992), Contraintes de pertinence et compétence énonciative : l’image du possible dans l’interlocution, thèse de doctorat, Paris, EHESS.

NEMO F. (2009), Interprétations temporelles et signification (non temporelle) : de toujours à tout, Revue de Sémantique et Pragmatique, 25-26, 97-119.

NEMO F. (2020), Le lexique entre conditions d’emploi (des morphèmes) et référence lexicale, in Lexique et référence. Res Per Nomen VII, Reims, Editions et Presses Universitaires de Reims, 409-426.

NEMO F., PETIT M. & PORTUGUES Y. (2012), Profilage sémantique et plurisémie, Revue de Sémantique et Pragmatique, 31, 7-24.

RABATEL A. (2015), La plurisémie dans les syllepses et les antanaclases, Vox Romanica, 74, 124-156.

RABELAIS F. (1552), Le Quart Livre, Fezandat M. (éd.).

RABELAIS F. (1974 [1533]), Pantagrueline pronostication pour l’an 1533. Almanachs pour les ans 1533, 1535 et 1541. La Grande et vraye pronostication nouvelle de 1544, Paris et Genève, Droz.

ROBERT S. (éd.) (2003), Perspectives synchroniques sur la grammaticalisation : Polysémie, transcatégorialité et échelles syntaxiques, Louvain, Peeters.

REY A. (1971), Le dictionnaire étymologique de W. von Wartburg : structures d’une description diachronique du lexique, Langue française, 10, 83-106.

TRAUGOTT E. C. & DASCHER R. B. (2002), Regularity in Semantic Chang, Cambridge, Cambridge University Press.

WARTBURG Von W. et al. (1928), Französisches Etymologisches Wörterbuch (FEW), Eine darstellung des galloromanischen sprachschatzes. Le dictionnaire étymologique et historique du galloroman (français et dialectes d’oïl, francoprovençal, occitan, gascon) Französisches Etymologisches Wörterbuch (FEW), volume XIII/1 :T-Ti, Bonn/Heidelberg/Leipzig-Berlin/Bâle, Klopp/Winter/Teubner/Zbinden.

Corpus et bases de données

Base de français médiéval (ENS de Lyon), <http://catalog.bfm-corpus.org/roland>.

Haut de page

Notes

1 Elle est aussi techniquement identique à la question de savoir ce que partagent les formes différenciées d’un morphème quand cette différentiation formelle n’est pas purement formelle (allomorphie) mais s’accompagne d’une différentiation sémantique (polymorphie) et très souvent grammaticale, à l’instar de paires comme chaude et chauff(er) ou course et cour(-ir).

2 Une autre illustration de certains des principaux points abordés ici peut être trouvée dans l’étude de la relation diachronique et synchronique entre emplois « pragmatiques » et « non pragmatiques » de toujours (par ex. Cadiot et al., 1985 ; Mosegaard-Hansen, 2004 ; Nemo, 2009).

3 Pour une introduction à la notion de plurisémie, voir Nemo, Petit & Portuguès (2012) ou encore Rabatel (2015).

4 Si la notation AB de Traugott & Dasher suppose la coexistence temporaire de deux strates de sens, la plupart des représentations contemporaines des lexèmes, des qualia de Pustejovsky (1995) aux séquences d’énoncés de Wierzbicka en passant par les sémantiques post-benvenistiennes admettent techniquement la coexistence constante de strates sémantiques différenciées dans le sens de celui-ci.

5 Comme l’ont fait en particulier depuis Benveniste toutes les sémantiques supposant une distinction signification/sens, ces sémantiques étant par définition bistratiques mais surtout celles qui ont évolué depuis une vingtaine d’années d’une représentation binaire de la plurisémie à des représentations admettant au minimum trois strates dans la plurisémie des emplois.

6 À tort ou à raison.

7 Par convention, nous noterons /tant/ le morphème tant – présent par hypothèse aussi bien dans pourtant que dans tant qu’à faire ou tant et si bien que – et [pourtant] et [tant] les lexèmes qui sont grammaticalement définis et sont plurisémiques là où
/tant/ lui n’est associé qu’à une strate partagée (présupposé morphémique).

8 Dans son emploi le plus standard pour l’illustration choisie ici.

9 Voir par exemple Delahaie (2016)

10 Et qui comprend parmi de nombreuses autres formes, dont beaucoup sont disparues, les lexèmes tant pis, pourtant, tant P que, tantôt… tantôt, autant dire que, tant qu’à faire, tant mieux, si tant est que, pour autant, autant X autant Y, tandis que, un tant soit peu, un tantinet, tant X que Y.

11 Avec P1 et P2 notant deux prédicats.

12 Tant l’ont prié les meilleurs Sarrasins que sur son trône Marsile s’est rassis.

13 Le terme cognat est employé ici à propos de nos données en référence au fait que la description groupée d’un ensemble de lexèmes français comportant /tant/ par von Wartburg, présente l’un d’entre eux, à savoir tantus en latin, comme l’ancêtre direct des autres. C’est donc l’ensemble de l’entrée de von Wartburg, et du groupement qui y est décrit, qui est associé à une origine commune. Cette simplification fait que cognat ici n’a pas de sens technique hors de cette représentation.

14 L’entrée du FEW consacrée à la famille tantus fait huit pages, et comporte plusieurs centaines d’occurrences de paraphrases.

15 Nous admettrons ici qu’une paraphrase est un équivalent constructionnel (ou ersatz constructionnel), autrement dit un lexème substituable au mot paraphrasé dans le type de construction où celui-ci est utilisé. Même si ces substituts sont par ailleurs souvent listés comme synonymes, ils restent des substituts, au-delà du parallélisme des interprétations constructionnelles. La substituabilité constructionnelle joue à l’inverse un rôle central dans le remplacement en diachronie d’une locution incluant un morphème par une autre locution incluant ce morphème ou encore dans la flexibilité initiale des formules appelées à devenir des locutions.

16 Cette réalité inclut la situation initiale en latin, ce qui interdit toute représentation associant les familles ultérieures à un seul lexème en latin. Moyennant quoi, s’il faut bien par convention choisir une forme pour l’insérer dans une structuration alphabétique, ce choix n’est sémantiquement que de pure convenance, les emplois connectifs du morphème français /tant/ par exemple ayant sans doute toujours coexisté dès le latin avec des emplois adverbiaux au niveau de l’ensemble de la « famille » concernée.

17 Réalité qui n’implique pas la thèse inverse, selon laquelle il n’aurait aucune autonomie et ne pourrait développer des emplois originaux, mais qui implique bien que si c’est le cas, rien n’interdira ensuite que ce profil nouveau soit partagé avec d’autres lexèmes du nexus.

18 Chacune de ces paraphrases à l’inverse peut en effet être expliquée à partir de l’indication morphémique décrite dans la section précédente, dont elles constituent de ce fait des profils.

19 Que les emplois intra-phrastiques soient toujours plus intuitifs que les emplois inter-phrastiques, en particulier quand le morphème y est employé seul, ne change en effet rien au fait que leur interprétation comporte elle aussi une strate insertionnelle qui par définition ne pourra pas être pertinente dans d’autres emplois, et ceci sans qu’il y ait pour autant à parler de désémantisation.

20 La distinction entre contribution d’un signe à l’interprétation d’une séquence et interprétation d’un signe dans le cadre de cette séquence étant sans doute la distinction la plus importante en sémantique des signes depuis sa formulation chez Ducrot (1980), notamment sous la forme reprise ici dans le chapitre « L’interprétation en sémantique linguistique : un point de départ imaginaire » (Ducrot, 1993), chapitre ajouté en 1993 à une réédition de Dire et ne pas dire (1972). Pour une autre formulation de cette exigence, voir Col (2017).

21 Qui pour le coup et comme nous avons pu le voir devient isolable par la recherche de présupposés partagés.

22 Voir aussi sur ce sujet Robert (2003).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Nemo et Binène Horchani, « Continuité sémantique ou dégroupement homonymique entre tests diachroniques et tests synchroniques »Scolia, 37 | 2023, 117-145.

Référence électronique

François Nemo et Binène Horchani, « Continuité sémantique ou dégroupement homonymique entre tests diachroniques et tests synchroniques »Scolia [En ligne], 37 | 2023, mis en ligne le 07 juillet 2023, consulté le 17 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/scolia/2645 ; DOI : https://doi.org/10.4000/scolia.2645

Haut de page

Auteurs

François Nemo

Université d’Orléans, Laboratoire LLL. UMR CNRS 7270
francois.nemo[at]univ-orleans.fr

Binène Horchani

Université d’Orléans, Laboratoire LLL. UMR CNRS 7270
binenehorhani[at]univ-orleans.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search